Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apprendre à gérer des collections patrimoniales en bibliothèque

 | 
Dominique Coq

Partie II. De la collection à l'objet : identifier et signaler les documents

1. Les livres anciens : formats, cahiers, signatures, page de titre, fausses adresses, colophon et toutes ces sortes de choses…

Dominique Coq

Texte intégral

1Vous avez pris connaissance de ce qui fait la nature d’une collection patrimoniale, de son statut et de la manière de la conserver. Examinons maintenant les différents types de document qui la constituent et la manière de les cataloguer.

2Tout d’abord, les livres qui forment naturellement la grande majorité des objets qu’une bibliothèque conserve dans sa collection patrimoniale. Qu’ils soient écrits à la main (manuscrits) ou produits par la typographie (imprimés), ces livres ont une structure qui n’a quasiment pas changé depuis la fin de l’Antiquité : le codex, objet parallélépipédique constitué d’un ensemble de cahiers formés de bifeuillets* (ou feuillets* conjoints) encartés (emboîtés) les uns dans les autres et reliés ensemble par un même passage du fil de reliure.

3Je n'évoquerai dans ce chapitre que le cas des livres anciens (en gros imprimés antérieurement au XIXe siècle) et ce qu’il faut relever dans la notice catalographique les concernant. Pour les manuscrits, je renvoie à deux excellents documents en ligne auxquels on peut, le cas échéant, se référer :

    • 1 < http://www.irht.cnrs.fr/sites/all/files/Livret_stage_2011b.pdf >.

    pour les manuscrits médiévaux, le livret du stage d’initiation au manuscrit médiéval mis en ligne par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT)1 ;

    • 2 <http://www.bivi.fonctions-documentaires.afnor.org/livres-blancs/demarch-recommandationde-description-des-manuscrits-et-fonds-d-archives >. (...)

    pour les manuscrits modernes et contemporains, la recommandation de l’AFNOR concernant la description des manuscrits et fonds d’archives modernes et contemporains en bibliothèque : DeMArch2.

IDENTIFIER L’ÉDITION

4L’identité d’un livre ancien comporte un certain nombre d’informations à relever dans la notice descriptive.

L’AUTEUR ET LE TITRE

5L’auteur de l’ouvrage et le titre sont généralement faciles à trouver à la page de titre, comme pour un livre moderne. Mais pour les éditions les plus anciennes (disons jusqu’en 1520/1530) c’est plus compliqué : comme pour la plupart des manuscrits médiévaux, elles commencent par un incipit (les premiers mots du texte) dans lequel sont indiquées – ou non – les mentions de titre et d’auteur. Mais ces informations sont aussi à trouver à l’explicit de l’ouvrage (les dernières lignes du texte), qui peut donner des indications sur la date et les circonstances de la rédaction de l’ouvrage. Ne pas confondre avec le colophon que l’on verra plus loin.

L’ADRESSE TYPOGRAPHIQUE

6On trouve le plus souvent à la page de titre les informations concernant le lieu d’impression, l’imprimeur ou le libraire, et la date d’édition. Dans la notice il est préférable de traduire dans la langue vernaculaire actuelle les données qui sont assez souvent indiquées en latin. On trouvera la traduction des noms de ville, par exemple, dans l’Orbis latinus de Graesse en ligne3. Les dates sont le plus souvent exprimées en chiffres romains.

▪ Les éditions les plus anciennes ne fournissent pas forcément les informations concernant l’adresse typographique et, quand elles les donnent, c’est au colophon situé à la fin du texte (pas forcément à la fin du volume car des annexes et des tables peuvent suivre l’ouvrage proprement dit). Plus de la moitié de ces éditions étant dépourvues de colophon, laissons aux spécialistes le soin de les dater et d'en identifier l’imprimeur.
▪ Il n’est pas rare que des éditions des XVIIe -XVIIIe siècle soient munies de fausses adresses, souvent parce qu’il s’agissait de livres prohibés ou de contrefaçons. Parmi celles que vous risquez de rencontrer le plus souvent se trouve celle de « Cologne, Pierre Marteau ».

COLLATION

7S'agissant du format d'un livre ancien, on ne parle pas comme aujourd'hui de sa hauteur exprimée en centimètres, mais de son format réel, ou bibliographique, résultant du mode de pliage des feuilles qui le constituent.

8Les feuillets évoqués plus haut résultent en effet du pliage d’une pièce rectangulaire de papier ou de parchemin appelée feuille. La façon dont cette feuille de départ (in-plano) est pliée n fois en deux pour former 2n feuillets détermine le format selon le tableau ci-dessous.

TABLEAU LES FORMATS DE BASE

Feuille pliée

Nombre de feuillets

Format obtenu

1 fois en deux

21 = 2 feuillets

in-f° (in-folio)

2 fois en deux

22 = 4 feuillets

in-4° (in-quarto)

3 fois en deux

23 = 8 feuillets

in-8° (in-octavo)

4 fois en deux

24 = 16 feuillets

in-16 (in-seize)

5 fois en deux

25 = 32 feuillets

in-32 (in-trente-deux)

9Et cetera.

10Ce sont les formats de base. Mais il y en a d’autres plus complexes, en particulier l’in-12, fréquemment utilisé dans les livres du XVIIe et XVIIIe siècles, qui ont des cahiers uniformément de 12 feuillets ou alternativement de 8 et 4 feuillets.

11Pour identifier à coup sûr le format d’un livre ancien sur papier, divers indices doivent être pris en compte :

  • la position de certaines traces que le feuillet révèle quand on l’examine par transparence. Ici un bref rappel de la fabrication du papier est nécessaire. En gros, les feuilles de papier – je parle du papier ancien dit « papier à la forme » qui fut exclusivement utilisé jusqu’au début du XIXe siècle – proviennent du défibrage par trituration mécanique de morceaux de textiles appelés chiffe dans de l’eau très pure. La pâte obtenue est versée et étalée sur un tamis rectangulaire (la forme) formé d’un réseau de fils de laiton accrochés à un cadre de bois : les vergeures, disposées de manière serrée parallèlement au grand côté, que croisent par6dessous les lignes de chaînettes (appelées communément pontuseaux), plus espacées, parallèles au petit côté. Au milieu d’une des moitiés de la forme le papetier fixe généralement un motif de laiton, le filigrane, qui est sa marque de fabricant. L'eau s'écoule à travers les fils comme à travers un crible et la pâte reste, formant sur le fond de la forme une couche mince que l’on fait sécher. Les feuilles de papier obtenues après séchage et encollage montrent par transparence les empreintes des pontuseaux et des vergeures ainsi que du filigrane. La disposition des pontuseaux change donc à chaque fois qu’on plie et replie la feuille :

12Verticale au départ sur la feuille in-plano et à son premier pliage par le milieu du grand côté (in-folio), la disposition des pontuseaux devient horizontale dans l’in-4°, puis à nouveau verticale dans l’in-8°, et ainsi de suite à chaque repliage (voir schéma p. 75).

  • 4 Pour de plus amples informations, voir l’article de Jeanne Veyrin-Forrer, « Fabriquer un livre au X (...)

▪ Ne jamais chercher la disposition des pontuseaux dans les gardes : ces feuillets de protection ajoutés en tête et en queue de l’ouvrage lors de son travail par le relieur ne font pas partie de l’édition proprement dite.
▪ La position du filigrane est un indice complémentaire du format : au milieu d’un feuillet dans l’in-folio, au milieu de la marge de pli dans l’in-4°, dans un coin externe du feuillet dans l’in-8°4 ;

  • la dimension des feuillets, d’autant plus réduite que la feuille initiale a été davantage pliée.

Avec le perfectionnement des techniques papetières, la taille des feuilles est passée d'une hauteur d'environ 50 cm vers 1500 à 90 cm au XIXe siècle. Ainsi, un in-4° du XVIe siècle peut-il être plus petit qu'un in-8° du XIXe siècle.

  • le nombre de feuillets (toujours pair car chaque feuillet a son conjoint en principe) dans un cahier est un indice complémentaire, surtout pour les petits formats : 8 pour l’in-8°, 12 ou 8 + 4 pour l’in-12, 16 pour l’in-16, etc. Pour les in-folio et les in-4°, c’est plus compliqué car il était nécessaire d’encarter* plusieurs feuilles par cahier afin que chaque cahier ait un nombre suffisant de feuillets pour résister à la couture. Ainsi il est très fréquent que les volumes in-folio, surtout au XVe et XVIe siècles, contiennent 8, 10 voire 12 feuillets par cahier, ou que des in-4° en comptent 8.

  • 5 Voir infra l'article de Séverine Lepape : « Estampes : comment identifier les techniques ? », p. 98 (...)

On ne retient pas dans ce comptage les éventuels feuillets supplémentaires des planches gravées en taille-douce*5, qui sont imprimés indépendamment du texte typographié.

Repérer les cahiers du volume

13Mais comment allez-vous reconnaître où commencent et finissent les cahiers dans un volume relié ? Grâce à des systèmes de repérage que les typographes (à la suite des copistes) ont adoptés pour indiquer aux relieurs l’ordre dans lequel il fallait relier les cahiers du volume. Les deux principales sont les suivantes :

  • les signatures, généralement imprimées dans le coin inférieur du recto des feuillets : elles consistent en une lettre suivie, sauf pour le premier feuillet, d’un chiffre romain ou arabe. Ces lettres vont de A à Z (sans J, U et W). Au-delà de Z, on redouble puis on triple : Aa, Bb, etc., puis Aaa, Bbb… Seuls les premiers feuillets du cahier, en général la première moitié, portent la signature.

  • les réclames : indication, sous le texte du verso d’un feuillet, du premier mot du recto du feuillet suivant, généralement à la jonction de deux cahiers6.

SCHÉMA PLIAGE : LES FORMATS

SCHÉMA PLIAGE : LES FORMATS

Source : Histoire de l’édition française, T. 1, 2e éd., Paris, Fayard et Éditions du Cercle de la Librairie, 1989, p. 350. Reproduit avec l’aimable autorisation de l’éditeur.

Disposition du texte

14Le texte peut être imprimé « à longues lignes » ou sous deux, voire plusieurs colonnes. La mention éventuelle du nombre de colonnes suit l’indication du format (ex. « in-fol. sous 2 col. »).

Foliotation/pagination

  • La foliotation : il s'agit de la numérotation des feuillets, placée sur leur recto. Elle n'est plus guère en usage après les premières années du XVIIe siècle.

  • La pagination s’est peu à peu substituée à la foliotation : elle numérote les faces consécutives des feuillets, appelées pages, en haut ou en bas de celles-ci. La numérotation des feuillets et des pages est souvent exprimée en chiffres romains surtout pour les parties liminaires d’un livre, celles qui précèdent le texte de l’ouvrage proprement dit (préface, épître dédicatoire, avertissement, privilège, liste des souscripteurs, etc.). Cette pratique a perduré jusqu’au milieu du XXe siècle dans les éditions soignées.

15Nota bene :

▪ Les chiffres romains utilisés dans la foliotation ou la pagination sont souvent imprimés en minuscules, le « i » final d’un nombre étant généralement remplacé par un « j » (ex. ciij pour 103).
▪ Il est fréquent que les parties en tête ou en fin d’ouvrage (comme les tables par exemple) ne soient ni foliotées ni paginées. Il faut donc en donner le nombre de pages ou de feuillets entre crochets carrés (ex. xij, 192 – [4] pp.).
▪ Votre exemplaire peut être incomplet de pièces liminaires, d’index ou de tables. Bien vérifier la collation dans les bibliographies ou les catalogues de grandes bibliothèques (comme le catalogue général de la BnF en ligne, par exemple).

L’illustration

16Les images, assez fréquentes dans les livres, n’ont pas toutes le même statut :

  • Les motifs ornementaux (lettrines*, bandeaux*, fleurons*, vignettes*, culs-de-lampe*) ne sont pas dénombrés dans une notice bibliographique de base.

    • 7 Voir infra l'article de Séverine Lepape : « Estampes : comment identifier les techniques ? », pp. 9 (...)

    Les figures gravées sur bois7 qui, techniquement, peuvent être imprimées en même temps que le texte typographié, sont incluses dans la pagination et ne sont généralement pas dénombrées mais indiquées dans la collation sous la dénomination générique « fig. » (pour figures).

  • Les planches hors texte doivent être dénombrées (ex. 11 pl.).

  • Comme pour la pagination, il faut vérifier dans les bibliographies et les catalogues si l’exemplaire qu’on a en main comporte bien le nombre requis de planches.

  • La marque d’imprimeur ou de libraire bien souvent accompagnée d’une devise, que l’on trouve la plupart du temps à la page de titre, n’est pas une illustration même si elle est imagée. Gravée sur bois ou quelquefois en taille-douce, c’est une marque de fabricant. Il convient d’en signaler l’existence à la fin de la collation.

INDIVIDUALISER L’EXEMPLAIRE

17Après avoir relevé les caractéristiques communes à tous les exemplaires d’une même édition, il faut s’attaquer aux particularités de l’exemplaire qu’on a entre les mains. Longtemps négligées par les bibliothécaires, ce sont parfois les données les plus intéressantes pour le chercheur. Relevées de manière systématique, ces données « locales » permettant de retracer l’histoire d’un exemplaire fournissent souvent des informations précieuses sur le fonds dont il fait partie.

LE SUPPORT

  • 8 Voir la définition de ces termes dans l’article de Fabienne Le Bars : « Reliures françaises soignée (...)

18Quelques rares exemplaires de luxe d'éditions anciennes ont été imprimés sur du parchemin, voire du vélin8, comme beaucoup de manuscrits médiévaux.

LES INCOMPLÉTUDES

19Indiquer, le cas échéant, les feuillets qui manquent dans l'exemplaire. Cela suppose de vérifier avec la collation d'un exemplaire complet dans une bibliographie.

LES MARQUES DE PROVENANCES

20Elles sont de plusieurs sortes :

Ex-libris

21On trouve fréquemment à la page de titre ou aux contreplats ou sur les gardes des mentions d’appartenance écrites par le possesseur sous des formulations très variées, en français ou en latin. (ex. « Ce livre appartient a moy, Françoys Le Nel, grenetier a Loudun. Qui le trouve me le rende et il boira le vin » ; « Ex libris Bibliothecae Patrum Carmelitarum Burdegalensium »). Là encore l'Orbis latinus rend de grands services pour identifier les toponymes en latin.

22Mais lorsque le possesseur se trouve à la tête d’une collection de quelque importance, il s’est souvent fait confectionner un ex-libris gravé qu’il appose au contreplat supérieur ou sur une des gardes de ses livres. Cette marque d’appartenance est à relever soigneusement et à identifier dans la mesure du possible. Le nom du propriétaire n’y figure pas forcément mais il peut y avoir mis ses initiales, ses armoiries ou sa devise.

Ex dono

23Qu'elle soit manuscrite ou gravée, cette marque d’appartenance indique le nom du donateur du volume.

Reliure aux armes

  • 9 Eugène Olivier, Georges Hermal et Robert de Roton, Manuel de l'amateur de reliures armoriées frança (...)

24Comme pour l’ex-libris gravé, le possesseur pouvait se faire confectionner un ou plusieurs fers à ses armes qui étaient poussés sur les plats et/ou dans les compartiments du dos de ses livres reliés. Cette pratique a perduré jusqu’au XIXe siècle. Si l’on a assez de connaissances héraldiques pour blasonner les armoiries le plus souvent anonymes, il est précieux d’avoir recours aux tables héraldiques d’un répertoire comme le Manuel de l'amateur de reliures armoriées françaises9.

25C'est justement de reliure qu'il va être question dans la contribution suivante, une importante particularité d'exemplaire. Le schéma présenté en détaille les différentes parties.

Notes

1 < http://www.irht.cnrs.fr/sites/all/files/Livret_stage_2011b.pdf >.

2 <http://www.bivi.fonctions-documentaires.afnor.org/livres-blancs/demarch-recommandationde-description-des-manuscrits-et-fonds-d-archives >. Voir plus loin p. 124.

3 < http://www.columbia.edu/acis/ets/Graesse/contents.html >.

4 Pour de plus amples informations, voir l’article de Jeanne Veyrin-Forrer, « Fabriquer un livre au XVIe siècle », dans Histoire de l’édition française, sous la dir. de Henri-Jean Martin et Roger Chartier, T. I, 2e éd., Paris, Fayard et Éditions du Cercle de la Librairie, 1989, pp. 336-369.

5 Voir infra l'article de Séverine Lepape : « Estampes : comment identifier les techniques ? », p. 98 et suivantes.

6 Pour en savoir plus sur la matérialité des livres, consulter < http://dominique-varry.enssib.fr/bibliographie%20materielle. >.

7 Voir infra l'article de Séverine Lepape : « Estampes : comment identifier les techniques ? », pp. 96-97.

8 Voir la définition de ces termes dans l’article de Fabienne Le Bars : « Reliures françaises soignées et courantes (mi-XVe siècle – XIXe siècle) : éléments d’identification », p. 83.

9 Eugène Olivier, Georges Hermal et Robert de Roton, Manuel de l'amateur de reliures armoriées françaises, Paris, C. Brosse, 1924-1938. 30 vol. + index.

Table des illustrations

Titre SCHÉMA PLIAGE : LES FORMATS
Légende Source : Histoire de l’édition française, T. 1, 2e éd., Paris, Fayard et Éditions du Cercle de la Librairie, 1989, p. 350. Reproduit avec l’aimable autorisation de l’éditeur.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/659/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 836k

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540