Version classiqueVersion mobile

La recherche dans les institutions patrimoniales

 | 
Mélanie Roustan

Partie 2. Construire l’offre

Chapitre 9. De la politique d’accès à la coopération scientifique. Chercheurs et collections patrimoniales à la Cinémathèque française

Joël Daire

Texte intégral

1Dans le champ des études cinématographiques, le film a longtemps constitué la source principale, voire unique, sur laquelle le chercheur appuyait son travail. Le recours aux documents et archives « papier » constituait l’exception plus que la règle. Cette situation s’explique par différents facteurs. D’une part, les sources documentaires et archivistiques relatives au cinéma sont restées longtemps peu accessibles, soit parce qu’elles séjournaient dans des fonds privés, non repérés, non classés, soit parce que les institutions patrimoniales détentrices de certains fonds n’avaient que de faibles moyens pour les inventorier et les mettre à disposition des chercheurs. D’autre part, les grandes disciplines fondatrices des études cinématographiques (philosophie, sémiologie, etc.) avaient une tradition de recherche fondée sur le texte de l’œuvre, texte qui, dans le domaine du cinéma, est le film lui-même. L’attente exprimée à l’égard de l’institution patrimoniale cinématographique s’est longtemps concentrée sur cet objet, le film, que ce soit dans le cadre d’une diffusion collective (programmation en salle) ou dans celui d’une consultation individuelle (visionnage sur table, possibilité d’obtenir des photogrammes pour illustrer un cours, une conférence, une thèse ou un article). C’est pourquoi la Cinémathèque française s’était organisée, dès les années 1980, pour satisfaire à ces demandes en créant un service d’accès à ses collections de films.

2La montée en puissance des autres fonds patrimoniaux, que nous qualifierons globalement de « non-film », comme source d’études et de recherches, est donc un phénomène relativement récent, qui s’est développé depuis une quinzaine d’années et dont les causes sont à rechercher à la fois du côté de l’institution patrimoniale et du côté de l’université.

  • 1 Actuelle École nationale supérieure des métiers de l’image et du son, ex Institut des hautes étude (...)

3Du côté de l’institution patrimoniale, la décision commune, prise en 1992 par le Centre national du cinéma (CNC), la Cinémathèque française et la Fondation européenne des métiers de l'image et du son (Fémis)1 de créer une Bibliothèque du film en charge de gérer, cataloguer et mettre à disposition les collections « non-film » des trois institutions a constitué un pas décisif. Ouverte au public depuis le 1er décembre 1996, d’abord sur un site spécifique, puis à partir de 2005 sur un site commun avec la Cinémathèque française, rue de Bercy, la Bibliothèque du film (avec son espace « chercheurs ») est devenue un lieu de consultation privilégié des vastes collections patrimoniales constituées au fil du temps par les trois institutions fondatrices autour du cinéma : imprimés, photographies, affiches, dessins de décors, de costumes, d’animation, de story-board, matériels publicitaires, archives de production, de tournage, d’exploitation… Des dizaines de milliers de références catalographiques sont devenues aisément accessibles en l’espace de quelques années. En 2007, la fusion de la Bibliothèque du film avec la Cinémathèque française rénovée, dotée de nouveaux moyens, et connaissant une embellie en termes de collecte, de dons et de dépôts, donnant une visibilité accrue aux collections, a permis de développer l’offre aux chercheurs, et de susciter une demande qualitativement et quantitativement toujours plus importante.

4Du côté de l’université, les années 2000 ont également été marquées par de profondes mutations, et dans le champ des études cinématographiques, par un renouvellement disciplinaire accordant une place plus importante à l’histoire, à l’économie, à la sociologie, autant de disciplines qui avaient une longue tradition de recherche sur archives papier. L’évolution de la politique publique en matière de recherche universitaire a également encouragé plus fortement l’interdisciplinarité, la coopération entre laboratoires universitaires, institutions culturelles ou patrimoniales et entreprises privées. La création de l’Agence nationale de la recherche (ANR) pour gérer de manière plus coordonnée les aides aux programmes de recherches a certainement joué un rôle déterminant. Enfin, le développement des technologies de l’information, de l’Internet et de la numérisation a favorisé l’émergence de pratiques pédagogiques inédites, entraînant un accroissement de la demande des étudiants et chercheurs pour la documentation écrite et iconographique sur le cinéma.

5Ce renouvellement significatif du paysage a déterminé la Cinémathèque française, à partir de 2007, à développer une politique de collaboration avec le monde universitaire plus intense et plus structurée, à adapter sa politique de traitement documentaire et d’accès aux collections, et à essayer de mieux situer la place de l’archive numérisée dans son offre documentaire. Face à une demande sans cesse croissante en direction des collections numérisées, il importait en effet de parer le risque de voir la Bibliothèque du film se transformer en simple service/serveur de consultation. C’est pourquoi la Cinémathèque française a souhaité se donner les moyens à la fois de répondre à cette demande et de mettre en place des outils qui permettent d’en faire un lieu d’échanges, de débats et de coopération avec le monde de la recherche universitaire. De même, à l’heure de la numérisation accélérée des fonds patrimoniaux, il a semblé plus que jamais nécessaire de maintenir une politique d’accès aux collections qui réalise un équilibre entre les exigences propres à la conservation des fonds et les besoins d’accès des chercheurs aux documents originaux lorsque la nature de la recherche l’exige.

Numérisation et accès aux collections

6Consciente que la numérisation offre un accès aisé à des documents difficilement communicables du fait de leur format ou de leur fragilité, la Cinémathèque française a engagé, dès le milieu des années 1990, des campagnes systématiques de numérisation de certaines de ses collections, campagnes qui se poursuivent actuellement au gré des enrichissements patrimoniaux. C’est ainsi que sont consultables sous forme numérique plus de 25 000 affiches, 12 000 dessins, 20 000 dossiers de coupures de presse relatifs à l’accueil critique de films. Selon les droits qui ont pu être négociés, l’accès est possible en ligne, ou le plus souvent, uniquement sur les postes informatiques de la bibliothèque. Cette pratique est maintenant étendue à d’autres collections, comme celles des plaques de lanternes magiques ou des matériels publicitaires. Pour ces collections très spécifiques, des interfaces de consultations adaptées sont développées2. Pour les collections en trois dimensions (appareils de cinéma, costumes et objets, maquettes de décors en volume), la consultation des originaux est réservée aux besoins muséaux (prêts pour des expositions notamment) et aux chercheurs confirmés. Mais afin de permettre un accès à un public plus large susceptible de s’y intéresser, les éléments de ces collections donnent lieu à des campagnes de prises de vues photographiques régulières, qui autorisent l’édition de catalogues en ligne (celui de la collection des quelque 4 000 appareils de cinéma est ouvert à la consultation depuis début 2015, les autres seront proposés dans les années à venir).

7Pour d’autres types de document, les campagnes de numérisation sont, non pas systématiques, mais sélectives. En effet, compte tenu des volumes de collections à traiter, de l’état des documents et de la complexité parfois grande de leur statut juridique, la Cinémathèque française ne dispose pas des moyens humains, techniques et financiers qu’impliquerait une politique de numérisation systématique, qui bien souvent ne serait pas non plus justifiée sur le plan scientifique ou pratique. La sélection des corpus à numériser peut obéir à des critères variables selon les documents. D’une manière générale, ce sont les documents les plus rares, les plus précieux ou les plus fragiles qui sont privilégiés, parfois après avoir fait l’objet d’une restauration. C’est notamment le cas pour les albums de photographies, les ouvrages et les périodiques anciens de la réserve précieuse. Ces documents sont ensuite offerts à la consultation en ligne, notamment dans le cadre de la Bibliothèque numérique du cinéma disponible depuis 2009 sur le site web de la Cinémathèque française3, et sur Gallica4, notre institution étant pôle associé de la BnF. Près de 300 ouvrages rares sont ainsi offerts à la consultation, dont une vingtaine datant des xvie, xviie et xviiie siècles. De même, huit titres de périodiques spécialisés en cinéma, couvrant la période 1891-1940, peuvent être consultés en ligne (dont Paris-photographe, Ciné pour tous, Cinéa, La gazette des Sept arts, Cinémagazine, Pour vous). Ces corpus continueront de se développer.

8Parallèlement, la Cinémathèque française consent des efforts importants, tant humains que financiers, en matière de conservation préventive et de restauration d’éléments de collections fragilisés ou en état critique. L’un des objectifs de cette politique est de pouvoir continuer à communiquer, lorsque le besoin est avéré, des documents originaux aux chercheurs, dans les meilleures conditions de sécurité pour le document. Ces actions ne peuvent être appliquées de manière systématique mais sont réservées aux documents les plus précieux (manuscrits, scénarios originaux annotés, tirages photographiques anciens, etc.).

9Dans le domaine des sciences humaines, l’une des grandes tâches du chercheur est d’établir des éditions critiques. En littérature, il ne viendrait à l’idée d’aucun chercheur de partir de l’édition de poche d’un texte pour réaliser une telle entreprise. Le livre de poche permet effectivement au chercheur de « convoquer » aisément le texte. Mais il aura besoin de revenir à l’édition originale, de consulter et comparer les sources manuscrites, d’analyser les variantes éventuelles, pour mener à bien son travail. Il en est de même dans le domaine du cinéma. Tous ceux qui ont travaillé sur de la pellicule le savent : l’opération qui consiste à numériser un film fait perdre au passage une quantité d’informations qui ne peuvent être lues que sur l’élément argentique (ainsi en est-il des indications de teintage qui figurent fréquemment sur les négatifs de films muets). De plus, lorsque nous numérisons une photographie, pour des raisons économiques évidentes, nous ne numérisons pas son verso, sur lequel pourtant peuvent se trouver des informations indispensables au chercheur. C’est pourquoi, même si la numérisation facilite l’accès au document, le chercheur peut toujours avoir besoin de revenir à l’original. Notre rôle est de rendre ce retour possible d’une manière ou d’une autre. C’est parfois un défi, mais nous nous devons, si nous voulons travailler avec les chercheurs, de le relever.

Spécificités de la question de l’accès aux collections de films

10La question de l’accès aux collections de films se pose de façon spécifique. Désormais, l’offre de films accessibles en ligne, de manière légale ou non, est importante. Certes, la qualité des copies proposées sur des sites généralistes comme Dailymotion ou Youtube est très variable, mais l’offre existe, et elle est gratuite. Il n’est pas rare d’y rencontrer des copies issues des collections de la Cinémathèque française, réalisées dans des conditions improbables et sans l’accord de l’institution. Nous sommes souvent bien loin des règles éthiques et scientifiques qui président au travail de sauvegarde et de restauration réalisé aujourd’hui dans les institutions patrimoniales. Force est de constater que de nombreux étudiants, et plus d’un chercheur confirmé, y trouvent néanmoins leur compte. La demande de consultation de copies sur table tend de ce fait à décroître, alors qu’elle était encore importante il y a quinze ans. Cela s’explique d’autant plus aisément que, outre l’inflation d’offres numériques, la consultation de copies photochimiques a toujours été compliquée et coûteuse. La demande se concentre donc aujourd’hui sur des films dont il n’existe aucun élément numérique ou photochimique plus facilement accessible ailleurs.

11Dans le même temps, le passage à vitesse accélérée au « tout numérique » rend les copies photochimiques de plus en plus précieuses car difficiles à remplacer sur un support identique. Les coûts de retirage de copies sont élevés et les institutions tendent à rendre l’accès aux éléments originaux de plus en plus limité aux besoins des professionnels : programmateurs, restaurateurs, chercheurs confirmés. Les budgets que les institutions consacrent à la restauration et à la sauvegarde de leurs collections de films sont au mieux stables, le plus souvent en diminution. Mais le coût des travaux de laboratoire a fortement augmenté à l’occasion du passage au numérique, ce qui doit conduire à des choix, sinon douloureux, du moins très réfléchis. L’évolution très rapide des technologies numériques appelle également à la prudence, voire conduit à l’attentisme. Bien des numérisations entreprises au milieu des années 2000 sont aujourd’hui à refaire, car ne répondant pas aux usages actuels. Il y a dix ans, la numérisation visait principalement à rendre possible la consultation des films sur un écran d’ordinateur ou leur édition en DVD. Des fichiers en simple définition (SD) étaient suffisants et peu de machines étaient d’ailleurs capables d’offrir plus. Mais en l’espace de quelques années, les possibilités techniques des scanners ont décuplé. Les salles de cinéma se sont équipées simultanément pour la projection numérique, le Blu-Ray s’est développé. Or ces usages demandent une résolution de fichiers beaucoup plus élevée : haute définition (HD), 2k, 4k…

12La Cinémathèque française n’a pas échappé aux questionnements suscités par ces changements radicaux qui concernent tant l’offre de films que le contexte technologique. Elle est également confrontée aux problèmes économiques qu’engendre cette situation, entre inflation des coûts et stagnation des budgets. La numérisation des collections de films, qui a débuté en 2006, s’est donc effectuée à pas comptés, en commençant par les films dont la Cinémathèque française possédait les droits incorporels, les questions juridiques étant une autre des difficultés récurrentes auxquelles les institutions patrimoniales se heurtent quotidiennement, même si la législation européenne tend, depuis quelques années, à permettre la prise en compte de notions comme celle d’œuvre orpheline (œuvre pour laquelle la recherche des ayants droit se révèle infructueuse), et facilite pour les institutions patrimoniales la possibilité de numériser des œuvres à des fins de conservation sans l’autorisation des ayants droit, mais avec des possibilités d’utilisation très limitées.

13Depuis 2009, la politique de la Cinémathèque française consiste à demander aux laboratoires de fournir des éléments numériques de consultation (donc dans une définition suffisante pour un visionnage sur écran d’ordinateur, mais en aucun cas pour une projection sur grand écran en salle) à l’occasion de tout travail de sauvegarde ou de restauration entrepris sur un film. Ces éléments de consultation à l’usage des chercheurs permettent un accès plus aisé à l’œuvre tout en préservant les copies photochimiques, qui ne sont utilisées que pour les projections en salle. Les corpus concernés peuvent être de nature très variable. Il s’agit souvent de réaliser des sauvegardes sur supports dits « de sécurité » de films conservés sur supports nitrates, en particulier lorsque l’œuvre ne subsiste dans aucune autre archive de films en France ou à l’étranger. Il peut s’agir également de restaurer un ensemble de films nécessaire à la programmation d’une rétrospective, de tirer des éléments neufs pour un film dont il n’existe plus de copies projetables, mais dans ce cas, une numérisation en très haute résolution (2k au minimum) est requise. En proposant ainsi au fil des travaux des éléments numériques de consultation, la Cinémathèque française accroît l’offre de films plus aisément consultables pour des chercheurs.

Le développement de la coopération entre chercheurs et archivistes

14En renforçant les initiatives de coopération et de partenariat avec le milieu de la recherche et l’université, la Cinémathèque française souhaite, d’une part, accroître le savoir scientifique sur les collections qu’elle conserve, d’autre part, mettre ses collections au service de la communauté des chercheurs, dans le domaine de l’histoire du cinéma en général et de celle des techniques cinématographiques en particulier.

15À cet effet, ont été mis en place plusieurs dispositifs destinés à développer les échanges avec la communauté scientifique et l’université autour de nos collections.

Le Conservatoire des techniques cinématographiques

16Le Conservatoire des techniques cinématographiques, dirigé par Laurent Mannoni et dont le conseil scientifique comporte des chercheurs, des universitaires et des représentants des professions et industries techniques, est un lieu privilégié d’accueil et d’échanges autour de l’histoire des techniques cinématographiques, en s’appuyant sur les importantes collections de la Cinémathèque française : plus de 4 000 machines, anciennes et modernes, 18 000 plaques de lanternes magiques, 6 000 brevets d’invention, de la documentation technique, des archives, une collection de 2 000 costumes de cinéma, des objets et des éléments de décors.

17Ces collections permettent d’appréhender une grande diversité d’aspects techniques dans une perspective historique : prise de vue, projection, tirage, effets spéciaux, enregistrement sonore, fabrication de costumes et de décors. Le Conservatoire reçoit sur rendez-vous les chercheurs qui souhaitent travailler sur ses collections.

18Depuis septembre 2007, il organise des conférences et des journées d’études. Les conférences se déroulent chaque premier vendredi du mois, d’octobre à juin. Elles sont assurées par des spécialistes et rencontrent un réel succès d’audience. Des conventions ont été conclues avec plusieurs départements universitaires (de Paris 3 - Sorbonne nouvelle et de Paris Diderot en particulier) pour faciliter l’accueil des étudiants. Quant aux journées d’études, elles se déroulent deux fois par an, sur des thèmes définis par le conseil scientifique : le cinéma en relief, la couleur, le format 70 mm sont quelques-uns des thèmes abordés dernièrement. Des programmations spécifiques de films, conçues avec la direction de la programmation, illustrent et prolongent le propos de ces rencontres. Conférences et journées d’études sont filmées et mises en ligne sur le site web de l’institution.

19Champ d’étude longtemps négligé, l’histoire des techniques cinématographiques connaît aujourd’hui un regain d’intérêt de la part des chercheurs au plan international. Ainsi, un programme de recherches baptisé « Technès » associe des universitaires français, canadiens, suisses, des professionnels de la création cinématographique, des institutions patrimoniales.

L’espace « chercheurs » de la Bibliothèque du film

20Ouvert depuis 1996, l’espace « chercheurs » est le lieu de consultation privilégié des collections de fonds d’archives, d’ouvrages et de périodiques anciens, que leur fragilité ou leur préciosité n’autorisent pas à mettre à disposition en libre accès. La réception des chercheurs se fait sur rendez-vous après accréditation, auprès du responsable du service des archives. Une équipe de six archivistes se relaie pour orienter, dialoguer avec les visiteurs, tout en poursuivant le traitement des fonds.

21Actuellement, quelque 150 fonds représentant plus de 30 000 dossiers d’archives, sont consultables. Cette collection s’est beaucoup enrichie ces dernières années, et de nouveaux fonds sont mis à la disposition du public chaque année.

22La Bibliothèque du film organise par ailleurs chaque mois des ateliers qui offrent aux enseignants et étudiants de se familiariser avec les collections, les outils de recherche et de consultation. Des journées spécialement destinées à ces publics, sont organisées chaque année en novembre, autour d’un fonds particulier (Marcel Carné, Jean Epstein, François Truffaut ces dernières années), permettant d’illustrer concrètement les usages que les étudiants et jeunes chercheurs peuvent faire de l’archive.

Les aides spécifiques aux jeunes chercheurs, les bourses Jean-Baptiste Siegel

23La Cinémathèque française souhaite particulièrement développer ses liens avec le monde de la recherche en histoire du cinéma. Depuis 2008, le programme de son appel à chercheurs annuel a pour but d’offrir un accueil privilégié, assorti de divers avantages, à de jeunes chercheurs intéressés par des travaux sur ses collections, en vue de thèses ou de mastères (Master 2). Le partenariat entre le chercheur et la Cinémathèque française donne lieu à un contrat de recherche stipulant les droits et obligations réciproques. Grâce au soutien d’un mécène privé, parmi les chercheurs dont les projets sont retenus, trois peuvent bénéficier d’une bourse de 5 000 euros, la bourse Jean-Baptiste Siegel.

24Les axes de travail proposés dans le cadre de l’appel à chercheurs sont des suggestions de recherche sur des fonds ou des sujets qui intéressent particulièrement la Cinémathèque française. Mais ils ne sont pas exhaustifs ou limitatifs. D’autres sujets peuvent être suggérés, pourvu qu’ils portent, au moins en partie, sur les collections conservées par la Cinémathèque française, et que le candidat démontre qu’il a connaissance des sources primaires complémentaires et pourra y avoir accès.

25La Cinémathèque française accueille ainsi chaque année trois chercheurs invités et trois à six chercheurs associés. Ces jeunes chercheurs bénéficient d’un accès à l’ensemble des collections du catalogue, du tutorat d’un salarié de la Cinémathèque, de la possibilité de consulter, autant que de besoin, des fonds inventoriés mais non encore catalogués, donc souvent inédits. Les chercheurs invités peuvent, le cas échéant, participer à un projet de valorisation spécifique (une restauration de film, une exposition, etc.) qui les initie à la pratique des métiers de l’institution patrimoniale.

La participation à des programmes de recherche pluriannuels

26La valorisation scientifique de fonds patrimoniaux inédits ou peu documentés constitue une priorité pour la Cinémathèque française. Elle met en jeu la collaboration de spécialistes de l’histoire du cinéma avec des spécialistes de la conservation et du traitement de fonds patrimoniaux sur des projets à moyen terme.

  • 5 Les sites documentaires produits à l’occasion de ce programme peuvent être consultés aux adresses (...)

27Ainsi, la Cinémathèque française s’est associée en 2007 à une initiative de Marc Vernet, professeur d’études cinématographiques à l’université Paris Diderot, à laquelle se sont également joints des chercheurs des universités Paris 3, Montpellier 3, un laboratoire du CNRS et l’Institut Jean Vigo de Perpignan. Ce programme de recherches autour de fonds patrimoniaux, appelé « Cinémarchives », a reçu le soutien de l’ANR. Le programme est venu à terme en 2010, et, en ce qui concerne la Cinémathèque, a produit de nombreux aspects positifs. Parmi les principaux, citons le dialogue extrêmement fructueux qui s’est instauré entre chercheurs et archivistes ou documentalistes, permettant aux uns et aux autres de progresser dans leur travail, de mieux comprendre les attentes de l’autre, de s’y adapter, le cas échéant, pour le bien du projet commun. Les connaissances sur les fonds étudiés se sont considérablement accrues. La Cinémathèque française a développé de son côté des outils documentaires d’indexation ou de valorisation spécifiquement destinés aux chercheurs travaillant sur les fonds. Les chercheurs ont eu accès à des fonds inédits ou non consultables, ce qui est valorisant pour leur recherche. Plusieurs films ont été restaurés et des sites web développés en commun entre chercheurs et archivistes5.

28Ce type de démarche, qui s’inscrit sur un socle conventionnel, paraît réellement très fructueux, car plus la qualité de la relation entre chercheurs et archivistes est forte, plus grande est la qualité du travail produit par les uns et par les autres, plus ils valorisent mutuellement leurs apports.

L’accueil de séminaires de recherches universitaires

29Dès l’ouverture de la Bibliothèque du film au public en 1996, notre préoccupation a été de collaborer avec l’université en mettant des fonds patrimoniaux et des moyens techniques (salles de réunion, moyens de projection) à disposition des enseignants dans le cadre de séminaires d’initiation à la recherche. Dans le passé, des sessions ont eu lieu sur l’économie du cinéma (Laurent Creton, université Paris 3), l’histoire du cinéma (Sylvie Lindeperg, université Paris 3) ou le cinéma expérimental (Guy Fihman, université Paris 8). Actuellement, et depuis plusieurs années déjà, la Cinémathèque française héberge deux séminaires de recherches : celui de Frédérique Berthet et Emmanuelle André (Archives et devenir des images [Master 1 et Master 2], université Paris Diderot), celui de Laurent Véray (Face aux archives [Master 2], université Paris 3 – Sorbonne nouvelle).

30Ces séminaires sont l’occasion de faire se rencontrer autour de documents patrimoniaux des professionnels du cinéma, des chercheurs, des étudiants, des archivistes ou documentalistes de la Cinémathèque française, pour questionner les archives, mener une réflexion sur leur valeur historique et patrimoniale, faire connaître les métiers et les techniques qui y sont associés, initier les étudiants aux différentes formes de valorisation culturelle qu’ils permettent de réaliser.

31La diversité de ces dispositifs de coopération, qui se complètent et se renforcent mutuellement, et qui sont soutenus par une politique d’accès aux collections qui souhaite être à la fois moderne, adaptée aux attentes des chercheurs, mais aussi respectueuse des impératifs de la conservation, contribue à faire de la Bibliothèque du film un lieu vivant où peuvent se nouer dialogues et projets entre universitaires, professionnels du cinéma et archivistes. Bien sûr, les marges de progrès restent importantes, et l’évolution rapide des technologies de l’information nous incite à continuer d’adapter en permanence notre offre aux nouvelles attentes et pratiques qui se font jour dans le domaine de la recherche.

Notes

1 Actuelle École nationale supérieure des métiers de l’image et du son, ex Institut des hautes études cinématographiques.

2 Voir par exemple le site < http://www.laternamagica.fr/ > consacré à la collection de plaques de lanternes magiques.

3http://www.bibliotheque-numerique-cinema.fr >.

4http://gallica.bnf.fr >.

5 Les sites documentaires produits à l’occasion de ce programme peuvent être consultés aux adresses suivantes :

http://www.cinematheque.fr/sites-documentaires/pimenoff/index.php > ; < http://www.cinematheque.fr/sites-documentaires/triangle/index.php >.

Auteur

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search