Version classiqueVersion mobile

La recherche dans les institutions patrimoniales

 | 
Mélanie Roustan

Partie 3. Penser la recherche

Chapitre 10. Ordonnancements et histoire des idées. Anciens catalogues et classifications « anciennes » à la BnF

Raymond-Josué Seckel

Texte intégral

  • 1 Voir la contribution de Mélanie Roustan dans la partie III : « La vague numérique et le ressac du (...)

1Il y a tout lieu de craindre, à lire les remarques recueillies auprès des chercheurs sur leurs pratiques en bibliothèque1, que leurs connaissances des catalogues sont très en retrait par rapport à ce qu’ils pourraient en attendre d’un point de vue strictement heuristique ; force est de constater, surtout depuis que s’est développé l’accès informatique à un nombre considérable de données, une ignorance des catalogues comme outils de recherche, aussi bien de la part des chercheurs que, souvent, des bibliothécaires, et une tendance à les réduire à leur seule fonction de localisation des documents dans les bibliothèques.

2En même temps, semble s’être développée une méfiance face à la complexité des catalogues. Comme si ces instruments, fabriqués par des bibliothécaires, ne l’étaient que pour les bibliothécaires… Comme si la bibliothèque était totalement étrangère au monde extérieur (dont elle devrait pourtant être le reflet) et, presque par nature, hostile au monde des chercheurs.

3À son arrivée dans une bibliothèque, le chercheur pourrait rêver d’en apprendre, pour commencer, l’histoire, l’organisation, et si possible, devant la complexité des grands établissements, l’histoire de son organisation. On sait que c’est un programme impossible à mettre en œuvre, et que dans le meilleur des cas, c’est au cours de l’avancement du travail que le chercheur apprend à maîtriser l’outil.

4Le développement des catalogues informatisés a permis, quand on les maîtrise et qu’ils sont bien conçus et exempts le plus possible d’erreurs, la réalisation de recherches très ciblées, « sur mesure » en quelque sorte. Mais cette généralisation des catalogues informatisés a plongé dans l’oubli les catalogues sur papier (catalogues sur fiches, mais aussi catalogues imprimés, et quelquefois manuscrits).

5C’est dommage parce que souvent les catalogues informatisés sont – au départ – le fruit de la « conversion rétrospective » de ces catalogues sur papier, et que bien des bizarreries, incohérences ou erreurs des catalogues informatisés s’expliquent par leurs « sources », dont la connaissance pourrait éviter au chercheur des perplexités et des pertes de temps. C’est dommage en particulier parce que ces catalogues « anciens », surtout quand ils sont imprimés, présentent des organisations, certes fixées, pétrifiées par le passage à l’imprimé, mais souvent susceptibles de rendre de grands services. Ces catalogues restent heureusement pour beaucoup d’entre eux consultables en libre accès dans les collections mises à la disposition des chercheurs et des bibliothécaires. C’est l’occasion de rappeler que ces livres pas tout à fait comme les autres sont susceptibles d’être lus eux aussi, et pas seulement « consultés ».

6Dans les entretiens menés auprès des lecteurs de la BnF dans le cadre du programme de recherche sur le « Quadrilatère Richelieu et ses lecteurs », dirigé par Mélanie Roustan, on relève à plusieurs reprises que face à l’ordinateur, l’outil de travail premier des chercheurs reste « le papier » qui conserve « une place encore importante à une étape : penser, conceptualiser ». Il est probable que l’(les) auteur(s) de ces réflexions se réfèrent d’abord à leur propre travail d’écriture, sur le papier : jeter des idées dans le désordre ; tracer des plans ; articuler des concepts ; transcrire des citations ; esquisser des débuts de rédaction… ; « penser, conceptualiser ».

  • 2 Maurice Denis, dans un article intitulé « Définition du Néo-Traditionnisme » et paru dans Art et c (...)

7Mais « le papier » fait immanquablement penser à la lecture, d’un livre, d’un article, et pourquoi pas à la lecture suivie d’un catalogue, d’une bibliographie : penser, tenter de penser à partir de ces objets fragmentés, presque illisibles, que sont les références bibliographiques, les descriptions des bibliothèques ; « penser, conceptualiser » à partir de ces listes « en un certain ordre assemblées » (pour reprendre une formule de Maurice Denis)2, qu’elles permettent au lecteur de découvrir tel titre jusqu’alors inconnu de lui, ou qu’elles présentent un ordonnancement d’un ensemble de sources, un classement inattendu (tel événement et sa bibliographie heureusement rapprochés d’un autre apparemment sans grand rapport ; présentations anciennes éloignées des cadres académiques actuels, etc.).

8Il ne pouvait être question dans le cadre d’une contribution de passer en revue l’ensemble des catalogues de la BnF, et l’ensemble des classifications qui ont présidé à leur élaboration depuis les premiers catalogues connus des xvie et xviie siècles. Les chercheurs peuvent se reporter, pour tous les départements, aux catalogues qu’ils ont publiés, tout en n’oubliant pas, dès leurs premiers pas dans les collections de la BnF, que celle-ci constitue un tout organique dont les départements conservent des collections qui, au cours de l’histoire, entretiennent des relations de complémentarité, d’imbrication fort complexes.

9Cette remarque est d’autant plus importante que cette réflexion se situe dans le cadre du « Quadrilatère Richelieu et ses lecteurs ». Or, les collections « patrimoniales » de la BnF sont conservées et consultées sur l’ensemble de ses sites (Richelieu et François-Mitterrand principalement), après avoir été conservées, du début du xviiie siècle jusqu’au milieu du xxe siècle, sur le seul site Richelieu.

10Et on n’oubliera pas que les premiers catalogues de la Bibliothèque au début du xviie siècle « mélangeaient » dans leurs descriptions manuscrits et livres imprimés ; qu’à partir du xviie siècle, la pratique dominante a consisté à décrire les documents dans des catalogues différents, selon les supports (manuscrits, imprimés, estampes, partitions musicales, etc.) avant qu’on ne retrouve, avec les catalogues informatisés, la tentation du catalogue unique.

11À la date de 2015, la BnF fonctionne avec deux catalogues informatisés, BnF Catalogue général et BnF Archives et manuscrits (BAM), de conception et de nature radicalement différentes, entre lesquels des passerelles se développent, au profit des chercheurs (on pense notamment au projet data.bnf.fr qui vise à regrouper, parmi d'autres, les données issues des deux catalogues).

12Il faut également se rappeler qu’avant l’ère du catalogue informatisé, les catalogues cherchaient à rendre compte de l’interdépendance des départements de la BnF : un catalogue des livres imprimés se devait de décrire, surtout s’ils n’étaient pas présents au département des Livres imprimés, les livres imprimés conservés par le département des Manuscrits par exemple ; les inventaires des fonds de gravures conservés au département des Estampes renvoient aux éditions illustrées de gravures conservées au département des Livres imprimés (lui-même redéployé depuis 1998 en six départements implantés sur le site François-Mitterrand).

Le cas du jansénisme

13Plutôt donc que de tenter un inventaire de catalogues et de classifications, on peut s’essayer à décrire un de ces usages possibles de catalogues anciens de la BnF. Prenons le cas du jansénisme comme corps de doctrine et comme moment historique : les travaux savants et richement documentés ne manquent pas depuis le Port-Royal de Sainte-Beuve (1840-1859), en passant par les publications d’Augustin et Cécile Gazier, jusque, plus près de nous, celles de Jean Orcibal ou les Archives internationales d’histoire des idées depuis 1963. Des bibliographies modernes existent, y compris sur le Web (le site de la Société des amis de Port-Royal par exemple) ; de plus anciennes aussi, depuis celle de Philippe Labbé, Bibliotheca anti-janseniana (1654), ou de Dominique de Colonia, Dictionnaire des livres jansénistes, 1re éd., 1731, dernière éd., 1755, et Dictionnaire des livres opposés à la morale des soy-disant jésuites, 1761 ; on pense aussi à la Bibliotheca janseniana belgica de Léopold Willaert, 1949-1951 (près de 15 000 références entre 1476 et 1950 !).

14Malgré cette profusion, on aurait tort de négliger le Catalogue des livres imprimés de la Bibliothèque du Roi [l’actuelle BnF] : Théologie, t. II, 1742 (pourtant réputé « périmé » : les cotes ont été modifiées) ; on y trouve aux pages 34 à 215, sous la rubrique « Traitez du libre arbitre, de la grâce & de la prédestination » des milliers de références au jansénisme, pour et contre. Ces références seront utilement complétées par le dépouillement du Catalogue de l’histoire de France, publié à partir de 1855, qui dans ses sections Ld3 (Généralités de l’histoire ecclésiastique) et Ld4 (Détails de l’histoire ecclésiastique) décrit d’autres ouvrages, qui, pour les dates correspondantes, renseignent sur ce qu’il est convenu d’appeler le premier et le second jansénismes. Ces catalogues imprimés donnent un aperçu « synchronoptique » des ressources de la BnF, unique par sa clarté, avec mention notamment de nombreux mandements épiscopaux, très difficiles, sinon impossibles, à retrouver, ainsi regroupés, à partir du seul catalogue informatisé ; unique également par sa richesse, attestée dès le xviiie siècle, ce qui n’étonnera pas quand on sait que les Bignon, qui régnèrent sur la Bibliothèque pendant une bonne partie des xviie et xviiie siècles, étaient passés par l’enseignement de Port-Royal.

15En revenant aux bibliographies citées plus haut (Colonia notamment), on pourra éclairer certains points de doctrine : Colonia est classé dans l’ordre alphabétique des titres, avec un index des auteurs, et surtout se termine par un « corps de doctrine hérétique » sous forme de table thématique (sur Dieu, sur Jésus Christ, sur les miracles, sur le baptême, sur la sainte Vierge, sur la prédestination, etc.) qui renvoie aux livres cités. Le recours aux catalogues anciens de la Bibliothèque permettra de retrouver un autre point de vue, différemment orienté parfois (Colonia était jésuite), en tout cas un point de vue « d’époque » (1742), précieux.

16Pour ne pas allonger l’exposé, j’ai délibérément laissé de côté la présentation des ressources manuscrites (département des Manuscrits, Bibliothèque de l’Arsenal) et iconographiques (département des Estampes) exceptionnellement riches ; dans le cas des Estampes, on peut cependant penser aux recherches dans les séries de l’« Histoire de France » (Q, QB, en particulier à l’intérieur de la collection Hennin) qui permettent, aux dates importantes pour l’histoire du Jansénisme en France, de retrouver une riche iconographie (une partie des fonds, mais de loin pas tous, sont à présent numérisés) ; de même, la série de la « Topographie de la France » (VA) peut offrir de belles découvertes.

Des vaccins contre l’anachronisme

17La pratique de ces catalogues et inventaires anciens est un vaccin efficace contre les menaces de l’anachronisme ; elle donne cependant aussi à réfléchir ‒ paradoxalement ‒ sur le fait que ces classifications des connaissances sont toujours en retard sur l’état contemporain de la recherche, et qu’au moment même où elles sont élaborées, de nouveaux objets, de nouvelles méthodes de recherche invalident les catégories élaborées par les bibliothécaires, ou du moins posent de sérieuses difficultés d’adaptation. Mais ces classifications (des connaissances), ces classements (des collections) sont indispensables en bibliothèque pour organiser des collections physiques (livres, manuscrits, images…), et pour afficher dans une certaine stabilité les caractéristiques d’une collection (ce qu’on nomme dans le jargon une « politique documentaire »).

18A contrario, le rêve (le cauchemar ?) d’une bibliothèque dont l’organisation des collections serait conforme à l’objet de la recherche, dans un souci d’adaptation permanente, se lit dans le désarroi d’Aby Warburg, « […] fatigué et excédé, penché sur ses casiers avec un paquet de fiches à la main, essayant de trouver pour chacune d’elles la place la plus judicieuse dans sa classification ; on eût dit qu’il gaspillait son énergie, et on le plaignait » [Saxl, 2015, p. 303]. Aby Warburg avait conçu et constitué la Kulturwissenschaftliche Bibliothek à Hambourg selon un principe d’organisation où « les livres n’étaient pas seulement des instruments de recherche. Réunis et regroupés, ils exprimaient la pensée de l’humanité sous les aspects de sa permanence et de ses variations » [Saxl, 2015, p. 301]. Une fois sa bibliothèque « stabilisée » (avant même son installation à Londres en 1934) en quatre grandes sections réparties dans les quatre étages du bâtiment, Warburg devait poursuivre son travail de reprise permanente de l’organisation des collections par l’intermédiaire de fiches qu’il remaniait sans relâche dans des boîtes à fiches (Notizkästen) qui ont été conservées.

19Cependant, la consultation des catalogues anciens et de leur indexation permet de retrouver les mots adéquats à l’approche des ressources documentaires, là où le chercheur peut être tenté de plaquer ses concepts, son vocabulaire sur une matière qui ne les avait pas anticipés. Le détour par les catalogues anciens peut ainsi être fructueux quand on revient à un mode de recherche devenu aujourd’hui presque la norme : recherche par mots, mots du titre ou mots de la notice.

20Mais il convient aussi d’être vigilant sur les « anachronismes du passé », en s’exerçant à une certaine souplesse intellectuelle pour retrouver les bonnes articulations là où nos prédécesseurs ont plaqué les catégories « de leur temps » sur des objets plus anciens. Certains bibliothécaires ont ainsi gardé l’habitude de classer les livres anciens (puis de les rechercher) à l’intérieur du système dit « des libraires de Paris » (cinq grandes classes, Théologie, Jurisprudence, Sciences et arts, Belles-lettres, Histoire, elles-mêmes subdivisées) ; cette classification a prévalu du début du xviiie siècle (1705) au moins jusqu’à la fin du xixe siècle (son point de perfection ayant été atteint avec la Table de la dernière édition du Manuel du libraire et de l’amateur de livres de Jacques-Charles Brunet, parue en 1865). Mais il est sûr que ce cadre est des plus contraignant pour certains domaines qui peinent à y trouver leur place, comme les disciplines médiévales « oubliées » au xviiie siècle ou les disciplines qui ont pris leur essor au cours des xviiie et xixe siècles. On pense aussi à la façon dont Léopold Delisle a dressé, dans Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale [puis nationale], 1868-1881 et dans ses Recherches sur la librairie de Charles V, 1907, le catalogue de la Librairie de Charles V (1368-1429) en ordonnant les manuscrits selon le cadre de Nicolas Clément (fin xviie siècle, 1685, assez proche du système des « libraires de Paris »), ce qui rend totalement incompréhensible l’organisation ancienne de cette bibliothèque au Louvre, et la présence de nombreux prétendus « doubles ». Yann Potin [2007, pp. 119-139] en a fait naguère la démonstration magistrale.

Le respect des fonds : des archives aux bibliothèques ?

21Ces considérations doivent aussi amener à réfléchir au sacro-saint principe du « respect des fonds », principe fondamental de l’archivistique, qui a été jusqu’à une date récente assez peu partagé dans les bibliothèques.

  • 3 Ce vol a été probablement commis entre 1781 et 1784 par Jean-Baptiste Guillaume, dit de Gevigney, (...)

22On peut penser au sort de la collection Roger de Gaignières (mort en 1715), léguée au roi en 1711-1713, et partagée entre les départements des Manuscrits et des Estampes (sans parler de ce qui est aujourd’hui conservé ‒ à la suite d’un vol3 ‒ à la Bibliothèque bodléienne d’Oxford), et répartie à l’intérieur de ces départements dans diverses séries : manuscrits latins, français, italiens, sans oublier les pièces qu’on retrouve dans le fonds Clairambault, pour se limiter aux masses principales…

23Plus près de nous, la donation Sonia Delaunay, entrée en 1977 à la Bibliothèque nationale, a été répartie entre les départements des Manuscrits, des Estampes, des Arts du spectacle et la Réserve des livres rares ; le catalogue de l’exposition organisée en 1977 contient heureusement un inventaire sommaire de cette donation.

24On reconnaît à travers les cas cités plus haut ce qu’on pourrait appeler la « tyrannie des supports » ; c’est aussi la survivance de l’idée un peu simpliste que les archives ont vocation à réunir des fonds qui sont des sources pour la recherche, quand les bibliothèques ont à constituer des fonds (souvent à partir d’autres « fonds » : bibliothèques privées, fonds d’éditeurs, etc.) qui forment des outils pour la recherche, ou des réservoirs à partir desquels le chercheur constituera son propre « fonds » (ou corpus) de recherche.

  • 4 L’Encoded Archival Description (EAD), ou description archivistique encodée, est un format de descr (...)

25L’évolution des catalogues actuels de la BnF, en particulier la création du catalogue BAM, construit sur le modèle EAD/XML4, pour répondre aux besoins de catalogage des manuscrits d’abord, montre que dans l’appréhension de leurs collections, bibliothèques et archives ont des préoccupations qui convergent.

Références bibliographiques

26Brown Elizabeth A. R., The Oxford collection of the drawings of Roger de Gaignières and the royal tombs of Saint-Denis, Philadelphia, American philosophical society, 1988 (Transactions of the American philosophical society; 78, 5).

27Potin Yann, « Des inventaires pour catalogue ? Les archives d’une bibliothèque médiévale : la librairie du Louvre (1368-1429) », in Bödeker Hans Erich und Saada Anne (Hg.) Bibliothek als Archiv, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2007, pp. 119-139.

28Mélanie Roustan (dir.) Pour un accès renouvelé aux collections. Une ethnographie de la BnF-site Richelieu et de ses publics, Paris, BnF/Pavages, rapport de recherche non publié, 2013.

29Saxl Fritz, « Étude sur l’histoire de la bibliothèque de Warburg », in Gombrich Ernst Hans, Azay Lucien d’ (trad.), Aby Warburg, une biographie intellectuelle, suivie d’une Étude sur l’histoire de la bibliothèque de Warburg, par F. Saxl, Paris, Klincksieck, 2015. Édition anglaise : Gombrich Ernst Hans, Aby Warburg, an intellectual biography, with a memoir on the history of the library by F. Saxl, 2nd ed., Oxford, Phaidon, 1986.

Notes

1 Voir la contribution de Mélanie Roustan dans la partie III : « La vague numérique et le ressac du réel. Du rapport aux sources des chercheurs en sciences humaines et sociales, à partir d’une enquête dans les collections patrimoniales de la BnF », p. XX, et le rapport d’étude : Mélanie Roustan (dir.) Pour un accès renouvelé aux collections. Une ethnographie de la BnF-site Richelieu et de ses publics, Paris, BnF/Pavages, rapport de recherche non publié, 2013.

2 Maurice Denis, dans un article intitulé « Définition du Néo-Traditionnisme » et paru dans Art et critique en août 1890, énonce ainsi : « Se rappeler qu'un tableau, avant d'être un cheval de bataille, une femme nue ou une quelconque anecdote, est essentiellement une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées ».

3 Ce vol a été probablement commis entre 1781 et 1784 par Jean-Baptiste Guillaume, dit de Gevigney, qui était alors Garde du Cabinet des titres et généalogies de la Bibliothèque du Roi. Gevigney est soupçonné d’avoir vendu quatorze volumes reliés et deux portefeuilles (des recueils de tombeaux et un recueil d’armes et devises), qui passèrent entre les mains de plusieurs collectionneurs anglais, jusqu’à leur legs à la Bibliothèque bodléienne en 1809. Ces volumes sont importants, en particulier pour la connaissance des tombes royales de la basilique de Saint-Denis. Voir Elizabeth A. R. Brown [1988].

4 L’Encoded Archival Description (EAD), ou description archivistique encodée, est un format de description élaboré à partir de 1993 par des bibliothécaires et des archivistes, et adopté par de nombreuses bibliothèques pour structurer la description de leurs collections de manuscrits qui ont de nombreux points communs avec les fonds conservés dans les dépôts d’archives.

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search