Version classiqueVersion mobile

Faire connaître et valoriser sa bibliothèque

 | 
Jean-Marc Vidal

Partie III. Du guide du lecteur aux réseaux sociaux

3. Bibliothèques publiques en ligne

Laurence Favreau

Note de l’auteur

Note portant sur l'auteur1

Texte intégral

  • 2 Université de Lyon, Les enjeux du www2012 en infographies : la fracture numérique. [En ligne] http (...)
  • 3 Médiamétrie, L’audience de l’Internet en France en juin 2012. [En ligne] http://www.mediametrie.fr (...)

1Même si la fracture numérique reste une réalité2, l’audience d’Internet croît et les réseaux sociaux s’y taillent la part du lion. Le relevé de Médiamétrie de juin 2012 montre qu’à eux seuls Facebook et Youtube réunissent chaque jour plus de 15 millions de visiteurs uniques en France3.

2Les bibliothèques publiques n’ont pas attendu ces chiffres pour se positionner sur la Toile.

3Depuis plusieurs années, parfois à tâtons, parfois avec des projets parfaitement bâtis, elles investissent l’espace numérique et développent de nouvelles stratégies pour communiquer avec les publics, en écho et en complément de celles menées dans l’espace physique.

EN LIGNE ET POUR QUOI FAIRE ?

4Si on considère la part de plus en plus importante du Net dans la vie quotidienne (en termes de temps passé comme d’activités réalisées), pouvons-nous encore faire le choix, autre que militant, de ne pas « en être » ? Pourtant, de nombreuses bibliothèques n’existent pas sur le Web. D’autres ne disposent que d’une page plus ou moins statique sur le site de leur ville et pour un nombre encore conséquent, seul le catalogue est en ligne, sans contenu éditorial disponible, enrichi, actualisé.

  • 4 Bibliopedia, Bibliothèque 2.0. [En ligne] < http://www.bibliopedia.fr/index.php/Biblioth%C3%A8que_2.0 > (consulté le 13 mai 2012).

5En rejoignant les sphères fréquentées par les particuliers, les entreprises, mais également de plus en plus fréquemment par leurs collectivités, les bibliothèques cherchent à occuper une place qui leur permette de développer hors de leurs murs des activités et des services qui leur sont propres (renseignements, valorisation des collections, catalogue…), mais également de s’assurer une plus large promotion (agenda, marketing viral*, création d’événements…), de tisser des liens « réels » avec les usagers (contribution, enrichissement…), de développer de nouveaux lieux d’échange et de rencontre4 en créant aussi la surprise (humour, sérendipité…).

SE FAIRE (BIEN) VOIR

6Avant de valoriser la bibliothèque, il faut la faire connaître, donner les informations de base, la positionner dans l’espace tant physique que numérique. La montrer !

7Travailler son image, au sens premier du terme, est l’une des stratégies efficaces pour se faire (bien) voir des usagers : galeries de photos (locaux, équipe, collections, animations) sur des sites de partage comme Flickr ou vidéos sur Youtube et Dailymotion sont proposées par de nombreuses bibliothèques pour montrer l’envers du décor (travaux de la Casa d’Antibes5, désherbage à Grenoble6…) ou décliner le guide du lecteur en visites guidées (Béziers)7, signées (Limoges, Lyon, ou encore Rennes8), décalées (mise en scène du mobilier à la médiathèque du Rize9, public ado du « Clip de la MAM »10).

8En développant un portail, les bibliothèques disposent d’un outil de promotion de premier niveau qui ne demande qu’à s’enrichir et sert de support à d’autres outils et techniques de communication et de valorisation.

PASSER AUX « SELF-SERVICES »

9De la reproduction des services traditionnels à la promotion d’innovations, toutes les pistes sont explorées par les bibliothèques.

  • 11 < http://mediatheque.ville-levallois.fr/cda/administration/directory/createuser.aspx?INSTANCEEXPLOITATION > (consulté le 13 mai 2012).

10Pré-inscriptions : à Levallois11 un court formulaire d’inscription permet à l’usager de recevoir sa carte d’abonné à son domicile.

  • 12 < http://revodoc.moccam.fr/> (consulté le 13 mai 2012).

11Consultation du catalogue : en plus de la consultation, les réservations en ligne sont possibles sur la plupart des catalogues et certains comme RéVOdoc12, catalogue collectif des bibliothèques du Val d’Oise sous l’égide de la bibliothèque départementale de prêt (BDP), offrent en plus un service de prêt entre bibliothèques à l’échelle du département.

12Prêt : « emprunt » temporaire, sur place ou à distance, en streaming ou en téléchargement, les offres de textes, de musiques et d’images, recensées pour partie par Carel13 (pour la lecture publique) s’implantent progressivement, reproduisant ou non les modèles traditionnels du prêt.

13Réponse aux questions des usagers : de Bibliosésame14 au Guichet du savoir15 les équipes renseignent en ligne et capitalisent les réponses en créant des bases de connaissances consultables d’un simple clic.

14Expositions et manifestations virtuelles : 100 % originales ou en écho aux actions proposées dans les locaux, les bibliothèques innovent et invitent à des parcours étonnants. De la BFM de Limoges à Lectura16 en passant par la bibliothèque numérique Europeana17, les équipes valorisent les fonds et les activités proposées en les donnant à voir sur le Net. Il est possible de suivre une conférence, de revoir un spectacle, de visiter une exposition, d’écouter un podcast… Là encore, Toulouse ou Melun, dont les podcasts des « Rendez-vous lecture » sont disponibles sur iTunes18, produisent et diffusent des contenus. La médiathèque de Roubaix propose les extraits lus lors des rencontres lectures en téléchargement sur son portail19.

INTERAGIR AVEC LES USAGERS

15Proposer la création de parcours personnalisables via les comptes lecteurs, la constitution de paniers ou de profils de recherche, l’abonnement à des flux RSS*, le renvoi de l’information trouvée par e-mail ou vers des réseaux sociaux, permet aux usagers de s’approprier en partie l’offre de la bibliothèque.

16Mais c’est en faisant clairement appel à eux qu’il est le plus facile de les impliquer, de les fédérer et de les faire participer activement à la renommée du service.

17Ouvrir son catalogue aux commentaires des internautes (et pas seulement des usagers) comme sur Biblio-Gironde20, nouveau site du réseau des bibliothèques partenaires de la BDP 33, demande de la patience pour qu’une masse critique de contributions soit atteinte. Réinvestir les critiques postées sur les sites de communautés de lecteurs tout en invitant les usagers à rédiger leurs propres commentaires pour enrichir le catalogue, comme à la Bibliothèque multimédia de Saint-Germain-en-Laye21 ou sur le portail des bibliothèques du Haut-Rhin22, accélère le processus.

18Créer des recommandations « professionnelles » rend plus visible le travail critique des bibliothécaires. Miser sur les recommandations statistiques crée des propositions que les bibliothèques de Dole23, Saint-Herblain24 ou encore du Pays de Romans25 utilisent pour suggérer des documents complémentaires ou supplémentaires : les parcours des usagers au sein des collections permettent l’établissement de statistiques directement réexploitées dans le catalogue.

19Provoquer les réactions des usagers en maniant l’humour, en organisant des concours ou des chasses au trésor dans les collections comme le fait l’équipe de Gallica avec « l’énigme du vendredi » publiée chaque semaine sur Facebook26, amène un public qui se fidélise et s’accroît rapidement, réagissant très favorablement à la combinaison du ludique et de la culture.

  • 27 < http://www.wiki.anglet.fr > (consulté le 13 mai 2012).

20Ouvrir aux usagers la possibilité de documenter et de compléter les contenus est également une démarche particulièrement enrichissante sur des fonds thématiques, locaux ou historiques. Les internautes sont volontiers pourvoyeurs de données, postant eux-mêmes des images prises dans leurs propres archives, précisant des informations sur les lieux et leur histoire. La médiathèque d’Anglet assure la médiation culturelle du wiki* créé autour du patrimoine de la commune27 et organise à cet effet des formations pour les futurs contributeurs, se posant en forum social pour cette communauté locale.

DISSÉMINER LES CONTENUS ET LES INFORMATIONS

21Investir de nombreux outils du Web 2.0 utilisés par le grand public peut faire gagner rapidement la bibliothèque en notoriété. La dissémination est essentielle pour favoriser la communication avec les usagers. Donner de la visibilité aux services et aux collections suppose de placer les données sur les parcours des internautes qui se retrouvent, pour une très grande part, sur les réseaux sociaux.

22Un nombre croissant de bibliothèques y a donc ouvert des comptes, des pages ou des galeries.

  • 28 Karine Boyer recense près de 340 bibliothèques françaises sur Facebook et en dresse la liste sur so (...)

23Pour être, selon le terme de Lionel Maurel, un « ange disséminateur », il faut se faire stratège de la médiation numérique et se donner les moyens de publier des informations qui se complètent et se répondent : site + blog(s) thématique(s) ou non + page(s) Facebook28 + compte(s) Twitter + compte Flickr + compte Dailymotion + flux RSS… Contenus exportables, création de widgets, partenariats avec d’autres acteurs du Web, tout concourt à croiser les usagers là où ils se trouvent et à les séduire, en ayant de nombreuses propositions à leur faire.

24De Brest à Grenoble, de Roubaix à Romans-sur-Isère en passant par Toulouse, Limoges, Metz et tant d’autres, les occasions se multiplient de croiser les bibliothèques sur le Net. Elles y publient plus ou moins régulièrement des informations en choisissant des tons et des priorités différentes selon les outils utilisés. Il faut intéresser, intriguer et ouvrir sur d’autres propositions si on veut convaincre.

25La BnF a particulièrement travaillé la stratégie de présence de sa bibliothèque numérique Gallica29 : site Internet, blog, page communautaire Facebook, compte Netvibes, compte Twitter, newsletter, tous ces outils se signalent entre eux pour que l’internaute puisse passer de l’un à l’autre d’un simple clic.

26Trouver le ton juste est un enjeu de taille. Les épisodes de « La chanson inavouable » postés sur le blog des bibliothécaires musicaux de Grenoble30 montrent une partie du travail de cette équipe qui, très sérieusement mais sans se prendre au sérieux, fait le lien entre la bibliothèque, les manifestations culturelles, les collections et les internautes. Miss Média se démène pour les bibliothèques de Metz et apporte un ton tout à fait singulier à la présence de ce réseau sur le Web.

27Quelques bibliothèques se sont lancées dans la création d’applications pour smartphones afin de mieux adapter leurs formats de présentation aux habitudes des « mobinautes ». Peu nombreuses en France (on peut quand même annoncer Vaise, citer Toulouse ou la BnF qui participe à CultureClic31, projet de réalité augmentée, et a ouvert en 2012 une large offre de contenus sur iTunes U), elles sont plus engagées à l’étranger et notamment aux États-Unis. La bibliothèque du Valais32 (en Suisse) vient de lancer des applications sur l’Apple Store.

28Disséminer, c’est aussi relocaliser les données et créer des allers-retours originaux avec les lieux et les collections physiques : la géolocalisation des contenus (Cartolivres à Romans-sur-Isère, intrigues policières sur Biblio-surf) est une voie originale pour accompagner les usagers sur le Web et les ramener aux collections physiques.

29Beaucoup d’autres projets pourraient être signalés. Mais cet inventaire à la Prévert ne doit pas cacher que passer sur le Web demande un important travail en amont.

EN LIGNE MAIS COMMENT FAIRE ?

30Pour nombre d’équipes, l’incursion sur la Toile est un défi, aussi bien technique que professionnel et il reste beaucoup à faire dans les cursus de formation initiale comme continue pour améliorer la maîtrise des outils et des process nécessaires à une présence pérenne et de qualité sur le Net.

UN PROJET À CONSTRUIRE

31Conduire sa bibliothèque sur la Toile ne s’improvise pas. Il convient de définir des objectifs précis (pourquoi aller sur le Net ?), de déterminer à quel(s) public(s) s’adresser, de choisir les informations à faire passer et de bien cibler les outils à utiliser en fonction des résultats attendus. Selon les objectifs poursuivis, il faut trouver la meilleure adéquation projet/outil. Les analyses régulières d’audience et de résultat des médias « sociaux » constituent des aides à la décision33.

32Ce type de projet est parfois l’occasion de repenser l’activité dans son ensemble et de réorganiser un service en intégrant dans les activités de chacun les missions et les tâches liées à la mise en ligne des produits et services de la bibliothèque.

DES ENJEUX À INTÉGRER

33Travailler sur le Web ne s’improvise pas. Des lois communes et des règles spécifiques s’y appliquent et fixent un cadre dans lequel il faut œuvrer.

34Du respect de la charte graphique de la collectivité ou du service dans lequel on travaille, aux obligations de la loi dite « Handicap » qui impose que les sites Internet des collectivités répondent à des exigences d’accessibilité34, en passant par les identités virtuelles, le droit d’auteur, le droit à l’image et les déclarations à la CNIL, il est nécessaire de mettre à jour ses connaissances avant de réaliser son passage sur le Web.

  • 35 Franck Queyraud, Jacques Sauteron, Outils web 2.0 en bibliothèques : manuel pratique, Paris, Associ (...)
  • 36 Muriel Amar, Véronique Mesguich, Bibliothèques 2.0 à l'heure des médias sociaux, Paris, Éditions du (...)

35Les bibliothèques doivent intégrer que la longévité des informations présentes sur le Web dépasse souvent largement celle des autres outils de communication et que ce qui y est mis est amené à être repris, dupliqué, réutilisé. C'est un atout de taille pour les projets de dissémination mais cela pose également des questions relatives aux droits d’auteur. Connaître les règles du Net, maîtriser les outils sur Web 2.035, savoir créer et maintenir la notoriété de ses publications, réinvestir des contenus existants et en proposer de nouveaux, fixer et tenir un rythme de publication soutenu est essentiel pour que l’information soit utile. La constance, ici comme ailleurs est une vertu essentielle36.

DES ÉLUS À CONVAINCRE

  • 37 Jean-Philippe Accart, Communiquer ! Les bibliothécaires, les décideurs et les journalistes, Villeur (...)

36Il est très important que les élus s’emparent du projet de présence et de médiation numérique pour le soutenir. Se positionner sur le Web s’intègre dans le dispositif global de communication de la bibliothèque. En publiant des informations, en diffusant des contenus, en communiquant en ligne, les bibliothécaires interviennent au nom d’une institution : le ton employé, la qualité des informations proposées, les questions de maîtrise de l’image et des propos tenus, autant de sujets qui doivent être validés en amont afin de permettre la mise en place d’une chaîne rédactionnelle dans laquelle chacun sera en confiance. Il revient aux équipes, au travers du projet, de convaincre les élus du bien-fondé de cette diversification des lieux d’expression et d’exposition37. Évaluer régulièrement l’impact et l’audience des outils utilisés et rendre compte des résultats est essentiel.

DES PERSONNELS À IMPLIQUER ET À FORMER

37Écrire pour le Web s’apprend.

38Intégrer la dimension « virtuelle » à l’ensemble de son travail quotidien et organiser la diffusion des informations se travaille.

39Monter un projet s’organise.

40Sans obliger tous les membres d’une équipe à participer systématiquement à l’animation de l’ensemble des outils de communication choisis par la bibliothèque, il est important d’impliquer chacun et, au-delà, de travailler avec les autres services de la collectivité et des partenaires sélectionnés pour les liens entre leurs activités et les projets de la bibliothèque. Les contributions de cet ouvrage en donnent les clefs.

UN LIEN AVEC LE RÉEL À NE JAMAIS LÂCHER

  • 38 Dans le même esprit, voir aussi : Xavier Galaup (dir.), Développer la médiation documentaire numéri (...)

41Utiliser les outils du Web n’est qu’un moyen de plus de communiquer avec le public et de valoriser les collections, services et actions proposées in real life comme le dit Xavier Galaup38. Entretenir ce lien en favorisant les allers-retours entre le réel et le virtuel, en maîtrisant les codes de chacun, étend les champs d’action des bibliothèques et nous amène à explorer de nouveaux moyens pour mieux toucher et servir le public.

42Aujourd’hui, la proportion des bibliothèques publiques françaises présentes sur le Net est encore faible et les équipes peinent à trouver leurs animateurs de communautés, leurs contributeurs et leurs webmasters, puisant encore souvent dans les compétences personnelles d’un collègue plus geek* que les autres.

  • 39 Notamment « Biblioquest », organisé par l’Institut national spécialisé d’études territoriales (INSE (...)
  • 40 Voir à ce sujet les bibliothèques de Rouen, Limoges ou Saint-Nazaire.

43Heureusement, la situation évolue favorablement grâce notamment à l’intégration de ces sujets dans les formations initiales comme continues39, les rencontres professionnelles et les publications, et à la poursuite des expérimentations dans les bibliothèques qui se « mobilisent », testent les QR codes*40, « métadonnent » et disséminent autant qu’elles contribuent, offrant à leurs usagers des possibilités toujours plus importantes pour découvrir et trouver.

Notes

1 Article rédigé en juillet 2012.

2 Université de Lyon, Les enjeux du www2012 en infographies : la fracture numérique. [En ligne] < http://off.www2012.org/les-enjeux-du-www2012-en-infographies-la-fracture-numerique/ > (consulté le 13 mai 2012).

3 Médiamétrie, L’audience de l’Internet en France en juin 2012. [En ligne] < http://www.mediametrie.fr/internet/communiques/telecharger.php?f=183b2e40bc464231c962 > (consulté le 13 mai 2012).

4 Bibliopedia, Bibliothèque 2.0. [En ligne] < http://www.bibliopedia.fr/index.php/Biblioth%C3%A8que_2.0 > (consulté le 13 mai 2012).

5 < http://www.flickr.com/photos/mediatheque-casa/sets/ > (consulté le 13 mai 2012).

6 < http://www.dailymotion.com/video/xeb041_le-desherbage_webcam > (consulté le 13 mai 2012).

7 < http://www.mediatheque-beziers-agglo.org/Typo3/index.php?id=10 > (consulté le 13 mai 2012).

8 < http://www.leschampslibres.fr/menu-haut/accessibilite/ > (consulté le 13 mai 2012).

9 < http://www.youtube.com/watch?v=oTdZCI15u7U > (consulté le 13 mai 2012).

10 < http://www.youtube.com/watch?v=U933_deExuo > (consulté le 13 mai 2012).

11 < http://mediatheque.ville-levallois.fr/cda/administration/directory/createuser.aspx?INSTANCEEXPLOITATION > (consulté le 13 mai 2012).

12 < http://revodoc.moccam.fr/> (consulté le 13 mai 2012).

13 < http://www.reseaucarel.org/> (consulté le 13 mai 2012).

14 < http://www.bibliosesame.org > (consulté le 13 mai 2012).

15 < http://www.guichetdusavoir.org/ > (consulté le 13 mai 2012).

16 < http://www.lectura.fr/ > (consulté le 13 mai 2012).

17 < http://www.europeana.eu/portal/ > (consulté le 13 mai 2012).

18 < http://itunes.apple.com/podcast/rendez-vous-lectures/id265774499 > (consulté le 13 mai 2012).

19 < http://www.mediathequederoubaix.fr > (consulté le 13 mai 2012).

20 < http://biblio.gironde.fr > (consulté le 13 mai 2012).

21 < http://bibliotheque.saintgermainenlaye.fr > (consulté le 13 mai 2012).

22 < http://www.calice68.fr > (consulté le 13 mai 2012).

23 < http://www.dole.org/mediatheque > (consulté le 13 mai 2012).

24 < http://la-bibliotheque.saint-herblain.fr > (consulté le 13 mai 2012).

25 < http://www.mediatheques.pays-romans.org > (consulté le 13 mai 2012).

26 < http://www.facebook.com/GallicaBnF > (consulté le 13 mai 2012).

27 < http://www.wiki.anglet.fr > (consulté le 13 mai 2012).

28 Karine Boyer recense près de 340 bibliothèques françaises sur Facebook et en dresse la liste sur son blog Livre-arbitre < http://livrearbitre.wordpress.com > (consulté le 13 mai 2012).

29 < http://gallica.bnf.fr/ > (consulté le 27 avril 2012).

30 < http://bmol.bm-grenoble.fr/ > (consulté le 13 mai 2012).

31 < http://www.cultureclic.fr/fr > (consulté le 13 mai 2012).

32 < http://www.mediatheque.ch/valais/mobile.html > (consulté le 13 mai 2012).

33 Zintro, Leveraging Social Media to Showcase Your Expertise. [En ligne] < http://blog.zintro.com/2012/04/18/leveraging-social-media-expertise-infographic/ > (consulté le 13 mai 2012).

34 < http://references.modernisation.gouv.fr/rgaa-accessibilite > (consulté le 13 mai 2012).

35 Franck Queyraud, Jacques Sauteron, Outils web 2.0 en bibliothèques : manuel pratique, Paris, Association des bibliothécaires français, 2008 (Médiathèmes ; 10), 132 p.

36 Muriel Amar, Véronique Mesguich, Bibliothèques 2.0 à l'heure des médias sociaux, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2012 (Bibliothèques), 228 p.

37 Jean-Philippe Accart, Communiquer ! Les bibliothécaires, les décideurs et les journalistes, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2010 (La Boîte à outils ; 21), 176 p.

38 Dans le même esprit, voir aussi : Xavier Galaup (dir.), Développer la médiation documentaire numérique, Villeurbanne, Presses de l'enssib, 2012 (La Boîte à outils ; 25), 228 p.

39 Notamment « Biblioquest », organisé par l’Institut national spécialisé d’études territoriales (INSET) de Nancy.

40 Voir à ce sujet les bibliothèques de Rouen, Limoges ou Saint-Nazaire.

© Presses de l’enssib, 2012

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search