Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire connaître et valoriser sa bibliothèque

 | 
Jean-Marc Vidal

Partie III. Du guide du lecteur aux réseaux sociaux

4. Réseaux sociaux et BU

Alain Marois

Texte intégral

LES BIBLIOTHÈQUES DANS UN WEB SOCIAL

  • 1 Tim O’Reilly, What Is Web 2.0. Design Patterns and Business Models for the Next Generation of Softw (...)
  • 2 Danah M. Boyd, Nicole B. Ellison, “Social network sites : Definition, history, and scholarship”, Jo (...)
  • 3 Jane Secker, “Social software and libraries : a literature review from the LASSIE project”. Program (...)

1Tim O'Reilly énonçait en 2005 le concept de Web 2.01. Quelques années après, un élément de ce Web participatif, le site de réseau social2 (SRS) Facebook atteint le milliard d'utilisateurs actifs. Les bibliothèques, comme lors de l'émergence du Web 2.0 ont très tôt3 vu les atouts des outils sous-tendant ce que l'on nomme désormais le Web social dont les SRS, omniprésents, sont l'incarnation.

  • 4 Raphaële Gilbert, « Inscrire la démarche d’innovation au cœur du projet de service : faire de la pr (...)
  • 5 Olivier Tacheau, « Pour une bibliothèque universitaire réincarnée », Bulletin des bibliothèques de (...)

2Leur prise en main par les bibliothèques touche à la servuction* des services qu'elles offrent, comme définie par Raphaële Gilbert4 : via les SRS, les établissements renouvellent les modalités de l'offre de service, via le support, les rôles du personnel ou de l'usager. Les SRS peuvent donc être considérés comme des outils clés dans la mini-révolution copernicienne des établissements souhaitée par certains5 et, de par leur rôle à la fois central (lieux de convergence/conversation) et périphérique (outils de dissémination/recommandation), ils sont de formidables opportunités pour la valorisation des bibliothèques et de leurs offres de services.

ÊTRE LÀ OÙ SONT LES PUBLICS SPÉCIFIQUES AUX BU ?

LES ÉTUDIANTS

  • 6 Ifop - Observatoire des réseaux sociaux - Vague 6. [s. l.], Ifop, 2011. [En ligne] < http://www.ifo (...)
  • 7 Christophe Batier, Enquête équipements, Usages, NTIC des étudiants Université Claude Bernard Lyon 1 (...)

3En France, 77 % des internautes se déclaraient membres d'au moins un SRS6. Parmi ceux-ci, 49 % ont un compte Facebook. Le phénomène touche particulièrement la cible principale des bibliothèques universitaires au travers de la tranche des 18-24 ans : 76 % sont sur Facebook, 42 % ont un compte YouTube, etc. Si tous les internautes de 18-24 ans ne sont pas des « étudiants », on peut supposer que les chiffres sont également élevés dans cette catégorie. Une étude7 sur la communauté étudiante de l'Université Claude Bernard Lyon 1 rapporte par exemple que plus de 66 % des répondants avaient un compte Facebook.

LES DOCTORANTS ET ENSEIGNANTS-CHERCHEURS

  • 8 Gabriel Gallezot, Michel Roland-Guill, Enquête sur les pratiques informationnelles des chercheurs, (...)

4Chez les 25-34 ans, l'étude de l’Institut français d’opinion publique (Ifop) citée indique que 59 % utilisent Facebook. Qu'en est-il des enseignants-chercheurs et doctorants ? Une enquête8 de l'Urfist de Nice réalisée fin 2010 semble montrer qu'ils sont moins présents sur les SRS que l'internaute moyen (42 % utilisent au moins une fois par semaine une plateforme sociale). Facebook est majoritaire (34 %), Twitter utilisé par près de 6 %, etc. On peut s'attendre à ce que ces chiffres augmentent, puisque 60 % des répondants nés après 1980 utilisent, quant à eux, un réseau comme Facebook, soit près de deux fois plus que la moyenne.

5Ainsi, assurer une présence sur les SRS semble être une stratégie d'avenir compte tenu de l'évolution attendue des usages des futurs enseignants-chercheurs (actuels doctorants).

DES BU SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX : DU CADRE À L’ACTION

DISSÉMINER DES CONTENUS ET DES SERVICES

  • 9 François Cavalier, « Disséminer sa bibliothèque », (@Lully / Bibliothèques [Reloaded]), février 201 (...)

6C'est la forme la plus évidente d'utilisation des réseaux par les BU : assurer une visibilité maximale en « propulsant » des contenus sur les plates-formes sociales où des communautés ont été identifiées ou sont supposées passer du temps en ligne. Les SRS ne sont alors qu'un élément parmi d'autres9 dans les options de dissémination à disposition des établissements et, dans cette optique « minimaliste » (mais capitale dans une économie de l'attention), leur utilisation peut être quasi automatisée.

DISPOSER D’UN LEVIER DANS UNE STRATÉGIE DE MÉDIATION NUMÉRIQUE

  • 10 Silvère Mercier, « Médiation numérique : le guide pratique des dispositifs », Bibliobsession. 4 mai (...)
  • 11 Silvère Mercier, « Médiation numérique en bibliothèque : une définition », Bibliobsession, 2010. [E (...)

7Utiliser un SRS avec pour objectif une dissémination optimale en fait ce que Silvère Mercier nomme10 un dispositif de flux pouvant s'inscrire dans une démarche plus large de médiation numérique. Le choix du SRS au regard du but à atteindre (valoriser des expositions, promouvoir un fonds iconographique, diffuser une veille, etc.) s'inscrira alors dans une « démarche visant à mettre en œuvre des dispositifs techniques, éditoriaux ou interactifs pour favoriser l’accès organisé ou fortuit, l’appropriation ou la dissémination de contenus à des fins de diffusion des savoirs et des savoir-faire »11.

CONTRÔLER ET RENFORCER L’IDENTITÉ NUMÉRIQUE DE LA BU

  • 12 Pour une brillante démonstration, on consultera par exemple Nicolas Alarcon, Nathalie Clot, Faceboo (...)
  • 13 Marie-Madeleine Salmon, « Les techniques de communication utiles aux services documentation », Docu (...)

8De nombreux observateurs12 ont montré que les utilisateurs des SRS n'avaient pas attendu les bibliothèques pour évoquer, commenter, partager du contenu relatif aux BU. La logique veut donc que, comme pour toute organisation, le volet présence en ligne d'un plan de communication comporte une veille destinée à faire remonter ce qui se dit de la BU sur les réseaux. L'étape suivante consiste à être présent officiellement sur les réseaux, au-delà du site-portail. Cette présence permet, outre la dissémination et des actions de médiation numérique optimisées, l'identification, la citabilité, l'interpellation, bref, l'existence « sociale » de l'établissement qui pourra ainsi développer une stratégie de marque (reprise des signes visuels forts, charte graphique, et déclinaison d'une gamme visuelle13 par dispositif-réseau, etc.).

9Cette présence officielle de la bibliothèque permettra de renouveler l'image de la BU via des actions sur les SRS, initiant par ailleurs l'accompagnement des personnels actifs sur les réseaux. Finalement, elle permettra de s’inscrire dans une communication de la tutelle (ou de la devancer), et la mise en place d'une véritable synergie entre la BU et sa tutelle.

ENGAGER LA CONVERSATION !

  • 14 Hubert Guillaud, « Deuxième partie : Facebook, technologie relationnelle », in Comprendre Facebook. (...)

10Ce dernier point aurait pu être le premier évoqué, tant il apparaît comme central : les SRS sont par nature des outils d'échange entre utilisateurs, maximisé par l'expansion du Web social liant les activités de chacun sur Internet via des technologies relationnelles14.

  • 15 Daniel Bourrion, On line, BUA Pro, 13 mars 2012. [En ligne] < http://bu.univ-angers.fr/billet/2012/line?destination=node%2F758 > (consulté le 13 mai 2012).
  • 16 David Fayon, Camille Alloing, Pierre Chappaz, Développer sa présence sur internet : concevoir et dé (...)

11Opter pour l'utilisation des SRS est donc un acte symbolique fort, potentiellement très valorisant pour l'institution : la présence de la bibliothèque et de ses composantes ou personnels identifiés comme tels appelle une relation directe, horizontale, avec ses publics. Cette dynamique de rapprochement est exigeante mais peut être le terreau d'innovations à venir de par son impact sur l'organisation15. On notera donc, comme le fait Pierre Chappaz16, que si l'on décide d'exploiter le potentiel des SRS, il faut s'y être préparé, car « quand vous aurez ouvert le dialogue […], vous ne pourrez pas facilement fermer le micro, ou alors la conversation continuera sans vous, à vos risques et périls ».

QUELS RÉSEAUX SOCIAUX POUR UNE BU ?

12Dans une première approximation, on pourra distinguer deux grandes orientations pour explorer l'utilisation des outils du Web social : les SRS centrés sur l'interaction entre les usagers et leurs activités (ex. : Facebook) et ceux centrés sur des contenus partagés, les fameux User Generated Content (UGC)* des débuts du Web 2.0 (ex. : YouTube, Flickr).

VALORISER (VIA) LES CONTENUS : LE CAS DES SUPPORTS DE FORMATIONS ET VIDÉOS

  • 17 Exemple avec les bibliothèques de l’Université de Provence Aix-Marseille 1. [En ligne] < http://www (...)

13Slideshare17, SRS de partage de diaporama et de documents, est privilégié par nombre de BU pour la promotion des supports de formation. Cette démarche présente plusieurs avantages : souplesse du dispositif, bon référencement des supports, licences adaptées et fonctions d'export permettant de réinsérer les diaporamas via des widgets sur les sites de la BU. Ce type d'outil propose des statistiques souvent difficiles à obtenir autrement. Des fonctions avancées pourront être utilisées pour ajouter des commentaires audio aux diaporamas sans faire l'acquisition de logiciel de screencasting.

14YouTube18, site de partage de vidéo à forte audience dans la tranche d'âge des étudiants, est une plate-forme de choix (voir aussi Dailymotion ou Vimeo suivant les communautés déjà présentes, les contraintes techniques et services attendus du player, les choix de la tutelle, les conditions générales d'utilisation, CGU). La création d'une chaîne YouTube participera à l'identité numérique de la BU et à la visibilité de ses productions au-delà du site Web. Le toilettage de YouTube début 2012 renforce ses possibilités d'interactions et de partage. Une production régulière de vidéos étant très contraignante19, il peut être intéressant de diffuser une vidéo via les comptes de la tutelle, bénéficiant d'une meilleure audience, tout en disséminant le contenu via les comptes propres à la BU.

VALORISER LES LIEUX ET LES ÉVÉNEMENTS : LE CAS DES PHOTOS ET VISUELS

15Disposer de contenus « visuels » pour valoriser des services, ressources et actions est désormais capital, de par la logique de flux et de partage des SRS et la course à l'attention qui les accompagne (notion marketing de stopping power des contenus).

16Flickr20 est une plate-forme de partage de photos bénéficiant de fonctionnalités sociales. Elle est depuis plusieurs années utilisée par les bibliothèques, dans le cadre du projet Flickr Commons notamment pour valoriser le patrimoine numérisé tout en bénéficiant d'une pré-indexation des images par les internautes (crowdsourcing). À côté de ces usages, une BU pourra utiliser la plate-forme afin de diffuser systématiquement des reportages photos concernant ses événements, ressources et bâtiments, voire les supports graphiques s'y rattachant.

17Plus simplement, Facebook, ou la plate-forme de curation* visuelle montante Pinterest, pourra jouer ce rôle de valorisation par l'image.

VALORISER UNE EXPERTISE : DIFFUSION D’UNE VEILLE

18Twitter, plate-forme de microblogging* emblématique du Web en temps réel dispose d'une visibilité importante, remplaçant de plus en plus l'usage des flux RSS et permettant une interaction à la fois très codifiée et simple. Le compte de la bibliothèque des sciences économiques, sociales, politiques et de communication de l'université catholique de Louvain, @BSPO1348, diffuse une veille thématique ; Twitter est également un canal de dissémination « classique » d'actions de médiation pour @SCD_UP qui relaie le contenu de son blog tout en valorisant sa veille, tout comme @biblio_estp dans le domaine de l'architecture, du BTP et de l'architecture. L'avantage de l'utilisation du microblogging est qu'il permet d'assurer et la veille et sa diffusion, accélérant la prise en main par une équipe. On pourra y connecter des flux provenant d'outils de social bookmarking ou de curation pour y adjoindre d'autres sources, ou au contraire utiliser les flux en sortant afin d'alimenter d'autres dispositifs de valorisation.

DISSÉMINER AU PLUS GRAND NOMBRE ET S’INSCRIRE DANS UNE COMMUNAUTE : FACEBOOK (OU GOOGLE+)

  • 21 Se reporter à Bibliopedia pour une liste d'exemples http://bibliopedia.fr/index.php/Biblioth%C3%A8 (...)
  • 22 901 millions d’utilisateurs actifs par mois et 526 millions au quotidien en mars 2012.

19Parce que Facebook21 cumule à la fois une très forte audience22 et une richesse de fonctionnalités, l'effet de viralité des contenus disséminés y est important et offre une visibilité maximale. Agir sur Facebook « en tant que bibliothèque » permet de créer du lien en étant actif sur les pages des partenaires, associations, etc. Une limite concernera l'action au sein des groupes Facebook, qu'il faudra aborder avec des comptes classiques ou se contenter de scruter dans le cadre d'une veille.

20Google+, s'il peine à trouver un relais à la hauteur de son concurrent direct, n'en demeure pas moins intéressant et quelques BU y ont créé des pages institutionnelles, bénéficiant ainsi d'un meilleur contrôle de leur identité numérique et d'un référencement amélioré. L'influence de ces SRS étant grandissante sur les moteurs de recherche, utiliser Facebook et Google+ participera donc d'une stratégie Search Engine Optimization (SEO)* des établissements.

S’OUTILLER ET S’ORGANISER

MONITORING, COMMUNITY MANAGEMENT ET TRAVAIL COLLABORATIF

21Le pilotage de multiples SRS peut être optimisé via des outils de community management permettant de suivre et publier un même contenu sur plusieurs SRS simultanément, de programmer la diffusion des actualités, pour une mise à jour des comptes en dehors des heures d'ouverture par exemple ou selon un événementiel. Les plus évolués incluent une dimension collaborative (Hootsuite ou Seesmic Social) : travail en équipe, assignation de tâches par collaborateur, tableau de bord et état d'avancement des tâches, statistiques.

22Si ces outils augmentent la productivité et permettent de s'organiser, il faudra souvent revenir aux plates-formes natives pour tirer parti au maximum de leurs fonctionnalités, réaliser du « cousu main » : sur facebook.com par exemple, pour mentionner (via un « @ ») un partenaire dans une actualité, créant ainsi un lien vers sa page.

  • 23 Comme, par exemple, un statut avantageusement engageant annonçant une conférence – « Surfez sur la (...)

23Enfin, on gardera à l'esprit que ces outils et le fonctionnement « industriel » qu'ils permettent, éloignent de la conversation et peuvent entraîner de fâcheux ratés, typiquement dans le cas où une actualité programmée à l'avance mais devenue caduque (voire inconvenante)23 est diffusée automatiquement.

VEILLE ET AGRÉGATION

24L'autre composante d'une prise en main efficace des SRS est la veille sur les communautés et les sites Web relatifs à la BU. Tutelles, partenaires, laboratoires, associations étudiantes, diplômes spécifiques, grands événements récurrents, services de la tutelle, filiales, incubateurs, etc. : toutes ces entités ont leurs actualités qui sont autant d'occasions de nourrir une ligne éditoriale ou d'initier des actions de médiation numérique. Les flux issus du dispositif de veille permettront de disposer régulièrement de contenus à diffuser, et d'améliorer leurs impacts en les coordonnant.

  • 24 Nicolas Alarcon, Nathalie Clot, op. cit.

25Enfin, une veille thématique (médias sociaux, outils de community management) permettra de suivre l'actualité des SRS qui évoluent très vite, afin d'anticiper les contraintes et risques (mode Timeline des pages Facebook en mars 2011, etc.), d'identifier les opportunités (nouvelles modalités de partage, montée de nouveaux sites, etc.) et de nourrir la stratégie de présence en ligne de la BU… en se préparant à « suivre les écureuils »24.

26Veille image (ce que l'on dit de la bibliothèque, sa e-réputation) veille technologique et veille sur les communautés et partenaires se complètent et renforcent le potentiel d'innovation des actions liées aux SRS pour une valorisation des ressources et services de la BU.

Valoriser sa BU sur les SRS
▪ Agissez « en tant que BU » régulièrement, à côté de l'alimentation des comptes (« aimez » sur Facebook, « mettez en favoris » sur YouTube, retwittez, commentez, partagez le contenu d'autres comptes) ;
▪ privilégiez les visuels (surtout sur Facebook) : images, vidéo ont un meilleur impact, et un poids plus élevé (stratégie de SEO) ;
▪ proposez des liens (surtout sur Twitter) vers vos sites ;
▪ soyez bref et utilisez des tournures appelant une action de la part des usagers : posez des questions ; faites des textes à trous, etc. ;
▪ utilisez l'actualité ;
▪ ouvrez le mur de votre page Facebook ;
▪ identifiez des « marronniers »*, des rendez-vous réguliers avec vos fans ;
▪ adoptez un ton décalé et faites-vous plaisir.

Notes

1 Tim O’Reilly, What Is Web 2.0. Design Patterns and Business Models for the Next Generation of Software, O’Reilly Media, 30 September 2005. [En ligne] < http://oreilly.com/web2/what-is-web-20.html > (consulté le 12 juillet 2012).

2 Danah M. Boyd, Nicole B. Ellison, “Social network sites : Definition, history, and scholarship”, Journal of Computer-Mediated Communication, 2007. Vol. 13, n° 1, pp. 210-230. [En ligne] < http://jcmc.indiana.edu/vol13/issue1/boyd.ellison.html > (consulté le 13 mai 2012).

3 Jane Secker, “Social software and libraries : a literature review from the LASSIE project”. Program : electronic library and information systems. July 2008. Vol. 42, n° 3, pp. 215-231. [En ligne] < http://dx.doi.org/10.1108/00330330810892640 > (consulté le 7 juillet 2012).

4 Raphaële Gilbert, « Inscrire la démarche d’innovation au cœur du projet de service : faire de la prospective et imaginer un nouveau modèle de médiathèque », in Créer des services innovants : stratégies et répertoire d’actions pour les bibliothèques, Marie-Christine Jacquinet (dir.), Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2011 (La Boîte à outils ; 23), pp. 31-46.

5 Olivier Tacheau, « Pour une bibliothèque universitaire réincarnée », Bulletin des bibliothèques de France, 2009, t. 54, n° 6, pp. 66-69. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2009-06-0066-014 > (consulté le 13 mai 2012).

6 Ifop - Observatoire des réseaux sociaux - Vague 6. [s. l.], Ifop, 2011. [En ligne] < http://www.ifop.com/?option=com_publication&type=poll&id=1671 > (consulté le 13 mai 2012).

7 Christophe Batier, Enquête équipements, Usages, NTIC des étudiants Université Claude Bernard Lyon 1 1999-2010, janvier 2011. [En ligne] < http://www.slideshare.net/batier/stat-etudiantdecembre2010 > (consulté le 13 mai 2012).

8 Gabriel Gallezot, Michel Roland-Guill, Enquête sur les pratiques informationnelles des chercheurs, 12 septembre 2011. [En ligne] < http://fr.slideshare.net/GabrielG/pratiquesinformationnelles-des-chercheurs > (consulté le 13 mai 2012).

9 François Cavalier, « Disséminer sa bibliothèque », (@Lully / Bibliothèques [Reloaded]), février 2011. [En ligne] < http://www.mindmeister.com/fr/78763833/diss-miner-sa-biblioth-que >.

10 Silvère Mercier, « Médiation numérique : le guide pratique des dispositifs », Bibliobsession. 4 mai 2012. [En ligne] < http://www.bibliobsession.net/2012/05/04/mediation-numerique-leguide-pratique-des-dispositifs/ > (consulté le 12 mai 2012).

11 Silvère Mercier, « Médiation numérique en bibliothèque : une définition », Bibliobsession, 2010. [En ligne] < http://www.bibliobsession.net/2010/03/03/mediation-numerique-en-bibliothequeune-definition/ > (consulté le 21 mai 2011).

12 Pour une brillante démonstration, on consultera par exemple Nicolas Alarcon, Nathalie Clot, Facebook, une coquille vide et 300 millions d’écureuils, 18 mai 2011. [En ligne] < http://www.slideshare.net/alarcon/facebook-une-coquille-vide-et-300-millions-decureuils > (consulté le 12 mai 2012).

13 Marie-Madeleine Salmon, « Les techniques de communication utiles aux services documentation », Documentaliste - Sciences de l’information, février 2008, vol. 45, n° 1, p. 69.

14 Hubert Guillaud, « Deuxième partie : Facebook, technologie relationnelle », in Comprendre Facebook. Paris, Publie.net, 2011.

15 Daniel Bourrion, On line, BUA Pro, 13 mars 2012. [En ligne] < http://bu.univ-angers.fr/billet/2012/line?destination=node%2F758 > (consulté le 13 mai 2012).

16 David Fayon, Camille Alloing, Pierre Chappaz, Développer sa présence sur internet : concevoir et déployer une stratégie sur les médias sociaux, Paris, Dunod, 2012.

17 Exemple avec les bibliothèques de l’Université de Provence Aix-Marseille 1. [En ligne] < http://www.slideshare.net/bu_universite_provence >.

18 Exemple avec le SCD d'Angers. [En ligne] < http://www.youtube.com/user/BUAngersPlus >.

19 Olivier Tacheau, BUA Productions…, Le nombril de Belle Beille. 14 avril 2011. [En ligne] < http://blog.univ-angers.fr/oliviertacheau/ >, < http://tacheau.wordpress.com/ > (consulté le 19 novembre 2012).

20 Exemple avec le SCD d'Angers sur < http://www.flickr.com/photos/47011911@N05 >.

21 Se reporter à Bibliopedia pour une liste d'exemples < http://bibliopedia.fr/index.php/Biblioth%C3%A8ques_sur_Facebook > ; voir également les argumentaires du blog Livre-Arbitre et Jean-Christophe Brochard, « Un blog, une page Facebook : Internet comme support d’innovation ». In Marie-Jacquinet (dir.), Créer des services innovants : stratégies et répertoire d’actions pour les bibliothèques. Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2011 (La Boîte à outils ; 23), pp. 97-102.

22 901 millions d’utilisateurs actifs par mois et 526 millions au quotidien en mars 2012.

23 Comme, par exemple, un statut avantageusement engageant annonçant une conférence – « Surfez sur la vague de l'innovation avec Mr X et venez découvrir pourquoi la robotique sera la future industrie automobile du XXIe siècle... » – le 11 mars 2011 à 20 h.

24 Nicolas Alarcon, Nathalie Clot, op. cit.

Auteur

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540