Version classiqueVersion mobile

La recherche dans les institutions patrimoniales

 | 
Mélanie Roustan

Partie 2. Construire l’offre

Chapitre 8. Les enjeux de la reconstitution en ligne de corpus disséminés. L’exemple des manuscrits koutchéens

Isabelle le Masne de Chermont

Texte intégral

1L’exposition Sérinde, Terre de Boudha : dix siècles d’art sur la Route de la Soie, présentée à l’automne 1996 au Grand Palais à Paris puis au printemps 1996 au musée métropolitain de Tokyo, permit à un large public d’admirer des chefs-d’œuvre des civilisations d’Asie centrale au premier millénaire de notre ère [Sérinde, Terre de Boudha, 1995]. On pouvait notamment y voir des peintures et des sculptures provenant de l’oasis de Kucha, cette région située sur l’itinéraire septentrional de la Route de la Soie, au nord du désert du Taklamakan. Aux côtés de ces peintures et de ces sculptures figuraient également deux exemples de manuscrits en langue koutchéenne conservés au département des Manuscrits de la BnF : deux planchettes de peuplier portant des laissez-passer de caravanes datant de la première moitié du viisiècle (LP I et II, cat. 27) et une feuille où était retranscrit un passage du récit de la vie de Boudha (Pelliot Koutchéen A.S. 12, cat. 35).

2Cette possibilité de montrer ces documents était d’autant plus appréciée que bien rares avaient été jusque-là les occasions de le faire. Ces manuscrits en langues dites rares – en tout cas dont les derniers locuteurs ont disparu il y a bien des siècles déjà et dont les vestiges sont aussi peu nombreux que les spécialistes capables de les comprendre – peuvent aujourd’hui trouver une tout autre audience grâce au développement de la reproduction numérique. Comme nous le verrons, il ne s’agit pas ici seulement d’un accès facilité à ces documents pour des chercheurs traditionnellement intéressés par ceux-ci, mais bien de l’intégration de ces documents dans des types de recherches et des champs disciplinaires nouveaux. Le regroupement en ligne de collections géographiquement dispersées et souvent difficiles d’accès (pour des raisons de conservation) n’est pas seulement une commodité pour l’érudit qui n’aura pas à se déplacer, il a des effets de savoir inédits  : il permet des comparaisons et des mises en relation, au-delà de la manière dont les collections physiques ont été historiquement constituées ou structurées. Comme le reconnaissait un chercheur interrogé à propos d’un portail de manuscrits médiévaux numérisés : « Nous sommes souvent experts d’un corpus limité. Là, nous avons une occasion d’élargir notre vision, d’observer d’autres perspectives » [Bouvier-Ajam, Chevallier et Rioust, 2001]. Ce regroupement permet également, par nombre des médiations nouvelles permises par le numérique, de nouveaux usages érudits qui traversent les disciplines traditionnelles.

Le fonds Pelliot koutchéen de la Bibliothèque nationale

3Des savants suédois, russes, anglais et allemands effectuèrent des voyages d’études en Asie centrale à partir de la fin du xixe siècle. En 1905, le Comité de l’Asie française organisa une mission d’exploration archéologique dont la direction revint à Paul Pelliot (1878-1945), alors professeur de chinois à l’École française d’Extrême-Orient, qui voyagea durant deux ans de Tachkent à Pékin. Bien des institutions publiques françaises bénéficièrent des fruits de cette mission, au premier rang desquelles le muséum d’Histoire naturelle, le musée Guimet et la Bibliothèque nationale. Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale recueillit pour sa part en 1910 le plus riche des accroissements qu’il ait connu pour ses collections orientales : plus de 6 000 manuscrits en chinois, tibétain, koutchéen, sanscrit, ouïgour, sogdien, khotanais ainsi que des fragments d’imprimés en xixia, en mongol et en tibétain.

4Le fonds koutchéen, provenant pour l’essentiel des sites de Duldur-Aqur, Soubachi, Hiçar et Tadjik, est constitué de 2 000 pièces environ, dont plus de deux tiers sont des fragments de petite taille [Berthier, 2000 ; Pinault, 2007]. Il est organisé en deux ensembles dits « Ancienne série » (141 pièces sous 18 cotes) et « Nouvelle série » (1 185 pièces sous 1 166 cotes). On y trouve, d’une part, des textes sacrés bouddhiques, traduits d’originaux sanscrits, et, d’autre part, des textes profanes, essentiellement des écrits comptables ou des courriers à caractère commercial.

5Dès leur arrivée à Paris, ces documents ont été l’objet de l’intérêt du monde savant. L’indianiste Sylvain Lévi (1863-1935) et le linguiste Antoine Meillet (1866-1936) ont entrepris de déchiffrer et d’identifier ces textes. Jean Filliozat (1906-1982), Walter Couvreur (1914-1996) puis Werner Thomas ont ensuite poursuivi ces travaux. L’étude de ces manuscrits devait se faire sur place, en salle de lecture, et pouvait ponctuellement s’appuyer sur des reproductions photographiques tandis que les premières publications donnaient aux spécialistes un aperçu des richesses de ce fonds. Sylvain Lévi en publia une présentation dès 1911 dans le Journal asiatique puis, en 1913, des traductions et des transcriptions de documents administratifs firent ainsi état des premiers progrès faits dans l’étude de cette langue.

6La mise en œuvre par la Bibliothèque nationale de campagnes systématiques de microfilmage permit par la suite de favoriser une diffusion un peu élargie de ces fonds. Le microfilmage était conçu avant tout comme une mesure de sécurité des collections, mais aussi de conservation, le microfilm pouvant, dans certains cas, jouer le rôle de support de substitution pour la consultation d’originaux trop fragiles, afin d’en limiter la manipulation. Le département des Imprimés choisit ainsi de reproduire sur microfiche l’ensemble des romans français qu’il conservait.

  • 1 Voir la Note de Marie-Rose Séguy à l’administrateur général de la Bibliothèque nationale, 28 octob (...)

7Tous les documents du département des Manuscrits provenant de la mission Pelliot ont été microfilmés sous la direction de Marie-Rose Séguy entre décembre 1978 et septembre 1980 (9 558 unités, 52 886 images). Si le microfilmage était fait, là aussi, dans une perspective de conservation et de sécurité, l’objectif était également de faciliter l’envoi de reproductions aux chercheurs qui pouvaient en exprimer le besoin. Grâce à cette opération, la Bibliothèque nationale pouvait participer à un mouvement international d’échanges de microfilms entre les principales institutions conservant des collections provenant des missions effectuées en Asie centrale au début du xxe siècle. C’est ainsi qu’un double de l’ensemble des microfilms du fonds Pelliot de 1979 et 1980 fit l’objet d’un échange avec la Bibliothèque nationale de Pékin1.

8Ce que l’on appelle souvent la « bascule numérique » du monde des bibliothèques ne doit pas faire oublier que la problématique du document de substitution n’est pas neuve, même si le numérique a offert un rayonnement à ces fonds sans commune mesure avec ce que permettaient les techniques plus anciennes.

Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF

9Née en 1997, Gallica a pour mission essentielle de développer la consultation en ligne, libre et gratuite, des collections conservées dans ses différents départements. Elle a connu un accroissement quantitativement important avec la mise en œuvre de programmes de numérisation systématiques, d’abord de livres et de périodiques à partir de 2007, puis d’autres types de documents à partie de 2008. Gallica a aussi bénéficié de programmes de numérisation de microfilms et de microfiches réalisés depuis les années 1970 – fait souvent oublié qui souligne qu’il n’y a pas seulement « substitution » d’une reproduction à un original, mais parfois aussi « enchâssement » des reproductions. Elle met aujourd’hui à disposition les images numériques des imprimés, estampes, photographies, objets, conservées dans ses collections encyclopédiques.

10Les images numériques des 169 premières cotes du fonds Pelliot koutchéen nouvelle série du département des Manuscrits ont été intégrées dans Gallica en mars 2010. Ces manuscrits sont ainsi intégrés dans un ensemble encyclopédique qui, s’il n’est pas spécifiquement conçu pour les besoins des spécialistes de l’Asie ancienne, offre cependant des avantages d’un autre ordre.

11L’intégration dans un vaste ensemble de manuscrits, permet en particulier d’éclairer la variété des formes matérielles de la transmission de l’écrit au long des siècles et dans une grande diversité d’aires culturelles. Le rouleau, le codex mais aussi, comme dans le cas des manuscrits koutchéens, le format de pothi, largement répandu dans le monde indien, où la feuille est plus large que longue et percée d’un trou destiné à laisser passer un lien unissant les feuilles constituant un même volume. On en retrouve nombre d’exemples dans d’autres fonds asiatiques conservés au département des Manuscrits.

12Gallica offre en outre des fonctionnalités intéressantes pour le chercheur. Sa première qualité est d’être conçue comme une bibliothèque dont on assure la pérennité, d’une part, par un programme de sauvegarde et, d’autre part, par le référencement stable des informations qui y sont contenues.

13La BnF garantit la pérennité de ses données grâce au système de préservation et d’archivage réparti (SPAR) qui repose sur une infrastructure lourde et des logiciels de gestion de contenus et d’accès performants. Ce système effectue plusieurs copies des données, surveille l’état des supports d’enregistrement afin de détecter en temps utile d’éventuelles dégradations ; il garantit la continuité de l’accès en actualisant les formats de données de manière à en éviter l’obsolescence, tout en assurant la conservation du format d’origine.

14Chaque image est en outre dotée d’une adresse pérenne qui garantit la possibilité de la retrouver sur la longue durée, de la citer dans des publications savantes (le système d’identifiant pérenne choisi par la BnF est le système Archival Research Key (ARK) dans lequel la BnF a pour numéro d’organisme 12 148, qui figure systématiquement dans l’adresse pérenne. On notera aussi que, via Gallica, ces manuscrits sont également consultables dans la bibliothèque numérique européenne Europeana.

15Le visualiseur JPEG 2000 disponible pour les images de manuscrits depuis 2011 autorise des niveaux d’agrandissements très importants, des possibilités de rotation de l’orientation de l’image qui, dans certains cas, peuvent grandement faciliter le travail de transcription, L’internaute a également la possibilité d’extraire des détails, fonctionnalités des plus précieuses pour le paléographe, qui peut ainsi isoler une lettre, une abréviation ou une ligature.

Le programme international “A Comprehensive Edition of Tocharian manuscripts” (CEToM)

16Ce programme international, lancé en 2011 pour une durée de six ans par l’université de Vienne2, a pour objet l’établissement d’une édition en ligne de tous les manuscrits koutchéens disponibles, quel que soit leur lieu de conservation. Il est dirigé par Mélanie Malzahn, du département de Linguistique de l’université de Vienne et conduit en étroite collaboration, pour les fonds français, avec Georges-Jean Pinault, qui fut accueilli comme pensionnaire normalien au département des Manuscrits de 1981 à 1984 et est aujourd’hui directeur d’études à l’École pratique des hautes études. Les originaux des manuscrits dont les images ont été rassemblées proviennent de quatre grandes institutions : la Bibliothèque nationale de France, la British Library, la Staatsbibliothek de Berlin (collection Turfan) et la Bibliothèque de Saint-Pétersbourg.

17Le site web conçu par le CEToM est exemplaire à bien des égards par l’attention qu’il porte à la qualité des informations et des services que peut y trouver le chercheur. Pour analyser dans le détail les partis pris des éditeurs, le plus simple est d’étudier la notice d’un de ces textes ; nous avons pour cela retenu ici une feuille retrouvée par Paul Pelliot sur le site de Duldur-Akhur et aujourd’hui conservée au département des Manuscrits de la BnF sous la cote PK AS 15A.

18En tête de la notice de ce manuscrit, les éditeurs font figurer un titre, en l’occurrence « Le départ du Bodhisattva », qui permet au lecteur d’en connaître rapidement l’identification. Il s’agit de la relation du « Grand départ » du Bodhisattva, futur Boudha qui, par dégoût du monde, quitte la ville de Kapilavastu pour embrasser une vie d’ascèse, qui peut donc être rapproché du Lalitavistara, qui narre la vie du Bodhisattva depuis sa naissance jusqu’à son éveil.

19Conçue par des linguistes, la notice donne une translittération du texte – transposition lettre à lettre en caractère latin de la graphie originale – et une transcription – transposition en caractère latin des mots du texte original – auxquels s’ajoute un commentaire philologique, d’une importance toute particulière pour cette langue dont le vocabulaire et la grammaire ne sont pas encore entièrement connus. Les éditeurs font part des hypothèses qui peuvent être formulées, comme ici pour le mot « niyâtun », qui ne présente pas une forme habituelle à la langue koutchéenne et pourrait être un emprunt à une autre langue, peut-être pour désigner une pièce ornementale du harnachement d’un cheval. En outre, une part importante des mots figurant dans les transcriptions sont indexés pour constituer un vocabulaire en ligne, consultable facilement, par simple clic dans le texte ; les entrées donnent pour chaque mot une traduction, mais permettent, également par un système de liens hypertextes, d’afficher aisément toutes les occurrences dans l’ensemble des textes publiés sur le site d’un même mot, et ce, quelle que soit la flexion pour les substantifs ou la conjugaison pour les verbes. Cette utilisation très simple est parfaitement adaptée aux besoins du chercheur pour lequel le contexte constitue un élément essentiel à l’affinement des connaissances lexicales. Le site permet ainsi d’effectuer une recherche plein texte dans l’ensemble des notices.

20La rubrique « Référence », appuyée sur une bibliographie clairement présentée, offre des rapprochements susceptibles d’éclairer le texte étudié. Dans l’exemple qui nous intéresse, les éditeurs indiquent que le texte figurant sur le manuscrit met l’accent sur le personnage du cheval Kanthaka tandis que le texte parallèle dans la version sanscrite rapporte un dialogue entre le Bodhisattva et le cocher Chandaka.

21Si les recherches de la première moitié du siècle dernier ont beaucoup porté sur le déchiffrement de la langue, l’intérêt des savants aujourd’hui s’étend aussi très largement à l’étude des voies de communication, ici la Route de la Soie, comme facteur de communication des aires culturelles, permettant en l’occurrence aux oasis de l’Asie centrale de jouer un rôle de passeur dans la transmission du bouddhisme, né en Inde vers la Chine et de là, vers la Corée et le Japon. La comparaison des textes est un des éléments importants de ces recherches et cette édition permet de s’y livrer même sans avoir de maîtrise du koutchéen puisque les éditeurs mettent également à disposition une traduction de chacun des textes publiés. Nous voyons à travers cet exemple que les humanités numériques ne sont pas seulement affaire d’accès facilité ou de confort de recherche ; elles permettent des appropriations nouvelles et élargies de documents qui « essaiment » désormais au-delà de leur discipline de prédilection (ici, l’indianisme et la linguistique).

22Les textes introductifs du site internet du CEToM sont rédigés en six langues – allemand, français, anglais, russe, chinois et japonais – symbole de la volonté de faire de cette édition en ligne des textes koutchéens une plate-forme encourageant à la plus large collaboration internationale. La tâche est d’ampleur car jusqu’ici seuls des fragments de ces textes avaient été publiés de façon dispersée et incomplète. Le site est actualisé au fur et à mesure de l’avancement de l’étude et la date de création comme la dernière date de mise à jour est indiquée sur la notice, ce qui en favorise le référencement précis. Le partenariat établi en 2013 entre la BnF et l’université de Vienne prévoit de rajouter des liens hypertextes dans les notices afin de renvoyer aux images numériques des manuscrits consultables dans Gallica ; en outre, le catalogue Bibliothèque, archives et manuscrits (BAM) de la BnF sera enrichi grâce aux éléments descriptifs de la base CEToM.

Encadré. Départ du Bodhisattva : traduction proposée par le CEToM (BnF, département des Manuscrits, PK AS 15)

a1 ... [The chariot driver Chandaka] seized [the horse] Kanthaka. This Kanthaka ... because of the separation from [his] master ...

a2 ... with the head letting rain burning tears, he began to (bow towards) the feet of the Bodhisattva ...

a3 ... having stretched [his] golden-colored arm [and] having put [his] hand provided with webbing on the head of Kanthaka, the (Bodhi)sattva (says) ...

a4 [you] ought to be full of suffering and this is your animal birth. As you (pay homage?) to me because of that ...

a5 (after) having (obtained) myself the dignity of Buddhahood, I (will) pull you out of the mud of the Saṃsara ...

a6 having made ... before, [the horse or the chariot driver Chandaka] began to go to [the city] Kapilavastu. Again and again he kept looking (back) desperately ...

a7 having become weak, being disturbed, tripping, he kept going calling the Bodhisattva. Thereupon ...

b1 ... they brought. ...

b2 they emitted (the news [of the return of the horse]) out from the city of (Kapi)lavastu far over the earth: "This is the most noble among horses."

b3 The horse Kanthaka, having seen the garden Nyagrodhārāma, ... loudly (?) (in the) middle of ...

b4 having seen the city of Kapilavastu, going [slowly] step by step because of suffering ...

b5 the whole city of Kapilavastu was full of (joy). Then (in) the city of Kapilavastu (the news was heard:)

b6 "The lord Sarvārthasiddha has turned back." Thereupon the people readily ran, ministers, princess(es), ...

b7 "Sarvārthasiddha (is not there)." Then [a crowd of women] beginning with Gopikā Yaśodharā being confused by the sorrowful (news) ...

Références bibliographiques

23Berthier Annie (dir.), Manuscrits, xylographes, estampages : les collections orientales du département des Manuscrits, Paris, Bibliothèque nationale, 2000.

24Bouvier-Ajam Laurent, Chevallier Philippe, Rioust Laure, « La consultation de manuscrits en ligne. Une étude qualitative auprès de trois catégories d'utilisateurs potentiels », Bulletin des bibliothèques de France, 2011, n° 5. [En ligne] : < http://bbf.enssib.fr/​consulter/​bbf-2011-05-0017-003 >.

25Pinault Georges-Jean, « Concordance des manuscrits tokhariens du fonds Pelliot », in Malzahn Mélanie (éd.), Instrumenta Tocharica, Heidelberg, Winter, 2007 (Indogermanische Bibliothek ; Erste Reihe).

26Sérinde, Terre de Boudha : dix siècles d’art sur la Route de la Soie, [catalogue d'exposition] Paris, Réunion des musées nationaux, 1995.

Notes

1 Voir la Note de Marie-Rose Séguy à l’administrateur général de la Bibliothèque nationale, 28 octobre 1980 (dossier administratif « Pelliot koutchéen » du département des Manuscrits).

2https://www.univie.ac.at/tocharian/ >.

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search