Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mener l'enquête

 | 
Christophe Evans

Partie I. Préparer, comparer

4. La connaissance des publics via les données internes de la bibliothèque

Claude Poissenot

Texte intégral

  • 13 Dans la suite du texte, nous parlerons de bibliothèque au sens large du terme (bibliothèque ou médi (...)

1Quelle est l’importance de la fréquentation de la bibliothèque13 ? Qui sont les usagers ? Que font-ils des services qui leur sont proposés ? Ces questions doivent trouver des réponses à l’heure où le public (et donc sa connaissance) devient un point cardinal de justification (et donc d’évaluation) des bibliothèques. Mais comment répondre à ces questions ?

2Nous développerons ici l’idée selon laquelle, avant même d’envisager la réalisation d’une enquête, les bibliothèques disposent elles-mêmes d’une multitude d’informations dont l’exploitation permet de fournir une connaissance riche et parfois unique des usagers et des usages dont elles font l’objet. Nous chercherons à le montrer pour chaque domaine (fréquentation, usagers, usages) en pointant les atouts de cette source d’information mais aussi ses limites et ce, quel que soit le type d’établissement concerné.

COMBIEN SONT INSCRITS ?

3Que ce soit sur un campus universitaire, sur le territoire d’une commune ou d’une intercommunalité, une bibliothèque s’adresse toujours à un public que l’on peut chercher à circonscrire dans l’espace et dans ses appartenances sociales (étudiants, universitaires, chercheurs et administratifs ; résidents d’une commune ou intercommunalité). La fréquentation désigne le processus (et le résultat) par lequel une partie de cette population desservie recourt à au moins un des services de la bibliothèque tandis qu’une autre partie y renonce. Mesurer la fréquentation consiste donc à compter les premiers et comparer les résultats aux seconds.

4La réalisation d’enquêtes de population (c’est-à-dire sur un échantillon de la population desservie composée d’usagers mais aussi de non usagers) suppose une énergie et un budget qui les rendent inaccessibles à de nombreux établissements. Par ailleurs, les informations obtenues par l’intermédiaire d’un questionnaire relèvent de déclarations qui comportent une marge d’incertitude : la carte d’inscription est-elle encore à jour ? La personne interrogée souhaite-t-elle se valoriser en se déclarant inscrite ou en déclarant un rythme de visite supérieur à son rythme réel ?

  • 14 Les institutions en charge de cette collecte fournissent des éléments de synthèse : Service du livr (...)

5La plupart des bibliothèques étant désormais informatisées, elles disposent d’un SIGB qui peut leur fournir à tout moment le nombre d’inscrits actifs (ayant emprunté ou utilisé un service de la bibliothèque au cours des 12 derniers mois). Cette donnée autorise un suivi de l’évolution des inscrits et permet aussi d’appréhender la capacité de l’établissement à susciter l’intérêt de la population qu’il dessert. Insistons aussi sur l’utilité du recueil de ces informations du point de vue de la connaissance globale des bibliothèques grâce aux données remontées de chaque établissement aux administrations concernées14.

  • 15 Merci à Thomas Gérard, Anne-Marie Thummel et Christine Balliet pour ces données.

6Dans le cadre universitaire, les SCD peuvent ainsi mettre en relation le nombre d’enseignants inscrits par rapport au total des enseignants que compte l’université. Par exemple, l’université Nancy 2 comprenait 681 enseignants en 2009 quel que soit leur statut et le SCD recensait 486 enseignants inscrits actifs dans au moins une des 5 bibliothèques réparties sur les campus15. Le SCD est donc utilisé par 71,4 % du personnel enseignant, soit un niveau comparable à ce qu’on observe au niveau national puisque, d’après les données ESGBU, ce taux était de 71,9 % (55 668 enseignants et chercheurs inscrits rapportés à 77 411 enseignants dénombrés dans les établissements universitaires en 2008). Cela signifie qu’une minorité seulement reste en dehors de l’offre documentaire qui lui est proposée (néanmoins, cela ne préjuge en rien du rapport que ces non inscrits entretiennent avec l’offre en ligne puisque son usage ne nécessite pas d’inscription).

7Dans l’univers des bibliothèques municipales, la mesure de la fréquentation peut passer par la prise en compte du nombre total d’inscrits, c’està-dire ceux qui ont effectué au moins un emprunt ou utilisé un service enregistré par la bibliothèque au cours des 12 derniers mois. Ce chiffre permet de saisir l’ampleur de la fréquentation dont elle fait l’objet.

  • 16 Merci à Fabienne Didier d’avoir rendu possible ce passionnant travail.

8Par exemple, dans le cadre d’un travail sur la médiathèque de Toul16 en 2000, nous avions recensé 6 383 inscrits (4 097 en 2008). Ce chiffre montrait que l’établissement implanté dans une commune de 16 945 habitants (recensement de 1999) rendait service à une vaste population. Il demeure une approximation puisqu’une partie des emprunts l’est par délégation, c’est-à-dire qu’ils sont réalisés pour le compte d’autres personnes qui ne sont pas comptabilisées. À l’inverse, certains jeunes inscrits le sont du fait d’une volonté parentale sans que celle-ci se traduise par l’usage de documents de la bibliothèque.

9Mais ce chiffre mesure mal l’attractivité de l’établissement car il n’autorise pas les comparaisons précises avec d’autres données. En effet, le nombre total d’inscrits dépend du succès de la bibliothèque mais aussi du volume des habitants du bassin de population. Tous les usagers ne sont pas résidents de la commune dans laquelle est implantée la bibliothèque. Ainsi, dans le cas de Toul, sur les 6 383 inscrits, 2 776 résidaient sur le territoire de la commune (soit 43,5 %). Le calcul erroné (qui est hélas souvent observé) consiste à rapporter l’ensemble des inscrits sur la population de la commune. Ici, ce serait (6 383/16 945) * 100 = 37,7 %. Ce taux serait aussi flatteur que trompeur ! En réalité, parce qu’elle est la plus proche pour de nombreux habitants des environs, la médiathèque rayonne sur plus de 75 communes qui rassemblent globalement une population plus importante que celle de Toul.

La mesure exacte de l’attractivité de la bibliothèque sur la population de la commune résulte alors du calcul suivant :
(2 776/16 945) * 100 = 16,4 %. C’est environ un Toulois sur six qui était utilisateur inscrit de ce service municipal. Ce taux est le mieux à même de comparer l’attractivité de cette bibliothèque par rapport à d’autres.

COMBIEN DE VISITEURS ?

  • 17 Ces visiteurs sans carte représentent moins d’un tiers des visiteurs et le plus souvent moins de 15 (...)
  • 18 L’exploitation des données du Service du livre et de la lecture du ministère de la Culture et de la (...)

10La mesure de la fréquentation via les données concernant les seuls inscrits a fait l’objet de critiques car elle laisse de côté la fraction d’usagers qui viennent à la bibliothèque sans avoir de carte à jour ou qui ne sont pas inscrits. Loin d’être dominante, cette fraction17 est loin d’être négligeable même si elle concerne des publics qui fréquentent moins régulièrement la bibliothèque. À l’heure où l’usage de l’espace tend à prendre une plus grande ampleur (au détriment de l’usage des collections), il est indispensable que les bibliothèques disposent de telles informations qui constituent un autre outil de mesure de l’évolution de l’attractivité18.

  • 19 Entre 2005 et 2009, on constate une baisse de 14 % du nombre moyen de visites dans ces deux établis (...)

11Une façon de mesurer cette fréquentation consiste à compter le nombre de visites. Les portiques antivol intègrent généralement une fonction de compteur qui permet d’obtenir des chiffres qui reconnaissent cette activité de l’institution. Il faut consigner ces informations avec précision (nombre d’entrées) de manière à s’assurer de la comparabilité des chiffres. Ainsi par exemple, la Bpi comme la BnF (Haut de Jardin) fournissent dans leurs rapports d’activité le nombre moyen de visites par jour d’ouverture. Cela permet de mettre en évidence une érosion continue des visites depuis plusieurs années19 indépendamment de la variation du nombre réel de jours d’ouverture (liée à des travaux ou des grèves).

QUI SONT-ILS ?

12La structure sociale de la fréquentation permet de préciser la connaissance du public. Les publics réellement touchés correspondent-ils au public visé ? Existe-t-il des catégories de population sous-représentées ? Lesquelles ? Pourquoi ?

13Il faut donc connaître son public. On peut bien sûr tenter de mieux connaître ses publics au moyen d’une enquête sur site ou au moyen d’une enquête de population. Mais sans s’engager dans une opération de cette envergure, le SIGB peut fournir des éléments précieux. La condition préalable à l’utilisation de cette source – et elle doit être soulignée –, est que les informations sur les usagers soient recueillies avec soin et réactualisées. Il faut aussi, si l’on souhaite effectuer des comparaisons, veiller à ce que les catégories permettant de décrire les individus soient compatibles avec celles qui sont utilisées par l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) ou par d’autres organismes. Cela suppose, par exemple, de reprendre les professions catégories socioprofessionnelles (PCS) telles qu’elles sont codées par l’INSEE20. De même pour l’âge, il convient d’enregistrer l’âge exact des individus ou au moins les tranches d’âge telles que l’INSEE les utilise régulièrement (15-19 ans ; 20-24 ans ; 25-29 ans ; etc.). Enfin, la prise en compte de la zone de résidence mérite d’être enregistrée de façon à pouvoir permettre des comparaisons avec les données de l’INSEE. Cela passe non seulement par la commune de résidence mais aussi, pour la plupart des communes de plus de 5 000 habitants, par les « Îlots regroupés pour l’information statistique » (IRIS). L’idéal est donc de coder dès le départ les adresses des usagers en fonction de ce mode de découpage21. Nous avons mis en œuvre cette démarche pour étudier le public de la médiathèque de Toul comme le montre le tableau qui suit (certains IRIS ayant été ici regroupés).

TABLEAU LA RÉPARTITION DES INSCRITS

TABLEAU LA RÉPARTITION DES INSCRITS

14Ce tableau est celui qui offre la meilleure précision dans la mesure où il ne se contente pas de fournir la distribution simple des usagers entre les différentes catégories de population. Par exemple 25 % (675/2 728) des inscrits résidaient dans le centre de Toul : ce constat est sans intérêt car il dépend de la répartition de la population dans le territoire de la commune. Faute d’informations sur la population de référence, l’analyse des inscrits manque de pertinence. Cette remarque est bien entendu valable pour toutes les analyses par PCS, âge, sexe, etc. Les résultats produits dans notre tableau à partir des données de la médiathèque et de l’INSEE permettent, à l’inverse, de repérer une légère sur-représentation des habitants du centre ville dans l’établissement qui y est implanté mais à la proximité du quartier Saint-Evre. On constate malgré cela une relativement bonne présence des habitants du quartier de la Ville Haute qui est à la fois éloigné et à forte composante populaire. Le souci, affiché à l’époque par l’établissement, de s’adresser à ces publics n’était donc pas sans effet.

  • 22 Pour un exemple, cf. le rapport d’activité 2009 de l’université Lyon3 : < http://scd.univ-lyon3.frles-bibliotheques/service-commun-de-la-documentation/rapports-d-activite/ >.

15Dans le contexte universitaire, on peut bien sûr procéder à des analyses comparables et chercher à mettre en évidence des variations dans la fréquentation selon les campus, les disciplines, ou le niveau d’avancée dans le cursus. Cela suppose de pouvoir disposer du maximum d’informations sur les étudiants, les enseignants, chercheurs ou enseignants-chercheurs, ce qu’autorise la récupération des fichiers (par exemple des services de la scolarité). Mais ces résultats qui décrivent plus précisément l’activité des SCD gagneraient à être plus souvent présentés dans les rapports d’activité22.

SONT-ILS SATISFAITS ?

16Une des modalités de l’interrogation sur les publics concerne le degré de satisfaction que ceux-ci tirent des services qui leur sont proposés. La mesure de la satisfaction peut passer par des enquêtes réitérées mais les informations recueillies présentent certaines limites. En général, les usagers peinent à exprimer de l’insatisfaction et celle-ci n’est pas très précise : que signifie au juste être assez satisfait de tel ou tel service de la bibliothèque ? Il arrive en effet que certaines enquêtes posent des questions à des personnes qui ne se les posent pas… et qui pourtant y apportent des réponses. Pour ces raisons et pour des raisons économiques, on peut chercher à exploiter d’autres informations parfois déjà disponibles.

  • 23 C’est le taux qui était observé à la bibliothèque municipale de Lyon, cf. Véronique Catanese-Palanc (...)
  • 24 Une enquête sur les ex-inscrits à Nancy et Metz évaluait la proportion respective de chaque groupe (...)

17Le rythme annuel des inscriptions offre l’occasion de mesurer l’ampleur de la non réinscription. On observe souvent qu’un quart des inscrits23 ne renouvellent pas leur abonnement d’une année sur l’autre. Une partie d’entre eux quitte la bibliothèque pour cause de déménagement, d’autres la délaissent pour un autre établissement, d’autres se trouvent désinscrits sans s’en apercevoir24. La non réinscription ne signifie pas l’arrêt de la fréquentation puisqu’un cinquième des ex-inscrits (d’après l’enquête lorraine) continuent à venir à la bibliothèque. Pour autant, le phénomène de la non réinscription est en partie lié à des causes endogènes. La mesure du volume de non réinscription, et encore plus la mesure de son évolution, forment un indicateur probable de la capacité de l’équipement à fidéliser et donc à satisfaire ses usagers.

  • 25 Cf. Albert O. Hirschmann, Face au déclin des entreprises et des institutions, Paris, Éditions ouvri (...)

18Bien sûr le « retrait » constitue une modalité d’expression de l’insatisfaction. Mais il est constitutivement ambigu puisqu’il ne saurait être réduit à sa signification de protestation. Albert O. Hirschmann25 a depuis longtemps montré le problème que le phénomène de défection (exit) cause aux institutions. Celles-ci voient les usagers les quitter sans nécessairement savoir ce qui est au principe de leur mécontentement et elles perdent ainsi une possibilité de procéder à des changements susceptibles de leur éviter ce départ. La prise de parole (voice) – ou l’expression du mécontentement – présente l’avantage de donner accès aux motifs d’insatisfaction.

  • 26 Cf. Olivier Chourrot, « Messages de lecteurs : le cahier de suggestions en bibliothèque », Bulletin (...)

Pour cette raison, les bibliothèques gagneraient à recueillir systématiquement ces critiques de manière à pouvoir y pallier. Cela peut passer par un cahier de suggestions26, une boîte à idées, un tableau d’échanges de messages entre usagers et professionnels, un formulaire sur le site Web de la bibliothèque. Il est nécessaire de faciliter matériellement l’expression du mécontentement en éloignant le cahier du regard du personnel, par exemple dans un hall, un escalier, etc.

19Ainsi, la bibliothèque municipale de Tours fêtait ses 50 ans en 2007 et, dans le cadre d’une exposition à ce sujet, proposait aux usagers de s’exprimer sur un cahier accroché à une grille caddie à l’écart des salles de travail. La phrase d’invite visible de loin était suggestive : « Et vous ? Quels sont vos souhaits, vos idées, vos envies pour la bibliothèque de demain ? Laissez-nous vos témoignages sur le carnet. ». Le cahier s’est facilement rempli de commentaires non dénués d’intérêt. Certains se réjouissant du confort ou du silence tandis que d’autres exprimaient le souhait d’un espace de détente, des horaires d’ouverture élargis à certaines périodes de l’année ou un accès Internet en Wifi. Non seulement ce mode de recueil de l’information permet de saisir certaines aspirations des publics mais, de plus, il donne à voir aux usagers que l’institution se préoccupe de leur point de vue. Ils ne sont pas institués dans un statut passif.

  • 27 Philippe Galanopoulos a étudié les groupes Facebook dédiés à la Bpi par des étudiants. Philippe Gal (...)

20Pour les plus grands établissements, la bibliothèque peut donner lieu à la production de discours en dehors de l’institution. Les réseaux sociaux27 peuvent être le lieu de prise de parole sur les qualités et les défauts d’un équipement de la part de ceux qui l’ont fréquenté. Ces informations méritent d’être recherchées et prises en compte.

QU’EMPRUNTENT-ILS ?

  • 28 Il arrive loin devant le deuxième usage (lire un livre sur place) d’après l’enquête Crédoc de 2005  (...)

21L’emprunt de document est la pratique la plus courante pour les inscrits28. Les bibliothèques consacrent une large part de leur activité à la constitution de collections à cette fin. Mais que font les usagers de ce choix de documents ?

22Tous les SIGB fournissent des éléments sur le nombre de prêts et leur ventilation par catégories de documents plus ou moins fines. Il est ainsi possible de mesurer le taux de rotation de chaque type de documents en rapportant le nombre de prêts au nombre de références proposées au prêt. Ce type de données offre une information précieuse sur la manière dont les collections sont perçues et utilisées par les usagers. La bibliothèque enregistre non des déclarations de pratiques mais bien les emprunts euxmêmes (sans savoir toutefois s’ils donnent lieu à lecture ou écoute). Les bibliothécaires confrontent leurs choix à la validation du public. Des taux de rotation très élevés peuvent être le signe d’une insuffisance de l’offre par rapport aux aspirations des publics. Ils signifient aussi que certains documents au catalogue sont en réalité inaccessibles à la plupart des usagers car empruntés sans interruption et donc jamais dans les rayons.

  • 29 [En ligne] < http://www.bm-chambery.fr/opacwebaloes/Images/Paragraphes/pdf/RA_2009.pdf >.

23L’enregistrement des données sur les volumes de prêts est nécessaire pour repérer des évolutions dans les pratiques des usagers. Par exemple, le réseau de bibliothèques de Chambéry, qui a le mérite de mettre en ligne son rapport d’activité29, a enregistré le nombre total de prêts de documents sonores tous les ans ce qui permet de constater une forte érosion de ces prêts, comme dans l’immense majorité des équipements, entre 2005 et 2009 (- 25 %). De même, l’évolution des taux de rotation, y compris pour des sous-catégories assez précises de documents, permet de repérer une baisse ou un accroissement de l’attractivité de ces segments de collections.

  • 30 Valérie Heitz. Les prêts de musique enregistrée dans les bibliothèques de lecture publique à Rennes(...)

24De façon plus claire, on peut repérer les documents plébiscités par les emprunteurs de façon à cerner les goûts des usagers non tels qu’ils pourraient être déclarés mais tels qu’ils sont enregistrés. Pour cela, on peut exploiter les listes des documents les plus empruntés que les SIGB génèrent assez facilement pour la plupart d’entre eux. Une enquête30 aux Champs Libres montrait par exemple l’absence de titres de musique classique dans les 100 CD les plus empruntés en 2008. La variété internationale représentait 61 % des titres. L’examen de la liste permettait aussi de constater la place importante occupée par des groupes qui avaient fait l’actualité 20 ou 30 ans plus tôt (Pink Floyd, AC/DC, Led Zeppelin, The Police, etc.). Ce constat montre la place importante des « classiques » de la variété dans les demandes des publics qu’ils aient été témoins de l’époque ou qu’ils veuillent découvrir les références propres aux autres générations.

  • 31 Sur un échantillon de 105 bibliothèques, nous avons ainsi pu mesurer l’acquisition et l’emprunt de (...)

25Les SIGB permettent également de savoir quel est l’attrait d’un document, d’une collection ou d’un éditeur. On peut connaître le nombre total de prêts dont il a fait l’objet depuis sa mise en rayon. De plus en plus, les bibliothèques donnent accès à leur catalogue en ligne. Cela permet d’interroger d’autres équipements et savoir non seulement s’ils ont acquis un document (et le nombre d’exemplaire) mais aussi s’il est emprunté. Cette mesure de l’emprunt est susceptible d’éclairer des débats31 sur l’acquisition (ou non) de certains documents ou sur leur désherbage.

  • 32 Il faudrait demander cette fonctionnalité aux concepteurs de ces outils. La protection de la confid (...)
  • 33 Au prix d’une manipulation savante et patiente, Nicolas Andry montrait ainsi que le poids des livre (...)

26De façon plus approfondie, des résultats intéressants pourraient être obtenus en combinant les informations sur les emprunteurs avec celles concernant les documents. Les SIGB rassemblent ces deux séries de données mais hélas peu permettent (ou pas de façon simple) de les croiser32. Quels sont les documents plus spécifiquement empruntés par les jeunes33, les employés, les hommes ? De tels résultats pourraient permettre de suivre plus finement l’activité de la bibliothèque et d’entreprendre des actions ciblées sur telle ou telle catégorie d’usager.

QUELS SERVICES UTILISENT-ILS ?

27Les usages de la bibliothèque ne se limitent pas aux collections. Il est intéressant également de chercher à savoir quel usage les publics font des services qui leur sont proposés.

28Dans cet esprit, on peut se demander si les ordinateurs mis à disposition des usagers sont très utilisés. Dans ce cas, il est possible d’exploiter les registres de réservation (si elle est impérative) ou procéder à des observations régulières (par exemple toutes les heures durant une semaine on peut dénombrer le nombre de postes restant disponibles) ou encore mesurer la file d’attente devant les postes Internet en accès rapide. De cette façon, on peut donner une mesure de l’intensité d’usage des ordinateurs. Mais on peut aussi chercher à avoir des indications plus précises concernant le contenu des usages. L’examen des historiques des navigateurs peut permettre de repérer les types d’usage (messagerie, chat, forum, sites de rencontres, sites d’information, sites pratiques, etc.).

29Les postes informatiques dédiés à la seule consultation du catalogue sontils beaucoup utilisés ? Les visiteurs perçoivent-ils bien l’usage restrictif de ces ordinateurs ? Là aussi les historiques stockés en machine sont en mesure de fournir des données à la fois sur le nombre de requêtes mais aussi sur la manière dont elles sont formulées : nombre de mots clés, champs renseignés, type de recherche utilisé (simple, avancée), vocabulaire mobilisé. Ces informations fournissent des éléments de réponse sur la perception et l’appropriation par les usagers de cet outil spécifique à la bibliothèque.

30La mise en place d’automates de prêt entre-t-elle en cohérence avec les attentes des usagers ? La proportion des prêts (ou retours) effectués sur les machines par rapport à l’ensemble des transactions livre un bon moyen de le savoir.

31De la même façon, on peut se demander si les boîtes de retour accessibles en dehors des horaires d’ouverture sont effectivement ou non un service nécessaire ? Le dénombrement du volume des retours par ce moyen sur le volume global des documents restitués donne des éléments de réponse à prendre en compte. Il permettrait aussi de convaincre les établissements qui hésitent à proposer ce service. De même, on peut aussi chercher à savoir si certains documents sont particulièrement rendus dans les boîtes de retour, lesquels et pourquoi.

32Les usages de l’espace de la bibliothèque sont aussi observables avec profit. Quels sont les espaces plébiscités ? La fréquentation est-elle solitaire ou collective, studieuse, de détente ou de sociabilité ? Des compteurs et des observations systématiques sont en mesure de donner des réponses qui permettront d’accéder au point de vue que les usagers se font de la bibliothèque plutôt qu’à celui que la bibliothèque a sur elle-même.

33On peut aussi porter une attention aux publics des animations. Combien sont-ils ? Qui sont-ils ? D’où viennent-ils ? Comment reçoivent-ils la proposition qui leur est faite ? Répondre à ces questions suppose à un certain moment la mise sur pied d’enquêtes ad hoc mais une observation attentive peut fournir des éléments de réponse. Ceux-ci peuvent être systématisés dans une grille d’observation pour chaque animation relevant le nombre de spectateurs, leur répartition par sexe, une estimation de l’âge, etc. On peut également utiliser ici un livre d’or qui peut faire l’objet de dépouillement systématique.

PORTER UNE ATTENTION PLUS GRANDE AUX PUBLICS

34La connaissance des publics ne peut pas reposer uniquement sur les données que la bibliothèque collecte dans le cadre de son activité. Pour autant, nous avons vu la richesse des informations que l’on peut produire directement à travers les SIGB ou indirectement au moyen d’observations systématiques. Les usagers laissent des traces de leurs usages que l’on peut – et doit – exploiter afin de mieux mettre en rapport les objectifs de l’établissement et la réalité des usages qui en sont faits. C’est cette attention aux publics, à leurs pratiques et à leurs points de vue qui forme le terreau sur lequel peut naître une invention méthodologique à même de les connaître.

Notes

13 Dans la suite du texte, nous parlerons de bibliothèque au sens large du terme (bibliothèque ou médiathèque).

14 Les institutions en charge de cette collecte fournissent des éléments de synthèse : Service du livre et de la lecture du ministère de la Culture et de la Communication pour les bibliothèques municipales (à travers sa nouvelle application prochainement en ligne : < http://www.observatoirelecturepublique.fr >) et Mission de l’information scientifique et technique et du réseau documentaire du ministère de l’Enseignement supérieur (< https://www.sup.adc.education.fr/asibu/accueil.htm >).

15 Merci à Thomas Gérard, Anne-Marie Thummel et Christine Balliet pour ces données.

16 Merci à Fabienne Didier d’avoir rendu possible ce passionnant travail.

17 Ces visiteurs sans carte représentent moins d’un tiers des visiteurs et le plus souvent moins de 15 % des visites car ils se rendent moins souvent à la bibliothèque que les détenteurs de carte.

18 L’exploitation des données du Service du livre et de la lecture du ministère de la Culture et de la Communication sur le nombre de visites dans les bibliothèques centrales a conduit à conclure à une érosion de la fréquentation dans la période récente. Cf. Claude Poissenot, « La fréquentation en questions », Bulletin des bibliothèques de France, 2010, t. 55, n° 5. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2010-05-0067-013>.

19 Entre 2005 et 2009, on constate une baisse de 14 % du nombre moyen de visites dans ces deux établissements.

20 Le codage de PCS doit résulter d’un équilibre entre les exigences de facilité et de précisions. < http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp?page=nomenclatures/pcsese/pcsese2003/liste_n2.htm >.

21 On trouve la délimitation des IRIS sur le site de l’INSEE : < http://www.insee.fr/fr/methodes/zonages/cartes-iris.asp >.

22 Pour un exemple, cf. le rapport d’activité 2009 de l’université Lyon3 : < http://scd.univ-lyon3.frles-bibliotheques/service-commun-de-la-documentation/rapports-d-activite/ >.

23 C’est le taux qui était observé à la bibliothèque municipale de Lyon, cf. Véronique Catanese-Palanche, Muriel Desvois, Eric Frigerio, Marie-Hélène Pons, « L’abandon de la bibliothèque », mémoire de recherche, enssib, 2006 : < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-575 >.

24 Une enquête sur les ex-inscrits à Nancy et Metz évaluait la proportion respective de chaque groupe à 32 %, 24 % et 22 %. Cf. Claude Poissenot, « Les ex-inscrits : deux enquêtes en Lorraine » in Journée ABF, Nancy, 4 décembre 2006, p. 6 : < http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/docs/00/17/25/79/PDF/LES_EX_inscritsABF.pdf >.

25 Cf. Albert O. Hirschmann, Face au déclin des entreprises et des institutions, Paris, Éditions ouvrières, 1972.

26 Cf. Olivier Chourrot, « Messages de lecteurs : le cahier de suggestions en bibliothèque », Bulletin des bibliothèques de France, t. 42, 1997, n° 4. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1997-04-0030-005 >.

27 Philippe Galanopoulos a étudié les groupes Facebook dédiés à la Bpi par des étudiants. Philippe Galanopoulos, « Quand les beaubourgeois parlent de Bob ! », De ligne en ligne, avril-juin 2011.

28 Il arrive loin devant le deuxième usage (lire un livre sur place) d’après l’enquête Crédoc de 2005 : 86 % contre 50 %.

29 [En ligne] < http://www.bm-chambery.fr/opacwebaloes/Images/Paragraphes/pdf/RA_2009.pdf >.

30 Valérie Heitz. Les prêts de musique enregistrée dans les bibliothèques de lecture publique à Rennes, mémoire de stage de DUT, IUT Nancy-Charlemagne, juin 2009.

31 Sur un échantillon de 105 bibliothèques, nous avons ainsi pu mesurer l’acquisition et l’emprunt de titres de littérature adolescente. Nous avons par exemple établi que la polémique suscitée par le texte de Guillaume Guéraud (Je mourrai pas gibier, Éditions du Rouergue, 2006) avait conduit à des commande massives (275 exemplaires) mais ne donnait lieu qu’à un très faible niveau d’emprunt (9 % des exemplaires étaient empruntés au moment de l’interrogation des catalogues, c’est-à-dire qu’il fallait 10 exemplaires en rayon pour qu’un ouvrage soit emprunté). Cf. Claude Poissenot, « Faire littérature : aux lecteurs absents », Lecture Jeune, n° 128, décembre 2008, pp. 25-27.

32 Il faudrait demander cette fonctionnalité aux concepteurs de ces outils. La protection de la confidentialité des prêts ne serait pas remise en cause car il s’agit bien d’une exploitation statistique c’est-à-dire de l’agrégation d’informations personnelles dans des catégories.

33 Au prix d’une manipulation savante et patiente, Nicolas Andry montrait ainsi que le poids des livres dans le total des emprunts enregistrés à la médiathèque de Laxou augmente fortement des 25-34 ans (29 %) aux 55-65 ans (50 %) et aux 65 ans et plus (74 %). Cf. Nicolas Andry, Une médiathèque, mode d’emprunt, Mémoire de DUT, IUT Nancy-Charlemagne, 2004.

Table des illustrations

Titre TABLEAU LA RÉPARTITION DES INSCRITS
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/575/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540