Version classiqueVersion mobile

Repenser le fonds local et régional en bibliothèque

 | 
Bernard Huchet
, 
Claire Haquet

Partie 3. Projets numériques

Gallica et la sélection de fonds locaux et régionaux

Arnaud Dhermy

Texte intégral

1La constitution de fonds locaux dans Gallica1 et leur accroissement régulier relève d’un double défi, celui de maintenir, d’une région à l'autre, une offre documentaire homogène quel que soit le lieu recherché, et celui de tenir compte de la spécificité de chacun de ces périmètres selon ses propres logiques d’enrichissement et de valorisation.

2Une priorité est donc donnée à un premier ensemble structurant, avant de pousser plus loin dans l'arborescence documentaire, et d'adopter une approche plus diffuse, incluant éventuellement des fonds spéciaux ou des éléments muséaux. Ce corpus doit servir à amorcer tout type de recherche locale dans Gallica, mais aussi au-delà, et doit permettre en même temps une exploitation transverse de ces ressources, selon d’autres axes thématiques ou transrégionaux.

La politique de coopération de la BnF

3Tout type d’institution documentaire, bibliothèque ou centre de documentation, peut s’associer à l’enrichissement des fonds locaux disponibles sur Gallica. Cette collégialité représente un point essentiel de la politique de coopération de la BnF et constitue, après recoupement rigoureux des listes de sélections, un complément important à la numérisation de ses propres collections, notamment de son fonds des monographies d’histoire des communes.

Types de participation et définition des corpus

4Une telle participation peut se concevoir selon différents processus : l’intégration de documents dans les programmes de numérisation de la BnF et leur mise en ligne directe sur Gallica (depuis 2010 le marché des imprimés et des revues, sur financement du Centre national du livre, est ouvert pour un tiers du volume aux collections extérieures à la BnF) ; ou bien une numérisation partagée, voire subventionnée, puis une mise en ligne sur une bibliothèque numérique indépendante, interopérable avec Gallica grâce au protocole OAI-PMH.

5Ce rapprochement peut aussi se concevoir à différents stades, depuis la sélection partagée, une candidature à un programme concerté, jusqu’au simple échange de métadonnées.

6Cette participation enfin s’effectue à diverses échelles, depuis le choix d’un simple titre de revue jusqu’à la sélection d’un fonds spécifique ou d’ensembles plus importants.

7Pour les monographies, il s'agit notamment de constituer une collection aussi complète que possible de dictionnaires, synthèses, répertoires, inventaires, recueils relatifs aux départements ou régions (topographie, statistiques, flore, faune, usages, parlers, etc.).

8D’autres corpus sont sélectionnés autour des grandes villes, qui visent une certaine lisibilité dans un cadre circonscrit. Certains fonds remarquables sont également valorisés, notamment par le biais de programmes thématiques fédérés par la BnF, comme autour de la littérature pour la jeunesse, ou des sciences juridiques (fonds Benjamin Rabier à la Bibliothèque de La Roche-sur-Yon, fonds Lacassagne de médecine légale à la BmL).

9L’offre de fonds locaux dans Gallica doit enfin détailler des éléments publiés de manière transverse dans des collections nationales (notamment les cahiers de doléances ; Archives des missions scientifiques, séries des Enquêtes agricoles du ministère, etc., grandes collections comme les Documents inédits de l'histoire de France, les Archives de la France monastique, etc.).

10Les revues et publications en série émanant notamment des collectivités territoriales constituent un autre axe important d’accroissement : procès-verbaux des conseils généraux et des chambres professionnelles, annuaires départementaux, revues régionales et universitaires, feuilles littéraires ou de patrimoine…

11La numérisation des publications des sociétés savantes (2 millions de pages disponibles) constitue le fer de lance de cette politique. Se déployant peu à peu en direction d’autres revues régionales, ce programme est la manifestation d’une volonté partagée de se fédérer en vue de constituer virtuellement une collection nationale à forte implication régionale et locale.

Favoriser la constitution de bibliothèques numériques collectives

12Un partenariat numérique avec la BnF n’implique pas l’ensemble des projets d’un établissement ; de même des documents faisant défaut dans les collections de la BnF (documents précieux, à haute valeur patrimoniale) n’ont pas nécessité à intégrer exclusivement Gallica, mais font l’objet d’une mise en ligne sur d’autres espaces interopérables.

13La Bfm de Limoges a choisi par exemple de n’inclure dans les collections numériques de la BnF que ses titres de revues régionales. Dans le cas des Archives des Hautes-Alpes, une répartition documentaire a été effectuée entre intégration directe dans Gallica et mise en ligne indépendante. Dans le cadre de la commémoration du centenaire de la Grande Guerre, la BM de Besançon a été encouragée à numériser et a mis en ligne sur son propre site un fonds de journaux de tranchées jusqu’alors inconnus des collections publiques, qui sera à terme accessible dans Gallica.

14La numérisation concertée entre la BnF et ses partenaires ne se fait pas sur le seul modèle bilatéral. De nombreuses démarches fédérées existent à l’échelle d’une métropole ou d’un territoire, le plus souvent sous l’impulsion des structures régionales pour le livre ou dans le cadre des pôles associés régionaux de la BnF, qui permettent aux différents interlocuteurs de mutualiser leurs moyens mais aussi de confronter leurs approches d’un échelon régional à partir de sélections de fonds locaux.

15Sur l’agglomération de Bordeaux, la BM et une BU se sont réparti les propositions documentaires adressées à la BnF : intégration dans les collections numériques de Gallica pour les monographies du fonds local de la ville, et numérisation propre avec subvention BnF puis interopérabilité pour les revues régionales de l’université de Bordeaux-Montaigne.

16En Corse, les bibliothèques de Bastia et de l’université à Corte ont présenté une liste régionale commune. Les périodiques ont été réservés à Bastia, dans le prolongement d’une valorisation documentaire effectuée de longue date, par le biais d’une Journée annuelle de la revue et d’une mise en ligne en local de titres de presse.

17Cette idée de bibliothèque numérique collective peut se prolonger par une mise en miroir entre collections : fonds iconographiques, cartographiques, manuscrits (notamment à partir des fonds manuscrits de la BnF dits des Provinces françaises). C’est particulièrement vrai dans le cas de reconstitutions virtuelles de bibliothèques dispersées (comme les manuscrits d’abbayes : Corbie, Clairvaux…, rassemblés dans Gallica dans le cadre du projet Biblissima).

18La bibliothèque collective s’illustre aussi par des mises en ligne parallèles et complémentaires : dans Gallica des histoires régionales imprimées, et dans d’autres bibliothèques numériques des archives manuscrites ou iconographiques : croquis, relevés, pièces justificatives, ébauches, comme avec la Bibliothèque de Poitiers, avec à terme un accès fédéré par interopérabilité, comme c’est déjà le cas des riches documentations iconographiques des bibliothèques de Toulouse, Montpellier, Dieppe, Bagnères-de-Bigorre…

Une base nationale, des fonds et des services locaux

19En tant qu’amorce de nombreux fonds locaux, Gallica pèse dans la carte documentaire française. Cela représente une complémentarité vertueuse, comme dans le cas de plans régionaux de conservation partagée au sein desquels, comme en Bourgogne ou en Midi-Pyrénées, la participation d’établissements de types et d’échelles différents permet, par la numérisation concertée, de prolonger une démarche de signalement et de mise à disposition des revues.

20Dans la valorisation de fonds locaux cependant, beaucoup d’institutions documentaires peuvent regretter d’avoir à se positionner par rapport à un ensemble aussi volumineux que Gallica.

21Par ailleurs, dans le cas d’une intégration directe, les partenaires de la BnF entendent aussi recueillir dans leurs emprises le fruit de leurs sélections, tant vis-à-vis des tutelles que des usagers attachés à une bibliothèque de proximité plutôt qu’à un outil national.

22Enfin, à l’instar de l’Union des sociétés savantes de Savoie, la plupart des institutions, en se constituant comme partenaire de Gallica, ont avant tout le désir de se positionner au-delà d’un simple « double-emploi », en particulier sur la base de services différents au public.

23Il ne saurait y avoir de monopole de diffusion des fonds intégrés directement dans Gallica. Dès 1995, la BnF a constitué au nom de certains de ses partenaires l’amorce d’une collection numérique dans l’attente de la création de leur propre dispositif. Les documents prêtés par des institutions partenaires et numérisés au sein de la BnF sont une copropriété des deux parties et peuvent en parallèle être mis en ligne et conservés, même si l’intégration et le stockage de données lourdes, à la fois en format de conservation et de diffusion, ne vont pas sans poser des difficultés en termes d’infrastructures et de charge de travail.

24Au-delà de la possibilité d’hébergement des fichiers numériques, de nombreux services et outils de réutilisation de métadonnées sont disponibles, depuis l’interopérabilité jusqu’au simple lien URL, afin de permettre à toute institution d’enrichir son offre propre par des éléments recueillis dans Gallica, ce qu’effectue par exemple la Bibliothèque bourguignonne2 en incluant près de 7 000 liens URL dans son catalogue.

25Mais surtout les bibliothèques en région ont un rôle essentiel de relais des fonds locaux de Gallica, notamment par un accès plus filtré aux ressources, par une présentation plus fine, qu’à son échelle, cette base nationale ne peut assumer. Ces accès filtrés et cette valorisation peuvent aussi relever de projets concertés, dans le prolongement des pages de médiation déjà visibles sur Gallica (Revues savantes par zones géographiques, La France en cartes…).

Valorisation des ressources locales dans Gallica

26Depuis 2014, les ressources régionales et locales commencent à faire l’objet dans Gallica d’une organisation par ensemble régional, quand ces références comportent dans leur notice une mention de lieu (titre, sujet, lieu d’édition, etc.). Ce service fait l’objet d’un module de requête accessible sur la page de recherche avancée3 de Gallica. Cet accès intitulé « par collection numérique » permet d'interroger Gallica pour chaque région, éventuellement en y ajoutant d’autres discriminants (par support, date de parution, etc.).

27Ce service a été conçu à la fois pour permettre d’enrichir d’autres fonds locaux par une simple URL portant sur une requête fédérée pré-remplie, mais aussi d’être un espace de travail pour les professionnels et les publics en vue d’une exploitation et d’une réutilisation plus rapide de certaines ressources.

28Il s’adresse en particulier aux bibliothèques numériques et aux portails à vocation régionale dans leurs propres démarches de valorisation : alimentation de bibliographies régionales ou encore exploitation de données dans le cadre de reconnaissances d’« entités nommées ».

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search