Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Repenser le fonds local et régional en bibliothèque

 | 
Bernard Huchet
, 
Claire Haquet

Mémento

Claire Haquet et Bernard Huchet

Texte intégral

Dix commandements pour repenser le fonds local

1Parvenus au terme du parcours, nos lecteurs auront admis que l’existence et le développement d’un fonds local en bibliothèque font jouer de multiples ressorts professionnels, et doivent mobiliser des compétences variées. Bien au-delà d’une simple consignation des éléments de la mémoire collective à des fins de témoignage ou de renforcement du lien social, cette stratégie d’établissement doit faire entrer la bibliothèque dans le cercle des acteurs du fait local et permettre qu’une approche dynamique et partenariale, grâce à la diversité de ses compétences propres, affirme sa présence à la fois sur le terrain de la production, de l’animation et de la conservation.

2Voici pour conclure, et sans préjudice d’autres consignes qui pourront découler d’un particularisme local (constitution d’un fonds en langue régionale par exemple), les dix commandements qu’observeront sur la durée les responsables de ces collections.

Premier commandement : connaître l’environnement culturel, institutionnel et documentaire local

3Ce n’est pas dans le champ clos de l’établissement que l’on saura fixer les critères de constitution d’un fonds local : celui-ci n’a de sens qu’en fonction d’une communauté qui dispose de repères, bien que sans toujours les connaître précisément. C’est donc par la recherche et l’identification de ses particularismes culturels, même s’ils sont multiples, que l’on devra commencer, avec le double souci de les envisager sur la durée, donc sans négliger leur histoire ni leurs évolutions les plus récentes, et d’être attentif à l’existence d’organismes susceptibles de les incarner ou de les valoriser, si divers que soient leur nature et leur statut.

4Parmi ces derniers, les services documentaires doivent naturellement faire l’objet d’une enquête approfondie, pour discerner selon quelles priorités l’offre locale de la bibliothèque pourra leur constituer un utile complément. Dans l’hypothèse où l’on part d’un existant, cette réflexion peut conduire à de nouvelles orientations de la politique documentaire.

Deuxième commandement : définir nettement sa zone d'intervention

5Quand même sa vocation demeure encyclopédique, la bibliothèque ne peut s’emparer de tous les sujets, ni prétendre au même niveau d’excellence ou de complétude sur tous les champs qu’investit le « fait local » autour d’elle : on devra donc formuler des préférences pour le développement du fonds local, compatibles bien sûr avec les missions fondamentales de l’établissement, mais également capables de s’inscrire sans redondance exagérée dans le paysage institutionnel précédemment reconnu. Cette phase d’aménagement stratégique doit comprendre des concertations détaillées avec d’autres entités concernées, qu’on les considère ou non comme de futurs partenaires.

6Il faut ici ménager l’intelligence et la perspective de collaborations régulières : c’est pourquoi l’on devrait parler, plutôt que de zones frontières, de marches progressives que la bibliothèque se propose de partager avec d’autres, et qui borderont son cœur de compétence. Dans la pratique, ces définitions peuvent procéder suivant une logique de cercles concentriques, tant sur le registre territorial que disciplinaire.

Troisième commandement : formaliser sa politique en matière de conservation, de contenus dématérialisés, de publications éphémères…

7Dans la même perspective de coexistence constructive et de complémentarité, la bibliothèque fera valoir sa vocation, le savoir-faire de son personnel, mais aussi ses ressources propres, pour assurer des services dont la communauté locale n’est pas forcément capable : on citera naturellement, sans que ces exemples soient limitatifs, la sélection des traces et leur patrimonialisation pour en garantir la conservation à long terme, la recherche et la collecte systématiques d’un corpus numérique susceptible de fournir, vis-à-vis des supports classiques, un éclairage moins conventionnel et parfois décapant du fait local, ou encore une réflexion critique sur le traitement des éphémères.

8Ces orientations documentaires comprennent, au-delà de leur bien-fondé scientifique, des implications budgétaires et d’effectifs que l’établissement doit pouvoir assumer sur la durée : c’est pourquoi leur formalisation nécessite une définition précise des procédures à mettre en œuvre, et bien sûr la validation de l’ensemble par la tutelle administrative de la bibliothèque.

Quatrième commandement : rédiger un document de politique documentaire

9À cette fin, la mise au point, la validation et la publication d’une charte programmatique et fonctionnelle paraissent nécessaires : cela peut constituer une part significative d’une charte documentaire globale, ou s’articuler de manière plus ou moins autonome aux textes fondateurs déjà rédigés, mais la spécificité locale doit y faire l’objet de prescriptions particulières.

10Le caractère en est essentiellement contractuel : c’est un moyen pour la bibliothèque d’afficher clairement ses principes de travail et le périmètre de son action, de les faire approuver par sa tutelle en déclinant clairement les moyens qu’ils supposent, et d’informer le public des collections et des services qu’il est en droit d’attendre d’elle. On aura soin de prévoir et d’afficher les délais dans lesquels sont prévues d’éventuelles révisions de ce document d’orientation.

Cinquième commandement : travailler en réseau documentaire

11Le partage des ressources devient obligatoire dès lors qu’elles se multiplient de manière exponentielle, comme il résulte à la fois de l’explosion du numérique et du nouvel intérêt que portent les professionnels à des catégories documentaires jusqu’à présent peu considérées (les éphémères notamment) : les politiques d’acquisition, de signalement et de conservation ne peuvent s’envisager que suivant des répartitions de compétences entre établissements voisins, capables d’offrir aux divers publics d’un même territoire un service commun. Cette coopération est parfois transparente pour l’usager qui n’en bénéficie qu’au travers de portails locaux ou régionaux.

12Cette exposition délibérée de l’offre sera conditionnée par deux types d’infrastructure complémentaires, qui matérialisent tout l’éventail des fonctions d’un réseau : une plate-forme technique pour agréger et diffuser l’information bibliographique (catalogues fédérés, bibliothèque numérique, agenda pour les manifestations), et un système de transport mutuel capable de faire circuler dans les établissements participants les documents eux-mêmes, ou du moins leur copie numérique réalisée à la volée.

Sixième commandement : tenir compte des faits culturels locaux, même exogènes

13Le fait local se nourrit sans cesse de circulations et d’échanges, qui le dégagent d’une stricte configuration géographique : bien loin d’être une déclinaison de régressions identitaires, la constitution d’un fonds local doit prendre en compte cette pluralité culturelle, et s’en faire à la fois le signe et l’instrument. Toutes les manifestations de la matière vivante qui nous environne, parce qu’elles sont l’expression d’un territoire ou qu’elles y trouvent leur pertinence, feront ainsi l’objet d’une consignation qui peut naturellement fournir le moyen de projets ultérieurs.

14Ce précepte ne contredit pas les principes de partage évoqués ci-dessus : l’attention que l’on porte à l’actualité locale doit elle-même faire l’objet d’une répartition programmée, voire d’un système d’alerte interne au réseau, qui rendra chacun de ses membres plus efficace dans ses propres collectes.

Septième commandement : mettre en place des partenariats culturels et scientifiques

15Au-delà du réseau professionnel et technique à mettre en place, d’autres collaborations feront de la bibliothèque le partenaire d’institutions intéressées à l’exploitation du matériau qu’elle rassemble : universités, sociétés savantes, librairies, archives, organismes publics et privés dont l’appoint de compétences peut avoir pour effet de reprendre et d’élargir certains aspects de la politique documentaire, en fonction des priorités qu’ils auront développées dans leurs travaux. Bien souvent, de pareils contacts s’établiront à l’initiative de la bibliothèque, et rendront possible une meilleure visibilité de ses collections.

Huitième commandement : faire appel aux habitants du territoire

16Le public naturel de la bibliothèque, usagers et lecteurs, est également détenteur de ressources variées relatives au fait local, et son activité peut s’inscrire dans les cadres fixés par la politique de l’établissement : construire avec lui des événements, des collaborations durables, organiser des collectes systématiques et des appels à participation démultiplie les efforts des professionnels et peut faire connaître la bibliothèque à de nouveaux publics.

Neuvième commandement : apporter des éléments du fait local à la programmation culturelle

17Le déroulement de ces actions, leur succession, la mise en œuvre de partenariats parallèles doivent cependant respecter les critères habituels de mise en perspective et de lisibilité de l’action culturelle : on aura donc soin d’articuler, dans la programmation générale de l’établissement, ce qui relève du fait local sans le cloisonner outre mesure, afin que les manifestations visées produisent du sens au même titre que les autres, dans le souci de ménager la cohérence culturelle globale dont la bibliothèque se veut porteuse.

Dixième commandement : produire du contenu culturel et scientifique

18La politique de collecte et de conservation du fait local doit également comporter un volet d’édition régulière, ou de production documentaire au sens plus large, dans lequel tous les partenariats précédemment conclus peuvent être impliqués. La bibliothèque doit constituer un corps intermédiaire entre les différents niveaux d’approche d’une même réalité, qu’il s’agisse d’associations de quartier, d’amateurs éclairés, de sociétés savantes ou de recherche universitaire : par la publication de traces des actions qu’elle a menées, dont elle adapte suffisamment la forme pour les rendre à la fois accessibles et novatrices, par la diffusion des ouvrages qu’elle a conçus ‒ catalogues, dossiers documentaires, corpus en ligne ‒, elle participe elle-même au développement du fait local, et garantit son rayonnement sur la durée.

19De multiples supports de publication pourront être ainsi mis en œuvre, qu’ils soient ou non collaboratifs, éphémères, immatériels : c’est bien dans son aptitude à se constituer elle-même comme acteur du fait local que se joue, pour finir, le dynamisme territorial de la bibliothèque.

© Presses de l’enssib, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540