Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apprendre à gérer des collections patrimoniales en bibliothèque

 | 
Dominique Coq

Partie I. Face à une collection patrimoniale

4. Comment (bien) conserver les collections patrimoniales ?

Jocelyne Deschaux

Texte intégral

1Contrairement à une idée longtemps répandue, le patrimoine écrit ne se conserve pas « tout seul », posé sur un rayonnage. La conservation préventive est essentielle pour la bonne préservation des collections et pour atteindre au moins deux de nos objectifs professionnels : l’accessibilité de tous les publics d’aujourd’hui à ces collections, et la transmission de celles-ci aux générations futures.

LE PATRIMOINE ÉCRIT : LES PRINCIPAUX MATÉRIAUX ET LEUR CONSTITUTION

2Les matériaux qui constituent principalement les collections patrimoniales en bibliothèque (hors photographies) sont essentiellement du parchemin (peau de mouton, de veau ou de chèvre), du papier chiffon (lin, chanvre ou coton, aux longues fibres de cellulose, très résistantes) encollé à la gélatine, du papier bois (comportant de la lignine) encollé à la résine, du cuir, des colles animales, des nerfs (d’origine animale), des ficelles : ce sont donc des matériaux organiques d'origine végétale ou animale. Cela a trois conséquences :

  • ce sont des matériaux hygroscopiques, c'est-à-dire qui réagissent à l’humidité de l’air : en l’absorbant, ou en rejetant de leur propre humidité (cf. infra p. 48) ;

  • ce sont des matériaux qui peuvent servir de nourriture à toute une faune (les insectes), à une flore (les moisissures) et aux bactéries ;

  • ce sont des matériaux (surtout le cuir) qui continuent à « vivre », qu'il faut entretenir et nourrir.

3Il est essentiel de veiller aux différents aspects de la conservation préventive dans tous les moments de la vie en bibliothèque, que cela soit au niveau du stockage, ou à celui de la consultation, ou encore de la valorisation de ces collections.

CONSERVATION DANS LES MAGASINS

4Les principaux agents de dégradation sont : les conditions climatiques, la lumière, la pollution, les agents biologiques (insectes, champignons), les hommes…

LA TEMPÉRATURE ET L’HYGROMÉTRIE*

Définitions

5L’hygrométrie est la teneur en eau de l’air environnant.

6Tout volume d’air contient une certaine quantité de vapeur d’eau à une température et une pression données : c’est l’humidité absolue (mesurée en g/m3). La capacité de l’air à contenir de la vapeur d’eau dépend de la température : plus l’air est chaud, plus il peut contenir de vapeur d’eau. L’humidité relative* (HR) est le rapport de cette quantité de vapeur d’eau par la capacité d’absorption de l’air à la même température. Cette relation est exprimée en pourcentage.

7On appelle point de rosée*, à une température donnée, le point où l’humidité relative est égale à 100 % : l’air est saturé et ne peut plus contenir davantage de vapeur d’eau. Au point de rosée, l’eau se condense sous forme liquide, par exemple sur les surfaces froides (vitres, rayonnages métalliques…).

8L’humidité relative est en relation directe avec la température : si la température augmente, l’humidité relative diminue (puisque plus chaud, l’air peut contenir plus d’humidité, l’air est donc moins saturé, et l’HR diminue) ; et inversement.

9À humidité absolue donnée, dans un local donné sans apport de vapeur d’eau extérieur, un degré en moins augmente l’humidité relative de 3 %.

Les conséquences de la température et de l’humidité sur les documents

10Les matériaux organiques sont extrêmement hygroscopiques : ils réagissent donc directement aux conditions climatiques.

Situation climatique

Conséquence

Type de document concerné

T° élevée

Dégradation des matériaux (surtout instables)

Papiers acides

T° et HR élevées

Développement des moisissures

Tous

T° élevée et HR basse

Dessèchement des matériaux, friabilisation

Cuirs et papiers

T° basse

Friabilisation des matières organiques

Papiers

HR élevée

Corrosion des matériaux

Fermoirs, boulons* métalliques

11Des fluctuations de la température et de l’humidité relative se traduisent par des phénomènes d’absorption et de désorption d’eau, ayant pour conséquence des variations dimensionnelles des matériaux qui entraînent à la longue une fatigue mécanique : il y a perte d’élasticité, de souplesse et de solidité : on constate des fendillements et des décollements. Attention, les documents ayant subi une restauration récente sont particulièrement sensibles aux variations d’humidité.

Comment éviter ces dégradations ?

Respecter les conditions de conservation recommandées

12Pour nos climats tempérés, et pour les documents en papier et en cuir, les recommandations sont les suivantes : 18° C ± 1° C et 55 % d’HR ± 5 %.

13Des fluctuations sont généralement admises entre 16 et 21° C et 40 % et 60 % d’HR, à condition que ces variations ne soient pas brutales, mais saisonnières.

14L’essentiel est surtout de stabiliser la température et le taux d’humidité pour limiter au maximum les variations climatiques.

15Pour éviter le développement de moisissures, il faut impérativement ne pas dépasser 60 %. Une variation maximale de 5 % sur 7 jours avec 1 % par 24 heures est admise.

Connaître les conditions thermo-hygrométriques dans les magasins

16Il est donc essentiel de connaître les conditions climatiques dans les magasins, afin de détecter une panne ou une anomalie, d’installer un matériel adapté – chauffage et/ou climatisation, dés/humidificateurs, matériaux tampons (gel de silice), etc. –, de pouvoir dialoguer avec d’autres corps de métier : maintenance, climatisation, architectes…

17Les mesures de température et humidité relative se prennent avec des thermo-hygromètres* enregistreurs (thermo-hygrographes), à relevé plutôt hebdomadaire que mensuel, que l’on placera dans une zone climatique représentative et loin d’une bouche de soufflage d’air, ou de voies de passage. On n’oubliera pas de les étalonner régulièrement (la fréquence d’étalonnage dépend de la nature de l’appareil, mécanique ou électronique), et d’en analyser régulièrement et correctement les relevés.

Les mesures à prendre

18Agir sur l’un des deux facteurs (la température ou l’humidité relative) a des conséquences sur l’autre.

TABLEAUX ACTIONS POSSIBLES POUR AMÉLIORER LES CONDITIONS CLIMATIQUES

Si

on peut

en

 

Si

mais

il faut

Air trop sec

↗ HR

↘ T°

 

Air trop sec

T° bonne

humidifier l’air

Air trop humide

↘ HR

↗ T°

 

Air trop humide

T° bonne

déshumidifier l’air

 

T° ↘

HR bonne

déshumidifier l’air

 

T° ↗

HR bonne

humidifier l’air

LA LUMIÈRE

Qu’est-ce qui dégrade ?

19La lumière, naturelle ou artificielle, est nocive aux documents : toutes les longueurs d’ondes de la lumière encouragent la décomposition chimique des matériaux organiques par oxydation. La lumière peut faire blanchir, jaunir ou brunir certains papiers ; elle décolore certains pigments, altérant la lisibilité et l’apparence des documents.

20L’œil humain ne voit pas l’infrarouge (IR) ni l’ultraviolet (UV). Ce sont pourtant deux radiations qui sont nocives pour les documents.

TABLEAU EFFETS ET CONSÉQUENCES DES RADIATIONS SUR LES DOCUMENTS

  • 1 Un des principaux composants du bois, responsable du jaunissement du papier fabriqué à partir de la (...)

Radiation

Effets

Conséquences sur les documents

UV

Dégradations photochimiques de la matière

Jaunissement des papiers contenant de la lignine1, effacement des pigments, perte de résistance mécanique

IR

Dégradation par échauffement, dessèchement des matériaux

Accélération du vieillissement

21La lumière artificielle est aussi nocive. Les lampes à incandescence (à ampoules, halogènes) dégagent des infrarouges : leur effet est donc chauffant. Les lampes à fluorescence (de type néon) dégagent beaucoup d’UV. Les lampes à fibre optique produisent une lumière froide (donc qui n’émet pas de chaleur).

22Il faut donc éliminer l'IR et l'UV, et éviter l’éclairage direct sur les documents.

Comment protéger les documents de la lumière lors du stockage2 ?

    • 2 Voir plus loin la partie sur les expositions et la reproduction p. 59.

    ne pas exposer ou stocker de documents directement aux rayons du soleil ;

  • munir les fenêtres de stores, de rideaux, de volets et/ou de filtres/films ;

  • éteindre systématiquement quand il n’y a personne dans le magasin.

LA POLLUTION

Qu’est-ce qui dégrade ?

23Il faut savoir que les polluants sont également nocifs pour les documents.

TABLEAU LES EFFETS DE LA POLLUTION

Polluants

Effets

Conséquences

Solides (aérosols, poussières, fumées, brouillards)

Dépôt de particules infimes sur les documents

Graisse les supports

Dégradations mécaniques par abrasion

Terrain propice au développement des moisissures

Gazeux

▪ Ozone (dégagée par photocopieurs et purificateurs d’eau)

▪ Pollution industrielle (dioxyde de soufre)

Oxydation et hydrolyse des macromolécules

▪ Oxydation

▪ Scission des matériaux

Dégradations chimiques

▪ Documents papier et photographies

▪ Fragilisation des documents

24L’air non filtré est aussi la principale source de poussières et de spores de moisissures.

  • 3 Voir l’annexe D de la norme AFNOR Z 40-010 relative aux conditions de conservation des documents gr (...)

25La pollution vient aussi de certains matériaux utilisés3 : certains bois, certains textiles utilisés dans des vitrines d’exposition, certaines peintures, colles et solvants ; les cartons et papiers ordinaires ; les plastiques à base de PVC (présence de chlore) ; les élastiques (présence de soufre) ; le scotch ; les nitrates de cellulose et acétates de cellulose (contenus dans certaines photographies) dégagent des gaz toxiques.

Comment éviter ces dégradations ?

26Lorsque les locaux sont climatisés, le niveau de pollution peut être réduit grâce à l’utilisation de filtres à charbon actif qui doivent être changés régulièrement. Les filtres électrostatiques sont à éviter car ils dégagent de l’ozone.

27Un dépoussiérage* régulier des collections est indispensable, car très efficace pour minimiser ces risques de dégradations. Les aspirateurs doivent être munis de filtre absolu * pour éviter que des spores de micro-organismes se dispersent à nouveau dans l’air.

28Et puis :

  • ne pas placer de photocopieur près des collections, notamment photographiques ;

  • éviter les rayonnages et meubles en bois, les cadres en bois pour les expositions (bois interdit pour les photos !) ;

  • utiliser des peintures acryliques ;

  • attendre au moins trois semaines avant de remettre des collections dans un local qui a subi des travaux de peinture, pose de revêtement de sol… et aérer régulièrement le local en attendant ;

  • choisir des conditionnements en matériaux neutres*.

LES AGENTS BIOLOGIQUES : INSECTES, CHAMPIGNONS, BACTÉRIES

29Les agents de dégradation biologique (insectes et moisissures) contribuent de façon importante à la dégradation des collections de bibliothèque. Ces agents se nourrissent des substrats organiques qu’ils trouvent dans les documents ou dans la poussière qui les recouvre. L’absence de ventilation, l’obscurité et des niveaux de température et d’humidité relative élevés favorisent leur développement. Les dommages causés (destruction des papiers et des reliures, taches…) sont irréversibles.

Quelles dégradations ?

Les insectes

30La présence d’insectes est détectable à divers signes : sur les documents eux-mêmes, on peut trouver des galeries sinueuses pour les lépismes* et les dermestes* ; de petits trous circulaires pour les vrillettes* ; de petits monticules de sciure révélant l’existence d’insectes xylophages ou de petits tas d’excréments (poussières noires). Enfin, on constate parfois directement la présence d’insectes dans les magasins.

31En fait, dans nos climats tempérés, les attaques d’insectes sont rarement de grande ampleur.

Les champignons/moisissures

32Les champignons papyricoles s’attaquent tout particulièrement aux collections patrimoniales. Plus de 600 espèces ont été recensées. Ces moisissures sécrètent des pigments qui diffusent dans le papier en laissant des taches de couleurs différentes, sur les dos, plats, tranches, premiers cahiers*, marges extérieures, ou toute partie du livre qui a été mouillée. Au toucher, on constate un affaiblissement de la structure du papier dû à la « digestion » de la cellulose, parfois même une apparition de trous.

Comment éviter le développement des moisissures ?

33Les spores de moisissures sont partout dans l’air environnant, apportées par l’air, l’eau, ou par contact. Certaines spores peuvent rester à l’état « latent » plusieurs années avant la germination. Leur développement est étroitement lié aux conditions climatiques, et en particulier à l’humidité relative (si elle est supérieure à 62 %, le risque est très important). Il est favorisé aussi par la présence d’éléments nutritifs : poussières, cuirs, colles, papier. Un facteur déclenchant est généralement nécessaire : apport anormal d’humidité par fuite, infiltration, rupture de canalisation…

34La germination entraîne le cycle de la moisissure. Celle-ci se développe en se nourrissant des composants des documents et produit à son tour des spores, même après diminution de l’humidité relative. La propagation des infestations est très rapide.

35Les moisissures présentent un aspect pulvérulent : aspect de mousse ou de poudre, relief de la tache visible en lumière rasante.

Il est très difficile d’arrêter un cycle de développement entamé. L’important est donc d’éviter de laisser s’installer des conditions (climatiques et d’empoussièrement) favorables au développement des moisissures.

Que faire en cas de développement ou infestation de moisissures ?

36Si cela arrive, il faut stopper le facteur déclencheur, déshumidifier le local, isoler, sécher et dépoussiérer les documents atteints (hors du magasin) avec un aspirateur à filtre absolu, et si le local est aussi infesté, dépoussiérer le magasin. Une surveillance devra ensuite être attentive pendant 6 mois.

  • 4 Département de la Conservation : < desinfection@bnf.fr >.
  • 5 CRCC : < http://www.crcc.cnrs.fr >.

37Le personnel doit se protéger (gants, masque et blouse pour les manipulations) et limiter au maximum les déplacements dans le magasin. Tous les conseils pourront être obtenus auprès de la BnF4 ou du Centre de recherche et de conservation des collections (CRCC)5.

38Si toute une collection est concernée, on pourra avoir recours à la désinfection* des collections à l’oxyde d’éthylène, ou par anoxie* pour une infestation par insectes ; suivie de la désinfection des locaux. Mais la désinfection est un procédé très agressif pour les documents et elle n’a aucun caractère préventif. Elle est donc réservée aux cas les plus résistants et aux grandes quantités. Le dépoussiérage soigneux suffit dans la grande majorité des cas.

LE STOCKAGE ET LA MAINTENANCE DES COLLECTIONS

39Les modes de stockage ont une influence directe sur la vie des documents. De mauvaises conditions endommagent rapidement les collections, provoquant des déformations (espaces entre les étagères non adaptés à la hauteur véritable des ouvrages, absence de serre-livres pour des étagères non complètes…), ou des éraflures sur les reliures (rayonnages métalliques à arêtes vives, extraction violente des rayonnages). C’est aux rayonnages de s’adapter aux collections, et non l’inverse.

Les rayonnages et mobilier

  • Le sens des travées doit être perpendiculaire à la position des bouches de soufflage de la ventilation ou de la climatisation, afin d’assurer une bonne circulation d’air à l’intérieur des rayonnages, et aux fenêtres afin d’éviter un impact direct de la lumière de jour.

  • Il ne faut pas placer les rayonnages tout contre les murs extérieurs afin d’éviter les conséquences néfastes de possibles infiltrations ou condensations.

  • Lorsque des documents sont rangés dans des armoires fermées, on doit s’assurer que celles-ci sont ventilées correctement. Les ouvertures d’aération doivent se trouver sur les côtés et non pas en haut pour éviter la chute de poussière.

40Du point de vue de la conservation, il faut aussi être vigilant à l’absence d’aspérités pouvant provoquer des éraflures sur les reliures, à la facilité de montage et de démontage, à la surface antidérapante des tablettes, à leur résistance à la charge, à la qualité de la peinture, à la douceur de déplacement d’un compactus et à l’espace laissé toujours libre entre les épis pour la circulation de l’air.

41Pour les documents en feuilles (estampes, cartes, dessins, plans…), souvent pliés (cartes) ou empilés (estampes), il faut utiliser soit des armoires à grands tiroirs plats, soit des boîtes de rangement disposées à plat sur deux largeurs de rayonnages.

Rangement des documents

42Il est conseillé de ranger les documents par format, sans trop les serrer, debout jusqu’au format in-folio, couchés pour les plus grands ; en laissant derrière les livres un espace pour la circulation de l’air (ainsi qu’entre le fond des rayonnages et le mur).

43Ne jamais, même temporairement, stocker des ouvrages au sol (même en cartons).

44Il est aussi recommandé de surélever les premiers niveaux de rayonnages à 10-15 cm du sol environ afin de réduire les conséquences d’une inondation, en laissant sous la dernière tablette en bas l’espace accessible aux raclettes ou aux aspirateurs pour le ménage et l’assèchement du sol ; et d’utiliser des rayonnages équipés d’une tablette supérieure pour protéger les documents de la poussière et de la lumière.

Entretien des locaux

45La propreté des magasins (sols) et des rayonnages est tout aussi importante que celle des documents eux-mêmes : le rythme minimum de nettoyage est d’une fois par an, à l’aspirateur à filtre absolu, sans négliger l’arrière, le dessus et le dessous des rayonnages.

La protection des documents

Le conditionnement

46La mise en boîte de conservation – en matériaux neutres – est l’une des meilleures actions de préservation, car elle permet de protéger les documents de la poussière, des aspérités des autres livres (fermoirs ou boulons), lors du transport, lors d’un sinistre (protection contre l’eau ou lors d’une évacuation), de préserver des décors de reliures, des documents en feuilles, des ouvrages restaurés ou au contraire fragilisés mais qu’on ne souhaite pas restaurer.

Élimination des corps étrangers

47Doivent être ôtés tous les éléments qui peuvent abîmer les livres (par la rouille ou provoquant des déchirures) : agrafes, trombones, épingles… Si certains (fleurs séchées, images…) doivent être conservés, il est conseillé de les mettre dans la boîte du document, dans une pochette transparente neutre et étiquetée.

48De même, on ne collera pas sur les documents patrimoniaux ni étiquettes de cote, de RFID, ni codes-barres, ni directement sur les feuillets ni sur les reliures ; les cotes pourront être notées sur des signets de papier permanent, où pourront également être collés (à la colle de pâte) les autres éléments cités.

Maintenance des collections

  • 6 Voir les fiches pratiques de la BnF : < http://www.bnf.fr/fr/professionnels/conservation.html >.

49La deuxième meilleure action de préservation des collections est leur dépoussiérage, par un personnel formé et sensibilisé, muni de protections (blouse, gants, masque), et de chiffons doux non pelucheux, brosses souples, pinceaux, ou aspirateurs équipés de variateurs de puissance et de filtre absolu, en veillant à adapter le matériel en fonction de l’état et de la nature du document : si un document est fragile, une forte aspiration peut provoquer des déchirures. Ce matériel doit être régulièrement nettoyé6. Les cuirs nécessitent également un entretien régulier, avec une cire spéciale (la cire 213 commercialisée par la BnF), afin de garder leur souplesse.

Cette cire ne convient pas aux cuirs très dégradés (cuirs épidermés, cassants, pulvérulents, etc.). Par ailleurs, il ne faut pas appliquer directement la cire sur le cuir mais avec un chiffon.

Inspection des collections

50Une inspection régulière des magasins, avec le regard de la conservation préventive, doit être effectuée quotidiennement à l’occasion de la communication, de façon hebdomadaire, du relevé des thermo-hygromètres, et une fois par an pour l’intégralité des collections.

LA CONSERVATION TOUT AU LONG DE LA VIE EN BIBLIOTHÈQUE

51La conservation est un état d'esprit. Il faut l'appliquer à chaque instant de la vie en bibliothèque. Il est important que tous les membres de l'équipe l'acquièrent, soit par des stages de formation continue, soit par des sessions de sensibilisation en interne.

LA CONSULTATION

52Les dégradations physiques les plus fréquentes – en dehors du stockage – sont causées par une mauvaise manipulation des documents pendant l’extraction des rayonnages, le transport, la consultation, ou la reproduction.

L’extraction du rayonnage

53Quand un ouvrage est saisi par la coiffe * pour être retiré du rayonnage, celle-ci casse rapidement. Cela s’évite par exemple en passant la main au-dessus l’ouvrage et en poussant le livre vers soi par la tranche.

Le transport

54Pendant le transport des magasins à la salle de consultation, quand celui-ci se fait dans des chariots inappropriés, les ouvrages peuvent tomber : au mieux ils sont éraflés, au pire, s’ils tombent sur la couture, celle-ci peut se casser, les plats se détacher…

55Il est recommandé d’utiliser des chariots munis de bords protecteurs afin d’assurer la sécurité des documents en déplacement (en U).

La consultation

56Pendant une communication non encadrée, les risques de dégradation sont multiples : livres empilés qui tombent, rupture des coutures si les lecteurs s’appuient sur les livres, traces d’encre… En particulier, l’utilisation de supports mal appropriés aux livres pour la consultation peut occasionner de nombreux dommages à la reliure. Le lutrin traditionnel en bois proche de la verticale est très nocif pour les livres : il tire sur la couture – qui peut casser – en positionnant les feuillets verticalement.

57Le lecteur n’est, le plus souvent, pas au fait des principes et contraintes de conservation ; il est donc du ressort du bibliothécaire de l’en informer, voire de le « former » sur le respect des documents, et de lui expliquer les raisons des différentes consignes de manipulation.

58Le principe de base de la conservation préventive, lors de la consultation, est de reprendre les différentes sources de fragilité du livre, et de le faire manipuler par le lecteur en conséquence : la mise en œuvre la plus facile, et la plus efficace, est sans doute le futon modulable de soutien, dont les côtés sont enroulés pour arriver à la hauteur de chaque plat, en fonction de la masse des feuillets situés de chaque côté : la couture ne doit pas souffrir, chaque plat doit être soutenu au maximum, et ne pas reposer sur le vide. De même, on ne doit jamais forcer l’ouverture d’un livre.

59L’utilisation des gants, au moins pour les photographies et les documents précieux, paraît nécessaire, sauf si d’autres dispositifs peuvent être mis en place.

LA REPRODUCTION

La reproduction à la bibliothèque

60Les photocopies de documents patrimoniaux posent de graves problèmes de conservation. Les photocopieurs habituels, liés à une mauvaise manipulation, peuvent causer d’importants dommages à la structure des livres (dos cassé, couture cassée, pages cornées…). En outre, la photocopie est une source très importante de lumière et de chaleur.

61La meilleure recommandation qu’on puisse faire est d’interdire la photocopie de tout élément du patrimoine écrit.

62Les photocopieurs/numériseurs à prise de vue zénithale, sans besoin de retourner l’ouvrage, sont une solution. Les photocopieurs à pan coupé évitent les dommages mécaniques, mais pas ceux causés par la lumière et la pollution.

La numérisation

63L’impact des campagnes de numérisation sur la conservation des fonds patrimoniaux n’est pas négligeable. La numérisation peut étendre de façon significative les risques de dégradation si les appareils et les processus ne sont pas adaptés à l’exigence première de la conservation.

64Les principaux points à surveiller sont l’exposition à la lumière durant la numérisation (à limiter au maximum), et les matériels en contact avec le document lors de l’opération (supports, poids…), qui doivent être recouverts de matériaux de conservation.

LES EXPOSITIONS

65Les conditions de conservation à (faire) respecter lors des expositions de documents graphiques ont fait l’objet d’une norme AFNOR NF Z 40-010 publiée en juin 2005. Nous y renvoyons le lecteur. Nous n’en évoquerons ici que les principaux éléments.

66Les expositions accentuent tous les risques que les conditions climatiques et l’éclairage font courir aux documents car l’éclairage est obligatoire, les portes sont ouvertes et la présence humaine forte, rendant difficile le maintien de valeurs climatiques stables ; les documents sont présentés ouverts et donc plus réceptifs à l’action de la lumière et des variations thermo-hygrométriques ; les contraintes de présentation vont à l’encontre des principes de conservation : ouverture, inclinaison des documents…

Avant l’exposition

67La démarche de conservation doit être mise en œuvre avant même l’exposition. Il s’agit de l’examen de la possibilité d’exposition pour le document, en fonction de son état physique, et de ses précédentes séances d’exposition ; il s’agit aussi et surtout de la rédaction d’un constat d’état détaillé à 4 étapes (avant/après le transport aller, après l’exposition, au retour dans les magasins), afin de pouvoir déterminer, au cas où une dégradation se ferait jour, le moment précis où celle-ci est intervenue, et la responsabilité.

Pendant l’exposition

Vitrines et supports

68Les vitrines doivent être étanches à la poussière, fermées avec un élément unique (clé ou ventouse) et de préférence en verre feuilleté.

69Les supports doivent être adaptés aux documents (et non l’inverse), ne leur imposer aucune contrainte (angle d’ouverture à 90° ou 120° maximum pour les reliures anciennes), soutenir leurs plats et leur couture. Les pages seront maintenues ouvertes par des clips, ou des bandes en polyester. Les documents isolés posés directement au fond des vitrines en seront isolés par une feuille de papier ou carton neutres.

Les conditions thermo-hygrométriques

70Il est donc indispensable de maintenir le document dans des conditions thermo-hygrométriques stables depuis sa sortie de magasin jusqu’à son retour. Les conditions climatiques seront donc contrôlées à l’intérieur de la vitrine, en veillant à refuser toute présence de source de chaleur influant sur la température de la vitrine (source lumineuse, générateur…). Des matériaux tampons stockés en attente dans les mêmes magasins que les ouvrages pourront restituer dans la vitrine le même taux d’humidité relative.

L’éclairage

71L’intensité d’éclairage se mesure par le lux*, qui est la quantité de lumière reçue par une surface donnée. La lumière naturelle « normale » s’évalue dans une fourchette entre 50 000 et 150 000 lux.

72La lumière a un effet cumulatif sur le document, c’est-à-dire que chaque période où le livre est exposé à la lumière et ouvert à une page donnée s’additionne avec la précédente et la suivante. Il est donc très important de savoir combien de temps un document a été éclairé, et à quelle intensité. Rappelons que le rayonnement visible est aussi nocif que les UV pour l’intégrité des œuvres.

73Pour un document, les risques d’être exposé trop longtemps ou trop souvent à la lumière sont nombreux : perte de fraîcheur des couleurs, perte de texte, à terme perte des couleurs elles-mêmes, perte de résistance mécanique, accélération du vieillissement. De plus, les effets de la lumière sur un document sont irréversibles. Enfin, les réactions chimiques qui se déclenchent lors de l’exposition à la lumière se poursuivent, une fois celle-ci éteinte.

74En fonction des matériaux les constituant ainsi que de leur état de conservation, les documents de bibliothèque sont répartis en trois catégories suivant leur sensibilité à la lumière : il ne faut pas dépasser la dose totale d’exposition (DTE).

TABLEAU SENSIBILITÉ DES TYPES DE DOCUMENT À LA LUMIÈRE

Classe de sensibilité

Types de document

DTE / an

Fortement sensible

Papier pâte chimique ; papier pâte chiffon ; encre noire d’imprimerie, encres noires manuscrites, graphite ; tirages photographiques noir et blanc sur papier baryté ; documents imprimés en bon état

84 000 lxh/a

Très fortement sensible

Parchemin ; tirages noir et blanc sur papier plastifié

42 000 lxh/a

Extrêmement sensible

Papier pâte mécanique, papier calque, papier pelure ; encres de couleur, enluminures, feutres, aquarelles, pastels, gouaches ; tirages photos couleurs, tirages photos XIXe siècle

12 500 lxh/a

75L’action de dégradation sera la même si on expose des documents sous un éclairement de 50 lux durant 250 heures tous les ans, que sous 150 lux durant 250 heures une fois tous les 3 ans.

76Il faut donc calculer : si 150 lux sont relevés au luxmètre, et si la durée de l’exposition est de 45 heures par semaine pendant 7 semaines : 150 x 45 x 7 = 47 250 lxh seront reçus par les documents. S’il s’agit de manuscrits sur parchemin enluminés, de périodiques du XIXe siècle, de tapuscrits à l’encre violette du XXe siècle, c’est une durée 3 fois trop longue. Il faut alors soit réduire la durée de l’exposition, soit réduire l’intensité d’éclairage, pour que le résultat du calcul final soit conforme à la DTE correspondant au type de document. On peut aussi prendre des dispositions pour que ces documents ne soient jamais remis en exposition pendant les 3 années suivantes (le noter sur la boîte de conservation par exemple ou la fiche individuelle du document, de façon à savoir ensuite si on peut ou non le ré-exposer et dans quel délai).

77Pour ne pas dégrader les documents lors des expositions, on conseille donc de protéger au maximum les documents de la lumière naturelle, de changer régulièrement la page exposée, et de privilégier les lumières froides (fibres optiques), qui évitent les problèmes de chaleur (mais pas ceux de la lumière). Les éclairages dynamiques, qui ne se déclenchent qu’en présence des visiteurs, sont également une bonne solution. Et bien sûr, il ne faut jamais exposer en permanence des documents originaux à vocation de conservation.

LE PLAN D’URGENCE*

Les risques

78Le feu est généralement considéré comme le fléau naturel des bibliothèques ; s’il survient moins souvent que l’inondation, ses conséquences sont toujours graves s’il n’a pas été combattu dès le début.

79Les inondations sont très fréquentes en bibliothèque : dysfonctionnement de plomberie, fuites diverses, orages violents… Les dommages de l’eau sur les documents sont importants : gonflement des papiers faisant éclater les coutures, adhérence des feuillets entre eux, poids accru faisant s’effondrer les étagères, taches sur les cuirs, et surtout risque de développement très rapide de moisissures dès que l’humidité relative dépasse 62 %. Les conséquences sont alors très lourdes : au mieux il faudra organiser le dépoussiérage complet des collections, au pire la désinfection des documents et des locaux.

La rédaction du plan d’urgence

80Il est indispensable de préparer un plan d’urgence7 au minimum pour les collections patrimoniales, au mieux pour l’ensemble des collections, et de former les équipes à la réaction, aux bons gestes à tenir en cas de sinistre.

81Ce plan d’urgence aura 3 objectifs :

  • sensibilisation du personnel aux sinistres ;

  • prévention : tout faire pour éviter que le sinistre n’arrive ;

  • prévision : tout préparer pour minimiser les conséquences du sinistre s’il survient quand même.

82Le plan d’urgence consiste également à :

  • travailler avec les pompiers pour leur montrer les locaux, les collections à sauver en priorité ; et pour les sensibiliser au problème des collections graphiques face aux eaux d’extinction… ;

  • faire une liste des documents les plus précieux à sauver en priorité et convenir avec les pompiers d’un mode de repérage simple, sans ambiguïté et visible malgré la fumée ;

  • préparer du matériel pour les interventions d’urgence.

La prévention des sinistres

Prévention des incendies

83Il est bien sûr interdit de fumer dans l’ensemble des locaux de la bibliothèque. Le local fumeur, qui sera aménagé, sera équipé de cendriers contenant du sable.

84Il ne faut laisser de façon permanente aucun appareil électrique branché (radiateur, cafetière, bouilloire…) dans les locaux (bureaux, salles de repos…).

85Il existe différents systèmes de détection incendie. Les plus efficaces combinent une détection des fumées avec une détection des températures élevées. Sauf contre-ordre, le système de détection met en route un système de mise en sécurité ou d'extinction (fermeture des portes coupe-feu, ouverture des issues de secours, envoi du produit d'extinction).

86Il existe également plusieurs systèmes d’extinction : les sprinklers, les gaz inertes, ou les brouillards d’eau. Ces derniers sont probablement ceux qui allient le plus efficacité et conservation.

Prévention des inondations ou des conséquences d’une inondation

87Il faut prendre l’habitude de signaler tout dysfonctionnement de plomberie, et alerter immédiatement à toute découverte de fuite, éponger et nettoyer tout de suite pour éviter l'extension de l'inondation.

ENCADRÉ LES INTERVENTIONS EN CAS D’INONDATION (ET EN PHASE POST-INCENDIE)
▪ couper l'arrivée d'eau si c'est possible ; ▪ établir le constat d’état : la première chose à faire est le tour des locaux afin de voir quelle surface est affectée par l’inondation. Faire un croquis (très succinct !), sur des plans vierges préparés, des emplacements précis des magasins où se trouve l’eau : cela peut être important pour déterminer les causes de l’inondation. Dans une description rédigée sommairement, noter les éventuelles différentes hauteurs d’eau ;
▪ prendre des photos : il est important de penser à prendre des photos du sinistre (vues d’ensemble et de détails). Elles seront très utiles, pour les assurances, et pour aider les services techniques au diagnostic des causes du sinistre ;
▪ protéger, à l’aide de grandes bâches, les rayonnages qui n’ont pas été atteints si la cause de l’inondation n’est pas réglée ;
▪ aspirer l’eau avec un aspirateur à eau ou un refouleur : chaque demi-heure compte pour le développement des moi sissures ;
▪ donner priorité au sauvetage des livres inondés ou humides : les livres brûlés pourront attendre quelque temps : leur état ne s’empirera pas au fil des jours ;
▪ opérer un tri : séparer les livres mouillés (l’eau en ruisselle) des livres secs et des livres humides ;
▪ vider les rayonnages, si possible, en respectant l’ordre numérique des cotes, au moins par tranche ;
▪ agir vite et bien pour les documents mouillés ou humides : des déformations commencent à apparaître au bout de 8 heures, les moisissures en 48 heures ; l’attente occasionnera des dommages irréversibles. Les livres fort mouillés (plats gonflés, dos concaves) seront traités en priorité ;
▪ privilégier l’intervention sur les locaux de stockage (de préférence aux bureaux et couloirs) de livres à vocation de conservation (patrimoine, fonds régional, dépôt légal…) ;
▪ aérer les locaux.

LA RESTAURATION

88La restauration occupe le dernier maillon et le plus périlleux de la chaîne de la conservation : une mauvaise restauration peut faire disparaître à jamais des pans entiers de l'identité d'un document.

89La restauration est l'action de stopper les dégradations d’un document, en le consolidant dans un état fonctionnel, tout en respectant son intégrité ; de lui donner les moyens de transmettre son témoignage chargé d’histoire. Le but de la restauration est de ralentir le vieillissement inéluctable du document, mais pas d'effectuer un retour en arrière à l'état d'origine.

90Il est important d’abord de :

  • commencer par agir sur les conditions de conservation de l’ensemble des collections ;

  • procéder à l’évaluation de l’état physique des collections ;

  • dépenser les premiers crédits en préservation (conditions climatiques, lumière, mobilier, conditionnements, formation du personnel, etc.).

Les modalités : les principes de base

  • La restauration doit s'inclure dans une méthodologie d'ensemble de conservation. On ne restaure pas des ouvrages quand, après restauration, ils reprendront place dans de mauvaises conditions de conservation, climatiques ou de stockage ;

  • tous les ouvrages dégradés ne doivent pas nécessairement passer par la restauration : une sélection s’impose ;

  • le plus souvent, il faut s'en tenir à une intervention minimale, limitée à ce qui est strictement nécessaire à la consultation des documents ;

  • les matériaux doivent être compatibles avec les matériaux d'origine ;

  • les opérations doivent être réversibles : chaque élément apporté doit pouvoir être démonté et retiré sans autrement altérer les éléments d'origine ;

  • l’intervention doit être honnête, transparente et discrète sur le plan esthétique.

91Les critères de choix des ouvrages à diriger vers la restauration devront prendre en compte :

  • des ouvrages qui sont consultés ;

  • des ouvrages avec particularités d’exemplaire (ex-libris*, ex-dono*, reliure aux armes, annotations manuscrites…) ;

  • des ouvrages pour lesquels la valeur documentaire ou artistique, d'intérêt local, régional ou national, est importante ;

  • des ouvrages dont les dégradations sont de nature à en empêcher la consultation, à s’étendre et endommager davantage le document au fil des années et des consultations (par exemple, couture cassée, feuillets désencollés ou devenus mous par l'action de l'eau…).

92La sélection des ouvrages à restaurer doit être effectuée non pas par le restaurateur mais par le responsable du fonds. Si celui-ci ne se sent pas capable de le faire, des stages de formation continue sont accessibles ; sinon, il vaut mieux alors ne pas engager d’opérations de restauration.

Le dossier de restauration

93Un dossier de restauration doit accompagner le livre pendant la restauration, être complété en cours de travail, regagner la bibliothèque avec le livre, et être conservé sinon avec le livre, dans tous les cas aussi longtemps que celui-ci. Il est le carnet de santé de l'ouvrage. Un document doit garder une évocation écrite de son histoire.

94Ce dossier comprend six grandes parties et 2 séries de photographies :

  • l’identification du document ;

  • des photographies nombreuses et nettes de tous les aspects dégradés ;

  • la description des éléments permettant de déceler l'état original ;

  • la description de l'état de conservation ;

  • le projet de restauration ;

  • le contre-projet, le devis et la fiche technique ;

  • le compte rendu de restauration ;

  • les photographies de l’ouvrage après la restauration.

  • 8 182 rue Saint Honoré, 75033 Paris Cedex 01. Tél : 01 40 15 74 25.

95Les dossiers doivent être soumis au CTR, via le SLL au ministère de la Culture et la Communication8 : c’est obligatoire pour les documents appartenant à l’État et conservés en bibliothèque municipale, recommandé pour les autres.

Notes

1 Un des principaux composants du bois, responsable du jaunissement du papier fabriqué à partir de la fibre de bois, après exposition au soleil.

2 Voir plus loin la partie sur les expositions et la reproduction p. 59.

3 Voir l’annexe D de la norme AFNOR Z 40-010 relative aux conditions de conservation des documents graphiques et photographiques pendant leur exposition, qui donne la liste des matériaux nocifs aux documents.

4 Département de la Conservation : < desinfection@bnf.fr >.

5 CRCC : < http://www.crcc.cnrs.fr >.

6 Voir les fiches pratiques de la BnF : < http://www.bnf.fr/fr/professionnels/conservation.html >.

7 Pour toutes ces questions et les fiches techniques de la BnF rassemblées, voir < http://www.bouclier-bleu.fr/ >.

8 182 rue Saint Honoré, 75033 Paris Cedex 01. Tél : 01 40 15 74 25.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/656/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540