Version classiqueVersion mobile

Faire connaître et valoriser sa bibliothèque

 | 
Jean-Marc Vidal

Partie IV. Coopérer pour communiquer

2. Travailler avec un infographiste dans l’équipe de la bibliothèque

Marie-Paule Doncque

Texte intégral

1Peu de bibliothèques comptent un infographiste parmi leur personnel. Cette proximité est naturellement très précieuse. Dans le cas de figure des bibliothèques messines qui nous sert d’exemple, le collègue infographiste est agent du patrimoine, diplômé en arts plastiques et doué d’un réel talent. Il travaille à près de 50 % de son temps à l’accueil des publics, d’autres postes sont comme le sien, associant service public et spécialité. Une des difficultés quotidiennes est de parvenir à conjuguer le présentiel auprès des publics et la conception graphique. Avec un calendrier chronophage en communication, il faut parfois jongler.

2L’approche théorique, disponible dans de nombreux ouvrages, qui n’apparaîtra pas ici de façon flagrante, reste sous-jacente dans la plupart des choix qui ont été opérés. Le propos a pris pour axe de réflexion la création de visuels pour des affiches, des tracts ou un programme général d’action culturelle ainsi que leur déclinaison numérique sur les différentes applications employées par les BMM. Il est forcément empirique puisqu’il s’appuie sur une expérience quotidienne au plus près du terrain. Toute collaboration avec un graphiste présuppose un ensemble de précautions indispensables.

QUESTION D’AUTONOMIE ET DE CONCERTATION

3Une bibliothèque doit communiquer en liaison avec sa collectivité de tutelle et a fortiori avec la direction de la communication.

4Harmoniser ses visuels tout en affirmant une identité graphique propre est possible. Il est souvent nécessaire d'utiliser les grandes lignes de la charte de la commune. Néanmoins, la contrainte peut être fructueuse et un cadre limité autorise des déploiements de toutes sortes.

5Le savoir-être et le savoir-faire sont mis en œuvre pour expliquer ce qu’est la bibliothèque, ses publics, ses missions… et ensuite imaginer avec son autorité de tutelle une stratégie.

6L’autonomie fonctionnelle est l’affaire de rapprochements des services et un exercice de compréhension mutuelle des enjeux majeurs liés profondément à une communication efficace.

7Développer une politique de communication forte permet d’accroître l’impact de son service. Il ne sert donc à rien d’agir en free-lance, la concertation doit prédominer.

PLANIFIER POUR GAGNER DU TEMPS ET RÉSISTER À LA PRESSION

8Quel que soit le mode d’organisation de la bibliothèque, il s’avère indispensable de dresser un calendrier ou retroplanning* tenant compte de la totalité des actions annuelles ou au moins d’un semestre. Un balisage des priorités doit apparaître nettement avec toutes les échéances. Que ce soit en lien avec la programmation de l’action culturelle ou la valorisation des services. Cependant, la stricte chronologie n’est pas le meilleur des paramètres à suivre. Un événement majeur réclame une anticipation plus grande et des soins particulièrement attentifs à la réalisation d’un visuel performant.

9Prévenir plutôt que subir et préserver le mental de son collaborateur : le stress, presque inhérent à la communication, n’est pas forcément un obstacle mais entre celui qui mobilise toutes les forces vives et celui qui paralyse, il faut veiller à stimuler la bonne part. En anticipant, on atténue sans trop de difficultés les éventuels problèmes et autres sujets d’agacement, notamment, les pressions de divers intervenants conscients de leurs besoins. Chacun cherche à faire passer son goût propre et son urgence sans mesurer l’envergure de l’intérêt général.

GAGNER DE LA COHÉRENCE

10Ce qui suit constitue la base pour optimiser un temps précieux.

11Il est vital de fixer des règles communes à l’établissement en commençant par identifier la charte graphique, voire la stabiliser ou la générer totalement.

12Un modèle-type, une maquette générale, une sorte de moule si l’on veut, pour les affiches et les tracts, par exemple, arrête la ligne graphique sans la figer ; reconnaissance et visibilité sont à ce prix. Rien de plus pernicieux que des logos mouvants, des appellations gyrovagues ou des typographies changeantes. Si la charte est fixée pour ce qui est produit de communication imprimée, la démarche est similaire pour tout document numérique. Les contraintes sont naturellement adaptées à la diffusion sur la Toile. Quel que soit le mode de communication, le graphiste est appelé à se conformer aux instructions normées.

13Tout ce qui vient d’être mentionné l’a été sans oublier que s’autoriser quelques exceptions à la règle est aussi une question de relief donné à la grammaire générale de la communication.

14Toutefois, pas question de bricolage ni d’aménagement sans souci d’assurer des transitions, ne serait-ce que temporaires, sans quoi la charte subirait des fluctuations mal assumées et, par voie de conséquence, votre crédibilité tant en interne qu’en externe serait mise à mal. Dans le cadre d’une communication en co-production, valoriser son identité graphique et par voie de conséquence institutionnelle est essentiel. Il s’agit vraiment de positionner la bibliothèque parmi d’autres instances, culturelles ou non, qui apparaissent souvent plus légitimes en termes de communication. On peut noter que plus les institutions sont importantes, plus forte et plus reconnaissable est leur ligne graphique.

FERMETÉ ET SOUPLESSE ASSOCIÉES

15Une fois les préalables administratifs définis et validés, la collaboration avec un graphiste qui est souvent un imaginatif et un créatif peut s’engager. Vous ne passerez pas pour psychorigide si vous exprimez des attentes claires et des objectifs cohérents en privilégiant autant la réflexion générale que l’initiative individuelle, en ménageant les susceptibilités et en anticipant les frustrations qui pourraient naître.

16Dans ce qui pourrait paraître comme un cadre contraignant, votre collaborateur a le champ libre pour libérer son imaginaire ! Même si celui-ci est doué et exécute rapidement une commande, le mettre sous pression est assez contre-productif pour espérer des visuels qui sortent de l’ordinaire, en évitant le côté « plan-plan » ou chichiteux. La création mérite réflexion, la théorie plastique se bâtissant parfois au fur et à mesure des conceptions graphiques. Attention, votre idée n’est pas forcément la sienne. Comme dit l’adage, les goûts et les couleurs… Un graphiste supportera d’autant moins que vous lui suggériez des « idées » ou des choix qu’il est expérimenté. Lui laisser le temps de se concentrer sur le sujet permettra de faire émerger de belles créations. Il vous appartient ensuite en tant que responsable d’assumer le choix artistique qui « protège » aussi le collègue.

TENIR SA LIGNE EN INNOVANT

17Le temps presse et la validation est demandée. Les choix sont parfois sujets à des discussions serrées. L’imposition d’un point de vue est rarement efficace si celui-ci est généré dans une relation strictement hiérarchique. Les objectifs d’atteinte des publics doivent être bien présents à l’esprit lors de l’élaboration du produit. Si l’imagination est au pouvoir avec un esthétisme renforcé, la réalisation doit proposer dans le même temps un maximum d’informations dans un minimum d’espace. Une démarche-client avec un niveau d’exigence est à adopter que l’on soit en interne ou avec un prestataire extérieur. Beaucoup de visuels laissent parfois à désirer alors qu’une rigueur d’exécution est primordiale.

18L’exigence est le ressort de l’innovation en matière de communication et par conséquent du graphisme. Le graphiste puise dans ses couches profondes de formation mais possède aussi un tempérament d’artiste. Il n’intellectualise pas toujours ce qu’il ressent quelquefois instantanément. En livrant la commande, il peut défendre bec et ongles ses modélisations. Il est prudent, dans le dessein de ne pas générer des blessures narcissiques, de poser les bases d’un vrai échange avec une bonne dose d’humour.

19À ce stade, il faut être vigilant, faire le tri entre les commentaires qui sont une projection de celui qui s'exprime, et ceux qui sont réellement constructifs : le dialogue est alors un outil pour consolider des pistes, valider des intuitions, renforcer un aspect ou diminuer un autre.

ENCOURAGER LA CRÉATION

20Face à son écran, un graphiste est dynamique, il va chercher, tester des hypothèses, défendre certains choix, hésiter face à d’autres, en maîtrisant parfaitement des outils comme InDesign ou Photoshop. Il entretient sa propre culture générale et la met au service de votre projet. Vous peineriez peut-être à les utiliser si vous deviez soudainement le remplacer. Vous en comprenez les avantages et les limites et si vous ignorez les possibilités des techniques utilisées, un contrat de confiance est obligatoire avec la personne qui va mettre en images un concept ou une idée. Si la commande est exposée clairement, dans des délais raisonnables, la faisabilité (ou son contraire) exprimée par le graphiste devra être tout autant solidement argumentée. Objet de querelles d’école, la notion du beau est source d’affrontement. En examinant un visuel, quel qu’il soit, nous faisons une expérience esthétique et elle n’est pas objective. Il est difficile de s’attarder pour comprendre pourquoi on aime ceci et pas cela. La place des repères informatifs est celle sur laquelle vous devez vous concentrer d’abord. Quelles perceptions en auront les publics ? Le message est-il compréhensible rapidement et par le plus grand nombre ? Vient ensuite le moment de trancher à propos de l’image conçue.

21La création ne peut se concevoir qu’en environnement protégé. Un graphiste travaille d’autant mieux que son espace est organisé pour lui permettre de réfléchir dans de bonnes conditions. Les bureaux type open space ne sont pas forcément pour lui. Les gens passent, les téléphones vibrent, les conversations s’animent alors que la création-invention en effervescence a besoin de silence. Les circulations fréquentes autour des créatifs sont souvent improductives et génératrices de stress. Les conseilleurs sont rarement les faiseurs… tout le monde imagine savoir communiquer à partir du moment où il parle. Protégez le graphiste en réservant les commentaires concernant le visuel choisi, la taille de police, la couleur, etc., à des moments précis dans le processus de validation.

ASSURER LA DIRECTION ARTISTIQUE

22Chez tout créateur, on note une petite tendance à penser son système comme le seul valide et à chercher à manipuler sans avoir l’air de rien. Le choix parmi un ensemble de maquettes peut être compliqué. Une sélection de deux ou trois essais, avec une gradation fine entre les différences ou ressemblances, influence légèrement votre point de vue et vous dirige dans ce que le graphiste estime valable. Ceci correspond à sa façon de voir les choses, à son esthétique personnelle, pas forcément à une communication pertinente. La censure est celle du politiquement correct dans son sens premier. Veillez à garder le cap sur les attendus et les objectifs de l’outil de communication. Il est rare qu’une affiche, si l’on prend cet exemple, ne recueille que des avis positifs d’autant plus que l’équipe sera grande. À la dernière étape, une fois les personnels consultés, il faut entériner après des modifications éventuelles et une ultime vérification des informations puis adresser le bon de commande à l’imprimerie.

23Ensuite, le graphiste est le plus habilité à vérifier le bon à tirer* (BAT) fourni par l’imprimerie : conformité du visuel, cadrage, qualité d’impression, rendu des couleurs, respect des codes Pantone®*…

MÉMOIRE ET ÉVOLUTION

24Vos tirages vous sont parvenus en bonne et due forme, vous les avez diffusés. Beaucoup de travail en amont, des mois plus tard il en reste des traces fugaces. La création, la signature artistique, la ligne générale de votre communication évoluent au cours des années, il importe d’en conserver les éléments et donc la mémoire. Les pratiques numériques facilitent un stockage inouï des données mais il est essentiel de collecter un exemplaire édité sous format papier, ne serait-ce que par un principe conservatoire qui ne soit pas lié à un support technologique sujet à fluctuation. Tant le graphiste que la bibliothèque peuvent s’y référer et examiner les possibilités d’évolution. Y revenir souvent vous engage à vérifier que ce qui vous semblait performant l’est encore alors que les mentalités évoluent, qu’une couleur très tendance tombe brutalement sous le couperet du has been ou qu’une typographie réclame une réactualisation. Tout graphisme se métamorphose sous les consignes d’une communication en constante progression.

25Un visuel doit lutter pour exister dans la surenchère d’informations urbaines et dorénavant, sur la Toile. Un graphiste participe de façon décisive à l’émergence d’une ligne identifiable. Il est semblable à un couturier qui crée des habits sur mesure en fonction d’une personnalité. Il rend lisible celle d’une entreprise en étant le point de passage entre elle et les publics. Tout en donnant une existence visuelle à des idées, il les imprègne fortement de sa propre conception esthétique. Il doit rendre désirable tout en créant du sens et dans cette histoire le graphiste n’est jamais neutre. Bien que les commandes se situent dans le champ de la communication culturelle, la nature de son travail s’apparente en quelque sorte à celle d’un artiste. Estime et respect de la sensibilité artistique sont aussi des clés de réussite. Une ligne graphique nette contribue puissamment à la construction de l’image globale du service (d’où l’intérêt que le graphiste puisse conseiller en interne) tout autant que l’offre documentaire. Mais il faut veiller à ne pas être trop remarquable par rapport à sa tutelle qui pourrait vite en prendre ombrage ni par rapport à sa cible qui peut être décalée et donc faiblement productive : il faut trouver le juste équilibre.

© Presses de l’enssib, 2012

Licence OpenEdition Books

Lire

Accès ouvert
Mode lecture
Chargement ePub
Chargement PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search