Version classiqueVersion mobile

Créer des services innovants

 | 
Marie-Christine Jacquinet

Partie II. Impact du numérique sur l'offre de la bibliothèque : nouvelles approches professionnelles

5. L’offre numérique à l’échelle d’un territoire : genèse d’une co-expérimentation dans le Pas-de-Calais

Philippe Gauchet

Texte intégral

  • 49 Cf. Valérie Tesnière. « Une bibliothèque sans collection ? Des collections sans bibliothèque ? » In (...)

1Les équipes de la médiathèque départementale du Pas-de-Calais, comme tous les professionnels, suivent la progression du numérique avec le sentiment de « l’inéluctable hybridation de la bibliothèque »49.

2Nous sommes encore aux prémices de ce nouveau support (ou plutôt « non support ») qui fait l’objet d’expérimentations. Le temps fera son œuvre ; il se produira un déclic emportant tout le monde dans la vague virtuelle comme on a pu le constater hier pour les cédéroms puis pour l’Internet.

3Attend-on ce déclic ou pas ? Faut-il rejoindre sans tarder le noyau des expérimentateurs ? La question en effet n’est pas de savoir si on ira ou pas, mais quand ira-t-on ?

4Cette problématique est différente selon que l’on soit une bibliothèque départementale ou une médiathèque municipale. Une bibliothèque départementale ne touche pas (sauf exception) le grand public ; elle s’adresse aux bibliothèques municipales de son département ; bibliothèques auprès desquelles elle a une mission de conseil, d’accompagnement, de formation, de mise à disposition de collections et d’outils dans une démarche partenariale.

LE RÔLE DES BIBLIOTHÈQUES DÉPARTEMENTALES

5L’apparition de nouveaux outils et supports interroge sur les conditions de leur introduction dans le service rendu au public. Dans la phase d’introduction d’un nouveau média, beaucoup d’interrogations restent sans réponse. Combien de supports annoncés comme prometteurs ont disparu en quelques années, parce que le marché n’a jamais démarré ou qu’une nouvelle technologie a chassé la précédente ? La plupart des bibliothèques laissent souvent passer un certain temps avant d’adopter un nouvel outil, observant avec attention les expérimentations réussies ou pas de quelques « casse-cous » précurseurs.

6Imaginer une offre numérique émergente aujourd’hui, c’est forcément prendre des risques et se lancer vers l’inconnu parce que le modèle économique est encore mouvant, parce qu’on ne sait pas comment le grand public va se l’approprier et quels en seront les usages.

7Les bibliothèques départementales ont une responsabilité, voire un devoir, vis-à-vis de leurs partenaires. Elles ne doivent pas seulement accompagner mais aussi impulser le changement, la modernisation, l’innovation.

8L’étape d’observation et d’expérimentation, outre une contribution au façonnage global d’une offre numérique, peut viser à élargir et amplifier la diffusion auprès d’équipements plus modestes, qui n’oseraient pas se lancer sans filet ou qui ont des moyens (structurels, financiers) limités.

SAISIR UNE OPPORTUNITÉ, VÉRIFIER LA FAISABILITÉ

9À la médiathèque départementale du Pas-de-Calais, trois facteurs simultanés nous ont donné l’opportunité d’engager cette réflexion :

  • le premier est la modernisation de notre outil de gestion de bibliothèque qui devait déboucher sur la mise en ligne de services pour nos partenaires : catalogue documentaire, réservations de documents et d’expositions ;

  • le deuxième est qu’après l’arrêt définitif de la desserte en prêt direct à la population dans certains villages, nous avions supprimé des abonnements papier à des périodiques destinés au grand public, nous disposions donc d’une petite enveloppe budgétaire en fonctionnement ;

  • le troisième vient du fait que le « projet stratégique départemental » revendique l’innovation comme l’un des trois fers de lance de la politique départementale aux côtés de la solidarité et du développement durable.

10Ne fallait-il pas faire converger ces trois facteurs pour imaginer une expérimentation d’accès aux ressources numériques puisque nous étions conscients du caractère inéluctable de leur développement, bien que les contours de cette offre soient encore en devenir ?

11Un appel à la réflexion a été lancé auprès des équipes de la médiathèque pour constituer un petit groupe chargé d’esquisser les contours d’une possible offre numérique expérimentale. Il s’agissait d’identifier des ressources pertinentes, d’envisager les moyens de leur mise à disposition du grand public par le biais de notre portail en nous adressant à la totalité de la population ou en nous appuyant sur des bibliothèques partenaires.

12Le groupe a rassemblé les articles parus sur le sujet dans la presse professionnelle (concernant aussi bien les expérimentations menées par des bibliothèques que les éditeurs de ressources).

  • 50 Offrir la presse en ligne de manière expérimentale ne nous semblait pas pertinent car le besoin d’a (...)

13Laissant de côté volontairement la presse en ligne50, nous nous orientions plutôt vers la musique et les textes lus, dans une perspective de substitution des supports pour prendre en compte l’évolution du marché du disque.

14Le groupe a accueilli les principaux fournisseurs présents sur le marché pour une démonstration de leur offre dans une triple préoccupation de contenus, de modalités techniques d’accès, et de tarifs.

15Nous avons vite déchanté face à une offre à la fois très parcellaire et non stabilisée. Les portails annoncés comme généralistes se révélaient rapidement très incomplets, même si l’on pouvait reconnaître un réel effort de mise en avant par des enrichissements rédactionnels. Les modes de connexion plus ou moins complexes et différents pour chaque prestataire. Quant aux tarifs proposés, ils étaient relativement élevés et disproportionnés par rapport à notre enveloppe. Il nous fallait renoncer à une couverture départementale disponible sur notre portail.

16Sur la même période, de nouveaux articles se faisaient l’écho d’un impact limité des services numériques auprès du grand public ; certaines bibliothèques renonçaient à poursuivre cette mise à disposition. Nous avons eu alors le sentiment qu’il était peut-être encore trop tôt.

DÉCIDER DE JOUER LA COMPLÉMENTARITÉ

17Nos collègues du Nord, département voisin, nous ont informés du lancement d’une opération numérique. Ils avaient abordé la problématique sous un autre angle. Leur budget étant en investissement (et non, comme le nôtre, en fonctionnement), l’expérience passait par l’acquisition de matériel (bornes, liseuses) mis à disposition de quelques bibliothèques.

18La complémentarité de nos démarches fut évidente. Concrétiser nos projets respectifs pouvait constituer un atout à côté duquel il ne fallait pas passer ; ces expériences parallèles élargissant l’observation des usages des publics. Nous avons alors décidé de mener la réflexion jusqu’au bout. Puisqu’une offre « généraliste » semblait difficile à mettre en œuvre, nous avons résolument pris le parti de niche* éditoriale, plutôt dans le secteur institutionnel, car cela nous semblait un gage de pérennité par rapport à l’offre volatile du marché. Nous avons sélectionné les offres d’Arte VOD et de la Cité de la Musique. La première en raison de la richesse du catalogue en ligne et de sa complémentarité par rapport à la production de supports matériels, la seconde pour l’originalité même de son service.

19Il fallait maintenant trouver quelques sites « pilotes » sur lesquels s’appuyer pour lancer l’expérimentation.

IDENTIFIER ET MOBILISER LES PARTENAIRES

  • 51 Dans le département, la grande majorité des bibliothèques partenaires de la médiathèque département (...)

20Un profil de bibliothèque partenaire a été esquissé : un équipement récent, géré par un professionnel51, une programmation régulière d’activités dans le domaine du multimédia. La présence de partenaires locaux comme un cinéma ou une école de musique étant considérée comme un atout supplémentaire.

  • 52 Il s’agit des médiathèques municipales de Lillers et Beuvry pour le centre et, sur le littoral, des (...)

21Nous avons veillé aussi à une diversité socio-démographique. Les 9 territoires administratifs du département se distinguent par 3 grands types de paysages (chacun ayant un impact sur l’activité économique et le peuplement) : urbain, rural et littoral. Nous avions le souci d’un équilibre territorial de l’expérimentation mais dans certains territoires, nous avions potentiellement trop de bibliothèques candidates et aucune dans d’autres. L’expérimentation devant s’élargir progressivement, nous avons préféré privilégier pour cette première expérience les bibliothèques répondant au plus près aux critères, indépendamment de leur situation géographique. Les bibliothèques pressenties dans les secteurs Centre et Littoral, ont toutes accepté52 immédiatement notre proposition, sans doute d’autant plus facilement qu’Arte VOD, en annonçant l’intégration du catalogue d’UniversCiné orienté sur le cinéma d’auteurs, et devenant la Médiathèque numérique, a considérablement élargi son offre.

OBTENIR LA VALIDATION POLITIQUE DANS UN CALENDRIER CONCERTÉ

22La présentation du projet aux élus sera différente selon qu’elle s’adresse au conseil général, porteur d’expérimentation ou aux communes, qui vont assurer l’expérimentation.

23Pour les élus du conseil général, cette expérimentation a du sens. Outre qu’elle entre dans le champ de l’innovation et se positionne dans la continuité du projet de services en ligne de la médiathèque, cette expérimentation contribue à dynamiser les territoires et à améliorer l’offre de proximité à la population, confortant l’idée de l’égalité des chances et de l’accès de tous à la culture dans un souci d’épanouissement et d’émancipation.

24La préoccupation des conseillers généraux s’est également portée sur la poursuite de l’expérience au-delà de la première année pour laquelle la prise en charge du coût des abonnements était intégrale. L’existence de deux dispositifs de soutien aux acquisitions prévoyant déjà la prise en compte possible des abonnements à des ressources en ligne à hauteur de 50 % a été signalé dans la convention de partenariat dont la signature était prévue avec chaque bibliothèque pilote.

25Après l’adoption de cette expérimentation par délibération du conseil général, les communes ont pu, à leur tour, délibérer, permettant la signature de la convention avec le département. Le fait d’être un site pilote retenu par le département et de bénéficier d’une prise en charge intégrale la première année a sans aucun doute pesé dans la balance, même si certaines communes auraient préféré bénéficier d’une prise en charge intégrale un peu plus longue. Les adoptions des conventions se sont faites au rythme du calendrier des assemblées de chaque partenaire.

BÂTIR ENSEMBLE LE CADRE POUR UNE AVENTURE PARTAGÉE

26Si ce n’est le choix des services proposés, la médiathèque départementale a eu la forte volonté de ne pas décider seule des conditions de mise en œuvre ou de la communication du projet. Il nous a semblé essentiel d’avoir une démarche participative, de créer un groupe pilote composé à la fois de personnels des bibliothèques partenaires et d’agents de la médiathèque départementale. Ce projet devait être l’occasion de travailler ensemble, de mieux se connaître, d’avoir le sentiment de participer à une aventure. Le groupe pilote s’est réuni plusieurs fois :

  • il a accueilli les fournisseurs des services retenus pour une présentation approfondie des sites et de leur mode de gestion ;

  • il a déterminé le cadre de l’expérimentation et les conditions pratiques de l’offre : grand public individuel, projection sur place autour d’une programmation collective, accès à domicile, action concertée avec l’école de musique locale ; des solutions différentes ont été choisies par les partenaires, multipliant ainsi les facettes de l’expérimentation ;

  • il a choisi le nom de l’opération et le type des outils de communication. La dénomination de l’opération Zone d’expérimentation numérique* (ZEN) a été trouvée au cours d’un brainstorming. Nous voulions une dénomination clin d’œil qui soit représentative de cette expérience un peu patchwork puisque chaque partenaire avait la possibilité d’une appropriation s’intégrant dans des actions ou axes préexistants. L’un des graphistes du conseil général a fait deux propositions de visuels à partir des éléments que nous lui avions fournis pour nous permettre de faire un choix. Les supports de communication ont été retenus en fonction de leur adaptabilité en tous lieux (un kakémono, des sticks statiques à coller sur les vitres, une plaquette et la personnalisation des sites) ;

  • le groupe a imaginé les outils d’évaluation et d’observation des usages des publics, en fonction des possibilités données par les logiciels de gestion d’Internet pour le côté quantitatif et en élaborant des questionnaires simples pour l’approche qualitative ;

  • le groupe a arrêté les conditions de lancement de l’opération : une inauguration départementale qui regrouperait le lancement du site de la médiathèque départementale et de l’expérimentation numérique et des lancements locaux, étalés en fonction de la programmation de la médiathèque partenaire.

27Pour la mise en œuvre technique, le responsable des services en ligne et du portail de la médiathèque départementale s’est rendu dans chaque médiathèque partenaire pour l’assister dans le déploiement du service et, éventuellement, faire le lien avec le prestataire numérique en cas de problème. L’objectif est de s’adapter à l’environnement de chaque bibliothèque pilote pour ce déploiement. La diversité des solutions et modalités de mise en place, constituant en elle-même une richesse des observations possibles.

  • 53 « Du nouveau dans les tuyaux », in Eulalie, n° 6 (Revue du Centre régional des lettres), janvier 20 (...)

28Il est trop tôt pour tirer quelque enseignement que ce soit sur l’offre numérique expérimentée, le démarrage effectif de l’opération s’effectuant simultanément à la rédaction de cet article. Mais, quel que soit le devenir de l’expérience auprès du grand public, le partenariat entre bibliothèques communales ou communautaires, qui n’avaient pas eu l’occasion de travailler ensemble autour d’un même projet, associées aux équipes de la médiathèque départementale, aura été, sans aucun doute, un succès et une avancée dans la connaissance mutuelle et dans notre capacité à constituer un groupe à multiples facettes mais avec un objectif commun. Et la complémentarité voulue par les médiathèques des deux départements de la région a, dès que le projet s’est ébruité, piqué la curiosité des professionnels53.

ENCADRÉ. LES ÉLÉMENTS CLÉS D’UNE CONVENTION DE PARTENARIAT DANS LE CADRE D’UNE EXPÉRIMENTATION


▪ Situer le contexte et la motivation du projet.
▪ Identifier les services proposés à l’expérimentation.
▪ Inscrire la durée de la convention.
▪ Déterminer le périmètre du service selon le contexte de l’établissement (par exemple, quotas de consultation ou accès simultanés proposés).

Engagement de la commune :
▫ assister à la formation de prise en main ;
▫ mise à disposition gracieuse des sites retenus pour les usagers pendant toute la durée de l’expérimentation sur au moins un poste multimédia ayant des performances techniques satisfaisantes ;
▫ mettre tout en œuvre pour inciter à la découverte et à l’appropriation de ces ressources par les usagers et conduire des actions régulières de sensibilisation et d’information ;
▫ assurer l’observation des usages du public et produire des documents synthétiques d’évaluation ;
▫ accueillir des bibliothèques du réseau de la médiathèque départementale intéressées par cette expérimentation.

Engagement du département :
▫ prise en charge du coût de l’abonnement annuel aux deux sites retenus ;
▫ accompagnement de la commune dans la mise en place de ce service expérimental ;
▫ élaborer avec les communes partenaires les outils d’évaluation.

Autres informations :
▫ préciser le nom des partenaires lors des campagnes d’information et de communication ;
▫ possibilité d’aides départementales en cas de prolongation de l’opération au-delà de la première année de l’expérience ;
▫ exploitation des résultats de l’observation des usages.

Notes

49 Cf. Valérie Tesnière. « Une bibliothèque sans collection ? Des collections sans bibliothèque ? » In Quel modèle de bibliothèque ? Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2008, collection Papiers ; série Généalogies.

50 Offrir la presse en ligne de manière expérimentale ne nous semblait pas pertinent car le besoin d’actualités est aujourd’hui déjà largement couvert par les flux RSS sur Internet ou sur les téléphones portables et que les demandes de consultations rétrospectives peuvent être très larges : comment choisir un bouquet qui corresponde à des attentes très variées, sachant que nos moyens étaient limités ?

51 Dans le département, la grande majorité des bibliothèques partenaires de la médiathèque départementale ont des conditions de fonctionnement modestes et sont gérées par des bénévoles.

52 Il s’agit des médiathèques municipales de Lillers et Beuvry pour le centre et, sur le littoral, des médiathèques municipales de Sangatte, Desvres et de la médiathèque communautaire d’Opale Sud à Berck-sur-Mer.

53 « Du nouveau dans les tuyaux », in Eulalie, n° 6 (Revue du Centre régional des lettres), janvier 2011, pp. 18-20. Voir le portail régional du Pas-de-Calais : < http://www.eulalie.fr/spip.php?page=abonnement >.

© Presses de l’enssib, 2011

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search