Version classiqueVersion mobile

La recherche dans les institutions patrimoniales

 | 
Mélanie Roustan

Partie 3. Penser la recherche

Chapitre 12. La matière de l’histoire. Du texte à l’objet

Étienne Anheim

Texte intégral

  • 1 Je remercie beaucoup Pierre Chastang, Charlotte Guichard et Valérie Theis pour leur relecture amic (...)

1Derrière ce titre trop général se dissimule une tentative pour décrire une évolution historiographique majeure, en cours depuis un peu plus de vingt ans, qui a consisté en une prise en compte de plus en plus importante par les historiens de la dimension matérielle de leur documentation, les « sources » et, corrélativement, de leurs formes de conservation et de transmission jusqu’aux collections patrimoniales de notre époque1. Il ne s’agit pas d’une découverte mais plutôt d’une inflexion, qui a abouti peu à peu à une nouvelle manière de faire et d’écrire l’histoire. Dans ce mouvement, les savoirs érudits, souvent considérés comme des « sciences auxiliaires » de l’histoire, ont pris une place nouvelle, en particulier pour les périodes anciennes. La paléographie, la diplomatique, la codicologie, la bibliographie matérielle, la bibliothéconomie, l’archivistique, l’histoire des collections mais aussi les sciences expérimentales, appliquées aux objets historiques, ne sont plus seulement des outils ancillaires, destinés à ajouter des données positives à la connaissance de l’historien, mais voient reconnue leur pleine participation à l’élaboration de l’opération historiographique. Ce déplacement est d’autant plus significatif dans le paysage scientifique français que notre tradition de formation académique a tendance à séparer l’histoire (mais également l’histoire de l’art ou l’archéologie) « générale », dominée par l’université, de l’érudition, elle-même souvent liée à des carrières dans des institutions comme l’École pratique des hautes études, le CNRS ou, dans un autre contexte professionnel et intellectuel, le monde de la conservation, soit des univers trop souvent à distance du monde universitaire. Dans des traditions où cette rupture est moins forte, comme en Italie, en Allemagne ou en Angleterre, le rapprochement entre une approche historique en termes de problèmes généraux et une confrontation aux documents et aux objets patrimonialisés est une histoire plus ancienne et plus fluide. En France, même si le parcours d’un certain nombre d’anciens élèves de l’École nationale des Chartes, par exemple, témoigne de circulations intellectuelles et institutionnelles bien réelles, et si quelques conservateurs des musées, bibliothèques et archives ont eu une carrière universitaire, la mise en relation de ces savoirs sur une large échelle est plus récente et reste en cours de construction.

  • 2 Dans le domaine de l’histoire de l’art, on peut voir par exemple l’investissement très concret de (...)
  • 3 Sur ce point, voir la bibliographie et les remarques rassemblées dans Étienne Anheim [2010, 2012].

2Cette évolution n’est cependant parfois pas sans danger, dans la mesure où elle peut mener, contre la perspective d’une histoire-problème, à la réhabilitation d’une approche purement érudite et idiographique des objets étudiés, qu’on ferait passer pour une innovation méthodologique. Mais malgré ce risque bien réel, on ne peut pas réduire ce mouvement à une restauration d’un état du savoir historique antérieur aux grandes ruptures théoriques survenues depuis l’entre-deux-guerres. Il semble plutôt que ce soit le symptôme, chez les historiens, d’une transformation bien plus profonde du rapport entre le chercheur et ses objets dans l’ensemble des sciences de l’homme, qui concerne aussi bien l’histoire de l’art et l’archéologie, avec une attention nouvelle portée à la dimension matérielle des œuvres et des objets, que la sociologie ou l’anthropologie, avec les interrogations non seulement sur le rôle de la dimension matérielle et des objets2, mais également, au second degré, sur le matériau d’enquête et sa collecte dans la construction du savoir3 [Anheim, 2010 ; 2012]. L’horizon global dans lequel inscrire cette question, qui englobe mais excède ce que l’historiographie anglophone appelle le material turn en lui donnant une dimension réflexive et épistémologique au-delà de l’enquête positive, est celui d’une évolution dans l’épistémologie générale des sciences de l’homme et de la société, qui met également en question les fondements ontologiques de nos disciplines et leur rapport à l’expérience, au monde et au passé. Il faudrait cependant explorer davantage les liens souvent invisibles entre ces déplacements affectant des champs des sciences de l’homme et de la société qui s’ignorent, afin d’en mesurer la signification pour ces disciplines au tournant du xxe et du xxie siècle. Sans s’engager plus loin dans cette direction, on voulait seulement rappeler le contexte méthodologique général au sein duquel on voudrait montrer, à partir de deux exemples concrets empruntés à l’histoire du Moyen Âge et qui concernent les collections de la BnF, les enjeux et les effets de ces transformations historiographiques considérant les archives et les manuscrits comme des objets autant que comme des textes.

Tournant matériel et historiographie médiévale

  • 4 Voir les remarques sur ce débat, en lien avec l’histoire médiévale, dans Étienne Anheim et Pierre (...)
  • 5 Pour mémoire, on peut situer le début du développement de la problématique sur les pratiques d’écr (...)
  • 6 Voir, parmi de nombreux exemples, le type de traitement des archives et manuscrits dans Michel Zim (...)
  • 7 Voir par exemple Michel Zimmermann, « L’histoire médiévale coule-t-elle de source ? », in Olivier (...)

3L’histoire médiévale est en effet un domaine dans lequel ces évolutions ont été à la fois précoces et décisives, de sorte qu’elles se sont développées avant et en grande partie indépendamment des débats des SHS autour de la matérialité. La complexité propre aux documents de l’époque médiévale et à leur transmission a alimenté depuis le xviiie siècle la constitution d’une tradition érudite qui, pour avoir parfois été en situation de tension avec l’essor de l’histoire comme science sociale, n’en a pas moins trouvé sa place au cœur de la production scientifique en relation étroite avec elle [Anheim, 2012b]4. L’attention à la documentation et aux conséquences de sa genèse, de sa structure et de sa transmission sur l’historiographie, a été soulignée dès la fin des années 1970 par Michael Clanchy [1993] en Angleterre, tandis qu’en Italie, des chercheurs comme Paolo Cammarosano [1991] montraient les liens étroits existant entre structure des fonds, matérialité des documents et écriture de l’histoire médiévale. Dès le début des années 1990, on observe en France une montée en puissance de cette question au sein de l’histoire médiévale, en contrepoint des effets de la « crise de l’histoire »5, avec ce qu’Olivier Guyotjeannin a pu appeler « l’érudition transfigurée » [1995]. Cela a débouché dans les années 2000 sur un ample mouvement de prise en compte de la matérialité des sources et des formes de leur transmission dans les travaux des historiens6, accompagné de mises en perspective plus théoriques7. La tendance fréquente consistant à naturaliser les « sources », jusque dans le langage courant des historiens, et à y puiser des matériaux pour le discours historique comme dans une carrière, s’est ainsi inversée. De nouvelles formes de récit et de problèmes sont nées, au contraire, d’une prise en compte de la double construction de ces « sources ». Elles sont des unités documentaires nées de pratiques d’écriture – mais pas seulement car il faut considérer l’ensemble des objets historiques patrimonialisés –, et également des pièces dans des collections qui peuvent avoir été constituées dès le moment de leur production, et dont les collections des bibliothèques, archives et musées sont des avatars contemporains, remaniant leurs usages. Considérer tous les documents, textuels ou non, dans leur matérialité, leur transmission et leurs mises en série successives conduit ainsi à ouvrir de nouvelles pistes au travail de l’historien, ce qui a été largement fait depuis plus d’une décennie.

  • 8 Voir sur ce point, Étienne Anheim [2004b, pp. 153-182].

4Il s’agit ici de bien autre chose que d’un retour à la classique « critique des sources », au sens où les manuels de méthodologie des historiens l’entendent depuis la fin du xixe siècle. Car le but n’est pas seulement de filtrer, à l’aide de techniques critiques, l’information textuelle pour en déduire ensuite des faits positifs utilisables dans le récit de l’historien, une fois validés. L’objectif est plus large et s’inscrit dans un cadre qu’on pourrait appeler « archéologique », au sens où Pierre Chastang [2008] a récemment employé le terme. Il est question d’intégrer à la démarche historiographique l’inscription matérielle de l’action humaine dans des objets, qu’ils soient textuels ou non. Cela signifie prendre en considération les pratiques matérielles dont ces objets sont le fruit, mais aussi celles qui ont assuré leur transmission et leur transformation postérieure, leur regroupement et parfois leur découplage, leur altération enfin, qui les a conduits à devenir « autres », tant du point de vue de la physique et de la chimie, ou même de leur simple intégrité, que de celui de leur langue, de leur signification et de leur valeur sociale, politique ou mémorielle. Autant d’aspects qui modifient profondément le travail que les historiens peuvent mener à partir de ces documents, souvent restés dans l’ombre de la réflexion épistémologique et historiographique jusqu’à une époque récente. Ni les historiens méthodiques comme Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos, ni les historiens des Annales, malgré quelques observations éparses de Marc Bloch, n’ont vraiment placé l’interrogation sur la matérialité, la transmission et la disposition de la documentation historique au cœur de leur réflexion, et il a fallu attendre le tournant des années 1970-1980 et Michel de Certeau, Carlo Ginzburg ou Arlette Farge pour voir poindre la question au sein des débats théoriques8. Encore cette étape franchie est-elle restée assez largement virtuelle dans un premier temps, faute d’être étroitement articulée aux savoirs érudits, de sorte qu’il n’y a guère que depuis le milieu des années 1990, avec des exemples emblématiques comme celui de Roger Chartier, que le renouvellement de la recherche empirique et les interrogations épistémologiques ont fini par se rencontrer autour de cette question.

Comprendre l’histoire d’une transmission : les manuscrits de la bibliothèque pontificale d’Avignon

5Une première illustration, qui s’appuie sur des travaux menés depuis la fin du xixe siècle, par Franz Ehrle [1890], et, depuis les années 1970-1980, par Jacques Monfrin et Marie-Henriette de Pommerol [1991], Daniel Williman [1980-2001] et Karen Corsano [2002], ainsi que sur mes recherches à la Bibliothèque apostolique vaticane et à la BnF, concerne les manuscrits de la bibliothèque des papes du xive siècle, à Avignon. L’histoire de cette bibliothèque a ainsi été en grande partie écrite, pour ce qui a trait à la circulation des manuscrits et les évolutions institutionnelles, et ses inventaires anciens ont été largement édités. Beaucoup de ces manuscrits ont connu, individuellement, une grande fortune historiographique, dans la mesure où ils ont transmis jusqu’à nous des textes majeurs de la tradition médiévale. Cependant, reste à faire l’histoire de la manière dont ces volumes, par leur regroupement matériel puis leur dispersion différenciée, ont participé à la construction de nos cadres historiographiques et ont déterminé, souvent de façon invisible, la façon dont les historiens les ont utilisés.

  • 9 Sur l’intervention de Baluze et l’intégration de ces manuscrits dans la bibliothèque de Colbert pu (...)
  • 10 Voir plus particulièrement les manuscrits signalés comme repérés dans les fonds de la BnF.

6On estime que la bibliothèque des papes du xive siècle, avec plus de 2 000 volumes, est la plus grande d’Occident à l’époque. Au moment où Benoît XIII doit abandonner le Palais, en 1403, débute l’histoire de sa dispersion. Il emporte avec lui à Peñiscola, en Espagne, où il trouve refuge, environ la moitié des volumes. À sa mort en 1423, subsiste un groupe de plusieurs centaines de manuscrits issus d’Avignon, qui sont alors achetés par le cardinal de Foix pour être donnés au Collège de Foix, à Toulouse, où Étienne Baluze les acquiert pour le compte de Colbert en 1680. À la mort de Colbert, ils rejoignent la Bibliothèque royale, et demeurent aujourd’hui conservés à la Bibliothèque nationale9. Soulignons au passage que beaucoup de ces manuscrits pourraient encore ne pas avoir été identifiés, puisque la liste de Baluze de 1680 en comporte environ 360 et que Jacques Monfrin et Marie-Henriette Jullien de Pommerol [op. cit., II, pp. 932-944] ont repéré environ 160 manuscrits parisiens dans leur table analytique des inventaires anciens10. Sans doute faut-il faire la part des pertes et celle des transformations matérielles qui rendent impossibles certaines identifications : on peut néanmoins supposer qu’un travail collectif et systématique permettrait de repérer, au sein des collections de la BnF, plusieurs dizaines de manuscrits d’origine pontificale et avignonnaise.

7Cette identification n’est pas qu’une question de pedigree ou de meilleure connaissance des textes que les historiens utilisent : les modes de transmission de ces groupes de manuscrits, visibles ou non, ont des effets sur la perception historique et historiographique des périodes anciennes. Ainsi, si l’on considère maintenant la partie de la bibliothèque avignonnaise restée dans le Palais des papes au xve siècle après la fuite de Benoît XIII, on constate que son histoire est elle-même riche d’enseignements pour l’interprétation de l’histoire intellectuelle et culturelle de l’Occident entre Moyen Âge et Renaissance.

  • 11 Voir les documents édités et commentés par Anneliese Maier, « Der Katalog der päpstlichen Biblioth (...)
  • 12 Anneliese Maier, « Der letzte Katalog der päpstlichen Bibliothek von Avignon (1594) », art. cit.
  • 13 Anneliese Maier, Codices Burghesiani Bibliothecae Vaticanae, Cité du Vatican, Biblioteca apostolic (...)

8Ces manuscrits, restés dans la possession du pape et sous l’administration du vice-légat, font l’objet de prélèvements réguliers au cours des xve et xvie siècles, en particulier en direction de la nouvelle bibliothèque pontificale en pleine croissance au Vatican ; beaucoup d’entre eux se trouvent désormais dans le fonds Vatican latin11. Ces prélèvements conduisent à réduire progressivement le nombre de manuscrits conservés à Avignon, et il n’en reste qu’environ 400 à la fin du xvie siècle, sur un millier au début du xve siècle12. Ces manuscrits sont rapportés à Rome au début du xviie siècle par le cardinal Scipion Borghese, collectionneur et antiquaire. Ils entrent alors dans les collections de la famille Borghese, où, relativement oubliés, ils sont identifiés à la fin du xixe siècle par Franz Ehrle, qui mène à bien leur rachat par la Bibliothèque vaticane en 1891, avant que leur inventaire soit réalisé par Anneliese Maier en 195213. Ils constituent un fonds particulier, le fonds Borghese, reliquat de la bibliothèque des papes du xive siècle, dont on peut faire l’histoire à la fois grâce aux inventaires anciens que nous venons de mentionner, c’est-à-dire aux structurations successives de la documentation et à sa prise en charge matérielle, et aussi grâce à l’examen des manuscrits eux-mêmes, qui ont reçu à travers le temps une diversité de titres, d’ex-libris, de reliures, d’annotations, qui deviennent autant d’empreintes et de traces disponibles pour l’interprétation historique.

9Cette approche pourrait sembler relever d’une autre histoire que celle qui consiste à étudier les textes conservés dans ces manuscrits, cependant le cloisonnement n’est pas étanche, au contraire. Avec l’histoire de la lecture, du classement et de la sélection des manuscrits pour la bibliothèque pontificale, se dessine progressivement une histoire matérielle de l’organisation et du remaniement des savoirs entre la fin du Moyen Âge et la Renaissance, puis de leur transmission jusqu’à l’époque contemporaine. Or cette histoire n’est pas sans rapport avec la manière dont nous abordons cette documentation, texte par texte, quand nous nous situons au bout de cette chaîne de transmission. On constate ainsi que tous les manuscrits médiévaux susceptibles d’être intégrés dans les nouvelles catégories culturelles qui se mettent en place au xve siècle dans la bibliothèque pontificale, en particulier les classiques ‒ à commencer par Cicéron et Sénèque, et les Pères de l’Église, comme Augustin, modèle de la latinité classique et chrétienne ‒ sont emportés à Peñiscola ou ensuite à Rome, ce qui opère une rupture au sein de la cohérence de la bibliothèque du xive siècle. À Avignon ne subsiste qu’une sorte de « reste », une image en négatif des nouvelles orientations culturelles renaissantes. La théologie et la philosophie scolastiques se trouvent au cœur de ce reste, dont la perception a été façonnée très concrètement par cette relégation matérielle, mais aussi par les changements de reliure et les coupes des pages qui ont fait disparaître les noms d’auteur, contribuant à forger le mythe d’un anonymat médiéval dont n’étaient exceptés que quelques rares personnages autour desquels se reconstituaient des hiérarchies symboliques [Anheim, 2011]. On peut ainsi voir de manière emblématique la façon dont les pratiques matérielles des manuscrits effacent peu à peu le souvenir de Pierre de Jean Olivi, le maître franciscain dont les idées ont été condamnées par Jean XXII, tandis qu’en revanche, la figure de Thomas d’Aquin surnage, signe de son intégration à la culture légitime de l’Église [Ibid.].

10L’histoire du fonds Borghese montre donc comment se tisse la trame de la culture savante occidentale entre la fin du Moyen Âge et l’époque contemporaine, à l’aide de dispositifs matériels et dans une épaisseur temporelle qui affecte les choses elles-mêmes. Tandis que les manuscrits les plus décorés, les plus précieux et ceux qui contenaient les textes les plus valorisés dans le nouveau régime culturel – aux premiers rangs desquels les classiques – sont emportés à Rome ou à Peñiscola d’où ils cheminent vers Toulouse puis Paris, les manuscrits rejetés comme « médiévaux » sont délaissés, puis prêtés au Collège du Roure à Avignon à la fin du xve siècle pour servir à l’initiation théologique des étudiants. Ils deviennent des pièces d’une collection de curiosités au xviie siècle, avant d’arriver à la Bibliothèque vaticane à la fin du xixe siècle. À ce moment, en plein regain d’intérêt pour la scolastique, ils sont l’objet d’une attention nouvelle, dont nous sommes les héritiers. Ces manuscrits contribuent à la redécouverte d’auteurs comme Pierre de Jean Olivi, dont les ouvrages, présents dans le fonds à cause de la procédure de condamnation, sont paradoxalement remis en circulation par le biais même de l’institution qui en a persécuté l’auteur. Cette ironie de l’histoire rappelle que l’historien n’est qu’un des usagers parmi d’autres des objets du passé, et que le sens de ces objets n’est pas seulement textuel. Comme la bibliographie matérielle le montre [McKenzie, 1991 ; Gilmont et Varry, 2014], ce sens est aussi inscrit dans leur matière et dans la collection au sein de laquelle ils prennent place, et cette matérialité et cette topologie font partie de la réception de ces objets. Notre perception du Moyen Âge et de la Renaissance est construite par des pratiques comme le démembrement de la bibliothèque avignonnaise, et même notre réévaluation contemporaine du Moyen Âge, à travers des fonds comme le fonds Borghese et les manuscrits qu’il conserve, suit donc encore la piste des usages anciens, pour en inverser le sens.

Reconstituer la logique ancienne d’un fonds : les archives de la Sainte-Chapelle

  • 14 Sur l’histoire de la Sainte-Chapelle et de ses archives anciennes, voir Jérôme-Sauveur Morand, His (...)

11On peut éclairer un autre aspect des enjeux matériels et structurels de la transmission et de la conservation des documents médiévaux à partir d’un deuxième exemple, les archives anciennes de la Sainte-Chapelle de Paris. Fondée par Louis IX en 1246, supprimée en 1787, ses archives sont réorganisées en vue d’une conservation patrimoniale pendant la Révolution française, qui en remanie complètement la structure selon des logiques de classement différenciées, divisant entre séries et entre institutions, notamment les Archives nationales et la Bibliothèque nationale, ce qui constituait jusque-là un ensemble cohérent14. Il est bien sûr tout à fait possible de recourir à tel ou tel fonds pour une étude ponctuelle de tel aspect de la Sainte-Chapelle, mais ces analyses risquent de manquer une partie de leur objectif si elles n’envisagent pas cette cohérence ancienne de la documentation issue de la Sainte-Chapelle et les effets d’opacité créés par la dispersion de la fin du xviiie siècle.

  • 15 Voir l’inventaire sommaire de la série L, titre V, pour les Saintes Chapelles (L 618 à 629), par B (...)
  • 16 AN, LL 630 à 633.
  • 17 AN, LL 628, et LL 627, conservé au musée de l’Histoire de France sous la cote AE II 513, ainsi que (...)

12Les Archives nationales conservent ainsi dans la série L, les « monuments ecclésiastiques »15, le chartier ancien, qui comporte les privilèges royaux et pontificaux, les textes normatifs et les actes de donation (cotes L 618 à 623), même si, et c’est déjà intéressant et révélateur d’une hiérarchie des fonds, certains documents n’existent que sous la forme de copie, les originaux se trouvant dans le trésor des Chartes. Les registres de délibérations et les mémoriaux, également conservés sous forme de registres, figurent dans la même série, sous les cotes LL 598-626, suivis par les travaux historiographiques anciens, en particulier ceux du chanoine Dongois à la fin du xviie siècle16, et le cartulaire du xve siècle, dont une copie est conservée à la BnF et une autre au musée de l’Histoire de France17.

13À côté de ce massif préservé de manière relativement cohérente, les séries comptables postérieures figurent dans la série H des Archives nationales (H5 3523-3556), tandis qu’un important témoin de la comptabilité du xve siècle, passé par les archives de la Chambre des comptes, est conservé à la Bibliothèque nationale (ms. BnF fr. 22 392). Plus intéressant encore, l’ensemble de la documentation sur le temporel de la Sainte-Chapelle, en particulier tout ce qui concerne la gestion des importants domaines fonciers, se trouve dans la série S des Archives nationales (cotes S 943 à 995), tandis que les manuscrits liturgiques, qui étaient en usage à la Sainte-Chapelle, ont eux-mêmes été dispersés entre la Bibliothèque de l’Arsenal, la Bibliothèque Mazarine et le département des Manuscrits de la BnF, qui conserve par exemple le plus ancien obituaire, le ms. BnF Lat. 17 741.

14On pourrait se contenter de la conclusion triviale selon laquelle, pour faire l’histoire de la Sainte-Chapelle, il faut consulter l’ensemble de ces fonds d’archives et de ces bibliothèques. Cela est tout à fait vrai, mais demeure souvent un vœu pieux. De surcroît, on ne remarque pas toujours assez les effets historiographiques de cette division institutionnelle et matérielle de la documentation. On note, par exemple, comme pour beaucoup d’établissements ecclésiastiques comparables, que la série S, qui a trait au temporel, est restée complètement dans l’ombre de la recherche historique. Les archives qui y figurent, portant sur les domaines de la Sainte-Chapelle, ont parfois été utilisées pour l’histoire rurale du bassin parisien, mais non pour l’histoire de la Sainte-Chapelle, de telle sorte que la division entre séries L et S a entraîné une forme d’« hémiplégie » historiographique. Le reclassement des fonds de la Sainte-Chapelle durant la Révolution française montre en effet que les anciennes logiques de gestion des documents étaient devenues illisibles et qu’elles ont été remplacées par de nouvelles, qui n’étaient pas moins matérielles, mais reposaient sur de nouvelles distinctions. La perception de la cohérence spirituelle et temporelle d’une institution comme la Sainte-Chapelle disparaissait, selon une logique dans laquelle le « religieux », au sens du xviiie siècle, était désormais isolé de la logique gestionnaire qui présidait au traitement des affaires foncières, maintenant regroupées dans la série S. En revanche, des critères matériels comme la distinction entre les pièces d’archives, les registres et les manuscrits, devenaient primordiaux pour la destination future des documents, et par conséquent, le traitement historiographique qui leur serait appliqué. L’obituaire, ainsi, est « devenu » un manuscrit, au sens de la BnF, tandis que le cartulaire, resté du côté des Archives nationales, est un registre d’archives.

  • 18 Voir en particulier les remarques finales.

15On comprend alors toute l’importance de pouvoir reconstituer le travail des archivistes et des bibliothécaires dès l’origine de la production des documents, mais aussi durant toutes les étapes intermédiaires. C’est le cas en particulier au moment du bouleversement documentaire de la Révolution française, qui a structuré notre propre approche de ce passé – un passé qui, même à la lecture des documents, n’est jamais directement présent sous nos yeux, mais dont la perception est toujours conditionnée par une série de dispositifs matériels et leur fossilisation à travers le temps, à même les documents. À ce titre, les notes dorsales et marginales, les mentions de classement et tous les autres signes d’usage des documents sont fondamentaux – car il ne faut pas oublier, si on veut en tirer toute la substance historique, que la documentation ancienne n’a été produite ni pour les historiens ni pour les conservateurs, mais d’abord pour des utilisateurs dont les pratiques se sont sédimentées au sein même des documents et en orientent la réception postérieure [Anheim18, 2004b ; Anheim et Poncet, 2004a, pp. 1-14].

  • 19 Le texte est édité par Alexandre Vidier, [op. cit., pp. 344-349].

16Un dernier exemple au sein des fonds de la Sainte-Chapelle peut le montrer de manière claire ; le règlement de la maîtrise des enfants de la chapelle, dont la version la plus ancienne est conservée comme la pièce n° 9 du carton L 621 et date d’environ 135019. Ce règlement, qui a connu plusieurs copies successives qui sont également conservées, est resté en usage jusqu’à la Révolution. Mais le document original et les copies ont fait l’objet de manipulations, d’annotations, de soulignements qui ont laissé des traces et qui en composent l’histoire. Un conflit sur la nomination du maître de musique, dans les années 1510, permet par exemple de voir concrètement, grâce aux documents produits dans la procédure, les usages concrets de ce document. Il est alors recopié par les parties, ces copies étant elles-mêmes annotées, soulignées, diffusées et discutées dans le cadre d’argumentations contradictoires. La transformation de ce texte en objet de preuve, manipulé dans le cadre d’un procès, est elle-même la traduction de pratiques quotidiennes. Comme on l’apprend par les procès-verbaux des visites d’inspection, le règlement était affiché sous forme de placards dans la salle commune de la maison où vivaient les enfants au sein du Palais de la Cité. Le panneau ainsi constitué était à la fois un texte de référence, lu à voix haute, et un objet familier et désigné comme tel, de vie de la communauté. Ces détails matériels et graphiques, qui ne sont jamais signalés dans les éditions de ce texte mais qu’on peut retrouver dans les archives, permettent de reconstituer cette histoire qui se prolonge jusqu’à la fin du xviiie siècle.

L’historien, du texte à l’objet

17Au-delà de ces exemples particuliers, il s’agit donc de déplacer le regard de l’historien, depuis des textes abstraits et individuels, vers des objets, qui forment des séries ou des collections, conditionnant leur interprétation à la fois à leur matérialité et à ce qu’on peut appeler leur « topologie », c’est-à-dire leur disposition dans l’espace de la série. Ce caractère d’objet influence la pratique historique, l’écriture de l’histoire ainsi que les nouvelles formes de transmission, aussi bien en ce qui concerne la réflexion sur l’édition critique que sur la numérisation. L’historien travaille avec des objets et pas seulement avec des textes : en affirmant cela, il s’agit de proposer une autre façon de décrire la construction du savoir historique. Cela suggère de nouveaux thèmes et de nouvelles méthodes à l’historien, ce qui peut rappeler le déplacement opéré par le material turn des SHS. Mais cela suscite en même temps une nouvelle manière de considérer le travail historique lui-même, et les objets de l’historien – à la manière dont la sociologie a pu traiter les objets des laboratoires scientifiques expérimentaux. Et c’est sans doute ici que se nouent l’ensemble des fils attachés à la problématique de la matérialité, en ce point où le progrès dans la connaissance historique du passé et celui accompli dans la réflexivité méthodologique du présent sont une seule et même chose, dans un effort de symétrie entre le savant, ses instruments et ses objets. Au moment où les archives nativement numériques deviennent un enjeu essentiel de la conservation et où le discours sur la dématérialisation et la numérisation des sources tient une place centrale, il importe de rappeler la place de la matérialité du passé, y compris et jusqu’aux dispositifs informatiques contemporains dont l’entretien et la pérennisation sont des questions cruciales de la conservation des données dans notre propre futur.

  • 20 La notion a été introduite en 1940 par Ivan Efremov ; pour une mise au point sur ses enjeux et ses (...)

18D’un point de vue épistémologique, l’inspiration se trouve du côté du modèle archéologique et de ses déclinaisons ‒ songeons à la notion fondamentale de « taphonomie », qui désigne l’étude des processus d’altération chimique, mécanique ou anthropique, depuis la mort d’un organisme vivant ou le dépôt primitif d’artefacts, jusqu’à leur présence actuelle sur des sites de fouille ou dans des collections20 ‒ plutôt que de celui du modèle herméneutique, (ou alors d’une herméneutique attentive aux variantes et à la matière des textes, comme celle de Jean Bollack [1965-1969 ; 1972 ; 1997], Heinz Wismann [2012] ou Bernard Cerquiglini [1989]) qui domine pourtant la conception des sciences humaines depuis leur origine, et dont le modèle est l’interprétation textuelle, de l’exégèse biblique jusqu’aux différentes formes de structuralisme. Cette démarche conduit finalement à reconsidérer le statut scientifique de la connaissance historique. Face à une conception mettant en avant l’histoire comme connaissance indirecte du passé, science de l’esprit de nature non-galiléenne, dont l’objet relève de la perte, de ce qui n’est plus là, s’esquisse un autre modèle, celui d’une science du présent, de ce qui est encore là, des vestiges plutôt que des traces, donc une histoire de la présence, même altérée, ou bien ruinée, de ce qui est encore actif du passé dans le présent – de ce qui est vivant plutôt que de ce qui est mort. C’est pourquoi, dans cette perspective, même si leurs métiers sont différents, universitaires et conservateurs semblent du même côté, non pas tant celui d’une mémoire à transmettre et à perpétuer, que celui d’une histoire, c’est-à-dire d’un discours et de pratiques critiques de savoir et d’organisation du savoir, qui visent à donner leur juste place aux fragments du passé toujours présents dans le monde.

Références bibliographiques

19Anheim Étienne et Poncet Olivier, « Introduction. Fabrique des archives, fabrique de l’histoire », Revue de synthèse, numéro spécial : Fabrique des archives, fabrique de l’histoire, 2004a, t. 125, pp. 1-14.

20Anheim Étienne, « Singulières archives. Le statut des archives dans l’épistémologie historique, une discussion de La mémoire, l’histoire, l’oubli de Paul Ricœur », Revue de synthèse, numéro spécial : Fabrique des archives, fabrique de l’histoire, 2004b, t. 125.

21Anheim Étienne et Chastang Pierre, « Les pratiques de l’écrit dans les sociétés médiévales (vie-xiiie) », Médiévales, 2009, n° 56, pp. 5-10.

22Anheim Étienne, « Art, littérature et anthropologie historique. Quelques réflexions historiographiques », in Brilli Elisa, Dufal Blaise et Dittmar Pierre-Olivier (dir.), Faire de l’anthropologie historique du Moyen Âge aujourd’hui, L’atelier du Centre de recherches historiques, 2010, n° 6. [En ligne] : < http://acrh.revues.org/​index2818.html >.

23Anheim Étienne, « Anonyme », in Iñigo Atucha, Dragos Calma, Catherine König-Pralong, Irene Zavattero (éd.), Mots médiévaux offerts à Ruedi Imbach, Porto, Fédération internationale des instituts d'études médiévales, 2011 (coll. Textes et études du Moyen Âge ; 57), pp. 77-86.

24Anheim Étienne, « L’historien au pays des merveilles. Histoire et anthropologie au début du xxie siècle », L’Homme, 2012a, 203-204, pp. 399-427.

25Anheim Étienne, « L'historiographie est-elle une forme d'histoire intellectuelle ? La controverse de 1934 entre Lucien Febvre et Henri Jassemin », Revue d'histoire moderne et contemporaine, 2012b, n° 4bis, pp. 181-206.

26Bollack Jean, Empédocle, Paris, Minuit, 1965-1969 (coll. Le sens commun), 3 vols.

27Bollack Jean, La Grèce de personne, Paris, Seuil, 1997.

28Bollack Jean et Wismann Heinz, Héraclite ou la séparation, Paris, Minuit, 1972 (coll. Le sens commun).

29Cammarosano Paolo, Italia medievale : struttura e geografia delle fonti scritte, Rome, La Nuova Italia scientifica, 1991 (coll. Studi superiori NIS ; 109. Storia).

30Cerquiglini Bernard, Éloge de la variante. Histoire critique de la philologie, Paris, Seuil, 1989.

31Chastang Pierre, « L’archéologie du texte médiéval. Autour de travaux récents sur l’écrit au Moyen Âge », Annales Histoire, Sciences Sociales, 2008/2, pp. 245-269. [En ligne] : < http://www.cairn.info/​revue-annales-2008-2-page-245.htm >.

32Clanchy Michael, From Memory to Written Record. England 1066-1307, Oxford, Blackwell, 1993 (première édition en 1979).

33Ehrle Franz, Historia bibliothecae Romanorum Pontificum tum Bonifatianae tum Avenionensis, Rome, typis Vaticanis, 1890 (coll. Biblioteca dell'Accademia storico-giuridica ; 7).

34Gilmont Jean-François, Varry Dominique (éd.), Du parchemin à l'ère électronique. Une histoire du livre et de la lecture, 5e éd., Liège, Céfal, 2014.

35Guyotjeannin Olivier, « L’érudition transfigurée », in Boutier Jean, Julia Dominique (dir.), Passés recomposés : champs et chantiers de l'histoire, Paris, Autrement, 1995 (coll. Mutations ; 150-151), pp. 152-162.

36Jullien de Pommerol Marie-Henriette et Monfrin Jacques, La bibliothèque pontificale à Avignon et à Peñiscola pendant le Grand schisme d’Occident et sa dispersion. Inventaires et concordances, Rome, École française de Rome, 1991 (Collection de l'École française de Rome ; 141).

37McKenzie Donald F., La bibliographie et la sociologie des textes, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1991.

38Williman Daniel, Bibliothèques ecclésiastiques au temps de la papauté d’Avignon, I-II, Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, 1980-2001 (coll. Documents, études et répertoires. Institut de recherche et d'histoire des textes).

39Williman Daniel et Corsano Karen, Early Provenances of Latin Manuscripts in the Vatican Library. Vaticani latini and Borghesiani, Cité du Vatican, Biblioteca apostolica vaticana, 2002 (coll. Studi e testi ; 405).

40Wismann Heinz, Penser entre les langues, Paris, Albin Michel, 2012.

Notes

1 Je remercie beaucoup Pierre Chastang, Charlotte Guichard et Valérie Theis pour leur relecture amicale.

2 Dans le domaine de l’histoire de l’art, on peut voir par exemple l’investissement très concret de la problématique matérielle dans les recherches de conservation et restauration, comme le montrent les travaux de Charlotte Guichard, « Du “nouveau connoisseurship” à l’histoire de l’art. Original et autographie en peinture », Annales histoire, sciences sociales, 2010, n° 6, pp. 1387-1401 ou la journée d’études qu’elle a organisée le 20 juin 2014 en collaboration avec Michela Passini à l’ENS de Paris, « La matérialité de l’art à l’âge patrimonial (xviiie-xxe s.) ». Dans le domaine de l’archéologie, voir Dan Hicks et Mary C. Beaudry (dir.), The Oxford Handbook of Material Culture Studies, Oxford, Oxford University Press, 2010. En anthropologie, voir la tradition issue des travaux d’Arjun Appadurai, The Social Life of Things. Commodities in Cultural Perspective. Cambridge, 1986 et d’Alfred Gell, Art and Agency: An Anthropological Theory, Oxford, Clarendon Press, 1998, et les recherches publiées sous la direction de Daniel Miller, Daniel Miller, Material Cultures. Why some things matter, Londres, UCL Press, 1998; Materiality, Duke University Press, 2005; Anthropology and the Individual. A Material Culture Perspective, Oxford et New York, Berg, 2009, ainsi que Jean-Pierre Warnier, Construire la culturelle matérielle. L’homme qui pensait avec ses doigts, Paris, PUF, 1999, Id. et Marie-Pierre Julien (dir.), Corps à corps avec l’objet. Approches de la culture matérielle, Paris, L’Harmattan, 1999, Céline Rosselin et Marie-Pierre Julien, La culture matérielle, Paris, La Découverte, 2005. Enfin, en sociologie, on pourra se reporter aux nombreux travaux de Madeleine Akrich, comme « Comment décrire les objets techniques », Techniques et culture, 1987, n° 9, pp. 49-64 et « Les objets techniques et leurs utilisateurs de la conception à l’action », Raisons pratiques, 1993, n° 4, pp. 35-57, et Bruno Latour et Steve Woolgar, La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, La Découverte, 1988 (édition originale anglaise : 1979), ainsi que l’article de Bruno Latour, « Une sociologie sans objets. Remarques sur l’interobjectivité », Sociologie du travail, 1994, n° 36/4, pp. 587-607, repris dans un ouvrage collectif qui témoigne de la postérité de ces problématiques à la frontière de l’anthropologie, de la sociologie et de la muséologie, Octave Debary et Laurier Turgeon (dir.), Objets & mémoires, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme ; Québec, Presses de l’université Laval, 2007.

3 Sur ce point, voir la bibliographie et les remarques rassemblées dans Étienne Anheim [2010, 2012].

4 Voir les remarques sur ce débat, en lien avec l’histoire médiévale, dans Étienne Anheim et Pierre Chastang [2009, pp. 5-10].

5 Pour mémoire, on peut situer le début du développement de la problématique sur les pratiques d’écriture et la matérialité des sources au sein de l’histoire médiévale française du repère commodément fourni par un colloque de 1991 publié en 1997, Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle et Michel Parisse (dir.), Pratiques de l’écrit documentaire au xie siècle, Bibliothèque de l’École des Chartes, 1997, n°155, pp. 7-339, c’est-à-dire dans la même chronologie que les propositions des Annales dans le cadre du tournant critique de 1989 et leur développement ou leur discussion dans des livres comme Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Le Seuil ; Gallimard, 1996 (coll. Hautes Études) ; Gérard Noiriel, Sur la « crise de l’histoire », Paris, Belin, 1996 (coll. Socio-Histoires), ou Roger Chartier, Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, Albin Michel, 2009 (coll. Bibliothèque Albin Michel. Histoire).

6 Voir, parmi de nombreux exemples, le type de traitement des archives et manuscrits dans Michel Zimmermann, Écrire et lire en Catalogne, ixe-xiie siècle (2 vol.), Madrid, Casa de Velázquez, 2003 (coll. Bibliothèque de la Casa de Velazquez ; 23) ; Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc (xie-xiiie siècles), Paris, Éditions du CTHS, 2002 (coll. CTHS-Histoire ; 2) et La ville, le gouvernement et l'écrit à Montpellier, xiie-xive siècle. Essai d’histoire sociale, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013 (coll. Histoire ancienne médiévale ; 121) ; Jacques Dalarun, Vers une résolution de la question franciscaine. La légende ombrienne de Thomas de Celano, Paris, Fayard, 2007 ; Benoît Grévin et Stéphane Gioanni (éd.), L’Antiquité tardive dans les collections médiévales. Textes et représentations (vie-xive siècle), Rome, École française de Rome, 2008 (Collection de l'École française de Rome ; 405) ; Richard Trachsler, « De l'objet au texte et vice versa. Le statut du recueil manuscrit dans les études de la littérature du Moyen Âge », in Benoît Grévin (éd.), Les regroupements textuels au Moyen Âge. Exploitation, fonctionnalités et logiques de rassemblement entre collections manuscrites et archives, journées d’études du Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LAMOP), 20 et 21 mars 2008. [En ligne] : < http://lamop.univ-paris1.fr/W3/Regroupementstextuels/index.html > ; Didier Lett, Un procès de canonisation au Moyen Âge. Essai d’histoire sociale : Nicolas de Tolentino, 1325, Paris, Presses universitaires de France, 2008 (coll. Le Nœud gordien) ; à ce sujet, voir Maëlle Ramage, « Documents, objet et recherche historique. À propos d’un procès de canonisation au Moyen Âge », Revue de synthèse, 2009, n°130/4, pp. 697-703. [En ligne] : < https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00545752/document > ; Joseph Morsel, La noblesse contre la ville ? Comment faire l’histoire des rapports entre nobles et citadins en Franconie vers 1500 ?, Mémoire d’HDR, Paris, Université Paris I, 2009 ; Valérie Theis, Le gouvernement pontifical du Comtat Venaissin : vers 1270 - vers 1350, Rome, École française de Rome, 2012 (Collection de l'École française de Rome ; 464), Marie Dejoux, Les enquêtes de Saint Louis. Gouverner et sauver son âme, Paris, Presses universitaires de France, 2014 (coll. Le Nœud gordien).

7 Voir par exemple Michel Zimmermann, « L’histoire médiévale coule-t-elle de source ? », in Olivier Guyotjeannin (éd.), La langue des actes, actes du XIe congrès international de diplomatique. [En ligne] : < http://elec.enc.sorbonne.fr/CID2003/ >, Joseph Morsel, « Les sources sont-elles “le pain de l’historien” ? », Hypothèses. Travaux de l’École doctorale d’histoire de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2003/1, pp. 273-286 ; Étienne Anheim et Olivier Poncet [2004a] ; Étienne Anheim et Enrico Castelli Gattinara (dir.), “Uso e abuso delle fonti, Dimensioni e problemi della ricerca storica, 2007, n°2 ; Pierre Chastang, [2008].

8 Voir sur ce point, Étienne Anheim [2004b, pp. 153-182].

9 Sur l’intervention de Baluze et l’intégration de ces manuscrits dans la bibliothèque de Colbert puis dans la Bibliothèque royale, voir le ms. BnF Lat. 9364, f. 24-38, et Léopold Delisle, Le cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale [puis nationale] : étude sur la formation de ce dépôt, comprenant les éléments d’une histoire de la calligraphie, de la miniature, de la reliure, et du commerce des livres à Paris avant l’invention de l’imprimerie, I, 3 vol., Paris, Imprimerie impériale puis Imprimerie nationale, 1868-1881 (coll. Histoire générale de Paris ; 7), pp. 439-499, en particulier pp. 486-497.

10 Voir plus particulièrement les manuscrits signalés comme repérés dans les fonds de la BnF.

11 Voir les documents édités et commentés par Anneliese Maier, « Der Katalog der päpstlichen Bibliothek in Avignon vom Jahr 1411 », pp. 96-157, « Der Handschriftentransport von Avignon nach Rom im Jahr 1566 », pp. 175-186, « Der letzte Katalog der päpstlichen Bibliothek von Avignon (1594) », Ausgehendes Mittelatler. Gesammelte Aufsätze zur Geistesgeschichte des 14. Jahrhunderts, vol. 3, Rome, Edizioni di storia e letteratura, 1967 (coll. Storia e letteratura ; 105).

12 Anneliese Maier, « Der letzte Katalog der päpstlichen Bibliothek von Avignon (1594) », art. cit.

13 Anneliese Maier, Codices Burghesiani Bibliothecae Vaticanae, Cité du Vatican, Biblioteca apostolica vaticana, 1952 (coll. (Studi e testi ; 170).

14 Sur l’histoire de la Sainte-Chapelle et de ses archives anciennes, voir Jérôme-Sauveur Morand, Histoire de la Sainte-Chapelle royale du Palais, Paris, Clousier, 1790 ; Alexandre Vidier, Notes et documents sur le personnel, les biens et l’administration de la Sainte-Chapelle du xiiie au xve siècle, Nogent-le-Rotrou, Impr. de Daupeley-Gouverneur, 1902, ainsi que les deux volumes à paraître sous la direction d’Étienne Anheim, David Fiala, Daniel Saulnier et Vasco Zara, issus du programme « Musique et musiciens dans les Saintes-Chapelles (xiiie-xviiie s.) » financé par l’ANR (2011-2014), qui comportent des analyses documentaires de la structure des fonds, dont s’inspire ce passage.

15 Voir l’inventaire sommaire de la série L, titre V, pour les Saintes Chapelles (L 618 à 629), par Bruno Galland, avec le concours de Patricia Mochkovitch, Archives nationales (AN), 2001-2002.

16 AN, LL 630 à 633.

17 AN, LL 628, et LL 627, conservé au musée de l’Histoire de France sous la cote AE II 513, ainsi que le ms. BnF n.acq.fr. 2049.

18 Voir en particulier les remarques finales.

19 Le texte est édité par Alexandre Vidier, [op. cit., pp. 344-349].

20 La notion a été introduite en 1940 par Ivan Efremov ; pour une mise au point sur ses enjeux et ses méthodes du point de vue de l’archéologie, en tant que « science de l’enfouissement », voir Christiane Denys et Marylène Patou-Mathis (dir.), Manuel de taphonomie, Arles, Éditions Errance, 2014 (coll. Archéologiques).

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search