Version classiqueVersion mobile

Faire connaître et valoriser sa bibliothèque

 | 
Jean-Marc Vidal

Partie III. Du guide du lecteur aux réseaux sociaux

1. Guide du lecteur, embarquement immédiat pour la bibliothèque !

Sandrine Chomel-Isaac

Note de l’auteur

Article rédigé en juillet 2012.

Texte intégral

1À l’heure où certaines bibliothèques font le choix de ne plus éditer en version papier leur guide du lecteur, interrogeons-nous sur les formes variables qu’ont pu revêtir ces premières clés d’entrée en bibliothèque. Progression par étapes d’une communication qui mûrit ? Adaptation au contexte extérieur ? Vitrine de la réflexion sur la structure de l’offre et sur ses publics ?

2Les différentes formes adoptées, d'une part correspondent au positionnement que choisit d'afficher la bibliothèque, d'autre part sous-entendent qu’au préalable celle-ci se soit interrogée sur la structure de son offre de services, et enfin impliquent la prise en compte de la variable humaine, c'est-à-dire de l'agent en situation d'accueil qui assure la transmission du guide. Il ne s'agit donc pas de proposer une règle incontournable, mais plutôt différents choix possibles qui doivent trouver leur place dans une stratégie d'ensemble.

PETITE HISTOIRE DU GUIDE DU LECTEUR DE LA BM DE LYON

LE GUIDE-BIBLE OU LE MIROIR DE LA BIBLIOTHÈQUE

3Traditionnellement et en prenant exemple sur les éditions de la Bibliothèque municipale de Lyon (BML), les guides du lecteur (guide pratique, mode d’emploi, guide du lecteur) paraissaient tous les 2 à 4 ans, selon l’état des stocks diffusés, souvent l’occasion d’une simple remise à jour des informations contenues. Une réédition donc. Du même.

4Sommaire et contenus demeuraient ; à peine si la couverture changeait, une date seulement, accompagnée d’une couleur de repérage pour le distinguer du précédent, et c’était tout. Une forme choisie pouvait durer… une dizaine d’années.

5Ce qui le caractérisait :

  • une couverture neutre, l’image servant à colorer un papier mat ;

  • un petit format (105 x 150 mm) pour accompagner le lecteur, être mis en poche ou en sac, et réutilisé à plusieurs occasions. Un vade-mecum ;

  • un nombre de pages important (celui de la BML en 2004 en comptait 64) ;

  • un contenu structuré de façon classique : le « mot du directeur » en édito, un sommaire, un rappel des missions, la présentation des collections et leur répartition dans les espaces de la bibliothèque centrale, le système de classement, puis des modalités pratiques liées au prêt, enfin des horaires et conditions d’accès (adresses, téléphones, pictogrammes) et des extraits de règlement. Les textes sont organisés de façon linéaire ; aucun texte n’est mis en avant plus qu’un autre ; la typographie reste celle, non pas d’un roman, mais des livres scolaires ou d’apprentissage. C’est un document un peu laborieux, didactique ;

  • quelques images, pour accompagner le texte, principale source d’information ; on montre beaucoup de rayonnages, des livres et des bâtiments ; le lecteur, très peu représenté, par hasard et plutôt ses mains, posées sur des documents, ou alors il est flouté. Une exception : les enfants. Ils ont été les premiers présents dans les guides.

6Bref, le guide est un monde clos ; il a le mérite d’être complet ; sa forme dit l’encyclopédique, l’immuable, l’universalité de la bibliothèque, même si elle se dit de lecture publique ; la bibliothèque, c’est l’univers d’abord du Livre. D’où la comparaison avec la Bible.

7C’est un univers hiérarchisé : d’abord les contenus et collections, ensuite les modalités pratiques, d’abord la centrale (ses contenus, le patrimoine), enfin les plus petites bibliothèques (des horaires, des adresses).

8Et le lecteur dans tout ça ? Il est extérieur. Pour avoir ce guide en main, il faut déjà qu’il entre ; le guide n’est pas distribué hors de la bibliothèque. C’est un support d’orientation pour se guider une fois entré et « initié » après le passage aux inscriptions. C’est au lecteur de s’adapter à la bibliothèque, pas l’inverse. Il doit apprendre les codes de la bibliothèque pour accéder aux savoirs et aux étages.

9Pourtant déjà des premiers signes d’évolution : les enfants apparaissent sur certains visuels, en situation de lecture dans les espaces (donc très sages), le lecteur se profile dans le « vous » qui commence à apparaître dans le texte. Quelques titres de paragraphes ou d’encadré interrogent : « le saviez-vous ? », « comment vous inscrire ? ».

10Face aux aléas de fréquentation, à la concurrence d’Internet, à l’introduction des nouveaux supports dont les bibliothécaires mesurent l’attrait auprès de leurs publics au quotidien, à l’impact grandissant de la programmation culturelle, l’équilibre change.

11Si la forme de ce guide « bible » convient à un public captif, comment le faire évoluer pour en conquérir de nouveaux ?

LE GUIDE « PASSEPORT », POUR DÉCOUVRIR UN MONDE NOUVEAU

12Que viennent donc faire « les » publics en bibliothèque ? On s’interroge sur leurs usages, et leur diversité.

13En 2005, à la BML, ce changement de posture ne touche pas seulement le guide du lecteur, mais toute la réflexion sur la notion de service : le nouveau guide fait partie d’un dispositif complet qui a permis de changer les tarifs, de proposer des packages plus accessibles, de simplifier leur présentation, et donc leur promotion, d’adapter en conséquence l’outil informatique, de changer également le visuel de la carte de lecteur, de lui associer deux dérivées, la carte cadeau et la carte accueil de classe, de programmer un plan de communication (campagne d’affichage Decaux, PLV), et surtout d’adapter l’offre en achetant plus de 15 000 DVD, doublant la collection et la répartissant sur l’ensemble du réseau.

14Le guide reste un outil d’orientation, moins dans les espaces eux-mêmes, ni dans le mode de classement, mais dans l’univers de la bibliothèque, dans son réseau et dans ses services. Il présente les grands univers de l’offre : le cinéma, les revues, la musique, l’artothèque… tels qu’ils peuvent être appréhendés par des publics novices en bibliothèque.

15Son petit format demeure mais le nombre de pages diminue : le guide passe de 64 à 48 pages. Sa couverture est en papier brillant, en quadri, comme les magazines : un personnage accroupi portant un sac à dos y décrypte une carte d’orientation avant d’entamer le voyage… Si le lecteur n’entre plus dans un temple, il lui reste quand même un pays à découvrir… Ce « passeport » pour le pays de la bibliothèque reste bavard. Cependant, il s’aère, donne leur place au blanc (respiration indispensable), aux visuels. Ceux-ci montrent des lecteurs, en situation d’inscription, devant un automate, en situation de lecture ou d’écoute. Ces premiers visuels sont encore modestes et servent à ponctuer le texte. Ils ne sont pas le message eux-mêmes.

16La structure du texte se construit à partir des attentes des visiteurs : trouver une information, trouver un document, emprunter, se former… ; des titres, sous-titres, des gras, de la couleur, des apartés, toute une typographie permet lecture continue comme lecture zapping.

17Les anciens « extraits » de règlement deviennent « la bonne attitude » avec sept règles expliquées au lecteur de façon moins impersonnelle et sèche.

18Le numérique est présent : les espaces numériques, porte d’entrée constatée pour de nouveaux visiteurs en bibliothèque, sont en bonne place, les liens avec les sites Web de la bibliothèque émaillent le texte pour proposer des lectures extérieures et parallèles ; la bibliothèque existe maintenant, sur terre et sur le Net.

19Un guide renouvelé et plus attrayant, dans la continuité du guide bible. S’il séduit davantage les lecteurs, conquiert-il vraiment de nouveaux publics ?

LE GUIDE DE VOYAGE OU LA RUPTURE

20Faut-il aller encore plus loin et remettre en question cet objet ?

21La bibliothèque a, en général, auprès du citoyen une image positive (socle de la démocratie, clé culturelle, partage des savoirs…) mais elle n’est pas « pour moi ». Évidente pour tous, mais transparente dans le budget-temps personnel. Le guide se voit assigner un nouvel objectif : étonner des publics qui ne fréquentent pas ou peu les lieux et leur dire à quoi sert une bibliothèque dans le monde d’aujourd’hui, et paraître simple ! Bref, changer l’image.

22Ainsi les grandes lignes de l’édition 2010 seront :

  • favoriser sa prise en main hors bibliothèque (pour 40 % des exemplaires édités) parmi d’autres offres culturelles variées : s’impose une couverture visuelle et étonnante pour une bibliothèque, un format plus grand, papier magazine ;

  • en ouverture les sujets plus étonnants de la part d’une bibliothèque : le regard porté sur l’actualité via les collections et les contenus ;

  • réduction drastique des textes, large place aux images, renvois vers le site Web, vers un numéro de téléphone unique ;

  • pages spéciales enfants, encadré pour les ados en langage direct.

23Bref, un outil qui sert d’abord la promotion plus que l’orientation sur place. Il incitera à compléter le dispositif : forte place du personnel en contact avec les usagers pour apporter des informations, documents par bibliothèque pour détailler horaires spécifiques et accès. Comme tout support de promotion, il devrait être renouvelé rapidement.

24Pas de querelle des anciens et des modernes, mais plusieurs voies possibles qui témoignent d’une stratégie non seulement de communication, mais de publics. Pour un public captif plutôt une forme dite « bible », pour élargir à de nouveaux publics, le « guide de voyage », ou même des formes mixtes faisant cohabiter objet complet pour les habitués, objet light à diffuser sans modération, objet typé pour cibler un public très spécifique (enfants, jeunes via Internet…).

CE QUE STRUCTURER SON OFFRE VEUT DIRE

25Revenons à la question première : quelles sont les attentes des usagers en matière de service ? De quoi font-ils l’expérience ailleurs qu’en bibliothèque (l’univers des services est large !) et qu’ils s’attendent à trouver aussi ici ?

POURQUOI ÉCRIRE SON OFFRE DE SERVICE ?

  • pour la partager au sein de l’établissement ou du réseau, où les principaux vecteurs en contact avec les publics sont les professionnels dans leur diversité.

  • pour rendre efficace la communication qui en sera faîte auprès des publics.

26Alors, structurer, est-ce réduire son propos ?

27Il s’agit d’être réaliste et d’avoir conscience du temps que nous accordent les lecteurs pour comprendre ce que nous leur proposons (en clair, aucun lecteur ne lit les 60 à 80 pages d’un guide et il sera inconfortable pour l’usager posant une question de s’entendre répondre : « la réponse est page 50 du guide ! »).

28Structurer c’est choisir et simplifier : dire l’essentiel, renoncer à tout dire, rassembler l’ensemble des informations dans de grands ensembles cohérents ; montrer la valeur ajoutée des propositions concrètes qui sont faites aux lecteurs et détailler les modalités pour y accéder, enfin faire cohabiter plusieurs visions de la bibliothèque !

L'EXEMPLE DE LA BML

29La BML structure son offre, orientée vers les publics, en 4 grands ensembles de services « attendus » par les usagers : une recherche de « lieux de vie », se documenter et emprunter, se cultiver et se divertir, se former et apprendre.

30Pour chacun, on distingue :

  • ses principales caractéristiques ;

  • la correspondance avec les attentes des publics ;

  • les services associés à ces attentes, que l’on peut assortir de garantie, d’indice de qualité (exemple : « moins de 10 minutes avant d’obtenir un document du silo ») ;

  • les supports qui vont rendre « tangibles » ces services (document, espace, signalétique).

31On peut ajouter une cinquième catégorie : l’offre en ligne. Elle pourrait être une catégorie à part entière tant elle est attendue par les publics, porteuse d’innovation continue.

32Quelle sera alors la place du guide du lecteur dans tout cela ? Rendra-t-il concrète la globalité de l’offre, ou représentera-t-il un axe, celui qui porte l’innovation en cours ? Ou la tradition de la bibliothèque ? Ou priorisera-t-il un certain public qui lui-même priorise un certain type d’offre ?

33Au final, il fera partie des supports, sans être le seul, qui rendra tangible le choix fait.

DE L’IDÉE À LA MAIN : LES GRANDES ÉTAPES

34De la conception du guide du lecteur à la prise en main par le visiteur, quelles sont les étapes qui jalonnent le parcours ?

DÉFINIR LA STRATÉGIE ASSOCIÉE AU GUIDE

Écrire la stratégie

35Le travail de conception du document commence par la définition des éléments de l’offre que l'on souhaite privilégier. On peut avoir comme objectif de faire connaître de nouveaux services, étonner de nouveaux publics ou les habitués, renforcer l’idée du réseau, présenter une nouvelle collection, annoncer une nouvelle tarification, donner l’image d’une bibliothèque moderne, innovante, faire venir dans un nouveau bâtiment… Combien de temps ce guide doit-il durer ? Sera-t-il accompagné d’autres supports : renouvellement de la carte de lecteur, parution d’un journal culturel, mailings, flyers, clip vidéo ?

Définir ses publics-cibles

36Il est ensuite nécessaire de répondre aux questions concernant les publics visés. À qui le guide s’adresse-t-il principalement ? Quelles sont les caractéristiques et les pratiques sociales, culturelles de cette cible principale ? Qui sont les prescripteurs de cette cible ? Ces publics-cibles représentent-ils une part large du public habituel de l'établissement ? Comment les décrire en termes qualitatifs : profils (sexe, âges, origine géographique, niveau scolaire, etc.), habitudes (à la bibliothèque, mais aussi en dehors, en matière culturelle ou pour rechercher des informations, des documents, se former, se divertir…), données comportementales, attentes, niveaux de satisfaction, vocabulaire et codes du public-cible…

Rassembler les éléments de contenu en fonction de l’objectif et en fonction de la cible

37Il faut alors préparer le matériau de base : mettre à jour les données ; proposer une première hiérarchie des informations, les disposer sur un chemin de fer* même si toute liberté sera donnée à la communication de bousculer ce premier découpage pour donner plus de force à certains messages. En particulier, un choix judicieux d’images, fortes en sens, permet de minimiser certains textes.

38Ce premier travail permet de fournir à un service communication, ou à une agence de communication extérieure, un brief synthétique qui est le cap à suivre pour bâtir une stratégie de communication.

CHOISIR LES OBJECTIFS DE COMMUNICATION ET CONCEVOIR LE SUPPORT

39Le service de communication s’empare des objectifs et les traduit en supports de communication. Il peut s’adjoindre les compétences d’un graphiste extérieur. Dans certains cas, cela peut se faire avec l’appui d’une agence de communication qui permet d’apporter une expertise supplémentaire dans la formulation des objectifs et de pallier à notre propre ethnocentrisme professionnel. L’art réside dans l’ajout d’un « saut créatif » apporté à la stratégie sans la dévier.

40Il faut laisser cette liberté aux communicants, leur demander de bien expliquer leurs choix, et les partager avec les personnels en contact avec le public.

LES OBJECTIFS DE COMMUNICATION

41La communication devra-t-elle faire connaître, faire venir, faire aimer, faire adhérer ? Devra-t-elle conforter, surprendre, signifier une rupture, un changement de perspective, expliquer et décrire ou plutôt suggérer un univers ?

42Il s’agit de capter l’attention du public-cible, de créer un lien avec lui. Comment exprimer la « promesse » faite au lecteur ? Avec quel style rédactionnel, quel ton ? Au-delà de ce que l’on veut dire, il faut trouver « l’idée créative »…

43En clair, le message émis devra modifier, aux yeux du public-cible, soit son niveau d’information sur un sujet, soit l’image qu’il a de la bibliothèque, soit son attitude et son niveau d’usage des services.

44Le message ne donne pas seulement une information, il la projette, il doit lui donner force et durée. La communication est une énergie !

Le choix de la forme du support et mise en page

45Il s'agit de proposer une combinatoire, harmonieuse et en cohérence avec l’objectif, de multiples éléments : format, nombre de pages, choix du papier, de la couverture, de la place des visuels, de la mise en page bien sûr… tout participe au message envoyé à l'usager.

46En général, une à trois propositions peuvent être proposées à la direction. Le choix peut s’avérer difficile ; interroger les collègues non spécialistes de la communication apporte un premier ressenti mais comporte aussi des risques : danger de l’ethnocentrisme du métier, risque de choisir une proposition consensuelle, mais perdant de sa force de conquête et d’expression.

Choisir une politique de diffusion

47Où les publics vont-ils trouver ce guide (manifestations extérieures, dépôts) ? Comment sera-t-il mis à leur disposition : accès libre, éléments de langage* communs aux agents pour accompagner le geste, mailing spécifique aux abonnés ?

48Aujourd’hui il paraît préférable de proposer un guide annuel. Variant les angles de communication, il pourrait privilégier un public-cible une année, un autre l’année suivante et dans le temps, témoignerait d’une dynamique. Quitte à ce qu’une partie des contenus reste stable et une autre soit optionnelle.

DANS UN UNIVERS DE SERVICES, PRIORITÉ AU MARKETING INTERNE

49Nous en sommes à la dernière étape, non la moindre. Il ne s’agit pas d’éditer un guide et de s’en satisfaire, il faut aller au bout du processus et interroger la prise en main par le lecteur. Or celle-ci, en grande partie, est assurée par les agents en contact avec les publics.

50À l’heure de l’inscription en ligne préalable à la visite, mais aussi de l’automatisation des prêts-retours de documents, qui permettent de (re)valoriser l’accompagnement du lecteur par le temps qu’elles libèrent, cette dernière facette de la prestation, l’échange entre l’usager et l’agent de la bibliothèque, est essentielle.

51Chaque expérience d’usager en bibliothèque est unique ; le guide du lecteur, lui, est l’élément concret invariant qui permet de donner une même information de base à l’usager, pourtant enrichie et accompagnée de complément spécifique par l’agent qui adapte son discours à celui qui est en face de lui et dont il déduit les attentes.

52Le guide est ainsi proposé au lecteur dans une multitude de situations différentes, par un grand nombre d’agents différents, du bibliothécaire confirmé au saisonnier employé ponctuellement. Comment rendre le discours qui l’accompagne cohérent et commun à tous, tout en laissant la marge de manœuvre nécessaire à l’adaptation au profil de l’usager, au contexte de ses questions ?

53Il est indispensable d'associer le personnel en contact à toutes les étapes du cycle de vie du guide du lecteur.

54En amont lors de la réflexion sur le guide, il est utile de répertorier les critiques positives et négatives sur le guide précédent, les difficultés rencontrées et les bonnes pratiques. Présenter la structuration de l’offre voulue par l’établissement, les choix stratégiques.

55Il faut ensuite annoncer les choix de communication qui ont été faits, le choix des publics-cibles, présenter l’acte créatif et justifier l’expertise de la communication en la matière, replacer le guide à paraître dans l’ensemble des supports de communication, et dans l’acte d’accueil et d’accompagnement qui sera de la responsabilité de l’agent.

56On doit enfin proposer les éléments de langage qui permettront de s’approprier le nouveau guide, expliquer les stocks et le plan de diffusion, apprendre aux collègues à rapidement associer un profil de lecteur à un type de suggestions à faire au sein de l’offre de service. Choisir des éléments au sein du guide et proposer au-delà du guide d’autres éléments de l’offre : le bibliothécaire ne s’efface pas derrière le guide, il l’interprète.

57Ainsi, au-delà des fonctions techniques que doivent maîtriser les personnels (nos fameux SIGB), le guide favorise la fonction relationnelle du métier (disponibilité, convivialité, amabilité), tout autant que la fonction promotionnelle (ce qui n’est possible que si les collègues ont une connaissance claire des objectifs stratégiques de la bibliothèque), ainsi que la fonction institutionnelle car à l’instant du contact avec l’usager, le professionnel représente et porte l’institution.

© Presses de l’enssib, 2012

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search