Version classiqueVersion mobile

La recherche dans les institutions patrimoniales

 | 
Mélanie Roustan

Partie 3. Penser la recherche

Chapitre 13. La vague numérique et le ressac du réel. Du rapport aux sources des chercheurs en sciences humaines et sociales

Mélanie Roustan

Texte intégral

1Nul doute que « l’ordre matériel du savoir » [Waquet, 2015] ancré dans les outils du travail scientifique ait grandement évolué en quelques siècles ‒ et depuis quelques décennies, avec l’avènement de l’informatique et des technologies de l’information et de la communication. Que l’on songe, pour l’anthropologie, à « l’atelier de Marcel Mauss » [Bert, 2012], dont les supports ‒ et les vestiges ‒ de la production intellectuelle se matérialisent quasi exclusivement dans du papier. S’intéresser aujourd’hui aux méthodes de travail, au rapport aux sources et à la créativité des chercheurs en SHS amène à explorer leurs ordinateurs, leurs contenus et connexions, et les utilisations qu’ils en font. Les dispositifs du savoir, de sa production et de sa transmission, délaissent peu à peu le papier pour des formes dites « numériques », qui transforment les façons de procéder des chercheurs autant que l’étude de leurs manières de faire. Ces mutations du travail scientifique suscitent une réflexion sur l’extension du domaine de l’archive, son statut, les conditions de sa patrimonialisation contemporaine et son potentiel de restitution de ses usages passés, jusqu’aux « postures du corps » du chercheur [Bert, 2014]. Elles permettent, par d’étonnants effets de retour, de redynamiser la recherche sur la matérialité des supports de l’écriture, non seulement scientifique mais également culturelle, comme dans le cas de « l’objet livre » [Hugh-Jones et Diemberger, 2012] ou du « livre comme objet matériel » [Varry, 2014]. Elles engagent enfin plus largement, en induisant une recomposition des dimensions matérielles et immatérielles du savoir et de la pensée, une réflexion épistémologique [Daugeron, Le Goff, 2014]. De la figure de « l’ethnologue aux prises avec les archives » [Molinié et Mouton, 2008] à la question du « métier d’historien à l’ère numérique » [Delalande et Vincent, 2011] en passant par l’exploration des « textures matérielles de l’accumulation » [Beltrame et Jungen, 2013], les chercheurs, dans différentes disciplines, s’interrogent sur la production, le classement, l’étude et le partage des documents numériques, en regard d’autres formes matérielles ‒ et sur leurs conséquences en termes de routines mais aussi d’innovations scientifiques.

  • 1 Département des Monnaies, médailles et antiques, département des Manuscrits, département des Carte (...)
  • 2 30 entretiens ont été effectués en 2011 et 2012, qui s’ajoutent à ceux réalisés en amont auprès de (...)

2Ce chapitre souhaite apporter une contribution à ce vaste chantier. Il livre une ethnographie des pratiques et points de vue de chercheurs en SHS qui travaillent à partir de sources uniques ou rares conservées dans les fonds d’archives et les collections des musées ou bibliothèques patrimoniales. Elle rend compte d’une enquête menée dans les salles de lecture des départements spécialisés de la BnF, rue de Richelieu1, puis dans d’autres espaces de travail (laboratoires, bureaux, domiciles), auprès de chercheurs du monde académique, de conservateurs et d’érudits2. Les figures qui l’animent sont historiens, historiens de l’art, du théâtre ou de la littérature, géographes, ethnologues, numismates ou musicologues. Cette étude s’attache à décrire et comprendre les pratiques conjuguant sphères scientifique et patrimoniale, qui impliquent objets et images, originaux et copies, et à en explorer les effets sur l’exercice du rapport aux sources dans les dynamiques de production et de diffusion des savoirs. Son approche se place dans le champ de la culture matérielle [Warnier, 1999 ; Julien et Rosselin, 2006 ; Roustan, 2007] et se situe à la jonction d’une anthropologie du patrimoine par ses usages [Roustan, 2014 ; Debary, Roustan, 2012 ; Monjaret, Roustan, 2012a] et d’une ethnologie des métiers de la recherche et de la conservation [Roustan, 2013, 2015 ; Monjaret et Roustan, 2012b].

  • 3 Voir par exemple leur réflexion autour de l’idée de « deuxième original ».
  • 4 On pense ici aux travaux de Bessy et Chateauraynaud [1995], Heinich [1999] ou Karpik [2007].

3Plusieurs questions transversales parcourent ce chapitre, qui rendent compte de la tension entre dimensions matérielles et immatérielles du rapport aux sources : une première concerne la nature du lien entre image numérique et objet original (reproduction ou représentation ?) [Latour, Lowe, 2011]3 ; une deuxième, qui en découle, met en cause l’étendue de ce lien (le hors-champ du non numérisé) ; une troisième interroge la façon dont les pratiques numériques transforment les relations à la « vérité » patrimoniale (procédures d’authentification4 et de conservation) et à la « vérité » scientifique (administration de la preuve). Plus prosaïquement, le texte est organisé en trois temps : « la vague numérique » décrit les pratiques de recherche liées aux technologies ; « le ressac du réel » étudie les contraintes matérielles qui y sont associées et la transformation subséquente du statut de l’original ; « la place du sensible » cherche à comprendre le rôle du corps et de la matière dans l’élaboration des savoirs et l’exercice des pouvoirs, tels qu’ils apparaissent dans ce nouveau contexte.

La vague numérique

4Les chercheurs ont maintenant l’habitude de disposer de versions numériques de leurs documents de travail, qu’il s’agisse de sources primaires ou secondaires, trouvées en ligne ou dans des espaces de consultation ad hoc, ou de leurs propres productions (articles, notes, photographies). Lina, historienne états-unienne rencontrée rue de Richelieu, parle de sa « bibliothèque personnelle sur ordinateur, composée de livres, d'articles et d'images » quand Béatrice, anthropologue, décrit « tout un tas de choses » qu’elle détient au format numérique, aussi bien des « bouquins et articles » que des « brouillons et photos de terrain ». Léa, doctorante en architecture, souligne l’étendue de la diversité de ces ressources accumulées, où se côtoient « des textes d’auteurs du siècle passé », « des auteurs très récents, trouvés en ligne » et « des images scannées ou prises sur internet ». Images ou textes, « nés » digitaux ou scannés, publiés ou inédits : la mixité des documents numériques conservés par les chercheurs est forte, en termes de nature, de source et de statut.

5À la numérisation massive des établissements en charge de la conservation des fonds, répondent les pratiques ciblées des chercheurs qui s’y rendent. En particulier, l’appareil photographique numérique est présenté comme un outil qui a bouleversé le rapport aux sources et aux établissements de conservation d’archives ou de collections patrimoniales, mais également la relation aux autres chercheurs. Par exemple, Pilar, jeune musicologue espagnole, raconte avoir « photographié à Londres beaucoup de documents anciens avec une écriture très difficile à déchiffrer », puis avoir trouvé à Paris « des personnes qui s’y connaissaient bien et qui [l]’ont aidée à déchiffrer des mots, sans quoi cela aurait été impossible ». L’image numérique permet d’emporter avec soi une trace de ce qu’on a vu, de la regarder ailleurs, avec d’autres personnes, de la travailler à plusieurs, de la partager à distance. Elizabeth, professeur de littérature française à New York, estime que « la possibilité de prendre des photographies numériques a beaucoup changé les choses », et elle ajoute : « C’est grâce à cela que j’ai pu poursuivre la recherche avec mon collègue qui était déjà très âgé et ne quittait plus sa maison ».

Techniques et temporalités

6La photographie œuvre à une forme d’externalisation partielle des collections ‒ partielle, car il ne s’agit pas de s’approprier l’objet mais une image de l’objet, qui en restitue un certain nombre et un certain type d’informations.

« Pendant ces deux mois et demi de résidence, j’ai dépouillé ces archives et j’en ai profité aussi pour travailler dans la bibliothèque du Centre qui m’accueillait. J’ai fait des photocopies… comme une folle !… On amasse une documentation gigantesque qui permet ensuite de travailler. Et non seulement il y a des références bibliographiques mais après, il y a aussi des œuvres qui sont inédites et donc, ça, c’est par l’intermédiaire des photographies, de la documentation photographique qu’on peut avoir accès à ce document. »

(Annie, 60 ans, enseignant-chercheur, beaux-arts, enquête hors les murs)

7Les reproductions numériques ont opéré un changement d’échelle en termes de création et de diffusion des images. Elles s’inscrivent à la suite des photocopies et des microfilms, parmi les techniques et technologies qui permettent de fournir une représentation d’un objet ou d’un document, sans avoir à en fabriquer manuellement une copie. Les chercheurs rencontrés se souviennent de leurs premières utilisations de ces outils et situent les technologies numériques dans leur lignée.

« J’ai commencé à utiliser un ordinateur en 1981. J’ai suivi un cours d’été. Ensuite, il y a eu les portables. J’ai commencé à voyager avec, et même avec une imprimante ! En congé sabbatique, par exemple, pour toujours imprimer. Cela permet de progresser. Sur des textes qu’on vient d’écrire, pour les relire. Et pour partager avec des collègues. Je partais même avec cinquante microfilms ! Pour consulter, comparer. […] J’ai toute une collection de microfilms à la maison, ainsi qu’un lecteur. […] Ce qui est très utile maintenant, c’est de prendre des photographies. La numérisation aussi est très utile. »

(Elizabeth, 61 ans, universitaire, littérature française, États-Unis, enquête hors les murs)

« Soit je demande des documents numérisés, en les achetant, soit autrefois je le faisais en achetant des microfilms. Il y avait un service de reprographie, vous pouviez acheter des microfilms ou maintenant des documents numérisés. J'en ai acheté pour moi mais surtout pour des collaborateurs étrangers. Et donc, pour les microfilms, ce n'était pas facile car tout le monde n'a pas un lecteur de microfilms mais vous pouviez demander la formule microfilms avec tirages papier du microfilm. Vous pouvez d'ailleurs aussi demander un tirage papier d'une image numérisée. »

(Alain, 58 ans, universitaire, musicologie, enquête BnF Richelieu)

8Une continuité avec le microfilm est ainsi soulignée. Toutefois, la qualité de restitution de l’image numérique est estimée supérieure, tout comme ses potentialités en termes de diffusion. L’équipement nécessaire à sa lecture est bien moins coûteux car largement répandu, et plus confortable. Pour Thomas, doctorant en histoire, « les machines des microfilms sont très difficiles à manipuler » et « il est pénible de lire sur un microfilm, alors que le numérique, c'est sur l'ordinateur ou sur la tablette ». À l’instar des techniques antérieures, l’image numérique vient remplacer le temps passé à recopier le texte ou à dessiner patiemment l’objet.

« La photographie numérique a tout changé. Je prends beaucoup moins de notes papier : parce que, évidemment, quand on est dans un endroit où l’on peut photographier, plutôt que de copier la lettre, tu photographies, tu te dis "Je verrai après". Cela change tout ! […] Moi, j’ai des souvenirs d’avoir copié des articles de journaux, des paragraphes entiers de trucs, j’ai des cahiers comme ça, plein de notes… »

(Josiane, 58 ans, conservateur, arts décoratifs, enquête hors les murs)

9Le document numérique constitue une forme d’extension de la mémoire humaine, potentialisée par les capacités de stockage et de partage propres au monde informatique. Cette situation renouvelle à la fois les conditions de travail et les méthodes des chercheurs en SHS.

Espaces du travail

10La transformation matérielle des supports de l’activité scientifique rend cette dernière particulièrement mobile, et relativement autonome des institutions de conservation (et de recherche), qui n’apparaissent plus comme les seuls lieux de travail possibles.

« Le principal apport est quand même déjà le fait de pouvoir rester chez soi. On le voit bien avec Gallica […] de nombreux ouvrages sont numérisés et cela permet la consultation à distance, sans se déplacer, surtout pour les provinciaux comme moi. »

(Richard, 57 ans, historien amateur, enquête BnF Richelieu)

« Cela me permet de ne pas venir à la bibliothèque pour les lire. En fait, cela permet un accès plus facile, cela permet de les stocker, de se faire une bibliothèque, de les lire chez soi à n'importe quel moment, en fumant, en buvant un café, tard le soir, tôt le matin, à distance… Donc voilà, c'est un grand bénéfice. »

(Thomas, 38 ans, doctorant, histoire, France, enquête BnF Richelieu)

11L’idée est répandue d’un accès facilité aux sources et ressources institutionnelles grâce à la numérisation des fonds, qui neutralise les contraintes matérielles autant que symboliques liées à la consultation sur place.

« Pour les livres anciens, j'utilise beaucoup les bases de données en ligne. C'est plus rapide, et aussi tu peux les enregistrer sur ton ordinateur. Et surtout, cela va vite. Avec les originaux, il y a toujours une démarche à faire… »

(Léa, 30 ans, doctorante, architecture, enquête BnF Richelieu)

12Ce phénomène s’observe également pour la diffusion des textes scientifiques contemporains, pour lesquels les revues et une partie du monde éditorial ont opéré leur migration en ligne.

« Un autre grand changement de ces dernières années, c’est la disponibilité des matériaux secondaires sur Internet. C’est-à-dire qu’aujourd’hui vous pouvez faire des trucs incroyables. Faire quasiment un article depuis chez vous, avec Persée, J-Stor… La puissance des outils de recherche !... Moi, je me suis situé vraiment au moment où le truc a basculé, c’est incroyable. Ce qu’on peut faire aujourd’hui avec la documentation en ligne, c’est presque miraculeux par rapport à ce qu’on imaginait au début des années 1990. »

(Vincent, 38 ans, universitaire, histoire, enquête hors les murs)

13La facilitation de l’accès à distance et du partage des documents numériques engendre une impression de négation de l’espace et des contraintes matérielles.

14En termes méthodologiques, de nouvelles perspectives d’étude sont ouvertes, par la médiation par l’image (agrandissements, échanges, comparaisons), par la possibilité d’accumulation (bases de données personnelles, approches statistiques) et par les modalités de recherche informatique (indexation, mots-clés).

Reconfigurations méthodologiques

15La commune (im)matérialité de tous les documents numériques tend à induire une perception unifiée de ceux-ci par leurs utilisateurs : que la photographie ait été prise par soi-même ou un autre, que le chapitre reproduit date d’un siècle ou de deux mois, qu’il s’agisse d’un article publié par un grand chercheur ou du mémoire d’un étudiant… n’influent pas sur les modalités de classement et d’appropriation. Qu’ils aient été « chassés », « cueillis » ou « cultivés », les matériaux collectés se fondent dans un seul et même corpus, aux frontières poreuses avec l’ensemble des documents numériques virtuellement disponibles. Quels qu’en soient la source, l’auteur et le statut original, leur similarité formelle autorise à les rassembler et à en disposer pour les étudier et les comparer.

16Le renouvellement du regard porté sur les documents se fonde sur les possibilités de travail offertes par la représentation de l’objet et non plus l’objet. Les reproductions numériques de manuscrits, d’archives ou d’éléments d’iconographie, par exemple, se soumettent aux outils d’approfondissement maintenant généralisés par les logiciels les plus courants : jeux sur les échelles, les couleurs, les contrastes. Pour Jacqueline, universitaire canadienne âgée de 70 ans, « le numérique est quelque chose d'extraordinaire. On peut grossir, zoomer… C'est vraiment beaucoup moins dur pour les yeux que les documents ». Sont également mentionnés l’ajustement de la luminosité et du contraste, et la mise en évidence des détails par ce biais. Le travail sur l’image prolonge et approfondit l’étude « à l’œil nu » de l’objet. Samia, doctorante tunisienne en archéologie, « retravaille les photographies sur Photoshop. Par exemple, quand la pièce est très petite […] pour utiliser l'éclaircissement et voir des petits détails qu'on ne verrait pas en direct ». Jean-Pierre, professionnel du patrimoine, résume ainsi : « Quand on peut faire numériser, c'est quand même très intéressant. C'est une aide supplémentaire ». De manière plus structurelle, il semblerait que les capacités de duplication des images numériques encouragent le rapprochement et l’étude comparative, et que les effets d’accumulation invitent aux approches systématiques ou statistiques. Le recours à la comparaison entre différentes versions est courant, qu’il faille identifier un manuscrit, attribuer une estampe ou comprendre une traduction. En l’absence de centralisation physique des collections en un lieu unique, la consultation des reproductions est précieuse.

« J’étais à Bruxelles il y a une semaine, j’avais deux manuscrits devant moi et j’avais en ligne ‒ ils ont installé Internet assez récemment ‒ un troisième manuscrit de la Nationale : vous pouvez comparer tout de suite. Vous avez la possibilité de vous mettre près d’un écran, d’avoir un manuscrit ou même deux… […] J’ai commencé à faire des découvertes en comparant ces manuscrits. J’ai commencé à voir certaines des questions que je n’aurais jamais vues si j’en avais qu’un seul devant moi. »

(Elizabeth, 61 ans, universitaire, littérature française, États-Unis, enquête hors les murs)

17Plusieurs usages de cet ordre ont été mentionnés lors de l’enquête, par exemple en numismatique ou en cartographie. La dimension collective du travail scientifique se renouvelle à partir de la reproductibilité et de la transportabilité des images numériques. Ainsi Gaëlle, ethnologue, décrit un processus de coopération entre chercheurs où « Une collègue a fait le premier parcours pour retrouver les maquettes, une fois qu’elle les a trouvées, elle les a consultées… Nous, on avait fait des photos des costumes terminés, donc on a pu mettre en relation les maquettes et les costumes ». Les chercheurs peuvent dupliquer les images numériques glanées ou produites, les transmettre à des collègues, les entreposer en ligne, ou, dans une approche plus cumulative, les utiliser pour servir de base à la comparaison ou alimenter un corpus.

« Je prends mes propres photographies de monnaies, je copie des images de catalogues en ligne ou de sites de ventes aux enchères, je prends des photographies de photographies dans les livres… J’ai un tableau Excel avec 8 000 entrées et une banque de données en images pour comparer les nouvelles pièces que je croise… »

(Marin, 28 ans, doctorant, numismatique, enquête hors les murs)

18Le point commun numérique entre les documents rassemblés, qui induit leur conservation et leur gestion informatiques, tend à niveler leurs différences de statuts et à rendre secondaires leurs localisations et leurs auteurs, au moment de leur « manipulation » par les chercheurs.

19De nouvelles manières de « collecte » et de production des (res)sources sont encouragées par les outils de recherche par mot-clé. Ils permettent, dans une première phase de repérage bibliographique et documentaire, la « chasse » aux éléments pertinents, que ce soit sur l’Internet public ou dans les espaces de stockage privés, en ligne ou non. C’est aussi la « cueillette » qui est favorisée par la sérendipité propre aux mondes connectés, qui ouvre la possibilité de découvertes virtuellement infinies – une cueillette statique, à domicile, qui entretient un rapport au temps ambigu : maintenant l’illusion d’en faire gagner quand elle se révèle fort chronophage dans sa dimension d’errance. La « culture » enfin, mêle productions et reproductions, brouillant les frontières entre publié et non publié, comme celles entre original et copie. Dans la phase d’exploration des matériaux, l’outil de recherche par mots-clés des documents numériques ‒ de leurs titres, de leurs contenus textuels et, de plus en plus souvent, iconographiques ‒ tend à « désystématiser » leurs modes d’archivage et à réduire le temps passé à les ranger mais aussi à les lire de façon exhaustive. Pour Simon, jeune iconographe indépendant, « Il y a un moyen très simple, on prend l'outil de recherche de l'ordinateur et on retrouve tout ce qu'on veut. On fait cela pour un mot-clé et on a tout qui tombe, c'est très pratique ». Quant à Mary, chercheuse américaine en études théâtrales, elle exprime son enthousiasme quant aux possibilités ouvertes par la reconnaissance de textes : « La numérisation c'est génial pour ça. C'est facile de faire des recherches, il y a des programmes qui peuvent organiser ou mettre tous les documents avec un certain "tag", c'est-à-dire un mot qu'on peut chercher dans différents documents ». Les requêtes et repérages s’adaptent aux besoins et intuitions du moment, en fonction des catégories pertinentes du point de vue des recherches en cours.

Le ressac du réel

20Cette illusion de transparence des sources, de plasticité des matériaux et d’infinité des reconfigurations trouve ses limites dans deux directions opposées : le trop-plein et l’absence.

21Le trop-plein renvoie aux difficultés de gestion de la masse auxquelles sont confrontés les chercheurs, enclins à accumuler de grandes quantités de documents numériques et, lorsqu’ils se déplacent, à considérer la consultation des originaux comme une phase de collecte d’images dont l’étude se fera en un autre temps et en un autre lieu. L’absence se dévoile d’abord en creux, au sein du discours patrimonial de la conservation préventive qui enjoint à travailler sur la représentation plutôt que sur l’objet, afin d’en épargner l’intégrité matérielle. Elle peut être à l’origine du désir de confrontation à l’objet matériel qui fait référence au manque, au « hors-champ », à ce qui échappe à la numérisation, par les processus de sélection des fonds et par les partis pris de cadrage. Mais l’absence est aussi le vide laissé par l’objet photographié, retiré des regards et mis à l’abri du contact des corps. Révélant l’importance des perceptions sensorielles des caractéristiques matérielles des sources, elle amène à la nécessité, dans certains cas, pour les chercheurs, de se (re)trouver en présence de l’objet.

L’abyssale abondance

22Les documents numériques sont aisément reproductibles, transférables ou diffusables. Ils ont tendance à se démultiplier. À exister simultanément à plusieurs endroits. En outre, le stockage en ligne, accessible à tout moment, mais aussi de n’importe où et par tous, ouvre des possibilités de partage, que ce soit à l’échelle d’un groupe de travail (par exemple, équipe de recherche internationale) ou de façon très ouverte, telles des archives en ligne ou des collections numérisées. L’archivage rejoint la diffusion. La conservation équivaut au partage. Parmi les chercheurs rencontrés, plusieurs avaient réalisé ou prévoyaient de réaliser un projet incluant, en guise de restitution des résultats de recherche, la mise à disposition en ligne de documents numériques sous la forme d’une base de données ou d’une édition critique. Les logiques participatives s’articulent à la numérisation des documents, parfois à de très grandes échelles, comme dans le cas de la généalogie. Ces bouleversements qui aboutissent à la mise à disposition des chercheurs de colossales quantités de documents, d’images, de discours et de métadiscours, s’observent également au niveau de la diffusion des textes scientifiques, tant le centre de gravité du monde éditorial académique s’est déplacé vers le Web.

23Malgré les outils de recherche au sein des documents numériques, certains chercheurs peinent à exploiter la masse dont ils disposent. Au sein même des corpus photographiques qu’ils ont eux-mêmes produits, ils éprouvent des difficultés à topographier l’information, voire à donner sens à une démarche dont ils avaient surestimé les potentialités d’exploitation ultérieure. Par exemple, quand le lien entre l’image et l’objet s’est délité, la mémoire humaine n’est pas palliée par les capacités informatiques.

« J’en ai pris tellement des photographies, que je ne sais plus où… Maintenant, je passe plus de temps à essayer de me dire "Où est-ce que c’est ? Dans quelle boîte c’était ?"… Voilà. J’ai pris des documents mais ils sont complètement déconnectés de l’inventaire donc je ne sais plus du tout… […] Je commence à avoir beaucoup trop de photos, je ne regarde même pas, parce qu’il y en a trop. Il y en a trop et certainement des choses qui n’ont aucun intérêt, enfin… sur le moment qui étaient pour moi intéressantes mais je n’arrive plus du tout à voir pourquoi c’est intéressant aujourd’hui. C’est un des effets pervers de la photo numérique. »

(Paul, 40 ans, universitaire, anthropologie, enquête hors les murs)

  • 5 Dans le rapport rendu à la BnF, les figures de « l’affineur » et du « moissonneur » étaient dévelo (...)

24Ce phénomène peut être mis en relation avec les mutations des façons pour les chercheurs d’envisager les institutions de conservation. L’offre à distance est si importante que le déplacement sur place devient exceptionnel, marqué par le sceau du souci d’efficacité : il s’agit de trouver des sources non numérisées (inédites) et d’en produire un maximum d’images utilisables par la suite. Josiane, conservateur, décrit ainsi une séance de travail au sein des réserves d’un musée : « Il y avait des inventaires, des catalogues qu’on n’avait jamais vus. Je tournais les pages et ma collègue faisait les photos à la chaîne et on se disait qu’on étudierait tout cela plus tard ». Les chercheurs tendent à développer un discours sur le temps marqué par la productivité. Cette perception de la temporalité surplombe toute la première partie du travail de recherche, identifiée non plus à l’étude de sources mais à une collecte de matériaux. François, archéologue, reconnaît « photographier des dizaines, voire des centaines de pages », parfois l’intégralité d’un document « quand [il en a] l’autorisation » pour les « retranscrire ensuite tranquillement à [son] bureau ». L’enjeu est de consacrer le « juste » temps au travail sur place : la durée correspondant à la localisation et à l’exploration des sources pertinentes est estimée acceptable, bien qu’elle doive être réduite au minimum tant les outils disponibles pour la recherche en ligne sont aujourd’hui performants ; la durée de travail consacrée à la reproduction des (extraits) de documents ou d’objets est vue comme un temps productif : recopier semble alors bien moins avantageux que photocopier, scanner ou photographier ‒ car le temps passé en consultation se jauge en termes d’anticipation du travail qui se fera ailleurs. La photographie numérique apparaît comme reine dans cette logique de travail. Les décisions relatives à l’accès aux sources s’inscrivent dans une organisation des espaces et des temps de travail dont l’efficacité se mesure, dans cette phase de l’activité scientifique, à l’aune de la quantité des documents numériques accumulés. Si des chercheurs immortalisent seulement une sélection d’objets, opérant un tri en fonction de la pertinence décelée à ce moment-là, ils sont nombreux à remettre à plus tard cette opération5. La phase de collecte s’autonomise de l’étude des sources rassemblées, considérée comme le cœur du travail scientifique, et qui s’est déplacée de la situation de contact direct avec l’objet dans l’espace de consultation, à une relation indirecte via la photographie ‒ une relation dont la mise en œuvre est antérieure ou ultérieure, selon qu’elle relève d’une numérisation institutionnelle ou de pratiques ciblées de chercheurs.

« Utiliser l’image pour préserver l’objet »

25Dans la logique patrimoniale, la « vague numérique » est portée paradoxalement par un discours plaçant la matérialité de l’objet au centre de ses enjeux : sa préservation. La montée en force des normes de conservation préventive sert de support et de promotion à la diffusion des images numériques, dont la présence vient donner un sens à l’absence des objets réels. L’image devient littéralement le représentant de l’objet devenu trop fragile pour être manipulé et trop précieux pour être confié à tous. Dans les discours institutionnels, apparaît l’expression de « documents de substitution » pour désigner les reproductions numériques des fonds. En miroir, les propos des chercheurs rencontrés montrent une appropriation, au moins partielle, de cet argument. Ils témoignent de la force de l’injonction patrimoniale dans les dispositifs de mise en relation des chercheurs en SHS avec les sources détenues, ou du moins conservées, par des institutions ‒ et suggèrent une préséance du patrimonial sur le scientifique dans (les discours sur) le rapport à ces sources.

26Il s’agit pour les chercheurs d’« épuiser » la copie proposée par l’institution avant de demander, le cas échéant, un accès à l’original. Cette idée ne date pas des technologies numériques mais s’ancre dans des pratiques antérieures. Thomas, doctorant en histoire, explique par exemple : « Tous les manuscrits je les ai lus sur microfilms d'abord et ensuite je demande à les voir ». Le travail sur les reproductions est ainsi relié à un souci de préservation des originaux. Une partie de l’activité scientifique se fait à partir des images et non des objets eux-mêmes, ce qui présente le double intérêt de favoriser un premier contact avec eux et de leur éviter d’usantes manutentions. Ce raisonnement se retrouve à propos des représentations numériques.

« Des fois c'est bien de passer par la photographie avant d'accéder aux originaux pour des raisons de conservation tout simplement. Cela évite des manipulations inutiles. Parfois des bonnes photos c'est suffisant pour du repérage et justement, dans un deuxième temps, on peut faire une sélection et faire un choix sur les originaux. Donc c'est pour une facilité de lecture et aussi pour des raisons de conservation. »

(Jean-Pierre, 48 ans, professionnel du patrimoine, enquête BnF Richelieu)

27L’argument de conservation est si bien partagé que les chercheurs jouent parfois sur ce consensus pour obtenir des autorisations de photographier, renvoyant l’institution à sa propre rhétorique patrimoniale.

« Aujourd’hui, dans la plupart des cas, les fonds d’archives sont extrêmement bienveillants à l’égard des jeunes étudiants qui viennent photographier des documents. Je n’ai pas rencontré d’obstacles récents et au contraire, je crois qu’il y a eu une intériorisation très grande par les archivistes du fait que cela simplifiait la tâche de tout le monde, y compris la leur, et que par ailleurs cela préservait le document. Ce qui est d’ailleurs l’argument que maintenant j’utilise systématiquement quand j’écris à des collègues directeurs d’archives que je ne connais pas. »

(Vincent, 38 ans, universitaire, histoire, enquête hors les murs)

28Ce phénomène est lié aux politiques de numérisation et de diffusion des fonds détenus par les institutions de conservation, mais également à l’évolution des pratiques des chercheurs vis-à-vis de ces institutions. Des usages à distance se sont développés ; des manières de faire dans les salles de consultation ont changé. Car, en proportion de l’incommensurable somme des collections conservées, la part numérisée demeure faible. Pour reprendre une expression de Simon, consultant iconographe rencontré à la Bibliothèque nationale, « les fonds numérisés, c’est pratique [], c’est accessible partout ; après, on ne trouve pas tout ». Et si l’on passe du point de vue d’une politique institutionnelle à celui d’une logique de recherche individuelle, comme y invite les propos de Léa, doctorante en architecture, « pas mal de choses n’ont pas été numérisées parce qu’on croyait que ce n’était pas très important ».

Le « hors-champ » du numérisé

29Quelles que soient les raisons qui président à cet état de fait, une immense quantité d’objets et de documents n’ont pas été numérisés. Pour pouvoir y accéder, les chercheurs doivent encore se déplacer. Par exemple, Jacqueline, chercheur en littérature, explique : « Je suis canadienne et je reste à Paris pendant un mois. Je fais partie d'une équipe en charge de l’édition critique des œuvres de cet auteur. Et il y a des choses que je ne trouve pas chez moi. ».

30Le dévoilement, par l’enquête, de multiples formes d’externalisation du travail d’accès aux originaux, révèle, en creux, la transformation des pratiques et des significations liées à la confrontation physique à l’objet, qui tend à devenir une étape de collecte des matériaux. Le chercheur qui effectue le travail sur les sources n’est pas nécessairement celui qui les étudie et les analyse. Dans certains cas, il s’agit d’une véritable délégation, qui peut prendre différentes formes, du service demandé à un collègue à une activité dûment rémunérée.

« Je suis venue tout à fait exceptionnellement, à la demande d'un de mes collègues autrichiens pour faire une recherche sur une traduction des œuvres complètes d’un auteur, de 1832, qui se trouvent déposées ici. […] Mon but, c'était de voir l'édition en quatre volumes. […] Je ne suis pas spécialiste de cet auteur, ni même de l'époque romantique, mais mon collègue voulait simplement savoir à quoi cela correspondait par rapport à une autre édition, que j'ai pu consulter cette fois-ci à François-Mitterrand, à la bibliothèque de recherche. Il fallait que je repère exactement le nombre de pages, la division en chapitres… C'étaient des choses tout à fait matérielles, j'ai donc très rapidement terminé ce travail. »

(Christine, 66 ans, universitaire, littérature, enquête BnF Richelieu)

« Je suis venu car la BnF a un fonds qu’on ne trouve pas ailleurs. […] En fait, c'est dans un cadre professionnel, car un j'ai un client à San Francisco qui a besoin de faire des recherches. Et il se trouve que géographiquement, j'ai un atout, je suis à Paris. Je peux donc travailler pour lui aisément juste en prenant le métro. Je suis consultant en photographie d'art, c’est de la recherche appliquée. »

(Simon, 26 ans, iconographe indépendant, enquête BnF Richelieu)

31Ainsi, pour tous les fonds qui n’ont pas été numérisés, le déplacement s’impose, qui autorise un contact avec le document ‒ ne serait-ce que pour en produire une représentation. Car afin de pouvoir travailler sur une image, les chercheurs doivent souvent la créer eux-mêmes. Une certaine ironie affleure alors dans la nécessité d’accéder à un objet authentique quand sa matérialité se trouve réduite à une fonction de support de représentation. Comme le résume Marin, doctorant en numismatique : « J’ai besoin d’accéder à l’original pour le photographier et l’intégrer à mon corpus ».

32La nécessité de venir sur place, dans les lieux de conservation, pour accéder à des documents non numérisés arrive parfois très tôt dans la démarche scientifique, au moment du rassemblement des matériaux, soit que les documents recherchés apparaissent trop spécifiques ou au contraire trop triviaux pour avoir fait l’objet d’une politique de numérisation, soit que le projet de recherche consiste justement en l’exploration d’un fonds « délaissé ». Car le fait de rendre disponibles et accessibles des fonds numérisés revient à une forme de publication, d’autant que le processus s’accompagne d’une indexation des contenus, voire d’un appareil critique. Ce faisant, il repousse les frontières de l’inédit et redessine l’horizon de sa quête.

33À l’échelle de l’objet et non plus de la série, la numérisation, comme toute prise de vue, implique un cadrage, qui répond à la fois à des choix intellectuels et à des contraintes matérielles. Par exemple, l’argument de rationalité économique peut imposer un processus industriel de numérisation, qui néglige le dos des feuillets ou les pages de garde des dossiers. Ainsi, Léa, doctorante en architecture, explique que : « Parfois, c'est mieux d'avoir les originaux parce que ceux qui font la numérisation ne numérisent pas toutes les choses. Il y a des petits coins qu'on ne voit pas très bien ».

34Une autre posture de recherche consiste à justifier le besoin d’accéder à l’original par celui d’un rapport direct aux caractères matériels de l’objet, qui pour partie échappent à la représentation, soit pour de simples raisons de cadrage de l’image, soit par incapacité intrinsèque de cette dernière à en rendre compte. Comme le résume Thomas, doctorant en histoire, « Consulter à distance, c'est un grand bénéfice. Mais cela n'élimine pas le fait qu'à un moment donné, il faut passer à l'objet lui-même ». Le besoin de contact direct avec l’objet est parfois nécessaire, au moment crucial de l’examen des sources. Pour Annie, enseignant-chercheur à l’École des beaux-arts de Paris, il ne fait aucun doute que « C’est en regardant les originaux que va être discutée et affinée l’attribution, collégialement, avec des chercheurs, des conservateurs ». Selon les démarches scientifiques et les optiques de recherche, ce besoin de contact direct est diversement exprimé. Pour Jean-Pierre, « Il y a quand même un degré d'information supplémentaire à voir l’original, qui n'est pas répertorié dans les fiches. Après, c'est le côté esthétique : c'est quand même plus agréable de voir une pièce ». Les registres de l’émotion, du plaisir, de l’intuition, apparaissent dans les discours recueillis ‒ et à une place de choix, celui des sensations.

La place du sensible

35Le « hors-champ » des images numériques est pluriel : des fonds ne sont pas numérisés par les institutions ; des informations demeurent en dehors du cadre (reliures, versos) ; des éléments échappent à la transformation de la matière en image (poids, textures, odeurs). En regard, la dimension sensible du travail scientifique est discutée : place du corps, usage des sens et de l’intuition, importance de la familiarisation avec l’objet matériel.

« En archive, ce qui prime c’est le rapport aux documents. C’est-à-dire, le temps passé avec le document, à le comprendre, à le recopier, voilà. Travailler dans une espèce de proximité. On peut passer deux heures sur une lettre à essayer de déchiffrer le mot et cela participe de la compréhension. Avec la photo numérique… c’est "clic-clac, c’est dans la boîte" : il y a un rapport à la temporalité qui est très différent. […] Maintenant j’y vais, je demande 50 boîtes et je fais 200 photos et je rentre chez moi et j’ai du travail. Il y a encore cinq ans, c’était totalement impossible. Cela change énormément la manière de travailler. On a perdu… Je pense que réellement j’ai perdu cette proximité avec le document. »

(Paul, 40 ans, universitaire, anthropologie, enquête hors les murs)

36Si les institutions (archives, bibliothèques, musées) tendent à opposer aux demandes de contact direct avec les objets une rhétorique de conservation préventive, où l’image numérique est parfois présentée comme « document de substitution », des chercheurs défendent l’accès aux originaux (numérisés) comme un besoin, voire un droit.

« Je ne voudrais pas que toute cette technologie nous empêche de voir les documents. Et parfois ici, j’ai un peu… J’ai de la chance, parce que pour mon travail, ils doivent toujours me donner les manuscrits. Mais je sais que ce n’est pas toujours le cas. […] J’aime beaucoup les nouvelles technologies, cela permet beaucoup de choses, mais je crains que parfois ce ne soit un peu trop poussé. Je veux dire, si un chercheur a besoin de… après qu’il a travaillé sur le document reproduit, bien sûr, si c’est reproduit, je pense que tout le monde est content de l’avoir chez lui, mais après il faut quand même voir le document original. Et bon… J’ai des amis qui sont venus ici à la BN et à qui on a dit : "Ah non, vous ne pouvez pas voir ce document !". Mais, ils sont venus de l’étranger pour le voir… c’est quand même… […] C’est de plus en plus : on garde les manuscrits, c’est numérisé, donc tu ne peux pas les voir. Mais il y a les filigranes à l’œil nu. Il y a la qualité du papier. Il y a des choses où parfois, on ne lit pas très bien. »

(Pilar, 36 ans, chercheur, musicologie, Espagne/France, enquête hors les murs)

37En filigrane de ces différents exemples, il apparaît que l’enjeu reste fort d’une possibilité de contact avec l’objet matériel, ne serait-ce que pour en produire soi-même une image. Il apparaît également qu’une ambiguïté se glisse dans le discours d’élargissement de « l’accessibilité » aux fonds patrimoniaux grâce à la numérisation : il concerne l’accès aux images des objets et non l’accès aux objets eux-mêmes, dont le contrôle institutionnel se trouve plutôt renforcé ‒ tout comme (du même coup ?) l’attrait scientifique. Il semble que, parallèlement à la diffusion des images numériques des sources des chercheurs en SHS, se soit renouvelé un intérêt pour leur matérialité. Ainsi, même si une forme de tension existe entre l’image numérique et l’objet ‒ presque une ambiguïté tant la diffusion des images élargit et à la fois restreint les possibilités d’étude des originaux ‒ certains chercheurs en soulignent le caractère dynamique.

« Ce qui a le plus changé notre façon de travailler par rapport au moment où moi j’ai débuté, en termes de pratiques quotidiennes, c’est la photo numérique. C’est quelque chose qui, paradoxalement, est venu se potentialiser avec ce discours sur les sources. Parce que, ce qui est devenu le couple-type de l’étudiant ou du chercheur, c’est à la fois une attention hyper forte portée à la matérialité de l’objet ‒ c’est-à-dire voir absolument l’original, pouvoir le décrire, le travailler, pas forcément très longuement mais en avoir une connaissance très, très précise ‒ et, inversement, d’un autre côté, pouvoir avoir une sorte de réplication de cet original en photographie utilisable chez soi sans les contraintes du dépôt d’archives ou de la bibliothèque et sans le risque d’abîmer le document de façon trop intensive si on travaille pendant un an sur le même fonds. […] L’un n’exclut pas l’autre [original et numérique]. Au contraire, les étudiants d’aujourd’hui, ils font avec nous des mémoires de recherche beaucoup plus intéressants que ceux qu’on faisait à ma génération. Et ils les font grâce à cette articulation. Parce qu’ils vont travailler beaucoup plus volontiers sur des documents aussi dans la mesure où ils vont pouvoir en avoir une copie avec eux. »

(Vincent, 38 ans, universitaire, histoire, enquête hors les murs)

38Concurrence et complémentarité animent les pratiques de recherche sur les images numériques et sur les objets matériels. Des allers et retours se construisent, dans un contexte où le travail scientifique apparaît bouleversé par les potentialités des technologies de représentation numérique et de diffusion des données (brutes, intermédiaires ou finalisées) de l’informatique connectée.

Conclusion

  • 6 L’œuvre à laquelle il est fait référence est une huile sur toile réalisée par René Magritte en 192 (...)

39Lorsqu’en 2014, la BnF fait l’acquisition de manuscrits et autres écrits de Michel Foucault pour la somme de 3,8 millions d’euros, l’événement souligne l’importance des enjeux matériels liés aux sources originales. Comment comprendre l’articulation des politiques d’acquisition de telles institutions et leurs politiques de diffusion fondées sur la numérisation des fonds ? L’étude d’un document, d’une œuvre ou d’un objet peut se faire en dehors de sa présence matérielle, jusqu’à un certain point ‒ l’enjeu de la relation entre chercheurs et institutions de conservation résidant en la définition de ce point, car, pour reprendre Magritte, « Ceci n’est pas une pipe »6.

  • 7 Une idée discutée par Philippe Artières lors de la journée d’études « Les collections patrimoniale (...)

40Les images numériques permettent une forte appropriation des documents ‒ et la permettent à distance des lieux de conservation, qu’il faille ou non s’y rendre pour les obtenir. La localisation et le rassemblement des sources s’autonomisent en une phase de collecte, qui peut être externalisée, au moins partiellement, car elle se concentre en la reproduction numérique des originaux. L’étude des documents s’en sépare, et se modifie dans un contexte d’abondance et de partage. Là où le chercheur solitaire recopiait et analysait un manuscrit, durant de longues heures, les images circulent instantanément au sein d’une équipe ou d’une communauté scientifique, sont disséquées par les technologies et comparées à d’autres représentations pouvant en être rapprochées. Cet examen technique et collectif des (images des) sources compense-t-il la perte de proximité physique aux objets, due à l’exigence de conservation préventive et à la diffusion des technologies numériques ? Le « goût de l’archive » [Farge, 1989], « l’une des premières tentatives de réinscription du travail d’intelligibilité de l’historien dans sa relation au matériau » [Jungen et Raymond, 2012], aurait-il cédé le pas à une procédure plus rationnelle et rigoureuse d’élaboration d’un « savoir de l’archive »7 fondé sur l’examen collectif de son image ? Dans quelle mesure les capacités de réplication numérique affranchissent-elles les chercheurs d’un contact physique à l’objet original ? Les modalités matérielles du travail scientifique sont en jeu. La part du corps dans les activités de recherche s’en trouve interrogée, tout comme celle de l’objet institué en vestige du passé et en indice de son exploration. La relation entre paradigmes scientifique et patrimonial s’est renouvelée.

41Les collections et fonds conservés par les archives, musées et bibliothèques, se trouvent à la croisée de ces deux paradigmes. Pour l’historien par exemple, les archives occupent une « position centrale […], à la fois comme fondement de la connaissance, référent réel du discours et donc garant de l’ambition de vérité, et comme lien matériel avec le passé, lieu où s’engage, en tant que trace, la réflexion sur l’histoire prise dans le temps, entre passé et présent » [Anheim, 2004, p. 155]. Mais l’ensemble des chercheurs en SHS a vu son rapport aux sources bouleversé par la diffusion des technologies numériques. L’administration de la preuve, condition de la légitimité scientifique des savoirs, s’ouvre à une vérification collective à grande échelle, a fortiori pour les sources diffusées en ligne. L’authenticité de ces dernières est attestée par l’autorité des institutions de conservation qui détiennent les originaux et se portent garants des images. « Vérités » scientifique et patrimoniale convergent alors. Ce n’est plus le cas lorsque des tensions se font jour entre un chercheur désireux d’accéder physiquement à des fonds qui ont été numérisés, et l’institution qui en a la charge. L’exigence scientifique apparaît alors antagoniste de la logique de la « vérité » patrimoniale, qui la perçoit comme une menace pour l’intégrité de l’objet. En miroir, la logique patrimoniale, du point de vue de l’exigence scientifique, outrepasse ses prérogatives en érigeant en dogme la préservation matérielle de l’objet au détriment de son étude. Au-delà des discours consensuels sur les possibilités offertes par les technologies numériques, se dessinent les enjeux de pouvoir relatifs à la possession effective des objets de patrimoine aux sources des savoirs scientifiques.

Références bibliographiques

42Anheim Étienne, « Singulières archives. Le statut des archives dans l’épistémologie historique. Discussion de La mémoire, l’histoire, l’oubli de Paul Ricœur », Revue de synthèse, 2004, 5e série : « Fabrique des archives, fabrique de l’histoire », dossier dirigé par Anheim Étienne et Poncet Olivier, pp. 153-182.

43Beltrame Tiziana Nicoletta et Jungen Christine (dir.), Revue d'anthropologie des connaissances, 2013, n° 4, vol. 7 : dossier « Les textures matérielles de l’accumulation ».

44Bert Jean-François, L’atelier de Marcel Mauss. Un anthropologue paradoxal, Paris, CNRS Éditions, 2012.

45Bert Jean-François, Qu'est-ce qu'une archive de chercheur ?, Marseille, OpenEdition Press, 2014.

46Bessy Christian, Chateauraynaud Francis, Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception, Paris, Métailié, 1995.

47Daugeron Bertrand, Le Goff Armelle (dir.), Penser, classer, administrer. Pour une histoire croisée des collections scientifiques, Paris, Publications scientifiques du Muséum national d’histoire naturelle/CTHS, 2014 (coll. Archives).

48Debary Octave, Roustan Mélanie, Clifford James (préf.), Voyage au musée du quai Branly. Une anthropologie de la visite du Plateau des collections, Paris, La Documentation française, 2012 (coll. Musées-Mondes).

49Delalande Nicolas et Vincent Julien (dir.), Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2011, n° 58-4bis, vol. 5 : dossier « Le métier d’historien à l’ère numérique : nouveaux outils, nouvelle épistémologie ? ».

50Farge Arlette, Le goût de l’archive, Paris, Seuil, 1989 (coll. Points. Histoire ; 233).

51Heinich Nathalie, « Art contemporain et fabrication de l'inauthentique », Terrain, 1999, n° 33 : « Authentique ? », dossier dirigé par Jenn Jean-Marie, pp. 5-16.

52Hugh-Jones Stephen et Diemberger Hildegard (dir.), Terrain, 2012, n° 59 : dossier « L’objet livre ».

53Julien Marie-Pierre et Rosselin Céline, Culture matérielle, Paris, La Découverte, 2006 (coll. Repères).

54Jungen Christine et Raymond Candice, « Introduction. Les trajectoires matérielles de l’archive », Ateliers d'anthropologie, 2012, n° 36 : « Pratiques d'archives », dossier dirigé par Jungen Christine et Raymond Candice. [En ligne] : < http://ateliers.revues.org/​9080 >

55Karpik Lucien, L’économie des singularités, Paris, Gallimard, 2007 (coll. Bibliothèques des sciences humaines).

56Latour Bruno et Lowe Adam, « La migration de l’aura ou comment explorer un original par le biais de ses fac-similés », Intermédialités, 2011, n° 17 : « Reproduire / reproducing », dossier dirigé par Paquet Suzanne, pp. 173-191.

57Molinié Antoinette et Mouton Marie-Dominique (dir.), Ateliers d'anthropologie, 2008, n° 32 : dossier « L’ethnologue aux prises avec les archives ».

58Monjaret Anne, Roustan Mélanie, « Digestion patrimoniale. Contestations autour d’un ancien musée des colonies à Paris », Civilisations, 2012a, n° 61-1 : « Au-delà du consensus patrimonial », dossier coordonné par Isnart Cyril et Leblon Anaïs, pp. 23-24.

59Roustan Mélanie, « De l’adieu aux choses au retour des ancêtres. La remise par la France des têtes maori à la Nouvelle-Zélande », Socio-anthropologie, 2014, n° 30 : « Le retournement des choses », dossier dirigé par Monjaret Anne, pp. 183-198.

60Roustan Mélanie, Sous l’emprise des objets ? Culture matérielle et autonomie, Paris, L’Harmattan, 2007 (coll. Logiques sociales).

61Varry Dominique (dir.), 50 ans d’histoire du livre, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2014 (coll. Papiers).

62Waquet Françoise, L’ordre matériel du savoir. Comment les savants travaillent, xvie-xxie siècles, Paris, CNRS Éditions, 2015.

63Warnier Jean-Pierre, Construire la culture matérielle. L’homme qui pensait avec ses doigts, Paris, PUF, 1999 (coll. Sciences sociales et sociétés).

Rapports de recherche non publiés

64Monjaret Anne, Roustan Mélanie, Surveillants et conservateurs dans les musées des « Autres ». Retour sur un terrain, ethnologie d’une transformation, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication/Pavages, 2012b.

65Roustan Mélanie (dir.), Arnodin Camille, Monjaret Anne, Stevanovic Jasmina, Pour un accès renouvelé aux collections. Une ethnographie de la BnF-site Richelieu et de ses publics.Paris, BnF/Pavages, 2013.

66Roustan Mélanie, Rapport d’étude en vue de la contribution à la réflexion de la préfiguration d’un Centre de recherche au musée du Louvre, à partir d’une enquête auprès de conservateurs et de chercheurs, Paris, musée du Louvre, 2015.

Notes

1 Département des Monnaies, médailles et antiques, département des Manuscrits, département des Cartes et plans, département de la Musique, département des Arts du spectacle, département des Estampes et de la photographie.

2 30 entretiens ont été effectués en 2011 et 2012, qui s’ajoutent à ceux réalisés en amont auprès des conservateurs de la BnF [Roustan, 2013].

3 Voir par exemple leur réflexion autour de l’idée de « deuxième original ».

4 On pense ici aux travaux de Bessy et Chateauraynaud [1995], Heinich [1999] ou Karpik [2007].

5 Dans le rapport rendu à la BnF, les figures de « l’affineur » et du « moissonneur » étaient développées pour exemplifier l’ancienne et la nouvelle manière de travailler à partir des matériaux offerts par les institutions patrimoniales [Roustan, 2013].

6 L’œuvre à laquelle il est fait référence est une huile sur toile réalisée par René Magritte en 1928 et intitulée La trahison des images.

7 Une idée discutée par Philippe Artières lors de la journée d’études « Les collections patrimoniales et leurs usages », organisée à la BnF le 18 février 2013, et dont cet ouvrage est issu.

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search