Version classiqueVersion mobile

Historien à l'âge numérique

 | 
Philippe Rygiel

Partie 1. Archéologie d'une pratique

Chapitre 5. Portes, portails, téléportation

Texte intégral

Ce texte a d’abord servi de support à une intervention donnée lors de la journée Portails médiévistiques qui s’est tenue à Paris le 8 octobre 2006 à l’initiative du réseau Ménestrel. Celui-ci naît en 1997, regroupe des médiévistes et des représentants d’institutions savantes dont les activités ont à voir avec l’histoire médiévale. La principale activité du groupe, dont la cheville ouvrière est Christine Ducourtieux, est la tenue d’un répertoire de ressources électroniques intéressant les spécialistes de ce domaine. L’équipe de Ménestrel, comme toute équipe depuis longtemps engagée dans la production d’un service de ce type, a été plusieurs fois confrontée à la nécessité de refondre l’architecture du site et de réfléchir à ses fonctionnalités. Cette journée, organisée dans les locaux du Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LAMOP), à l’occasion de l’une de ces nécessaires refontes, avait pour objet de réfléchir aux transformations possibles des sites de ce type, une dizaine d’années après leur lancement. Les actes de la journée, du fait de sa nature même, n’ont pas été publiés, mais quelques documents postés sur le site de Ménestrel témoignent de ces débats.

1Le mot portail s’est imposé, dans le domaine francophone, dès lors qu’il s’agit de désigner un site dont les auteurs recensent des ressources électroniques pouvant intéresser les praticiens d’un domaine scientifique. La fortune du mot, autant que les conséquences de son emploi, ou les contours de la notion qui émerge, suscitent cependant des interrogations. En témoignent, tant le texte que les organisateurs de la journée consacrée aux portails médiévistiques nous avaient proposé de commenter [Vivant, 2004], que la présentation de cette même journée [LAMOP, 2005]. Cela appelle un examen de ce terme et de ses usages que nous ne pouvons qu’esquisser ici.

Le portail est un mot

2Cela passe bien sûr, puisque le portail est d’abord un mot, par la lecture de quelques définitions, que nous proposent dictionnaires et encyclopédies. D’après le concis Robert pour tous, le portail est ainsi une : « Grande porte, parfois de caractère monumental ». Nous sont proposés comme exemples « Le porche et le portail d’une cathédrale. Le portail du parc d’un château » et comme synonyme « grille » [Le Robert pour tous, 1994].

3Le terme, ancien, renvoie donc en son premier sens à une réalité physique. S’en saisir afin de désigner un site internet est en faire un usage métaphorique, puisque nous transposons à une chose un nom qui en désigne une autre, en raison d’un rapport d’analogie. Il nous faut donc, pour comprendre ce transfert, explorer les univers de signification convoqués par ce mot. À lire la notice du Robert, et quelques autres, il apparaît que le terme désigne d’abord un élément architectural qui est le seul ou le principal point d’entrée vers un espace clos. Permettant la surveillance ou le contrôle des entrées, l’avenant portail a comme synonyme la rébarbative grille. Il manifeste, par son aspect monumental, la puissance ou la richesse d’un individu ou d’une institution, tout en permettant de donner à voir à tous images et discours. Il est en somme à la fois manifestation d’un pouvoir, qu’il soit celui de l’église ou du propriétaire, et l’un des lieux et des moyens de son exercice.

Qu’est-ce qu’un portail internet ?

4Si nous partons d’une telle définition, alors nous pouvons effectivement repérer des sites qui possèdent plusieurs de ces propriétés. Il faut, pour accéder à certaines des ressources du réseau savant, passer par des sites ou des pages permettant ou non l’accès à celles-ci. Un bon exemple en est fourni par les portails de revues de langue anglaise, dont les opérateurs sont seuls habilités à permettre l’accès à un ensemble fini de ressources, rassemblées par eux, et sur lesquelles ils possèdent des droits, dûment codifiés et enregistrés. Pour ce qui est des sites francophones, et quoiqu’ils ne filtrent pas l’accès aux collections auxquelles ils donnent accès, la page d’accueil de Persée [Persée, s.d.] ou celle de Gallica présentent des propriétés très similaires. Dans bien d’autres cas cependant, l’analogie entre les sites qui se dénomment ou sont nommés portails et la réalité désignée par le sens premier du mot semble extrêmement ténue. Les animateurs de Ménestrel, ainsi, ne contrôlent ni ne surveillent leurs utilisateurs, et n’en ont d’ailleurs pas la possibilité. De même, ils ne détiennent aucun droit sur les sites qu’ils référencent. Les pages de Ménestrel, de plus, sont loin d’être les seuls points permettant l’accès aux sites références. Enfin, le domaine qu’arpentent les collaborateurs de Ménestrel n’est pas un domaine fini. En l’absence en effet d’une autorité instituante habilitée à tracer une frontière entre ce qui est scientifique et ce qui ne l’est pas, ce qui est médiéval et ce qui ne l’est pas, les contours du domaine cartographié ne peuvent être que flous. Ménestrel n’est pas un portail, mais un guide du cyberroutard médiéviste ou une collection d’atlas à l’intention du cybermédiéviste. Je serais tenté d’ajouter que c’est probablement parce que son aboutissement n’est pas un portail que l’entreprise est si durable et connaît un tel succès.

5Dans le domaine du Web ouvert en effet, les sites les plus fréquentés ou les plus référencés, si nous excluons les grands moteurs de recherche, sont des sites que l’on est tenté de définir comme des ponts, ce qu’est par excellence Ménestrel, et non comme des portes, soit des sites qui sont reliés à plusieurs domaines, constitués de sites densément reliés entre eux, et non des sites qui sont liés à toutes les pages d’un ensemble dense [Latapy et Pons, 2005]. Le lecteur pourra trouver la précision oiseuse, et considérer que le terme de portail n’est qu’une étiquette commode permettant de désigner des sites dont les créateurs ont l’ambition d’offrir à une communauté savante un guide fiable et efficace, le fait que l’usage nouveau ait peu à voir avec les usages anciens étant alors de peu d’importance.

Qu’implique l’usage du mot portail ?

  • 1 Voir en ce volume « Les sites des archives départementales françaises ».

6Il me semble cependant que l’usage des métaphores n’est pas sans effets pratiques, particulièrement lorsque des acteurs sociaux tentent de s’approprier des objets nouveaux et d’en inventer les usages. Ni les médiévistes ni même les historiens ne sont en effet les seuls à recourir à des métaphores géographiques ou spatiales pour dire l’usage qu’ils font des ressources du réseau. La fortune de l’expression « autoroutes de l’information » est là pour en témoigner, et force est de reconnaître que souvent celles-ci organisent les pratiques et les productions électroniques de leurs usagers. Une observation des sites des centres d’archives départementaux, menée à l’été 20041, permet ainsi de repérer l’usage et l’effet de deux métaphores, celle du livre et celle de l’exposition, inscrites dans les caractéristiques des sites créés et les structurant. Comme leurs référents, ces sites sont construits comme des univers clos et autonomes et il est frappant, par exemple, de constater que beaucoup proposent des guides de recherche similaires, les mêmes présentations des cadres de l’inventaire, sans qu’aucun concepteur de site n’ait semble-t-il songé à offrir un lien aux ressources proposées par l’un de ses homologues.

7Je précise que mon propos n’est pas ici d’opposer la naïveté de l’historien perdu dans le cyberspace et la rationalité du réseau et de ses concepteurs. Les ingénieurs réseau rêvent eux aussi et Lucien Sfez a pu montrer à quel point la réalité physique du réseau et l’imaginaire de ses concepteurs étaient liés [Sfez, 2002]. Simplement, historiens et ingénieurs font rarement les mêmes songes, et cela n’est pas sans effets.

8Dans le cas des portails, il me semble que les représentations et les métaphores qui armaient leurs concepteurs permettent de comprendre que bien des débats relatifs à leur conception aient été tout à fait impossibles à clore, tel celui opposant les partisans de l’exhaustivité aux tenants du repérage de l’ensemble des sites de référence touchant à un domaine de recherche. Dans les deux cas, cela suppose implicitement que l’on puisse tracer les frontières d’un domaine de recherche ou d’un secteur de la toile, et renvoie à un imaginaire qui est celui du documentaliste ou de l’archiviste inventoriant un fond, alors que les animateurs d’un portail, au sens large dans lequel nous avons aujourd’hui pris le terme, tracent des routes. De même, il est tentant de relier l’impensé de certains sites-portails, conçus comme si les internautes devaient forcément passer par la page d’accueil avant d’emprunter l’arborescence du site, ce que manifeste l’absence sur chaque page d’un module permettant la circulation à l’intérieur du site, au souhait de bâtir une entrée monumentale, plus qu’à une observation des pratiques. Le deeplinking comme l’usage des moteurs de recherche conduisent beaucoup d’internautes à aborder un site sans prendre en compte son arborescence.

9Nous en conclurons que la métaphore du portail obscurcit parfois les enjeux liés à la construction d’un site ressource, soit les questions posées aujourd’hui. Celles-ci touchent à la position des acteurs concernés (créateurs dont la légitimité pose nécessairement problème, mais aussi utilisateurs) et à la nature des opérations réalisées par celui qui choisit et valide une ressource. Ce n’est pas là dire que les métaphores sont trompeuses et qu’il faut éviter de recourir à celles-ci. Elles peuvent se révéler extrêmement efficaces et fécondes. Je serais plus tenté de souhaiter leur prolifération, moyen aussi de les connaître pour ce qu’elles sont, que de prôner leur éradication. Il est en effet tout aussi possible de comparer la page d’accueil de Ménestrel au portail de la cathédrale de Chartres que de voir le site comme une station spatiale permettant aux astromédiévistes de se ravitailler, ou comme une collection d’atlas, et ce faisant d’imaginer de nouveaux usages et de nouveaux dispositifs, à l’heure où nous commençons à percevoir les limites des listes statiques de ressources et disposons des moyens de donner des formes nouvelles aux sites appartenant aux premières générations de sites ressources.

Notes

1 Voir en ce volume « Les sites des archives départementales françaises ».

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search