Version classiqueVersion mobile

La recherche dans les institutions patrimoniales

 | 
Mélanie Roustan

Préface

Sylviane Tarsot-Gillery

Texte intégral

  • 1 Ont participé à ce programme : Camille Arnodin, Anne Monjaret, Mélanie Roustan et Jasmina Stevanov (...)

1Si le site Richelieu de la Bibliothèque nationale de France (BnF) accueille chaque année près de 8 000 chercheurs venus du monde entier pour travailler sur ses collections, il était audacieux d’en faire un objet de recherche en lui-même. C’est le défi relevé durant l’année 2012 par une équipe pluridisciplinaire conduite par l’anthropologue Mélanie Roustan1, à l’invitation de la Bibliothèque. Intitulé « Pour un accès renouvelé aux collections. Une ethnographie du site Richelieu et de ses publics », ce travail s’inscrivait dans un agenda particulier : celui de la rénovation en cours du site avec, à l’horizon de 2020, la réouverture de l’intégralité de ses espaces proposant une offre scientifique et culturelle repensée. Dans ce contexte, il était important de mieux comprendre, à l’heure du numérique, les nouvelles logiques d'usages des chercheurs fréquentant les établissements patrimoniaux et d'en anticiper les évolutions dans les années à venir. Quel sera demain le « style » de la recherche : non pas seulement ses sujets d’étude, mais aussi ses manières de faire, ses rythmes, ses outils, ses espaces ? Quelle place y occupera ce qu’Anne Monjaret et Mélanie Roustan appellent dans ce livre, qui est l’un des fruits de leur travail de recherche, « la matérialité du savoir » ? Quelle place auront les institutions patrimoniales au sein de cette nouvelle République des Lettres promise par le numérique ?

2Dès le début des discussions avec Mélanie Roustan et son équipe, il a semblé évident que cette recherche sur les publics de Richelieu aujourd’hui et demain devait s’inscrire dans la durée afin que les enquêteurs aient le temps de découvrir le site, se familiariser avec ses codes, son histoire et ses personnels. Les résultats de leur travail ont suscité la discussion ; rien d’étonnant à cela : ils ont à la fois de quoi nous conforter et nous bousculer ; sur certains points, ils vérifient l’écart entre l’image qu’un établissement peut avoir de ses usagers et le ressenti de ces derniers. Lieu d’excellence, le site de Richelieu procure un sentiment de fierté aux usagers qui en sont devenus des familiers ; mais sa complexité et son caractère intimidant appellent un accompagnement renforcé des chercheurs jeunes ou débutants, qui peinent parfois à en comprendre les procédures et ont également du mal à préciser leurs besoins. Comme souligné par l’enquête, la figure de « l’affineur » (qui vient travailler de manière approfondie sur un nombre limité de documents) côtoie désormais – et cède en partie la place – à celle du « moissonneur » (qui vient reproduire en masse des documents afin de les étudier chez lui). Le moissonneur représente une autre économie de la recherche : individu pressé, il réserve un temps de plus en plus rare pour aller en bibliothèque. Fortement motivé et préparé, il vient avec un souci de rentabilité auquel l’offre de service doit pouvoir répondre en conséquence. Entre ces deux figures-types se déploient quantité de gestes, d’attitudes très concrètes qui sont autant de formes d’un même et universel désir de savoir. À ce désir, il est passionnant pour nous, établissements patrimoniaux, de tenter de répondre, avec les outils et les médiations appropriées.

3Les textes qui suivent – en partie issus de la journée d’étude du 18 février 2013 qui refermait le programme de recherche – viennent éclairer et approfondir ces constats, bien au-delà du cas particulier de la BnF. Ils sont susceptibles d’intéresser tous ceux qui s’interrogent sur le devenir de ces « lieux de savoir » que sont les bibliothèques, les archives et les musées. La diversité des quatorze contributions ici rassemblées – conservateurs, experts des sciences de l’information, ethnologues, historiens, etc. – montre l’importance des questions soulevées, qui engagent notre rapport au passé et à sa juste compréhension.

Notes

1 Ont participé à ce programme : Camille Arnodin, Anne Monjaret, Mélanie Roustan et Jasmina Stevanovic.

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search