Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mener l'enquête

 | 
Christophe Evans

Partie III. Impliquer, exploiter, évaluer

1. Diagnostics, études, films : la bibliothèque départementale du Val-d’Oise enquête sur tous les fronts

Diane Roussignol et Dominique Lahary

Texte intégral

  • 1 ADBDP, Comparateur statistique, < http://www.adbdp.asso.fr/spip.php?page=stats >.

1Les bibliothèques départementales sont toutes, sinon enquêteuses, du moins statisticiennes. Elles recueillent les chiffres des bibliothèques de leur réseau, ce qui alimente le rapport annuel que le ministère de la Culture leur adresse. Elles en tirent souvent une brochure diffusée dans leur département. C’est ce qui permet à l’association des directeurs de bibliothèques départementales de prêt (ADBDP) de proposer sur son site un comparateur statistique reposant sur les données transmises au ministère1.

  • 2 ADBDP, Typologie des établissements ouverts à tous publics, < http://www.adbdp.asso.fr/spip.php?article662 >.
  • 3 Discours de Frédéric Mitterrand prononcé à l’occasion de la conférence de presse de présentation de (...)

2La commission « évaluation » de l’ADBDP a élaboré une typologie des bibliothèques publiques en 5 catégories en fonction des locaux, des collections, du personnel2. Cette typologie permet notamment d’analyser un réseau départemental. Il n’est pas étonnant que cette expertise ait conduit le Service du livre et de la lecture du ministère de la Culture à recourir aux BDP pour mettre en place progressivement un recueil plus exhaustif sur les bibliothèques publiques, faisant passer celles-ci de 4 000 à 16 000, selon les propos du ministre Frédéric Mitterrand tenus lors d’une conférence de presse le 30 mars 20103.

ENCADRÉ. LES BIBLIOTHÈQUES DÉPARTEMENTALES : MINI DIAGNOSTICS À LA DEMANDE.
La bibliothèque départementale du Val-d’Oise, comme beaucoup de ses semblables, gère une base de données départementale sur les bibliothèques. Dans le cadre de sa mission de conseil, elle aide les collectivités dans l’évaluation d’un service ou la mise en place d’un projet. Elle est amenée régulièrement à exploiter les données pour répondre à des questions précises comme : quelles sont les bibliothèques des communes de moins de 2 000 habitants ayant des salariés ? Quelles sont les bibliothèques où l’inscription est gratuite ? Il est important pour les bibliothécaires, les cadres dirigeants et les élus de pouvoir se situer dans le contexte local pour mettre en place un projet.

  • 4 Loïc Langlade et Jérôme Michalon, Les acteurs bénévoles du réseau de lecture publique de la Loire : (...)
  • 5 Claude Poissenot, Les non usagers des BDP : le cas de la Meuse, < http://www.adbdp.asso.fr/spip.php?article651 >.

3Mais compter n’est pas enquêter. Plus rares sont les études publiées après avoir été réalisées par ou pour des bibliothèques départementales. On peut citer notamment le beau travail de Loïc Langlade et Jérôme Michalon sur les bénévoles des bibliothèques rurales de la Loire4 ou l’enquête de Claude Poissenot sur les non usagers de la Meuse5. Pourtant, entre les diagnostics sur un établissement, une commune ou une intercommunalité et les enquêtes nationales, l’échelle départementale présente un certain intérêt. Nous allons le vérifier dans le texte qui suit.

POURQUOI LA BIBLIOTHÈQUE DÉPARTEMENTALE DU VAL-D’OISE ENQUÊTE-T-ELLE ?

4Si la bibliothèque départementale s’est lancée dans un certain nombre d’enquêtes et d’études, c’est tout simplement pour mieux accomplir ses missions de conseil et d’assistance, dans le cadre d’une extension de son intervention à l’ensemble des communes sans considération de plafond démographique.

5L’aide à la décision, dans le cadre des projets de bibliothèques et médiathèques mais aussi de l’amélioration et de l’animation des équipements existants, gagne à s’appuyer sur des constatations plutôt que sur des croyances. Que de fois n’avons-nous pas cité, lors de rencontres avec des élus, des cadres dirigeants ou des bibliothécaires, des conclusions issues de notre enquête Usages et usagers, présentée ci-dessous, telles qu’« il faut une bibliothèque tous les quarts d’heure » (puisque 80 % des personnes sortant d’une bibliothèque ont mis moins d’un quart d’heure pour s’y rendre, tous moyens de locomotions confondus) ou « on ne saurait se satisfaire d’utilisateurs satisfaits » (puisque toute bibliothèque sélectionne un public qui lui est adapté).

6Mais études et enquêtes sont également utiles pour écrire la politique de lecture publique départementale, s’il est vrai que toute bonne politique s’appuie sur la réalité. C’est ainsi que le fil rouge des travaux réalisés par la bibliothèque départementale du Val d’Oise a été de travailler sur la bibliothèque réelle, telle qu’elle est vraiment utilisée et pratiquée par une partie de la population.

7L’enquête Usages et usagers repose, par exemple, sur des questionnaires administrés à la sortie des bibliothèques et portant sur ce que les personnes interrogées venaient d’y faire, sans solliciter une reconstruction de leur part sur leurs visites antérieures.

  • 6 Mathilde Servet. « Les bibliothèques troisième lieu », Bulletin des bibliothèques de France, t. 55, (...)

8Le film Des Valdoisiens en bibliothèque présente le même effet de réalité en montrant la diversité des usagers et en corroborant avec force, sans nier aucunement la fonction documentaire de la bibliothèque, sa fonction d’espace public de lien social, bref ce qu’on appelle la bibliothèque troisième lieu6.

ENCADRÉ. LES ÉTUDES ET ENQUÊTES RÉALISÉES PAR LA BIBLIOTHÈQUE DÉPARTEMENTALE DU VAL-D’OISE.

État des lieux des bibliothèques publiques du Val-d’Oise, données 2001 : l’activité et les moyens des bibliothèques publiques en 16 cartes thématiques commentées présentant les données par commune et par territoire.

Usages et usagers des bibliothèques publiques en Pays de France et Plaine de France, rapport d’enquête septembre 2003 : enquête quantitative sur les pratiques et la satisfaction des usagers et sur leurs modes d’approvisionnement en dehors de la bibliothèque (enquête menée dans 14 établissements auprès de 400 personnes).

La bibliothèque, espace public : films donnant la parole aux usagers et réalisés pour le colloque La bibliothèque outil du lien social organisé le 11 décembre 2008 à Villiers-le-Bel par le Conseil général du Val-d’Oise, l’association Cible 95 et la Communauté d’agglomération Val de France. Deux films présentent les bibliothèques de Lomme et de Signy-l’Abbaye. Le troisième, Des Valdoisiens en bibliothèque, est une succession d’interviews montrant la diversité des usages. Ces films ne relèvent pas de la méthodologie stricte de l’enquête ou de l’étude mais ont le même objectif : une meilleure connaissance des pratiques des usagers. C’est pourquoi nous les citons ici.

Les facteurs de réussite d’une bibliothèque : étude en cours visant à analyser les corrélations entre les indicateurs d’usages de la bibliothèque et les moyens mis en œuvre (quantitatif et qualitatif) afin de mieux cerner les leviers d’action. Les premiers résultats de cette étude ont été publiés dans les n ° 59 à 62 de Lire en Val-d’Oise, disponibles sur le site Internet du Conseil général du Val-d’Oise : < http://www.valdoise.fr/​6545-lire-en-val-d-oise.htm >

9(Enquêtes téléchargeables sur < http://bibliotheques.valdoise.fr > Ressources)

LA MISE EN ŒUVRE

10La bibliothèque départementale du Val-d’Oise a mené ses études et enquêtes en fonction des forces en présence et des aléas de la vie du service. Nous avons mené ces projets avec des difficultés d’ordre organisationnel ou méthodologique et cette activité n’a donc rien d’exemplaire dans sa mise en œuvre et ses résultats.

CONTEXTE DE LANCEMENT DES ÉTUDES ET DÉFINITION DES OBJECTIFS

11Le contexte et les objectifs de chaque projet, bien que répondant tous aux mêmes préoccupations, ont été différents.

12L’état des lieux des bibliothèques publiques du Val-d’Oise a été réalisé dans le cadre d’un projet de service mis en œuvre dans une dynamique de territorialisation de l’ensemble de l’action du Conseil général du Val-d’Oise. Il a permis d’établir un diagnostic territorial qui a servi d’instrument de travail pour les six équipes de territoire de la bibliothèque départementale qui ont été créées à la suite de ce projet de service.

13L’étude Usages et usagers des bibliothèques publiques en Pays de France et Plaine de France a également été lancée dans ce cadre afin de nourrir la réflexion d’une observation des pratiques du public. Le choix a été fait d’enquêter dans deux territoires, l’un davantage rural et l’autre beaucoup plus urbain de l’est du département.

14Les films La bibliothèque, espace public, ont été réalisés pour une occasion précise : un colloque. Dans deux des films, il s’agissait de montrer les établissements de Lomme et de Signy l’Abbaye, où une visite avait été organisée pour des élus du Val-d’Oise porteurs d’un projet de nouvelle bibliothèque ou médiathèque. Le troisième a été réalisé pour répondre à une demande de Dominique Gillot, première vice-présidente du Conseil général en charge de la culture : donner, lors du colloque, la parole aux usagers. Mais ces films devaient, à notre grande surprise, survivre au colloque du 11 décembre 2008 et franchir les frontières du Val-d’Oise.

15L’objectif de l’étude sur Les facteurs de réussite est, lui, moins contextualisé, il s’agissait d’établir des corrélations entre les différents indicateurs de moyen et de résultat des bibliothèques afin de fonder le travail de conseils aux élus et aux bibliothécaires sur des données les plus objectives possibles.

LES FORCES EN PRÉSENCE

16La bibliothèque départementale a la chance de pouvoir s’appuyer sur l’Observatoire départemental, service Étude du Conseil général du Vald’Oise. L’enquête sur les usagers et l’étude sur les facteurs de réussite ont donc été menées en collaboration avec ce service qui nous a apporté son expertise méthodologique et sa compétence en termes de traitement et d’analyse de données. Cependant, les forces en présence n’étant pas toujours suffisantes, nous avons également fait appel à des prestataires et partenaires extérieurs. Ainsi, la passation et la saisie des données de l’étude Usages et usagers a été sous-traitée à la junior entreprise de l’Essec, école de commerce située à Cergy, sur les conseils de l’Observatoire départemental.

17La réalisation des films La bibliothèque, espace public a demandé des compétences et du matériel que nous n’avions pas à la bibliothèque. Des Valdoisiens en bibliothèque a été réalisé avec l’aide d’une vidéaste de la direction de l’Action culturelle du Conseil général qui a assuré la prise de vue et le montage, tandis que la bibliothèque départementale se chargeait de la préparation du tournage, des interviews et des choix de montage. Comme il était impossible qu’elle réalise l’ensemble des films, nous avons fait faire les deux autres, sur Lomme et Signy-l’Abbaye, par des sociétés extérieures. Le film sur Signy a totalement été sous-traité, ce qui a posé quelques soucis dans la réalisation car notre commande n’avait pas été très bien comprise. Le film de Lomme, par contre, n’a été sous-traité que partiellement car nous avons assisté au tournage et réalisé les interviews, ce qui a permis de garder la main sur le contenu.

18Pour l’étude Les facteurs de réussite, nous n’avions pas bien mesuré l’étendue du travail dans lequel nous nous lancions. Nous avons donc mené ce projet en plusieurs phases en fonction des disponibilités de chacun. La première phase a été réalisée par deux élèves conservateurs en stage à la bibliothèque départementale, Mireille Choffrut et Delphine Pichon. Elles ont constitué la base de données et réalisé vingt entretiens qualitatifs mais n’ont pas eu le temps de travailler sur l’analyse des résultats qui s’est faite sur plusieurs mois après leur stage. Plus d’un an après le lancement de cette étude, nous avons également fait appel à l’expertise du service Études et recherche de la Bpi pour la mener à son terme.

19On en conclut que la méthode de la bibliothèque départementale du Vald’Oise aura été d’assurer elle-même le pilotage des études et enquêtes en sollicitant des aides méthodologiques et en ne sous-traitant que ce qu’il est impossible de faire en interne en termes de compétences techniques ou de temps de travail.

LES DONNÉES À RASSEMBLER…

20Dans un premier temps, il faut rassembler les données au niveau départemental, qu’il s’agisse de les analyser directement ou de les utiliser pour définir des lieux d’enquête. Nous avions auparavant deux sources à agréger, notre base de données regroupant les informations sur les petites et moyennes bibliothèques et les statistiques rassemblées par le ministère de la Culture. Cette étape devrait s’améliorer pour les futures études du fait de la campagne coordonnée entre les bibliothèques départementales et le Service du livre et de la lecture du ministère de la Culture et de la Communication qui est en train de se mettre en place au niveau national et qui va permettre une meilleure cohérence et disponibilité des données7. Cependant, il est difficile de demander à toutes les bibliothèques le même niveau de détail. Ainsi, nous n’avons pas, au niveau départemental, la possibilité d’analyser la part des enfants et des adultes inscrits dans chaque bibliothèque. La question de la fiabilité des données se posera également toujours : les enfants inscrits viennent-ils uniquement dans le cadre de l’école ou également en dehors, et à quoi correspond le chiffre communiqué ? Les procédures de vérification par le personnel de la bibliothèque départementale, qui connaît le terrain, permettent de valider les données mais il reste toujours des biais. Il faut garder à l’esprit qu’on ne peut, au niveau départemental, qu’exploiter des indicateurs très généraux, mais que ce travail peut déjà donner des résultats intéressants.

21Pour les enquêtes qualitatives tout comme pour les interviews filmées, il s’agit de définir les lieux d’enquête en fonction des objectifs et ensuite d’aller sur le terrain avec des guides d’entretiens préalablement établies. Les bibliothécaires et les élus sont bien évidemment prévenus de notre visite et nous nous efforçons de leur communiquer de façon privilégiée les résultats (transcription intégrale des entretiens, don du DVD La bibliothèque, espace public…). Ces moments sur le terrain sont obligatoirement suivis du travail long et plus ingrat de retranscription des propos ou de visionnage des prises de vue afin de permettre leur exploitation.

… ET À EXPLOITER

22La récolte des données et matériaux nécessaires à l’étude n’étant que la partie visible de l’iceberg, il s’agit ensuite de les exploiter. La collaboration avec l’Observatoire départemental a alors été essentielle pour le traitement statistique des données chiffrées car ce service dispose des outils et des compétences permettant de croiser les données. Il s’agit dans cette phase de trouver le bon angle d’analyse. Ainsi, pour l’étude Les facteurs de réussite, plusieurs types de croisements ont été nécessaires avant de trouver la bonne façon de mettre en regard les critères de réussites et les moyens. Il s’agit d’obtenir des résultats parlants et utilisables, les regards des experts méthodologiques et des professionnels connaissant le terrain se complétant les uns les autres.

23L’exploitation des entretiens et interviews d’usagers peut paraître plus aisée, car il s’agit de travailler sur du texte et non sur des chiffres. Mais, il est utile de se fixer un cadre d’analyse. Pour le film Des Valdoisiens en bibliothèque, nous avions un objectif clair, donner la parole aux usagers en montrant la variété des pratiques en allant des plus traditionnelles aux plus étonnantes, le découpage des interviews et le montage s’en sont trouvés facilités.

24L’exploitation des vingt entretiens de l’étude Les facteurs de réussite a nécessité davantage de temps car il s’agissait de les relier à la partie quantitative de l’étude. Sur les conseils de l’Observatoire, nous avons réorganisé les interviews de façon thématique afin de pouvoir illustrer les indicateurs de réussite : fréquentation, prêts et inscrits. L’objectif consistait à donner de la chair aux chiffres afin de les illustrer en donnant une vision plus concrète des pratiques des usagers. Le travail est, en fait, un peu le même que pour le montage d’interviews : on coupe, on trie, on réorganise les propos récoltés en veillant à ne pas trahir la pensée, en recontextualisant, et en problématisant. La difficulté est que les résultats des enquêtes qualitatives ne sont pas représentatifs au sens statistique du terme, contrairement aux données chiffrées. L’articulation entre les deux est donc délicate mais l’apport des données qualitatives est inestimable.

ALLER AU BOUT DU PROJET

25Il s’agit enfin de finaliser le projet même s’il n’y a pas de commande précise ou de date butoir. On peut facilement se laisser prendre par d’autres tâches plus urgentes et oublier l’étude sur un coin de la table. Il faut bien évidemment aller au bout des questionnements mais aussi savoir les stopper car ils peuvent être infinis. En lançant l’étude Les facteurs de réussite, nous avons mal mesuré l’ampleur de la tâche qui attendait la bibliothèque départementale, mais aussi l’Observatoire départemental. Sa mise en œuvre a donc demandé beaucoup plus de temps que prévu, il a fallu remobiliser les forces en présence et en trouver d’autres pour finaliser. Les projets ambitieux obligent à repousser un peu nos limites et à apprendre en faisant. Ainsi, quand nous avons pris la décision de faire (et faire faire) trois films en trois mois pour le colloque La bibliothèque outil du lien social sans jamais avoir rien accompli de tel auparavant, nous avions conscience que ce ne serait pas facile. Mais au final, la satisfaction était au rendez-vous.

26Il est important, pour mener une étude ou une enquête, de dégager du temps, d’arriver à changer la façon d’appréhender son travail pour passer du temps de l’opérationnel au temps de l’étude et de la réflexion, nécessairement plus long.

27Il est ensuite nécessaire, pour finaliser le projet, de publier et de diffuser les résultats en les présentant aux différentes personnes qui peuvent être intéressées.

QU’EN FAIT-ON ?

28Pour réaliser des enquêtes et des études, la bibliothèque départementale met à contribution des collègues et des usagers qui donnent de leur temps et de leur énergie pour comptabiliser leur activité, répondre à des questionnaires, accueillir des enquêteurs. C’est donc un juste retour des choses que de leur communiquer le résultat de ce à quoi ils ont contribué. Dans l’enquête sur les facteurs de réussite, il nous manquait une donnée importante pour mesurer la réussite : le nombre d’entrées. Nous avons donc demandé à toutes les bibliothèques valdoisiennes de bien vouloir les comptabiliser pendant une semaine test. 80 % d’entre elles ont participé à cette opération. Il était donc important de leur transmettre rapidement les résultats de ce comptage sans attendre la finalisation de l’étude. Nous avons donc commencé une publication en feuilleton de l’étude Les facteurs de réussite dans Lire en Val-d’Oise, le bulletin d’information de la bibliothèque départementale, en commençant par la question de la fréquentation. Il s’agissait de montrer les grandes tendances, les moyennes départementales par groupe de bibliothèques et d’illustrer le tout par des extraits d’entretiens sur les usages, les horaires et le bâtiment.

29Cependant, comme nous réalisons ces études à une échelle départementale ou en tout cas sur un périmètre englobant un grand nombre de communes, il est nécessaire d’expliquer que les résultats ne peuvent pas être exploités localement. L’enquête Usages et usagers des bibliothèques publiques a été réalisée auprès de 400 personnes de 14 établissements. Nous avons expliqué en amont aux bibliothécaires qui accueillaient les enquêteurs que les résultats ne pourraient pas être représentatifs des pratiques dans leur établissement car le nombre de personnes interrogées dans chaque lieu était trop faible.

LE « DEVOIR DE RESTITUTION AUX ENQUÊTÉS »

30Ce « devoir de restitution aux enquêtés » n’est pas encore systématique dans le Val-d’Oise. Depuis la publication de l’état des lieux des bibliothèques publiques en 2004 avec les données 2001, il n’y a pas eu de publication des statistiques récoltées annuellement. Cependant, ces données peuvent être exploitées et restituées à la demande (voir l’encadré p. 105) ci-dessus). L’ouverture du site de l’Observatoire de la lecture publique du ministère de la Culture permettra de combler ce manque. Il est important de rendre compte régulièrement aux bibliothécaires pour garder une relation de confiance afin qu’ils ne déconnectent pas le rendu des rapports annuels de leur utilisation. La fiabilité des informations collectées pourrait à terme en être altérée. Il est vrai également que le temps de validation et de mise en forme des données est long et qu’il est parfois délicat de publier des chiffres qui paraissent déjà périmés au moment de leur publication puisque les bibliothèques ont déjà rendu leurs chiffres de l’année suivante.

31Au-delà de cette restitution, il est important de communiquer sur les résultats d’une étude en fonction des objectifs fixés au départ et des résultats obtenus. La publication d’un rapport final est essentielle pour finaliser une enquête, mais c’est probablement la publication la moins lue et donc la moins efficace pour faire évoluer les pratiques. Elle sert de base à d’autres publications plus ciblées. Ainsi, le rapport d’enquête Usages et usagers des bibliothèques publiques est doublé d’une synthèse de 6 pages qui est suffisante pour communiquer les principaux résultats. La publication sous forme de feuilleton dans Lire en Val-d’Oise des premiers résultats de l’étude est également une façon, non seulement de rendre compte avant les résultats finaux, mais aussi de les rendre plus attractifs. Nous essayons au fil du temps d’améliorer les restitutions d’enquêtes. Ainsi, nous avons prévu d’organiser un atelier de réflexion et une journée de formation autour de l’étude Les facteurs de réussite, alors que nous avions omis de le faire pour les études précédentes. Ces publications et restitutions multiples, aussi bien sur papier que sur le site Web du Conseil général ce qui les rend accessible à tous, peuvent donner une impression d’éparpillement alors qu’elles correspondent à la multiplicité des cibles.

32La mission principale de la bibliothèque départementale du Val-d’Oise étant le développement de la lecture publique, il est important également de décliner les résultats en outils de conseil pour les acteurs de terrain : élus, cadres dirigeants et bibliothécaires. Un de nos credo est de rendre visible, auprès des décideurs, les bibliothèques en tant qu’espace public ouvert à toute la population. Dans cette optique, le chiffrage du nombre d’entrées est régulièrement utilisé par la direction de la bibliothèque départementale pour montrer l’importance de la fréquentation des bibliothèques. Ce chiffre (estimé à 2 millions par an) est suffisamment frappant pour avoir été repris dans l’édition valdoisienne du Parisien et est également entendu avec intérêt par les élus qui voient alors d’un autre œil leurs bibliothèques. Il est plus facile de conseiller les acteurs de la lecture publique avec des résultats locaux qu’avec des études nationales car cela leur semble plus proche et leur paraît plus légitime. Il faut cependant que nous continuions à décliner les études en outils de conseils pour l’ensemble du personnel de la bibliothèque départementale afin d’avoir un argumentaire et un discours commun.

33L’intérêt du niveau départemental est de permettre une mise en question des pratiques en douceur. Nous n’évaluons pas un service ou un établissement mais nous analysons des pratiques générales et des grandes tendances. Dans l’étude Les facteurs de réussite d’une bibliothèque publique, il ne s’agit pas de produire un classement des bibliothèques du département, mais de comprendre les corrélations entre les résultats et les moyens afin de déterminer quels sont les leviers de l’action. Les enquêtes de niveau départemental ne peuvent pas avoir structurellement d’objectifs de changement à court terme. Il s’agit d’avoir des outils d’évaluation et de conseils qui peuvent infléchir la politique départementale de lecture publique.

  • 8 Diane Roussignol. « Les usagers ont la parole », Bulletin des bibliothèques de France, t. 55, 2010, (...)

34Les études et enquêtes de la bibliothèque départementale s’insèrent dans les débats actuels sur l’avenir des bibliothèques et, nous l’espérons, contribuent à l’évolution de la lecture publique. Il est important, quand cela est justifié, de publier les résultats d’études locales dans la presse professionnelle8 et de communiquer dans des journées d’études en dehors du département. Ainsi, les films de La bibliothèque, espace public ont été projetés dans de nombreuses journées de formation car le support audiovisuel facilite le changement des représentations.

35De ce passage en revue de quelques travaux de la bibliothèque départementale du Val-d’Oise, on peut retenir trois enseignements :

  • le premier est qu’on ne peut rien entreprendre sans quelques moyens humains et/ou financiers. Les méthodes de travail doivent être adaptées aux ressources disponibles ;

  • le second est qu’une méthodologie rigoureuse est essentielle. On n’improvise pas un questionnaire, au risque de tomber dans des pièges classiques ou d’introduire des biais. L’apport méthodologique d’un service spécialisé du Conseil général puis de la Bpi auront été essentiels ;

  • le troisième est que la restitution est un devoir : on n’a pas le droit de garder pour soi les résultats d’une enquête. Partager avec les enquêtés, les décideurs et la communauté professionnelle, au-delà de la mise à disposition sur le Web, nécessite de combiner plusieurs modes d’appropriation.

36Mais au-delà de l’objectivité recherchée des méthodes, avouons le parti pris : étudier le public c’est le mettre au cœur de toute démarche de lecture publique. Pas pour le conquérir, mais pour le servir, tout simplement. Et précisons ce point : une étude, une enquête réalisée par une collectivité territoriale, quelles que soient par ailleurs la rigueur de sa méthodologie et la validité de ses résultats, est d’abord un instrument d’aide à la décision, c’est-à-dire un outil pour l’action.

Notes

1 ADBDP, Comparateur statistique, < http://www.adbdp.asso.fr/spip.php?page=stats >.

2 ADBDP, Typologie des établissements ouverts à tous publics, < http://www.adbdp.asso.fr/spip.php?article662 >.

3 Discours de Frédéric Mitterrand prononcé à l’occasion de la conférence de presse de présentation des 14 propositions pour le développement de la lecture, 14 mars 2010, < http://www.culture.gouv.fr/mcc/Espace-Presse/Discours/Discours-de-Frederic-Mitterrand-prononce-a-loccasion-de-la-conference-de-presse-de-presentation-des-14-propositions-pour-le-developpe-mentdelalecture >.

4 Loïc Langlade et Jérôme Michalon, Les acteurs bénévoles du réseau de lecture publique de la Loire : engagement et autonomie, Journées d’études de l’ADBDP, 12-14 novembre 2003 : les relations, < http://www.adbdp.asso.fr/spip.php?article463 >.

5 Claude Poissenot, Les non usagers des BDP : le cas de la Meuse, < http://www.adbdp.asso.fr/spip.php?article651 >.

6 Mathilde Servet. « Les bibliothèques troisième lieu », Bulletin des bibliothèques de France, t. 55, 2010, n ° 4, p. 57-63. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2010-04-0057-001 >.

7 Site prochainement en ligne : < http://www.observatoirelecturepublique.fr >

8 Diane Roussignol. « Les usagers ont la parole », Bulletin des bibliothèques de France, t. 55, 2010, n ° 6, p. 14-16. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2010-06-0014-003 >.

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540