Version classiqueVersion mobile

La recherche dans les institutions patrimoniales

 | 
Mélanie Roustan

Partie 1. S’orienter parmi les sources

Chapitre 4. Bibliothèques numériques et recherche sur le Web

Fabrice Papy

Texte intégral

  • 1 Gallica, Europeana, arXiv.org, HAL, Stanford Digital Repository, Google Scholar, Google Books, Wik (...)

1Les dispositifs numériques documentaires à vocation patrimoniale, culturelle, scientifique ou commerciale se sont multipliés en une dizaine d’années et participent, comme les moteurs et annuaires de recherche, au paysage techno-documentaire du Web mondial [Andro, Asselin et Maisonneuve, 2012 ; Papy, 2012 ; Papy, 2011 ; Ferchaud, 2001 ; Schwartz, 2000 ; Kuny, 1996]. Pourtant, alors que les modèles technologiques, largement inspirés des travaux du Word Wilde Web Consortium (W3C), ont démontré leur efficacité et expliquent en grande partie la création de bibliothèques, archives et dépôts numériques1, discussions et débats parmi les professionnels et les chercheurs demeurent toujours aussi vifs lorsque les questions de l’usage de ces environnements documentaires numériques sont évoquées [Moatti, 2013 ; Chen, 2011 ; Dinet, 2008 ; Davis et Cornnolly, 2007 ; Lupovici, 2007 ; Roland, 2006 ; Borgman, 2004 ; Southwick, 2003 ; Chartron, 2002].

Bibliothèques, archives et dépôts numériques

  • 2 ISO 9241-1998, Partie 11 : Lignes directrices concernant l'utilisabilité, « Le degré selon lequel (...)

2L’expression « bibliothèque numérique » est à elle seule la source et la cause de ces échanges permanents qui n’interrogent plus les soubassements technologiques des artefacts documentaires mais leur pertinence documentaire, leur utilisabilité2 par un très large public, leur interopérabilité cognitive [Favier, 2013 ; Feyler, 2007] et leur capacité à évoluer et à s’intégrer dans des environnements structurés [Letrouvé, 2014 ; Brangier, 2012 ; Eschenfelder et Caswell, 2010 ; Quinton, 2007 ; Ciaccia et Martins, 2005 ; Papy, 2007 ; Folcher, 2003 ; Tricot, 2000 ; Rabardel, 1995].

  • 3 La bibliothèque Europeana, à laquelle participent les 27 pays de l’Union européenne, se compose de (...)

3L’existence de ces artefacts documentaires numériques est intimement liée à l’industrialisation des procédures de numérisation3 dont la finalité est :

  • l’amélioration (à moindre coût) de la gestion et la conservation de ressources documentaires hétérogènes (texte, image, vidéo, son, etc.) ;
  • l’augmentation de l’exploitation (au sens large) des ressources numériques et numérisés ;
  • l’amplification des accès (usages) aux ressources numériques. Exprimé autrement, c’est un rapprochement entre technologies numériques, techniques documentaires et processus cognitifs (en raison des exigences d’utilisabilité) des usagers/utilisateurs qui conduit à révéler la complexité des bibliothèques numériques en termes d’utilisation et d’appropriation par leurs utilisateurs potentiels.

4« Bibliothèque numérique » est une expression qui relie deux mondes dont les complexités respectives sont indéniables : d’une part, celui de la bibliothèque et d’autre part, celui de l’informatique étendu aux technologies de l’information et de la communication (TIC). La bibliothèque renvoie ainsi à des problématiques, voire des missions reconnues de pérennisation, de patrimoine, de diffusion, d’organisation, d’accessibilité, de partage, de conservation, d’usage, etc. Plus que jamais, elle constitue un univers dense, riche et complexe. Le premier rapport mondial de l’Unesco [2005], la place au cœur des enjeux économiques liés au nouveau paradigme de l’information, depuis l’avènement de l’ère numérique et la récente émergence de la « société de l’information et de la connaissance » [Mattelard, 2009 ; Mathien, 2005]. Enfin, c’est toute l’ingénierie informatique et le vaste domaine des TIC qui sont contenus dans l’adjectif « numérique ». Ces deux univers, qui déterminent des savoirs et des savoir-faire considérables, sont demeurés relativement disjoints jusqu’au déploiement massif des TIC et la déferlante Internet. Ils sont aujourd’hui étroitement mêlés de par les initiatives techno-industrielles et les politiques gouvernementales qui construisent activement la « société de l’information ». Ces univers se complètent, s’influencent et revendiquent une position de prédominance de l’un par rapport à l’autre dès qu’il est question d’organisation des ressources documentaires, qu’elles soient traditionnelles, numériques ou numérisées. Si les bibliothèques physiques peu instrumentées par l’informatique sont de plus en plus rares, les bibliothèques hybrides, qui articulent fonds physiques et collections numériques, et les bibliothèques totalement virtualisées et interopérables se généralisent. Elles tentent, en s’appuyant sur des principes séculaires d’organisation de documents, d’associer l’immatériel au matériel (par exemple, les Online Public Access Catalog [OPAC] des bibliothèques), le local au distant (architecture informatique client-serveur ouverte/fermée/semi-ouverte) et le visible à l’invisible (données sémantiques sur les notices bibliographiques).

5Les évolutions technologiques de ces dernières années en matière de TIC (architectures, matériels, réseaux, télécommunications, logiciels, cloud computing, streaming, etc.) ont conduit à une banalisation de la production et de la diffusion de l’information numérique. En moins d’une décennie, le Web essentiellement textuel, sur lequel les moteurs de recherche de sociétés commerciales ont démontré leur efficacité de système de recherche d’informations [Simonnot, 2008], a basculé vers un Web de ressources hétérogènes (audio, vidéo, images fixes et animées) qui constitue désormais pour des milliards d’internautes actifs, le Web de référence. Youtube créé en 2005 par Google (100 heures de vidéos mis en ligne chaque minute, 1 milliard d’utilisateurs uniques chaque mois, plus de 6 milliards d’heures de vidéo regardées chaque mois.), iTunes Store d’Apple (6 millions de chansons disponibles en 2008, 4 milliards de titres vendus), Flickr (plus de 5 milliards de ressources iconographiques en ligne) sont les illustrations les plus saillantes d’un Web irréversiblement multimédia (et hypermédia) que les internautes contribuent massivement à développer (Web 2.0) et qu’ils plébiscitent par une consommation sans limite de ressources audiovisuelles produites/consultées à partir d’équipements nomades [Casemajor-Loustau, 2011].

Recherche d’information et architectures technologiques interopérables

6Les moteurs de recherche généralistes dont les internautes font un usage massif depuis une vingtaine d’années ont enfermé la pratique de la recherche d’informations dans une recherche de séquences lexicales (mots-clés, expressions contrôlées, texte intégral) qui apparaît désormais comme un handicap majeur dans le processus de valorisation/exploitation des ressources audiovisuelles en particulier [Ihadjadene, 2004]. Pour ces ressources, ce sont principalement les données descriptives ajoutées (metadata) qui vont ainsi déterminer la capacité à retrouver les documents numériques (accessibilité/disponibilité) et à les localiser dans les collections scientifiques et techniques existantes [Rolla, 2009 ; Soergel, 2005]. Or, la valorisation de la production audiovisuelle scientifique repose sur des mécanismes d’indexation inadaptés qui font appel soit au catalogage normalisé restrictif des professionnels de l’information (bibliothécaires, documentalistes) soit à une indexation libre (folksonomies, communautés de pratique) [Matthieu, 2012 ; Morrison, 2008]. Cette situation tend à confiner ces contenus numériques dans des « dépôts numériques » peu visibles et isolés dans les environnements numériques de travail [Zacklad, 2010 ; Koohang, 2005 ; Bourgeois, 2003 ; Smith, 2003]. Ces deux approches de metadescription, spécialisée pour la première, incontrôlable et insatisfaisante pour la seconde, limitent alors l’exploitation des ressources par un large public [Pirolli, 2010 ; Papy, 2007 ; Roy, 2003]. L’utilisation d’un répertoire de descripteurs spécialisés (RAMEAU, MotBis, LCSH, etc.) rend les recherches difficiles pour tout utilisateur peu familier des langages documentaires. À l’inverse, l’absence de rigueur dans les modalités d’indexation conduit à des recherches incertaines et hasardeuses par les utilisateurs.

  • 4 “As the use of web services becomes pervasive, interoperability becomes increasingly important. Si (...)

7Pourtant, dans tous ces dispositifs documentaires, les technologies informatiques employées (formats et outils), pour l’essentiel des technologies web élaborées par les membres du W3C, visent à s’inscrire dans une démarche englobante et agrégative de l’interopérabilité4 [Bonicel, 2012] conçue pour l’amélioration de l’accessibilité aux données et aux documents.

8D’ailleurs, ce sont autant les solutions propriétaires que les solutions Open Source qui s’appuient sur les technologies web du W3C [Papy, 2011 ; Bachimont, 2009]. Les multiples portails documentaires et les nombreuses bibliothèques numériques qui offrent, en libre accès ou non, des volumes considérables de documents de toute nature sont ainsi régis par les mêmes principes de construction, d’alimentation et d’utilisation, quels que soient les systèmes informatiques retenus [TGE-ADONIS, 2011]. Il n’est pas rare de constater que ces systèmes documentaires se vantent de pouvoir s’interfacer avec d’autres dispositifs malgré des processus de conception bien distincts. C’est le cas du portail de revues en sciences humaines et sociales Persee.fr (accès libre) qui indiquait sur son site5 : « […] Désormais, la communauté scientifique dispose d’un accès simple à des collections complètes de revues, du premier numéro paru au plus récent, quel que soit le portail de diffusion. Les lecteurs peuvent ainsi, sans changer d’interface, feuilleter les sommaires de tous les numéros d’une revue, quel que soit le portail d’entrée. La consultation du texte intégral, en revanche, s’effectue via le portail d’origine du document. Il suffit de cliquer sur le titre d’un article dans le sommaire pour accéder directement à sa page sur son portail de diffusion. Le lecteur peut donc naviguer parmi les différents numéros d’une revue entre les deux portails. Cette interopérabilité repose sur l’utilisation du protocole Open Archives Initiative Protocol for Metadata Harvesting (OAI-PMH) et le partage de modèles de données XML (formats METS et Dublin Core).

9Les évolutions technologiques du Web ont signé la fin des solutions applicatives propriétaires « fermées » qui maintenaient données et utilisateurs captifs des produits conçus et vendus par les sociétés commerciales. Cette tendance à l’ouverture s’observe aussi bien pour les applications personnelles qui proposent des formats de documents ouverts que pour les systèmes de gestion de contenus et de bases de données qui rendent possibles des importations/exportations de données à partir ou vers d’autres dispositifs. En théorie, l’adaptabilité de ces technologies rend les logiques locales de conception des systèmes d’information poreuses aux approches globales des méta-systèmes d’informations (moteurs, annuaires, agrégateurs) qui concentrent, par traitement automatisé, des myriades de documents aux formats ouverts. Si les méta-moteurs soulignent la plasticité et l’évolutivité des technologies informatiques utilisées pour moissonner les données du Web, la question de la visibilité du cadre organisationnel des données est quelque peu malmenée – voire ignorée – par les outils de collecte et d’indexation du Web. Quelle que soit la sophistication des techniques statistiques et/ou linguistiques que ces systèmes utilisent pour ordonner les réponses et fournir à l’internaute les liens vers les documents les plus significatifs, le contexte d’organisation des documents (et leur statut) et de leur regroupement est insuffisamment pris en considération. Cela est particulièrement mis en évidence par les ressources audiovisuelles numériques. En effet, les plates-formes de diffusion de ressources audiovisuelles telles que DailyMotion, YouTube, Vimeo, etc. ont révélé que les procédés technologiques de recherche dans les contenus audiovisuels sont restés bien frustes en comparaison à la sophistication des techniques et des algorithmes de recherche employés par les moteurs de recherche généralistes sur les documents textuels [Papy, 2014 ; Stockinger, 2012 ; Chiaramella et Mulhem, 2007 ; Grau et Chevallet, 2007 ; Jacquemin, 2000]. Bien que des progrès scientifiques considérables aient été accomplis en matière d’analyse automatisée des contenus vidéo et audio (traitement du signal, vectorisation), les dispositifs d’indexation et de recherche sur des ressources vidéo et audio demeurent d’un usage expérimental sur des corpus relativement restreints qui sont sans rapport avec les ressources audio et vidéo consultables sur le Web [Pignier, 2012 ; Gros, 2005 ; Lefevre, 2004].

  • 6 Classification décimale Dewey (DDC), classification décimale universelle (CDU), classification de (...)

10En pratique, les portails documentaires récents (Persee, Cerimes, Gallica, Europeana, etc.) montrent combien est délicat ce positionnement entre, d’une part, des systèmes d’organisation des connaissances qui ont fait leurs preuves6 (et qui constituent de précieux outils de découverte des collections) et, d’autre part, les mécanismes puissants de recherche d’information des moteurs du Web qui ciblent rapidement des ressources-candidates, calculées comme pertinentes.

11En interne, ces portails documentaires offrent aux utilisateurs les deux modes de recherche : interrogation et exploration. Lorsque l’interrogation est retenue par l’internaute, la structure organisationnelle générique du site lui est connue (identité sémiotique) – même lorsque cette connaissance est partielle. Par ailleurs, les résultats renvoyés par le moteur de recherche interne au portail, renvoient à un ensemble de caractéristiques structurelles du site. À l’inverse, lorsque les résultats proviennent d’un moteur de recherche généraliste (qui a pu exploiter certaines des métadonnées présentes dans les documents numériques du portail), l’ensemble du contexte organisationnel des documents est dissimulé aux yeux de l’internaute. Ces aspects sont clairement mis en évidence avec Persee.fr qui offre des mécanismes de recherche et d’exploration extrêmement sophistiqués au sein du site et les résultats produits par Google qui indexe également les ressources numériques de Persee.fr. Les données immédiates de rattachement aux articles (pages, numéro, volume, année, revue, etc.), les possibilités de refiltrage des résultats (revue, mots-clés, date, langue, notes bibliographique, etc.) et la recherche par discipline scientifique (anthropologie, littérature, philosophie, etc.) apportent aux requêtes directement formulées dans Persee.fr un contexte structurel à la recherche sans comparaison avec les listes des moteurs de recherche généralistes.

Description universelle et sémantisation des données

12C’est avec XML (pour eXtensible Markup Language) qu’un véritable changement s’est amorcé sur le Web de la structuration des données. XML met davantage l’accent sur les problématiques d’échanges de données et d’interopérabilité en renvoyant au second plan les questions immédiates de visualisation (publication) d’information. La mutation du Web statique en Web dynamique où les contenus des pages ne sont plus codés au sein d’entités informatiques distinctes et adressables mais dans des bases de données, a accéléré la nécessité de séparer les données de leurs caractéristiques d’affichage.

13XML offre la possibilité de produire en toute liberté des formats de document originaux, ou des compléments d’informations sur des documents, tout en assurant une intégration optimale de ces documents dans le Web. La plasticité de XML se révèle dans la capacité de création illimitée de nouveaux langages de balisage, permettant de s’adapter fidèlement à des documents plus complexes ou plus spécialisés. La grande majorité des bibliothèques numériques en font un usage massif et décrivent l’organisation des collections numériques par des descriptions XML exploitant RSS (Rich Site Summary), RDF (Resources Description Framework), OWL (Ontology Web Language), Dublin Core, etc. qui sont des formalismes orientés « Web sémantique » [Bermès et al., 2013 ; Troncy, 2005]. Ainsi, la description complémentaire de ressources numériques a évolué d’un acte technique (insérer des balises pour améliorer le référencement auprès des systèmes de recherche d’information), à une démarche structurelle visant à traduire le contexte organisationnel des données pour aboutir à un acte social (Web social, social bookmarking).

14Les descriptions formelles intégrées aux documents numériques hétérogènes se sont largement inspirées de la syntaxe XML et la liberté qu’autorise ce métalangage a engendré de nombreuses expressions, plus ou moins sophistiquées, permettant aux concepteurs des systèmes d’information de compléter synthétiquement le contenu des ressources par des indications de contexte et d’organisation qui ne sont pas diffusées par les auteurs des documents. Les métadonnées Dublin Core, les flux RSS ou le Learning Object Metadata (LOM, pour la description de ressources pédagogiques) sont quelques-unes des utilisations les plus courantes du XML dans le Web actuel. Paradoxalement, c’est cet enrichissement descriptif qui rendra l’interopérabilité technologique entre les bibliothèques numériques – tout particulièrement quand elles exploitent des données multimédias voire hypermédias – finalement peu aisée à réaliser. Les modèles conceptuels sous-jacents de ces dispositifs documentaires peuvent ainsi être si complexes que l’alignement des données de description d’une plate-forme à une autre s’avérera délicat et souvent décevant [Bermès et al., 2013 ; Gracy, Lei Zeng et Skirvin, 2013 ; Cushing, 2013]. Ce sera donc à l’utilisateur, rompu aux techniques de recherche d’information et familier des sites spécialisés, qu’il reviendra de réaliser les opérations d’agrégation et de sélection.

Bibliothèques numériques et compétences documentaires

15Les activités d’organisation des connaissances visent à construire des fonds documentaires en adéquation avec les fonctions, profils et curriculum des usagers, dans un souci permanent d’accessibilité. Cela est particulièrement vrai pour les bibliothèques universitaires et de recherche. Cette volonté d'organisation, de mise en cohérence et de valorisation des collections demeure néanmoins une gageure compte tenu de l'inflation des sources documentaires et notamment des ressources numériques. Les réalisations techniques, dans toute leur diversité (sites web dédiés, portails, archives, dépôts, fédérateurs, etc.) qui fonctionnalisent aujourd’hui le traitement et l’accès aux ressources numériques, tendent à s'homogénéiser sous l'expression ambiguë de « bibliothèque numérique ». Ces réalisations imposent de facto, l'installation irréversible d'un processus de désintermédiation où l'activité du bibliothécaire s'éclipse progressivement au profit d'une interaction instrumentée par les TIC mettant l'usager/utilisateur en prise directe avec des ressources documentaires hétérogènes. L'expression « bibliothèque numérique », qui se substitue aux formulations adéquates de « documentation électronique », « collections numériques », « ressources numériques » ou « services de bibliothèque numérique », alimente une représentation erronée de la situation technologique des documents immatériels et de leur accessibilité. L’expression suggère en effet que les dépôts numériques d'informations (au sens large) sont construits sur des principes d'organisation des connaissances hérités des bibliothèques physiques alors que la réalité est tout autre. Les bibliothèques, en adoptant une classification donnée (classification décimale universelle, Dewey, Library of Congress, etc.), dans un lieu donné, assurent à leurs collections une « compatibilité intellectuelle » d'organisation des ouvrages avec toutes les bibliothèques exploitant la même classification. Les « bibliothèques numériques » et leurs plates-formes technologiques, sont loin d'offrir cette même « normalisation opératoire » d'organisation des ressources numériques. Si les modalités d'interrogation (au sens strict) sont très similaires d'un environnement technique à l'autre (tous proposent la recherche simple et la recherche avancée fondées sur les règles de la logique booléenne), elles ne sont réellement exploitables que par une petite proportion des usagers les mieux formés aux techniques de recherches documentaires informatisées. La grande majorité des usagers n’a qu’une utilisation très limitée des mécanismes sophistiqués d'interrogation, et est rapidement confrontée aux problèmes de bruit et de silence documentaires. Beaucoup de chemin reste encore à parcourir pour donner aux nombreuses bibliothèques numériques cette véritable interopérabilité technologique, cognitive et culturelle que leurs concepteurs n’hésitent pourtant pas à considérer comme acquise.

Références bibliographiques

16Andro Mathieu, Asselin Emmanuelle, Maisonneuve Marc, Bibliothèques numériques : logiciels et plateformes, Paris, ADBS, 2012 (coll. Sciences et techniques de l'information).

17Andro Mathieu, Chaigne Marion, Smith Franck, « Valoriser une bibliothèque numérique par des choix de référencement et de diffusion. L’expérience de la bibliothèque Sainte-Geneviève », Les cahiers du numérique, 2012, n° 3, vol. 8, pp. 75-90.

18Bachimont Bruno, « Archivage audiovisuel et numérique : les enjeux de la longue durée » in Leblond Corinne (dir.), Archivage et stockage pérenne. Enjeux et réalisations, Paris, Hermès-Lavoisier, 2009 (coll. Traité des sciences et techniques de l’information), pp. 195-222.

19Bermès Emmanuelle, Isaac Antoine, Poupeau Gautier (collab.), Le Web sémantique en bibliothèque, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2013 (coll. Bibliothèques).

20Bonicel Matthieu, « Hypertexte et manuscrits. Le défi de l’interopérabilité », Revue de la BnF, 2012, n° 42, pp. 22-28. [En ligne] : < http://www.cairn.info/​revue-de-la-bibliotheque-nationale-de-france-2012-3-page-22.htm>.

21Borgman Christine, The Interaction of Community and Individual Practices in the Design of a Digital Library, International Symposium on Digital Libraries and Knowledge Communities in Networked Information Society, University of Tsukuba, Ibaraki, Japan, January 2004, Center for Embedded Network Sensing.

22Brangier Éric et al., « Effets des personas et contraintes fonctionnelles sur l'idéation dans la conception d'une bibliothèque numérique », Le travail humain, 2012, n° 2, vol. 75, pp. 121-145. [En ligne] : < https://www.cairn.info/​revue-le-travail-humain-2012-2.htm >.

23Casemajor Loustau Nathalie, « La contribution triviale des amateurs sur le Web : quelle efficacité documentaire ? », Études de communication, 2011, n° 36, pp. 39-52. [En ligne] : < http://edc.revues.org/​2532 >.

24Chartron Ghislaine (dir.), Les chercheurs et la documentation numérique. Nouveaux services et usages, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2002 (coll. Bibliothèques).

25Chen Yu-Hui, Undergraduates' perceptions and use of the university libraries Web portal: Can information literacy instruction make a difference?, Proceedings of the American Society for Information Science and Technology, 2011, n° 48, pp. 1-10. [En ligne] : < http://onlinelibrary.wiley.com/​doi/​10.1002/​meet.2011.14504801051/​pdf >.

26Chiaramella Yves, Mulhem Philippe, « La recherche d’information. De la documentation automatique à la recherche d’information en contexte », Document numérique, 2007, n° 1, vol. 10, pp. 11-38. [En ligne] : < http://www.cairn.info/​revue-document-numerique-2007-1-page-11.htm >.

27Ciaccia Alexandra, Martins Daniel, « Recherche d'informations sur le Web : étude de l'influence des facteurs liés à l'interface, à l'utilisateur et à la tâche », Revue d'intelligence artificielle, 2005, n° 1-2, vol. 19, pp. 159-177.

28Cushing Amber L., “It's stuff that speaks to me: Exploring the characteristics of digital possessions”, Journal of the American Society of Information Science and Technology, 2013, n° 64, Vol. 8, pp. 1723-1734.

29Davis Philip M., Connolly Matthew J.-L., “Institutional Repositories. Evaluating the Reasons for Non-use of Cornell University's Installation of DSpace”, D-Lib Magazine, March/April 2007, n° 3/4, Vol. 13. [En ligne] : < http://www.dlib.org/​dlib/​march07/​davis/​03davis.html>.

30Dinet Jérôme, (dir.), Usages, usagers et compétences informationnelles au 21e siècle, Paris, Hermès-Lavoisier, 2008 (coll. Traité des sciences et techniques de l'information. Série Usages et compétences).

31Eschenfelder Kristin R., Caswell Michelle, Digital cultural collections in an age of reuse and remixes, Proceedings of the American Society for Information Science and Technology, n° 47, 2010, pp. 1-10.

32Favier Laurence, Mustafa El Hadi Widad, « L’interopérabilité des systèmes d’organisation des connaissances : une nouvelle conception de l’universalité du savoir ? », in Papy Fabrice (dir.), Recherches ouvertes sur le numérique, Paris, Hermès-Lavoisier, 2013 (coll. Traité des sciences et techniques de l'information), pp. 23-38.

33Ferchaud Bernadette, « La bibliothèque numérique, mémoire des sciences », Documentaliste-Sciences de l'information, 2001, n° 1, vol. 38, pp. 49-51.

34Feyler François, « De la compatibilité à l'interopérabilité en matière de repérage d'information pertinente : problématique et exemple d’OTAREN », Documentaliste-Sciences de l’information, 2007, n° 1, vol. 44, pp. 84-92.

35Folcher Viviane, “Appropriating artifacts as instruments: when design-for-use meets design-inuse”, Interacting with Computers: the Interdisciplinary Journal of Human-Computer Interaction, 2003, n° 5, Vol. 15, pp. 647-663.

36Gracy Karen F., Lei Zeng Marcia, Skirvin Laurence, “Exploring methods to improve accesss to Music resources by aligning library Data with Linked Data: A report of methodologies and prelimary findings”, JASIST, 2013, n° 10, Vol. 64, pp. 2078-2099.

37Grau Brigitte, Chevallet Jean-Pierre (dir.), La recherche d'informations précises : traitement automatique de la langue, apprentissage et connaissances pour les systèmes de question-réponse, Paris, Hermès-Lavoisier, 2007 (coll. IC2. Série Informatique et systèmes d’information).

38Gros Patrick, « Description et indexation automatiques des documents multimédias : du fantasme à la réalité », Documentaliste-Sciences de l'information, 2005, n° 6, vol. 42, pp. 383-391.

39Ihadjadene Madjid (dir.), Les systèmes de recherche d'informations : modèles conceptuels, Paris, Hermès-Lavoisier, 2004 (coll. Traité des sciences et techniques de l’information).

40Jacquemin Christian (dir), « Traitement automatique des langues pour la recherche d’information », Traitement automatique des langues, 2000, n° 2, vol. 41.

41Koohang Alex, Ondracek James, “Users’views about the usability of digital libraries”, British Journal of Educational Technology, 2005, n° 3, Vol. 36, pp. 407-423.

42Kuny Terry, Cleveland Gary, Digital Libraries: Myths and Challenges, 62nd IFLA General Conference, August 25-31 1996, Beijing, China.

43Le Bourgeois Frank, Emptoz Hubert, Trinh Éric, « Compression et accessibilité aux images de documents numérisés », Document numérique, 2003, n° 3, vol. 7, pp. 103-125. [En ligne] : < http://www.cairn.info/​revue-document-numerique-2003-3-page-103.htm>.

44Lefèvre Sébastien, Sèdes Florence, « Indexation de séquences vidéo. Indices liés au temps », Document numérique, 2004, n° 4, vol. 8, pp. 41-48. [En ligne] : < www.cairn.info/revue-document-numerique-2004-4-page-41.htm >.

45Letrouvé Franck, Maisonneuve Marc, « Méthodes, techniques et outils. Un Web accessible : accessibilité numérique pour certains, qualité et confort pour tous ! », Documentaliste-Sciences de l’information, 2014, n° 2, vol. 51, pp. 14-16.

46Lupovici Catherine, « Les usages des bibliothèques numériques : de Gallica à Europeana », 53e congrès de l'ABF, 8 au 11 juin 2007, Nantes, 7 pages.

47Mathien Michel (dir.), La « société de l’information ». Entre mythes et réalités, Bruxelles, Éditions Bruylant, 2005 (coll. Médias, sociétés et relations internationales ; 2).

48Mattelart Armand, Histoire de la société de l’information, Paris, La Découverte, 2009 (coll. Repères ; 312).

49Moatti Alexandre, « Bibliothèque numérique européenne : de l’utopie aux réalités », Annales des mines - réalités industrielles, 2012, n° 4, pp. 43-46. [En ligne] : < http://www.cairn.info/​revue-realites-industrielles1-2012-4-page-43.htm >.

50Morrison Jason P., “Tagging and searching: Search retrieval effectiveness of folksonomies on the World Wide Web”, Information processing & management, 2008, Issue 4, Vol. 44, pp. 1562-1579.

51Papy Fabrice (dir.), Évolutions sociotechniques des bibliothèques numériques, Paris, Hermès-Lavoisier, 2010 (coll. Traité des sciences et techniques de l’information. Série Environnements et services numériques d'information).

52Papy Fabrice (dir.), Usages et pratiques dans les bibliothèques numériques, Paris, Hermès-Lavoisier, 2007 (coll. Traité IC2. Série Management et gestion des STIC).

53Papy Fabrice, Leblond Corinne, « L'interface de recherche d'information du Visual… Catalog : un outil innovant à “double détente” », Documentaliste-Sciences de l’information, 2007, n° 4-5, vol. 44, pp. 288-298.

54Papy Fabrice, Stockinger Peter, « Archives audiovisuelles numériques de la recherche en SHS et Digital Information Design : rencontre entre sémiotique de l’audiovisuelle numérique et nouvelles interfaces documentaires », Échappées, 2014, n° 2, pp. 28-36.

55Papy Fabrice, Technodocumentation. Des machines informationnelles aux bibliothèques numériques, Paris, Hermès-Lavoisier, 2009 (coll. Traitement de l’information).

56Pignier Nicole, « Le plaisir de l’interaction entre l’usager et les objets TIC numériques », Interfaces numériques, 2012, n° 1, vol. 1, pp. 123-152.

57Pirolli Fabrice, « Web 2.0 et pratiques documentaires », Les cahiers du numérique, 2010, n° 1, vol. 6, pp. 81-95. [En ligne] : < http://www.cairn.info/​revue-les-cahiers-du-numerique-2010-1-page-81.htm >.

58Quinton Philippe, « L’artefact : un objet du faire », Actes du colloque MEOTIC, 7 au 8 mars 2007, Institut de la communication et des médias, université Stendhal Grenoble 3. [En ligne] : < http://lesenjeux.u-grenoble3.fr/​2007-meotic/​Quinton/​home.html >.

59Rabardel Pierre, Les hommes et les technologies : approche cognitive des instruments contemporains, Paris, Armand Colin, 1995 (coll. U. Psychologie).

60Roland Michel, « Bibliothèques numériques ? … les réservoirs documentaires et leurs utilisateurs », Congrès ABF, 9 juin 2006, session « Les bibliothèques numériques ».

61Rolla Peter J., “User Tags versus Subject Headings: Can User-Supplied Data Improve Subject Access to Library Collections?”, Library Resources & Technical Services, 2009, n° 3, Vol. 53, pp. 174-184.

62Roy Richard, « Pour une approche “conviviale” de l'accès à distance aux collections des bibliothèques publiques », 4e édition du congrès ISKO-France, 3 au 4 juillet 2003, Grenoble, 2003.

63Schwartz Candy, “Digital libraries: An Overview”, The Journal of Academic Librarianship, 2000, n° 6, Vol. 26, pp. 385-393.

64Simonnot Brigitte (dir.), « Moteur de recherche. Usages et enjeux », Questions de communication, 2008, vol. 14, pp. 7-15. [En ligne] : < https://questionsdecommunication.revues.org/​592 >.

65Smith MacKenzie, Bass Mick, McClellan Greg, Tansley Robert, Barton Mary, Branschosfsky Margret, Stuve Dave, Walker Julie Harford, “Dspace; An Open Source Dynamic Digital Repository”, D-Lib Magazine, January 2003, n° 1, Vol. 9. [En ligne] : < http://www.dlib.org/​dlib/​january03/​smith/​01smith.html >.

66Soergel Dagobert, “Thesauri and ontologies in Digital Libraries”, JCDL’05, June 7-11, 2005, Denver, Colorardo.

67Southwick Barcellos Silvia, “Digital intermediation: An exploration of user and intermediary perspectives”, Proceedings of the American Society for Information Science and Technology, 2003, n° 40, pp. 40-51.

68Stockinger Peter, Analyse des contenus audiovisuels : métalangage et modèles de description, Paris, Hermès-Lavoisier, 2012 (coll. Traitement de l’information).

69TGE-ADONIS, Le guide des bonnes pratiques numériques, Version 2, 15 septembre 2011, TGE-ADONIS-CNRS, < http://www.huma-num.fr/​ressources/​guides >.

70Tricot André, Tricot Marie, « Un cadre formel pour interpréter les liens entre utilisabilité et utilité des systèmes d’information (et généralisation à l’évaluation d’objets finalisés) », Actes du colloque Ergo-IHM 2000, Biarritz, 3 au 6 octobre 2000, pp. 195-202.

71Troncy Raphaël, « Nouveaux outils et documents audiovisuels : les innovations du Web sémantique », Documentaliste-Sciences de l'information, 2005, n° 6, vol. 42, pp. 392-404.

72Unesco (éd.), Vers les sociétés du savoir, Unesco, 2005. [En ligne] : < http://unesdoc.unesco.org/​images/​0014/​001419/​141907f.pdf >.

73Zacklad Manuel, Giboin Alain, « Systèmes d’organisation des connaissances hétérogènes pour les applications documentaires », Document numérique, 2010, n° 2, vol. 13.

Notes

1 Gallica, Europeana, arXiv.org, HAL, Stanford Digital Repository, Google Scholar, Google Books, Wikipedia, YouTube, DailyMotion, Vimeo, Flickr, iTunes, Deezer, Erudit.org, Persée, Revues.org, Cairn, Archives audiovisuelles de la recherche, Centre de ressources et d’information sur les multimédias pour l’enseignement supérieur (CERIMES), Amazon, etc.

2 ISO 9241-1998, Partie 11 : Lignes directrices concernant l'utilisabilité, « Le degré selon lequel un produit peut être utilisé, par des utilisateurs identifiés, pour atteindre des buts définis avec efficacité, efficience et satisfaction, dans un contexte d’utilisation spécifié ».

3 La bibliothèque Europeana, à laquelle participent les 27 pays de l’Union européenne, se compose de plus de 26 millions d’objets numériques : 15 millions d'images, 10 millions de texte océrisés, 440 000 séquences audio, 170 000 vidéos, 7 000 objets 3D, etc. Le dépôt numérique de Stanford propose plus de 235 000 objets documentaires pour un volume cumulé de 104 Tera Octets (déc. 2011). Le site ArXiv.org, ouvert en 1991 (Cornell University Library), met à la disposition des internautes plus de 980 000 ressources électroniques en physique, mathématiques, informatique, biologie, etc. L'archive ouverte pluridisciplinaire HAL, conçu pour le dépôt et la diffusion d'articles scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, de thèses etc. rassemble aujourd’hui un peu plus de 320 000 documents.

4 “As the use of web services becomes pervasive, interoperability becomes increasingly important. Simply stated, a web service deployed and published, must be discovered and consumed by client programs, irrespective of the tools used in writing the service and the client. For example, a SOAP client program that uses the Microsoft’s SOAP Toolkit for Visual Studio must consume a web service that uses IBM’s Development Toolkit”, World Wide Web Consortium, Workshop on Web services, 11-12 April 2001, San Jose, CA - USA < http://www.w3.org/2001/03/WSWS-popa/paper08 >.

5 La mutualisation des collections de Persee.fr et de revues.org : < http://leo.hypotheses.org/files/2009/01/communique-revuesorg-persee-19janv2009.pdf >.

6 Classification décimale Dewey (DDC), classification décimale universelle (CDU), classification de la bibliothèque du Congrès (LCC), classification à facettes, etc.

Auteur

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search