Version classiqueVersion mobile

La recherche dans les institutions patrimoniales

 | 
Mélanie Roustan

Conclusion. Sources matérielles et ressources numériques : inventer, réinventer

Denis Bruckmann

Texte intégral

1Rassemblant professionnels des musées, des archives, des bibliothèques et universitaires, cet ouvrage illustre bien les mouvements en cours dans la recherche en sciences humaines et sociales, en particulier ce qu’il est convenu d’appeler le décloisonnement : décloisonnement entre institutions patrimoniales (archives, musées, bibliothèques), décloisonnement entre métiers du patrimoine (ceux tournés vers la conservation, ceux tournés vers la médiation) et enfin, décloisonnement entre métiers du patrimoine et ceux de la recherche (pensons en particulier aux collaborations toujours plus productives avec les informaticiens ou les ingénieurs).

2Face au document numérique, les institutions patrimoniales et certains chercheurs n’étaient pas sans prévention. On se souvient des principaux risques évoqués au début des bibliothèques numériques et de la numérisation dite « de masse » : la fragmentation notamment, une décontextualisation globale des documents – hors de leur place dans une collection et hors de leur institution de conservation – dans un oubli de leur origine géographique, voire délestés de leur riche description dans un catalogue. On craignait ainsi un manque de respect de l’intégrité des documents.

3Au vu des expériences présentées ici, il apparaît clairement qu'un certain cap est franchi et que beaucoup de ces craintes n'étaient pas légitimes. Il faut d'ailleurs saluer l'éthique de la plupart des chercheurs qui, dans le passage au numérique, ont conservé la rigueur dont ils faisaient preuve avec les documents originaux. D'autres évolutions sont en cours, comme le rapprochement entre l'archivage et la diffusion, entre la recherche et la médiation.

4À ce stade, les deux apports les plus patents du numérique paraissent la constitution ou la reconstitution de corpus et l'intense travail en réseau qu´il suppose, que ce soit entre institutions, entre chercheurs ou entre institutions et chercheurs. Ce livre en offre de nombreux exemples, à l’image des manuscrits koutchéens dont la numérisation a permis le rassemblement et renouvelé les approches. D'autres exemples me viennent à l'esprit comme ce projet Daguerreobase de l’Association européenne du daguerréotype, qui vise à recenser tous les daguerréotypes européens ou les nombreux programmes cherchant à rassembler un même type d'objets d’une seule région et d’une seule époque dans les domaines de l'archéologie ou de la numismatique, comme ce magnifique Musée achéménide virtuel monté par Pierre Briant du Collège de France, qui collecte plusieurs milliers d’objets antiques disséminés dans plus de vingt institutions françaises et étrangères, dont la BnF. De tels exemples pourraient être facilement multipliés. Autour de ces corpus consacrés à un auteur, une œuvre, un type d'objets, un lieu, une période, au gré des visées des chercheurs s'organisent aussi, par le numérique, de nouvelles formes de dialogues entre monde académique et grand public : je pense ici aux blogs, tel celui dédié à la collection d'Anville par les équipes de la BnF, aux Carnets de recherche.

5Peu à peu se dessine un nouveau paysage de la recherche, composé d'entreprises de numérisation à vocation généraliste et de corpus spécialisés sans doute innombrables. Les premières sont à l’échelle d’une institution, d’une région, parfois d’un pays. Les secondes sont de plus en plus souvent à une échelle mondiale, qui leur donne une importance culturelle particulière. Les premières peuvent se limiter à des métadonnées d'identification alors que les secondes s’approfondissent et s’enrichissent d'importants appareils critiques. Grandes bibliothèques numériques généralistes et corpus spécialisés forment ainsi deux niveaux, non étanches, de la diffusion numérique du patrimoine. Les deux se complètent de façon extrêmement féconde et font intervenir aussi, de manière bien plus ouverte que par le passé, chercheurs et institutions.

6Toutes ces évolutions montrent que si des doutes pouvaient subsister quant à l'émergence d'une recherche nouvelle par ses acteurs et ses méthodes, ils sont largement démentis par la richesse de ce qu’apporte le numérique à la connaissance des objets patrimoniaux. Le numérique a permis d’inventer et va permettre d’inventer encore. En va-t-il de même pour la consultation des sources matérielles et la fréquentation sur place des institutions patrimoniales ? Il est plus difficile de le savoir. Mélanie Roustan évoque un « ressac du réel », un regain d'intérêt pour la matérialité qui n'apparaissent pas toujours avec évidence aux yeux de ceux qui sont en charge d’institutions culturelles. J’en prends pour témoin la pratique récente des chercheurs qui consiste à se rendre en bibliothèque d'abord pour photographier des documents, puis à rejoindre d'autres lieux – laboratoire ou domicile – pour les utiliser. La comparaison, pour un même type de document, des chiffres de consultation en salles de lecture et ceux dans une bibliothèque numérique comme Gallica sont par ailleurs sans appel. Des universitaires font le constat que, pour certains de leurs étudiants, si les documents ne sont pas numérisés, facilement accessibles et prêts à l'emploi, ils n’ont tout simplement jamais existé… La numérisation entraîne-t-elle la désaffection pour la consultation des originaux ou au contraire une croissance de la demande, un regain de curiosité pour les immenses ressources non numérisées ? Il semble que les expériences des établissements dans ce domaine soient contrastées et dépendent beaucoup des types de documents et de publics. Si la première leçon de cet ouvrage est que les nouvelles voies d'une recherche numérique sont très prometteuses, la seconde pourrait bien être qu'il faut dans le même temps essayer de réinventer la consultation des sources matérielles dans les institutions patrimoniales. C’est en tout cas le défi auquel il faudra répondre si on ne veut pas que ces institutions deviennent à terme des mausolées pour les objets culturels défunts de n’avoir pas d’avatars numériques.

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search