Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apprendre à gérer des collections patrimoniales en bibliothèque

 | 
Dominique Coq

Partie I. Face à une collection patrimoniale

3. À quoi sert une réserve et qu’y mettre ?

Laure Jestaz

Texte intégral

  • 1 La définition la plus récente est due à Philippe Nieto : une réserve est 1° « un ensemble de livre (...)

1Avant de se demander à quoi sert une réserve, posons-nous la question de savoir ce qu’elle est, ce que sa présence signifie dans une bibliothèque, ce qu’elle représente1.

2La réserve désigne le plus souvent un lieu particulier dédié à la conservation, espace circonscrit physiquement par des murs, un coffre, etc. Il peut également s’agir d’une réserve symbolique, seulement caractérisée au catalogue par des mentions particulières de cotation et de consultation. Néanmoins, de quelque ordre qu’elle soit, elle rassemble généralement des documents qualifiés de rares et de précieux, ces deux notions étant tout à la fois les clés de voûte assurant la cohérence et la pertinence de cet ensemble et les pierres d’achoppement auxquelles se heurtent les bibliothécaires lorsqu’il s’agit de les définir.

LA RÉSERVE EST UN LIEU

3La réserve est le plus souvent une pièce particulière dans une bibliothèque, dont l’accès est restreint, fermé à clé, soumis à autorisation. Sanctuarisé en raison de ce qu’il contient, ce lieu n’a d’autre objectif que d’assurer aux documents qu’il recèle la plus grande protection contre toute dégradation, d’ordre humain, accidentel, ou constitutif de l’état du document (papiers de mauvaise qualité, dont la fabrication engendre une fragilité supplémentaire, feuillets* isolés ou d’un format inattendu, etc.). Il présente généralement (ou devrait présenter) des moyens de protection renforcés contre le vol, l’incendie ou l’eau, et être doté d’une surveillance hygrométrique particulière.

4Une réserve est donc un lieu dont on protège particulièrement le contenu :

  • en sécurisant ces locaux contre le vol : mise sous clef des documents, qu’il s’agisse de pièces ou d’étagères grillagées, de coffres-forts ; obligation d’inscrire sur un registre chaque passage, qu’il s’agisse d’allers et venues liés à la communication des documents, de visites de personnalités, de groupes ; conservation des bulletins de communication des documents présents dans ces lieux ; interdiction d’y laisser seule une personne non habilitée ;
  • en assurant dans ces locaux une veille climatique par le biais de capteurs hygrométriques régulièrement contrôlés. Un système de climatisation peut y être installé, avec toute la prudence requise puisque c’est le plus souvent par le biais de ces arrivées d’air en circuit fermé que se propagent les infestations lorsqu’elles surviennent2 ;
  • en veillant à protéger ces lieux d’une trop forte luminosité susceptible d’abîmer les reliures et de jaunir les papiers : mise en place de volets, de filtres solaires, etc. ;
  • en assurant un conditionnement propre à chaque type de document : boîtes de conservation sur mesure, acquisition de meubles à plans pour les documents de très grand format ou en feuillets…, et en entreprenant la restauration des pièces endommagées ;
  • en s’assurant que le ménage y est fait par une personne sensibilisée à la conservation des documents, qui ne lavera pas le sol à grande eau, ne vaporisera pas sur les rayonnages des produits caustiques dommageables à la conservation, ne frottera pas les reliures poussiéreuses avec un chiffon empreint de produit chimique attaquant les matières organiques, etc. ;
  • en disposant sur place les instruments propres à la manipulation des documents : futons *, lutrins, sous-main, gants, crayons à papier…

5On aurait tort de croire à cette lecture que la protection d’une réserve requiert de lourds moyens financiers. Certes, la mise en place de capteurs climatiques et l’installation de meubles de rangement adaptés sont des éléments d’un coût non négligeable. Mais la majeure partie des actions à mettre en place (ne pas y laisser seul un visiteur, ne pas travailler avec sa bouteille d’eau sur la table, ne pas entreposer des plaques de verre sur un coin de rayonnage dans l’attente de la boîte de conservation commandée…), requiert avant tout du bon sens, non de l’argent.

LA RÉSERVE, ESPACE MENTAL DE CONSERVATION

DÉTERMINER UNE SEMI-RÉSERVE EN MAGASIN

6Mettre en place dans son institution un espace circonscrit physiquement et doté de protections maximales relève parfois de l’impossible. Le manque de place, de moyens financiers, de forces vives, peut l’interdire et reporter ce projet sine die. On peut alors déterminer une sorte de semi-réserve en magasin, qui dotera les documents concernés d’un statut particulier et suscitera pour eux des conditions sans doute minimales mais particulières de communication, voire de conservation, tout en les maintenant au milieu des autres documents de la bibliothèque.

7Il sera bon de les distinguer alors au catalogue par une cote singulière qui alertera les lecteurs et les bibliothécaires sur leur fragilité, leur rareté, leur valeur, et induira des modes de rangement et de communication spécifiques, au sein des magasins et dans la salle de lecture :

  • mise en boîte de conservation ou restauration si les budgets le permettent ;
  • espace de consultation particulier en salle de lecture avec une surveillance accrue, utilisation de futons et de lutrins, interdiction du stylo à encre… ;
  • interdiction d'emprunt par des particuliers ;
  • conditions spécifiques de reproduction (sans flash, sur un support adapté pour éviter de casser la reliure…).

LA RÉSERVE, UN ENSEMBLE DE DOCUMENTS PARTICULIERS

  • 3 C’est notamment le cas en Belgique à la Bibliothèque Royale, à l’Université libre de Bruxelles et (...)

8C’est par les documents qui y sont conservés que la réserve, espace de protection, acquiert son statut de sanctuaire ou de « saint des saints » (sanctum sanctorum, pour reprendre la terminologie de nos collègues anglais) se dotant parfois d’une majuscule et de qualificatif (notons que l’expression « Réserve précieuse » est encore une dénomination chère à nos institutions occidentales3 – signifiant par là qu’il existe bel et bien des réserves non précieuses).

  • 4 Au contraire des musées où la réserve est un lieu où l’on stocke, souvent en grand nombre, les œuv (...)

9Parfois bibliothèque à part entière au sein de l’établissement, dotée de règles propres, de son propre personnel, la réserve reste la partie la plus prestigieuse des bibliothèques4. Ce sont ses documents qui sont présentés aux tutelles et aux visiteurs de marque, ce sont eux qui assurent son rayonnement (par le biais d’expositions, d’études scientifiques…), c’est leur sauvegarde qui doit être privilégiée en cas de sinistre. Sur quels critères est donc constitué un ensemble d’une telle valeur ?

10Le plus souvent, on hérite d’une réserve déjà constituée. On pense à l’enrichir, on pense moins à l’évaluer au regard de l’intérêt des documents et de la politique documentaire de la bibliothèque ; on pense enfin très rarement à la désherber (on entend par là refouler dans le fonds général). La réserve est cependant le lieu de tous les amoncellements, là où ont été mis tout ensemble les unica (manuscrits, dessins…), les monuments typographiques universellement renommés (les incunables*, les grands livres du XVIe siècle…), les photographies sans doute anciennes mais encore si souvent terra incognita des bibliothécaires qu’on ne sait trop les analyser, les objets improbables (buste d’une célébrité locale, médailles, boîtes de marqueterie, toiles encadrées…). La confusion entre réserve et cabinet de curiosités est encore fréquente, héritage vivace d’un passé qui n’a su que faire d’objets hétéroclites de provenances multiples.

CE QU’ON TROUVE DANS UNE RÉSERVE

11La volonté de mettre en réserve, c’est-à-dire à part, par précaution, les documents d’une valeur et d’un intérêt méconnus est aujourd’hui singulièrement freinée par le manque de place dans les bibliothèques, ou mise à mal par le réaménagement des lieux (notamment dans le cadre d’un déménagement). Les espaces de réserve, lieux de stockage de varia plus ou moins précieux, explosent. Les normes de conservation, toujours plus draconiennes et directives, impliquent souvent le desserrement des documents sur une étagère, de nouveaux modes de rangement requérant davantage de place… Quels documents doivent donc y être conservés, et quelle doit être au XXIe siècle la politique d’enrichissement d’un tel ensemble ?

12Quelques grandes lignes de force sur la constitution des réserves de bibliothèques peuvent être soulignées. L'encadré ci-dessous présente les documents le plus souvent conservés.

ENCADRÉ LES DOCUMENTS À METTRE EN RÉSERVE
▪ les manuscrits, toutes époques confondues, et plus généralement les unica : dessins, recueils d’aquarelles, relevés d’architecture, épreuves corrigées… Pièces impossibles à racheter en cas de perte, souvent fragiles, témoins irremplaçables d’une vie quotidienne, d’un travail en cours, dont l’unicité n’est pas toujours pour autant gage de grande valeur – mais la sélection, difficile, des manuscrits à préserver en priorité est rarement établie ;
▪ les documents témoignant de la naissance et de l’histoire de leur art : les incunables (du livre, des estampes, de la photographie…), les grands monuments typographiques et iconographiques ou audiovisuels – dont il serait pourtant judicieux de vérifier l’absence d’autres exemplaires au sein des ressources locales avant leur mise en réserve ;
▪ les livres interdits, à caractère raciste, érotique ou pornographique. Leur mise en réserve est en ce sens moins liée à un souci de conservation qu’à une vigilance particulière à apporter à leur consultation. Il peut s’agir au reste de documents assez rares car mal diffusés, poursuivis, etc. ;
▪ les documents précieux par rapport aux fonds de la bibliothèque, eu égard à :
▫ des particularités d’exemplaire (provenance illustre d’intérêt national ou local, exemplaire truffé,
annoté, avec envoi, épreuves corrigées…), leur valeur étant liée à l’histoire du livre ou de la bibliothèque d’ origine ;
▫ l’ancienneté des documents : de manière quasi générale, les imprimés des XVe -XVIe siècles se retrouvent en réserve. Étendre ce critère aux siècles suivants dépend de la taille de l’institution et de la volumétrie des fonds concernés ;
▪ la rareté des documents. Très difficile à évaluer avant l’ère des catalogues informatisés, cette notion est aujourd’hui bien plus facile à appréhender mais doit être maniée avec prudence. On doit rester prudent par rapport aux informations accessibles : ces catalogues n’étant pas encore tous exhaustifs ni mis à jour, l’unicité d’un exemplaire ne peut être réellement assurée ;
▪ les reliures d’une qualité remarquable, eu égard aux matériaux employés, à la technique de fabrication, à la provenance locale du relieur… ;
▪ les livres particulièrement fragiles et qui requièrent une conservation particulière ou dont on sait qu’ils n’ont pas leur place au fonds général en raison de leur format (des minuscules qui se perdraient parmi d’autres imprimés, des panoramas enroulés, des recueils de gravures in-plano…). Une attention particulière doit être portée aux périodiques, que la mauvaise qualité du papier rend très fragiles et dont on croit, bien souvent à tort, qu’ils sont de diffusion courante et donc conservés ailleurs ;
▪ Les livres de bibliophilie à tirage restreint ou les livres d’artiste, exemplaires souvent uniques par l’insertion d’œuvres iconographiques originales, justifiés, etc.

QUELLES QUESTIONS SE POSER ?

13La réflexion préalable doit porter sur une réserve idéale, qui ne serait pas contrainte par des problèmes d’espace, de budget, de personnel. Il s’agit dans un premier temps de définir, par type de document, les critères conduisant à une mise en réserve avant de confronter, dans un second temps, ses désirs à la réalité pratique et matérielle du moment. La réflexion sur la constitution d’une réserve et sur son accroissement doit également mener à s’interroger sur la place qu’occupe cet ensemble par rapport au fonds général de la bibliothèque, ou par rapport au fonds ancien s’il existe.

  • En quoi la réserve est-elle différente du fonds ancien ? Estelle assimilable au fonds patrimonial ? au fonds local ? au fonds dit de conservation ? Quelle est sa spécificité par rapport à ces derniers, quelle est son identité propre ?
  • Quel type de document doit-on mettre dans cet espace ? Si la bibliothèque recèle des documents très différents (plaques de verre, microsillons, imprimés, films en nitrate, recueils de gravures…) nécessitant chacun des conditions de conservation différentes, doit-on créer plusieurs réserves ? Quels liens créer entre elles en ce cas, en termes d’espace, de communication, d’emprunt… ?

14Il peut être intéressant de distinguer une réserve ancienne, historique, souvent encyclopédique en termes de contenu, dont l’un des critères principaux est la date de publication du document ; et une réserve dite moderne, constituée selon des principes plus restrictifs liés à l’histoire locale, à la vulnérabilité du document, à un tirage… La seconde n’est pas nécessairement le prolongement de la première même s’il importe d’établir entre elles des relations de connivence en fonction de l’intérêt des fonds et des caractéristiques matérielles des documents.

LES GRANDS PRINCIPES D’UNE RÉSERVE

15L’intention n’est pas ici de porter un regard négatif sur ce qui a été fait précédemment. Les remarques qui suivent sont l’objet d’un constat. Et ce sont les contraintes du moment (contraintes d’espace, contraintes budgétaires…) qui obligent, sainement, à porter un regard critique sur les actions précédentes avec l’espoir d’en dégager certains grands principes.

Établir des critères par type de document

  • 5 Voir Antoine Coron, « La réserve des livres rares à la Bibliothèque nationale de France : constitu (...)

16Bien qu’elle ait été le plus souvent constituée selon des critères implicites, souvent liés à la personnalité des prédécesseurs en poste et à leurs intérêts, la réserve doit aujourd’hui être l’œuvre d’un choix (critères de date, de fragilité, de la présence d’iconographie…)5.

17Ce choix doit être étroitement dépendant des fonds de la bibliothèque, de sa spécificité locale, de son histoire, et de la politique documentaire établie.

18Ce choix doit considérer tout à la fois et séparément la rareté, la fragilité et l’unicité d’un exemplaire, qui permettent d’en définir la valeur. C’est en croisant l’ensemble de ces critères qu’il importe de décider d’une mise en réserve.

19Ce choix doit être raisonné par type de document : un tirage tardif d’une célèbre gravure de Daumier, un tirage original de Charles Marville, un dessin très abouti de Victor Hugo n’auront ni la même valeur, ni la même rareté et ne requerront pas les mêmes conditions de conservation, de protection, de communication.

Faire des choix en concertation

20Ce choix doit être fait collégialement. Quelle que soit la taille de la bibliothèque, ce serait une erreur que de réfléchir par département ou par service : le responsable des acquisitions courantes, de la lecture publique, le responsable de la section jeunesse, celui des cartes et plans, du multimédia, des manuscrits, doivent être sollicités à part égale dans cette réflexion qui doit associer documents anciens et modernes, ceux dont le caractère précieux est avéré et ceux pour lesquels il faut réfléchir dès leur acquisition sur la conservation qu’on souhaite leur offrir. La patrimonialisation d’un document est l’œuvre de chaque jour, elle est une réflexion permanente et vivante, abstraction faite de l’ancienneté de l’exemplaire acquis.

Rédiger une charte

21Ces grands principes, qui fondent l’identité d’une réserve, doivent faire l’objet d’une charte écrite et connue. Ce document de référence sera une aide objective pour les acquisitions patrimoniales futures (on aurait tort de négliger la part d’affectivité inhérente à ce type d’achat, si humaine qu’elle reste aujourd’hui encore un critère rarement affiché mais bien vivant), qui aidera les bibliothécaires suivants dans la poursuite de cette politique.

22Toutefois, parce qu’une bibliothèque est une institution vivante dont les collections fluctuent au gré des budgets, des réaménagements, des personnes en poste et des lecteurs qui l’utilisent, il n’est pas rare qu’elle reçoive des dons d’importance susceptibles de bousculer, plus ou moins fortement, son identité, et par ricochet celle de la réserve déjà constituée. Des aménagements devront être faits, qui inscriront dans le temps le nouvel axe d’enrichissement retenu en lui conférant un poids et une signification dans son développement futur. La réserve d’une bibliothèque doit demeurer un lieu vivant, non un musée de collections précieuses.

DES DOCUMENTS SOUMIS À DES RÈGLES DE COMMUNICATIONS SPÉCIFIQUES

23La présence d’une réserve induit généralement la mise en place de règles de consultation spécifiques pour ses documents : afin de garantir leur sécurité, ceux-ci seront consultés dans un espace particulier de la salle de lecture, sous la surveillance d’un bibliothécaire, avec mise à disposition d’instruments facilitant leur manipulation : futons, lutrins, boudins… L’autorisation d’un responsable peut être requise, notamment dans le cas de pièces particulièrement précieuses, et ce qui pourrait ici apparaître comme une contrainte peu pratique au sein de l’établissement lui est souvent profitable en ce qu’elle offre une meilleure connaissance de son public et favorise l’insertion de la bibliothèque dans le monde de la recherche en contribuant à son rayonnement.

Notes

1 La définition la plus récente est due à Philippe Nieto : une réserve est 1° « un ensemble de livres ou de documents […] classés à part du fait de caractéristiques imposant des précautions de conservation particulières […] et qui ne sont communiqués que sous certaines conditions » ; 2° « un local où est conservé un tel ensemble ». Cf. l’article « Réserve » dans le Dictionnaire encyclopédique du livre, Paris, Electre - Éditions du Cercle de la Librairie, 2011, III, pp. 552-554.

2 Toute climatisation impose également une réflexion sur le choc thermique supporté par le document lorsqu’il doit sortir du lieu réfrigéré pour être consulté dans une salle de lecture à température ambiante.

3 C’est notamment le cas en Belgique à la Bibliothèque Royale, à l’Université libre de Bruxelles et à Mariemont, en Suisse à Lausanne…

4 Au contraire des musées où la réserve est un lieu où l’on stocke, souvent en grand nombre, les œuvres que l’on n’expose pas et qui sont généralement de moindre valeur.

5 Voir Antoine Coron, « La réserve des livres rares à la Bibliothèque nationale de France : constitution d’une nouvelle collection », Bulletin des bibliothèques de France, 1996, t. 41, n° 3, pp. 20-25. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1996-03-0020-004 >.

Auteur

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540