Version classiqueVersion mobile

Évaluer la bibliothèque par les mesures d’impacts

 | 
Cécile Touitou

Partie II - Méthodes et outils

Évaluer l'impact de sa bibliothèque sur le territoire : mesurer la zone de chalandise ou de rayonnement de sa bibliothèque

Emmanuelle Asselin

Texte intégral

1L’évaluation de l’impact de la bibliothèque sur le territoire et la population qu’elle est en mesure de desservir s’appuie bien souvent sur des indicateurs ‒ relativement classiques ‒ fournis par le système intégré de gestion de bibliothèque (SIGB) et par tout un faisceau d’éléments ressentis par le personnel. Par exemple, les membres d’une équipe peuvent avoir l’impression de toucher particulièrement un public d’hommes à la retraite car ceux-ci fréquentent très régulièrement et longuement les espaces de lecture des périodiques alors que cette catégorie d’usagers n’est pas la plus représentative des personnes composant le public de la bibliothèque lorsqu’on analyse les statistiques d’inscription, et n’est pas la plus forte composante de la population communale ou intercommunale.

2Il nous faut donc sortir de la sphère du ressenti et des indicateurs classiques pour observer de façon plus attentive et efficace l’impact de la bibliothèque sur sa zone de chalandise, d’attraction ou de rayonnement, selon que l’on choisira les termes du marketing ou de l’électromagnétisme.

3Cet examen permet dans un premier temps de dessiner un portrait de la population à desservir et ainsi de mieux connaître les publics potentiels de la bibliothèque pour, dans un deuxième temps, évaluer celle qui fréquente son établissement et esquisser le paysage des publics à consolider, à développer et surtout à fidéliser et conquérir !

Qu’est-ce qu’une zone de chalandise ou de rayonnement ?

4Avant de s’intéresser à la façon d’évaluer l’impact de la bibliothèque sur la zone de chalandise, il faut déjà définir ce concept qui semble à première vue relever plus du marketing et des pratiques commerciales voire de la géographie que de la bibliothéconomie.

5Wikipedia nous renseigne sur la notion en nous indiquant que la « zone de chalandise d'un établissement commercial est sa zone géographique d'influence, d'où provient la majorité de la clientèle. Elle s'étend schématiquement sous la forme de courbes isochrones dont le centre est le point de vente, mais est en fait profondément modifiée à la marge par les implantations concurrentes et la sociologie des localités couvertes »1.

6En reprenant les divers éléments décrits par l’encyclopédie collective et en les appliquant à la bibliothèque, on peut conclure que sa zone de chalandise correspond à la zone géographique où sont implantés ses publics potentiels.

7La situation du territoire de la bibliothèque, tant sur le plan de la géographie que sur le plan de la démographie, de la composition sociale, des modes de transport…, entraîne évidemment de fortes variations de définition du périmètre de cette zone de chalandise.

8Il faut d’emblée effectuer un distinguo entre les bibliothèques situées en zone urbaine et périurbaine et celles localisées en zone rurale ou semi-rurale.

9En effet, un équipement situé en zone rurale ou semi-rurale a naturellement une zone de chalandise relativement large géographiquement mais certainement plus réduite en termes de population à desservir du fait d’une densité de population moyenne ou faible. A contrario, une structure urbaine voit sa zone de chalandise se réduire en matière de périmètre géographique mais se densifier en termes de desserte de la population. En outre, il faut dans les deux cas, tenir compte des relais que peuvent représenter les bibliothèques annexes, les points lecture ou bien les points de desserte des bibliobus gérés par la bibliothèque départementale dans le cas des bibliothèques rurales et des bibliothèques de quartier dans le cas des équipements urbains.

Comment définir la zone de chalandise de sa bibliothèque ?

Découpage Insee

10La démarche qui semble évidente est de s’appuyer sur les limites administratives de la commune ou de l’EPCI où se situe la bibliothèque.

11On peut ainsi recourir à l’Insee qui propose pour les communes de plus de 10 000 habitants et pour une partie des communes de 5 000 à 10 000 habitants le découpage infracommunal en îlots regroupés pour l’information statistique (IRIS)2. Ces IRIS définissent essentiellement des zones d’habitat comptant des populations de 1 800 à 5 000 individus. Le découpage en IRIS s’appuie sur les obstacles naturels (cours d’eau…) ou créés par l’homme (routes, voies ferrées…). L’Insee précise que « l'IRIS constitue la brique de base en matière de diffusion de données infracommunales. Il respecte des critères géographiques et démographiques et possède des contours identifiables sans ambiguïté et stables dans le temps ». L’Insee propose des fonds de cartes au format pdf présentant la commune découpée en quartiers selon l’IRIS. Les plans des quartiers sont également proposés par l’Insee avec identification des voies routières, ferrées et fluviales.

12Toutefois, cette démarche évidente au premier regard n’est valable que pour les 1 014 communes de plus de 10 000 habitants et quelques villes « élues » de plus de 5 000 habitants (1 166 communes).

13Il nous faut donc élaborer une stratégie différente pour les bibliothèques des communes, aussi bien pour celles dont la population est inférieure à 5 000 habitants (plus de 33 000 communes du territoire !) que pour les autres dont les situations sont fort diverses.

Découpage isométrique ou isochrone

14Ainsi, en absence de découpage proposé par l’Insee ou bien pour le compléter, le marketing géographique offre différents modes de définition d’une zone de chalandise. Wikipedia nous donne quelques éléments pour la calculer sur lesquels il est possible de se baser pour définir celle de la bibliothèque.

15Deux lignes directrices sont proposées :

  • une zone de chalandise isométrique dont le calcul se base « sur la distance “ directe ” entre deux points, à vol d'oiseau < https://fr.wikipedia.org/​wiki/​À_vol_d%27oiseau > ». Le calcul se base alors sur la distance maximale entre le public et la bibliothèque ;
  • une zone de chalandise isochrone qui est basée « sur le temps nécessaire pour se rendre jusqu’à » la bibliothèque.

16Ces modèles donnent une piste de départ pour définir la zone d’attraction de la bibliothèque. La zone de chalandise isochrone est certainement la plus adaptée. En effet, pour un usager le temps de déplacement pour se rendre à la bibliothèque est plus important que la distance en elle-même.

17On peut ainsi décliner la zone d’attraction de sa bibliothèque en traçant une série de cercles concentriques identifiant des temps de trajet et en évaluant l’impact sur la fréquentation de l’équipement.

18Les temps et modes de trajet varient selon le contexte dans lequel s’inscrit l’équipement de lecture publique. En effet, les modes et les modalités de déplacement varient de façon conséquente en ville et à la campagne.

19Ainsi, en prenant pour base de calcul ce critère primordial du temps de déplacement, on peut dessiner et estimer la zone de chalandise de sa bibliothèque, en esquissant des cercles concentriques correspondant à la durée du trajet selon les modes de circulation doux ou rapides les plus adaptés à la situation de la bibliothèque.

20On peut ainsi envisager trois zones permettant de définir cette zone d’attraction de la bibliothèque, selon que l’on mettra pour s’y rendre à pied, en vélo ou en voiture :

  • de 5 à 10 minutes ;
  • de 10 à 20 minutes ;
  • plus de 20 minutes.

21Ces différentes zones doivent être affinées et intégrer les habitudes de déplacement des publics éventuels de la bibliothèque.

22Les évaluateurs s’intéresseront particulièrement aux données et éléments suivants :

  • les habitudes de déplacement des habitants du territoire en se reportant le cas échéant au schéma directeur des déplacements élaboré par la collectivité et les collectivités alentour dans le cas d’une zone d’influence touchant plusieurs communes ou intercommunalité que l’on trouvera auprès des services ad hoc de la collectivité ou à défaut auprès des directions régionales ou départementales en charge de l’aménagement du territoire. D’autres documents peuvent également fournir de précieuses informations comme les portraits de territoire, des dossiers d’étude commandés par les collectivités locales, départementales ou régionales ;
  • seront ainsi estimés :
    • la part des déplacements doux (à pied, en vélo…) ;
    • la part des déplacements automobiles ;
    • l’impact des moyens de transport en commun sur le territoire étudié et leur utilisation par la population concernée (notamment prendre en compte l’impact du coût des transports en commun ou de leur gratuité) ;
    • les contraintes de stationnement pour tous les moyens de déplacement (voiture, vélo, trottinette… sans oublier les landaus et poussettes) : présence de parking à proximité de la bibliothèque, stationnement gratuit ou payant… ;
    • la proximité de sites présentant un intérêt pour la population potentiellement usagère de la bibliothèque (lieux de travail, commerces, marchés, cinéma…) ;
    • la présence d’obstacles naturels ou d’origine humaine ayant un impact sur les voies de communication et les modes de transport (fleuve, rivière, colline, route nationale, autoroute, voie ferrée…) ;
    • l’accessibilité de la bibliothèque aux personnes « empêchées » ;
    • tout autre élément propre au contexte géographique et urbain de la zone étudiée.

Quels outils utiliser pour dessiner sa zone de chalandise ?

  • 3 Voir la partie « Découpage Insee », p. 54.

23Les cartes proposées par l’Insee3 sont une première ressource, toutefois réservée aux bibliothèques situées dans une zone découpée en IRIS.

24D’autres ressources sont disponibles mais demandent bien souvent des recherches au sein des différentes strates administratives des collectivités.

25Ainsi les bibliothèques peuvent orienter les recherches dans les directions suivantes :

  • le schéma de cohérence territorial (SCoT) décrivant la zone dans laquelle est située la bibliothèque. Ce document d’urbanisme, élaboré à l’échelle d’un EPCI au minimum ou d’un groupement de communes, a pour but de mettre en cohérence les politiques d’aménagement du territoire dans les domaines de l’environnement, des paysages, de l’urbanisme, de la mobilité et des déplacements, de l’économie, du commerce, etc. ;
  • les plan local d’urbanisme (PLU) et plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi) ainsi que les cartes communales visant à organiser l’espace communal ou intercommunal ;
  • la direction ou le service de politique de la ville dans les territoires où sont présents des quartiers « défavorisés » ou sensibles.

26Ces directions ou services s’appuient sur des outils informatiques de traitement de l’information géographique ‒ système d’information géographique (SIG) ‒ permettant d’établir des cartographies du territoire axées sur certaines données. Certaines collectivités, des EPCI pour la plupart, rendent accessibles leur système d’information géographique et permettent la manipulation des données qu’elles ont libérées dans le cadre du mouvement d’open data4. À noter qu’on trouve également sur le Web des outils libres ou gratuits de géomarketing permettant de dessiner la carte de la zone de chalandise. Ces outils ne sont pas tous aisément manipulables, l’appui sur les services internes à la collectivité apparaît sûr et pérenne.

Quelles sources exploiter ?

27Une fois la zone de chalandise définie, la bibliothèque doit se poser la question des sources d’information et des ressources statistiques à exploiter pour connaître les caractéristiques des populations du territoire à desservir.

28Les statistiques fournies par l’Insee sont certainement la principale source d’information. Outre les données concernant la démographie communale ou infracommunale, l’Insee fournit un ensemble d’éléments sur la composition de la population tant du point de vue social, économique qu’en termes d’habitat. Ces données sont accessibles sur son site web5, à la rubrique base de données, sous-rubrique données locales. La bibliothèque trouvera les informations statistiques qui l’intéressent dans le résumé statistique et dans le dossier statistique complet6.

29Ces informations peuvent être complétées par les résultats d’enquêtes initiées par les communes ou les intercommunalités. Ainsi, il faut mener l’enquête auprès des services travaillant sur le territoire comme la politique de la ville, le SCot, le PLU… afin d’obtenir des statistiques et des données réunies et analysées par l’Insee lui-même ou des cabinets d’étude spécialisés.

Quels indicateurs retenir pour évaluer la zone de chalandise de sa bibliothèque ?

30Une fois les sources d’information identifiées, il nous faut retenir des indicateurs pertinents. L’Insee nous fournit tout un éventail d’indicateurs dont certains retiennent notre attention et sont à mettre en perspective le cas échéant avec les statistiques obtenues par le SIGB équipant la bibliothèque (voir le tableau n° 1).

31Les premiers indicateurs sont fournis par le résumé statistique de l’Insee. On retiendra les suivants :

  • densité de la population ;
  • nombre de ménages fiscaux ;
  • part des ménages fiscaux imposés ;
  • médiane du revenu disponible ;
  • taux de pauvreté.

32D’autres indicateurs sont fournis par le dossier complet des chiffres clés de l’Insee. On retiendra les suivants :

  • lieu de résidence 1 an auparavant ;
  • composition des familles ;
  • lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, qui résident dans la zone ;
  • part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail ;
  • catégories et types de logements ;
  • ancienneté d'emménagement des ménages ;
  • diplôme le plus élevé de la population non scolarisée de 15 ans ou plus.

33Le tableau ci-après recense les données Insee à prendre en compte pour évaluer la zone d’attraction de sa bibliothèque et les met en correspondance avec les statistiques fournies par le SIGB. Les indicateurs sont répartis selon les chiffres clés de la nomenclature de l’Insee.

Tableau 1. Évaluer la zone de chalandise de la bibliothèque : indicateurs à retenir

Insee ou autre source de données sur la zone de chalandise SIGB de la bibliothèque
Chiffres clés Évolution et structure de la population
Population par tranche d’âge Inscrits par tranche d’âge, y compris les renouvellements d’inscription et les premières inscriptions. Prêts répartis par tranche d’âge et par support (au minimum). Prérequis : s’assurer que le SIGB est en mesure de répartir les inscrits par tranche d’âge et qu’il effectue des mises à jour de cette répartition.
Population par sexe Inscrits par sexe Prérequis : s’assurer que le SIGB gère ces données
Population selon la CSP Inscrits par CSP ou PCS. Prêts par CSP ou PCSInscrits par catégorie, tarification… selon les modalités de gestion de la bibliothèque. Prérequis : s’assurer que les CSP contenues dans les tables du SIGB correspondent bien à celles de l’Insee, s’assurer que le SIGB est en capacité de gérer des données sur ces éléments.
Population de la zone de chalandise Inscrits de la zone de chalandise
Population par quartier. Données disponibles pour certains IRIS Inscrits par quartier. Prérequis : s’assurer que le SIGB permet de gérer les quartiers. L’idéal étant de lier la zone rue de la fiche adhérent avec le fichier FANTOIR. Les rues étant associées à un quartier.
Chiffres clés Emploi - Population active
Population de 15 à 64 ans par type d’activité permettant notamment de faire ressortir la part des étudiants, des retraités et des chômeurs dans la population. Ces données peuvent être éventuellement complétées par les ménages répartis selon la CSP de la personne de référence. Inscrits par CSP ou PCS. Inscrits par catégorie, tarification… selon les modalités de gestion de la bibliothèque
Chiffres clés Diplômes – Formation
Taux de scolarisation selon l'âge Inscrits par niveau scolaire. Inscrits par tranche d’âge. Prérequis : s’assurer que le SIGB gère au minimum les grandes étapes scolaires : maternelle, élémentaire, collège, lycée…

* L’Insee distingue, depuis 2003, 8 groupes de professions et catégories socioprofessionnelles (PCS) : 1. Agriculteurs exploitants ; 2. Artisans, commerçants et chefs d’entreprise ; 3. Cadres et professions intellectuelles supérieures ; 4. Professions Intermédiaires ; 5. Employés ; 6. Ouvriers ; 7. Retraités et 8. Autres personnes sans activité professionnelle. Ces 8 groupes sont découpés en 42 postes.

** Le fichier FANTOIR (pour Fichier ANnuaire TOpographique Initialisé Réduit ; ancien fichier RIVOLI) répertorie les noms des voies et des lieux-dits de l’ensemble des communes françaises. Ce fichier est produit et mis à jour annuellement par la Direction générale des finances publiques : < https://www.data.gouv.fr/​fr/​datasets/​fichier-fantoir-des-voies-et-lieux-dits/​ >.

34Comment exploiter les résultats, quels impacts sur la bibliothèque (politique documentaire, accueil…) ?

35Après avoir défini les indicateurs à utiliser pour mesurer la zone de chalandise, il nous faut préciser leur exploitation pour mieux connaître la population à desservir et les impacts sur l’offre de services, le fonctionnement et l’organisation de la bibliothèque.

36Le tableau ci-après met en relation l’indicateur retenu et son exploitation.

Tableau 2. Évaluer la zone de chalandise de la bibliothèque : exploitation des indicateurs

Indicateurs retenus [chiffres de l’Insee et éventuellement statistiques fournies par le SIGB] Quelques pistes pour exploiter les indicateurs
Densité de la population La densité de la population est un indicateur entrant dans l’évaluation des modes de déplacement des publics. Une faible densité indique en général une dissémination de la population et des déplacements nécessitant un moyen de locomotion motorisé qui peut être un frein à la fréquentation de la bibliothèque.
Nombre de ménages fiscaux Ces indicateurs dressent le paysage de la population à desservir et permettent d’identifier des publics plus enclins à utiliser une offre culturelle (CSP+) et d’autres éloignés de la sphère culturelle « légitime ».
Part des ménages fiscaux imposés
Médiane du revenu disponible
Taux de pauvreté
Population par tranche d’âge/Inscrits par tranche d’âge (1re inscription et renouvellement), prêts par tranche d’âge La connaissance précise de la répartition de la population par tranche d’âge, par sexe, par CSP et par quartier le cas échéant, rapportée au nombre d’inscrits par tranche d’âge permet d’évaluer et de distinguer précisément les publics touchés, fidélisés et à développer. De même, le suivi des prêts par tranche d’âge et support permet d’adapter les collections aux attentes des publics. Il faut donc suivre, rapporté à la population à desservir et par thématique : évolution du nombre d’inscrits actifs ; évolution du nombre de nouveaux inscrits ;évolution du nombre de réinscriptions ; évolution des prêts selon les tranches d’âge et les supports prêtés. Exemple : que met-on en œuvre pour développer les publics d’adolescents et de jeunes adultes (15-29 ans), peu présents parmi les inscrits de la bibliothèque et difficilement fidélisables mais représentant une part importante de la population du territoire ?
Population par sexe/Inscrits par sexe
Population selon la CSP/Inscrits par CSP ou PCS, inscrits par catégorie, tarification…
Population par quartier/Inscrits par quartier
Lieu de résidence 1 an auparavant Cet indicateur donne essentiellement des informations sur la composante étudiante de la population à desservir. L’évolution de cet indicateur permet d’adapter l’offre de la bibliothèque en direction de ce public.
Composition des familles Le nombre d’enfants par famille, de familles monoparentales peut orienter des actions sur la parentalité, des partenariats avec des associations…
Population de 15 à 64 ans par type d’activité/ Inscrits par CSP, inscrits par catégorie, tarification… Cet indicateur donne des informations précieuses sur la part des étudiants, des retraités et des chômeurs dans la population à desservir et leur évolution. Il permet de connaître précisément la cible de population desservie et de suivre son évolution.
Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, qui résident dans la zone Cet indicateur oriente le choix des horaires d’ouverture et des plages horaires pour les actions et animations adaptées aux rythmes de vie et aux contraintes des populations de la zone de chalandise.
Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail L’évolution de cet indicateur peut expliquer la désaffection de certaines cibles de public ou la difficulté à les fidéliser et orienter des choix d’aménagement : stationnements pour les voitures, les deux-roues, boîtes de retour à proximité de la gare…
Ancienneté d'emménagement des ménages Cet indicateur est essentiel pour évaluer le degré de fidélisation des populations à desservir.
Taux de scolarisation selon l'âge/Inscrits par niveau scolaire, inscrits par tranche d’âge Le suivi de ces indicateurs vise à orienter la composition des collections physiques, le choix des ressources numériques et surtout les modalités d’accès à l’offre de services.
Diplôme le plus élevé de la population non scolarisée de 15 ans ou plus

37Assurer une veille constante sur sa zone de chalandise permet à la bibliothèque de réfléchir à l’évolution et à l’adaptation de son offre de services et de ses collections aux attentes et aux besoins de la population à desservir.

38Les propos ci-dessus mettent l’accent sur la richesse des apports des chiffres de l’Insee sans lesquels un suivi précis et constant ne pourrait se faire. S’informer pour bien connaître le territoire et la zone de chalandise passe également par une veille constante sur l’environnement culturel, social, économique, éducatif… en participant notamment à des réunions (réunions municipales, de quartier, associatives, thématiques…) visant à mieux connaître les attentes et les besoins de la population à desservir dans ces domaines.

Notes

1https://fr.wikipedia.org/wiki/Zone_de_chalandise >.

2http://www.insee.fr/fr/bases-de-donnees/default.asp?page=infracommunal.htm >.Par exemple, pour le découpage IRIS de la Ville de Compiègne (Oise) : < http://www.insee.fr/fr/methodes/zonages/iris/cartes/carte_iris_60159.pdf >.

3 Voir la partie « Découpage Insee », p. 54.

4 Voir notamment le site web de l’État consacré à l’open data : < https://www.data.gouv.fr/fr/ >.

5www.insee.fr >.

6 Par exemple résumé statistique et dossier complet de la ville de Compiègne : < http://www.insee.fr/fr/themes/comparateur.asp?codgeo=COM-60159 >.

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search