Version classiqueVersion mobile

Historien à l'âge numérique

 | 
Philippe Rygiel

Partie 1. Archéologie d'une pratique

Chapitre 6. Diffusion des produits d’une recherche historique à l’heure du Web 2.0

Texte intégral

Ce texte provient d’une conférence donnée lors du colloque Contemporary History in the Digital Age (Luxembourg, 15-16 octobre 2009). Il a ensuite été publié dans les actes de celui-ci [Clavert et Noiret, 2013]. Il est, comme d’autres textes de ce recueil, assimilable à un récit de pratiques. Il est, cependant, indice des changements intervenus dans le domaine numérique durant les années 2000, écrit depuis une position qui n’est pas celle d’un producteur de ressources numériques ou de sites, mais d’une sorte de chargé de mission ou de chef de projet, tentant, sans succès en ce cas, de coordonner l’activité d’acteurs multiples afin de parvenir à produire des ressources électroniques partagées.

Was können wir wollen, ist […] das eigentliche Centralproblem aller Ethik

Max Wentscher, Ethik, 1902

1Je mène depuis assez longtemps, en marge de mon parcours d’historien, pour l’essentiel consacré à l’histoire des migrations, une activité de micro-entrepreneur numérique. En marge veut dire, ici, qu’elle fait pour moi partie de mes activités d’historien et que ses formes ne se comprennent qu’en référence aux objectifs des recherches historiques auxquelles elles sont liées et aux conditions de celles-ci. Cette activité a abouti à quelques réalisations. Ce n’est pas l’une d’elles cependant que je vais évoquer ici, mais une entreprise, ou un projet, qui échoue, ou du moins ne démarre pas et ne semble pas devoir le faire, pour des raisons qui ne tiennent pas d’ailleurs à des difficultés techniques ou à la complexité des dispositifs numériques les plus récents, mais aux conditions sociales institutionnelles et politiques de la conduite de ce type de projet, occasion de réfléchir aussi au contexte de production des outils numériques, aussi déterminant quand il s’agit de les comprendre que les seules contraintes techniques.

Conditions de la diffusion des résultats d’une enquête

2Tout part, dans le cas qui nous occupe, d’une commande passée par un organisme public français, l’Agence pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (ACSÉ), sorte d’agence fédérale à la mode française, chargée de veiller à la cohésion sociale. Cela inclut aujourd’hui la lutte contre les discriminations ou l’illettrisme. Dans un contexte très incertain, puisque ses missions, son périmètre, son organisation sont alors discutés et son existence en danger, l’agence, par l’intermédiaire de sa direction recherche, lance une grande enquête dont le titre est « Histoire et mémoire des migrations en régions ». Les textes officiels présentant l’entreprise font d’elle le moyen d’accumuler un matériau et un savoir nourrissant des manifestations et des productions destinées à lutter contre les discriminations liées à l’origine en agissant sur les représentations de la population. La direction du programme, d’une durée de trois ans, est confiée à une équipe d’historiens dont je fais partie. Celle-ci a pour charge de coordonner le travail de vingt-six équipes régionales, une par région, qui doivent chacune produire un récit de l’histoire de la présence étrangère dans le cadre régional, établir un état des sources disponibles, une recension des travaux consacrés à ce thème et particulièrement de la littérature grise et mettre enfin à disposition des chercheurs futurs un certain nombre de matériaux [Bruno et al., 2008].

3Nous avons, au sein de la coordination scientifique de l’enquête, décidé de préparer très en amont la valorisation des résultats de l’enquête et en particulier les dispositifs numériques permettant sa diffusion. Nous avons ainsi demandé aux chercheurs en région de procéder à une saisie aussi complète que possible des résultats des recensements concernant les populations étrangères (de 1851 à aujourd’hui), prôné la constitution d’une base bibliographique indexée permettant d’intégrer les documents produits par les équipes et souhaité que les descriptifs des sources soient le plus possible normalisés, de façon à pouvoir être intégrés facilement aux bases existantes. La répartition des tâches entre les différents acteurs est très tôt décidée et acceptée et un schéma de valorisation de l’enquête émerge (cf. graphique ci-dessous).

4Celui-ci a la particularité de prévoir une diffusion multivectorielle et multipublic. Il s’agit à la fois de permettre la diffusion de produits de l’activité scientifique réutilisables par des chercheurs, de toucher des publics non experts et d’autoriser une valorisation du travail effectué par les acteurs de l’enquête, d’où des discussions avec des acteurs du monde savant afin d’assurer la publication d’articles scientifiques, ou la réutilisation des matériaux, avec des éditeurs, afin de produire des ouvrages destinés à un public plus vaste, avec aussi un certain nombre d’acteurs associatifs, associés en régions à la diffusion des résultats de l’enquête sous forme de conférences, d’expositions ou de manifestations réutilisant ce matériau.

5Une association, constituée à la suite de l’enquête, regroupant des chercheurs ayant ou non participé à l’enquête, avait pour mission de devenir l’interlocuteur des différents acteurs et de veiller particulièrement à la mise en place de ressources numériques assurant la réutilisation possible par le monde de la recherche des matériaux et résultats accumulés. Reliée à des réseaux internationaux consacrés aux mêmes thématiques, disposant de relais régionaux, elle était censée, animée par un petit groupe de jeunes chercheurs ayant accepté d’en prendre la charge, assurer aussi la diffusion des informations pertinentes au sein d’un milieu spécialisé et servir d’intermédiaire entre celui-ci et la demande d’expertise, importante dans ce champ, voire permettre, par le biais par exemple d’outils de type wiki, de produire collectivement des ressources. L’instance nouvelle était dotée dès sa naissance de l’appui des chercheurs faisant autorité dans le champ, d’appuis institutionnels lui permettant de bénéficier de locaux, d’un serveur, et de temps ingénieur (un équivalent mi-temps). Le dispositif paraissait relativement solide, d’autant que la population savante censée nourrir le dispositif était relativement homogène, au point que l’on pouvait supposer la possibilité de définir une ontologie partagée, constituait pour partie un milieu d’interconnaissance, du fait en particulier des modalités du déroulement de l’enquête et travaillait un thème faisant l’objet d’une forte demande d’intervention. Le projet consistait de fait à doter cette communauté scientifique hors-sol, au sens où elle n’est pas directement liée à une institution, d’un espace numérique ouvert et partagé permettant à la fois la circulation de l’information, la structuration du réseau et la production collective de matériaux savants.

6Si cependant, deux ans après la fin officielle de l’enquête, un certain nombre de livres, d’articles, de numéros de revues sont parus, si se sont déroulés manifestations officielles, conférences, colloques et expositions, les dispositifs numériques pensés n’ont pas vu le jour, non plus que le réseau social supposé les utiliser et les nourrir n’a émergé.

Les facteurs d’un échec

7Ce qui m’a poussé, en prévision de cette conférence, à me pencher sur le pourquoi de cette non-apparition, outre un léger, quoique légitime, sentiment de frustration, est que cette entreprise avait été pensée très en amont en intégrant les contraintes matérielles techniques et politiques qui souvent condamnent à l’échec ce genre de projet. Celui-ci était doté de matériel, de compétences et d’appuis au sein d’institutions du champ garantissant a minima leur bienveillance. Afin d’identifier les obstacles, qui se sont pour certains révélés insurmontables, j’ai tenté d’une part de reconstituer les chaînes de traitement d’un certain nombre de matériaux et mené d’autre part une enquête assez rapide auprès des responsables des équipes régionales associés à l’enquête. Ces entretiens se sont déroulés par mail au cours de l’été 2009. Un courrier adressé à chacun des vingt-six responsables d’équipes régionales demandait quel dispositif de valorisation électronique avait été élaboré en région, et quels étaient souhaits et suggestions, dans la perspective de la mise en ligne d’un serveur destiné à assurer la diffusion de l’ensemble des résultats et matériaux accumulés au cours de l’enquête. Toutes les citations d’entretiens qui figurent dans les lignes ci-dessous proviennent de ces conversations électroniques. Nous avons simplement, du fait du faible nombre de répondants, anonymé leurs propos.

8Ces échanges font d’abord apparaître la difficulté pour les équipes régionales à prendre en charge de manière autonome la diffusion électronique des résultats de l’enquête. Les initiatives locales se traduisant souvent par la mise en ligne d’un ou deux papiers au format PDF. Simultanément les attentes sont fortes, mais assez vagues. Interrogé sur ce qui lui paraît souhaitable en la matière, le responsable de l’une des régions répond : « Mise en ligne des rapports, et aussi des résultats des dépouillements. » En effet, l’accès à la source paraît fondamental pour des analyses ultérieures. La demande est de fait souvent celle de la mise à disposition de la donnée brute rassemblée par les chercheurs, plus que d’un traitement de celle-ci. Les formes cependant qui permettraient de réaliser ce vœu sont fréquemment assez mal appréhendées. Un autre responsable d’enquête répond à la même question : « Ce qui te (vous) semblera faisable, car je ne vois pas trop ce que ça peut recouvrir. »

9La modeste culture informatique d’une large portion des chercheurs en sciences humaines permet de comprendre ce type de réponse et se révèle de fait à la source de plusieurs des blocages rencontrés. Une partie des matériaux numériques accumulés se sont ainsi révélés difficiles à exploiter. Certains étaient fournis en des formats impliquant un retraitement coûteux. La généralisation du PDF en mode image, sans que soient toujours conservés les documents maîtres, considérés comme de simples brouillons, se révèle en l’occurrence avoir des effets secondaires assez désastreux. D’autres données, les tableaux de données statistiques par exemple, apparaissent au final trop peu normalisées, leur collecte ayant été confiée à des prestataires extérieurs ou à des étudiants, sans qu’un contrôle de qualité suffisant ait été effectué en cours d’enquête. L’importance de la chose n’apparaissait pas nécessairement ni aux chercheurs ni aux personnes chargées de la saisie et les indications données par la coordination de l’enquête avaient été trop imprécises. Ce n’est pas d’abord ou surtout négligence des uns et des autres, mais ignorance d’une part des contraintes que font peser en termes de format et de structuration des données des procédures automatiques d’importation et de traitement des données et oubli d’autre part de ce que les normes de fabrication d’un document numérique doivent être très précisément détaillées, plus encore quand participent à celle-ci des opérateurs qui ne font pas partie d’une microcommunauté ayant ses habitudes et ses évidences.

10À ces problèmes de qualité des matériaux se sont ajoutées de vraies difficultés de communication entre ingénieurs et chercheurs. Elles dérivent là encore de l’absence d’une culture commune permettant aux uns de formuler des demandes autrement que sous forme d’attentes assez vagues et sans prise en compte de l’horizon des possibles, aux autres de proposer des dispositifs adaptés aux besoins et aux pratiques de leurs interlocuteurs. Étant donné les difficultés évoquées précédemment, surgissant lors d’interactions entre chercheurs d’un même champ participant ou non d’une culture de production numérique, cela ne doit guère surprendre. De fait, les projets de production de ressources numériques durables en sciences humaines qui parviennent à leurs fins bénéficient souvent de la présence de passeurs, participant des différentes cultures, qui assurent une fonction de truchement et/ou de médiateurs. La difficulté provient de ce que de tels profils sont encore rares, résultant souvent de hasards biographiques et, qu’en l’espèce, nous avions mis en présence des chercheurs disposant d’une forte compétence disciplinaire et un compétent informaticien de métier, qui, au sens propre et sans mauvaise volonté des acteurs, avaient toutes les peines du monde à s’entendre et à se comprendre.

11À ces facteurs, qui renvoient pour une large part au mode de participation des chercheurs en sciences humaines à la culture numérique, s’en ajoutent d’autres, liés à la structure du champ académique. Dans un contexte d’hyperconcurrence où les postes sont rares, les acteurs académiques sont tentés de maximiser les profits symboliques de leur activité de recherche. Dans le champ des sciences humaines, et particulièrement de l’histoire, demeurent particulièrement valorisées les publications papiers et les œuvres singulières, ce qui rend incertaine la rentabilité d’un investissement dans le travail collectif ou la production de formes savantes (un site, une base de données, un logiciel), non encore validées comme telles. Les plus en lisière de la sphère académique sont de plus contraints d’accepter des tâches assurant immédiatement espèces sonnantes et trébuchantes, ce qui rend difficile leur participation à des opérations de valorisation ex-post. Se sont ajoutées à cela, en ce cas particulier, les réticences des équipes et/ou des partenaires éditoriaux à permettre la diffusion sous forme numérique de rapports ou d’éléments réunis lors de la recherche. Il était craint que cela puisse nuire à la viabilité ou à la rentabilité des ouvrages élaborés à partir de ceux-ci.

Le poids du contexte

12Quelques effets de contexte ont également joué, liés aux transformations de l’agence à l’origine de l’enquête. Profondément transformée dans le cadre de la réforme générale des politiques publiques, elle a perdu une partie de ses effectifs, vu ses missions redéfinies et son organisation modifiée. Alors que le cœur de son activité était, au moment du lancement de l’enquête, l’immigration et l’intégration des populations étrangères, elle tend aujourd’hui à devenir une agence de la cohésion sociale, pour laquelle les problématiques de l’immigration ne sont plus centrales. Sa fonction d’opérateur de recherches est de plus contestée, voire abandonnée. Cela se traduit par la disparition de la direction recherche directement à l’origine de l’enquête, remplacée par une division diagnostic placée sous la responsabilité de la direction communication. Sur le terrain, ces changements se traduisent par la disparition des personnels qui avaient assuré le suivi du travail et la difficulté à en trouver de nouveaux au sein de la structure. Le directeur de l’enquête pour la région C note ainsi que : « Pour les supports électroniques, je ne sais, mais je suis pessimiste… d’autant que les rapports sont longs. L’ACSÉ […] n’arrêtant pas de se restructurer, je n’ai plus de nouvelles, M. étant parti. » Ces restructurations rapides, le plan de diffusion des résultats de l’enquête n’ayant pas prévu, faute de possibilité de le faire, de solution de remplacement en cas de retrait de l’un des partenaires, ont posé parfois de délicats problèmes d’accès aux données et aux rapports d’enquête. L’institution les ayant commandées dans le cadre d’un marché public demeure en effet propriétaire de celles-ci. Elle en a de plus été logiquement le premier dépositaire et malheureusement parfois le seul. Dans le contexte de la mutation de l’agence, cela a eu pour effet la perte d’un certain nombre d’informations ou de partie des matériaux réunis, dont de fait aucune collection complète n’existe plus au niveau national. Il a résulté également de cet état de fait une certaine incertitude quant au cadre juridique d’une diffusion électronique des résultats d’une enquête demeurant propriété d’un établissement, qui n’entendait plus y participer et s’en désintéressait.

13Le projet a souffert des difficultés habituellement rencontrées par toute entreprise de ce type, en particulier dans le cas français. La faiblesse de la culture numérique des chercheurs en sciences humaines, dont les effets sont multiples, la faible validation accordée par les institutions universitaires à l’élaboration de ressources numériques, la difficulté à trouver des porteurs de projet participant tant d’une culture disciplinaire que d’une culture informatique. Les effets de ces facteurs étaient ici aggravés par l’instabilité d’un contexte institutionnel soumis à des transformations brutales du fait d’évolutions macropolitiques sur lesquelles les acteurs de terrain avaient peu de prise. Il ne suffit pas en somme pour faire société d’un serveur, d’un ingénieur et d’une communauté d’expertise, tant il est vrai que le dispositif numérique exprime autant qu’il facilite des arrangements sociaux complexes et dynamiques qui lient des individus et des institutions hétérogènes, tant par leurs logiques d’action que par les ressources et compétences dont elles disposent. Une autre façon de le dire, ou une conséquence de cela, est que la complexité même de ces arrangements, autant que la diversité des compétences requises, suppose en certains cas à la fois une conduite de projet, que rien d’ailleurs n’empêche d’être démocratique, et une forte division du travail, à rebours de ce que laissent penser nombre de discours associés à Internet, qui exaltent la spontanéité et l’absolue égalité fonctionnelle des acteurs.

14Il en découle, je crois, pour les acteurs de ce qui est appelé en ce moment les humanités numériques, quelques impératifs stratégiques. Le premier concerne la formation, celle des futurs chercheurs, dont il est plus que souhaitable qu’ils possèdent les rudiments d’une culture informatique, non pas pour concevoir eux-mêmes leurs outils, mais afin d’être capables de négocier leur élaboration en concertation avec des techniciens et des ingénieurs compétents. La remarque n’est pas nouvelle. Elle demeure d’actualité au regard de la modestie des dispositifs d’enseignement adaptés à ces fins dans les universités françaises. Nous aurons besoin aussi de médiateurs, indispensables à la conduite de projets de ce type et disposant aussi bien d’une réelle culture disciplinaire que de solides compétences informatiques. Des formations susceptibles de fournir de tels profils apparaissent depuis quelques années en France et il faut souhaiter que d’autres émergent. Il faudra un peu de temps cependant pour que leurs produits soient opérationnels. Surtout, l’expérience des dernières décennies le montre, la validation des compétences de ces spécialistes de l’ingénierie en sciences humaines et de leur contribution pose encore problème. Les personnels qui ont assumé ce type de fonctions dans les institutions scientifiques l’ont souvent fait en sus de leurs obligations et occupé les marges du monde savant, recrutés pour des contrats de courte durée dans le cadre de programmes de recherche, ou bien incapables de devenir ni enseignant chercheur ni ingénieur de recherche, parce que trop peu pointus pour être considérés comme des informaticiens et ne produisant pas assez de dispositifs savants respectant les formes canoniques pour obtenir une reconnaissance disciplinaire. Il en est résulté un certain nombre de départs ou, la fatigue aidant, de retraits, ce qui a parfois gêné transmission et capitalisation des expériences et des savoir-faire. La réflexion sur ce point est ouverte et dépasse largement le cadre de ce papier, reste qu’il entend souligner qu’une réflexion sur les humanités numériques et les possibles qu’elles ouvrent ne peut ignorer la question de la formation et du statut de ses agents.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/6385/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 199k

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search