Version classiqueVersion mobile

La recherche dans les institutions patrimoniales

 | 
Mélanie Roustan

Partie 1. S’orienter parmi les sources

Chapitre 3. Le patrimoine numérisé : nouveaux usages, nouveaux usagers ? Réflexions méthodologiques autour de Gallica

Philippe Chevallier

Texte intégral

  • 1 Nous mettons volontairement de côté la question des documents nés numériques, même s’ils sont appe (...)
  • 2 Certaines bibliothèques numériques ne se distinguent pas graphiquement du site de l’institution qu (...)

1Forme privilégiée d’exposition sur le Web du patrimoine numérisé des bibliothèques, la « bibliothèque numérique » désigne à la fois, à l’instar d’une bibliothèque traditionnelle, un ensemble organisé de documents et un dispositif d’accès à ceux-ci. Une telle bibliothèque n’est pas pour autant la simple transposition sur le Web d’une bibliothèque physique dans la mesure où elle « recontextualise » les documents [Treleani, 2014], désormais accessibles à travers un univers de signes qui a des fonctions pédagogiques, esthétiques, ludiques ou institutionnelles. Si l’on peut légitimement parler de « collections numériques » [Bermès et Martin, 2010], les documents qui les composent recouvrent, sous une homogénéité et une continuité apparentes, des rapports très divers à leurs originaux, qu’ils en reproduisent à l’identique les éléments essentiels ou qu’ils en fournissent un ensemble de vues partielles1. Mais surtout, à l’exception de certains types de documents nécessitant des accès réglementés, les bibliothèques numériques n’ont pas de murs. À l’heure de l’ouverture des données publiques, on y entre et on en sort sans intermédiaire, parfois même sans s’en rendre compte2, du fait d’un environnement de « sites médiateurs » [Davallon, Noël-Cadet et Brochu, 2003] : portails, forums de discussion et réseaux sociaux qui pointent directement, via des hyperliens, vers leurs documents. Le passage d’un site à un autre est de moins en moins perçu par l’internaute comme un changement de lieu de consultation, ce qu’accentuent encore les logiciels de lecture de documents de type widget, exportables sur n'importe quel site, blog et autre page Facebook. Les documents patrimoniaux numérisés et publiés en ligne ont vocation à être cités, reproduits, commentés et échangés n’importe où sur le Web. Par conséquent, l’observation de leurs usages devrait, dans l’idéal, aller aussi loin que s’étendent le Web et ses différentes applications, explorant la multiplicité de leurs réutilisations, la diversité de leurs voisinages et la radicalité de leurs transformations. Programme que nul outil d’étude ne peut prétendre honorer aujourd’hui : nous n’avons guère qu’une série de photogrammes un peu flous d’un film qui continue chaque jour de se tourner.

2Ce sont quelques-uns de ces photogrammes que nous voudrions ici présenter et discuter, dans le contexte précis des fonds numérisés de la BnF, mis en ligne sur Gallica3. S’y révèle une difficulté nouvelle à comprendre des usages dont les agents eux-mêmes n’ont pas forcément conscience (limites des enquêtes traditionnelles) et à recomposer des parcours humains derrière la multiplicité des traces laissées en ligne (limite du data mining). Pour ne pas évacuer cette difficulté, notre choix a été de croiser, autant que possible, une présentation de résultats d’études avec une série d’interrogations sur les méthodes qui y conduisent. Ce croisement est l’un des principes forts du Bibli-Lab, Laboratoire d’étude des usages du patrimoine numérique des bibliothèques porté par la BnF et l’école Télécom ParisTech, dont les travaux ont inspiré cette contribution. En ressort la nécessité de développer des espaces de connaissance plus localisés, en favorisant les interactions avec les publics.

Les enquêtes quantitatives : l’exemple de Gallica

  • 4 Dans le cas d’une mesure d’audience reposant sur un marqueur distant (tag), la notion de « visiteu (...)

3Lancée en 1997 par la BnF, Gallica est une bibliothèque numérique comprenant aujourd’hui plus de 3 millions de documents (livres, journaux, estampes, cartes, monnaies, etc.), consultés par plus de 14 millions de « visiteurs » chaque année. Ces mesures d’audience ne permettant pas de qualifier lesdits « visiteurs » au-delà des informations de connexion4, la Bibliothèque a choisi de les interroger régulièrement par le biais de questionnaires auto-administrés, afin de connaître leurs profils, pratiques, niveaux de satisfaction et attentes. Ces données quantitatives sont également complétées le cas échéant par des enquêtes qualitatives permettant de comprendre les logiques de recherche propres à certains publics et corpus (sciences et techniques, Grande Guerre, manuscrits, etc.).

4La dernière grande enquête quantitative a été menée en 2011 par le cabinet GMV Conseil, soit deux ans avant le développement des applications mobiles et du site mobile de Gallica. 3 800 internautes ont répondu à un questionnaire en ligne dont les résultats ont été complétés par des focus groups et des entretiens téléphoniques. Au niveau des profils d’usagers, cette enquête a montré que si les gallicanautes sont majoritairement français (67 % des répondants), nombre d’entre eux se connectent de l’étranger, les pays les plus représentés étant l’Italie, les États-Unis, le Canada, la Belgique, l’Espagne et le Brésil. L’âge moyen est de 47,5 ans, nettement plus élevé que celui des salles de lecture de la BnF, que ce soit celles accessibles sur accréditation (39 ans en Rez-de-jardin) ou celles ouvertes au grand public (27 ans en Haut-de-jardin). L’enquête révèle également que les usagers de Gallica, plus diplômés et lecteurs plus intensifs que la majorité des Français, sont à 14 % équipés d’une liseuse et d’une tablette, ce qui était nettement supérieur aux estimations d’équipement au niveau national au moment de l’enquête.

5Au niveau de leurs motivations et pratiques, les répondants de 2011 consultent essentiellement la bibliothèque numérique dans le cadre d’un projet de recherche précis, qu’il soit personnel ou professionnel. Moins nombreux sont ceux qui l’utilisent par simple curiosité ou pour se divertir. Au-delà des seules caractéristiques sociodémographiques, l’enquête a ainsi permis d’identifier cinq profils-types de gallicanautes, fortement homogènes dans leurs pratiques.

6Les deux premiers – les « pros » (30 %) et les « loisirs spécialisés » (28 %) – forment le noyau historique des utilisateurs de Gallica. Faiblement intéressés par les présentations didactiques des collections, les « pros » sont constitués majoritairement d’étudiants et de chercheurs professionnels qui téléchargent presque systématiquement les documents pour consultation ultérieure. Préférant transporter Gallica dans leur univers personnel où ils constituent leur propre bibliothèque numérique, ils utilisent peu les fonctionnalités offertes par une interface sur laquelle ils ne font que passer. La bibliothèque numérique est d’abord pour eux un réservoir documentaire – qu’ils souhaitent toujours plus vaste, facile d’exploration et rapide d’extraction – plus qu’un site s’adressant à eux à travers des offres de services, des propositions de parcours, etc. Par rapport à ces usagers « pros », les « loisirs spécialisés » se distinguent, entre autres, par un âge plus élevé (avec un pourcentage important de retraités), une propension plus nette à consulter Gallica le week-end, et une fréquentation plus faible des espaces physiques de la Bibliothèque. Tournés vers des recherches personnelles qui se révèlent souvent pointues (généalogie, etc.), ils demeurent de tout aussi fréquents « téléchargeurs » que les « pros ».

7Face à ces publics historiques, dont on n’aurait aucun mal à retrouver certaines caractéristiques dans les salles de lecture, trois autres profils-types constituent un réservoir de nouveaux publics. S’ils étaient encore minoritaires au moment de l’enquête, leur émergence est le signe d’évolutions en cours des usages et des représentations des bibliothèques numériques. Parmi ces profils, se distinguent les internautes qui utilisent Gallica pour des recherches occasionnelles ou de simple curiosité (22 %), se contentant de consulter les documents en ligne, sans les télécharger ; les « technophiles » (11 %) qui résident le plus souvent à l’étranger, ont recours aux fonctionnalités avancées de Gallica et apprécient les usages mobiles ; enfin le grand public novice (9 %), plus jeune, qui connaît Gallica depuis peu de temps et ne s’y attarde pas, méconnaissant l’ampleur de l’offre et sa spécificité par rapport à d’autres sites et outils en ligne (par exemple Wikipédia).

8Même si elle dessine les prémices d’évolutions que le récent développement des usages mobiles et l’augmentation de l’offre ont certainement accélérées, l’enquête montre aussi la persistance d’un rapport traditionnel à une bibliothèque dont le qualificatif de « numérique » dénote encore pour certains une migration de support plus qu’une mutation d’objet. Par rapport aux évolutions attendues, les demandes des usagers ne portent pas tant sur l’apport de fonctionnalités inédites (espaces collaboratifs, proposition d’Application Programming Interface [API], etc.) que sur la performance des outils élémentaires de recherche, de consultation et de téléchargement, et l’accroissement continu de la masse documentaire, dans un rapport essentiellement cognitif et solitaire à celle-ci – le partage en ligne de documents restant relativement rare. Ces demandes sont d’ailleurs cohérentes avec une pratique de la lecture attentive qui se fait majoritairement en dehors de l’interface, soit par téléchargement du document numérisé sur son propre ordinateur, soit par impression papier – « rematérialisation » du document qui est loin d’avoir disparu (49 % des répondants disent le faire au moins « parfois »).

Un univers qui reste à explorer : les usages de Gallica en dehors de Gallica

9Cet apparent déni d’interface doit cependant être interprété avec prudence. Le traditionalisme exprimé par les usagers interrogés n’est sans doute pas sans lien avec la forme d’une enquête par questionnaire qui le reconduit incidemment : « Par nature, les sondages et les questionnaires sont hypothético-déductifs : ils permettent de tester des hypothèses définies à l’avance, de traiter des questions clairement délimitées. Ils ne sont pas orientés vers la découverte d’aspects inédits » [Beaudouin et Denis, 2014]. Il faut donc se donner les moyens d’attraper ce qui n’entre pas dans le cadre d’un tel questionnaire et dérange le cas échéant les représentations qu’une bibliothèque, toute numérique qu’elle soit, se fait de ses usagers – la principale de ces représentations étant : on se « sert » dans une bibliothèque numérique de la même manière qu’on prend des livres sur un rayonnage, pour les emmener à sa place de lecture ou chez soi.

10Ces aspects inédits ou ces usages nouveaux, deux moyens, parmi d’autres, permettent de s’en faire une première représentation : la veille sur la réutilisation en ligne des documents patrimoniaux et la consultation de la liste des sites affluents de la bibliothèque numérique (fonctionnalité généralement offerte par les outils de mesure d’audience). Ce dernier moyen a permis d’identifier l’un des thèmes les plus mobilisateurs sur le Web des documents de Gallica : la Grande Guerre – mobilisation que la commémoration a bien entendu amplifiée mais pas créée : elle était notable bien avant les cérémonies. En décembre 2013, le site Mémoires des hommes5arrivait ainsi au sixième rang des sites affluents de Gallica et le forum en ligne Pages 14-186 au huitième rang. Pages 14-18 est ainsi le premier forum de discussion à apparaître dans une liste dont les premières places sont occupées sans surprise par geneanet.org, wikipedia.org, facebook.com et lexilogos.com. Ouvert en 2004 par un chercheur amateur passionné par la Grande Guerre, ce forum n’est pas seulement un lieu de discussion, mais également un lieu de publication de savoirs (bases de données, listes raisonnées d’URL, résultats de recherches personnelles, etc.), voire, encore dans une faible mesure, de documents originaux privés. Surtout, il est un lieu d’échange, de présentation, d’enrichissement et de transformation des documents issus de bibliothèques numériques patrimoniales et de services d’archives en ligne. À ce titre, il appartient à cette catégorie déjà mentionnée des « sites médiateurs » qui s’adressent « à certains publics particuliers pour leur dire ce qu’ils peuvent faire (et comment), soit avec [un site donné], soit avec les documents présents sur le site » [Davallon, Noël-Cadet et Brochu, 2003, p. 50]. Le site médiateur établit un double rapport au site source : en parlant de lui et en établissant un lien vers certaines de ses pages. Contenant à la fois des « traces d’usages effectués » par le producteur du site médiateur et des « indices d’usages anticipés » de l’utilisateur du site [ibid., p. 67], il est un réservoir important d’informations sur les usages.

11En 2012-2013, une enquête qualitative par entretien en face-à-face avec des usagers des fonds patrimoniaux de Gallica sur la Grande Guerre [Amar et Chevallier, 2014] a permis de reconstituer des parcours individuels de chercheurs et d’identifier des facteurs d’investissement et d’intensification de l’activité de recherche chez un certain nombre de membres actifs du forum Pages 14-18. Ces derniers, d’âge et d’activité professionnelle variés, se désignent eux-mêmes comme des chercheurs « amateurs », mettant en avant les notions d’engagement personnel et de plaisir. Dans le contexte du fort investissement mémoriel dont est objet la Grande Guerre, en profond renouvellement depuis une trentaine d’années [Offenstadt, 2010], la possibilité de partager ses découvertes sur un forum comme Pages 14-18 démultiplie l’envie de chercher et augmente les ressources personnelles des individus, loin des réseaux institutionnels qui obéissent à d’autres logiques d’accès, d’échange et de publication : « C’est grâce à ce forum que je me suis passionné pour 14-18. Avant, ça m’intéressait, mais sans que j’y consacre de temps […]. Le forum m’a ouvert des horizons et je me suis passionné pour la recherche. » [cité dans Amar et Chevallier, 2014]

12Le partage en ligne n’est pas seulement celui de documents numérisés mais également celui de savoir-faire, face à la difficulté de se repérer actuellement dans la diversité des fonds accessibles en ligne et la complexité des interfaces de consultation et des indexations : on s’échange ainsi un certain nombre de « trucs », tels les bons mots-clés pour que les moteurs de recherche offrent des résultats pertinents. Un nouvel « activisme documentaire » se développe, qui peut croiser et prolonger les investissements traditionnels dans l'histoire du conflit (récit familial, mise en valeur d'un lieu de mémoire, etc.), tout en développant ses centres d'intérêt et ses règles propres. Le forum Pages 14-18 témoigne de la constitution en ligne de communautés expertes d’un genre nouveau qui jouent désormais un rôle de médiatrices entre les fonds numérisés par les institutions patrimoniales et leurs publics en ligne. Ces communautés visibles – car reposant sur le principe de l’inscription et de la publication en ligne – ne doivent cependant pas faire oublier leur public invisible : les chercheurs professionnels qui, s’ils préfèrent rester dans l’ombre de ces communautés, ont reconnu dans les entretiens en suivre les discussions, y puisant à l’occasion des informations aussi pointues que fiables. Ce ne sont donc pas seulement les bibliothèques patrimoniales, mais également les institutions de recherche qui sont appelées à intégrer ces nouvelles compétences et ces nouveaux savoirs, fondamentalement voués à l’échange – défi dont commencent à se saisir aujourd’hui des universitaires engagés dans les humanités numériques [Wieviorka, 2013].

  • 7 Pour un état des lieux des sociétés savantes face au Web et au numérique en général : voir Grégor (...)

13Cette enquête qualitative sur les usages de Gallica « en dehors de Gallica » doit nous inciter à interroger les présomptions d’usages héritées des bibliothèques physiques : une bibliothèque met à disposition des livres, plus généralement des documents, pour la lecture à des fins d’étude, de loisirs ou d’information. Cette approche, essentiellement valable du point de vue des établissements producteurs, n’épuise pas tous les usages dont peuvent faire l’objet les documents numérisés. Vecteur de sociabilité, de construction de soi, d’appartenance symbolique, le document prend dans l’espace du Web une « valeur d’échange » [Maurel, 2012], qui pourrait être résumé dans une triple affirmation : je l’ai trouvé, je dis que je l’ai trouvé et j’y donne accès. La mise à disposition gratuite d’une masse critique de documents patrimoniaux sur le Web accompagne, voire suscite des échanges qui se révèlent source de forte valorisation individuelle. Cette valeur d’échange permet de rendre compte du dynamisme sur le Web de communautés apprenantes dont le niveau d’expertise proprement documentaire brouille le partage traditionnel entre amateurs et professionnels. Ces communautés ne sont pas le simple prolongement des traditionnelles sociétés savantes locales, car il s’agit d’un autre univers : une tout autre échelle – en termes de ressources documentaires et de public potentiel – et un tout autre type d’interactions7.

14Enfin, dernier enseignement des entretiens conduits : les usagers intensifs rencontrés ne se contentent pas de faciliter l’accès au patrimoine numérisé et à sa bonne compréhension, ils interrogent également sa constitution. Du point de vue de l’usager bon connaisseur d’un fonds spécialisé, la politique de numérisation des établissements patrimoniaux se révèle dans bien des cas peu explicite et son résultat en ligne peu compréhensible – « Pourquoi avons-nous le volume 3 et pas le volume 2 ? » À partir d’un certain niveau d’expertise, amateurs et professionnels manifestent un souci commun d’être, sinon directement associés aux programmes de numérisation, au moins informés des critères de sélection des documents par les établissements patrimoniaux – « Pourquoi tel corpus et pas tel autre ? » –, et de la manière dont ils sont reproduits et indexés. Cette même requête avait été entendue précédemment du côté des spécialistes de manuscrits médiévaux, parfois insatisfaits des modes de numérisation : « Seuls des spécialistes de la reliure savent ce qu’il faut photographier et comment. Un guidage scientifique des photographes est nécessaire » [propos cité dans Bouvier-Ajam, Chevallier et Rioust, 2011].

Au-delà des enquêtes traditionnelles : vers le data mining ?

15Sans doute avons-nous beaucoup appris à travers ces enquêtes ; conviction renforcée par l’articulation ici de données quantitatives et qualitatives. Mais ne passons-nous pas encore à côté de l’essentiel du Web ? Lieu de diffusion rapide et imprévue de certains contenus, le Web a contraint l’analyste à se tourner vers des modèles descriptifs où l’usager – agent supposé rationnel, auquel on rattachait traditionnellement des types d’actions cohérentes et relativement conscientes – n’est plus l’élément explicatif déterminant. Le déclaratif des enquêtes semble désormais d’un bien faible apport pour comprendre des actions qui échappent en grande partie aux acteurs eux-mêmes, étant le plus souvent effectuées avec un faible niveau d’attention ou d’engagement. Si elles restent précieuses pour établir une cartographie des publics à partir d’éléments sociodémographiques, les enquêtes par questionnaire peinent à décrire des actions dont les séquences élémentaires (« je fais ceci, puis je fais cela ») sont plus fines et furtives que leurs représentations, voire se juxtaposent : les usages d’un même écran peuvent être entrelacés au point qu’il devient difficile pour l’usager de déconstruire l’ensemble des activités qu’il a effectuées pour en avoir une juste idée (il a pu consulter ses emails tout en lisant en document sur Gallica, etc.), et, inversement, les usages d’un même produit ou service peuvent être éclatés entre plusieurs écrans (ordinateur, tablette, etc.). Par ailleurs, les usages numériques se traduisent par une diversité très grande des niveaux d’engagement des usagers, dont témoignent des distributions de type exponentiel (quelques individus très actifs et beaucoup de faiblement actifs), ce qui pose un problème pour l’échantillonnage mais aussi pour les traitements statistiques qui tendent à écraser cette diversité [Beaudouin et Denis, 2014].

  • 8 Cette méthode consiste à marquer les pages ou les éléments de page d’un site. Lorsque la page ou l (...)
  • 9 En 2013, on trouve en tête des monographies les plus consultées de Gallica un tome des Œuvres comp (...)

16Face à ces critiques, il semble légitime de se tourner vers des méthodes qui ont pour objectif d’analyser non pas le ressenti des usagers, mais les événements du Web en eux-mêmes, en se donnant les moyens de traiter de manière automatisée un très grand nombre de données collectées en ligne : mesure d’audience à partir de marqueurs8, analyse des fichiers de logs, cartographie des réseaux à partir des liens entre les sites, etc. Prenons le premier outil, désormais largement utilisé par les propriétaires de sites : la mesure d’audience à partir de marqueurs peut apporter des informations pertinentes pour la connaissance des usages, à condition de pouvoir atteindre le bon grain d’analyse – ni trop resserré ni trop large. Il faut conduire pour cela des campagnes ciblées de marquage des documents qui permettent de suivre l’audience d’ensembles signifiants pour la connaissance des usages (périodes, thèmes, types, projets, etc.), afin d’évaluer par exemple la diversité des documents consultés par les internautes ou mesurer l’impact d’actions de médiation. Cet affinement de l’analyse via le plan de marquage permet de dépasser une présentation des résultats qui se limite souvent à la forme du hit-parade (liste des sites affluents, liste des documents les plus consultés)9 et de la moyenne (pour Gallica, sur l’année 2013 : le pic horaire de consultation est autour de 16 heures, la durée moyenne de consultation est de 14 minutes pour 26 pages consultées). Au-delà d’un certain niveau d’audience, la simple addition des résultats et le calcul de leurs moyennes sont de faible pertinence du fait de la diversité des usages et des formes d’engagements indiquée plus haut.

  • 10 Par exemple : intégration de projections statistiques censées compenser l’absence des visiteurs no (...)
  • 11 La « donnée » n’est pas un morceau de réalité mais sa description élémentaire (sous forme d’une UR (...)
  • 12 Tel est l’enjeu du projet 2013-2016 « Le devenir en ligne du patrimoine numérisé : l’exemple de la (...)

17Malgré les forts atouts de ces approches, il convient de rappeler que l’automatisation des traitements n’est que partielle et la juste interprétation de leurs résultats reste donc fragile : ainsi, deux outils de mesure d’audience ne donneront jamais les mêmes statistiques de fréquentation d’un site, du fait d’ajustements rendus nécessaires par le Web, qui relèvent de stricts choix méthodologiques, contraints ou discutables10. Par ailleurs, les fameuses « données » informatiques – terme impropre car il fait croire à de purs atomes de réalité alors qu’elles n’en sont que la description11 – parlent rarement d’elles-mêmes, même si leur traitement en masse espère en extraire des régularités. Que ces régularités apparaissent ou non sur nos graphes et nos tableaux, il ne faut pas oublier qu’une corrélation statistique ne peut valoir lien de cause à effet sous peine de tirer, dans certains cas, des conclusions absurdes : « Nous ne devrions pas oublier l’importance des spécialistes pour contextualiser et éclairer ce que produisent les données et, encore plus important, ce qu’elles ne nous disent pas. » [Graham, 2012, traduction de l'auteur] L’articulation avec les méthodes traditionnelles a ici toute sa pertinence : enquêtes par entretien, observation ethnographique, etc12. Enfin, dès qu’il s’agit de suivre non plus les événements d’un site ou d’un corpus de sites, mais les événements du Web dans toute sa largeur et sa profondeur – pour y suivre par exemple la dissémination de documents patrimoniaux –, le recours aujourd’hui aux outils de Google, que ce soit son moteur de recherche simple ou son moteur de recherche inversée d’images, semble incontournable et problématique, tant ceux-ci fonctionnent comme de véritables « boîtes noires ». Les résultats produits par de tels outils sont absolument invérifiables.

Conclusion : connaître les publics en les rendant acteurs

18L’accès gratuit et sans formalité au patrimoine documentaire que permettent aujourd’hui des bibliothèques numériques tel Gallica constitue assurément un tournant pour la constitution et la diffusion des savoirs, « une véritable révolution intellectuelle et méthodologique » comme le reconnaît l’un des usagers intensifs de cette offre [propos cité dans Amar et Chevallier, 2014]. Démocratisation du savoir, gain de temps, de confort, mais aussi manière neuve de faire surgir un document au gré des mots-clés tapés et manière neuve de le consulter, de lui faire produire du sens, de le convoquer dans une chaîne de raisonnement ou dans une discussion en ligne : ces mutations commencent à être bien analysées, même s’il reste difficile de décrire plus finement des enchaînements-types d’actions dans un itinéraire de recherche qui inclut le recours à d’autres sources d’information, en particulier physiques, et d’autres outils. Devenus à l’ère numérique toujours plus fluctuants, pluriels, entrelacés, les usages documentaires mettent l’analyste face à une grande hétérogénéité d’informations. Aux traditionnelles déclarations de l’usager s’ajoute désormais la multiplicité des traces qu’il laisse en ligne ; à sa propre activité s’ajoute désormais l’impact immédiat de celle-ci sur un réseau. La difficulté est donc de gérer non pas un déficit, mais un excès de données d’usages, en décrivant aussi précisément que possible leur collecte et en se gardant de tout amalgame. À aucun moment il n’est possible de faire la somme des informations collectées sur les « visiteurs uniques » d’un site comptabilisés par un outil de mesure d’audience, les répondants à un questionnaire en ligne, les usagers rencontrés en face-à-face. Si l’analyse du Web est une science jeune, celle du devenir en ligne du patrimoine numérisé – qui porte avec lui des problématiques spécifiques de statut du document, de rapport à l’original, de transformation de sa valeur mémorielle, historique et scientifique – en est à ses balbutiements.

19Dans ces conditions, l’enjeu pour les établissements en charge de programmes de numérisation et de mise en ligne de leur patrimoine n’est sans doute pas tant aujourd’hui d’étendre toujours plus la connaissance objective des usages – programme de travail dont nous avons vu l’ambition et les écueils, auxquels s’ajoute un évident coût humain – que de multiplier les points de contact avec le public, en particulier à travers les réseaux sociaux, la sollicitation de testeurs, la mise en ligne de prototypes proposant les fonctionnalités à venir (sur le mode de plus en plus courant des « labs »), dans une visée d’adaptation régulière de l’offre, voire de correction. Ces points de contact avec le public ne concernent pas que les interfaces et les outils, mais également l’enrichissement des contenus et les choix documentaires. Passer de la connaissance par l’observation à la connaissance par la participation : ce déplacement permet de ne pas considérer les usages comme se développant librement et en totale extériorité à une interface qui, implicitement ou explicitement, en dessine les contours possibles, les postures et actions convenables – ce que la sociologie de la technique appelle un script [Akrich, 1987]. La participation du public est le meilleur moyen d’empêcher que les bibliothèques numériques ne deviennent de nouvelles boîtes noires, dont on ne comprend ni les questions qu’elles nous posent ni les réponses qu’elles nous donnent.

Références bibliographiques

20Akrich Madeleine, « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques & Culture, 1987, 9, pp. 49-64. [En ligne] : < https://tc.revues.org/​863 >.

21Amar Muriel, Chevallier Philippe, « Les usages des corpus numérisés de Gallica sur la Grande Guerre », Rapport d’étude, Paris, BnF, 2014. [En ligne] : < https://hal.archives-ouvertes.fr/​hal-01056704/​document >.

22Beaudouin Valérie et Denis Jérôme, « Observer et évaluer les usages de Gallica : réflexion épistémologique et stratégique », Rapport d’étude, Bibli-Lab (Bibliothèque nationale de France / Télécom ParisTech), septembre 2014. [En ligne] :

23https://halshs.archives-ouvertes.fr/​halshs-01078530/​document >.

24Bermès Emmanuelle et Martin Frédéric, « Le concept de collection numérique », Bulletin des bibliothèques de France, 2010, n° 3. [En ligne] : < http://bbf.enssib.fr/​consulter/​bbf-2010-03-0013-002 >.

25Blot-Julienne Grégor, « Les sociétés savantes aux défis du numérique et de la valorisation du patrimoine des territoires », Bulletin des bibliothèques de France, 2013, n° 5, pp. 85-86. [En ligne] : < http://bbf.enssib.fr/​consulter/​bbf-2013-05-0085-006 >.

26Bouvier-Ajam Laurent, Chevallier Philippe, Rioust Laure, « La consultation de manuscrits en ligne : une étude qualitative auprès de trois catégories d'utilisateurs potentiels », Bulletin des bibliothèques de France, 2011, n° 5. [En ligne] : < http://bbf.enssib.fr/​consulter/​bbf-2011-05-0017-003 >.

27Davallon Jean, Noël-Cadet Nathalie, Brochu Danièle, « L’usage dans le texte : les “traces d’usage” du site Gallica », in Souchier Emmanuël, Jeanneret Yves, Le Marec Joëlle (dir.), Lire, écrire, récrire. Objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, Bibliothèque publique d’information, 2003 (coll. Études et recherche), pp. 47-90.

28GMV Conseil, « Évaluation de l’usage et de la satisfaction de la bibliothèque numérique Gallica et perspectives d'évolution », Rapport d’étude, Paris, BnF, 2011. [En ligne] : < http://www.bnf.fr/​documents/​enquete_gallica_2011_rapport.pdf >.

29Graham Mark, “Big data and the end of theory?”, The Guardian, 9 mars 2012. [En ligne] : < http://www.theguardian.com/​news/​datablog/​2012/​mar/​09/​big-data-theory >.

30Maurel Lionel, « Ce que Twitter fait aux bibliothèques (et ce qu’elles peuvent lui faire en retour…) », in Amar Muriel, Mesguich Véronique (dir.), Bibliothèques 2.0 à l’heure des médias sociaux, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2012 (coll. Bibliothèques), pp. 93-109.

31Offenstadt Nicolas, 14-18 aujourd'hui : la Grande Guerre dans la France contemporaine, Paris, Odile Jacob, 2010 (coll. Histoire).

32Treleani Matteo, Mémoires audiovisuelles. Les archives en ligne ont-elles un sens ?, Montréal, Presses de l’université de Montréal, 2014 (coll. Parcours numériques ; 3). [En ligne] : < http://www.parcoursnumeriques-pum.ca/​memoiresaudiovisuelles >.

33Wieviorka Michel, L’impératif numérique ou La nouvelle ère des sciences humaines et sociales ?, Paris, CNRS Éditions, 2013 (coll. Débats).

Notes

1 Nous mettons volontairement de côté la question des documents nés numériques, même s’ils sont appelés à être de plus en plus nombreux au sein des bibliothèques numériques, pour nous concentrer sur l’usage des documents numérisés.

2 Certaines bibliothèques numériques ne se distinguent pas graphiquement du site de l’institution qui les porte, et dont elles constituent un service parmi d’autres. Cette porosité se retrouve également entre institutions : la plate-forme < criminocorpus.cnrs.fr >, hébergée par le CNRS, fait ainsi accéder directement à des ressources en ligne de la bibliothèque numérique de l’École nationale d’administration pénitentiaire (ENAP), sans que l’internaute ait forcément conscience qu’il change de site.

3http://gallica.bnf.fr/ >.

4 Dans le cas d’une mesure d’audience reposant sur un marqueur distant (tag), la notion de « visiteur unique », qui appartient aux métriques de base permettant d’analyser la fréquentation d’un site, désigne en fait un ordinateur ayant accepté, lors de sa connexion audit site, l’inscription sur son disque dur d’un fichier texte (cookie) qui va permettre de le reconnaître à chaque nouvelle connexion. Ledit ordinateur ne sera donc comptabilisé qu’une fois sur une durée donnée. Cette métrique laisse cependant un grand nombre d’incertitudes : un même usager peut se connecter à un même site à partir de plusieurs ordinateurs, certains ordinateurs interdisent les cookies, etc.

5http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/article.php?laref=1 >. S’il n’est pas exclusivement dédié à la Grande Guerre, le site a été ouvert en 2003 avec la mise en ligne des 1,3 million de fiches des « Morts pour la France » de ce conflit, complétées en 2008 par la mise en ligne des journaux des unités concernées.

6http://pages14-18.mesdiscussions.net/ >.

7 Pour un état des lieux des sociétés savantes face au Web et au numérique en général : voir Grégor Blot-Julienne, 2013.

8 Cette méthode consiste à marquer les pages ou les éléments de page d’un site. Lorsque la page ou l’élément est appelée par un ordinateur, le marqueur envoie une information vers un serveur de comptage tiers. L’autre méthode, plus ancienne et souvent considérée comme moins performante, est l’analyse des logs de connexion du serveur du site étudié.

9 En 2013, on trouve en tête des monographies les plus consultées de Gallica un tome des Œuvres complètes de Pierre Loti, suivi par la Liste des 16 000 militaires français faits prisonniers de guerre de 1810 à 1814 et qui sont morts en Russie, en Pologne et en Allemagne (1826). Si la liste est surtout dominée ensuite par les dictionnaires et quelques classiques de la littérature (Les fleurs du mal, les Mémoires de Saint-Simon), on note également la récurrence des thèmes ésotériques : en 5e position le Dictionnaire infernal (6e éd., 1863), en 36eDogme et rituel de la haute magie (1930), en 59e position Les vrais secrets de la magie noire (1900), etc.

10 Par exemple : intégration de projections statistiques censées compenser l’absence des visiteurs non comptabilisables (ordinateurs refusant les cookies) ; mise à jour régulière mais forcément relative d’une base de données permettant d’exclure les visites de robots, etc.

11 La « donnée » n’est pas un morceau de réalité mais sa description élémentaire (sous forme d’une URL, d’un log, etc.) qui doit être collectée, sélectionnée, parfois transformée, pour être analysée.

12 Tel est l’enjeu du projet 2013-2016 « Le devenir en ligne du patrimoine numérisé : l’exemple de la Grande Guerre », mené dans le cadre du Labex Les Passés dans le Présent (Investissements d’avenir, ANR-11-LABX-0026-01) et rassemblant la BnF, la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), Télécom ParisTech et l’Institut des sciences sociales du politique (ISP).

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search