Version classiqueVersion mobile

Historien à l'âge numérique

 | 
Philippe Rygiel

Partie 2. Réflexivités réticulaires

Chapitre 12. Histoire@numérique

Texte intégral

La première version de ce texte est parue dans la revue Écrire l’histoire (numéro 11, printemps 2013, pages 69-74). Il résulte d’une commande d’un court texte de synthèse abordant l’importance du « tournant numérique » pour l’histoire et les historiens, destiné à être publié dans une revue dédiée à l’histoire de l’histoire et à l’historiographie.

Une époque numérique

1L’histoire que nous vivons, comme celle que nous écrivons, est aujourd’hui prise dans un environnement numérique, soit des machines interconnectées permettant le traitement automatique et quasi instantané de volumes considérables d’informations. Ce constat, ses conséquences pour la pratique historienne, s’entend de plusieurs façons. La plupart des activités humaines contemporaines ne peuvent plus être comprises ni même se produire hors de ce cadre. C’est vrai de la sphère du travail [Garsten et Wulff, 2003], comme de celle de l’économie, ou de la culture [Rebillard, 2009]. Or, si ces phénomènes sont aujourd’hui inscrits d’évidence sensible dans notre quotidien, les technologies sur lesquelles ils se fondent sont au cœur du fonctionnement de beaucoup de grandes entreprises, mais aussi des grands systèmes militaro-industriels [Lecuyer, 2007], depuis plusieurs décennies. En ce sens, toute histoire du très contemporain comporte, potentiellement au moins, une dimension numérique. Par cela même, elle renvoie souvent à une histoire de très longue durée. En tant que mise en signe du monde, le langage numérique s’inscrit dans une histoire des systèmes d’écriture. Il a pour condition de possibilité aussi bien la pensée leibnizienne que l’alphabet complet élaboré pour la première fois par les anciens Grecs [Herrenschmidt, 2007]. Replacer le numérique dans le temps long, sans se cantonner à une histoire de l’informatique, de ses réseaux ou des contenus – par ailleurs nécessaire et en cours de structuration [Bourdon et Schafer, 2012] – est alors un chantier ouvert de l’histoire d’aujourd’hui. De cet usage croisant des réseaux et des machines qui s’y raccordent, découle le fait que, pour la période récente, une bonne partie des traces des activités et des interactions humaines prennent la forme de données, numériques dès leur origine. Elles se caractérisent par leur hétérogénéité, leur surabondance et leur extrême fragilité. Leur conservation et leur exploitation sont donc de véritables défis techniques, économiques et politiques [Illien, 2011], auxquels se confrontent, depuis longtemps [Lupovici, 2005] déjà, les professionnels de la documentation et de l’archive.

2Ce même environnement favorise le développement de compagnies en situation de monopole ou d’oligopole, prenant le contrôle de ressources numériques dont elles entendent ensuite monétiser l’usage. Cela fait en permanence peser de sérieuses menaces sur l’accès à la littérature scientifique, aux données patrimoniales, voire aux archives de notre temps présent. Aux États-Unis, le directeur d’une entreprise privée a ainsi pu affirmer, sans qu’il soit certain qu’il ait tort, qu’il est de fait le détenteur de notre mémoire contemporaine [Rosenzweig, 2011, p. 232].

3Le plus surprenant est au fond le désintérêt, durable, de la profession historienne, particulièrement en France, pour le développement des mondes numériques. Ces bouleversements affectent pourtant aussi le métier et les institutions pour lesquelles les historiens travaillent, depuis plusieurs décennies saisies par l’informatique [Gueissaz, 1999]. Les réflexions, anciennes, sur ce thème sont longtemps restées confinées en des cercles étroits. La multiplication de numéros de revues ou d’ouvrages sur les usages de l’informatique en histoire est très récente [Genet et Zorzi, 2011 ; Bourdon et Schafer, 2012]. Il n’est guère possible, dans l’espace de cet article, de revenir sur chacun des enjeux structurant ces débats, du fait de la nature même des transformations qu’ils tentent de cerner. L’informatique réseau a en effet, parmi ses propriétés, la particularité de permettre de générer automatiquement des chaînes de symboles aisément manipulables, transmissibles et reproductibles. Celles-ci peuvent être aussi bien des descriptions de n’importe quel objet du monde physique, du son aux images en passant par des propriétés physiques enregistrées par des capteurs, que la reproduction de chaînes symboliques existantes, quel que soit le support d’inscription de celles-ci. C’est l’ensemble alors de ce que l’on peut appeler, après Jack Goody, les technologies de l’intellect, qui subissent un bouleversement profond, soit les conditions de production, de manipulation, et de transmission de l’écriture et du calcul.

L’historien instrumenté

4Pour les historiens, qui n’ont jamais beaucoup calculé, et ont donc pu longtemps se contenter d’un outillage modeste et discret, cela signifie de fait une première confrontation à l’automatisation, à la mécanisation du travail, à la possibilité aussi d’un contrôle direct de celui-ci en son détail. Cette confrontation est synonyme de redéfinition de l’activité historienne en ce qu’elle est métier, c’est-à-dire systèmes de pratiques, d’acteurs, d’institutions et organisation sociale d’une profession. Nous commençons à connaître certains aspects de ces transformations. La mutation le plus souvent mise en évidence est la possibilité, nouvelle, d’accéder immédiatement à de vastes réservoirs de données et d’articles en s’affranchissant, par le biais des recherches full text, en partie au moins, des logiques de classement des bibliothèques et des archives [L’historien face à l’ordre informatique, 2006].

  • 1 Voir dans ce volume « Les nouvelles frontières de l’historien ».

5La possibilité d’une communication immédiate et peu coûteuse entre spécialistes d’un même champ est souvent également soulignée [Rosental, 2000], de même que celle d’une dissémination efficace des produits de l’activité historienne par le moyen de la toile [Dacos et Mounier, 2009]. Plus généralement, les transformations de la circulation des informations au sein de la communauté historienne, ou les gains de productivité offerts par les dispositifs d’enregistrement, permettent de limiter la durée du passage en archives. Ces évolutions, si elles sont bien réelles, ne sont pas propres à l’histoire et sont depuis longtemps repérées et étudiées dans des champs parfois proches, comme l’économie, le droit ou la gestion [Chevalier et al., 2000]. C’est également le cas des transformations des conditions d’acquisition, de structuration et de manipulation de la donnée historique par le calcul, plus explorées en d’autres domaines des sciences sociales, mais obéissant à des logiques similaires1.

6L’une des spécificités des débats entre historiens est sans doute la place tôt accordée aux implications de l’introduction de l’informatique pour l’enseignement de l’histoire. Si le débat sur l’intégration des outils numériques dans l’enseignement de l’histoire a d’abord eu pour cadre l’enseignement secondaire [Letouzey, 2003], il a touché ensuite, plus tôt aux États-Unis qu’ailleurs, les mondes universitaires [Brown, 2005]. Ces débats s’inscrivent dans une conjoncture complexe qui mêle généralisation des outils numériques, interventions de groupes industriels en quête de marchés et transformations de la gouvernance d’institutions publiques dont la logique de fonctionnement tend à se rapprocher de celle de firmes privées. Certaines de ces institutions rêvent d’ailleurs à voix haute d’utiliser les possibilités technologiques pour se dispenser de l’accueil physique des étudiants et de la gestion des coûteux entrepôts que sont les bibliothèques [Tiffin et Rajasingham, 2003].

Quel historien numérique ?

  • 2 Voir dans ce volume « De quoi le Web est-il l’archive ? ».

7Nous nous sommes peu demandé cependant jusqu’ici quelle histoire pouvait s’enseigner à l’âge numérique et ce qu’il convenait d’enseigner aux futurs historiens. Les deux questions pourtant se posent, d’abord parce qu’il paraît aujourd’hui difficile d’enseigner, en secondaire en particulier, une histoire qui ignore les mondes techniques et scientifiques si l’on persiste à penser que cet enseignement offre des clés pour penser le contemporain. Ensuite, certaines des compétences évaluées et des exercices proposés doivent être repensés. Un simple automate connecté à Internet – ou un élève muni d’un smartphone – est aujourd’hui capable de répondre aux questions ouvertes ou aux questionnaires à choix multiples soumis aux étudiants des classes secondaires américaines avec plus de précision et de rapidité que la plupart d’entre eux [Rosenzweig, 2011]. Faire de la précision factuelle d’un élève privé de ses prothèses numériques un critère d’évaluation, ou un objectif, est alors mener une bataille déjà perdue. À l’inverse, dans un monde électronique bruissant de rumeurs, foisonnant d’erreurs, aux formes toujours changeantes, la capacité à repérer, organiser et évaluer l’information délivrée par des documents pour lesquels n’existent ni sémiologie ni diplomatique stabilisées2 devient vitale. Il s’agit précisément là des compétences traditionnelles de l’historien. Nous sommes bien, et cela ne peut être sans conséquence pour l’enseignement, appelés à repenser la valeur formatrice des disciplines de culture. Cet état de fait conduit certains auteurs de langue anglaise à plaider pour un nouvel humanisme, forcément numérique [Doueihi, 2011]. Cet « humanisme numérique » a pour l’instant trouvé peu d’écho en France où l’on évoque plus volontiers la naissance d’une « culture numérique », perçue comme distante des humanités traditionnelles [Berry, 2008].

8Les contours de ces deux concepts, au demeurant fort différents, demeurent imprécis : quelle place réserver aux sciences, à l’informatique et aux mathématiques dans la formation du nouvel humaniste ? Celui-ci doit-il être d’abord un agile utilisateur de dispositifs dont les logiques lui demeurent étrangères ? Doit-il être au contraire, dans l’idéal, un autochtone des mondes numériques en connaissant les langages, condition primordiale de son autonomie dans la civilisation moderne ? Naturellement, les réponses apportées à ces questions, que l’on voit poindre, ne seront pas sans conséquences pratiques sur la formation des futurs historiens comme des futurs enseignants.

Place de l’historien dans la cité numérique

9Ces incertitudes lexicales et conceptuelles, dont il faut souhaiter qu’elles se muent en débats nécessaires, ne touchent pas seulement à la formation des futurs praticiens ou à l’enseignement qu’ils pourront dispenser un jour. Elles invitent à repenser leur fonction de médiateur dans le monde qui s’annonce. Là encore les débats sont, pour une part, communs à d’autres champs. L’idéologie internet qui accompagne le déploiement des dispositifs nouveaux est fondamentalement hostile à toute forme de médiation autorisée par un savoir incorporé. Les outils déployés, en un mouvement qui n’est pas sans rappeler les transformations du travail ouvrier, permettent d’incorporer en des objets, des machines ou des dispositifs logiciels, compétences et savoirs détachés du corps des producteurs [Metzger, 2011]. L’une des conséquences en est qu’il n’est plus besoin aujourd’hui d’une intermédiation historienne pour avoir accès à de vastes collections de documents primaires, à des vues d’objets patrimoniaux [Robichaud, 2009], à une multitude de discours sur l’histoire, voire pour produire soi-même un discours historique offert à la curiosité de tous. Voisinent ainsi sur le Web des myriades d’histoires parallèles, savantes parfois, populaires souvent, quelquefois solipsistes ou reflétant les vues des tenants d’idéologies minoritaires ou de groupes vaincus [Cricione et al., 2004]. Cette situation a par exemple pour conséquence l’usage intensif de Wikipédia par nos élèves, nos étudiants et le grand public. Cette encyclopédie en ligne cependant – qui ne comporte guère plus d’erreurs que la moyenne des encyclopédies papier –, accorde souvent peu de place aux objets et aux approches de l’histoire savante. Nous voyons naître une histoire en ligne, où souvent se dilue la notion d’auteur, au sein de laquelle se forment des communautés de curiosité, dont le fonctionnement fait parfois bon marché des réputations acquises ou des positions institutionnelles [Lamassé, Deruelle et Dumont, 2013] que fréquentent peu les professionnels de l’histoire alors pourtant qu’elle devient pour beaucoup le moyen privilégié d’accès au récit historique.

10Elle révèle pourtant un appétit de connaissances autant que la capacité de mobilisation de passionnés capables, par le biais du crowdsourcing, de coproduire des objets historiques utiles autant à l’amateur qu’au professionnel [Peccatte, 2009], même si leurs logiques d’usage diffèrent. Face à ce nouveau monde, la communauté historienne se trouve devant un choix. Elle peut assumer de se définir comme un ensemble de clercs retranchés derrière leurs murs clos, produisant une scolastique ne circulant qu’au sein de réseaux d’initiés, certes internationaux, mais cependant restreints. Elle peut aussi choisir d’inventer, sans repères, des formes d’interventions numériques permettant une présence dans une sphère publique en rapide expansion. La difficulté n’est pas tant technique que sociopolitique, puisqu’il s’agit pour l’historien de négocier une place à l’intérieur d’un système d’échanges sociaux au sein duquel son espace et son rôle, et plus généralement ceux de l’expert, ne sont pas prédéfinis [Noiret, 2011].

Notes

1 Voir dans ce volume « Les nouvelles frontières de l’historien ».

2 Voir dans ce volume « De quoi le Web est-il l’archive ? ».

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search