Version classiqueVersion mobile

La recherche dans les institutions patrimoniales

 | 
Mélanie Roustan

Partie 1. S’orienter parmi les sources

Chapitre 1. Du dépouillement au dévoilement. L’historien et les archives numérisées

Philippe Artières

Texte intégral

1Comment travaille un chercheur ? La question ne cesse, depuis l’ouvrage avant-gardiste de Bruno Latour et Steve Woolgar [2006] sur la vie quotidienne d’un laboratoire de science, de générer des travaux ; l’ethnographie des gestes des hommes et des femmes en blouse blanche offre une connaissance très précise des différentes étapes du travail de recherche. Des premières manipulations jusqu’à la rédaction et la signature d’une publication [Pontille, 2004]. Ce regard sur la science dite fondamentale en train de se faire a progressivement suscité un questionnement sur les pratiques des chercheurs en sciences sociales. Bien sûr, celles-ci étaient fortement habitées par deux traditions, l’une s’attelant à dessiner l’histoire de la discipline (l’historiographie, la théorie sociologique), l’autre visant à transmettre des savoir-faire et des techniques d’enquête (la méthodologie). Tout.e historien.ne, tout.e sociologue a au long du xxe siècle été armé.e de ces deux outils.

2La conservation croissante des archives des chercheurs en sciences humaines et sociales, qui n’a plus seulement consisté en la conservation des enseignements ou de la correspondance mais de l’ensemble des traces du travail, de la fiche de lecture en bibliothèque aux brouillons des publications jusqu’à la bibliothèque personnelle, a permis de développer un savoir nouveau sur les manières de faire, et de renouveler la discipline qu’on désignait comme « l’épistémologie » ; c’est une connaissance de la recherche en acte qui s’est développée. Ainsi, de leur côté « les lieux de savoir » ont de plus en plus pris en compte les documents relatifs à leur fonctionnement et à l’ensemble de l’activité des individus qui y travaillaient. Les universités (par exemple, le Collège de France, Vincennes), les bibliothèques ont commencé à donner à voir l’autre côté de la tapisserie. Les travaux précurseurs de Christian Jacob [2005 ; 2011] sur les grands lettrés furent les premiers à produire des connaissances sur ces « manières de faire » et « les bricolages » des chercheurs, que Michel de Certeau [1980] avait théorisés sans documenter les pratiques, faute de moyens.

  • 1 On peut citer parmi les enquêtes revisitées : en 1961, le lancement de l’étude sur un isolat du te (...)

3Parmi les gestes du chercheur, la constitution (ou collecte) et l’exploitation d’un corpus ont été de plus en plus documentées, montrant certes des pratiques singulières propres à chaque chercheur et selon chaque discipline, mais mettant en évidence des techniques, des gestes communs et dessinant une histoire de la recherche. On pourrait ici citer des travaux de revisite des grandes enquêtes ethnographiques ou sociologiques des années 1960-19701 ou encore des tentatives de saisir les divers gestes successifs du chercheur à partir de ses archives personnelles et des traces qu’il a laissées involontairement parfois [Potin, 2012]. Avec le développement des techniques numériques (non seulement l’écriture électronique mais surtout l’image numérique et ce qu’on désigne grossièrement par le terme de « numérisation »), cette question du travail du chercheur aujourd’hui se pose bien autrement et amène à déplier une série de problèmes et de questions qui s’étendent de la recherche en inventaire au dépouillement, jusqu’à l’usage des archives en ligne.

Archives papiers / archives numérisées

4À ce premier stade, il faut distinguer deux types de numérisation, l’une sauvage, l’autre officielle. La première est l’œuvre du chercheur ; on ne peut comprendre la seconde et les malentendus qu’elle produit sans essayer de problématiser cette pratique désormais très courante dans les archives et les bibliothèques. La majorité des historiens confirmés et des doctorants disposent d’outils de capture numérique des documents. L’appareil photographique numérique de plus ou moins bonne qualité est sur la table de la salle de lecture. La séance de travail, dite autrefois de dépouillement, lorsqu’il s’agissait, avec un crayon à mine de plomb et des feuilles blanches, d’examiner les dossiers demandés, s’est ainsi transformée en une séance de prise de vue. En d’autres termes, dépouiller est devenu non plus recopier, extraire, mais reproduire. Cette reproduction, qui était possible pour quelques pages au moment de la préparation d’une publication – soit l’ultime étape de la recherche –, et ce, par les services des Archives, est désormais première. La journée de travail consiste en une saisie qui se veut exhaustive d’un carton d’archives. Le chercheur n’est plus assis à sa table mais debout, il n’a plus d'ordinateur ou de stylo mais un appareil photographique parfois équipé d’un pied.

5Cette captation numérique est liée à plusieurs événements contemporains, de nature et d’échelle très différentes : notamment, la mondialisation a offert la grande capacité pour les chercheurs des pays riches à se rendre dans des fonds d’archives à l’étranger. Cette « mobilité » va de pair avec un souci de rentabilité. Le dépouillement est une collecte outillée. Ce n’est que, de retour chez soi, que le travail de dépouillement ‒ autrement dit de lecture attentive ‒ commence. Ce facteur de rentabilité ne concerne pas seulement les chercheurs internationaux mais aussi les doctorants dont la durée de recherches en archives s’est restreinte, dans une période d’inscription de quatre années seulement. La rentabilité exige non pas un choix mais l’exhaustivité. Le chercheur ne peut prendre le risque de faire une sélection ; il photographie recto verso, page à page, les registres, les liasses, etc.

6Cette pratique a été rendue possible, d’une part, par l’autorisation de photographier les documents consultés, d’autre part, par la mise en ligne d’inventaires de plus en plus détaillés. L’institution archivistique a, pour des raisons de démocratisation de l’accès aux archives, ouvert des sites où l’usager peut à des milliers de kilomètres ou de la rue voisine repérer un document ou une série de documents (voir par exemple le site des Archives départementales des Bouches-du-Rhône [AD13] ou encore celui des Archives départementales de la Manche2). Cette numérisation des inventaires constitue une valorisation du travail des archivistes et, selon les chercheurs, un gain de temps considérable. C’est précisément ce paramètre du « temps de la recherche » qui est essentiel. Exhaustive et rapide doit être la collecte sauvage. Il s’agit ni plus ni moins d’une opération quasi commando de braquage légal d’un fonds d’archives. Un chercheur peut en une semaine reproduire avec un appareil photographique numérique plusieurs milliers de documents. Le nombre de clichés témoigne du succès ou de l’échec d’une mission. Pour les institutions de conservation, ces mises en ligne permettent d’élever leur taux de fréquentation (injonction générale des tutelles et, par conséquent, élément non négligeable au moment de la renégociation des budgets).

7Pour autant, il serait simpliste de réduire ces nouvelles pratiques à des exigences économiques et de politiques de la recherche. Il y a dans la volonté de reproduire exhaustivement un dossier ou un registre, un véritable changement de paradigme dans le travail du chercheur. Sans doute, et cela n’est nullement un jugement, cela participe d’une professionnalisation du métier ou plus justement, la technique de reproduction objectivera le travail du chercheur. C’est donc le statut des archives qui change ; jusqu’alors la localisation et l’indication de la cote faisaient foi ; désormais, on peut et on doit montrer ; l’image fait preuve. Combien de colloques, de journées d’études et de séminaires où dès lors des diapositives d’un Powerpoint montrent des photographies d’archives. En outre, l’outil photographique pourtant si problématisé par les archéologues en particulier, dans ses limites à reproduire les traces du passé, ne fait aujourd’hui que peu l’objet de réflexions. La numérisation sauvage se fait le plus souvent sans outil autre que l’appareil, laissant de côté des informations aussi importantes que celles relatives à la matérialité du document (format, nature du papier…) ; elle produit un ordre qui, à moins d’un travail substantiel ensuite, est peu conforme au dossier original ; enfin, pour ne citer que les principaux problèmes, elle néglige le facteur humain et l’erreur ‒ par exemple, l’oubli d’un document entier, d’un verso, mais aussi la photographie bougée donc floue…

8La numérisation « officielle », celle pratiquée par les institutions de conservation et de valorisation, croise certains de ces problèmes ; faut-il rappeler qu’elle est majoritairement externalisée et qu’ainsi ce ne sont pas des professionnels des archives et des livres qui en ont la charge mais des professionnels du numérique ‒ quelques entreprises privées à qui l’on confie cette importante mission. Ces numérisations orientent inévitablement la recherche. Un fonds numérisé est plus accessible donc plus souvent consulté. La mise en ligne de certains inventaires a d’abord cet effet sur les recherches au cours de la formation. Involontairement souvent, le choix se fait par la possibilité d’accès. De manière tout à fait significative, les difficultés du Centre des archives du monde du travail3 tiennent non pas à la qualité des fonds mais à l’impossible numérisation sauvage ou officielle des archives pour des raisons juridiques. S’agissant d’archives de l’industrie, en particulier de sociétés privées, elles ne peuvent être reproduites. On pourrait citer d’autres biais qui ont pour effet que, s’agissant de fonds privés notamment littéraires, l’accord ou le refus de numérisation des ayants droit de tel.le ou tel.le écrivain.e.s a des effets considérables sur le développement de recherches, indépendamment bien sûr de l’intérêt scientifique des œuvres.

Archives numérisées et situées / archives en ligne

9Examinons ici, dans un deuxième temps, comment la numérisation d’archives fait agir le chercheur. Précisons d’emblée que la numérisation de fonds d’archives et leur mise en ligne produisent des effets de savoir extraordinaires ; ceux-ci sont le plus souvent bénéfiques aux sciences humaines. On citera, par exemple, le développement de l’histoire globale qui à certains égards est le fruit de la possibilité de reproduction de l’archive et de sa mise en ligne. L’ensemble de ces remarques ne visent pas à une critique mais aux effets de savoir, et aux nouvelles pratiques de recherche que l’archive numérisée produit. Il ne s’agit pas de regretter le temps du « goût de l’archive » [Farge, 1989], et des formes de sacralisation qui l’accompagnent mais bien de tenter de comprendre les usages contemporains par les chercheurs de l’archive numérisée.

10Le premier grand changement tient au fait que jusqu’alors les archives étaient majoritairement composées de documents perçus comme appartenant à la culture graphique. Manuscrits ou tapuscrits, sur du parchemin ou du papier plume, calligraphiés ou imprimés, ces documents appartenaient au monde de l’écrit, à cette immense masse d’inscriptions sur un support « papier » ; les archives modernes se sont historiquement développées par la mise en place d’une mise par écrit des activités des souverains et des sujets [Goody, 1978]. Cette appartenance s’accompagnait de modalités de conservation et de consultation, nécessitant plusieurs gestes : l’entretien avec l’archiviste, la consultation des inventaires, le remplissage d’une fiche, l’attente du magasinier, l’ouverture du carton, défaire puis défaire des nœuds, ouvrir une chemise, une enveloppe, dérouler ou déplier le document. Une fois le document atteint, le placer devant soi, le déchiffrer en en faisant sa lecture. Avec l’image numérique, ce n’est plus à ma place dans la salle de lecture que je consulte le document, c’est chez moi ou dans mon bureau, sur mon écran d’ordinateur qu’apparaît l’archive. J’utilise volontairement le terme d’apparition car ce n’est plus au domaine de l’écrit que l’archive numérisée se rattache mais à celui de l’image, des images. Faut-il souligner que regarder une image n’est pas le même acte que lire un document. Il ne mobilise pas les mêmes facultés et surtout il ne produit pas les mêmes connaissances. D’une part, l’image de l’archive est mienne ; elle est dans la mémoire de mon ordinateur ; je peux l’agrandir, en changer la forme et par ailleurs, sa consultation n’est plus conditionnée par un tiers. Il n’y a plus d’horaires à respecter, plus de train à prendre. D’autre part, c’est un simple fichier que je peux envoyer à d’autres chercheurs si c’est une photographie dont je suis l’auteur, ou une adresse d’une page sur le Web ; je peux partager mon dépouillement avec d’autres ; ce qui constituait un moment solitaire, silencieux, localisé et limité est dorénavant une opération tout autre. Elle peut devenir collective et participative.

11Ce nouvel objet archive-image implique donc des changements profonds dans les pratiques de dépouillement ; celui de l’archive-papier portait en lui une incertitude, un doute chez son lecteur ; ce dernier était pris dans le dépouillement d’une liasse, il était, comme nous l’avions montré dans l’expérience du Dossier Bertrand [Artières, Demartini, Kalifa, Michonneau et Venayre, 2008], toujours à la merci d’une erreur ou tout au moins d’un élément lui échappant. Ce possible manquement de l’historien était constitutif de son analyse ; le récit qu’il produisait était toujours potentiellement fragile. Il pouvait être déterminé par l’archive précédemment dépouillée. Il était soumis à ces séances singulières de dépouillement ; on allait aux Archives, souvent on prenait un train, on dormait une nuit dans un hôtel sur place. Autrement dit l’historien.ne était dévoué.e à cette opération. L’accessibilité immédiate et sans condition des archives numérisées change ce rapport quasi religieux. Elle le banalise et elle l’objective, l’arrachant à son lieu de conservation. De ce point de vue, on constate, par exemple s’agissant des imprimés et notamment des articles dans des périodiques médicaux, ‒ pensons aux Annales médico-psychologiques ou à la revue L’Encéphale ‒ que l’archive-image se retrouve isolée, que son inscription au sein d’un discours global est absente ; c’est pourquoi l’on constate non seulement une perte de contexte mais aussi ce qui survenait souvent avec l’archive-papier, la disparition de la rencontre d’un document inattendu. Tout ce travail de remise en contexte est à faire. Il faut, à la manière d’une fresque déposée que l’on doit remettre dans son lieu d’origine, repenser, reconstituer le lieu de l’archive. Travail minutieux, délicat et long.

12Enfin, au cours de cette nouvelle opération qui s’apparente, on l’a dit, à une apparition soudaine ‒ une sorte de face-à-face ‒ je peux mobiliser tout un ensemble d’outils d’intelligibilité. Car, si avec l’archive-papier j’étais dans un acte de dépouillement d’une série subie, ‒ pensons ici au dépouillement d’un registre ‒, avec l’archive-image de ce même document je peux moi-même produire cette série.

Outiller les archives numérisées

13L’archive numérisée offre, malgré ces quelques réserves qui peuvent être aisément surmontées, d’immenses possibilités pour une exploitation collective de données. En effet, cette faiblesse de l’archive-image est paradoxalement sa force. Elle peut être manipulée beaucoup plus simplement et mise en relation avec d’autres documents très facilement ; on peut ainsi, au fur et à mesure de son « dévoilement », soumettre l’archive-image à des instruments.

14Le cas de Criminocorpus4 est exemplaire de ces possibles. Au départ, il s’agissait d’associer une numérisation de la revue des Archives de l’anthropologie criminelle animée par le Pr Alexandre Lacassagne à partir du milieu des années 1880 jusqu’en 1914 et une base de données bibliographiques réalisées par Jean-Claude Farcy, chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) ; le projet de numérisation amena les chercheurs, dont son principal animateur Marc Renneville, à mettre en ligne, en miroir de tous les numéros de la revue indexés article par article, numéro par numéro, des dossiers documentaires. Au chercheur de faire le lien entre les archives et les travaux de recherches.

15Mais, comme nous l’avions fait dans le cas des fiches de lecture de Michel Foucault, il est aussi possible de produire un logiciel qui peut indiquer les autres fiches du philosophe sur le même auteur dans son travail préparatoire aux Mots et les choses [1966]. On peut aussi mettre la fiche numérisée en regard de l’ouvrage numérisé par Gallica pour confronter les notes de Foucault à l’original, et notamment quand il s’agit de traduction.

16Cet outillage de l’archive-image est lourd à construire ; il est donc nécessaire de disposer d’ensembles conséquents. On peut penser au travail réalisé par Cécile Dauphin et Daniel Poublan autour d’une série de différentes correspondances au sein d’une même famille mais sur plusieurs générations5. L’archive numérisée, transcrite, est documentée, et construit avec les autres un ensemble dont le chercheur peut s’emparer à son tour pour travailler selon un axe et une problématique qui lui sont propres6.

17On soulignera que ces numérisations imposent la nécessité aux archivistes et aux chercheurs mais aussi aux informaticiens de travailler en collaboration. Cet agencement est nouveau et souvent producteur de résultats inédits. L’historien n’est plus seulement celui qui consomme l’archive mais il participe de son exposition. En somme avec l’informaticien, il s’introduit dans la boîte que l’archiviste est en train d’inventorier. Il n’intervient pas sur cette opération mais la suit pour être en mesure de construire les bons outils pour exploiter ce gisement.

18Cette possibilité est plus remarquable si le corpus étudié compte plusieurs centaines de documents. Le passage par un outillage n’est pas une possibilité mais une nécessité ; manuellement il n’est pas possible de « dévoiler » l’objet et la numérisation comme la banque de données permettront de dresser une carte précise des documents. Plus encore, grâce à des logiciels, le chercheur pourra tester des hypothèses en rapprochant telle ou telle archive qui, à l’origine, n’étaient pas conservées dans les mêmes cartons et ne portaient pas les mêmes cotes. Autrement dit, la numérisation autorise, lorsque chaque archive-image a fait l’objet d’une identification précise (localisation, nature du document, format, contenu dont date et lieu), à construire d’autres objets, à partir d’un autre classement prenant des critères différents [Artières, Bert et Saïdi, 2009].

19Il faut à nouveau insister sur le caractère collectif de cette entreprise ; en effet, chaque chercheur qui consultera ce corpus peut, s’il le souhaite, laisser un commentaire, proposer une hypothèse, voire ajouter une pièce jointe à l’archive-image. Ainsi, c’est avec la numérisation outillée une forme nouvelle de recherche qui se met en place, plus proche en cela des manières de faire des chercheurs en biologie ou en physique, mais aussi très innovante et très stimulante car pouvant être au niveau international non tributaire de l’obtention de financement et de visas.

20On pourrait rêver à des bibliothèques ou centres d’archives qui ne seraient que les conservateurs de l’archive patrimonialisée et qui, grâce à des programmes internationaux de numérisation intelligents, seraient des relais permettant de constituer des communautés de recherches sur tel ou tel sujet, tel ou tel auteur. Le risque aujourd’hui est paradoxalement une privatisation ou nationalisation des archives ; on assiste en dépit de la reproductibilité de l’archive à sa rétention. Du coût de plus en plus élevé pour les institutions (bibliothèques et musées mais aussi des universités notamment américaines) de l’acquisition de certains fonds d’archives, découlent des politiques de monstration très restrictives (interdiction de reproduction, hausse du coût des assurances pour des emprunts…). Chaque institution a dès maintenant son trésor qu’elle ne dévoile qu’à certains et sous des conditions particulières (horaires limités, justification « scientifique » [dixit] de la consultation). Autrement dit, il s’agirait a contrario d’articuler politique d’acquisition, politique de numérisation et politique de recherche.

Références bibliographiques

21Artières Philippe, Demartini Anne-Emmanuelle, Kalifa Dominique, Michonneau Stéphane et Venayre Sylvain, photographies de Thomas B. Reverdy, Le dossier Bertrand : jeux d’histoire, Paris, Manuella éditions, 2008.

22Artières Philippe, Bert Jean-François et Saïdi Samantha, « Archives d’un lecteur philosophe. Le traitement numérique des notes de lecture de Michel Foucault », Codicology and Palaeography in the Digital Age, Schriften des Instituts für Dokumentologie und Editorik, 2, 2009. [En ligne] : < http://kups.ub.uni-koeln.de/​4359/​ >.

23Certeau Michel de, L’invention du quotidien, 1 : arts de faire, Paris, Union générale d’édition, 1980.

24Farge Arlette, Le goût de l’archive, Paris, Seuil, 1989 (coll. Points. Histoire ; 233).

25Foucault Michel, Les mots et les choses : une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1966 (coll. Bibliothèque des sciences humaines).

26Goody Jack, La raison graphique, Éditions de Minuit, 1978 (coll. Le sens commun ; 57).

27Jacob Christian (dir.), « Mondes lettrés, communautés savantes », Annales HSS, mai-juin 2005, n° 3, 60e année.

28Jacob Christian (dir.), Lieux de savoir, 2, Les mains de l'intellect, Paris, Albin Michel, 2011.

29Latour Bruno et Woolgar Steve, La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, 2e éd., Paris, La Découverte, [1979] 2006.

30Pontille David, La signature scientifique. Une sociologie pragmatique de l'attribution, Paris, CNRS Éditions, 2004 (coll. CNRS Sociologie).

31Potin Yann, « Les fantômes de Gabriel Monod. Papiers et paroles de Jules Michelet, érudit et prophète », Revue historique, 2012/4 (n° 664). [En ligne] : < http://www.cairn.info/​revue-historique-2012-4-page-803.htm>.

Notes

1 On peut citer parmi les enquêtes revisitées : en 1961, le lancement de l’étude sur un isolat du territoire français, Plozevet dans le Sud Finistère, mobilise près de cent chercheurs en biologie et en sciences sociales pour analyser ce village de 4 000 habitants ; en 1963, une recherche coopérative sur programme (RCP), centrée sur une zone d’élevage transhumant – les monts d’Aubrac – réunit pendant trois ans, sociologues, ethnologues, linguistes, économistes et agronomes pour se livrer à un véritable inventaire d’une micro-région ; en 1966, une nouvelle recherche collective est lancée sur le Châtillonnais (30 000 habitants répartis entre la petite ville de Châtillon-sur-Seine et 115 villages).

2 Sur le site des AD13, on trouve par exemple en ligne : le cadastre < http://www.archives13.fr/archives13/CG13/cache/bypass/pid/493?allChapters=false&chapter=1668 > ; les listes nominatives des recensements de population des communes des Bouches-du-Rhône < http://www.archives13.fr/archives13/CG13/cache/bypass/pid/493?allChapters=false&chapter=1674 > ; les répertoires d'écrous des établissements pénitentiaires < http://www.archives13.fr/archives13/CG13/cache/bypass/pid/493?allChapters=false&chapter=1686 >, les tables et répertoires des hypothèques des Bouches-du-Rhône < http://www.archives13.fr/archives13/CG13/cache/bypass/pid/493?allChapters=false&chapter=2012 >, les tables des décès, successions et absences de l'enregistrement < http://www.archives13.fr/archives13/CG13/cache/bypass/pid/493?allChapters=false&chapter=2030 >, les registres matricules de recrutement militaire (1872-1921) < http://www.archives13.fr/archives13/CG13/cache/bypass/pid/493?allChapters=false&chapter=2218 >.

3http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/camt/ >.

4https://criminocorpus.org/fr/ >.

5 S’écrire au xixe siècle. Une correspondance familiale, 2 décembre 2014. [En ligne] : < http://correspondancefamiliale.ehess.fr/index.php?12604 >.

6http://lbf-ehess.ens-lyon.fr/ >.

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search