Version classiqueVersion mobile

Évaluer la bibliothèque par les mesures d’impacts

 | 
Cécile Touitou

Partie III – Pilotage

Le tri par cartes pour améliorer l’arborescence du site web de la bibliothèque de Sciences Po Paris

Joris Paillaré

Texte intégral

1En 2016, la bibliothèque de Sciences Po a expérimenté le tri par cartes dans le cadre d’un projet de refonte de son site web. Cette méthode, bien documentée sur Internet, contribue à optimiser l’architecture de l’information d’un site en faisant directement participer les usagers.

Encadré. Les trois temps du tri par cartes

Le déroulé d’une session de tri par cartes est simple :

1. vous présentez à chaque participant des cartes en papier sur lesquelles vous avez inscrit des titres de contenus rédactionnels (un titre par carte) ;

2. chaque participant classe les cartes suivant sa propre logique ;

3. il nomme les regroupements ainsi formés.

Assigner un objectif à chaque tri

2Les utilisateurs ont tendance à organiser les cartes selon :

  • leur niveau de connaissance des sujets ;
  • leur intérêt pour ces sujets.

3Ces paramètres sont cruciaux pour comprendre qu'on ne peut pas traiter tous les contenus d'un site par un seul tri.

4Pour le projet Sciences Po Paris, l’objectif était de mener une première série de tris pour définir les grandes rubriques du site en ciblant en priorité les attentes des étudiants du campus parisien.

Retenez qu’un tri permet de constituer des catégories de même niveau, pas toute la structure hiérarchique d'un site.

5Aussi, pour organiser le contenu d’une rubrique particulière ou des contenus s’adressant à des publics spécifiques, il faut préparer des tris adaptés.

Préparation

6La première étape consiste à remettre à plat les pages du site, c'est-à-dire à inventorier et décrire les contenus publiés, en précisant notamment les publics concernés. Ensuite, il faut choisir les contenus pertinents. C’est l’étape la plus délicate.

7Pour notre projet, une vingtaine d’informations et services destinés aux étudiants ont été retenus avec deux règles de précaution :

  • écarter des intitulés qui induisent des regroupements tels que « Services » ou « Pratique » ;
  • ne pas sélectionner des contenus reliés par des relations hiérarchiques (terme générique, terme spécifique).

8Plusieurs types de tri existent : ouverts ou fermés, papier ou en ligne, présentiels ou à distance. Nous avons privilégié des tris :

  • ouverts : chaque utilisateur définit et nomme ses propres catégories ;
  • papier et en ligne : le premier permet aisément de modifier, ajouter, dupliquer des cartes. Les solutions en ligne de card sorting figent les contenus mais offrent de puissantes possibilités d’analyse quantitative ;
  • présentiels : favorisent l’interaction et le recueil d’informations qualitatives.

9Les études montrent que 15 participants permettent d’obtenir un bon rapport résultats/coût. Pour notre projet, 6 étudiants de 1er cycle ont été recrutés pour une première série de tris papier qui nous a permis de procéder à des ajustements pour préparer une seconde série de tris en ligne avec 16 étudiants de Master.

10Lors du déroulement des tris, des collègues jouant le rôle de modérateurs ont répondu aux difficultés de compréhension, et incité les participants à verbaliser leurs choix tout en veillant à ne pas influencer les logiques de classement.

Analyse et résultats

11Les résultats quantitatifs collectés ont été analysés avec des outils qui ont permis notamment :

  • d’identifier les fréquences d’associations, autrement dit de montrer les contenus que les utilisateurs mettent ensemble ;
  • d’aligner et consolider les catégories en clusters, facilitant ainsi l’analyse de la distribution des cartes. Très utiles lorsque l’on doit analyser une centaine de regroupements (chaque participant a créé en moyenne 6 catégories), ces clusters représentent les rubriques de premier niveau que nous souhaitions définir.

12L’itération permet d'augmenter la qualité des résultats collectés.

  • 1 Voir la contribution de Nicolas Alarcon : « Évaluer l’utilisabilité des sites web », p. 150.

13Enfin, le tri par cartes se base sur une représentation mentale des utilisateurs, pas sur une mise en situation réelle de recherche d’information. Le design du système de navigation devra s’appuyer sur des techniques de conception et d’évaluation complémentaires, comme les tests d’utilisabilité1.

Notes

1 Voir la contribution de Nicolas Alarcon : « Évaluer l’utilisabilité des sites web », p. 150.

Auteur

Chef de projets numériques, Bibliothèque de Sciences Po Paris

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search