Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Créer des services innovants

 | 
Marie-Christine Jacquinet

Partie II. Impact du numérique sur l'offre de la bibliothèque : nouvelles approches professionnelles

3. Scénographier des contenus documentaires

Véronique Mesguich

Texte intégral

DE LA RARETÉ À L’ABONDANCE D’INFORMATION

  • 40 Jeremy Rifkin. L’âge de l’accès. La nouvelle culture du capitalisme. Paris, Éditions La Découverte, (...)
  • 41 Claude Lévi-Strauss. La pensée sauvage. Paris, Presses Pocket, 1990.

1Le caractère innovant, dans le domaine des services de médiation, est loin d’être nécessairement basé sur des aspects purement techniques. Dans le domaine de l’enseignement, entre autres, l’innovation repose en grande partie sur de nouveaux usages dans la médiation pédagogique, même si en parallèle de nouvelles technologies, comme les tableaux blancs interactifs, sont apparues récemment. Il en va de même pour les médiateurs de l’information, dans le contexte actuel de l’« infobésité », c’est-à-dire la multiplication de contenus de toutes natures, accessibles en temps réel et en tous lieux. En effet, si la rareté engendre souvent un progrès technique, la surabondance informationnelle va faire émerger de nouveaux modèles et de nouveaux usages d’accès à l’information utile. Car c’est bien d’accès qu’il s’agit, et pour reprendre l’expression de l’économiste Jeremy Rifkin, nous sommes passés de l’« âge de la propriété » à « l’âge de l’accès »40. Les compétences mises en œuvre pour faciliter cet accès se situent moins dans la pure habileté technique que dans la maîtrise des contenus informationnels et de leurs moyens d’accès, ainsi que dans une forme d’« intelligence de l’information » basée sur la compréhension des besoins et la création de produits et services adaptés. Enseignants comme bibliothécaires se retrouveraient ainsi dans le paradigme du « bricoleur » au sens noble du terme, tel que défini par Claude Lévi-Strauss dans « La Pensée sauvage »41.

DE NOUVELLES COMPÉTENCES POUR LES PROFESSIONNELS DES BIBLIOTHÈQUES

2La figure du bibliothécaire, jusque vers le milieu du XXe siècle, est souvent associée à celle d’un « puits de science », érudit et spécialiste des contenus. Son rôle principal est la conservation, la cumulation des savoirs. Avec le développement des bibliothèques de lecture publique, du libre accès, du prêt, puis des médiathèques, les professionnels s’orientent davantage vers la diffusion de contenus, tout en se concentrant sur le savoir-faire bibliothéconomique, et deviennent spécialistes des formats de catalogage, des langages de description des contenus. Le rôle du bibliothécaire au XXIe siècle peut être considéré comme une synthèse d’éléments opposés seulement en apparence : la dissémination d’une part, de l’information « hors les murs » des bibliothèques ou centres de ressources documentaires, accompagnée d’une nécessité de rassembler, d’autre part, des contenus éparpillés sur les réseaux, en les organisant en fonction des besoins des utilisateurs. Le bibliothécaire se fait ainsi architecte, voire « scénographe » de contenus de tous types, il construit, ou co-construit des produits et services informationnels ou culturels destinés à différentes communautés de publics.

CRÉER DE LA VALEUR

3Aujourd’hui, la création de valeur pour un centre de ressources documentaires ou une bibliothèque passe par ce que l’on pourrait appeler la « règle des 4 C » (voir tableau page suivante).

4L’expression « curation de contenus » est une traduction de l’anglais content curation : il s’agit bel et bien de prendre soin, tel un curator de musée, de contenus informationnels de diverses natures, de les repérer, les structurer et d’en favoriser la diffusion. Mais au-delà de l’effet buzz de cette expression à la mode en ce début 2011, n’est-ce pas la description des tâches de tout professionnel des bibliothèques ou centres de documentation ?

TABLEAU. CRÉATION ET CURATION DE CONTENUS, COMMUNICATION ET COMMUNAUTÉ : LA RÈGLE DES 4 C

Création de contenus

Communication

▪ Création de contenus pédagogiques adaptés, de guides méthodologiques, éditorialisation, vulgarisation, analyse de documents…

▪ Diffusion d’information ciblée en fonction des besoins

▪ Formation à la maîtrise de l’information, à la qualification des sources

curation de contenus

communauté

▪ Sélection d’informations de qualité, structuration et organisation, capitalisation au sein d’une plateforme de gestion de contenus

▪ Animation de communautés ciblées, dissémination de contenus pour ces communautés

5Quoi qu’il en soit, le professionnel de l’information trouve ici son positionnement, à la fois comme producteur, « transformateur » et diffuseur de contenus.

VERS UN RAPPROCHEMENT DOCUMENTATION/PÉDAGOGIE

  • 42 Emmanuel Sander, Jean-Marc Meunier et Christelle Bosc-Miné. Approche ontologique et navigation dans (...)

6Dans ce nouveau paysage, on constate ainsi le bouleversement de la « chaîne » traditionnelle des producteurs aux utilisateurs de contenus documentaires. Le schéma vertical classique de l’enseignement, entre le professeur et ses élèves, se transforme de façon similaire. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication apportent en effet des évolutions dans la relation au savoir, permettant de développer un apprentissage plus actif et de renforcer l’autonomie des étudiants. De nombreux outils, méthodes et bonnes pratiques se sont développés en matière de e-learning, dans le domaine de l’apprentissage des langues comme dans de nombreux autres secteurs. Les environnements numériques de travail (ENT) permettent de se connecter à un espace de travail personnalisé, de partager informations et ressources pédagogiques, et de travailler à distance. Plusieurs expérimentations ont mis en œuvre les réseaux sociaux et le partage de documents, la diffusion de cours via des podcasts, dans une optique d’apprentissage collaboratif et de travail coopératif. Le rapport à la connaissance et les façons d’appréhender les contenus vont ainsi se trouver modifiés. Certains chercheurs vont jusqu’à évoquer une forme de « révolution cognitive », à l’instar de ce groupe de chercheurs du laboratoire Paragraphe de l’université Paris VIII : « Perçu comme un eldorado qui a rendu la connaissance facilement disponible, Internet rompt avec la linéarité de l’oral comme de l’écrit et autorise une structuration des ressources, à la fois complexe et adaptée à l’organisation cognitive souhaitée par l’enseignant, ce qui pourrait ainsi faciliter les acquisitions. »42

7Enseignants et professionnels de l’information vont ainsi se retrouver dans ce rôle de « passeur » de la connaissance, tout en conservant leur propre expertise : il s’agira de créer des parcours à la fois personnalisés et collaboratifs, qui permettront à l’étudiant de s’approprier des connaissances de façon active et d’interagir à la fois entre eux et avec un médiateur qualifié.

ASPECTS TECHNIQUES : QUELQUES FAMILLES D’OUTILS

8Nous l’avons souligné, la « scénographie » de l’information ne repose pas que sur des aspects techniques. Il est néanmoins important de distinguer les différentes solutions qui sous-tendent l’architecture de contenus. On peut ainsi citer, à titre d’exemple, quelques familles d’outils :

  • les logiciels de gestion de contenus, ou Content Management Systems (CMS) : ces logiciels sont destinés à la conception et la mise à jour dynamique de sites Web ou d’applications multimédias. Un CMS permet à une équipe éditoriale de travailler simultanément sur le contenu du site. Parmi les CMS les plus utilisés, on peut citer SPIP, Joomla ou Drupal ;

  • les flux RSS (Really simple syndication ou Rich site summary) : ce format de syndication permet d’extraire automatiquement d’un site Web le contenu régulièrement mis à jour. Un fichier RSS est un simple fichier texte au format XML comportant la description synthétique des nouveautés. On peut s’y abonner gratuitement, en utilisant entre autres des agrégateurs de flux. Des services comme Yahoo Pipes permettent de fusionner et de filtrer ces flux selon des critères personnalisés ;

    • 43 Disponible sur : < http://www.bibliopedia.fr/index.php/Accueil >.

    les univers Netvibes : Netvibes est un agrégateur en ligne de flux RSS : on peut l’utiliser pour créer des pages publiques, appelées « Univers » pour y syndiquer des flux provenant de différentes sources ; on peut y rajouter également des liens vers des sites, documents, podcasts, ainsi que des notes et commentaires. Plusieurs bibliothèques ont créé des univers Netvibes spécialisés par thèmes. On peut en consulter une liste via le site Bibliopedia43.

  • le bookmarking social : les plates-formes de bookmarking social permettent aux internautes de partager leurs sites favoris, ou bookmarks. On peut y effectuer des recherches par mots-clés pour identifier des pages Web sélectionnées et taguées par les internautes. Delicious (revendu début 2011 par Yahoo aux fondateurs de Youtube) a constitué l’un des pionniers du bookmarking social. D’autres sites sont apparus plus récemment, comme Diigo ou le français Pearltrees, caractérisé par une interface visuelle très riche.

9Sans oublier bien évidemment la nouvelle génération de catalogues de bibliothèques, baptisés parfois « OPAC 2.0 ». Grâce à leurs fonctionnalités avancées (navigation à facettes, nuages de tags, création de flux RSS personnalisés…), ces logiciels permettront de promouvoir la bibliothèque, de mettre en valeur les ressources et les services.

EXPÉRIENCE : LE PORTAIL « FINANCE » CRÉÉ PAR L’INFOTHÈQUE

10Nous illustrerons cette réflexion par un compte rendu d’expérience de création d’un portail spécialisé dans le secteur de la finance, par l’Infothèque du Pôle universitaire Léonard de Vinci44. L’Infothèque se définit comme une bibliothèque « hybride » : à la fois bibliothèque au sens classique du terme, mais aussi fournisseur de produits et services d’information stratégique, de veille et de formation aux nouvelles technologies de l’information (NTI). Son public, également hybride, se compose des 6 000 étudiants inscrits dans les différentes entités pédagogiques du Pôle (5 écoles de commerce, d’ingénieurs, de multimédia, et deux universités partenaires), mais aussi de publics extérieurs, allant du collégien au créateur d’entreprise, et mêle demandeurs d’emploi, porteurs de projets, personnels d’entreprise…

11L’équipe de l’Infothèque a entrepris depuis plusieurs années la mise en place de nouvelles formes de médiation documentaire. Nous avons ainsi élaboré au fil des années des guides méthodologiques de recherche d’informations spécifiques, sous le titre générique de « parcours documentaires ». Nous avons également conçu plusieurs portails documentaires, consacrés à des sujets transversaux, communs aux étudiants, enseignants et publics extérieurs : le projet professionnel, le marketing, la création d’entreprise, les langues… ont ainsi fait l’objet de portails spécialisés, dont l’objectif est de rassembler des contenus informationnels pertinents, de qualité et à jour, afin d’en faciliter l’accès.

12En 2010, nous avons souhaité ajouter à cette collection – car il s’agit bien d’une collection de produits répondant à un même cahier des charges – un nouveau portail consacré à la thématique de la finance. Ce sujet s’est imposé d’une part, en raison de son importance sur la scène mondiale, et d’autre part car il s’agit d’un domaine d’étude commun à de nombreux étudiants et enseignants du Pôle.

LES ÉTAPES DU PROJET

13Le projet s’est déroulé sur quatre mois environ et a comporté plusieurs étapes. Dans un premier temps, une petite équipe composée d’une documentaliste et d’une stagiaire a recueilli les besoins des futurs prescripteurs de ce produit, à savoir les enseignants concernés. Une dizaine d’enseignants ont ainsi été interrogés, sur la base d’entretiens en face à face, autour d’un questionnaire prédéfini. Les questions portaient sur plusieurs aspects : caractéristiques de la matière enseignée, usages souhaités pour le portail, étudiants concernés, types de médias à retenir, contenus à mettre particulièrement en valeur…

14Plusieurs points saillants sont apparus lors des entretiens : selon les enseignants, les étudiants ont besoin de repères méthodologiques, ainsi que d’un accès aisé à des ouvrages ou sites de référence sur le sujet. En effet, l’une des spécificités de l’information financière est son caractère volatil et « temps réel ». Pour autant, les étudiants – comme les professionnels – en finance se doivent de maîtriser des méthodes, outils et notions complexes.

15Ce portail se veut ainsi référentiel, et s’organise selon une « scénographie » de l’information destinée à hiérarchiser, structurer les contenus, qu’il s’agisse de manuels de cours, de données d’actualité, de documents vidéo, de conseils méthodologiques pour la recherche d’informations financières… Car le contenu de ce portail ne se limite pas à une simple liste d’ouvrages de référence ou à une sitothèque spécialisée. Nous avons souhaité, à la demande des enseignants, identifier, rassembler et diffuser des contenus d’informations répondant aux besoins de l’enseignement.

16Cette première enquête a également permis de valider une première hiérarchie du site, structuré autour d’une arborescence simple de concepts : finance d’entreprise, finance de marché, contrôle de gestion, comptabilité financière, fiscalité. Deux rubriques complémentaires ont été également nécessaires : une « boîte à outils » regroupe des conseils utiles pour la rédaction du mémoire ainsi que les références des mémoires disponibles via le catalogue de l’Infothèque ; enfin, l’espace métier donne des pistes sur les métiers et l’emploi dans la finance, ainsi que des liens vers les sites des principales associations professionnelles.

17Une fois la maquette du site constituée, le travail a consisté d’une part à identifier des contenus informationnels pertinents par rapport aux thématiques, et d’autre part, pour le webmaster de l’Infothèque, à développer une structure adaptée. De plus, les documentalistes ont paramétré, grâce à la technologie Yahoo Pipes, des flux RSS personnalisés. Ces « Pipes » résultent de la fusion de flux émanant de différentes sources d’informations financières, et filtrés selon des termes prédéfinis. Nous avons ainsi pu automatiser en grande partie la mise à jour du site, qui s’effectue grâce à ces flux personnalisés. Les contenus méthodologiques nécessitent en revanche une mise à jour moins régulière, effectuée ponctuellement par les documentalistes.

18Deux alternatives s’offraient à nous pour le choix de la plate-forme : soit le recours à un logiciel de gestion de contenus comme Drupal, soit le développement en php d’une structure adaptée. C’est le deuxième choix qui a été finalement retenu par le webmaster, le logiciel Drupal ayant été jugé difficile à mettre en œuvre par rapport à un besoin de souplesse et d’évolutivité. Nous avons opté pour une architecture à la fois simple et attrayante : par exemple, une frise de couvertures de livres défile sur la page d’accueil, chaque couverture étant reliée à une notice du catalogue de l’Infothèque, géré par le logiciel open source Koha. Certains manuels de cours sont accessibles en version électronique, grâce à la technologie EZ-Proxy qui permet d’en consulter à distance le texte intégral, en accès authentifié.

19Le repérage des sites a été effectué par les documentalistes, de façon collaborative, en mettant en œuvre les fonctions de partage de la plate-forme Delicious. Les principales difficultés techniques rencontrées ont concerné le paramétrage de flux, comportant souvent des données hétérogènes et multilingues.

Un triple intérêt pour les étudiants, enseignants et bibliothécaires

20En résumé, nous avons choisi la voie de la clarté et de la simplicité pour les utilisateurs, en évitant volontairement l’impression de foisonnement, la multiplication de tags, et en incluant dans le portail de nombreux tutoriels méthodologiques (comment trouver les comptes d’une société, comment analyser l’activité d’un secteur, etc.).

21Le portail a été très bien accueilli par les enseignants concernés, et sert désormais pour les étudiants de guide de référence accessible à tout moment et en tout lieu. Pour l’Infothèque, le produit permet de valoriser tant ses ressources (ouvrages, bases de données) que son savoir-faire dans la maîtrise de l’information.

22De plus, cette expérience enrichissante de servuction a permis aux documentalistes de se rapprocher des enseignants concernés, et de co-construire avec eux un service hybride, à la fois pédagogique et documentaire.

23Cet exemple, parmi bien d’autres, illustre la convergence de deux fonctions de médiation, le pédagogique et le documentaire. Les professionnels de l’information, de la documentation et de la connaissance évoluent ainsi peu à peu vers une fonction médiane et une nouvelle identité commune : animateurs de l’intelligence collective.

Notes

40 Jeremy Rifkin. L’âge de l’accès. La nouvelle culture du capitalisme. Paris, Éditions La Découverte, 2005.

41 Claude Lévi-Strauss. La pensée sauvage. Paris, Presses Pocket, 1990.

42 Emmanuel Sander, Jean-Marc Meunier et Christelle Bosc-Miné. Approche ontologique et navigation dans un E.I.A.H. Le cas de l’enseignement des statistiques. Revue STICEF, 2004, volume 11. < http://sticef.univ-lemans.fr/classement/rech-titre.htm >.

43 Disponible sur : < http://www.bibliopedia.fr/index.php/Accueil >.

44 < http://www.devinci.fr/infotheque/ >.

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540