Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire connaître et valoriser sa bibliothèque

 | 
Jean-Marc Vidal

Partie III. Du guide du lecteur aux réseaux sociaux

2. Pourquoi nous avons renoncé à guider le lecteur

Marie-Paule Doncque

Texte intégral

1Alors que nos bibliothèques n’affichaient pas une fréquentation pléthorique, fallait-il se contenter de guider le public présent, apparemment déjà conquis ? Devait-on se contenter de convaincre ceux qui n’en éprouvaient pas le besoin plutôt que de quérir les publics là où ils étaient, dans des lieux populaires ou culturels ? Ces interrogations se compilaient à d’autres, et les réponses constructives, que l’on espérait apporter, devaient assurer un nouveau succès aux Bibliothèques-médiathèques de Metz (BMM). Fallait-il concevoir un nouveau guide ? Le choix de l’outil de relance était capital.

CHOISIR C’EST RENONCER

2Pour des publics habitués à l’approche publicitaire, le document que l’on remettait aux visiteurs était assez déroutant. Il se résumait à un dépliant, cartonné sur fond gris, présentant avant tout des points réglementaires. Une constellation de paragraphes, avec des passages rehaussés de couleurs censées attirer l’attention ou décrire les possibilités, décourageait toute tentative de lecture prolongée.

3Son absence d’attractivité était criante et témoignait d’une approche professionnelle qui transformait un ensemble collecté en une offre indifférenciée ; tout dire et surtout ne rien oublier. En conséquence, insatisfaction des professionnels comme des usagers.

4Deux étudiants, dans le cadre de leur stage IUT Métiers et carrières du livre, planchèrent sur le projet d’un « nouveau » guide du lecteur. Les tentatives de rédaction se soldèrent non par un échec mais par la certitude que nous ne voulions pas d’un registre classique. De plus, les stagiaires abordèrent l’organisation intellectuelle des informations à la manière très symptomatique d’une certaine tradition : description centripète, de l’architecture vers les services avec une mise en avant de la tarification, en passant par l’étalage exhaustif des collections. On échappait cependant à la tentation de s’attarder sur une architecture car aucun geste, concernant les bibliothèques messines, ne s’inscrit fortement dans le paysage urbain. L’omission était utile dans ce cas.

5Guide du lecteur ? Ce fut en fait simple d’y renoncer puisque nous n’en avions pas de véritable. Et puis convenons que de « lecteur » en bibliothèque, nous sommes passés à un vaste ensemble composé de multiples usagers, utilisateurs, visiteurs, clients, consommateurs, qui autorise à penser d’autres modèles que celui de la « guidance ».

SÉDUIRE EN FAISANT DU BAROUF

6Pourtant, dévoiler à la face du monde les ressources et les possibilités diversifiées que nous recelions, générait un véritable élan. Nous avions tellement de choses à dire et à montrer ! La déperdition d’énergie guettait si nous ne fixions pas rapidement nos objectifs. Comment à la fois fidéliser nos publics et en « chasser » de nouveaux ? À l’image que nous voulions rendre de nos avantages, considérés par nous-mêmes comme compétitifs, il fallait conférer un nouveau style en tenant compte de l’analyse des nouvelles tendances. Un journal, format tabloïd, nous parut le plus adapté en prenant toutefois la précaution de présenter des informations pérennes (l’édition est annualisée) tout en usant d’une palette large d’expressions graphiques. Pour cela, un tri des informations collectées quelques mois plus tôt s’imposait, tout autant que la structuration des axes iconographiques en optant, de plus, pour une optique de promotion dans la logique marketing.

UN JOURNAL TABLOÏD ANNUEL

7Parce qu’il était temps de se faire entendre, n’hésitant pas à se positionner dans un champ éminemment concurrentiel, Miss Média, avatar des BMM a fait son Barouf. Imiter les techniques des forces de vente ne fut pas si aisé… Ce fut plus redoutable que l’on ne pensait, de hiérarchiser son propos en fonction du niveau de promotion que nous souhaitions, tout en le rendant crédible, fiable dans les offres de service et attractif.

  • 1 Ce soutien concernait l'aide à la mise en page du Barouf de Miss Média.

8À force d’examiner des rubriques puis d’autres, on ne voit pas forcément bien les à-côtés. Un regard extérieur sur les choix opérés oblige à les reconsidérer fortement. Le recours à un soutien journalistique1 pour s’en approprier les techniques permit la révision puis la concrétisation de nos idées.

9Dès les prémisses, nous souhaitions montrer ce qui ne figurait pas ailleurs. En privilégiant le spécifique, le singulier, en s’extrayant des traits communs, du général que l’on rencontre dans toute bibliothèque, le défi était de taille. Nous voulions exposer autre chose avec un ton différent de celui du registre administratif. Le rapport aux images grimpait de plusieurs crans, la séduction passait par ce filtre. Le discours général ne devait dire que le minimum tout en suscitant le désir au maximum, une forme de litote.

10Cette publication a été réalisée en mettant au cœur le projet d’établissement Figures de Metz ©, puissant outil de brassage de l’actualité et du patrimoine, du local et du global. Une création originale des BMM qui, depuis la parution du journal, a fait l’objet d’un dépôt à l’Institut national de la propriété intellectuelle (INPI). Le projet apparaît en pages centrales en valorisant les éléments iconographiques de cette programmation traversant la stratégie générale des établissements messins. Pour cela, un flot d’images associant patrimoines contemporain et ancien a été organisé de manière à éveiller autant l’interrogation que l’envie de répondre à un jeu-concours. Pas d’autre gain que la satisfaction d’avoir la réponse ou de faire connaissance avec un patrimoine méconnu. Les autres rubriques se sont attachées à citer uniquement, comme évoqué précédemment, ce qui semblait suffisamment particulier pour attirer l’attention : « 100 % numérique », « Jeunes figures messines » avec les talents musicaux du territoire…

LANCEMENT ET PROSPECTION

11L’attention fut également captée en montant une petite opération de lancement du nouveau journal. Édité à 50 000 exemplaires, le Barouf de Miss Média comprenait 8 pages d’un format dit berlinois de 47 x 31. Son pliage aisé, son faible poids bénéficiant de frais d’envoi réduits ont permis une diffusion à grande échelle, au total plus de 400 points de diffusion du traditionnel (office du tourisme, mairies annexes, écoles primaires, lycées…) au moins courant (bistrots, cabinets médical ou juridique…) furent ciblés (et continuent à l’être). Mais auparavant, à l'Été du livre 2011, en avril en fait, à chaque point d’entrée et à l’intérieur du salon messin du livre, des bibliothécaires caracolent avec de multiples exemplaires du journal dans leurs bras. Le côté prosélyte pouvant intimider, le recrutement de volontaires motivés, dont le directeur et la responsable de communication, fut intrinsèquement lié à cette démarche offensive.

UNE STRATÉGIE DE MARQUE

12Le Barouf de Miss Média est l'un des chaînons d’une stratégie de marque. La création successive de l’avatar, son rayonnement dans un strip-bd en même temps que sur Facebook, le journal et à sa suite le Blog de Miss Média < http://missmediablog.fr > développent une marque, créatrice de valeurs.

13Nous avons renoncé à guider tout lecteur parce que nous avons voulu le séduire tout d’abord. En 2011, une augmentation de la fréquentation de l’ordre de 17 % a permis d’imaginer que nous avions pas mal réussi.

Notes

1 Ce soutien concernait l'aide à la mise en page du Barouf de Miss Média.

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540