Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Repenser le fonds local et régional en bibliothèque

 | 
Bernard Huchet
, 
Claire Haquet

Partie 1. Constitution

Éléments structurants d'un fonds local au xxie siècle

Sarah Toulouse

Texte intégral

  • 1 La Charte des bibliothèques, article 24, précise : « Les bibliothèques municipales et intercommuna (...)
  • 2 Voir par exemple à la bibliothèque universitaire d'Évry le développement d'un fonds local signalé (...)

1Constituer un fonds local dans une bibliothèque peut paraître évident et sembler appeler peu de réflexion. C'est d'ailleurs chose courante, et ce depuis longtemps : la plupart des bibliothèques territoriales n'ont pas attendu les recommandations de la Charte des bibliothèques de 19911 pour rassembler des documents sous cette appellation, et l'expression ou l'un de ses dérivés se rencontre également dans certaines BU2.

2Néanmoins, avec le développement d'Internet, la notion même de « local » et la perception que le public peut en avoir, ont évolué dans deux mouvements apparemment contraires : d'une part, via les catalogues et les bibliothèques numériques en ligne, on assiste à une mutualisation mondiale de l'information et désormais de la documentation, qui gomme l'idée d'appartenance à un territoire ; d'autre part, en sens inverse, la géolocalisation des données, des services, voire des personnes, est devenue l'un des enjeux majeurs sur les réseaux numériques aujourd'hui, mettant justement très fortement en avant la notion de « lieu ». Il faut donc se réinterroger sur ce trait fondamental des collections des bibliothèques et passer en revue les principaux éléments qui structurent un fonds local et régional en ce début du xxie siècle.

Une question de territoire : frontières et échelles

  • 3 François Hauchecorne, « Fonds local et régional », Bulletin des bibliothèques de France, 1982, n°  (...)

3Commençons par le commencement et puisque le terme « local » est si couramment employé dans l'intitulé des collections en question, partons de la définition du mot. Le Trésor de la langue française le définit comme ce « qui est particulier à un lieu limité dans l'espace que l'on oppose généralement à un ensemble plus vaste ». Un fonds local est affaire de géographie, et sa conception a à voir avec un lieu. Ainsi, en 1982, François Hauchecorne propose : « Que l'on parle de fonds local ou de fonds régional, la seule définition générale par laquelle il soit possible de les identifier est une définition géographique »3. Plus de trente ans après et malgré la mondialisation, rien ne vient contredire cette évidence. Plus qu'à un lieu précis, le fonds local fait référence à un territoire, et pour en définir la géographie l’on doit savoir quel terrain occuper, où placer les limites, à quels autres espaces se confronter, sur quelle échelle se situer.

4Le plus important de nos jours est sans aucun doute de s’intégrer à un réseau, d'envisager non pas uniquement son propre territoire, mais l'ensemble ou les ensembles dans lesquels il se situe. En effet, à une époque où l'on peut partager et échanger aisément les informations, et où les crédits et les surfaces se raréfient, il serait incompréhensible, voire mal venu, de ne pas chercher à éviter les redondances et de ne pas repenser « son » fonds local dans le maillage de tous les autres alentour, tout au moins dans une approche de type patrimonial. Dans cette optique, les limites d'un fonds local s'arrêtent là où commencent celles d'un autre, et il importe donc pour se définir de bien connaître ses voisins.

  • 4 Comme à Paris, voir Germaine Frigot, « Vers une autre conception du fonds local », Bulletin d’info (...)

5Il convient également de s'interroger sur l'échelle de territoire la plus pertinente, la plus adaptée au regard du statut de la bibliothèque et de ses missions globales. Bien qu'il n'y ait pas de règle précise dans ce domaine, chaque établissement restant maître de la constitution de ses fonds, il est en réalité courant de se référer au territoire desservi par la bibliothèque, tout en tenant compte de la position administrative et/ou de l'histoire du territoire en question : la bibliothèque municipale d'une capitale régionale envisage naturellement plutôt un « fonds régional », les bibliothèques départementales se réfèrent au département, le fonds local de la bibliothèque d'un chef-lieu de canton n'aura pas la même envergure que celui d'une préfecture. On retrouve même la notion de fonds local sur des territoires plus restreints : ainsi, dans les plus grandes villes, c'est l'arrondissement qui pourra servir d'échelle au fonds local4.

6Ces deux principes peuvent sembler contradictoires et empiéter l'un sur l'autre : comment rendre compatibles l'exigence d'un travail en réseau et l'existence de fonds à dimensions régionales par exemple ? Plusieurs pistes de réflexion permettent de résoudre ce dilemme.

Encadré. Local et/ou régional ?

un fonds local, quelle que soit sa dimension, peut se concevoir en cercles concentriques* :

• il sera ultra-spécialisé et quasi exhaustif sur la ville centre, et de moins en moins vers sa périphérie. Autrement dit, constituer un fonds régional, ce n'est pas obligatoirement acquérir tous les documents locaux de toutes les communes de ladite région. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle on trouve parfois les deux mots associés, certaines bibliothèques parlant de « fonds local et régional », signifiant bien par là une distinction ;
• toutes les bibliothèques n'ont pas les mêmes missions, et par conséquent, tous les fonds ne sont pas conçus avec les mêmes objectifs ni pour servir les mêmes publics. De fait, il y a sur des territoires proches géographiquement de la place pour plusieurs fonds locaux avec des contenus similaires, à condition que leurs finalités soient différentes* ;
• une réalité locale n'a pas obligatoirement un caractère régional, et ce qui a du sens au niveau d'une ville peut être abscons à une échelle plus large.

Ainsi, Pierre Mac Orlan peut être considéré comme « local » par la bibliothèque de Brest, au vu des romans importants qu'il a consacrés à la ville, mais il aurait moins sa place dans le fonds breton de Rennes.

* Voir sur ce point la contribution de Gaël Chenard et Blaise Mijoule : « Deux bibliothèques, un seul fonds local ! », p. 138.

7L'essentiel ici est de ne pas réfléchir de manière isolée, mais de concevoir le fonds local en termes de complémentarité et de réseau.

De l'histoire locale à la mémoire d'un lieu

8Si les divisions administratives contemporaines ne sont pas absentes des préoccupations d'un fonds local, les anciennes provinces, les « pays », les terroirs traditionnels sont également très souvent convoqués, et avec eux les adjectifs géographiques correspondants : on rencontre ainsi des fonds berrichons, dauphinois, occitans ou gascons, sans parler des fonds normands, bretons ou autres provençaux qui jouent sur les ambiguïtés historico-géographiques dans leur dénomination tout autant que dans leur définition. Cette approche induit en règle générale une connotation plutôt culturelle, voire « historique », du contenu des documents collectés, et parfois les fonds sont alors limités à « l'histoire locale ». En matière de types de document ou de support, au-delà des livres, cela peut impliquer un intérêt pour tout ce qui touche à l'iconographie.

  • 5 Voir sur ce sujet la synthèse de Laure Rioust dans la première partie de son mémoire d’étude de co (...)
  • 6 Noé Richter, « La Documentation locale », Bulletin des bibliothèques de France, 1963, n° 5, pp. 20 (...)

9Cette approche historique est d'ailleurs la définition originelle des fonds locaux dans les bibliothèques françaises, leur première légitimité dans le temps5, celle qui a guidé leur développement tout au long du xixe et du début du xxe siècle. À partir des années 1920, cependant, une conception plus globale émerge parfois, qui fait apparaître l'expression de « documentation locale ». Noé Richter en 1963 définit ainsi très largement la documentation locale comme devant être la collecte de « tous les travaux consacrés à une collectivité locale et de toutes les publications relatives à des événements qui ont marqué l'activité et le comportement de toute ou d'une partie de cette collectivité à un moment donné »6. L'intention est d'en faire un instrument permettant de « reconstituer le visage d'une cité à un moment précis ». Une telle définition ouvre le fonds local sur des réalités très variées, tout autant culturelles que politiques, sociales ou économiques, elle l'ancre dans un réseau de partenaires, et elle en élargit les publics potentiels bien au-delà des traditionnels amateurs d'histoire locale. L'orientation documentaire est aussi l'occasion de faire entrer de nouveaux supports et de compléter les sources écrites par des sources audiovisuelles.

  • 7 Reste bien entendu l'épineuse question de la définition de ce qu'est un auteur local : voir André- (...)

10Plus récemment, dans les années 1980-1990, le champ d'intervention du fonds local s'est encore accru, pour intégrer des dimensions mémorielles et identitaires, du fait d’un engouement croissant pour les questions patrimoniales. Prendre en compte ces dimensions dans un fonds local, c'est alors y intégrer tout ce qui est créé sur le territoire, devenu ainsi source potentielle d'inspiration, et non plus seulement ce qui parle de ce même territoire. Les œuvres littéraires, graphiques ou musicales, les écrits politiques, les essais philosophiques que l'on doit à des auteurs locaux peuvent ainsi trouver leur place dans un fonds du même nom au xxie siècle7.

Un périmètre à adapter à l'environnement

11La pauvreté de la littérature professionnelle sur les fonds locaux tient peut-être à ce qu'il n'y a pas plus différent que deux fonds locaux, et qu'il est de ce fait difficile de généraliser sur leur compte. Au-delà de la notion géographique, le fonds local d'une bibliothèque n'est-il pas justement ce qui va la distinguer de toutes les autres ? Ce qui dans ses collections a le moins de chance de se rencontrer ailleurs ? Ce qui va faire sa spécialité, son identité, sa vocation à une part de pérennité ?

12L'exploration des contours que les bibliothèques donnent à leurs fonds locaux amène à dresser une sorte d'inventaire « à la Prévert » des types de document, de support, voire d'objet, que l'on y conserve, au-delà des évidents duos bibliothéconomiques que sont les livres et périodiques, et les manuscrits et imprimés.

Encadré. Des contenus multisupports

• la famille des documents iconographiques est largement représentée, sous toutes ses formes : affiches, cartes postales, photographies, dessins, estampes, cartes de vœux, images pieuses et tutti quanti sont très couramment inclus ;
• il en est de même pour les cartes et plans ;
• pour rester dans la catégorie des imprimés, on rencontre aussi dans certains fonds locaux des documents que l'on qualifie d'« éphémères » : publicités, tracts, almanachs et calendriers, menus, programmes, faire-part, étiquettes (de fromage, de vin, de boîtes de conserve…), tickets et billets divers, etc.
• la musique et le cinéma sous toutes leurs formes et tous leurs supports peuvent également intégrer un fonds local ;
• plus anecdotiques, mais malgré tout présents : des jeux, des registres d'échantillons de tissus ou de dentelles, des timbres, des herbiers, etc.
• enfin depuis peu, les documents numériques et autres sites web ont également fait leur apparition, tout au moins dans la réflexion si ce n'est dans les collections elles-mêmes.

Il ne s'agit pas de penser qu'un fonds local doit impérativement intégrer tous ces types de document, mais d'avoir en tête tous les champs du possible et d'être ouvert à toutes les potentialités.

13D'où vient une telle diversité et comment alors poser les limites d'un fonds local ? Le premier facteur qui entre en ligne de compte est qu'un fonds local s'inscrit dans une histoire, et même dans une histoire longue : telle bibliothèque aura hérité via les confiscations révolutionnaires d'un cabinet de dessins et d'estampes, telle autre aura reçu en don au xixe siècle une collection de menus ou de jeux de cartes, et elles auront poursuivi dans cette voie. Lorsqu'il est question de conservation*, il est fondamental de veiller à la cohérence d'un fonds sur une durée longue, de tenir compte de l'existant et de ce qu'ont pu faire nos prédécesseurs. Le fonds local ne fait pas exception à la politique documentaire générale et appartient aussi à une lignée.

  • 8 Voir par exemple dans le domaine du patrimoine oral, le portail de la Fédération des associations (...)

14L'existence (ou a fortiori l'absence) sur le même territoire de partenaires institutionnels tels que musées ou archives, et la définition qu'eux-mêmes donnent à leur collecte dans les domaines proches de ceux d'une bibliothèque peuvent et même doivent influer sur le périmètre du fonds local. C'est bien ce que précise la Charte des bibliothèques de 1991 : le développement du fonds local doit se faire « en concertation avec les musées et les archives ». S'il existe un fonds de photographies dans le musée de la ville, un partage documentaire devra nécessairement être défini. Si les archives départementales collectent depuis toujours les cartes relevant de leur aire géographique, nul besoin là non plus de doubler la collection. Sur certains territoires, des associations peuvent également avoir collecté et développé des fonds locaux dans des domaines pointus8 : il convient là aussi d'en tenir compte et de ne pas créer de doublons.

  • 9 Noé Richter, op. cit.

15Plus généralement, on ne peut définir correctement les contours du fonds local sans être attentif à l'environnement global de la bibliothèque. Connaître le territoire sur lequel on intervient est essentiel pour percevoir les développements possibles et souhaitables du fonds local, à la fois pour mieux jouer le rôle de collecteur de mémoire en n'en oubliant aucun aspect, et pour mieux servir un public local en tenant compte de ses centres d'intérêt. Il faut ici s'attacher à appréhender l'environnement économique et social de la bibliothèque : en collectant par exemple les documents relatifs aux activités de son territoire, le fonds local en reflétera le caractère rural ou industriel. On se situe là dans un rôle de « centre de documentation locale », qui a tout son intérêt et peut être valorisé auprès d'un public de professionnels, la littérature grise étant moins souvent présente dans un fonds local. Mais sauf à vouloir constituer un fonds spécialisé, ce qui est une autre histoire, il faut savoir s'arrêter dans ce domaine aux particularismes locaux et non pas embrasser les généralités du thème : pour reprendre un exemple cité par Noé Richter, ce n'est pas parce que la CGT a été créée à Limoges qu'un fonds limousin doit « annexer le syndicalisme »9.

16Au-delà de la documentation, un fonds local peut vouloir jouer un autre rôle et viser d'autres publics, par exemple dans le domaine de la création. Il faut dans ce cas explorer largement les différents milieux culturels de la ville ou de la région, en connaître les sensibilités, les lignes de force, les acteurs et les réseaux, aussi bien institutionnels qu'associatifs ou indépendants. Il peut s'agir d'une librairie qui rassemble autour d'elle les talents locaux de la bande dessinée, d'une association qui fédère les groupes de musique actuelle, ou encore d'une maison de quartier qui organise régulièrement un concours de slam. L'enjeu est de devenir un lieu de mémoire mais aussi une vitrine de la création locale contemporaine, en mettant en avant des richesses qui pourraient rester insoupçonnées au-delà d'un petit cercle de passionnés. De plus, il y a là matière à médiation et valorisation.

Un net penchant pour le patrimonial, à contrebalancer

17Selon l'objectif recherché et le public visé, on peut grosso modo définir trois types de fonds dans une bibliothèque, auxquels vont correspondre des modes de gestion différents :

  • le fonds patrimonial, dont la finalité principale est la conservation pérenne, pour le public d'aujourd'hui mais également celui de demain ; de ce fait, il est conservé en magasin et non empruntable, et échappe au désherbage ;
  • le fonds de référence, dont le but est d'apporter au public actuel une documentation choisie ; il est en libre accès mais non empruntable afin d'être toujours disponible et cohérent ; il se doit d'être au goût du jour, mais présente également les ouvrages classiques, qui « font référence » ;
  • le fonds de diffusion, destiné à la lecture « loisir » ou à la documentation, qui circule auprès du public actuel, en libre accès et empruntable ; très axé sur la nouveauté et l'actualité éditoriale, il fait régulièrement l'objet de réactualisations et de désherbages.

18De quelle catégorie relève un fonds local ? Traditionnellement, dans la plupart des bibliothèques, celui-ci est associé voire intégré au fonds patrimonial : on ne compte pas les pages de sites web de bibliothèques présentant « le patrimoine et le fonds local », ou « le fonds ancien et le fonds local ». Plusieurs idées, vraies ou fausses, amènent effectivement à associer fonds local et conservation :

  • les documents de ce fonds sont souvent rares et difficiles à obtenir car non diffusés dans les circuits commerciaux ordinaires ;
  • la documentation locale ne se périme pas et devient avec le temps une source primaire d'information pour l'histoire du territoire ;
  • constituer une mémoire, c'est conserver la totalité des documents, sans distinction particulière, sans faire de sélection ;
  • le public principal d'un fonds local est un public de chercheurs, professionnels ou amateurs.

19Tout cela concourt à faire pencher la balance du côté des fonds patrimoniaux. Mais dans la réalité, la situation est souvent plus nuancée. Pour faire exister et dépoussiérer le fonds local aux yeux du « grand public », pour répondre à des demandes régulières d'information venant d’un public peu habitué des espaces de consultation de type patrimonial et peu enclin à se plier à ses contraintes, certaines bibliothèques organisent un espace de référence autour du fait local. D'autres vont plus loin et proposent également un espace de prêt, ou combinent les deux de manière plus ou moins articulée. À Colmar par exemple, le fonds de conservation dit des « Alsatiques » est complété par une « salle d'actualité régionale » où les ouvrages peuvent être empruntés. À Lyon, la salle de documentation régionale, modèle du genre, associe et assume avec succès les trois rôles, conservation, référence et diffusion. Quant à savoir si dans ce cas, il faut doubler, voire tripler les exemplaires acquis, cela dépend surtout des moyens qu'il est raisonnable de dégager pour remplir telle ou telle fonction.

20De la même manière, selon les moyens dont elle dispose, en fonction de l'histoire de ses collections et du public qu'elle choisit de privilégier, rien n'oblige une bibliothèque à orienter son fonds local vers la conservation à long terme. La médiathèque de Lorient est l'une de celles qui pousse le plus loin la logique de diffusion et de mise en valeur de ce fonds, avec sa salle Bretagne10, qui regroupe « tous les documents du fonds local et régional », essentiellement destinés au prêt, et limite la part de conservation à son fonds ancien : le public apprécie cet espace et utilise largement ce fonds.

21Il n'y a donc pas de fatalité dans ce domaine, et le caractère patrimonial d'un fonds local se décide tout autant que son périmètre. Une fois de plus, l'environnement doit aussi entrer en ligne de compte dans ce choix, et l'existence d'un autre fonds de conservation dans une bibliothèque proche peut permettre de ne pas développer outre mesure cet aspect-là.

Pour en finir avec l'exhaustivité : tout est relatif

22Dans la logique de l'association « fonds local/patrimoine », on a tendance à envisager le fonds local comme un fonds devant viser à l'exhaustivité. Plusieurs limites existent cependant. Il faut d'abord préciser que cette notion d'exhaustivité n'a de sens que dans le cas d'un fonds de conservation, et qu'un fonds local de référence ou de prêt fait l'objet de sélections et de choix comme tous les autres fonds en libre accès dans une bibliothèque. Mais même dans le cas d'un fonds de conservation, l'exhaustivité se restreint au territoire et au périmètre définis : on l'a déjà dit, un fonds local s'arrête là où commence un autre, et le travail en cercles concentriques a été évoqué.

23De plus, le développement déjà ancien des catalogues en ligne et désormais des bibliothèques numériques, la multiplication du partage et de l'échange de données, et leur ouverture progressive changent la donne : il est devenu difficile d'ignorer ce que conservent ses voisins, et facile de relativiser la rareté de tel ou tel document dans les collections publiques. Sans parler des possibilités offertes par ces outils pour le renseignement et l'orientation des publics. Plus que jamais, un fonds local ne peut s'envisager seul dans son coin, et l'exhaustivité se juge désormais au sein d'un réseau.

24On peut ajouter que pour certains types de documents très particuliers comme les livres d'artistes, souvent chers et produits à peu d'exemplaires, seul un travail en complémentarité entre différents partenaires d'un territoire peut amener à envisager une forme d'exhaustivité. Il en est de même pour les documents complexes à conserver sur le long terme, comme les documents numériques.

Les anciens et les modernes : quelle temporalité ?

25Tel est le dernier aspect à envisager pour bien définir un fonds local. On l’a vu, les intitulés des fonds patrimoniaux associent souvent fonds local et fonds ancien : cette proximité des deux adjectifs a pour effet immédiat de les rendre complémentaires, ou de les mettre en concurrence, voire de les opposer. Parler de « fonds ancien et fonds local », c'est sous-entendre à la fois que le fonds ancien n'est pas local, et que le fonds local n'est pas ancien. Pour paraître moins tautologique, cela amène à penser que le fonds ancien n'aurait que faire des limites géographiques, alors que le fonds local serait borné chronologiquement et restreint à une période « contemporaine ».

26Cet usage se réfère d'abord à l'histoire des collections et au mode initial de constitution des fonds anciens dans les bibliothèques françaises : les confiscations révolutionnaires ont créé des ensembles au contenu hétéroclite, qui reflètent avant tout les goûts littéraires ou les besoins documentaires des collectionneurs dépossédés de leurs biens à la Révolution. Ces ouvrages n'ont souvent de « local » qu'un ancien possesseur de la fin du xviiie siècle, d'où la tentation de mettre l'accent surtout sur leur côté « universel ».

27En réalité, l'opposition « ancien/local » a surtout à voir avec le mode d'acquisition et de gestion des collections. On entend derrière le mot « ancien » des circuits commerciaux spécifiques (le monde de la librairie ancienne et des ventes aux enchères) et des normes de description particulières. Quant au contenu, beaucoup de bibliothèques limitent aujourd'hui leurs acquisitions de livres anciens à des ouvrages « locaux », appliquant bien ici des critères géographiques au développement de cette portion de leurs fonds patrimoniaux. D'une certaine manière, les fonds anciens ont tendance à se « localiser » de plus en plus, notamment parce que c'est là que se trouve la légitimité de leur accroissement aux yeux des contemporains, et parce que c'est une manière de se distinguer et/ou de partager la conservation de ces collections.

28L'association, dans la définition courante du patrimoine, des expressions « fonds ancien » et « fonds local » a également pour effet de tirer le patrimoine vers la période actuelle et de montrer qu'il n'est justement pas confiné au fonds ancien. Vu sous cet angle, le fonds local est bien la plupart du temps le seul élément contemporain d'un fonds patrimonial, celui qui le dépoussière, qui le rend vivant et synonyme de créativité.

29La plupart du temps, la chronologie n'est donc pas déterminante dans la définition d'un fonds local, au-delà des aspects techniques de gestion interne.

30En conclusion, le fonds local du xxie siècle est devenu tout à la fois plus complexe et plus simple à définir : plus complexe, car les missions des bibliothèques s’élargissent, les publics se diversifient, les supports se multiplient, mais plus simple car les outils de partage progressent, les réseaux se structurent, les complémentarités apparaissent plus nettement. Territoire et périmètre documentaire restent les maîtres mots de la structure d'un fonds local, mais l'environnement et les partenaires sont désormais tout aussi essentiels.

Notes

1 La Charte des bibliothèques, article 24, précise : « Les bibliothèques municipales et intercommunales doivent constituer et entretenir, en concertation avec les musées et les archives, un fonds d'intérêt local. »

2 Voir par exemple à la bibliothèque universitaire d'Évry le développement d'un fonds local signalé comme axe de la politique documentaire : < http://www.biblio.univ-evry.fr/index.php?id=238&p_docid=11 > ; ou la présentation de l'espace « Océan Indien » au SCD de La Réunion : < http://bu.univ-reunion.fr/bibliotheques/horaires-et-acces/espaceoceanindien/ >, ou encore le fonds breton du Centre de recherche bretonne et celtique de Brest : < http://www.univ-brest.fr/crbc/menu/Biblioth%C3%A8que+Yves+Le+Gallo+%28UMS3554%29/Pr%C3%A9sentation+de+l'UMS+3554 >.

3 François Hauchecorne, « Fonds local et régional », Bulletin des bibliothèques de France, 1982, n° 1, pp. 25-30. [En ligne] : < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1982-01-0025-002 >.

4 Comme à Paris, voir Germaine Frigot, « Vers une autre conception du fonds local », Bulletin d’informations de l’ABF, 1983, n° 120, pp. 15-17. [En ligne] : < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/41091-vers-une-autre-conception-du-fonds-local.pdf >.

5 Voir sur ce sujet la synthèse de Laure Rioust dans la première partie de son mémoire d’étude de conservateur des bibliothèques, De l'érudit aux usagers. Publics des fonds locaux et régionaux en bibliothèque municipale, sous la direction de Raphaële Mouren : Villeurbanne, Enssib, 2008. [En ligne] : < http://enssibal.enssib.fr/bibliotheque/documents/dcb/rioust-dcb16.pdf >.

6 Noé Richter, « La Documentation locale », Bulletin des bibliothèques de France, 1963, n° 5, pp. 201-207. [En ligne] : < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1963-05-0201-001 >.

7 Reste bien entendu l'épineuse question de la définition de ce qu'est un auteur local : voir André-Pierre Syren, « Cartographie des hommes illustres », Bulletin des bibliothèques de France, 2000, n° 2. [En ligne] : < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2000-02-0087-002 >.

8 Voir par exemple dans le domaine du patrimoine oral, le portail de la Fédération des associations de musiques et danses traditionnelles [FAMDT] < http://www.famdt.com/portail-du-patrimoine-oral/ > ou plus largement dans celui du patrimoine immatériel : la Fédération des géants du Nord de la France < http://www.federationgeants.fr/ > ; le portail du Centre français du patrimoine culturel immatériel, et notamment la page des acteurs du domaine < http://www.cfpci.fr/les-acteurs-du-pci-en-france >.

9 Noé Richter, op. cit.

10http://mediatheque.lorient.fr/trouver/bretagne/ >.

© Presses de l’enssib, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540