Version classiqueVersion mobile

La recherche dans les institutions patrimoniales

 | 
Mélanie Roustan

Partie 3. Penser la recherche

Chapitre 11. Le poids des classements et catégories antérieures sur la recherche en numismatique. Des impériales grecques aux provinciales romaines

Michel Amandry

Texte intégral

  • 1 Deux grands cabinets ont été rénovés récemment, Stockholm en 1997 et Berlin en 2006. Les collectio (...)

1La restructuration du site Richelieu va permettre le redéploiement des départements dits spécialisés de la BnF. Le département des Monnaies, Médailles et Antiques va donc déménager le temps de la deuxième phase des travaux pour se réinstaller dans ses locaux historiques rénovés et modernisés. La plus grande partie des collections ne sera plus accessible pendant de longues années et, lors de leur retour du côté de la rue Vivienne, celles-ci ne retrouveront pas forcément leur emplacement d’origine. C’est donc peut-être l’occasion de repenser leur ordonnancement, même si cette question ne semble pas d’actualité1.

Un ordre établi depuis le xviiie siècle

2L’ordre à suivre dans la description générale des monnaies du monde antique, et dans leur rangement dans les médailliers, est en effet une question qui n’a guère suscité de débats et qui semble réglée depuis le dernier tiers du xviiie siècle. C’est à ce moment que « le numismate sort de son sommeil et cherche à systématiser ses connaissances » [Giard, 1986, p. 167] et que « le discours des érudits tente de replacer les différents monnayages de l’Antiquité dans un ensemble cohérent » [Giard, loc. cit.].

  • 2 Ernest Babelon, Inventaire sommaire de la collection Waddington acquise par l’État en 1897 pour le (...)
  • 3 À vrai dire, la question de l’ordre géographique à suivre dans la description générale des monnaie (...)

3Mais arrêtons-nous d’abord sur la notion de monnaies antiques. Elles se divisent, « en monnaies grecques et monnaies romaines. On entend par monnaies grecques celles des villes, peuples et rois du monde antique qui appartenaient à la race hellénique, ou qui, sans y appartenir, s’inspirèrent plus ou moins dans leur monnayage autonome de l’idée grec et de l’art grec… À ce monnayage local s’oppose le monnayage romain qui le supplanta et qui devint, sous le Haut-Empire pour l’Occident, à l’époque du Bas-Empire pour l’Orient, un monnayage unitaire » [Dieudonné, 1904, pp. 197-207]. Adolphe Dieudonné [Le Gentilhomme, 1946, pp. 428-430], entré au Cabinet des médailles en 1896, qu’il dirigea de 1924 à 1937, succédant à Ernest Babelon, est surtout connu pour ses travaux sur les monnaies royales et féodales françaises, mais au début de sa carrière, il s’occupa de numismatique antique, aidant Babelon à classer et à insérer dans le fonds général les monnaies de la collection Waddington2. C’est donc en praticien qu’il livre ces réflexions3. Pour lui, il n’est pas question de toucher à l’ordre géographique selon lequel sont classées et rangées les monnaies grecques.

  • 4 Joseph Pellerin, Recueil de médailles de rois, de peuples et de villes qui n’ont point encore été (...)
  • 5 Joseph Eckhel, Doctrina Numorum Veterum, Vienne, 1792-1798, 8 vols.
  • 6 Théodore-Edme Mionnet, Description des médailles antiques, grecques et romaines, avec leur degré d (...)
  • 7ca. 64 av. J.-C. à Amasia dans le Pont, mort entre 21 et 25 ap. J.-C. Sa Géographie comprend 17 (...)
  • 8 Et en détachant les séries celtiques, pour en faire un fonds propre, ce qui est le cas partout.

4De quel ordre s’agit-il ? Celui hérité de Joseph Pellerin (1684-1782)4 qui, publiant ses collections de monnaies grecques, les classa dans un ordre qui préfigure ceux de Joseph H. Eckhel (1737-1798)5 et de Théodore Edme Mionnet (1770-1842)6, l’ordre de Strabon. L’itinéraire traditionnel du géographe7 est le suivant : Hibernie, Espagne, Gaule, Bretagne, Italie, Sicile, Germanie, Chersonnèse taurique et Dacie, Thrace, Macédoine, Grèce, Crète, Iles, Bosphore cimmérien, Colchide, Hyrcanie, Parthie, Bactriane, Médie, Arménie, Cappadoce, Pont, Asie Mineure, Inde, Perse, Assyrie, Syrie, Phénicie, Arabie, Egypte, Cyrénaïque, Maurétanie. Avant Pellerin, les monnaies étaient rangées selon un ordre alphabétique. C’est dire les progrès apportés par Pellerin, corrigé par Eckhel sur certains points (en rattachant la Germanie à la Gaule et à la Grande-Bretagne ; en déplaçant la Bactriane et les autres provinces de la « Haute-Asie » [Dieudonné, loc. cit., p. 204] après l’Asie-Mineure par exemple). C’est ainsi que sont rangés les grands médailliers, le Cabinet des médailles faisant une concession à ce système en faisant débuter les séries grecques par l’Italie et non l’Espagne8. Ce classement est commode à défaut parfois d’être pertinent d’un point de vue numismatique. Ainsi Robert Mowat commentait-il : « Le fait d’avoir pris, comme Strabon, pour point de départ l’extrémité méridionale de l’Espagne, a eu pour conséquences : 1° d’entrer brusquement en matière, dès le début, par le monnayage de quelques cités obscures d’assez fraîche date ; 2° de reléguer à la fin du recueil le monnayage africain qui, cependant, présente tant d’affinité avec le monnayage hispanique qu’il y a un dommage réel à l’en séparer » [Mowat, 1904, p. 9]. Ces propos, quelque peu outranciers, ne sont cependant pas dénués de bon sens et Mowat proposait de placer en tête des classements les monnayages de Byzacène, Zeugitane, Numidie et Maurétanie, qui précéderaient ainsi la Lusitanie et la Bétique en Espagne. « Ainsi comprise, la description numismatique générale correspondrait fidèlement au tableau de l’Orbis terrarum, politiquement et linguistiquement divisé en monde latin à l’Occident et en monde grec à l’Orient » [Mowat, 1904, loc. cit., p. 10]. À vrai dire, Mowat était partisan d’une modification beaucoup plus radicale, souhaitant que les numismates s’inspirent du plan de classement des épigraphistes au moment de lancer le Corpus inscriptionum graecarum en 1828 [Boeckh] « qui n’ont pas eu l’idée bizarre et paradoxale de commencer la tournée par une visite aux pays demi-barbares les plus éloignés de la Grèce » [Mowat, 1904, p. 8]. Cela ne se fit bien entendu pas.

5Mais revenons à l’ordre géographique de Strabon. À l’intérieur des provinces, les villes ont été rangées par ordre alphabétique, mnémonique pour reprendre l’expression de Dieudonné, « spécialement imaginé en dehors de toute logique pour la commodité de la mémoire » [Dieudonné, loc. cit., pp. 198-199], puis, à l’intérieur de chaque ville, par ordre chronologique, des monnaies les plus anciennes aux plus récentes de la cité.

Où classer les frappes des cités grecques sous l’empire romain ?

6Le problème de la place des monnaies frappées par les cités grecques sous l’empire romain s’est posé. Dieudonné l’évoque pour l’évacuer rapidement : « On a proposé… de rattacher les monnaies impériales des villes à chaque règne ; mais cette idée n’est pas heureuse, les bronzes grecs de l’époque impériale avec ou sans effigie sont d’ordre municipal, le portrait et la titulature des empereurs qui y figurent n’ont qu’un intérêt secondaire ; les types de revers sont plus attachants, et ils racontent l’histoire des villes et leurs légendes » [Dieudonné, loc. cit., p. 202]. Tout au plus concédait-il que l’on pourrait faire une exception « pour les monnaies coloniales et les incorporer dans la numismatique romaine » [Dieudonné, loc. cit., p. 202].

  • 9 En 1881, Alexandre P. Boutkowski utilise le terme de « grecques coloniales », Dictionnaire numisma (...)
  • 10 Conradus Gesnerus, Jean-Foy Vaillant, Numismata aerea imperatorum augustarum et caesarum in coloni (...)

7De quoi parle-t-on en évoquant ces monnayages, connus alors sous le vocable d’« impériales grecques » utilisé par Barclay V. Head en 1911 ? [1911, p. lxiv]9 Ce terme unificateur recouvre en fait des réalités diverses : véritables monnayages provinciaux (cistophores de la province d'Asie par exemple), monnayages de ligue (la ligue lycienne), de koina (de Macédoine, des Thessaliens, de Crète, de Galatie, de Chypre ou de Syrie), monnayages locaux de cités grecques sur lesquels figure ou non un portrait impérial (dans ce cas, ces monnayages sont fréquemment appelés « pseudo-autonomes », ce qui n'a guère de sens), de colonies ou de municipes romains. La plupart des monnaies frappées localement portent effectivement des légendes grecques. Mais les monnaies frappées en Espagne, en Gaule, en Maurétanie, en Proconsulaire et, bien entendu, dans les colonies et municipes disséminés en Méditerranée orientale, portent des légendes latines, utilisées par des peuples qui parlent l'ibère, le celte, le néo-punique ou le grec. Certaines ont du reste des légendes néo-puniques. L’intérêt qu’elles suscitent est ancien puisque, dès 1688, Jean-Foy Vaillant en donnait un catalogue10.

  • 11 Le Musée, revue d’art antique, nov.-déc. 1904, I, n° 6, col. 313 et suiv.
  • 12 Classement promu par Arthur Sambon lui-même, dans Les monnaies antiques de l’Italie, Paris, Aux bu (...)
  • 13 Henry Cohen, Description historique des monnaies de l’empire romain, 2e éd., Paris, Rollin, 1880-1 (...)

8L’année même où Dieudonné exprimait son point de vue sur le classement des monnaies antiques, Arthur Sambon relançait le débat11, non pas sur l’ordre des régions, qu’il acceptait, mais sur le groupement des cités à l’intérieur d’une région, d’un point de vue historique et non alphabétique12. Il demandait également que le monnayage impérial des villes grecques soit incorporé au recueil des monnaies romaines. Mowat reprit la plume [Mowat, 1905, pp. 72-76], approuvant la démarche de Sambon parce « qu’il est toujours utile de susciter une discussion ample et précise sur une question aussi essentielle que celle du classement » [Mowat, loc. cit., p. 73], mais rejetant son idée d’incorporer les « impériales grecques » aux séries romaines, jugeant déjà que l’incorporation des monnaies coloniales à légende latine à la suite de chaque empereur dans l’ouvrage de Cohen13 était une erreur. Il s’en justifiait ainsi : « À chaque règne, la série proprement romaine…est interrompue par l’intrusion du monnayage disparate des colonies ; au lieu de l’admirable et imposante continuité des émissions sorties de la Moneta… on se trouve en présence d’un assemblage hétérogène de spécimens accourus de tous les points de l’horizon comme dans un bazar ; que serait-ce si aux coloniales à légendes latines venaient s’ajouter les impériales à légendes grecques ? » [Mowat, loc. cit., p. 75].

Créer une section pour les provinciales romaines ?

9Mais, de façon intéressante, ce jugement abrupt le conduisait à formuler une proposition novatrice : « Il est indéniable que l’administration romaine tendant sans relâche à l’uniformisation et à l’unification du monnayage, a profondément modifié le style et la fabrication des monnaies provinciales en leur imprimant un cachet qui les fait reconnaître à première vue. Par-là, elles se séparent nettement des autonomes et des royales de même atelier. Ceci nous indique qu’il devient possible et logique de les constituer en un recueil spécial… ; en d’autres termes, le recueil général, au lieu de comporter deux grandes sections, les Grecques et les Romaines, en comporterait trois, Grecques autonomes et royales, Romaines de la république et de l’empire, Impériales grecques et coloniales romaines » [Mowat, loc. cit., pp. 75-76].

10Cette préconisation n’a pas trouvé d’écho immédiat, et il n’y a plus après cette date de débat sur le classement des monnaies antiques. Les « impériales grecques », considérées comme un avatar du monnayage grec, placées dans les médailliers à la suite des monnayages grecs archaïques, classiques et hellénistiques ont continué à être cataloguées comme des monnaies grecques.

11Il a fallu attendre les années 1980 pour que le concept d'« impériales grecques » soit remplacé par celui de « provinciales romaines ». La nouvelle terminologie adoptée a mis l'accent sur le rôle joué par ces frappes à côté du monnayage impérial, leur unité venant justement de ce rôle. Plutôt que de continuer à les considérer comme la phase finale et dégénérée du monnayage grec, l'accent a été mis sur la vitalité de ces monnayages en tant que composants de la masse monétaire en circulation dans l'Empire romain.

  • 14 Carol Humphrey V. Sutherland, R. A. G. Carson (ed.), The Roman Imperial Coinage, I. 31 BC-AD 69, 2(...)
  • 15 Andrew M. Burnett, Michel Amandry, Pere Pau Ripollès, Roman Provincial Coinage, I. From the death o (...)

12On doit à Butcher [1988] d'avoir réconcilié les vocables « monnaies provinciales » et « impériales grecques ». On pourrait définir désormais une monnaie provinciale comme une monnaie qui n'est pas cataloguée dans le Roman Imperial Coinage (RIC)14. Mais cela n'est pas tout à fait exact, puisque certaines séries (les cistophores et les monnaies de Césarée par exemple) figurent dans le RIC et le Roman Provincial Coinage (RPC)15, la série lancée par le British Museum et la BnF, qui doit, en 10 volumes, présenter une vision complète du matériel frappé dans les provinces romaines. Pour plus de clarté, on parlera désormais de monnayage impérial et de monnayage provincial. Ce dernier est certes produit à différents niveaux, mais il est avant tout destiné à prendre régionalement le relais de l'État. Certaines monnaies ne portent effectivement pas l'effigie de l'empereur ou d'un membre de la famille impériale : cela n'implique en aucun cas une espèce d'autonomie de l'atelier émetteur et on veillera à rayer de son vocabulaire le terme de « pseudo-autonome » [Johnston, 1985]. Des monnaies sans portrait impérial ont été frappées à Rome, sans que l’on n’ait jamais imaginé une quelconque pseudo-autonomie de ces frappes.

13L’idéal aurait certainement été de fondre RIC et RPC. Mais quand la série RIC a été lancée en 1923, l’idée de publier les « provinciales » avec les impériales n’a pas été envisagée. La publication du RPC implique-t-elle d’envisager un grand bouleversement dans les médailliers, en extrayant les « provinciales romaines » des séries grecques pour les placer à la suite des séries impériales ? Comme le dit justement Mowat, « le livre et le médaillier… sont deux instruments de travail qui ne peuvent être servilement façonnés l’un sur l’autre » [Mowat, loc. cit., p. 75].

  • 16 Au Department of Coins and Medals du British Museum, les provinciales ont été séparées des monnaie (...)

14L’habitude étant prise, mieux vaut peut-être ne pas risquer des déclassements. De plus, il faudrait créer un fonds propre aux monnaies sans portrait impérial, dont l’attribution à tel ou tel règne est loin d’être assurée pour un certain nombre d’entre elles16. Il est intéressant d’observer la pratique des experts professionnels dans leur façon de cataloguer depuis que l’intérêt porté aux monnaies provinciales a été réévalué : la plupart ont créé une section spéciale pour ces monnaies, entre les grecques et les romaines quand un petit nombre les catalogue avec les romaines, mais continue à placer les monnaies sans portrait impérial avec les grecques. L’éclairage nouveau porté à ce numéraire, s’il est scientifiquement satisfaisant, ne va pas malheureusement sans inconvénients pour le conservateur qui voit désormais les prix de ces monnaies s’envoler, alors qu’elles n’intéressaient personne ou presque il y a encore peu.

  • 17 Pour le Cabinet des médailles, lire Frédérique Duyrat et Florence Codine, « Des nouvelles du dépar (...)
  • 18 Site géré par des professionnels : < http://www.coinarchives.com/ . Dans sa version professionnelle (...)

15Les cabinets publics, peu enclins à bouleverser l’ordre établi, se sont toutefois lancés dans la numérisation de leurs fonds17 et c’est donc désormais à l’internaute, en allant faire son marché sur les sites web de ces grandes institutions ainsi que sur le site CoinArchives18, que revient le soin de constituer son propre catalogue.

Références bibliographiques

16Boeckh August, Corpus inscriptionum graecarum, I, Berlin, Berolini, 1828, pp. xii-xiv.

17Butcher Kevin, Roman provincial coins: an introduction to the Greek imperials, London, Seaby, 1988.

18Dieudonné Adolphe, « Du classement des monnaies grecques », Revue numismatique, 1904, pp. 197-207.

19Giard Jean-Baptiste, « L’évolution de la numismatique antique au xixe siècle », Revue suisse de numismatique, 1986, n° 65, pp. 167-174.

20Head Barclay V., Historia Numorum, 2nd ed., Oxford, 1911, p. lxiv: “these coinages which now go by the name of ʿGreek Imperialʾ are in reality rather municipal than imperial”.

21Johnston Ann, “The So-Called ʿPseudo-Autonomousʾ Greek Imperials”, American Numismatic Society Museum Notes, 1985, n° 30, pp. 89-112 et pl. 32-38.

22Le Gentilhomme Pierre, « Adolphe Dieudonné », Bibliothèque de l’École des Chartes, 1946, 106-2, pp. 428-430.

23Mowat Robert, « Réflexions sur l’ordre à suivre dans la confection d’un recueil général des monnaies antiques », Revue numismatique, 1904, pp. 1-11.

24Mowat Robert, « D’un recueil général des monnaies antiques », Revue numismatique, 1905, pp. 72-76.

Notes

1 Deux grands cabinets ont été rénovés récemment, Stockholm en 1997 et Berlin en 2006. Les collections sont restées en l’état, toutes les innovations portant sur les espaces d’exposition (sur Stockholm, lire H. Klackenberg, “The New Royal Coin Cabinet in Stockholm”, in Bernd Kluge et Bernhard Weisser (ed.), XII. Internationaler Numismatischer Kongress Berlin 1997: Akten – Proceedings – Actes, I, Berlin, Staatliche Museen zu Berlin, 2000, pp. 109-113).

2 Ernest Babelon, Inventaire sommaire de la collection Waddington acquise par l’État en 1897 pour le Département des médailles et antiques de la Bibliothèque nationale, Paris, C. Rollin et Feuardent, 1897-1898.

3 À vrai dire, la question de l’ordre géographique à suivre dans la description générale des monnaies du monde antique était à l’ordre du jour du deuxième Congrès international de numismatique qui se tint à Paris en juin 1900. Mais il ne se trouva personne pour traiter ce sujet. Cette question n’a plus jamais été abordée à l’occasion d’un congrès, sous l’égide de la Commission internationale de numismatique (CIN), devenue Conseil international de numismatique en 2009. Sur l’histoire de la CIN, voir Raymond Weiller et Michel Amandry, CIN Compte rendu 55, 2008, pp. 86-120.

4 Joseph Pellerin, Recueil de médailles de rois, de peuples et de villes qui n’ont point encore été publiées et qui sont peu connues, Paris, 1762-1778, 10 vols.

5 Joseph Eckhel, Doctrina Numorum Veterum, Vienne, 1792-1798, 8 vols.

6 Théodore-Edme Mionnet, Description des médailles antiques, grecques et romaines, avec leur degré de rareté et leur estimation. Ouvrage servant de catalogue à une suite de plus de vingt mille empreintes en soufre, prises sur les pièces originales, Paris, Imprimerie de Testu, 1806-1813, 6 tomes en 12 vols. ; Supplément, 1819-1837, 9 tomes en 17 vols.

7ca. 64 av. J.-C. à Amasia dans le Pont, mort entre 21 et 25 ap. J.-C. Sa Géographie comprend 17 volumes.

8 Et en détachant les séries celtiques, pour en faire un fonds propre, ce qui est le cas partout.

9 En 1881, Alexandre P. Boutkowski utilise le terme de « grecques coloniales », Dictionnaire numismatique pour servir de guide aux amateurs, experts et acheteurs des médailles romaines impériales et grecques coloniales, Leipzig, T. O. Weigel, 1881.

10 Conradus Gesnerus, Jean-Foy Vaillant, Numismata aerea imperatorum augustarum et caesarum in coloniis municipiis et urbibus jure latio donatis, ex omni modulo percussa, Paris, 1697. Sur les différentes éditions de ce livre, voir Christian Edmond Dekesel, Bibliography of 17th Century Numismatic Books, Londres, Spink ; Crestline, Kolbe, 2004 (coll. Bibliotheca nummaria ; 2), pp. 979-982.

11 Le Musée, revue d’art antique, nov.-déc. 1904, I, n° 6, col. 313 et suiv.

12 Classement promu par Arthur Sambon lui-même, dans Les monnaies antiques de l’Italie, Paris, Aux bureaux du « Musée », 1903-1904 (coll. Bibliothèque du « Musée »).

13 Henry Cohen, Description historique des monnaies de l’empire romain, 2e éd., Paris, Rollin, 1880-1892, 8 vols. Sur Cohen, voir Michel Amandry, Henry Cohen, Paris, BN, 1980.

14 Carol Humphrey V. Sutherland, R. A. G. Carson (ed.), The Roman Imperial Coinage, I. 31 BC-AD 69, 2nd ed., Londres, Spink, 1984; Harold Mattingly, Edward A. Sydenham, II. Vespasian to Hadrian, Londres, Spink & Son, 1926; Harold Mattingly, Edward A. Sydenham, III. Antoninus Pius to Commodus, Londres, Spink & Son, 1930; Harold Mattingly, Edward A. Sydenham, IV, 1. Pertinax to Geta, Londres, Spink, 1936; Harold Mattingly, Edward A. Sydenham, Carol Humphrey V. Sutherland, IV, 2. Macrinus to Pupienus, Londres, Spink, 1938; Harold Mattingly, Edward A. Sydenham, Carol Humprey V. Sutherland, IV, 3. Gordian III - Uranius Antoninus, Londres, Spink, 1949; P. H. Webb, V, 1. Valerian to Florian, Londres, Spink & Son, 1927; P. H. Webb, V, 2. Probus to Diocletian, Londres, Spink & Son, 1933.

15 Andrew M. Burnett, Michel Amandry, Pere Pau Ripollès, Roman Provincial Coinage, I. From the death of Caesar to the death of Vitellius (44 BC-AD 69), 3rd ed., Londres, British Museum; Paris, Bibliothèque nationale de France, 2006; Andrew M. Burnett, Michel Amandry, Ian Carradice, II. From Vespasian to Domitian (AD 69-96), Londres, British Museum Press; Paris, Bibliothèque nationale de France, 1999; Marguerite Spoerri Butcher, VII. De Gordien Ier à Gordien III (238-244 après J.-C.), 1. Province d’Asie, Londres, British Museum; Paris, Bibliothèque nationale de France, 2006; Pere Pau Ripollès, Andrew M. Burnett, Michel Amandry, Ian Carradice, Marguerite Spoerri Butcher, Consolidated Supplement, I-III (1992-2015). [En ligne] : < http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/ > ; Michel Amandry, Andrew M. Burnett et al., Roman Provincial Coinage, III. Nerva, Trajan and Hadrian (AD 96-138), Londres, British Museum; Paris, Bibliothèque nationale de France, 2015; Antony Hostein, Jerome Mairat, Roman Provincial Coinage, IX. From Trajan Decius to Uranius Antoninus (AD 249-254), Londres, British Museum; Paris, Bibliothèque nationale de France, 2016; RPC, III, IV et IX. [En ligne] : < https://rpc.ashmus.ox.ac.uk/ >.

16 Au Department of Coins and Medals du British Museum, les provinciales ont été séparées des monnaies proprement grecques dans les années 1970. Il y a donc deux séries de cabinets pour le monde grec. Mais les monnaies sans portrait impérial peuvent se trouver dans l’une ou l’autre série, tant il est parfois difficile de séparer une monnaie hellénistique tardive d’une monnaie du début de l’époque impériale.

17 Pour le Cabinet des médailles, lire Frédérique Duyrat et Florence Codine, « Des nouvelles du département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France », INeN 16, Feb. 2014, pp. 2-3. [En ligne] : < http://inc-cin.org/assets/pdf/newsletter/inen-16-2014.pdf >.

18 Site géré par des professionnels : < http://www.coinarchives.com/ >. Dans sa version professionnelle, plus de 2 millions d’images de monnaies passées en vente depuis 2000 sont accessibles librement.

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search