Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Créer des services innovants

 | 
Marie-Christine Jacquinet

Partie III. Renouveler les services avec les différents acteurs : mobiliser les équipes, organiser les actions de veille

4. Surprendre le public par une offre de lecture dans un lieu inattendu : pilotage transversal et partenarial

Françoise Navarro

Texte intégral

GENÈSE DU CONCEPT « LIRE À LA PLAGE »

1Sensibilisé à la lecture, le département de Seine-Maritime cherchait, en 2006, une idée au croisement des enjeux touristiques, culturels, sociaux et économiques.

2Le rapprochement naturel avec notre service, la bibliothèque départementale (BD) s’est opéré très vite et, avec la Direction de la communication et de l’information (DCI), nous avons réfléchi ensemble sur le sujet. C’est ainsi que sont nées les Cabanes à lire de « Lire à la plage » sur le littoral seinomarin, au nombre de douze actuellement s’étendant du Havre au Tréport. L’idée avait émergé en mars 2006… pour l’été 2006.

3Premier temps d’inquiétude à bord pour la bibliothèque départementale. Et notre travail habituel ? Comment intégrer cela ? Possibilité de se donner un an pour le prévoir sur l’été 2007 ?

4L’été 2007 tombait dans la période pré-électorale dans laquelle toute nouvelle idée est susceptible d’être considérée comme élément déloyal dans une campagne. Impossible donc de se préparer pour l’année suivante.

5Il fallait trouver une solution pour l’été 2006… pour être opérationnel 3 mois plus tard ! Nous optons, d’un commun accord (DCI et BD), pour trois sites balnéaires expérimentaux : Dieppe, Fécamp et Saint-Valéry-en-Caux.

  • 3 « Un livre sur la plage » s'est déroulé au Maroc en 2005, à l'initiative du gouvernement. Voir : h (...)

6Nous réfléchissons avec l’équipe de la bibliothèque départementale pour voir comment adapter notre travail pour répondre, au mieux, dans ce temps imparti. Il fallait tenir compte de réalités pratiques : les commandes liées aux marchés publics, les délais de livraison, le pointage des livres… Beaucoup d’interrogations émergent parallèlement, même si l’exemple du Maroc3 sur ses plages existait au niveau d’un pays.

7La Direction des achats, autre direction de la collectivité départementale, propose d’acheter des sortes de chalets qu’ils repeindront aux couleurs du département : blanc, orange et bordeaux. Un designer (en interne/Direction de la communication) proposera un concept général de qualité et du bon matériel (transats et parasols).

8Quant à nous, nous tenons à ce que l’intérieur ressemble vraiment à une bibliothèque et nous faisons une proposition d’aménagement (on a l’habitude avec les bibliothèques dans les villages) avec un véritable mobilier de bibliothèques : table d’accueil, étagère simple, double face, bac à albums… La Direction des achats engagera ce marché mobilier.

9Le résultat est très réussi : un espace de 75 m², 25 m² de cabane et 50 m² de terrasse, des caillebotis aux couleurs chatoyantes et attractives avec chaises, transats et parasols.

10Il était prévu, au départ, de délimiter l’espace par une petite barrière blanche que l’on a vite abandonné pour opter pour un espace ouvert.

11De même, nous sommes passés par une réflexion sur un dépôt de carte d’identité et une caution, une interrogation sur de l’emprunt ou de la lecture sur place.

12Très vite, là aussi, l’option de la simplicité d’accès, de la gratuité de l’offre de la lecture l’a emporté entre nous tous. Il s’est avéré que le choix de consultation sur place rend le lieu très vivant et renvoie une belle image de lecteurs de tous âges dans des lectures multiples et variées. Le projet prenait forme.

LE FONCTIONNEMENT DE « LIRE À LA PLAGE » : SA BASE ET SON ÉVOLUTION SUR CINQ ANS

13En 2006, ce délai de commandes/réception/gestion des livres en trois mois était vraiment très court, trop court… et les 200 bibliothèques, partenaires de notre réseau attendaient, bien sûr, que nous continuions notre mission de rotation régulière de livres, de conseil technique et de soutien à l’animation… sans parler des formations (un des axes forts en BDP), et du suivi des créations des nouvelles bibliothèques sur le territoire de Seine-Martime (5 créations par an, en moyenne). Nous avons alors décidé, avec l’équipe de la bibliothèque départementale, l’organisation suivante pour cette première année :

  • commander les mêmes livres, sur les trois sites, en deux exemplaires chacun, l’objectif étant de faire une proposition de 1 000 ouvrages pour tous les âges et de tous les genres sur un budget dédié ;

  • ne pas traiter ces collections comme celles destinées au réseau des bibliothèques partenaires (couverture, estampillage, catalogage, informatique…) ;

  • de façon très pragmatique, le service équipement a accolé sur chaque dos de livre neuf le logo autocollant du département 76, tamponné la première page et effectué une cotation sommaire sur la première page de chaque livre (R pour roman, RP pour roman policier, FN pour fonds normand, A pour album et D pour documentaire…) ;

  • un jury de recrutement a été constitué avec la Direction des ressources humaines, en faisant appel à des candidatures des communes de proximité du projet : étudiants en lettres, histoire, géographie, audiovisuel, métiers du livre, BAFA, et BEATEP…

  • une journée de formation puis deux ont été mises en place au conseil général et à la bibliothèque départementale. Une rencontre avec les villes impliquées a été calée pour le repérage des lieux, les demandes d’autorisation d’occupation du domaine public et la mise en place de la collaboration avec les services techniques et les bibliothèques-médiathèques municipales. En effet, celles-ci contribueront à l’animation des Cabanes à lire en lien avec la bibliothèque départementale. Une convention a été établie avec chaque ville. Des associations locales peuvent s’impliquer également dans l’animation avec l’accord de la BD et le suivi des collègues des Maisons du département impliqués dans la gestion de proximité ;

  • un programme de « Lire à la plage » est prévu avec la localisation géographique de la bibliothèque-médiathèque de chaque ville et ses horaires d’ouverture ;

  • un graphiste de la Direction de la communication créera chaque année une affiche originale pour « Lire à la Plage » qui sera déclinée sur tout le département de Seine-Maritime en plusieurs formats (affiches 40 x 60 cm, réseau Decaux 2, 8 et 12 m² et abribus) et sur tous les supports de « Lire à la Plage » (programme, questionnaire et marque-page). La Direction de la communication obtiendra le prix Cap Com’en 2006 pour sa campagne de communication « Lire à la Plage » ;

  • un questionnaire est élaboré pour connaître les habitudes de fréquentation des bibliothèques, le degré de satisfaction par rapport à la proposition, la connaissance des autres offres du département. 2 % du public n’a aucune pratique de lecture, 29 % lit de temps en temps, 69 % régulièrement. La plus grande fréquentation est la tranche d’âge des 25-55 ans. 4 % d’ouvriers ont fréquenté « Lire à la Plage » ;

  • des tableaux statistiques sont préparés pour les animateurs : fréquentation, emprunt des livres, types de livre, la météo de la journée a été rajoutée au fil des années car elle influe sur la fréquentation… ;

  • le fonctionnement est de 3 animateurs en roulement avec une présence de 2 par jour sur chaque cabane. Les cabanes sont ouvertes sans interruption de 11 heures à 19 heures, tous les jours, y compris les dimanches et jours fériés ;

  • les plannings n’ont pas été simples à réaliser pour respecter le code du travail. Ils ont été validés par la Direction des ressources humaines. Ils font partie des éléments transmis à d’autres départements, l’Hérault, la Vendée et le Nord, qui se sont lancés, depuis, dans cette belle aventure avec leur bibliothèque départementale ;

  • les animateurs sont payés au SMIC en Seine-Maritime, avec une obligation de s’engager pour deux mois sur juillet et août. Un coordinateur a été recruté, depuis, pour gérer la logistique de l’ensemble des 12 sites actuels. En 2010, le département a ainsi recruté 37 étudiants sur l’été ;

  • de trois sites expérimentaux, nous sommes passés à huit en 2007, onze en 2008 (le onzième site étant « Lire à l’Armada », lors de la grande rencontre de voiliers à Rouen, sur la Seine), et depuis 2010, douze sites ont leur cabane à lire avec 12 000 ouvrages sur le littoral du Havre au Tréport.

14Soit douze communes d’accueil, des villages, des villes, des agglomérations :

15Saint-Aubin-sur-Mer (270 habitants), Veules-les-Roses (587 habitants), Yport (990 habitants), Etretat (1 538 habitants), Saint-Jouin-Bruneval (1 836 habitants), Criel-sur-Mer (2 783 habitants), Saint-Valéry-en-Caux (4 661 habitants), Le Tréport (5 674 habitants), Sainte-Adresse (7 937 habitants), Fécamp (19 842 habitants), Dieppe (34 664 habitants) et Le Havre (181 332 habitants).

LES DIFFÉRENTS SITES

16Chaque site contient, aujourd’hui 1 000 titres différents dans chaque cabane, répartis en albums jeunesse, bandes dessinées adultes et jeunes, romans adultes et jeunes, nouvelles, policiers, science-fiction, poésie, livres en grands caractères, fonds normand, documentaires.

  • Quatre séries de 1 000 ouvrages sont différenciées sur les douze sites.

  • Chaque année, un renouvellement de trois sites est réalisé et les fonds sont ensuite réintégrés dans le réseau des bibliothèques. Le travail est inclus dans le plan de charge, entre février et octobre, sur un fil dans l’organisation… au milieu du développement du plan de lecture publique, des médias CD et DVD, du numérique, d’un portail en cours et d’une construction d’une nouvelle « médiathèque départementale ». Cela tangue parfois… L’équipe, réactive et mobilisée, tient le cap.

  • Sur le versant de chaque bibliothèque-médiathèque municipale, il leur est demandé d’enrichir les collections par leurs ouvrages spécifiques «Fonds normand » spécialisé sur leur commune.

  • Chaque commune avec sa bibliothèque-médiathèque relaie « Lire à la Plage » et les animations présentées par une information locale (Bulletin municipal, Office de tourisme…).

  • Les animations vont de « La pêche aux livres » (Association Cordage à Fécamp), Musique à gogo (BM du Havre), Lecture d’extraits de polars (Association les Ancres noires au Havre), Jeux de stratégies (Médiathèque de Dieppe), partenariat avec le Festival de bande dessinée La Galéjade (à Saint-Jouin-Bruneval), découverte de livres animés (Médiathèque de Saint-Valéry-en-Caux)…

17Il faut saluer, ici, la grande mobilisation des bibliothèques-médiathèques municipales et des associations.

Succès sur tous les fronts de mer et plus encore

18Le succès confirmé, d’année en année, avec près de 60 000 lecteurs sur deux mois (68 123 en 2011, plus de 20 % par rapport à 2010), rencontre l’unanimité des élus, des professionnels, des associations et du public.

19Les touristes (Île-de-France, Eure, Nord, Somme, Belgique, Allemagne, Pays-Bas, Angleterre…) ont envie d’exporter cette idée novatrice dans leur région, dans leur pays. Les habitants deviennent fidèles et attendent, avec impatience, l’arrivée de « Lire à la Plage ».

20L’étonnement, la qualité de l’offre tout public, le cadre, l’accueil, la disponibilité des animateurs, les diverses animations… sont plébiscités et les livres d’or regorgent de témoignages d’un temps apprécié.

21Tout l’été, le verbe LIRE (À LA PLAGE) défile au fil des panneaux entre villes et campagnes dans le département…

22Le département de Seine-Maritime avec, entre autres, sa bibliothèque départementale a relevé le défi : faire de la côte d’Albâtre un littoral attractif où découverte, détente, et pause lecture vont de pair.

23À l’heure d’Internet et des pouces ou index mobiles sur écrans portatifs, « Lire à la Plage » recueille l’enthousiasme pour son calme, son confort, la beauté de ses paysages et la qualité de l’offre de lecture pour petits et grands.

24Avec « Lire à la Plage », on zappe vers des instants « bulles pour soi » et les professionnels que nous sommes se régalent d’assister à des scènes de belles relations de partage entre adultes de toutes générations, hommes et femmes, avec leurs enfants ou petits-enfants ou simplement pour eux-mêmes.

25Les médias ne s’y sont pas trompés puisque le relais presse, radio et télévisions locales ou nationales s’y sont penchés avec attention. Notre élue Culture est particulièrement mobilisée sur cette période.

26Cette expérience de rencontre avec le livre – les gens ne fréquentent pas forcément une bibliothèque (37 %), même s’ils ont une image de ce service public, très positive (lieu gratuit, de connaissance, de distraction et de convivialité) – reste dans les mémoires.

27Nous avons reçu des Pays-Bas, pour les vœux de la nouvelle année 2011, un poème en néerlandais traduit en anglais et en français sur « Lire à la Plage »…

28L’effet de surprise est au rendez-vous et peut se décliner, à la campagne, sur la place d’un village, au camping, au bord d’un lac, à la piscine… les bibliothèques inventent différentes formules.

29Le département de Seine-Maritime et sa bibliothèque départementale a reçu en 2010 le prix de l’innovation – Grand Prix des Bibliothèques-Livres Hebdo.

30« Lire à la Plage » est un travail de transversalité et de partenariat dont la réussite est à partager avec tous les acteurs.

Notes

3 « Un livre sur la plage » s'est déroulé au Maroc en 2005, à l'initiative du gouvernement. Voir : < http://www.maroc.ma/NR/exeres/BD8B4E03-19FD-4CFA-AB4C-5A4269A627B6.htm > et l'article de « Aujourd'hui le Maroc » : < http://www.aujourdhui.ma/international-details39213.html >.

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540