Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Évaluer la bibliothèque par les mesures d’impacts

 | 
Cécile Touitou

Partie I. Contexte

Libres réflexions au sujet des méthodes et des enjeux de l’impact économique et sociétal des bibliothèques1

Françoise Benhamou

Texte intégral

  • 1 Cet article reprend en partie une présentation faire au colloque de l’Association des directeurs d (...)

1Commençons par une analogie. On cite souvent André Malraux, ministre de la Culture, clôturant en ces termes le livre qu’il consacrait à l’esthétique du cinéma : « Par ailleurs, le cinéma est une industrie ». On pourrait écrire de même « par ailleurs, la bibliothèque est un acteur de la vie économique ». Sous bien des aspects, la bibliothèque, acteur de la vie intellectuelle et culturelle, s’avère être aussi un acteur économique. On débouche alors immédiatement sur un paradoxe. Il est demandé à la bibliothèque d’agir en acteur économique, mais l’essentiel des services qu’elle propose relève de la sphère non-monétaire. Il faut ajouter ici un élément de contexte. Celui de la multiplication des études d’impact de la culture, et du regard qu’il convient de porter sur leurs méthodologies et leurs résultats. Celles qui portent sur les bibliothèques ne sauraient être analysées sans qu’il soit porté une attention particulière à l’appétit soudain pour l’économie qui traverse les mondes de la culture.

2Après une revue des données et des concepts qui sous-tendent les études d’impact des bibliothèques (1re partie), on montrera que deux approches complémentaires coexistent (2e partie), qui aboutissent à des résultats (3e partie) que l’on discutera à la lumière de la question plus générale de l’appréciation des retombées de la culture sur l’économie (4e partie).

Des activités économiques diversifiées

3Comment repérer simplement les activités économiques de la bibliothèque ? En premier lieu, la bibliothèque emploie, achète et propose des services.

  • 2 Pierre Carbone, Dominique Arot, Joëlle Claud, Benoît Lecoq, Charles Micol, « Quels emplois dans le (...)
  • 3 L’Observatoire de l’emploi, des métiers et des compétences de la fonction publique territoriale pu (...)

4On comptait 6 157 emplois dans la fonction publique d’État, filière bibliothèques, toutes catégories confondues, en février 20122. Concernant les effectifs en bibliothèque territoriale, on dispose de deux estimations : 33 000 à 34 000 agents territoriaux affectés en bibliothèque en 2010 selon le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT)3, et 36 467 agents du cadre d’emploi bibliothèques et patrimoine d’après les statistiques du ministère de la Culture.

Les bibliothécaires producteurs pour les usagers…

5Ces agents produisent des services. Quels sont les outputs, essentiellement publics ? Le bibliothécaire participe à la formation : il prête et conseille. Il contribue à l’amélioration de la recherche en accroissant l’efficacité de l’activité scientifique des chercheurs. S’il sert ainsi à la recherche, il mène une activité scientifique et produit des métadonnées.

6Il agit sur le marché éditorial : il achète des livres en format papier et en format électronique ; on note que les abonnements à des revues académiques brident la possibilité d’acquérir des livres et fragilisent notamment les marchés des livres scientifiques et de sciences humaines.

7Le bibliothécaire est un acteur des territoires dans lesquels son activité s’inscrit ; mais l’impact de la bibliothèque s’étend au-delà de ces territoires : le service éducatif et le service de loisirs constituent une offre qui produit une amélioration du bien-être social non seulement des usagers réguliers ou occasionnels, mais aussi des non-usagers qui profitent indirectement des effets bénéfiques de la bibliothèque pour l’amélioration du « vivre ensemble ».

Et même pour les non-usagers…

8Il faut distinguer en effet quatre sources de valeur : d’un côté, la valeur d’usage*, et, d’un autre côté, les valeurs de « non-usage »*, qui comprennent la valeur d’option, la valeur d’existence, et la valeur de transmission. Dans les trois derniers cas, il n’y a pas d’usage du service, du moins dans l’immédiat. La valeur d’option consiste en la possibilité de se rendre dans une bibliothèque à un horizon non défini. La valeur d’existence est la satisfaction de savoir qu’existe, dans son pays ou ailleurs, un établissement où, paradoxalement, on n’a aucune intention de se rendre. La valeur d’héritage ou de transmission désigne la jouissance que tirent les citoyens à transférer un patrimoine, un lieu culturel, aux générations futures. Ces trois valeurs, présentes en matière de bibliothèques, ne se traduisent pas par un prix et ne donnent pas lieu à consommation immédiate. Elles peuvent justifier, de ce fait, le recours à des financements publics.

9On rejoint ici la problématique des externalités, c’est-à-dire des effets d’une action dont le coût n’a pas été supporté par ceux qui en profitent. Celles-ci sont mal prises en compte : si les chercheurs sont des utilisateurs des services offerts, dans une BU par exemple, leurs recherches contribuent à l’innovation au sein de l’économie, à court et surtout à long terme. L’externalité correspond à l’avantage dont profitent des entreprises de divers secteurs, qui bénéficient des avancées de la recherche menée avec l’appui des services de la bibliothèque, sans qu’elles aient eu à financer le fonctionnement de celle-ci.

Les deux approches complémentaires

10Il faut distinguer deux approches complémentaires en matière d’évaluation de l’empreinte économique de la bibliothèque, l’étude d’impact et l’analyse coût-bénéfices.

Les études d’impact

11La méthodologie semble a priori simple : évaluer les retombées directes et indirectes de la bibliothèque. Les premières sont associées à la visite et au temps passé dans les murs, et incluent les dépenses de transport ou de restauration des usagers. Les salariés de la bibliothèque dépensent les revenus qu’ils reçoivent. Afin d’évaluer cet « impact », on a coutume d’appliquer un coefficient multiplicateur à la dépense initiale des usagers. Le multiplicateur est généralement issu d’une évaluation de l’impact économique de situations supposées analogues. Il faut aussi prendre en compte les coûts (fonctionnement, entretien, etc.) afin d’aboutir à des retombées nettes. La bibliothèque dépense en effet son budget en abonnements, commandes de livres, achats de biens de consommation ou de biens intermédiaires : papier, imprimantes, etc. Ces dépenses elles-mêmes ont un impact économique, mais certaines peuvent s’adresser à des entreprises non françaises ; il faut alors les défalquer du total, car elles constituent des fuites du circuit économique, en quelque sorte. Dans le cas contraire, elles se diffusent par tours successifs dans l’économie locale.

  • 4 Pour plus de détails, voir Françoise Benhamou, L'économie de la culture, 7e éd., Paris, La Découve (...)

12On aperçoit vite les limites de ces études : difficulté d’estimation des dépenses induites, caractère peu fondé du choix d’un coefficient multiplicateur, risque de surestimation de l’impact qui suscite plus d’effets d’éviction que de création nette de richesse : ce que le visiteur de la bibliothèque dépense à l’occasion de sa visite n’est que le simple déplacement d’une dépense qu’il aurait effectuée pour un autre service ou pour l’achat d’un autre bien. Mais on peut aussi faire l’hypothèse d’une sous-estimation sur un autre terrain, car ces études font peu de cas des valeurs de non-usage, fondamentales en économie de la culture4.

Les analyses coût-bénéfices

13Le principe en œuvre, dans les analyses coût-bénéfices, consiste en le repérage des coûts proprement dits ainsi que des « coûts d’opportunité » d’un côté, et des bénéfices de l’autre côté. Aux coûts proprement dits, il convient en effet d’ajouter ce qu’un autre usage des fonds publics aurait éventuellement permis de gagner : le coût d'opportunité est en quelque sorte le coût du renoncement à un investissement ou à une dépense alternatifs, ou à une affectation des ressources à un usage plus porteur (le critère de la comparaison pouvant être, par exemple, le nombre d’emplois créés, ou encore les externalités positives générées).

  • 5 Ray Oldenburg, The Great Good Place: Cafes, Coffee Shops, Bookstores, Bars, Hair Salons, and Other (...)
  • 6 Dans les écrits de Ray Oldenburg, le troisième lieu est le café. Voir notamment : Mathilde Servet, (...)

14Du côté des bénéfices, il faut distinguer les éventuels bénéfices commerciaux de ce que l’on pourrait qualifier de bénéfices sociaux. Les premiers résultent de ce que la bibliothèque peut monétiser certains services ou vendre des produits dérivés. Les seconds renvoient au fait que la bibliothèque est un lieu de recherche et de travail, qu’elle apporte ses services à la communauté : salle de lecture, documentation, site web, événements et expositions, services éducatifs. La bibliothèque a une fonction citoyenne d’inclusion sociale, de lieu de rendez-vous, d’espace de convivialité. Convoquant un concept emprunté au sociologue Ray Oldenburg5, Robert Putnam voit la bibliothèque comme « un troisième lieu » (Third Place Library) à côté du foyer et du bureau. Le troisième lieu est neutre, ouvert à tous, indifférent aux inégalités sociales, adapté à la conversation, à l’échange informel entre tous les membres de la communauté, convivial et fréquenté par des habitués, et il procure des opportunités de rencontres. On s’éloigne ainsi de la bibliothèque centrée sur le livre et le document pour glisser vers une bibliothèque pourvoyeuse d’autres services (aide à la recherche d’emploi, salons de lecture numérique)6.

L’évaluation contingente

15Les méthodes dites d’évaluation contingente* consistent en l’identification des services offerts, puis en l’évaluation pour chaque service, grâce à des enquêtes et des questionnaires, du consentement à payer de l’usager. On désigne ainsi la somme maximale que l’usager est prêt à payer pour un service. Cette méthode, communément utilisée en économie, revêt nombre d’inconvénients. Elle est tributaire des comportements stratégiques de la part des répondants, peu enclins à révéler un consentement à payer plus élevé que le prix (éventuellement nul) du service offert. C’est pourquoi il est fréquent de le remplacer par le consentement à accepter, soit la somme minimale que l’usager accepte de recevoir en échange du renoncement à un service. Concrètement, il peut s’agir de l’empêchement d’accéder à la salle de lecture, évalué par une proxy : le prix auquel on est prêt à vendre sa carte d’accès. On observe en général que le consentement à renoncer est supérieur au consentement à payer : jouent à la fois une forme d’aversion au risque (en l’occurrence le risque de perdre la possibilité de l’accès) et la sensibilité à la contrainte de budget.

16On évalue enfin le coût marginal de remplacement, c’est-à-dire l’ensemble des coûts additionnels que l’on est prêt à assumer afin de remplacer un service par un service alternatif. Si l’on multiplie ces valeurs par le nombre des usagers, on obtient une évaluation de la valeur conférée à la bibliothèque. Prenons l’exemple des services web, que l’on peut utiliser aussi bien sur place qu’à distance. Ils sont générateurs d’économies de temps et de déplacement, que l’on peut évaluer par le nombre de visites du site, le pourcentage de visites physiques évitées grâce à des visites virtuelles et le coût moyen de déplacement, sachant que le Web permet de surcroît d’élargir le nombre des bénéficiaires des services.

Établir le retour sur investissement : deux cas concrets

  • 7 Bruce Kingma et Kathleen McClure, “Lib-Value: Values, Outcomes, and Return on Investment of Academ (...)
  • 8 Le site < http://libvalue.cci.utk.edu/  recense les principales études basées sur cette méthodolog (...)
  • 9 Bruce Kingma et Kathleen McClure, “Lib-Value: Values, Outcomes, and Return on Investment of Academ (...)

17Bruce Kingma et Kathleen McClure7 appliquent ces méthodes au cas de la Syracuse University Library, afin d’évaluer le retour sur investissement (Return on Investment ou ROI en anglais) de la bibliothèque8. Cette dernière compte à la date de l’étude 3,8 millions de livres, 74 500 revues et 900 000 €-books, pour un budget annuel de fonctionnement de 17 millions de dollars. La valeur économique de l’établissement est évaluée à 70,2 millions de dollars. La prise en compte tout à la fois des visites sur place et des consultations à distance permet d’établir le ROI à 4,13 (obtenu en divisant la valeur économique par le budget)9.

  • 10 Andrew Tessler, Economic Valuation of the British Library: A report for the British Library, Oxfor (...)

18Andrew Tessler10 s’attelle à l’évaluation de la British Library. Le tableau 1 fait état des résultats pour le site web, et le tableau 2 indique la valeur de l’établissement dans son ensemble. Le site web est évalué sur la base du temps économisé et de la valeur de ce temps (le salaire horaire moyen) ; le résultat global prend en compte l’ensemble des coûts (subventions, donations, externalités sur l’environnement), et des bénéfices (revenus, salles de lecture, offre documentaire, services web, services liés à la réserve, expositions, événements, services éducatifs et valeurs de non-usage), et aboutit à un ratio bénéfices/coûts de 4,9. Dans cette étude, l’usage des salles de lecture est évalué à 70 millions de £ par an, dont plus de 20 millions pour le Business & IP Centre, les services web à 19,5 millions par an ; la contribution au secteur de l’éducation à travers la UK Research Reserve à 5,4 millions par an, et la valeur (d’existence) de la British Library pour la société (pour les non-usagers) à 413 millions par an.

Tableau 1. Valeur du site web de la British Library

Unité Valeur
Temps économisé
Valeur du temps (1) £/heure 16,01
Temps économisé par la visite du site (2) mn/personne 53,68
Valeur économisée (3) = (1)x(2)/60 £/visite 14,33
Déplacement économisé
Temps moyen de déplacement (4) mn 132
Coût moyen du déplacement (5) £/visite 20,93
Coût moyen du déplacement compte tenu du temps de déplacement= [(4)x(1)/60] + (5) £/visite 56,11
% de visites économisées grâce au site Web % 32%

Tableau 2. Calcul du ratio coûts-avantages pour la British Library, 2011-2012, M£

Coûts Bénéfices
Subventions 101,9 Revenus 11,5
Donations 5,9 Salles de lecture 70,1
Externalités sur l’environnement 0,5 Offre documentaire 5,0
Services web 19,5
Services liés à la réserve 5,4
Expositions, événements 2,5
Services éducatifs 0,7
Non-usage 412,8
Total (1) 108,3 Total (2) 527,3
Bénéfices nets des coûts (2)-(1) 419,0
Ratio coûts-avantages (2)/(1) 4,9

Source : Ibid.

Une analyse critique et quelques perspectives : l’exemple des BU du Royaume-Uni

  • 11 Research Information Network (RIN) et Research Libraries United Kingdom (RLUK), The value of libra (...)

19Nombreuses sont les études qui tentent ainsi l’exercice de l’évaluation des bénéfices induits de l’existence de la bibliothèque. L’une d’entre elles porte sur la valeur des services des bibliothèques aux chercheurs et à la recherche au Royaume-Uni en 2011. D’emblée, l’analyse quantitative se heurte à la faible disponibilité des données statistiques sur l’apport et les caractéristiques des bibliothèques. Dans le cas des bibliothèques universitaires, la collecte de données qualitatives à partir d’entretiens auprès de chercheurs, des vice-présidents des universités en charge de la recherche et de l’innovation, du bureau d’aide à la recherche, etc., dans neuf institutions, a permis de démontrer la forte contribution des BU aux performances individuelles et institutionnelles en matière de recherche11. Le tableau 3 fait état des principaux aspects qu’il conviendrait de développer dans ce type d’évaluation, l’apport de la bibliothèque étant abordé sous trois de ses aspects : qualité de la recherche, productivité des chercheurs, et rayonnement de l’institution.

Tableau 3. Apport des BU aux performances individuelles et institutionnelles en matière de recherche

Apport de la bibliothèque non monétisable Aspect monétisable
Qualité de la recherche Aide aux institutions pour le recrutement des meilleurs chercheurs
Productivité des chercheurs Espaces réservés aux chercheurs, meilleur environnement de travailFacilité d’accès à des contenus d’excellente qualitéPromotion de nouveaux modèles de communications entre chercheurs Aide aux chercheurs pour l’obtention de subventions et de contrats de recherche
Rayonnement de l’institution Promotion et exploitation des nouvelles technologiesArchives institutionnelles permettant l’accroissement de la visibilité de l’institution et la valorisation de son profil de rechercheOuverture des bibliothèques vers l’extérieur contribuant au lancement d’initiatives dans toute l’institutionBibliothèques comme manifestation physique de la valeur des études et du savoir

20Au-delà d’une évaluation quantitative, toujours contestable, plusieurs éléments peuvent être mis en avant : gain en temps, relation entre publications et moyens affectés à la BU, toutes choses égales par ailleurs, relation entre fréquentation (physique ou à distance) et productivité de la recherche. Sans doute faudrait-il introduire des paramètres concernant les disciplines, l’usage des ressources documentaires et le type de ressources utilisées variant drastiquement entre sciences dures et sciences humaines.

  • 12 Françoise Benhamou et Philippe Chantepie, « Culture & économie : chiffres et cryptes », Bulletin d (...)

21La vogue des évaluations laisse perplexe12. D’un côté, il est légitime et souhaitable de procéder à des évaluations des bénéfices engendrés par une dépense effectuée sur fonds publics en quasi-totalité. Mais l’évaluation conduit à des approximations et à des biais et porte en elle la tentation de la comparaison de la dépense avec d’autres usages des fonds publics plus créateurs d’emplois et de richesses dans le court terme. Certes, la mesure permet de prendre distance avec l’idée de démesure associée par certains à la politique culturelle. Mais la propension à l’économisme risque de masquer l’apport véritable de la bibliothèque, apport de long terme qui inclut surtout des éléments qualitatifs, qui vont de la qualité de la citoyenneté à la large palette des services offerts aussi bien aux plus humbles qu’aux chercheurs de haut niveau.

Notes

1 Cet article reprend en partie une présentation faire au colloque de l’Association des directeurs de la documentation et des bibliothèques universitaires (ADBU), septembre 2014.

2 Pierre Carbone, Dominique Arot, Joëlle Claud, Benoît Lecoq, Charles Micol, « Quels emplois dans les bibliothèques ? État des lieux et perspectives », Rapport n° 2012-020, Paris, Inspection générale des bibliothèques, 2013. [En ligne] : < http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/2013/66/7/Rapport_IGB_2013-005_Des_indicateurs_documentaires_pour_les_sites_universitaires_283667.pdf >. Le rapport précise le pyramidage observé sur l’ensemble de la filière : 34 % du personnel en catégorie A, près de 27,5 % en catégorie B, et plus de 38,5 % en catégorie C.

3 L’Observatoire de l’emploi, des métiers et des compétences de la fonction publique territoriale publie annuellement une note de conjoncture Tendances de l’emploi territorial (données nationales à partir des déclarations d’un échantillon représentatif de collectivités).

4 Pour plus de détails, voir Françoise Benhamou, L'économie de la culture, 7e éd., Paris, La Découverte, 2011 (coll. Repères ; 192).

5 Ray Oldenburg, The Great Good Place: Cafes, Coffee Shops, Bookstores, Bars, Hair Salons, and Other Hangouts at the Heart of a Community, 4e éd., Boston, Marlowe & Co, 1999.

6 Dans les écrits de Ray Oldenburg, le troisième lieu est le café. Voir notamment : Mathilde Servet, « Les bibliothèques troisième lieu : une nouvelle génération d'établissements culturels », Bulletin des bibliothèques de France, 2010, n° 4, pp. 57-63. [En ligne] : < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2010-04-0057-001 > et Françoise Benhamou, Le livre à l’heure numérique. Papier, écrans. Vers de nouveaux vagabondages, Paris, Le Seuil, 2014.

7 Bruce Kingma et Kathleen McClure, “Lib-Value: Values, Outcomes, and Return on Investment of Academic Libraries, Phase III: ROI of the Syracuse University Library”, College & Research Libraries, January 2015, 76 (1). [En ligne] : < http://crl.acrl.org/content/early/2014/01/17/crl13-485.full.pdf +html >.

8 Le site < http://libvalue.cci.utk.edu/ > recense les principales études basées sur cette méthodologie.

9 Bruce Kingma et Kathleen McClure, “Lib-Value: Values, Outcomes, and Return on Investment of Academic Libraries, Phase III: ROI of the Syracuse University Library”, op. cit.

10 Andrew Tessler, Economic Valuation of the British Library: A report for the British Library, Oxford, Oxford Economics, janvier 2013.

11 Research Information Network (RIN) et Research Libraries United Kingdom (RLUK), The value of libraries for research and researchers, mars 2011. [En ligne]: < http://www.rluk.ac.uk/wp-content/uploads/2014/02/Value-of-Libraries-full-report-.pdf >.

12 Françoise Benhamou et Philippe Chantepie, « Culture & économie : chiffres et cryptes », Bulletin des bibliothèques françaises, 2016, n° 8, pp. 9-18. [En ligne] : < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2016-08-0008-001 >.

© Presses de l’enssib, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540