Version classiqueVersion mobile

Repenser le fonds local et régional en bibliothèque

 | 
Bernard Huchet
, 
Claire Haquet

Partie 4. Médiations

La valorisation des fonds locaux

Dominique Rouet

Texte intégral

1Qu’ils soient de lecture publique ou de conservation, les fonds locaux constituent pour toute bibliothèque qui en est dotée une véritable spécificité de contenu liée au territoire qu’elle dessert. Exploiter, mettre en valeur, utiliser à des fins d’action culturelle le fonds local est pour la bibliothèque un atout qui contribue à renforcer son positionnement dynamique d’acteur de la culture locale. Que cette valorisation soit réalisée directement par l’établissement ou par des partenaires, de façon pérenne ou éphémère, scientifique ou non, in situ, hors les murs ou en ligne, la bibliothèque en cette matière est créatrice de contenus et auto-enrichit le fonds qu’elle exploite.

Fonds local et monde savant

2Le fonds local tient une place à part dans la bibliothèque, constituant en son sein, à une échelle microcosmique, une petite bibliothèque traitant des sujets les plus divers vus à travers le prisme du territoire auquel il est associé. Partant, le fonds local constitue un gisement naturel de ressources qui permet de multiples manifestations de valorisation – cela tombe sous le sens pour une bibliothèque territoriale, intrinsèquement liée à son territoire, mais aussi pour une bibliothèque universitaire. Le lien avec le territoire est un angle d’accroche qui légitime l’évocation de sujets très variés, propres à parler à des publics également variés : scolaires, curieux, érudits…

Un préalable à l’exploitation du fonds : son signalement

3Le signalement de l’existence du fonds local est un préalable ou, si l’on veut, le point de départ de son exploitation. Sa dimension de lecture publique lui confère au sein de l'établissement une place, une signalétique, une accessibilité spécifiques ; considéré comme patrimonial, il bénéficie parfois d’instruments de recherche particuliers, et son référencement dans les fiches de fonds du répertoire associé au Catalogue collectif de France (RNBFD) est un bon moyen d’en manifester l’existence auprès d’un public géographiquement éloigné.

4Le signalement du fonds ouvre la porte à son exploitation par le public local ou non et, quel que soit le statut de la bibliothèque qui l’abrite (lecture publique, spécialisée, universitaire), on aura intérêt à rechercher l’exhaustivité dans son domaine particulier, en fonction du périmètre territorial plus ou moins large auquel il se rattache.

5Dès lors qu’il est bien identifié dans la bibliothèque et rendu accessible, indépendamment de sa taille et de l’ancienneté des collections, le fonds local peut être mis en valeur pour des publics de niveaux d’exigence différents : le chercheur qui travaille sur l’évolution du paysage urbain, le passionné de la faune régionale, le simple curieux à la recherche de renseignements sur l’histoire de son quartier, le collégien préparant un exposé sur l’origine de sa ville.

Un lien avec le monde savant local

Sociétés savantes

6Le fonds local est une source à laquelle puise notamment le monde érudit local pour alimenter le fonctionnement des sociétés savantes. Réunissant curieux et chercheurs locaux, ces dernières sont elles aussi liées historiquement et statutairement à un territoire, qu’elles soient académies de fondation ancienne, sociétés d’études diverses, d’émulation, héritées du xixe siècle ou sociétés d’amis de telle localité ou de tel écrivain, de création plus récente.

7La valorisation des fonds locaux en lien avec les sociétés savantes s’appuie sur les recherches menées par leurs membres à travers bibliothèques et archives locales en vue des conférences, visites et publications régulières réalisées sous leur égide. Une partie du public fréquentant fidèlement les fonds locaux, gisement de sujets de recherche, sont les auteurs de publications qui se retrouvent à leur tour sur les rayonnages de la bibliothèque.

8L’implication du bibliothécaire érudit au sein des sociétés savantes locales sonnait, dans les deux siècles passés, comme une évidence et une tradition ; il est encore aujourd’hui volontiers intégré dans ces associations et son investissement personnel le mène aux postes de responsabilité, entretenant d’étroits rapports avec la recherche locale.

9Certaines sociétés savantes sont elles-mêmes détentrices d’une bibliothèque d’étude ouverte aux membres de l’association, voire à un public plus large. Si les échanges de publications entre sociétés associées sont à l’origine de fonds offrant un contenu parfois géographiquement varié, les ouvrages proprement locaux représentent la plupart du temps l’essentiel des collections : une mise en valeur collaborative peut être le point de départ d’une sauvegarde de ces fonds parfois précieux que les associations n’ont plus toujours les moyens d’assurer, et dont elles souhaitent parfois faire le dépôt à la bibliothèque.

Étudiants et chercheurs

10Le public fréquentant le fonds local est aussi constitué par les étudiants et chercheurs du monde universitaire : simples exercices pour apprendre à mener un travail de recherche ou mise en œuvre d’un vrai sujet de mémoire dans le cadre de leur cursus universitaire, les travaux des étudiants sont une source de valorisation des fonds locaux, au même titre que les fonds patrimoniaux de la bibliothèque.

11Les liens entretenus à l’instigation du bibliothécaire avec le monde universitaire permettront d’orienter les chercheurs vers les ressources du fonds local : afin de toucher les étudiants, il est nécessaire d’avoir au préalable sensibilisé les professeurs – qu’il faut connaître – pour qu’ils sachent orienter les étudiants vers les ressources disponibles. L’accompagnement d’un colloque par une exposition proposée en partenariat avec la bibliothèque, l’organisation de visites des collections, la participation à une publication sont de bons moyens de tisser des liens favorisant la valorisation du fonds.

12L’accompagnement nécessaire que requiert l’exploitation du fonds ‒ la consultation du catalogue de la bibliothèque ne suffit parfois pas à en embrasser la totalité ‒ est une plus-value apportée par le bibliothécaire. En outre, un projet de mise en valeur du fonds peut opportunément amener à revoir, réorienter, ou déterminer le traitement et l’acquisition de telle ou telle collection destinée à rejoindre le fonds local, et d’en adapter les outils d’accessibilité.

L’action culturelle : que faire d’un fonds local ?

13La panoplie des différents moyens d’exploiter et de mettre en valeur un fonds local est large et variée. Il ne convient pas ici de donner un mode d’emploi pour chacun. Si la valorisation et l’action culturelle qu’inspire l’exploitation du fonds local ont une spécificité de contenu, il n’est pas dit que les moyens et les formes qui les caractérisent soient, eux, notablement différents de ceux qui s’appliquent aux autres secteurs de la bibliothèque, notamment les fonds patrimoniaux. Mais c’est bien ce lien au territoire, à la vie locale, culturelle ou non, qui s’y développe, qui doit être la clef de leur valorisation : non seulement en tant que collection de bibliothèque, mais bien plutôt comme outil au service du « fait local » vivant et protéiforme, à l’écoute duquel la bibliothèque doit être, autant en vue de son exploitation que de son enrichissement.

14Peut-être plus que pour un autre secteur de la bibliothèque, la médiation et l’action culturelle menées à partir du fonds local sont propres à susciter un retour interactif de la part d’un public susceptible d’enrichir le fonds : aide à l’identification d’une photographie jusqu’ici imprécisément décrite, don de documents, prêt de collections en vue d’une autre manifestation…

La mise en valeur du fonds local à l’initiative de la bibliothèque

15Montrer et mettre en scène le fonds local passent par la mise en place d’expositions, de présentations, dont l’ampleur est fonction de l’ambition et des moyens disponibles. Une table de présentation d’ouvrages à emprunter permet d’associer les collections de lecture publique à la manifestation. Pour une exposition à thématique patrimoniale, on aura aisément recours au fonds local pour y puiser dans une variété de collections destinées à la conservation à long terme. Lorsque le sujet de l’exposition n’est pas strictement lié au territoire, il peut néanmoins être bienvenu d’instiller un éclairage local du sujet qui permettra de valoriser le fonds, via l’exploitation de la presse, de l’iconographie, des collections de cartes postales, d’éphémères etc., d’autant que le public est particulièrement sensible à cet angle d’approche. Le numérique met en outre à la portée de tous, pour une exposition permanente et virtuelle, les nouveaux moyens d’une nécessaire contextualisation des documents présentés. La médiation à destination d’un public large sous la forme de conférences, rencontres thématiques régulières, visites de groupes permet le contact plus direct avec les ressources présentées, voire de « feuilleter ensemble » une sélection de documents du fonds local.

16Une stratégie possible pour toucher le jeune public invite à privilégier des ateliers ludiques où les enfants sont acteurs et créateurs : ateliers d’écriture ou d’art plastique réalisés à partir d’une représentation de la ville, jeux de plateau, courses au trésor à travers des cartes locales anciennes ou non, ateliers utilisant des photographies de différentes époques… Réservoir pédagogique pour l’action culturelle, le fonds local offre une matière riche, ressource de création, pour concevoir livrets de jeux, applications ludiques en ligne et dossiers pédagogiques invitant à la découverte du territoire dans et hors de la bibliothèque. Lorsqu’il s’agit de groupes scolaires, la concertation en amont avec l’enseignant est essentielle afin d’organiser l’offre pédagogique de la bibliothèque en cohérence avec le rythme scolaire et le contenu recherché.

17Un des aspects de la valorisation du fonds local porte sur l’actualité de la production éditoriale régionale, collectée et mise à la disposition du public. Le responsable des collections trouvera un double avantage à valoriser les publications suscitées par des recherches menées à partir de ses fonds, ou celles simplement liées au territoire : les unes comme les autres constituent de facto de nouvelles ressources qui viennent enrichir le fonds. Ces rencontres de présentations, en présence des auteurs, ont l’avantage de valoriser le fonds de lecture publique et résultent d’une précieuse veille documentaire et événementielle locale.

Participer au « fait local »

18Avant de répondre à la curiosité du public, le fonds local doit se manifester au sein de l’établissement et aux yeux des collègues en participant activement à la programmation de l’action culturelle. Aussi, prendre part au fait local peut s’entendre au premier chef en considérant l’échelle la plus réduite : faire exister le fonds local au sein même de la bibliothèque.

19Le passage du Tour de France, la nouvelle saison culturelle, la visite d’un hôte de marque, l’inauguration d’un équipement neuf, la commémoration de la Libération, l’anniversaire d’un jumelage : les occasions ne manquent pas pour la bibliothèque de faire écho aux événements qui marquent le territoire. Avant de s’interroger sur les manières de s’intégrer dans une manifestation locale, soulignons qu’il revient au bibliothécaire chargé du fonds local de saisir ces occasions sans systématiquement attendre d’être sollicité.

20Participer aux initiatives extérieures et savoir s’immiscer dans les projets portés par d’autres acteurs que la bibliothèque est un choix. Saisir les opportunités de l’événementiel local, oser occuper le terrain, sortir de la bibliothèque sans rechigner à emprunter des chemins inhabituels constituent les clefs pour faire connaître l’existence du fonds à un public nouveau, celui pour lequel il convient de désacraliser la bibliothèque.

21Au-delà de la posture opportuniste qu’il peut être profitable d’adopter en la matière, le fonds local de la bibliothèque a toute légitimité, comme acteur du rayonnement du territoire dans le champ de la culture et du tourisme, à s’affirmer comme partenaire potentiel : la création d’un parcours littéraire qui s’inscrit dans les lieux mêmes des traces des écrivains liés au « territoire littéraire » local permettra, par exemple, la mise en valeur de ressources littéraires et iconographiques.

22Le relais constitué par la presse locale, les revues régionalistes de mise en valeur du patrimoine et des ressources touristiques, les revues institutionnelles sont autant de canaux de diffusion qui permettent aux fonds locaux d’être valorisés en dehors des sentiers habituellement battus par les bibliothécaires. Des articles courts sur une rue ou un quartier, que les ressources iconographiques des fonds locaux peuvent éclairer, justifient une chronique régulière dans les journaux ou hebdomadaires locaux, en partenariat. Le fonds local, dans sa dimension patrimoniale en particulier, fournit matière à des articles plus longs et illustrés dans les revues que certaines collectivités ou institutions mettent en place pour faire valoir une logique de territoire.

Quelle spécificité apporter ?

23Reflet des spécificités du territoire relatives à son histoire, son patrimoine, ses mutations, ses ressources naturelles etc., le fonds local de la bibliothèque peut être perçu et utilisé, grâce à sa grande variété de sujets et de formes de documents collectés et conservés, comme un outil de rayonnement territorial, dès lors qu’il est exploitable. Que ce soit sous la forme de produits dérivés* comme des cartes postales ou des publications, ou encore par sa contribution aux manifestations portées par les acteurs locaux, il est un support d’accompagnement et de complémentarité, parfois même d’une manière plus immédiate encore que les autres établissements dotés de centres de ressources comparables ouverts au public, comme les musées ou les dépôts d’archives.

24Malgré cela, paradoxalement, établir l’évidence auprès des acteurs locaux de l’utilité de la bibliothèque et de son fonds local est un enjeu dont il faut prendre la mesure : c’est parfois loin d’être un automatisme pour les partenaires extérieurs. Lorsqu’il s’agit d’illustrer les mutations formelles d’une ville ou d’un territoire, le fonds local comporte bien souvent sur place les ressources que, faute d’en connaître le contenu exact, les partenaires culturels potentiels vont chercher ailleurs.

25Une autre spécificité du travail d'exploitation du fonds local réside en ce qu’il aboutit à produire un contenu, appelé à devenir lui-même un enrichissement du fonds et, par conséquent, un objet de conservation. Plus largement, un des aspects de l’implication de la bibliothèque dans le fait local est la collecte des traces laissées par des manifestations locales, même lorsque l’établissement n’y a pas participé directement, autant que celles qu’il a produites sous forme d’un véritable contenu éditorialisé. En cela, elle constitue un des lieux qui conservent à long terme les traces de manifestations éphémères et maintiennent une mémoire du local.

Qu’en retirer au bénéfice de la bibliothèque ?

26L’exploitation du fonds local par un usager à l’occasion d’une manifestation locale concourt à sa meilleure connaissance : ce travail contribue aussi à la mission des bibliothécaires dont le temps aujourd’hui consacré directement à la recherche scientifique ne peut plus avoir la même importance que par le passé. En revanche, l’opportunité de l’exploitation d’un aspect du fonds local peut conduire à favoriser le traitement dudit fonds, à en approfondir sa connaissance et à en favoriser la visibilité ; par ailleurs, l’acquisition de nouvelles ressources destinées à rejoindre le fonds local patrimonial est parfois directement provoquée par un projet de valorisation, qui, à l’inverse, peut être à son tour suscité par une acquisition récente.

27Toute valorisation du fonds dans un projet local contribue à accroître la visibilité des ressources de la bibliothèque et la fait apparaître comme un centre de ressources évident pour le public, pour les partenaires locaux, pour les institutions, éditeurs, chercheurs, étudiants, professeurs et simples curieux. Favoriser les partenariats permet de positionner la bibliothèque et son fonds local comme un interlocuteur privilégié.

28Le fonds local de la bibliothèque peut à ce titre tirer son épingle du jeu auprès des partenaires régionaux engagés dans la conservation et la mise en valeur du patrimoine, de plus en plus concertées. Quant aux musées locaux, la documentation locale réunie pour documenter les œuvres, voire la bibliothèque qui existe dans certains d’entre eux, ne suffit pas toujours à couvrir le champ d’investigation que parcourent les responsables d’expositions ou de publications. À l’époque des marges de manœuvre plus réduites, on considère avec plus d’attention les ressources de partenaires immédiats et proches. La bibliothèque doit être à ce titre un interlocuteur privilégié du musée et son fonds local peut être l’un des vecteurs de cette collaboration.

29Sans être le seul biais possible, le fonds local apparaît comme un outil adapté de l’implication de la bibliothèque dans la vie locale, au-delà de ses missions immédiates ; il participe aussi de l’identité territoriale. La bibliothèque peut trouver une visibilité touristique à ne pas négliger en participant, via le fonds local, à la mise en place d’expositions de plein air, à l’édition d’une brochure ou, plus simplement, à la fourniture d’iconographie destinée à tel ou tel outil de communication.

Publications et contenus éditoriaux

30Publier ? Mais on n’a pas le temps, ni les moyens de s’occuper de ça ! L’éditorialisation sous toutes ses formes possibles est pourtant un axe de valorisation que le bibliothécaire peut enrichir d’une forte valeur ajoutée. Qu’elle soit sur papier ou en ligne, la publication permet de franchir les frontières de la bibliothèque et offre la possibilité d’en faire rayonner les ressources à distance, le bénéfice à tirer concernant autant l’établissement que sa région. Dans tous les cas, les bibliothécaires devront néanmoins s’assurer de la parfaite conformité juridique de leur entreprise au regard du droit d’auteur, car de nombreux documents du fonds local ne sont pas encore tombés dans le domaine public.

Éditer ou participer à une publication

31Les publications générées par l’exploitation du fonds local sont d’ampleur variable, allant de la brochure à la monographie plus ambitieuse. Publier un texte manuscrit conservé par la bibliothèque, lié au territoire, une sélection iconographique commentée, un fonds photographique, une étude sur un écrivain né dans la région auront l’intérêt d’accroître la diffusion de documents inédits ou rares. Brochures, ouvrages collectifs, catalogues d’exposition restent sans doute les cas les plus courants de publications ; les monographies portées par un bibliothécaire sont bien plus rares, quand elles ne sont pas produites sur son temps libre, en fonction de son engagement personnel.

32Une publication réalisée à l’initiative de la bibliothèque nécessitera un ou plusieurs auteurs placés sous une direction, un calendrier, un calibrage, un budget, le choix d’un éditeur si la collectivité ne s’autoédite pas, voire un distributeur. Le fonds local se trouvera plus fréquemment valorisé via la production d’articles pour une revue scientifique, une publication savante locale, ou ciblant un plus grand public, mais visant toujours la mise en valeur du patrimoine local. Les revues ou programmes culturels édités par la bibliothèque ou par la collectivité de tutelle constituent aussi des canaux par lesquels l’éditorialisation du fonds local trouve une place de choix.

33Publier un ouvrage valorisant le fonds local ou réalisé à partir de documents conservés par le fonds local est une entreprise qui fait entrer en résonance des partenaires tels que les sociétés savantes, académies, associations liées au patrimoine qui fédèrent à la fois un public intéressé et constituant une audience visée par la publication, mais aussi des chercheurs et érudits qui peuvent être les auteurs et promoteurs de la publication.

34Outre les recherches inédites, le fonds local est sollicité par des éditeurs spécialisés dans la réimpression d’ouvrages anciens devenus rares et tombés dans le domaine public, qui trouvent dans les fonds locaux anciens matière à rééditions ou reprint : les exemplaires du fonds local peuvent être sollicités à cette fin. La bibliothèque saura être attentive à retirer de ce type de projet quelque bénéfice, a minima sous la forme d’exemplaires de l’ouvrage reproduit.

Sollicitations multiples

35Sans être directement auteur ou associé par une collaboration plus poussée allant jusqu’à la rédaction d’une partie de la publication, le responsable du fonds local peut être amené à jouer un rôle de conseil sur des publications à thématique locale, qui sont de près ou de loin liées au fonds de la bibliothèque et qui peuvent lui être soumises pour avis. Dans le cas d’une demande directe d’un futur auteur porteur d’un véritable projet, il s’agira bien souvent de l’orienter vers un éditeur ou vers les instances de coopération des métiers du livre dans la région, auxquels la bibliothèque n’a pas vocation, ni les moyens de se substituer : centres régionaux des lettres, agences de coopération sont des relais précieux et des centres de ressources propres à orienter ces porteurs de projets vers le réseau des éditeurs régionaux, libraires et professionnels du livre. Le financement d’un projet de publication à partir du fonds local nécessitera de savoir s’adresser aux acteurs adaptés. Certaines régions peuvent être dotées de dispositifs tels que les Fonds d’aide à l’édition indépendante ou Fonds pour le développement de l’économie du livre.

36Il n’est pas rare que la collectivité soit sollicitée pour apporter son soutien au financement d’une publication liée au territoire par des éditeurs et auteurs indépendants, à la recherche d’un soutien à leur projet du fait du caractère local de la future publication, ou d’une prétendue mise en valeur du patrimoine ou du territoire. La collectivité a parfois – mais pas forcément – la bonne idée d’interroger la bibliothèque sur la validité de la future publication avant de s’engager éventuellement sur un préachat d’exemplaires ou une subvention : là aussi, le rayonnement de l’établissement devrait le désigner comme une instance nécessaire de conseil, et limiter les réponses discrétionnaires des élus.

37Dans nombre de cas, l’implication de la bibliothèque se traduira par la simple autorisation de reproduction de documents, gracieusement ou à titre onéreux, qui lui donnera le droit de réclamer un ou des exemplaires de la publication, qui pourra rejoindre le fonds local. Lorsque le soutien à la publication est plus manifeste, un achat en nombre par la collectivité peut intervenir, pour lequel la bibliothèque peut être mise à contribution.

Éditorialisation en ligne et interactivité

38Le papier n’est plus aujourd’hui le support exclusif de la publication : les portails web sont largement utilisés pour des formes variées d’éditorialisation, tandis que l’utilisation des réseaux sociaux va croissante. Les objets numériques générés par l’exploitation du fonds local et mis en ligne via le portail de la bibliothèque doivent bénéficier d’une éditorialisation, ne serait-ce qu’une contextualisation, qui est une vraie plus-value du travail de bibliothécaire. Cette activité en ligne est en soi un objet dont il faut garder trace, qui peut prétendre à rejoindre et enrichir le fonds local, sans même régler la problématique complexe de la conservation.

  • 1 Epitome, à Nancy. [En ligne] : < http://epitome.hypotheses.org >. Apibeursdé touillou Zazie !, au (...)
  • 2 Ainsi, les bibliothèques de Rouen ont proposé la diffusion sous forme de feuilleton quotidien sur (...)

39Ainsi, le portail présente l’activité de l’établissement et ses collections, comporte une description du fonds local, souvent lié au fonds patrimonial, héberge encore une exposition virtuelle ; certaines bibliothèques animent, de façon permanente ou en lien avec un événement, des blogs1 dont la problématique est locale. Ailleurs, la publication en ligne, sous forme de feuilleton2, d’un texte conservé par le fonds local illustre la dématérialisation des publications qui permet de contourner la question du financement d’une diffusion par impression.

  • 3 Voir la contribution d’Anne Meyer : « La fabrique des fonds locaux : construire des partenariats » (...)

40La mise en ligne est un autre moyen d’augmenter l’audience et de favoriser l’interactivité avec le public qui peut s’exprimer d’autant plus facilement : les expériences d’identification collaborative de fonds photographiques3 en sont un bel exemple. L’interactivité avec le public prend une dimension autre lorsque la présence de la bibliothèque sur les réseaux sociaux est effective, mais pose la question de la conservation à long terme des posts et articles publiés, qui reflètent l’activité de la bibliothèque en mots et en images. Sans toujours le garder à l’esprit, l’activité du community manager ou de l’animateur de communauté, s’il n’est pas directement l’expression de l’exploitation en ligne du fonds local, y participe aussi comme créateur de contenus qui peuvent enrichir le fonds local.

Notes

1 Epitome, à Nancy. [En ligne] : < http://epitome.hypotheses.org >. Apibeursdé touillou Zazie !, au Havre en 2009. [En ligne] : < http://www.ville-lehavre.fr/zazieblog >.

2 Ainsi, les bibliothèques de Rouen ont proposé la diffusion sous forme de feuilleton quotidien sur 52 jours, enrichi d’informations variées, du roman de Maurice Leblanc, La comtesse de Cagliostro. L’application correspondante était disponible pour tablettes iOS et Androïd.

3 Voir la contribution d’Anne Meyer : « La fabrique des fonds locaux : construire des partenariats », p. 38.

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search