Version classiqueVersion mobile

Faire connaître et valoriser sa bibliothèque

 | 
Jean-Marc Vidal

Partie II. Inventer pour changer son image

4. Come to the BMI ! Valoriser une collection multilingue

Marion Lhuillier

Texte intégral

1L'offre de la Bibliothèque municipale internationale de Grenoble (BMI)1 est faite de collections constituées à 90 % de documents en langues étrangères, essentiellement fictions et outils d'apprentissage, et de services destinés à l'autoformation aux langues sur place et à distance. Allemand, anglais, arabe, espagnol, italien, portugais y sont présents. Le français, considéré comme une langue étrangère, y trouve aussi sa place. Partageant espace et collections avec le CDI de la Cité scolaire internationale, la BMI est riche d'environ 30 000 documents dont la moitié appartient à l'institution scolaire.

LE CONTEXTE

2La BMI n'a fait l'objet d'aucune campagne de communication particulière autre que celle liée à son ouverture en 2003 : un article dans la presse locale et un affichage, en français, dans les bibliothèques du réseau grenoblois.

  • 2 Laurence Marion Voche Lhuillier, Place et images des langues étrangères dans les bibliothèques muni (...)

3Un travail de recherche2 m'a permis de mesurer, d'une part, que ce type d'offre est inconnu d'une partie des publics auxquels il est destiné, et d'autre part, que la question des langues est absente de la littérature professionnelle tout comme du discours public, sauf en de rares occasions (par exemple, lors du débat suscité par l'intégration des langues régionales dans la Constitution en 2008). L'offre de ressources en langues étrangères, de façon générale et à la BMI en particulier, constitue donc un trou aveugle que les différentes opérations de communication construites au fil du temps et de l'expérience, ont, sans doute, localement et relativement, permis d'éclairer.

UN POSITIONNEMENT AMBIGU

4La BMI n'est pas une « bibliothèque de quartier » puisqu'une autre, proche, remplit cette fonction. Elle n'est pas non plus une des « grandes » bibliothèques de la ville. L'appellation de « bibliothèque spécialisée » retenue dans les supports de communication ne contribue sans doute pas à clarifier l'identité de cet établissement.

  • 3 Anne-Marie Bertrand distingue les missions d'un établissement fixées par la loi (ce qui n'est pas l (...)

5La localisation de la BMI contribue à entretenir l'ambiguïté : excentrée et située dans un quartier neuf et limitrophe de la Presqu'île scientifique qui rassemble une grande partie des laboratoires de recherche grenoblois, la bibliothèque est associée géographiquement et par convention à un établissement scolaire public d'excellence en matière d'apprentissage des langues étrangères. Cette localisation ne permet pas de définir clairement la « mission »3 de la bibliothèque, oscillant entre la réponse aux demandes des populations allophones, c'est-à-dire de langue maternelle autre que le français, et la contribution au rayonnement économique de la ville. L'élue à la culture, interviewée dans le cadre du travail de recherche précédemment cité, confirme que cette localisation tire l'établissement vers les « langues high tech » et l'excellence et le distancie d'une partie de la population grenobloise liée aux vagues migratoires successives, pourtant potentiellement concernée par l'offre de la BMI.

6À l'usage, il s'avère que ce positionnement génère une représentation particulière de l'établissement : il fait de la BMI une bibliothèque non assimilée aux bibliothèques municipales de la ville, hors d'atteinte du Grenoblois lambda, allophone ou non, et réservée à une nébuleuse d'usagers mal définis.

« MISSION » ET PUBLICS-CIBLES

7La « mission » de la BMI est de favoriser l'usage et l'apprentissage des langues étrangères considérées, ainsi que la découverte des cultures qui leur sont liées. Les publics à cibler sont donc des publics francophones déjà usagers ou apprenant une des six langues étrangères proposées et des publics allophones, plus nombreux qu'on pourrait le penser.

8Parmi les lieux ou instances identifiés permettant de toucher ces différents publics :

  • les associations représentatives des différentes cultures concernées y compris celles qui dispensent des formations aux langues, les associations d'accueil des populations étrangères et des nouveaux arrivés, les associations d'étudiants étrangers, les associations d'accueil d'étudiants et de chercheurs étrangers, les centres de protection maternelle et infantile, les associations proposant des formations au Français langue étrangère (FLE) ;

  • les établissements scolaires : écoles primaires privées et publiques (dont certaines proposent à Grenoble un enseignement renforcé en langues étrangères (anglais/allemand, arabe, italien, espagnol, portugais), les établissements secondaires publics et privés, y compris ceux qui accueillent des enfants nouveaux arrivants, les établissements universitaires, les instituts de formation continue ;

  • les entreprises privées accueillant des salariés étrangers comme celles qui relèvent du secteur de la formation continue en langues étrangères ;

  • les bibliothèques des communes de l'agglomération, certaines proposant des fonds en langues étrangères ;

  • les canaux de communication associés aux langues concernées : radios locales et presse papier essentiellement.

9Ces publics se caractérisent par leur hétérogénéité tant en termes de catégorie socioprofessionnelle, de formation, d'aisance en français que de durée de résidence.

LES OUTILS DE COMMUNICATION

10En l'absence d'étude préalable pour déterminer les attentes des publics potentiels, c'est avec le temps, l'expérience et l'intuition que se sont élaborés les outils actuellement en usage, sans que l'on puisse pour autant parler de véritable stratégie de communication. Les actions de communication de la BMI sont à répéter fréquemment en raison de la volatilité d'une partie des usagers potentiels. L'intention est de faire apparaître le multilinguisme comme l'élément fédérateur de ces actions.

  • Les documents imprimés : la plaquette (quadrichromie) de la BMI, rédigée en français et dans les six langues concernées la présente de façon générale. Un encart en noir et blanc, lui aussi rédigé en français et dans les six autres langues, reprend les tarifs d'inscription et les règles de prêt. Les flyers, le plus souvent en français, annoncent des événements culturels particuliers. Seuls ceux destinés aux clubs de lecture en langues étrangères (allemand et espagnol) sont bilingues. La plaquette est systématiquement remise aux usagers lors de leur inscription ou transmise par courrier postal aux lieux relais identifiés. Les flyers sont laissés à la disposition des usagers en amont des manifestations culturelles qu'ils signalent ou transmis sous forme papier et sous forme numérique aux lieux relais que ces manifestations peuvent intéresser.

  • Les supports numériques : le site des bibliothèques de Grenoble4, dans sa nouvelle version mise en ligne en 2011, rend plus lisible la présence des langues étrangères à la BMI. Située en bas à droite de la page d'accueil du portail des bibliothèques municipales de Grenoble, l'accroche, déclinée dans les six langues de la BMI permet l'accès à l'information dans chacune d'elles. Le lien renvoie à la description du réseau et aux conditions d'inscription et de prêt rédigées dans chaque langue. Un autre lien conduit à une sélection par langue de sites d'auto apprentissage et au répertoire des associations grenobloises proposant des formations en langues étrangères réalisé par la Maison de l'international de Grenoble (MIG)5. L'accroche de la page d'accueil de la BMI invite les Grenoblois, dans les six langues, à venir à la bibliothèque : Parli italiano, lo stai imparando ? appuntamento alla BMI !

  • Des listes de diffusion spécifiques par langue et constituées, soit des adresses électroniques des usagers qui se sont déclarés intéressés, soit de celles des lieux précédemment cités, sont utilisées pour les informer ponctuellement des nouveautés arrivées à la bibliothèque ou des événements culturels mis en place.

  • Une signalétique extérieure et intérieure, elle aussi déclinée en six langues, rend plus claire la dénomination de la bibliothèque peu explicite. La signalétique intérieure a été particulièrement détaillée : plurilingue pour des informations générales, elle devient progressivement unilingue en se rapprochant des différentes parties de collections organisées par langue. Les grandes classes de la classification Dewey sont ainsi affichées dans chaque langue.

  • Le catalogue en ligne est utilisable en version française et anglaise et les notices bibliographiques ont été particulièrement étudiées. Rédigées dans la langue du document, y compris pour les résumés, elles affichent normalement les notes (« traduit de », « traduit sous ») disponibles en format UNIMARC qui permettent de naviguer entre la version originale du document et sa version française si elle existe dans le réseau. Les zones titre, auteur et éditeur sont bilingues (version originale et français) pour les documents à caractères arabes. La translittération a été abandonnée au profit des caractères arabes, tant la pénibilité de lecture des informations translittérées pour les usagers arabophones, qui passaient par l'oralisation pour comprendre ce qu'ils lisaient, avait été constatée in situ.

TROIS CARACTÉRISTIQUES MAJEURES : LE RELATIONNEL, LA PARTICIPATION DES USAGERS, LE MULTILINGUISME

11Que ce soit en amont, auprès des lieux et des personnes ressources identifiés, ou en aval auprès des usagers, la relation interpersonnelle s'avère primordiale.

EN AMONT AUPRÈS DES LIEUX RELAIS DES PUBLICS IDENTIFIÉS

  • 6 « Les bibliothécaires français respectent dans leur grande majorité le principe de l'intégration da (...)

12Nous avons souligné combien ce type d'offre était inconnue des publics allophones auxquels il est pour partie destiné, notamment en raison du positionnement traditionnel de l'institution6. À cette distance entre l'offre de la bibliothèque et ces publics s'ajoute d'autres éléments comme les caractéristiques orales et/ou écrites de leur culture d'origine, l'importance et l'accessibilité de la production écrite, filmique et musicale dans les pays d'origine, l'image et les usages associés aux bibliothèques antérieurement, ainsi que, pour chaque individu, le degré d'aisance en langue française et d'intégration dans la société française. Tous ces éléments peuvent expliquer que la relation avec la bibliothèque et son offre ne se fera pas naturellement. Il s'agit donc, pour les bibliothécaires, de comprendre auprès de ces publics, ce qui peut, au sein de la bibliothèque, faire sens pour eux et donc de sortir, concrètement, des murs de la bibliothèque pour les rencontrer et instaurer une relation si possible pérenne avec eux. C'est donc sur le long terme, à l'extérieur de l'établissement et en sortant des discours habituels, qu'il s'agit de construire ces relations.

EN AVAL AUPRÈS DES USAGERS ET DES NON USAGERS

13Le désarroi de la plupart des nouveaux venus à la BMI nous a conduit à soigner particulièrement leur accueil : s'ils sont francophones et viennent à la recherche d'outils d'apprentissage, leur situation d'apprenants les rend indécis et fragilisés ; s'ils sont allophones, leur élocution parfois laborieuse en français les met en situation difficile pour exprimer ce qu'ils viennent chercher.

14Dans le premier cas, nous leur proposons de les accompagner devant les fonds qui les concernent et utilisons ce temps pour en faire un moment d'échange dans l'esprit de l'entretien de référence. Une sélection de documents leur est souvent proposée et déposée sur les tables proches pour leur permettre d'affiner leur choix. Nous leur laissons le loisir de découvrir, s'ils le souhaitent, l'ensemble de la bibliothèque, accompagnés ou non, avant d'entreprendre leur inscription, s'ils la confirment.

15Dans le second cas, nous adoptons l'anglais, souvent plus fluide que le français pour eux et leur proposons également une visite découverte des lieux dans cette langue avant d'entreprendre la procédure d'inscription et d'explications qui l'accompagne, toujours en anglais. Il arrive que la gestuelle remplace la parole lorsque français et anglais se révèlent insuffisants.

16Si les compétences linguistiques des bibliothécaires sont incontournables puisque de très nombreux échanges, lors des inscriptions ou pour d'autres informations, ont lieu au moins en anglais, elles se sont révélées insuffisantes à la BMI. Les deux bibliothécaires ne parlent en effet que deux des six langues étrangères proposées et peuvent en lire cinq à des degrés d'aisance divers. C'est donc aux usagers comme aux non usagers allophones de la bibliothèque qu'il est fait appel, tant dans le cadre des opérations de communication que dans celui des animations culturelles et même des tâches bibliothéconomiques.

  • Francophones ou non, les usagers se révèlent promoteurs de la BMI dans leur entourage. Certains se chargent de distribuer dans les associations qu'ils fréquentent les plaquettes et flyers de la bibliothèque.

  • Les compétences linguistiques des allophones sont activement et fréquemment utilisées : ils ont en effet assuré jusqu'à présent toutes les tâches de traduction des documents imprimés et numériques.

  • Ils sont les participants indispensables des animations culturelles au cours desquelles ils prêtent leur voix et leur langue, toujours associées à la langue française, celle-ci prise en charge par l'équipe. D'autres bibliothèques (la bibliothèque Georges Pérec à Vaulx-en-Velin par exemple) font de ce type de rencontre le temps fort de leurs programmation culturelle, qui permet de mêler les origines, les langues et les âges, de faire tomber de façon durable les frontières entre les communautés et de rendre familière la venue à la bibliothèque.

  • Ils assurent, à leur initiative, la vie des clubs de lecture en espagnol et en allemand, qui rassemblent chaque mois une vingtaine de personnes.

  • Ils constituent, depuis deux ans et bon an mal an, un club d'acquéreurs et de catalogueurs arabophones, après avoir été formés à ces tâches par des professionnels. Créé à l'initiative des bibliothécaires, ce club de bénévoles permet d'alimenter de façon régulière le fonds arabe, de le signaler au catalogue et d'en faire parler.

17Au final, les publics participent activement à la vie de la bibliothèque où ils sont considérés à l'égal des professionnels. Si ces derniers consacrent un temps important de leur activité aux tâches d'acquisitions et de traitement, ils ont fait leur la pratique de l'intermédiation.

DES OUTILS À S'APPROPRIER, UN EFFORT À POURSUIVRE

  • 7 Nous sommes pourtant encore loin des recommandations de l'International Federation of Library Assoc (...)

18La relation interpersonnelle, la participation des usagers et le multilinguisme des outils de communication sont les trois fondements des pratiques communicationnelles en usage à la BMI. L'idéal aurait été que tous les éléments de communication soient homogènes7.

19La participation aux outils de médiation, blogs et page Facebook, mis en œuvre par le réseau des bibliothèques, fait partie des possibilités à étudier pour accroître la visibilité de l'offre en langues étrangères de la bibliothèque.

  • 8 Amany M. Elsayed, Arab online book clubs: a survey, IFLA Journal, 2010, 36 (3), pp. 235-250.

20Par ailleurs, on constate l'existence de clubs de lecture à distance, notamment pour la langue arabe8. La participation numérique des lecteurs au Festival du premier roman de Chambéry en 2012 nous incite à prospecter dans cette direction.

21Localement, la participation des usagers allophones, qui a permis de combler certaines carences de la communication de l'établissement, reste néanmoins fragile car elle doit être entretenue sur la base d'un bénévolat à renouveler régulièrement. Plus généralement, si la présence d'une offre en langues étrangères dans les bibliothèques publiques est progressivement investie par certains professionnels et par les publics, un effort important reste à faire pour renforcer la nécessaire mobilisation de l'institution et des tutelles.

Notes

1 < http://www.bm-grenoble.fr/657-bibliotheque-municipale-internationale.htm >.

2 Laurence Marion Voche Lhuillier, Place et images des langues étrangères dans les bibliothèques municipales françaises : un cas pour les sciences de l'information, Thèse de doctorat sous la direction de Laurence Balicco, Groupe de recherche sur les enjeux de la communication (GRESEC), École doctorale n° 50 Littérature, langues et sciences Humaines / sciences de l'information et de la communication, Université de Grenoble.

3 Anne-Marie Bertrand distingue les missions d'un établissement fixées par la loi (ce qui n'est pas le cas des bibliothèques municipales) de ses rôles. Voir Anne-Marie Bertrand, « Le développement des bibliothèques municipales ». In Histoire des bibliothèques. Les bibliothèques au XXe siècle, 1914-1990, Paris, Les Éditions du Cercle de la Librairie, 1992, p. 793.

4 < http://www.bm-grenoble.fr/ >.

5 < http://www.grenoble.fr/100-maison-de-l-internationnal.htm >.

6 « Les bibliothécaires français respectent dans leur grande majorité le principe de l'intégration dans la francophonie et la culture française des lecteurs d'origine étrangère », in Hélène Bouquin-Keller, « Les langues dites d'immigration dans les bibliothèques municipales françaises », Bulletin des bibliothèques de France, 2003, t. 48, n° 5. [En ligne] : < http://bbf.enssib.fr/bbf-2003-05-0034-004 > (consulté le 28 mars 2012) et Bertrand Calenge, Les politiques d'acquisition, Paris, Les Éditions du Cercle de la Libraire, 1994 (Bibliothèques), p. 294.

7 Nous sommes pourtant encore loin des recommandations de l'International Federation of Library Associations and Institutions (IFLA) en matière d'offre en langues étrangères (2009), notamment pour ce qui concerne les applications liées aux technologies de la communication (Web 2.0 et 3.0).

8 Amany M. Elsayed, Arab online book clubs: a survey, IFLA Journal, 2010, 36 (3), pp. 235-250.

© Presses de l’enssib, 2012

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search