Version classiqueVersion mobile

Repenser le fonds local et régional en bibliothèque

 | 
Bernard Huchet
, 
Claire Haquet

Partie 3. Projets numériques

Les fonds locaux nés numériques

Clément Oury

Texte intégral

  • 1 En français, Société pour l'attribution des noms de domaine et des numéros sur l’Internet. Cet org (...)
  • 2 Pour une présentation très claire du fonctionnement et des enjeux de la gestion des noms de domain (...)
  • 3 Geoffroy Husson, Damien Leloup, « L'Icann publie la liste des demandes de nouvelles extensions Int (...)
  • 4 Le dossier du « .alsace » a été déposé par la Région Alsace, « .aquitaine » par la Région Aquitain (...)

1Depuis le 20 juin 2011, l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN)0F1 encourage la naissance de nouveaux espaces de publication sur l’internet1F2 en multipliant le nombre de « domaines* de haut niveau » : à côté des domaines nationaux (.fr pour la France) et des domaines génériques (.com, .net, .org…), peuvent désormais se présenter des noms communs (.love, .book, .banque), des marques (.apple, .loreal) ou des entités géographiques2F3. Pour la France, cinq territoires ont ainsi obtenu des domaines de haut niveau : l’Alsace, l’Aquitaine, la Bretagne, la Corse, et Paris3F4. Pourquoi vouloir ainsi mettre en place un espace de publication lié à un territoire ? L’essence même du Web n’est-elle pas d’abolir les distances et les frontières, et de permettre à tous un contact permanent avec la terre entière ?

La définition d’un Web local

2En réalité, ce retour de la dimension territoriale dans l’architecture même du Web est la manifestation que le « fait local » n’en est pas absent : sur le Web, les administrations, les entreprises ou les associations tiennent souvent à marquer leur ancrage régional ; elles desservent, de préférence, les ressortissants d’un territoire ‒ qu’ils y habitent ou qu’ils soient venus y faire du tourisme. Bien loin de nier leur inscription régionale, de nombreux sites web la valorisent : c’est ainsi que le .paris a pour ambition affichée de « créer un lien original entre un territoire numérique et un territoire géographique »5.

3Le Web local est donc une réalité : ce média global est aussi devenu un outil de construction de lien territorial ‒ qu’il s’agisse de liens politiques, économiques, commerciaux, sociaux ou culturels. L’activité en ligne des internautes ne remplace pas, mais accompagne ou renforce des interactions « du monde réel » ‒ à ce titre, la conservation de leur trace numérique* participe de la constitution d’un patrimoine local, c'est-à-dire d’un patrimoine qui documente et valorise l’action des citoyens dans une circonscription donnée.

Les autres productions numériques

  • 6 Cela exclut, par conséquent, les ressources locales numérisées depuis un support traditionnel.
  • 7 C’est le cas, entre autres exemples, de la revue Annales de Normandie sur le site de Cairn : < htt (...)

4Il faut donc envisager la constitution, l’exploitation et la préservation d’un patrimoine nativement numérique. Par « fonds local né (ou nativement) numérique », on entend l’ensemble des publications et des ressources produites et/ou diffusées d’emblée sous forme numérique, sur un territoire ou par ses ressortissants, ou destinées à un public identifié par sa situation géographique5F6. Le Web représente le principal vecteur de distribution de ces ressources, même si d’autres moyens de diffusion coexistent (le courriel, par exemple), ce qui explique la place que l’on va ici consacrer aux politiques d’archivage des sites web. En revanche, la récupération directe de fichiers depuis les serveurs d’un organisme ou de l’ordinateur d’une personnalité locale, qui est davantage du ressort des services d’archives, ne sera pas développée ici, même si des bibliothèques peuvent parfois conserver, sous forme numérique, les « manuscrits » d’écrivains ou d’artistes liés au territoire qu’elles desservent. Enfin, on n’évoquera pas la question d’autres ressources nativement numériques, acquises à titre onéreux auprès d’éditeurs (bases de données bibliographiques, répertoires de revues), dont certaines intéressent le patrimoine local mais qui appartiennent généralement à des ensembles plus vastes7.

L’archivage pérenne des ressources en ligne

5Pourquoi vouloir stocker et conserver dans l’institution des ressources immatérielles, librement accessibles à tous ? En réalité, l’ubiquité des ressources numériques est illusoire : si la documentation disparaît sur les serveurs où elle est hébergée, et si aucune institution n’a pris garde d’en faire une copie, le flux d’information se tarit immédiatement. Or, cela peut arriver pour de multiples raisons. Les fichiers numériques eux-mêmes sont fragiles, hébergés sur des supports de courte durée (quelques années pour les plus fiables) et soumis à l’obsolescence technologique. L’architecture du Web n’est pas pensée pour la pérennité : qu’un nom de domaine change, qu’un site soit refondu, et la ressource est introuvable, voire perdue. D’autres aléas peuvent entraîner une interruption : un auteur ferme son blog, une entreprise fait faillite, une circonscription locale fusionne avec une voisine… Que deviendront les sites web des régions françaises après la réforme territoriale ?

  • 8 Bruno Bonnenfant, Définir une politique d’archivage du Web régional en bibliothèque municipale. L’ (...)

6L’identification, la sélection et la valorisation de ressources locales en ligne ne sont pas, pour les bibliothèques territoriales, des activités nouvelles : elles s’inscrivent dans leur mission de collecte et d’actualisation des fonds régionaux. Ainsi, comme l’a remarqué Bruno Bonnenfant dès 2008, la bibliothèque Méjanes-Cité du Livre d’Aix-en-Provence « opère une sélection et procède à un classement de sites régionaux (non commerciaux et non personnels) retenus pour leur fiabilité et la qualité de l’information […]. Des signets associent des sites de l’Internet à la bibliothèque d’art, au fonds provençal, au pôle Méditerranée… »8.

7La fragilité des ressources du Web doit pourtant nous garder de confondre le simple référencement et la constitution de collections numériques – il n’en est que la première étape. L’archivage des ressources en ligne se heurte de fait à de multiples difficultés. Les premiers obstacles sont d’ordre juridique : même les documents librement accessibles sont soumis au droit d’auteur et ne peuvent être copiés sans autorisation. En l’occurrence, la recherche et l’identification des ayants droit peuvent être très longues.

Le dépôt légal de l’Internet : modalités de coopération

  • 9 Sur les aspects juridiques du dépôt légal de l'Internet, voir Gildas Illien, Pascal Sanz, Sophie S (...)

8Le code du Patrimoine offre cependant une alternative : le dépôt légal de l'Internet8F9. Celui-ci, mis en œuvre dès 2006 et renforcé par un décret d’application de 2011, confie à deux institutions la charge de collecter l’ensemble des publications numériques en ligne françaises : l’INA pour les sites de radio et de télévision et la BnF pour l’ensemble des autres sites. D’un point de vue technique, ces deux institutions s’appuient principalement sur la technologie de « robots » d’archivage qui parcourent le Web de liens en liens à partir d’une liste. Pour conjuguer la logique « non-sélective » du dépôt légal et la prospection de segments du Web à haute valeur ajoutée, la BnF associe à des collectes « larges » portant sur l’ensemble du Web français (particulièrement le .fr) des collectes ciblées de sites individuellement identifiés par ses agents ou ses partenaires. Comme le dépôt légal de l'Internet constitue une exception au droit d’auteur, la consultation de ces ressources est limitée aux enceintes des établissements dépositaires ; cependant, le décret de 2011 étend cet accès à des bibliothèques habilitées, qui sont depuis 2014 les BDLI.

  • 10 Sur les collectes électorales de la BnF, voir Clément Oury, « Soixante millions de fichiers pour u (...)
  • 11 Clément Oury, Jérôme Schweitzer, « Les archives du Web, nouvelle mémoire nationale, nouvelle docum (...)

9Le dépôt légal de l'Internet est donc par essence une activité coopérative : si les opérations techniques de la chaîne de traitement documentaire (capture, indexation, préservation) sont centralisées, la sélection, en amont, et la valorisation, en aval, peuvent être partagées. Dès 2004, quatre BDLI avaient souhaité s’associer à la collecte des sites relatifs aux élections régionales ; ce réseau n’a cessé de croître, atteignant 21 établissements en 2015 pour de nouveaux scrutins régionauxF10. Ces partenariats ont rapidement dépassé le simple cas des élections : la BnF s’est également associée avec des bibliothèques universitaires et de recherche (ainsi avec la Bibliothèque de documentation internationaIe contemporaine pour la collecte des sites du « Web militant ») ou des laboratoires (Sciences-Po Grenoble pour les sites des Jeux Olympiques de 2010 et 2012). En 2013, la BNU de Strasbourg a ouvert une collecte des « Alsatiques en ligne »10F11 : une centaine de ressources web concernant l’Alsace sont depuis lors capturées à des fréquences régulières, jusqu’à une fois par semaine. Par ailleurs, la coopération en matière de consultation est devenue effective en 2014 avec l’ouverture d’un premier accès distant depuis les enceintes de la médiathèque Émile Zola de Montpellier.

Médiatiser les collectes de ressources numériques

10Ces expériences précisent pour les bibliothèques les principaux axes de constitution d’un patrimoine local nativement numérique. Les grands événements politiques ont été souvent mis à l’honneur, scrutins à l’échelle nationale ou votes concernant leur seul territoire : ainsi des référendums sur les statuts respectifs de la Martinique et de la Guadeloupe en 2010, et de l’Alsace en 2013. Des événements culturels éphémères, comme les salons et festivals, sont également d’un intérêt particulier : la BDLI de Marseille et la BnF ont poursuivi en 2013 une collecte des sites « Marseille capitale européenne de la culture ». La typologie des sites retenus pour la collecte des Alsatiques en ligne révèle enfin la diversité des domaines qui peuvent être couverts : administrations locales, économie, enseignement supérieur, religion ou patrimoine… En outre, toutes les formes d’expression en ligne peuvent être représentées : du site d’institution au forum, du blog au fil Twitter.

Formaliser une politique documentaire

11Ces projets de collectes de ressources numériques ne diffèrent guère d’autres projets coopératifs de constitution de collections, si ce n’est par la nature particulière du support. Toute institution doit, en amont, formaliser une politique documentaire concertée, en lien avec ses missions, les collections précédentes, et le public qu’elle dessert ; il faut disposer d’une équipe formée aux enjeux particuliers et aux outils des documents numériques ; enfin il faut assurer, en aval, le signalement et la valorisation des collections.

Accompagner les publics

12C’est sans doute dans ce domaine que les méthodes et les outils demandent le plus à mûrir. Des méthodes plus performantes de référencement et d’indexation des collections doivent être mises en œuvre ; surtout, il s’agit d’accompagner les usagers de la bibliothèque dans leur découverte de ce nouvel ensemble documentaire. Le caractère fragile, précieux, éminemment patrimonial des ressources numériques n’est pas encore largement accepté ni compris. De plus, dans le cas d’archives de sites web, le caractère très particulier de ces ressources doit être pris en compte : il ne s’agit pas de documents séparés, mais d’un ensemble de fichiers qui s’agrègent afin de constituer un site. En aidant leur public à appréhender la complexité des technologies et des documents numériques, les bibliothèques s’inscriront dans leur rôle de passeurs, capables de s’appuyer sur leurs missions et leurs collections pour lui faire percevoir les enjeux du monde contemporain.

Notes

1 En français, Société pour l'attribution des noms de domaine et des numéros sur l’Internet. Cet organisme à but non lucratif situé en Californie est l’un des organes de gouvernance de l’Internet. [En ligne] : < https://www.icann.org/fr >.

2 Pour une présentation très claire du fonctionnement et des enjeux de la gestion des noms de domaines, voir sur le site Aquitaine numérique : < http://numerique.aquitaine.fr/-Comprendre-les-noms-de-domaine- > et notamment < http://numerique.aquitaine.fr/-Comprendre-les-noms-de-domaine-#liberalisation >.

3 Geoffroy Husson, Damien Leloup, « L'Icann publie la liste des demandes de nouvelles extensions Internet », Le Monde.fr, 13 juin 2012. [En ligne] : < http://www.lemonde.fr/technologies/article/2012/06/13/l-icann-publie-la-liste-des-demandes-de-nouvelles-extensions-internet_1717904_651865.html >.

4 Le dossier du « .alsace » a été déposé par la Région Alsace, « .aquitaine » par la Région Aquitaine, « .paris » par la mairie de Paris, « .bzh » par l’association .BZH (Bretagne) et « .corsica » par la collectivité territoriale de Corse.

5http://bienvenue.paris/ >.

6 Cela exclut, par conséquent, les ressources locales numérisées depuis un support traditionnel.

7 C’est le cas, entre autres exemples, de la revue Annales de Normandie sur le site de Cairn : < http://www.cairn.info/ >.

8 Bruno Bonnenfant, Définir une politique d’archivage du Web régional en bibliothèque municipale. L’exemple du Web forézien, Mémoire d’étude de conservateur des bibliothèques, sous la direction de Thierry Veyron : Villeurbanne, Enssib, décembre 2008, p. 18. [En ligne] : < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/2042-definir-une-politique-d-archivage-du-web-regional-en-bibliotheque-municipale.pdf >.

9 Sur les aspects juridiques du dépôt légal de l'Internet, voir Gildas Illien, Pascal Sanz, Sophie Sepetjan, Peter Stirling, « La situation du dépôt légal de l’Internet en France…», Actes du 77e congrès de l’IFLA, San Juan (Porto Rico), août 2011. [En ligne] : < http://conference.ifla.org/past-wlic/2011/193-stirling-fr.pdf >.

10 Sur les collectes électorales de la BnF, voir Clément Oury, « Soixante millions de fichiers pour un scrutin. Les collections de sites politiques à la BnF », Revue de la BnF, 2012, n° 40, pp. 84-90. [En ligne] : < http://www.cairn.info/revue-de-la-bibliotheque-nationale-de-france-2012-1-page-84.htm >.

11 Clément Oury, Jérôme Schweitzer, « Les archives du Web, nouvelle mémoire nationale, nouvelle documentation régionale », Actes des 15es journées des pôles associés et de la coopération, Les nouveaux visages du patrimoine, Montpellier, 2 et 3 octobre 2014. [En ligne] : < http://www.bnf.fr/documents/JPAC2014_OURY_present.pdf >.

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search