Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apprendre à gérer des collections patrimoniales en bibliothèque

 | 
Dominique Coq

Partie I. Face à une collection patrimoniale

2. Patrimoine et politique documentaire : « la bibliothèque dans son entier »

Bernard Huchet

Texte intégral

1L’historique des collections des bibliothèques fait apparaître certains caractères de leur légitimité, tout en éclairant les motifs d’un statut juridique épineux ; mais il ne résout pas la question capitale qu’il faut aborder maintenant : puisqu’il est convenu que certaines bibliothèques au moins soient détentrices d’un « patrimoine », quel est véritablement son périmètre au sein de chaque établissement ? Comment lui donner une dynamique et l’articuler avec les autres notions qui structurent la politique documentaire, le souci d’analyse des publics par exemple, ou le respect des règles domaniales ? Pour diverses raisons qui tiennent à l’évolution de notre culture professionnelle, la notion même de « bibliothèque patrimoniale » et de patrimoine des bibliothèques prête à confusion : chacun donne à ce terme un sens qui fausse le débat, se fondant sur d’incertains critères d’histoire ou de réglementation. Quelques éclaircissements préalables sont donc nécessaires pour fonder la proposition qui va suivre.

LE PATRIMOINE DES BIBLIOTHÈQUES N’EST PAS UNE TRADITION PROFESSIONNELLE

  • 1 Jean-Luc Gautier-Gentès, « Le patrimoine des bibliothèques : rapport à Monsieur le directeur du liv (...)

2Comme le rappelait Jean-Luc Gautier-Gentès en 20091, le terme de « patrimoine » appliqué à certaines collections des bibliothèques publiques est l’héritage du rapport Desgraves, présenté au directeur du livre en 1982. C’est un choix sémantique seulement trentenaire, et dont l’objectif de circonstance était alors de faire bénéficier les bibliothèques de crédits spécifiques, après le rendez-vous manqué de l’Année du patrimoine en 1980.

3Le rapide succès qu’a rencontré cette appellation dans le discours professionnel et dans les organigrammes des bibliothèques prouve néanmoins qu’elle y était nécessaire pour désigner, codifier et promouvoir une activité jusque-là pratiquée de manière empirique dans les établissements, dépassant par sa nature et ses ambitions les simples opérations de conservation matérielle des collections anciennes. Il s’agissait bien de nommer une politique prospective impliquant l’existence d’une théorie fondatrice et la définition d’objectifs à court ou moyen terme, de même que le besoin de progresser par la confrontation d’idées, l’action collective et l’évaluation régulière des travaux accomplis.

  • 2 Louis Desgraves, Le patrimoine des bibliothèques : rapport à Monsieur le Directeur du Livre et de l (...)

4Le rapport Desgraves soulignait à bon droit dans son introduction que « traiter du patrimoine des bibliothèques, c’est traiter des bibliothèques dans leur entier »2, et qu’une forme de vigilance patrimoniale devait s’exercer également sur les collections courantes. Malheureusement, la commission n’avait pu réellement développer ce point, recentrant son propos sur les « fonds anciens, rares et précieux » dont la mise en avant lui paraissait prioritaire, pour des raisons de sauvegarde notamment.

LE PATRIMOINE DES BIBLIOTHÈQUES N’EST PAS UNE NOTION JURIDIQUE

  • 3 Code général de la propriété des personnes publiques, article L. 2112-1, 10°. Cf. ici même les comm (...)
  • 4 Par le décret n° 2011-574 du 24 mai 2011. La circulaire d’application de ces mesures, produite par (...)

5Il est notable qu’aucun des textes réglementaires qui régissent les bibliothèques ne cite explicitement leur patrimoine : le silence des lois ne saurait surprendre, puisque les professionnels se sont, en somme, emparés d’un terme que se réservaient jusque-là d’autres services de conservation, notamment ceux dont l’activité s’exerce en faveur du patrimoine monumental. On a vu ci-dessus que depuis 2006, la nouvelle définition du domaine public mentionne « les collections de documents anciens, rares ou précieux des bibliothèques »3, mais non leurs collections patrimoniales, suivant la périphrase issue du rapport Desgraves et retenue en 1988 pour définir les modalités du contrôle technique de l’État*. Certes, l’insertion4 dans le récent Code du patrimoine de ces dernières dispositions, qui relevaient jusque-là du Code général des collectivités territoriales, est à considérer comme une reconnaissance légale du rôle patrimonial de nos établissements : mais elle s’est effectuée à droit constant, et n’apporte aucune information nouvelle sur la définition d’un patrimoine qui leur serait spécifique.

6Il en résulte que les bibliothécaires n’ont pas d’obligation légale ni réglementaire fondée sur la notion de patrimoine, puisque celle-ci n’est pas explicitement formulée par le législateur. Force nous est donc de considérer que le terme est vacant, c’est-à-dire qu’il peut être librement défini lors de l’élaboration d’une politique documentaire. À la différence du domaine public dont l’appartenance est intrinsèque aux documents qui le composent, la construction du patrimoine sera donc facilement soumise à des critères d’opportunité qui varient suivant les prescriptions documentaires de chaque établissement. Il convient toutefois d’examiner quels rapports peuvent ou doivent s’établir entre patrimoine et domaine public, pour déterminer le degré d’inaliénabilité des collections patrimoniales.

LE PATRIMOINE DES BIBLIOTHÈQUES NE S’IDENTIFIE PAS NÉCESSAIREMENT AUX FONDS ANCIENS

  • 5 Document téléchargeable en ligne, par exemple sur le site bibliofrance. org : http://www.bibliofra (...)

7On ne saurait construire une dynamique du patrimoine sur un critère strictement chronologique, comme on croyait encore pouvoir le faire à la fin du XXe siècle : ainsi, les commentaires de l’article 8 de la Charte des bibliothèques5, publiée sans réelle portée réglementaire par le Conseil supérieur des bibliothèques en 1991, font entrer dans les collections patrimoniales « tout document de plus de cent ans d’âge ». Les inconvénients que provoque une telle formule sont assez connus : sacralisation abusive de collections anciennes sans la moindre valeur scientifique, conservation coûteuse et défaillante, par défaut de moyens proportionnés à leur nombre, d’ouvrages sans rapport avec une quelconque orientation documentaire des fonds, difficultés à maîtriser dans sa globalité le spectre disciplinaire formé par leurs contenus. Il ne suffit évidemment pas qu’un ouvrage soit devenu centenaire pour garantir le besoin de sa conservation dans les fonds de l’établissement.

  • 6 Bertrand Calenge, Les politiques d’acquisition, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1994, p. (...)

8C’est en termes de cohérence globale dans la détermination d’une politique documentaire qu’il faut être particulièrement critique à l’égard d’une césure de ce type. Dans son ouvrage sur Les politiques d’acquisition, Bertrand Calenge recommande ainsi de procéder à des éliminations dans les collections « semi-patrimoniales » avant qu’elles aient franchi le seuil fatidique des cent ans6 : cette borne est à la fois trop lointaine pour éviter qu’entre-temps s’entassent dans les magasins des collections dépourvues d’intérêt qu’on laissera toujours le soin de classer à d’hypothétiques successeurs, et trop proche pour qu’on puisse vraiment se prévaloir d’un recul suffisant pour opérer dans leur masse des choix scientifiques pertinents. Il en résultera donc d’inévitables distorsions entre les positions de principe et leur application : procéder après-coup à une « patrimonialisation » des collections courantes, parce qu’on établit une limite arbitraire entre patrimoine et collections contemporaines, condamne à fonder le patrimoine de l’établissement sur le régime imparfait du constat, quand il faudrait pratiquer la prescription.

9Par ailleurs, une vision du patrimoine qui s’articule de manière préférentielle, voire exclusive, sur les fonds anciens conduit à sous-estimer l’intérêt patrimonial à venir des autres collections, notamment contemporaines, alors qu’il est indispensable d’admettre que leur transmission, conjointement aux traces que nous ont laissées les époques antérieures, présente le même degré de nécessité. C’est bien ce qu’établissent par d’autres éléments de définition des collections patrimoniales, mais dans une formulation qu’on peut juger restrictive, ces mêmes commentaires de la Charte des bibliothèques.

LE PATRIMOINE EST D’ABORD AFFAIRE DE TRANSMISSION

10La notion de patrimoine inclut nécessairement celle de transmission ; elle n’a de sens qu’au sein d’une communauté qui sert de cadre à cette transmission, qu’il s’agisse d’une famille, d’un groupement social, religieux ou géographique, ici naturellement les publics à desservir par l’établissement. Ce qu’une bibliothèque peut avoir la mission de transmettre, c’est évidemment le capital documentaire qu’elle a reçu des générations précédentes ; ce sont aussi les compléments qui viennent l’enrichir au fil du temps, quel que soit leur support, dès lors qu’ils attestent la permanence du service public et la continuité de son action.

11Car le fonctionnement d’une bibliothèque se conçoit logiquement sur la durée : sans revenir sur les quelques fondations d’Ancien Régime encore actives de nos jours (voir plus haut encadré 1, p. 14), la plupart des bibliothèques patrimoniales peuvent se prévaloir de quelque 200 ans d’existence, et d’avoir vu passer de nombreuses pratiques documentaires, suivant les modes politiques, les types de publics, les consensus plus ou moins développés qui régissent pour un temps leur vie quotidienne. Ce sont les accidents d’une substance dont il faut dégager les caractéristiques pour affirmer son identité propre : même si les documents conservés dans une bibliothèque sont par essence multiples, on ne peut nier que chaque fonds possède son histoire et ses particularités, s’est accru par des effets conjoncturels, s’est donné sa propre physionomie qui distingue la bibliothèque de ses voisines, et qu’elle doit naturellement développer et transmettre.

12Une première définition, presque tautologique, pourrait donc être celle-ci : le patrimoine d’une bibliothèque est l’ensemble des fonds qu’elle conserve, ou qu’elle acquiert, à des fins de transmission. Ce propos ne présume nullement qu’il se compose, pour tout ou partie, d’ouvrages anciens, rares ou précieux, comme on l’a vu pour le domaine public ; mais il associe la détermination du patrimoine à la communauté que dessert la bibliothèque, autant dire à des partenaires de statuts variés, susceptibles d’intervenir de manière active dans les choix documentaires de l’établissement.

LE PATRIMOINE DES BIBLIOTHÈQUES DOIT FAIRE L’OBJET D’UNE DÉCISION

13Parmi les bibliothèques détentrices de collections considérées comme « patrimoniales », beaucoup subissent dans les faits la présence parfois massive de fonds qu’elles connaissent mal et dont la conservation, bien qu’absolument prescrite par un sommaire consensus, n’est pas assurée dans de bonnes conditions. Malgré le développement d’actions de coopération depuis le milieu des années 1980, le statut général de ce patrimoine automatique n’a guère avancé depuis l’époque du rapport Desgraves : ce qui doit progresser aujourd’hui pour faire évoluer les pratiques, c’est moins la mise en œuvre d’opérations matérielles de conservation que la réflexion politique sur la fonction patrimoniale des bibliothèques, et sa traduction dans les choix de pilotage de chaque établissement.

  • 7 Voir l’article « Le droit du patrimoine écrit : d’où il vient ? Où il va ? », pp. 14-25.

14Autrement dit, l’existence et la gestion d’un patrimoine documentaire n’ont pas à relever d’un simple effet de circonstance qui placerait les bibliothécaires dans l’obligation d’assurer la transmission mécanique de fonds reçus d’une tradition complexe et parfois contradictoire : elle réclame de ces professionnels une véritable décision qui inscrive le patrimoine dans la conduite générale de la bibliothèque, et puisse durablement constituer la base de son identité. Cet engagement politique des bibliothécaires s’apparente à la responsabilité juridique évoquée plus haut7 par Gérard Cohen à propos de la définition du domaine public. Elle s’appuie sans doute sur certains préalables communs, mais elle doit en être différenciée puisqu’elle vise à d’autres fins. Nous pourrions cependant considérer, si nous avions à constituer aujourd’hui nos collections ex nihilo, que la détermination de ce patrimoine recouvre exactement le périmètre du domaine public.

  • 8 Pour une bonne part, les outils professionnels susceptibles d’évaluer la pertinence de collections (...)

15Le souci du patrimoine devrait être en effet l’argument principal de la politique documentaire : on a bien compris que notre définition des collections patrimoniales se fonde sur le contenu des documents, et sur son adéquation aux objectifs de l’établissement sur la durée. Cette approche doit conduire les professionnels à définir dans les collections des segments thématiques sans distinction d’âge ou de support, mais traités avec une exigence documentaire d’autant plus forte qu’elle s’appuiera sur des priorités locales : spécificités géophysiques, traditions économiques, personnalités représentatives, etc. Ces rubriques, plus ou moins étendues suivant la taille et les moyens de la bibliothèque, sont à considérer dans toute la profondeur historique de leur champ, de manière à constituer de véritables collections de référence qui spécialisent la politique patrimoniale8, sans préjudice de l’offre encyclopédique de premier niveau que doivent continuer d’assurer les bibliothèques de lecture publique.

16Un travail de cette nature aura logiquement deux conséquences : l’examen critique des collections anciennes dont une partie seulement pourra s’inscrire dans ces priorités documentaires, et sera donc l’objet préférentiel des mesures de sauvegarde (conditionnement*, restauration), nonobstant d’éventuels désherbages dans les autres domaines ; et d’autre part, un niveau spécifique d’acquisitions, courantes ou rétrospectives, qui distingue à tout moment ces disciplines dans l’offre générale de la bibliothèque, et prépare les voies d’une transmission consistante et clairement assumée.

  • 9 Les ouvrages des collections patrimoniales qui sont à même de circuler doivent être équipés de tell (...)

17On en finit de la sorte avec la « patrimonialisation » des collections courantes : par la manière dont la bibliothèque a délimité son patrimoine, et parce qu’elle en fait un argument de base de sa politique documentaire, les documents qu’elle détient à ce titre sont patrimoniaux depuis leur entrée dans les collections. Il faut préciser que leur conférer d’emblée ce statut n’empêche pas leur circulation, tout au moins pour un temps, ni leur prêt à domicile : c’est même l’occasion d’imaginer une communication particulière à leur sujet9, mettant en valeur auprès d’un public élargi les options patrimoniales de la bibliothèque et le sensibilisant aux exigences d’une entreprise de transmission dont il pourrait, sous diverses formes, être aussi l’un des acteurs.

LA POLITIQUE PATRIMONIALE REND NÉCESSAIRE LA COOPÉRATION

18Le patrimoine ainsi déterminé se veut sélectif : il implique des choix documentaires qui spécialisent partiellement la bibliothèque dans sa politique d’acquisition, et totalement dans ses actions de conservation. Ce n’est pas une surprise : tous les professionnels sont aujourd’hui rompus à l’idée qu’on ne peut pas tout conserver, et qu’il n’est pas viable économiquement que chaque établissement sur son propre territoire joue le rôle d’une petite bibliothèque nationale, gardienne de tous les savoirs du monde. Mais la définition d’une telle politique est indissociable de l’ouverture de l’établissement vers l’extérieur, à la fois comme préalable et comme conséquence, auprès de partenaires dont l’intervention cadre et complète ses options préférentielles.

  • 10 Hélène Richard, La formation aux questions patrimoniales dans les bibliothèques : rapport à M. le m (...)

19Comme le faisait observer Hélène Richard dans son rapport sur les formations patrimoniales présenté au ministre de la Culture en 201010, la bibliothèque ne peut en effet déterminer de son propre mouvement, sans qu’ils soient admis et validés par des instances de concertation et de régulation, les axes prioritaires de sa politique patrimoniale : cette précaution garantit un double niveau de pertinence des choix opérés, au regard de la communauté que dessert directement la bibliothèque (rôle de la tutelle), mais aussi pour la préservation globale d’un patrimoine d’intérêt national réparti sur l’ensemble du territoire, et dont il faut maintenir l’équilibre et la représentativité (rôle de la « communauté scientifique »).

  • 11 Bernard Huchet, « Le patrimoine », in Yves Alix (dir.), Le métier de bibliothécaire, Paris, ABF-Édi (...)

20C’est pourquoi la définition des collections patrimoniales doit être améliorée pour aboutir à la formule suivante, qui exprime la réflexion dans sa totalité : le patrimoine d’une bibliothèque est constitué de tous les documents, sans distinction d’âge, de nature ou de support, que ses missions l’amènent à conserver sans limitation de durée11.

21Cet équilibre sera d’autre part atteint par le renforcement des entreprises de conservation partagée : les établissements d’un même territoire, par exemple d’une région, pourront conclure des partenariats documentaires sur la base de cette conception du patrimoine, afin de mettre en place un réseau dont chaque élément se définit par ses compétences disciplinaires. On cherchera bien sûr, sans en faire une condition nécessaire de l’exercice, à représenter le spectre encyclopédique dans sa totalité : s’il est fort peu probable qu’on y parvienne absolument, cet objectif pourrait au moins conduire à limiter certaines redondances, à définir plus rigoureusement, par des articulations concertées entre bibliothèques, la portée réelle de chaque choix disciplinaire.

22Aux termes de cet accord, chaque bibliothèque participante s’engage à constituer des fonds de référence dans les domaines arbitrés en commun. Elle y fait porter une veille documentaire accrue, des efforts significatifs en matière d’acquisition et de conservation, et reçoit régulièrement des autres établissements du réseau, dans les conditions que prévoient les règlements en vigueur, des collections complémentaires qu’ils n’ont plus à conserver, puisque leurs options patrimoniales sont différentes. Réciproquement, elle transfère aux autres établissements, suivant le rôle qu’ils jouent dans le réseau, les collections dont elle n’entend plus assurer la conservation puisqu’elles ne représentent pas ses choix documentaires. Vis-à-vis de son public, elle est un point d’accès qui rend disponible une offre documentaire considérablement renforcée, puisqu’elle fédère les travaux parallèles d’autant de bibliothèques en voie d’enrichissement.

23Le schéma qui s’esquisse de la sorte a pour intérêt de mettre en place entre les établissements concernés un partage intégral de leurs missions : l’objectif n’est plus de considérer la conservation comme une fin en soi, ou pire encore, de limiter les effets d’un accord à de simples mesures d’élimination concertée, comme il en est souvent des plans de conservation limités aux périodiques. Il revient à chaque bibliothèque d’affirmer sa personnalité par le développement conjoint de ses collections anciennes et modernes, mais aussi par l’approfondissement de ses compétences, et dans le respect d’une continuité qui correspond à l’évolution générale des connaissances : la politique du patrimoine cesse d’être l’attribut marginal de quelques spécialistes, confits dans leur aptitude à reconnaître les cuirs de reliure et les filigranes du Grand Siècle, pour intéresser vraiment « la bibliothèque dans son entier ».

24Bien entendu, le recours massif aux nouvelles technologies conditionnera dès l’origine le fonctionnement de ce réseau : la constitution d’un portail bibliographique susceptible de moissonner les catalogues des bibliothèques, l’installation de moyens logistiques pour faire circuler à la demande les exemplaires d’un établissement à l’autre, qu’il s’agisse d’un exemplaire physique ou de numérisation à la volée, la mise en place d’outils de communication qui sachent mettre en valeur ces nouvelles formes de coopération figurent en bonne place dans les préalables du projet.

  • 12 Quelques expériences de ce type sont en cours, par exemple dans la région Haute-Normandie les trans (...)

25Les obstacles sont toutefois nombreux, qu’il ne faut pas sous-estimer : d’un point de vue réglementaire, les échanges de collections entre bibliothèques territoriales sont possibles, mais ils doivent être strictement cadrés12 ; le transfert des collections d’État peut également se voir prescrire par l’autorité préfectorale, que rien n’empêche de saisir dans le cadre d’un mouvement coopératif, mais selon des procédures parfois lentes et longues. Les règlements respectifs des établissements participants devront être harmonisés pour que l’accès du public régional aux ressources réparties soit assez équitable, etc. On fera valoir encore les difficultés rencontrées à vouloir concilier certaines tutelles, et le temps nécessaire à les convertir – bien des montagnes que la seule foi des professionnels ne suffira peut-être pas à déplacer.

26Toutefois, l’enjeu professionnel est de taille : il revient à faire évoluer la conception traditionnelle du patrimoine pour en faire l’instrument d’une politique documentaire homogène. Même en l’absence du système coopératif qui lui donnera toute sa dimension, il s’agit d’introduire dans la bibliothèque la conviction que le patrimoine doit être choisi, et non subi et que ce choix s’opère dans la concertation ; qu'il articule au juste sentiment de l'histoire de l'établissement le souci légitime du service public, et qu'il est une garantie pour l'avenir des collections.

Notes

1 Jean-Luc Gautier-Gentès, « Le patrimoine des bibliothèques : rapport à Monsieur le directeur du livre et de la lecture », Bulletin des bibliothèques de France, 2009, t. 54, n° 3. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2009-03-0027-010 >.

2 Louis Desgraves, Le patrimoine des bibliothèques : rapport à Monsieur le Directeur du Livre et de la lecture, 1982.

3 Code général de la propriété des personnes publiques, article L. 2112-1, 10°. Cf. ici même les commentaires qu’en donne Gérard Cohen, « Le droit du patrimoine écrit : d'où il vient ? Où il va ? », p. 22.

4 Par le décret n° 2011-574 du 24 mai 2011. La circulaire d’application de ces mesures, produite par la Direction du livre et de la lecture en 1988, est aujourd’hui largement dépassée, mais n’a pas été remplacée par un texte officiel plus récent.

5 Document téléchargeable en ligne, par exemple sur le site bibliofrance. org : < http://www.bibliofrance.org/ressources_professionelles/index.php?option=com_jdownloads&amp;Itemid=2&amp;task=view.download&amp;cid=18 > (consulté en mars 2012).

6 Bertrand Calenge, Les politiques d’acquisition, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1994, p. 184. Sa notion même de collection « semi-patrimoniale », qui rencontre imparfaitement la faveur des professionnels, est fondée sur un argument chronologique : « collection issue des fonds courants de la bibliothèque, ayant perdu sa fraîcheur immédiate… mais dont la bibliothèque ne peut ou ne veut se débarrasser » (ibid., p. 164).

7 Voir l’article « Le droit du patrimoine écrit : d’où il vient ? Où il va ? », pp. 14-25.

8 Pour une bonne part, les outils professionnels susceptibles d’évaluer la pertinence de collections thématiques dans toute la profondeur historique de leur champ doivent encore être inventés. On peut cependant, pour approfondir cette réflexion, critiquer la manière dont sont gérés aujourd’hui certains fonds locaux ou régionaux, visant plus ou moins à l’exhaustivité, et qui s’apparentent presque davantage à des entreprises de bibliophilie qu’à de la politique documentaire au sens strict. Bien au contraire, il s’agirait ici d’offrir, pour chaque discipline concernée, l’équivalent d’une bibliographie pluraliste et soutenue des productions contemporaines, et dans sa continuité, un échantillon riche et représentatif des grandes étapes historiques de son développement. C’est pourquoi cette politique, sauf dans le cas de collections anciennes d’une rare complétude, suppose également des acquisitions rétrospectives.

9 Les ouvrages des collections patrimoniales qui sont à même de circuler doivent être équipés de telle sorte qu’on puisse à peu près garantir leur conservation : reliure spécifique des livres ou périodiques, signalement particulier pour les documents audiovisuels, etc. Ces précautions pourront être complétées par un dispositif de contrôle régulier, pour procéder en cas de problème à des remplacements sans se voir opposer l’indisponibilité commerciale de l’ouvrage.

10 Hélène Richard, La formation aux questions patrimoniales dans les bibliothèques : rapport à M. le ministre de la Culture et de la Communication, Inspection générale des bibliothèques, septembre 2010 (n° 2010-016), consultable en ligne (mars 2012), p. 15, note 12.

11 Bernard Huchet, « Le patrimoine », in Yves Alix (dir.), Le métier de bibliothécaire, Paris, ABF-Éditions du Cercle de la Librairie, 2010, p. 180.

12 Quelques expériences de ce type sont en cours, par exemple dans la région Haute-Normandie les transferts de certains livres pour enfants dans le cadre du plan de conservation partagée des fonds pour la jeunesse, avec l’intermédiaire de l’agence régionale de coopération (ARL).

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540