Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Créer des services innovants

 | 
Marie-Christine Jacquinet

Partie II. Impact du numérique sur l'offre de la bibliothèque : nouvelles approches professionnelles

2. Prêter des liseuses électroniques : un projet en 7 étapes

David Liziard

Texte intégral

1Les médiathèques d’Issy-les-Moulineaux prêtent, depuis janvier 2010, 22 liseuses électroniques à leurs usagers. Un travail préalable, fait d’ajustements successifs, a été nécessaire pour mettre en place ce service dans les meilleures conditions.

AVRIL 2009 : CONTEXTE ET NAISSANCE DU PROJET

2La municipalité d’Issy-les-Moulineaux souhaite offrir à sa population des services numériques étoffés, notamment à travers ses médiathèques : celles-ci offrent par exemple l’accès à Internet depuis 1996, et au wifi depuis 2006. De plus, la sociologie de la ville comprend une proportion importante de cadres moyens et supérieurs, très fortement équipés en nouvelles technologies. Dans ce contexte, toutes les pistes pour expérimenter de nouveaux services numériques dans les médiathèques sont examinées. Or en 2009, les liseuses électroniques commençaient à être diffusées auprès du grand public français. Plusieurs grandes surfaces spécialisées en produits informatiques proposaient en effet les liseuses Sony et Bookeen, en mettant en avant leurs avantages techniques : lisibilité, légèreté, autonomie. Néanmoins le coût en était alors de 300 € environ (il tourne aux alentours de 200 € actuellement). Même après une manipulation de l’objet en magasin, il restait assez difficile de se faire une idée précise de son intérêt, d’autant plus que ces liseuses étaient présentées avec très peu de contenus. À titre personnel, j’en avais acquis une quelques mois auparavant, ce qui fût une expérience plutôt positive. L’idée d’en proposer aux usagers de nos médiathèques a donc germé ainsi. Dès 2001, des bibliothèques municipales avaient déjà acquis des tablettes de lecture de la marque Cytale, pour mener des tests ponctuels, qui à l’époque ne furent pas très concluants. À partir de 2007, les nouveaux modèles de liseuses étaient plus ergonomiques, mais seule la bibliothèque universitaire d’Angers avait fait le choix d’aller au-delà de l’expérimentation interne : elle proposait le prêt à ses étudiants depuis fin 2008. Ses responsables ont d’ailleurs présenté via Internet leur mode opératoire et leurs bilans pour ce prêt, ce qui fût une source d’aide précieuse. Il existait donc bien une opportunité pour la médiathèque : présenter aux usagers un mode de lecture nouveau, facile d’utilisation d’un point de vue technique, mais encore peu connu. Deux axes se dessinaient déjà pour que ce service soit original et attractif : proposer un choix suffisant de textes, et permettre un prêt assez long pour que l’usager puisse véritablement en expérimenter la lecture. De plus, en faisant l’hypothèse que ce service pouvait engendrer un nombre important de prêts, et en tenant compte de la forte rotation des personnels susceptibles de les effectuer (les médiathèques étant ouvertes 44 heures), pour que ce service fonctionne bien, il fallait qu’il soit facile à effectuer pour l’usager, comme pour le bibliothécaire.

MAI-JUILLET 2009 : CHOIX ET ACQUISITION DES LISEUSES

3Ces premières pistes dégagées, il fallait budgéter et faire valider ce projet. Un examen technique des différentes liseuses disponibles était donc nécessaire. Toutes les liseuses électroniques utilisent de l’encre électronique, contrairement aux autres types d’écran elles ne projettent pas de lumière : cela permet une lecture longue sans fatigue oculaire, mais limitée au noir et blanc. Les modèles se différencient par leurs options : organisation des menus, taille des caractères, taille de l’écran, mise en page, possibilité d’annotation ou de recherche, écran tactile. Fallait-il ne proposer qu’un seul modèle, par facilité de gestion, ou plusieurs, pour diversifier notre offre ? Finalement, l’examen a révélé que les modèles étaient suffisamment proches techniquement pour envisager un circuit de gestion unique. Il a donc été choisi de proposer au public les modèles alors les plus courants sur le marché, des marques Bookeen (Cybook Gen3 et Opus) et Sony (PRS 505, puis plus tard les 600). Une fois ce choix fait, un dossier argumenté fut présenté auprès de la municipalité, ce qui permit de dégager le budget pour acquérir seize machines. Ce nombre était celui qui avait été estimé nécessaire pour faire face à l’afflux des demandes potentielles (devant le succès rencontré, six liseuses supplémentaires furent demandées un an plus tard).

AOÛT 2009 : APPROPRIATION PAR L’ÉQUIPE ET TESTS TECHNIQUES

4Les liseuses étaient toutes livrées début août, mais pour que le lancement se passe dans les meilleures conditions, il fut décidé de reporter celui-ci en janvier. Cela a permis non seulement de préparer correctement les liseuses, mais surtout de dégager un temps d’appropriation par l’équipe.

5Bien que les liseuses soient faciles d’usage pour la simple lecture, un travail préalable était obligatoire pour en maîtriser les options avancées, la gestion des bugs, et surtout le format des textes et leur organisation. Le format epub, compatible avec tous les modèles, fut privilégié. Un logiciel libre (Calibre) permettait au besoin de transformer les fichiers vers ce format. Pour le téléchargement des textes, les fournisseurs conseillent de passer par leurs propres logiciels, mais cela suppose des opérations lentes et discontinues. Or, il fallait trouver une méthode permettant une gestion rapide de nombreux fichiers sur 22 liseuses. Concrètement, il a simplement fallu télécharger une fois « proprement » les textes sur chaque modèle de liseuse. Par la suite, il suffisait de copier en masse la mémoire de chaque modèle vers les autres machines correspondantes – en quelque sorte, comme on l’aurait fait sur différentes clés USB. Ceci est possible uniquement en utilisant des fichiers et des machines sans verrous numériques, sinon les manipulations auraient été nettement plus contraignantes.

SEPTEMBRE 2009 : TEST PAR LES BIBLIOTHÉCAIRES

6Entre septembre et novembre, je propose aux bibliothécaires de tester les différentes liseuses et de me transmettre leurs impressions. En deux mois, quinze agents ont participé à ce test, soit un quart de l’équipe. Après coup, seuls cinq d’entre eux sont vraiment convaincus par l’utilité de la machine, mais il n’y a pas de rejet envers le projet. Cette étape leur a permis de connaître les liseuses et de pouvoir mieux renseigner le public par la suite. Mais elle a surtout permis de recueillir leurs commentaires et leurs manières d’utiliser ces appareils, et ainsi d’anticiper en grande partie ceux des usagers et de réfléchir aux futures modalités de prêts. Celles retenues se veulent les plus simples possibles : l’usager signe une charte (et non pas un chèque de caution qu’il aurait fallu déposer au coffre) et emprunte une pochette plastique contenant une liseuse, une housse, un câble et une prise. Un bref mode d’emploi lui décrit les principales touches utiles. Si ce prêt est réservé aux inscrits majeurs, pour tout le reste il est similaire à un prêt traditionnel (réservations, amendes, remboursements). Au retour de la liseuse, le bibliothécaire en poste vérifie juste que les pièces mentionnées sont présentes dans la pochette. Pour éviter tout problème à l’emprunteur suivant, une étape intermédiaire a été mise en place, réalisée en interne dans un délai d’environ 48 heures Elle consiste à vider et recharger complètement le contenu de la liseuse, puis de la recharger électriquement : quatre agents ont été formés pour ces opérations. Finalement on peut distinguer trois catégories de personnel pour mener à bien ce projet : le concepteur, qui doit maîtriser les particularités techniques des appareils ; les bibliothécaires référents, formés à la gestion spécifique des liseuses, et le reste du personnel qui doit pouvoir renseigner le public et effectuer les prêts et retours. Des échanges entre ces acteurs, en amont et en aval du lancement, ont permis de définir un mode de fonctionnement réaliste et de réagir face aux problèmes techniques rencontrés.

DÉCEMBRE 2009 : SÉLECTION DES TEXTES PROPOSÉS

7Il a été choisi de proposer au public un grand éventail de textes préalablement téléchargés : c’était la meilleure solution pour permettre un choix de lectures diversifiées tout en garantissant une rapidité de gestion des prêts-retours. C’est donc ce choix qui nous a poussés à ne sélectionner que des textes libres de droits, sans verrou numérique et donc manipulables en masse, d’un simple copier-coller. Un grand nombre de ces textes libres de droit sont accessibles sur Internet, soit parce que l’auteur en fait le choix (sous les conditions définies par les différentes licences Creative Commons), soit parce qu’ils sont tombés dans le domaine public (c’est-à-dire en France : 70 ans après le décès de leurs auteurs et traducteurs). Si la piste des licences libres est théoriquement intéressante, elle représente finalement très peu de textes en français pour le grand public. C’est donc vers les textes du domaine public que nous nous sommes orientés. Encore fallait-il en trouver en format epub (ce qui excluait Gallica) et corrigés manuellement (ce qui excluait Google Books). Au final, trois sites Web présentaient gratuitement ce type de fichier : les sites bénévoles « Ebooks libres et gratuits » < http://www.ebooksgratuits.com > et Gutenberg project < http://www.gutenberg.org >, et le site commercial Feedbooks < http://fr.feedbooks.com >. Ces textes y sont parfois désignés, par abus de langage, sous le terme de « classiques », alors qu’il s’agit d’un ensemble hétérogène de fictions et de documentaires antérieurs à 1940. Pour nos liseuses, nous avions besoin d’un corpus de 200 textes (ce qui correspondait à l’espace mémoire le plus petit parmi nos quatre modèles). Le choix fut de sélectionner des textes de qualité, avec non seulement de véritables classiques (Proust, Flaubert, Cervantès…) mais aussi des œuvres accessibles, par leur brièveté ou leur facilité de lecture. Pour plus de facilité de consultation, ces textes furent répartis dans 20 thèmes : livres de philosophie, d’histoire ; romans psychologiques, policiers, fantastiques, etc. Les textes ne furent pas intégrés dans le catalogue de la bibliothèque, mais leur liste fut largement diffusée, via un fichier PDF, disponible sur le site Web, sur le bureau de prêt, et également sur chaque liseuse. Il faut noter que, même sans aucun verrou numérique, la gestion de 200 fichiers, sur quatre modèles de liseuses différents, réservait malgré tout quelques surprises techniques et que plusieurs essais furent nécessaires pour finaliser la chose.

JANVIER 2010 : LANCEMENT

8La municipalité a décidé de communiquer sur cette opération par des affiches et des tracts, et d’organiser un petit événement sous la forme d’une conférence de presse à la médiathèque. Y interviennent un représentant de la société Bookeen (fabriquant de liseuses), un représentant du Motif (Observatoire du livre et de l’écrit en Île-de-France) et enfin le Maire, qui remet lui-même les liseuses aux dix premiers emprunteurs. Parmi ces derniers, plusieurs seront sollicités par des journalistes (France Culture, 01. net, Le Parisien) pour faire part de leurs impressions de lecture. Le service est tout de suite très sollicité, chaque liseuse étant réservée jusqu’à six fois simultanément.

JANVIER 2011 : BILAN ET PERSPECTIVES

9En un an, 280 prêts ont été effectués : les liseuses sont toujours en rotation constante, même si à présent elles ne comptent plus en moyenne qu’une seule réservation chacune. La gestion des prêts a bien fonctionné, et les seuls nouveaux problèmes rencontrés étaient des bugs logiciels, d’ailleurs réglés après quelques recherches sur Internet. Une seule liseuse a été abîmée, et l’usager avait tout de suite accepté de rembourser la réparation de l’écran brisé.

10Un questionnaire d’une page avait été remis aux usagers lors de leur prêt : environ un tiers d’entre eux l’ont rempli. Globalement, ils indiquent avoir apprécié le confort de lecture, la légèreté de l’appareil et le choix de taille des caractères. Ils regrettent néanmoins le manque de fonctionnalités offertes, et s’interrogent sur les possibilités de téléchargement de textes. La moitié déclare avoir lu un livre ou une nouvelle lors de leur emprunt. Seuls 15 % comptent acquérir une liseuse, mais une écrasante majorité pense qu’à l’avenir ils continueront de lire à la fois sur papier et sur support numérique. Tous sont très satisfaits d’avoir pu, à travers ce test, se faire une idée de ce qu’était une liseuse électronique. Il faut noter que durant l’année 2010 sont apparues les tablettes Apple, iPad, sans encre électronique, mais polyvalentes et tactiles. Par ailleurs, plusieurs autres modèles de liseuses ont été lancés en France (comme les Sony PRS600 dont nous avons acquis 6 exemplaires). Ils ne rencontrent pas le succès connu par le Kindle aux États-Unis, sans doute parce qu’ils ne sont pas liés à une offre significative de textes à prix réduit. À l’avenir, nous pourrons prêter tout nouveau dispositif de lecture intéressant, mais l’enjeu principal sera certainement la mise à disposition de textes numériques avec droit d’utilisation collective.

11De nombreuses bibliothèques nous ont contactés pour avoir des détails sur ce prêt de liseuses. Je leur ai décrit alors nos choix de fonctionnement, mais j’insiste sur le fait qu’ils étaient déterminés par l’objectif de prêter facilement ces appareils et avec une grande quantité de textes. D’autres établissements peuvent faire des choix différents, soit dans le but de valoriser leur propre bibliothèque numérique, soit en raison d’un budget limitant leur nombre de machines et qui les orientera plus vers des ateliers ou des démonstrations sur place.

12Dans tous les cas, nous pensons que le bon fonctionnement d’une telle expérimentation dépend de son caractère d’évidence et repose sur sa simplicité. L’évidence de ce que l’on propose à l’usager : celui-ci doit pouvoir tout de suite évaluer si le service l’intéresse ou non. La simplicité des opérations nécessaires, aussi bien du point de vue de l’utilisateur que du bibliothécaire chargé d’assurer ce nouveau service, parmi ses multiples tâches quotidiennes. Cette simplicité est souvent très difficile à trouver, car elle nécessite d’accorder de multiples paramètres techniques, documentaires, ergonomiques. Évidence et simplicité : la réussite des projets innovants est certainement liée à l’attention prêtée à ces deux aspects.

Auteur

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540