Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mener l'enquête

 | 
Christophe Evans

Mémento

Christophe Evans

Texte intégral

1Pour terminer, un rappel synthétique des différentes phases d’une étude de publics nous donnera l’occasion de revenir sur les temps forts de la démarche d’enquête et de pointer les éventuels biais et problèmes qui peuvent survenir à chaque étape.

1. LE QUESTIONNEMENT INITIAL/LA COMMANDE

2Au commencement est la commande, ou, plus simplement, le questionnement initial à partir duquel s’enracine le besoin d’enquête. Il est souvent un peu vague et imprécis.

2. L’EXPLICITATION DES ATTENTES

3Le premier travail consiste donc à expliciter ce questionnement pour formuler une ou plusieurs questions précises. À ce moment, la mise en place d’un groupe projet et/ou d’un comité de pilotage pour stabiliser les objectifs de l’enquête et assurer sa conduite est fortement recommandée. L’isolement est risqué dans ce genre d’entreprise ; il faut par ailleurs veiller à faire valider le périmètre assigné à l’étude par ses tutelles (il arrive parfois que les attentes des uns concernant les finalités de l’enquête ne correspondent pas à celles des autres…).

3. LA PHASE EXPLORATOIRE

4Suit la phase exploratoire, ou phase documentaire, qu’il convient de ne pas négliger, au risque d’avancer sans boussole. Il s’agit ici des lectures que l’on peut faire concernant d’autres enquêtes de publics plus ou moins similaires à la sienne propre, mais également du recueil de données internes ou externes (observations et/ou entretiens exploratoires, rencontre(s) d’experts…). Cette phase est également utile pour l’exploitation future des résultats qu’elle permettra de mieux contextualiser.

5(À cette étape, rétroaction possible en phase 2, pour reformuler éventuellement les questions posées)

4. LE CAHIER DES CHARGES

6Que l’on réalise l’enquête par ses propres moyens ou que l’on contractualise avec un prestataire (bureau d’études spécialisé, universitaires, stagiaires, etc.), il est conseillé de rédiger un cahier des charges. Celui-ci permet de fixer les objectifs de l’enquête ; sinon la méthodologie précise à proprement parler (qui relève plutôt des propositions qui doivent être faites par le prestataire expert), du moins ce que l’on attend de l’enquête (Quelle dimension doit-elle éclairer ? À quelles questions doit-elle répondre ?).

5. LA PHASE TERRAIN

7Au cœur de la démarche, mais seulement à cette étape (puisque la charrue ne saurait être attelée devant les bœufs), un « modèle d’analyse », autrement dit un outil, est construit. Il vient s’adapter au questionnement et au contexte particulier de l’enquête et est destiné à produire les données d’étude, à valider ou invalider les hypothèses qui peuvent être formulées en son sein. Avec un prestataire, c’est un travail collaboratif.

8Vient ensuite la mise au point du dispositif pour la phase terrain : la préparation du plan de sondage (Qui sonder/observer ? Où sonder/observer ? Sur quelle échelle ? Quelle temporalité ?) ; l’anticipation et la préparation des conditions matérielles (des chaises, des tables en cas de questionnaire ou entretien long en face-à-face, un magnétophone, etc.) ; le test de l’outil (les questions sont questionnées, discutées et critiquées : qu’il s’agisse de questionnaires, d’entretiens ou de grilles d’observation) ; le plan de communication au personnel et aux publics de l’établissement (par voie d’affiches, de flyers ou en ligne, avec, éventuellement, l’identification d’un responsable de l’enquête joignable par adresse électronique ou téléphone).

9On rappellera à nouveau ici qu’une série limitée d’entretiens ou d’observations (méthodes qualitatives), apporte souvent beaucoup plus d’informations utiles – même si elles ne sont pas facilement généralisables – qu’un nombre limité de questionnaires inexploitables au plan statistique (inférieur ou proche de 100 unités).

6. LE JOURNAL DE TERRAIN ET L’IMPLICATION CONSTANTE

10Au cours de la phase terrain, il est recommandé de tenir un journal de bord pour consigner toutes les informations qui seront utiles par la suite à l’exploitation de l’enquête. Quelles que soient les situations, enquête entièrement déléguée à un tiers extérieur, enquête partiellement déléguée ou enquête intégralement prise en charge au niveau de l’établissement, l’implication du groupe projet doit être totale : même dans le cas d’un questionnaire autoadministré (il faut suivre les opérations de près, se montrer pour impliquer les autres, et notamment les répondants à l’enquête).

7. L’EXPLOITATION DES DONNÉES

11Alors que le travail de saisie, puis d’exploitation des données se met en place, il faut questionner les réponses, prendre en compte les difficultés rencontrées lors de la phase terrain, s’intéresser aux non-réponses, etc. On rappellera ici que le bon sens doit à nouveau jouer un rôle important, notamment dans l’exploitation des données chiffrées : corrélation n’est pas toujours causalité (si 70 % des personnes qui décèdent étaient allongées avant de trépasser, on ne doit pas conclure pour autant qu’il est dangereux de se coucher…).

8. SYNTHÈSE ET COMMUNICATION

12Après l’exploitation proprement dite, tout un travail doit suivre afin de synthétiser les résultats de l’enquête. Les rapports d’étude trop longs ne sont pas lus et les informations importantes ne sont pas mémorisées (d’où l’idée d’arrondir les pourcentages pour simplifier les données) ; il faut écrire pour être lu, présenter les données de façon graphique (sans non plus abuser de ce procédé). Une sélection de données marquantes vaut toujours mieux qu’une avalanche de données. Il est impératif par ailleurs de rappeler le protocole qui a été utilisé pour produire les données (méthodologie, taille des échantillons ou des corpus, période de réalisation de l’étude, écueils rencontrés, etc.). Les données brutes (quantitatives et qualitatives) sont conservées en vue d’analyses secondaires. Enfin, il est recommandé de ne pas sur-sonder ses publics en multipliant les enquêtes inutilement.

13Une enquête bien exploitée est une enquête dont les résultats sont appropriés par l’ensemble des acteurs (tutelles, personnels, publics), et qui débouche sur de nouvelles questions, c’est-à-dire d’autres projets d’enquêtes…

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540