Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Mener l'enquête

 | 
Christophe Evans

Glossaire

Volltext

1La majorité des définitions du glossaire provient des chapitres de cet ouvrage.

2Allotissement

3« Allotir » un marché signifie le décomposer en différents lots. Un lot est une unité autonome qui est attribuée séparément.

4Analyse de contenu

5Une analyse de contenu consiste en un examen systématique et méthodique de documents textuels ou visuels. C’est le travail que l’on fait au cours de la phase d’exploitation et d’interprétation des données brutes recueillies au cours des enquêtes qualitatives (données issues d’observations, de prises de vue ou d’entretiens).

6Biais (imposition de problématique)

7Un biais, dans une enquête, est une procédure mal contrôlée qui engendre des erreurs dans les résultats obtenus. L’imposition de problématique est sans doute le biais le plus courant et le plus invalidant des enquêtes de publics : elle consiste à insérer malgré soi ses propres façons de penser dans ses questionnements ou ses formulations (demander, par exemple, aux usagers d’une bibliothèque s’ils utilisent telle ressource spécifique sans penser au préalable à vérifier auprès d’eux s’ils en connaissent l’existence ou même le nom).

8Cahier des charges

9Document écrit à valeur juridique et contractuelle qui permet de consigner l’ensemble des attentes (ou « spécifications de base ») d’une enquête de publics. Il est destiné aux prestataires mais se révèle également très utile pour le commanditaire puisqu’il permet d’expliciter ses besoins et de fixer le périmètre de l’enquête.

10Contrat de cession de droits

11Un contrat de cession de droits est un document juridique à valeur contractuelle qui vise par exemple, dans le cadre d’une enquête de publics réalisée par un tiers, à réglementer la question des droits d’auteur qui sont liés aux synthèses d’études (en cas de publication des données, de réutilisation d’un fichier PowerPoint de synthèse d’étude transmis par le prestataire, etc.).

12Corpus

13Ensemble de données, de documents ou de pièces se rapportant à une même matière ou une même problématique. Les corpus de données dans les enquêtes qualitatives sont essentiellement constitués de textes (transcriptions d’entretiens ou recueils d’observations) qui n’ont pas de caractère représentatif au sens statistique du terme mais qui permettent pourtant une exploitation riche de sens.

14Écart type

15Terme statistique. L’écart type mesure la dispersion d’une série de valeurs autour de leur moyenne. Très utile quand les valeurs sont dispersées.

16Echantillon

17Un échantillon (noté « n »), est un sous-ensemble d’individus ou d’unités statistiques extraits d’une population initiale ou population mère (notée « N »), sur lesquels vont être étudiées des grandeurs aléatoires. Pour ce faire, l’échantillon suppose nécessairement de dépasser une certaine taille (voir la table des intervalles de confiance p. 66). L’échantillon est dit représentatif quand il présente de façon équilibrée des caractères spécifiques de la population mère.

18Enquête barométrique

19Se dit d’une enquête qui est réalisée à intervalles plus ou moins réguliers afin de mesurer des évolutions dans le temps. Sous-entend par conséquent que le dispositif de recueil de données (questionnaires, entretiens ou observations) ne change pas ou fort peu.

20Enquête en ligne

21Se dit d’une enquête quantitative administrée « en ligne », c’est-à-dire via Internet. Que le questionnaire soit envoyé par messagerie électronique, qu’il apparaisse sous la forme d’un lien hypertexte ou encore d’un pop up (fenêtre apparaissant sur une page Web). Ce type d’enquête, qui relève du principe de l’enquête autoadministrée (voir dans ce glossaire), tend à se répandre aujourd’hui du fait de sa commodité de diffusion. En plus des biais découlant du contrôle souvent approximatif de l’échantillonnage, l’enquête en ligne peut également poser des problèmes liés aux inégalités sociales d’accès à Internet : ne répondent que ceux qui sont régulièrement connectés.

22Entretien semi-directif

23Entretiens de type qualitatif (voir dans ce glossaire) qui sont lancés à partir d’une « consigne de départ » (ou question inaugurale) et qui ont pour principe de laisser parler de la façon la plus libre qui soit la personne interviewée. Les interventions de l’intervieweur se limitent en général à des relances afin d’approfondir et d’expliciter les propos tenus par son interlocuteur sans chercher à l’influencer. Plus il y a de consignes (ou questions ouvrant sur des thématiques), et plus l’entretien est directif.

24Ethnocentrisme de l’enquêteur

25C’est le fait, pour l’enquêteur, d’être centré sur ses propres systèmes de normes et de valeurs, que celles-ci soient d’origine culturelles, sociales ou encore professionnelles. On parle souvent d’ethnocentrisme lettré, par exemple, qui consiste pour les gros lecteurs et les professionnels des métiers du livre à survaloriser la culture lettrée et les pratiques de l’imprimé en général.

26Item

27Un item est une question dans un questionnaire ou une modalité de réponse proposée à une personne interrogée.

28Intervalle de confiance

29Les intervalles de confiances sont des mesures – plus exactement des fourchettes – qui permettent d’estimer mathématiquement les marges d’erreur dans les enquêtes quantitatives par sondage en fonction du nombre de personnes interrogées (et non pas en fonction de la taille de la population mère). Ils expriment la probabilité pour une méthode donnée de fournir un intervalle contenant la bonne valeur observée (par exemple : un résultat de 50 % obtenu dans une enquête réalisée auprès de 100 personnes interrogées a 95 % de chance de se situer, en fait, dans une fourchette comprise entre 40 % et 60 %).

30Médiane

31La médiane est la valeur qui permet de partager une série numérique ordonnée (ou série de valeurs observées dans une enquête, par exemple le nombre de documents empruntés par personnes interrogées) en deux parties égales : on obtient alors 50 % des valeurs observées d’un côté et 50 % de l’autre. C’est un indicateur parfois plus fin que la moyenne quand la distribution est dispersée (la moyenne risquant alors d’écraser les disparités).

32Méthode de type ethnographique

33Dans le cadre des enquêtes qualitatives, on fait parfois référence aux méthodes ethnographiques pour faire allusion à l’immersion des enquêteurs dans un milieu donné et aux techniques d’observation et d’entretiens approfondis auxquelles recourent les ethnologues sur le terrain. La véritable méthode ethnographique suppose toutefois une temporalité que ne peuvent pas se permettre de nombreux bureaux d’études (plusieurs mois d’immersion).

34Méthode qualitative

35Tout ce qui ne peut pas ou pas facilement être chiffré dans le cadre d’une enquête relève des méthodes qualitatives et doit par conséquent être exprimé sous forme de discours ou de récits. Ceux-là sont en général tirés d’observations de terrain ou d’entretiens approfondis (qui ne sont pas des questionnaires).

36Méthode quantitative

37Tout ce qui peut être chiffré et exprimé de façon numérique dans le cadre d’une enquête. Sous-entendu, tout ce qui peut être mesuré et facilement comparé. Les sondages par questionnaires sont les outils les plus courants de cette méthodologie.

38Méthode des quotas

39Consiste à produire un échantillon de population observée (« n ») en respectant des critères de segmentation propres aux caractéristiques spécifiques de la population de référence fixés au préalable. On utilise en général certaines caractéristiques sociodémographiques (sexe, âge, catégorie sociale, lieu de résidence, etc.) et/ou socioculturelles (niveau de diplôme, inscrit/non inscrit, etc.) pour produire ces quotas.

40Mode

41Le mode ou valeur modale est tout simplement la valeur la plus élevée observée dans une distribution statistique (nombre d’emprunts le plus élevé ou fourchette la plus haute de visites effectuées dans un centre de documentation, par exemple).

42Non public

43Ne saurait par nature être défini puisqu’il s’agit d’une « non catégorie ». Il est recommandé de dépasser ce mode de catégorisation par défaut pour tenter de produire des typologies positives (au risque de verser dans une sorte d’imposition de problématique : public = bien ; non public = mauvais).

44Observation à couvert

45Dans la gamme des méthodes qualitatives d’enquête, on trouve plusieurs formes d’observation dont l’observation à couvert qui consiste à prendre connaissance d’une situation publique donnée sans déclarer sa présence en tant qu’observateur. La grande différence avec les enquêtes journalistiques ou policières réalisées, elles aussi à couvert, tient aux usages qui sont faits des données collectées : pas question de dénoncer des personnes ou des agissements, mais de montrer des choses, rapporter des phénomènes de manière anonyme.

46Observation participante, non participante

47Se dit de l’observation d’un phénomène ou d’une situation à laquelle l’observateur participe ou ne participe pas.

48Plan de sondage

49Le plan de sondage est un document technique qui a pour objectif de préparer dans les détails et d’anticiper la phase terrain d’une enquête de publics. Il a pour objectif de fixer le calendrier de l’enquête, le lieu de l’enquête, la population ciblée par l’enquête et l’ensemble des conditions matérielles et méthodologiques de la réalisation de cette dernière.

50Population mère

51La population mère (dite « N ») est la population de référence d’une enquête à laquelle l’échantillon (« n ») se rapporte : la population d’une ville entière et souvent des villes avoisinantes dans le cas d’une enquête de publics en bibliothèque, l’ensemble de la communauté universitaire (étudiants, enseignants et autres usagers) dans le cas d’une enquête en bibliothèque universitaire, l’ensemble des usagers d’un service, etc.

52Population cible

53C’est la population – ou le public – visée par l’enquête.

54Procédure adaptée

55Les marchés à procédure adaptée (MAPA) sont des marchés dont les modalités sont librement fixées par le pouvoir adjudicateur en fonction de la nature et des caractéristiques du besoin à satisfaire, du nombre ou de la localisation des opérateurs économiques susceptibles d’y répondre ainsi que des circonstances de l’achat. Ils doivent respecter les principes applicables à l’ensemble des marchés publics, à savoir la liberté d’accès à la commande publique, d’égalité de traitement des candidats et la transparence des procédures.

56Professions et catégories socioprofessionnelles (PCS – ex CSP)

57La nomenclature INSEE dite « Professions et catégories socioprofessionnelles » est venue actualiser et remplacer la nomenclature dite « Catégories socioprofessionnelles, CSP » en 1982 ; elle a été actualisée à nouveau en 2003.

58Responsable terrain

59C’est la personne qui est identifiée comme étant la responsable de l’enquête de terrain : il s’agit du commanditaire ou d’un membre de son équipe si l’enquête n’est pas confiée à un tiers, ou d’un membre de l’équipe du prestataire.

60Question fermée/question ouverte

61Dans un questionnaire, une question fermée donne lieu à une réponse ferme et simple exprimée sous la forme d’un chiffre, d’un nombre, d’une note ou d’une lettre facilement codable. À l’inverse, les questions ouvertes donnent lieu à des mots, des formules, des phrases plus ou moins longues et peuvent plus difficilement faire l’objet d’un traitement statistique (à moins d’effectuer des recodages).

62Questionnaire autoadministré

63Se dit d’un questionnaire papier ou en ligne que le répondant (ou personne interrogée) s’administre lui-même : c’est-à-dire qu’il doit lire les questions, les comprendre et y répondre.

64Questionnaire filtrant

65Le questionnaire filtrant ou les questions filtrantes permettent d’identifier des individus dont les profils sont particulièrement recherchés dans le cadre d’une enquête ciblée sur une population particulière (les usagers d’un service spécifique, par exemple).

66Questionnement/problématique

67Au départ d’une enquête se trouve un simple besoin que l’on peut exprimer sous forme de questions (dont l’ensemble constitue le questionnement) ; à partir du moment où l’on commence à formuler des hypothèses pour commencer à répondre aux questions initiales, on en vient à formuler une problématique, aussi appelée hypothèse générale. La problématique d’une enquête, qui relève plutôt de la dimension recherche, n’est donc pas une question et pas plus une série de problèmes.

68Recodage

69Procédure statistique d’exploitation des données qui consiste à agréger des données plus ou moins éparpillées afin de créer de nouvelles catégories moins nombreuses et plus significatives.

70Redressement

71Le redressement est une procédure statistique qui consiste à corriger des biais de prélèvement liés à la constitution d’un échantillon (un jour sous ou sur-sondé, un déséquilibre dans les quotas visés, etc.).

72Relance

73Les relances dans les entretiens qualitatifs sont des modalités non intrusives d’intervention des enquêteurs qui ont pour objectif de faire en sorte que les personnes interviewées complètent et approfondissent leurs propos.

74Taux de retour/taux de sondage

75Le taux de retour d’un questionnaire est le nombre de questionnaires utiles récupérés dans le cadre d’une enquête quantitative, rapporté au nombre total des questionnaires distribués. Le taux de sondage exprime le rapport entre la quantité de personnes sondées par rapport à la population mère.

76Tirage aléatoire (pas de tirage)

77Se dit d’une procédure, dans le cadre d’une enquête quantitative, qui consiste à sélectionner au hasard les personnes interrogées : en fonction des flux, on détermine un pas de tirage pour équilibrer le plan de sondage (p + 5 = par exemple une personne sondée toutes les 5 personnes sortantes).

78Tri à plat/tri croisé

79À l’issue d’une enquête quantitative par questionnaire, on procède au cumul de l’ensemble des réponses pour chaque question, c’est le tri à plat (on fait la somme des réponses obtenues pour chaque modalité de réponse). Cette opération peut être faite avec une simple calculatrice. Quand on croise des variables entre elles (c’est-à-dire des réponses obtenues à certaines questions), on réalise cette fois des tris croisés ou croisements : on met en relation, par exemple, l’âge des répondants avec le type de documents empruntés. Cette opération est beaucoup plus complexe, d’autant que le nombre de croisements possibles est généralement très élevé en fonction du nombre de questions posées, et nécessite le recours à un logiciel de traitement d’enquête.

80Variable/variable déterminante

81On appelle variable ce qui est observé ou mesuré sur les individus d’une population statistique suite à une enquête quantitative. On distingue des variables déterminantes (le sexe, aujourd’hui plus souvent qualifié « genre ») et des variables déterminées (l’intensité d’engagement dans la lecture en fonction du genre, par exemple). Deux variables peuvent être corrélées (évoluer dans le même sens, à la hausse ou à la baisse), sans que l’une explique intégralement l’autre pour autant. Certains logiciels de traitement statistique permettent de classer les variables entre elles afin de mettre à jour les variables les plus déterminantes (via notamment les analyses de régression logistique de type « toutes choses égales par ailleurs »).

© Presses de l’enssib, 2011

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540