Version classiqueVersion mobile

Repenser le fonds local et régional en bibliothèque

 | 
Bernard Huchet
, 
Claire Haquet

Partie 4. Médiations

Urbi et orbi : le local est l’universel

André-Pierre Syren

Texte intégral

  • 1 Sylvain Tesson, L’axe du loup : de la Sibérie à l’Inde sur les pas des évadés du Goulag, Paris, Ro (...)

1Racontant sa traversée de l’Asie sur les pas d’évadés du Goulag1, Sylvain Tesson faisait remarquer que les personnes rencontrées dans les endroits les plus reculés ne s’étonnaient jamais qu’il soit arrivé jusqu’à elles, mais s’inquiétaient immanquablement des dangers de l’étape suivante. L’étrange étranger, c’est déjà le village voisin. Au contraire, l’étranger connaissable, c’est celui que l’autochtone peut étiqueter de manière assurée. Tout titulaire d’un passeport français s’est vu un jour identifié : Français.e = Paris = Tour Eiffel. La planète s’envisage globalement, mais nous nous l’approprions grâce à des repères de réputation plus ou moins précis.

2Le/la bibliothécaire travaille pourtant comme un démiurge qui contemplerait sa création en surplomb, en niant ses perceptions individuelles parfois démultipliées au gré des itinéraires personnels et familiaux. Borges l’a senti dès les premiers mots de sa fameuse Babel : « L’univers (que d’autres nomment la Bibliothèque) […] ». Cet univers plonge son imaginaire dans Alexandrie et reste régi par les règles antiques de raréfaction et de hiérarchisation de l’information, selon les conceptions intellectuelles en vigueur à la fin du xixe siècle. Nous utilisons des outils subjectifs avec le souci paradoxal d’une neutralité érigée en principe déontologique.

3Explicables à l’époque où le rapport économie-technologie ne favorisait pas la multiplication des données, ces règles sont désormais inadaptées. Un exemple : l’arborescence des connaissances pose non seulement la question de la légitimité des branches maîtresses – la critique est bien connue pour les classifications décimales – mais encore celle de l’assignation des faits et des idées à une place fixe dans le temps et même, au-delà, celle d’une « raison classante » qui devrait privilégier l’universel aux particularités.

4La modernité se traduit toujours par un accroissement de la complexité à l’échelle des individus comme des sociétés, par des hybridations et des métissages, par des réseaux de relations complexes dont nos techniques peinent à rendre compte. De surcroît, la technologie numérique renverse la polarité professionnelle : jadis l’individu devait faire la preuve de sa légitimité pour accéder à des documents rares dans l’institution, désormais l’institution doit exporter ses propositions dans un milieu concurrentiel qui sature d’informations l’individu au plus intime de lui-même : l’écran de son mobile.

5Si l’on suit Michel de Certeau, qui pense illusoire de supposer politiquement neutre la discussion la plus technique, et Michel Foucault dans son analyse systémique de l’ordre des mots, il faut convenir que la dénomination de « fonds local » constitue déjà une double forme d’assignation : celle du fonds comme sous-ensemble des collections et celle du local qui s’opposerait au global, à l’encyclopédique. En appréhendant ainsi le sujet, ne fait-on pas du Claudel qui s’étonnait que l’Académie suédoise couronne du prix Nobel, en Mauriac, un « écrivain régionaliste » ?

Il n’y a pas de territoire

6La principale difficulté d’analyse du fait local tient à sa délimitation. On le voit bien au moment où la France restructure certaines de ses régions : il n’existe pas de territoire stable. Alors que Lutèce se retranchait à l’époque gallo-romaine sur l’Île de la Cité, on évoque désormais un « Grand Paris » qui s’étendrait jusqu’au Havre. Sans passer toutes les régions françaises au crible d’une analyse historique, il est facile de distinguer des « points chauds » durables (Marseille par exemple, à l’origine colonie, ou Bordeaux) et d’autres dont le statut urbain a changé (ainsi les évolutions inverses de Narbonne et de Lille…).

7Les actuelles définitions territoriales sont grosso modo celles de la Troisième République, à l’époque où Curnonsky consacrait les terroirs, mais, au contraire de nos taxonomies, les découpes sont imprécises : la Champagne avait trois capitales (ecclésiastique, comtale, administrative) dont témoignent encore trois bibliothèques municipales à vocation régionale (BMVR) ; l’imaginaire bourguignon reste nostalgique du faste – flamand – des grands ducs d’Occident tandis que Nantes regrette de « n’être plus » bretonne ; le Dauphiné historique est inséré dans une grande région Rhône-Alpes quand la Normandie reconstitue en une seule ses deux semi-régions ; d’autres provinces, comme l’Alsace-Moselle, ont été jusqu’à une époque récente disputées par des états voisins…

8Les définitions territoriales sont moins le fruit de la géographie que de l’histoire : les terres françaises d’Outre-Mer, plus proches dans le temps et plus éloignées dans l’espace, ont du mal à s’intégrer dans un discours qui reste celui du grand « récit national » hexagonal et multiséculaire. Que dire alors des populations immigrées venant de pays dont on partage un bout d’héritage culturel ancien (Pologne, Italie, Portugal, etc.), ou vivant une relation historique encore polémique (notamment les anciennes colonies, etc.), sans compter des migrants politiques, économiques et bientôt climatiques tout à fait exotiques ? Ces vagues font évoluer continûment les réalités locales mais toutes ne trouvent pas leur place dans une définition que l’on qualifierait, en forçant, de bourgeoise-catholique-cultivée : fond d’écran explicable des collections mais possibles écrans politiques.

9En chantant « J’ai deux amours », Joséphine Baker revendiquait la possibilité d’attaches plurielles dont beaucoup se réclament à divers titres, affectif, symbolique, mémoriel, etc. Il y a 150 ans, les Mosellans devaient choisir entre rester Français et devenir Allemands ; nul n’est surpris aujourd’hui quand un Messin retourne au bled. Si l’on reconnaît à chacun la légitimité de porter en soi plusieurs lieux et habitus, parfois socialement dissociés comme l’a montré Bernard Lahire, il reste à penser que chaque lieu (pas seulement les capitales et les ports, naturellement qualifiés de cosmopolites) traverse différentes sensibilités, souvent inconsciemment et parfois de manière contradictoire.

10Le sol ne définit pas spontanément les valeurs culturelles ; le fait local n’est pas tant issu du territoire que du récit qui en est fait. Le « génie du lieu » qui a permis de classer au patrimoine mondial de l’Unesco les vignobles bourguignons et champenois après le bordelais, tient moins dans les sites que dans la construction très humaine de ceux-ci ; les trois fleurons viticoles ont certes un concept en commun, mais ils le déclinent chacun à sa manière. Les sociétés anciennes ne pratiquaient guère autrement en construisant leur cohésion sur des systèmes de représentations religieuses et politiques autrement plus restreints et contraignants.

Construire le fait local

11Au final, il importe peu qu’un lieu existe, il faut le faire exister parce qu’il s’y passe (ou s’y est passé) de quoi rallumer l’imaginaire contemporain : grotte à peintures ou chemin de pèlerinage…

Le fait local ne s’impose pas spontanément, c’est nous, en l’espèce nous bibliothécaires, qui lui donnons une forme et des « héros » (écrivains et artistes au premier chef…) en fonction de nos représentations contemporaines, avec le bénéfice de recherches universitaires qui bousculent les cadres établis.

12À Claudel, nous préférons Vincenot déclarant « tout ce qui est bourguignon est accessoirement universel ». Le fait local est d’abord une dynamique qui doit transcender les fonds en partant de la diversité du présent, des créations, des relectures et des points de vue. Sous cet angle, il questionne jusqu’à la notion de patrimoine au sens où les politiques publiques l’emploient le plus souvent : pièces remarquables et/ou suffisamment anciennes pour être libres de droit, si possible figées dans leur état natif.

13Il n’y a rien de nouveau dans cette démarche de renouvellement de légitimité historique, si ce n’est le médium : après la Révolution, les collectionneurs ont progressivement élargi les espaces traditionnels des fonds, la technologie s’en charge désormais.

Une concurrence révolutionnaire

14Jusqu’ici, la valorisation se fondait sur la possession ; la technologie numérique propose un avantage inédit : en respectant le droit d’auteur, les bibliothécaires peuvent proposer, mêlés à leurs ressources propres, des documents qui intéressent leur travail, qu’ils revendiquent intellectuellement, même s’ils n’en ont pas ou plus la propriété. Mais elle présente aussi une contrainte majeure : ce que l’un peut faire, l’autre le peut aussi, même distant. L’information étant désormais partout disponible, les bibliothèques perdent ce qui a fondé leur existence depuis l’origine : le monopole du capital informationnel, aussi bien à l’échelle encyclopédique qu’à l’échelle locale. Il ne suffit pas de rendre accessibles des ressources numérisées, il faut les présenter, aux sens intellectuel et technique, c'est-à-dire adapter leur contenu à des publics différents et leur forme à la structuration des données du Web. Sans emphase, le métier de bibliothécaire est au seuil d’une refondation (ou de sa disparition, peut-être, si la gestion des stocks ne s’accompagne pas du courtage, comme Google et Amazon le prouvent). Certes, beaucoup de bibliothécaires pensent être garantis par le capital de leur « fonds local », mais se croire en sécurité serait ignorer que les wikis, les blogs et les réseaux sociaux imposent leur offre comme l’imprimé a jadis permis la promotion d’une culture plus laïque. La « richesse » des collections, tant citée dans les discours patrimoniaux, se dépréciera si on ne la fait pas circuler ; il ne faudra pas une génération pour que la seule information existante, aux yeux du grand public, soit celle trouvée dans le Web, celle proposée par les moteurs de recherche.

15Si Rome, La Mecque, Cuzco, Hollywood, Hiroshima, Seveso… sont connus par la « culture générale », c’est en raison des discours, citations, interprétations et récupérations qui y sont associés, voire du passage dans la langue courante. Dans un contexte concurrentiel, une évolution conceptuelle est nécessaire : la bibliothèque ne peut plus être qu’un lieu de dépôt, elle doit devenir un service de problématisation, de récit et surtout le moyen d’expression des subjectivités. Après la médiation classique, surplombante et souvent technique, ne peut-on imaginer une médiation de débat* où le patrimoine donnerait du sens sans faire autorité ? Ainsi, de conservatoire de médias, la bibliothèque devient média elle-même, outil de recherche, au sens de la réinterprétation continue de la société dans laquelle elle s’inscrit.

  • 2 Publish or perish (« publier ou périr ») est une boutade universitaire qui dénonce la prise en com (...)
  • 3 Story-telling (« production d’un récit ») : méthode de communication dont l’objectif est de faire (...)

16Dans toute sociabilité, l’expérience compte plus que le savoir ; les réseaux numériques en renouvellent la pratique mais ils nous obligent à changer de terrain. L’intérêt du document ne réside plus dans sa seule existence mais aussi dans son usage. À nous d’innover et de multiplier les formes d’appropriation par les publics visés. L’adage publish or perish2 s’impose au-delà des universités, autrement dit : le story-telling 3 doit remplacer le catalogage, ou au moins le précéder.

  • 4 Miss Média, avatar des Bibliothèques-médiathèques de Metz depuis 2009 (dessinée par André Fabert p (...)

17Internet remet fondamentalement en cause nos pratiques : l’usager d’une bibliothèque s’attendait à y trouver une cohérence culturelle au prix d’une normalisation fonctionnelle. La normalisation est désormais mondiale et technologique ; elle encourage pourtant la plus grande déconcentration des points de vue exprimés. Par conséquent, notre travail s’inverse : nous savions traiter les fonds pour les communiquer localement, nous communiquerons désormais globalement sur leur exploitation pour faire connaître les documents. En somme, le « local » est contestable et le « fonds » s’efface devant la médiation. D’abord réagir à l’actualité et faire connaître le flux : c’est une révolution complète de nos processus de production. « Nous vivons à une époque où il n’est rien qui ne finisse sur les planches : les rois, les héros, les satyres. Tout finit par le magazine », écrivait Alexandre Vialatte : Miss Média4 ne saurait mieux dire !

Notes

1 Sylvain Tesson, L’axe du loup : de la Sibérie à l’Inde sur les pas des évadés du Goulag, Paris, Robert Laffont, 2004.

2 Publish or perish (« publier ou périr ») est une boutade universitaire qui dénonce la prise en compte prioritaire des publications scientifiques dans les évolutions de carrière des enseignants et chercheurs, au détriment de leurs autres mérites et sans réelle évaluation qualitative des publications concernées (stricte bibliométrie).

3 Story-telling (« production d’un récit ») : méthode de communication dont l’objectif est de faire passer un message abstrait sous une forme narrative concrète, conte ou histoire.

4 Miss Média, avatar des Bibliothèques-médiathèques de Metz depuis 2009 (dessinée par André Fabert puis Jean Chauvelot), représente le service sur les réseaux sociaux, notamment par son blog < http://missmediablog.fr > ou son compte Twitter < @missmedia57 >, et dans la communication générale de l’établissement.

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search