Version classiqueVersion mobile

Repenser le fonds local et régional en bibliothèque

 | 
Bernard Huchet
, 
Claire Haquet

Partie 3. Projets numériques

Et si le numérique représentait une nouvelle chance pour le local ?

Géraldine Bulckaen

Texte intégral

1La constitution des fonds locaux repose avant tout sur une forte valeur identitaire. Dès lors, comment justifier l’utilisation du numérique, outil d’exposition global, noyé au sein du Web pour donner à voir et valoriser des fonds circonscrits ?

2À qui s’adresse-t-on ? Comment penser le local à l’échelle globale ? Pourquoi ne pas laisser la BnF, instance nationale, faire le travail de donner à voir les documents de nos territoires ? Comment leur attribuer plus de vie qu’ils n’en ont dans nos locaux ?

3À Roubaix, le fonds local est riche de l’histoire récente de la ville, il est le reflet des nombreuses communautés que représentent ses habitants, de monuments remarquables, et d’un auteur naturaliste primé en 1936 par le prix Goncourt, Maxence Van der Meersch, auteur, entre autres, de L’empreinte de Dieu, de Quand les sirènes se taisent. La labellisation « Ville d’art et d’histoire » (2001) consacre la volonté politique de donner un rayonnement culturel à la ville. Elle renforce le désir de la médiathèque de mieux faire connaître son patrimoine graphique, récent et en construction.

La bibliothèque numérique de Roubaix1

4Le projet transversal de bibliothèque numérique rassemble en 2008, à l’inauguration de la première version, des documents issus des institutions culturelles : médiathèque, musée La Piscine, archives municipales, Conservatoire de musique, danse et théâtre, centre de documentation local et des collections particulières.

  • 2 Échange professionnel sur la question du rapport entre valorisation du fonds local et mise à dispo (...)

5Un tel projet numérique donne au niveau du territoire une entrée unique à l’histoire et à la mémoire locale institutionnelle, et développe la cohésion entre les services. À l’échelle régionale, Antoine Fauchié2, de l’Arald, assure que l’évolution des formes de la coopération en Rhône- Alpes montre que l’outil numérique est un facilitateur : « Un site internet portail peut être alimenté à distance. La logique d’accès étant la logique qui prime, le numérique en est le meilleur vecteur. »

6Depuis 2015, une deuxième version de la bibliothèque numérique de Roubaix est en préparation, avec pour priorités :

  • faciliter l’alimentation de la base par d’autres acteurs documentaires : particuliers, associations (dont la Société d’émulation de Roubaix), institutions à portée nationale (par exemple des reportages de l’Institut national de l’audiovisuel [INA]), voire internationale ;
  • intégrer la dimension participative du Web ;
  • améliorer le référencement.

7Mettre en ligne est prétexte à sélectionner, à prioriser, à cadrer le discours. Assurer une cohérence d’ensemble est important, d’où la nécessité d’afficher des critères de choix. À Roubaix, ils figurent dans une charte :

  • il faut que les documents aient un intérêt pour le public ;
  • il faut que les documents concernent Roubaix, ou les axes de conservation forts en lien avec son histoire ;
  • il faut vérifier le statut juridique des documents : libres de droits, ou ne présentant pas de risque de contestation.

8Afin de partager les pistes de réflexion quotidiennes des services qui ont mis en place des bibliothèques numériques, il convient de cerner clairement les objectifs de ces projets dans les établissements territoriaux. Cela permet de montrer qu’ils sont légitimes pour réinventer le local et créer un nouveau rapport de l’utilisateur à nos fonds.

De l’illusion de la numérisation pour la conservation au réalisme de la diffusion

9La mise en place d’une bibliothèque numérique nécessite un juste équilibre entre ambition et mesure. Le circuit du document numérique s’ajoute aux pratiques ordinaires des services. Une description minutieuse des procédures permet de cadrer le projet et de faciliter la priorisation des tâches quotidiennes.

Le leurre de la numérisation pour la conservation dans les structures de taille petite et moyenne

10Faute de moyens économiques et humains, il est impossible pour une collectivité territoriale de mettre en place une solution d’archivage numérique. La seule alternative possible est d’établir un plan raisonné en lien avec les structures référentes que sont aujourd’hui le Centre informatique national de l’enseignement supérieur (CINES) et la BnF. Tout au plus, lorsque la direction des services informatiques est très à l’écoute et qu’elle cerne les enjeux de la sauvegarde des données numérisées, un stockage sécurisé est-il possible afin de protéger au mieux ces données volatiles.

11La numérisation préserve les originaux de nombreuses consultations mais la conservation pérenne des données et métadonnées ne peut être portée par les collectivités seules.

12La reproduction numérique, par contre, présente des atouts indéniables pour la diffusion, ce qui permet une meilleure accessibilité : confort de lecture, possibilité de recherche en plein texte, sélection d’extraits pour illustrer un article.

Numériser et diffuser, certes, mais en contexte

13Un projet de numérisation est l’occasion de mettre en place des plans partagés de reproduction numérique et/ou de diffusion. En effet, valider la numérisation d’une pièce ou d’un ensemble documentaire implique :

  • de préférer le signalement de l’existant à la redondance, notamment quand les protocoles d’échange utilisés sont pérennes et ne nécessitent pas de vérification constante. Ainsi, il y a peu d’intérêt pour un établissement municipal à numériser des documents déjà accessibles via Gallica, sauf à y trouver des avantages tels qu’une plus-value qualitative : numérisation en couleur, plus fidèle à l’original, ou de meilleures conditions d’accès : numérisation avec reconnaissance de caractères offrant une recherche plein texte. La bibliothèque de Rennes métropole travaille dans ce sens : les collègues enrichissent les notices, via un lecteur exportable, des liens vers les documents déjà numérisés et mis en ligne sur Internet Archive, Google Books, Gallica, la Digital Public Library of America. Toutefois, Sarah Toulouse3, qui a mis en place les Tablettes rennaises, explique que « la bibliothèque numérique territoriale ne peut pas être exhaustive. Elle n’a pas de sens toute seule, elle est un élément du Web parmi d’autres » ;
  • de mutualiser les moyens. Par exemple, les propositions d’apports émanant de particuliers sont à réorienter vers l’établissement coopérateur le plus pertinent.

Bibliothèque numérique, une vitrine légitime pour le fonds local

Élargir le public-cible

14La mise en ligne de documents soigneusement sélectionnés offre une vitrine au rayonnement inégalé jusqu’à présent. Puisque le Web abolit les frontières spatio-temporelles et qu’un site web n’intimide pas, le grand public peut être ciblé a priori. Pour ce faire, les documents numérisés et diffusés sont avant tout des documents visuellement attractifs, qui présentent un intérêt informationnel certain, aussi anecdotique soit-il. Laure Fabry, responsable de la bibliothèque numérique du Limousin4, résume parfaitement les critères de choix pour les établissements n’ayant pas pour objectif la numérisation de masse : « Priorité aux pièces les plus originales, les plus belles, les plus précieuses. »

15Dans une démarche de diffusion orientée vers les usagers, le numérique permet d’offrir des parcours de déambulation, autant d’outils de médiation simples qui ciblent des publics différents.

Encadré. La bibliothèque numérique de Roubaix : Quatre points d’accès aux documents

> Une entrée classique, par collection

Très prisée des collectionneurs et des spécialistes, elle permet à celui qui a une certaine connaissance des documents d’être en terrain familier. L’idéal est de contextualiser plus ou moins finement le document, par exemple d’offrir une granularité de description différente en fonction :

- de la nature de la collection : alors que les manuscrits sont décrits pièce à pièce, les cartes postales sont souvent regroupées de façon géographique, puis par prise de vue et plusieurs déclinaisons d’un même visuel peuvent faire l’objet d’une seule notice ;

- du type de document : naviguer dans un corpus d’archives littéraires nécessite d’entrer par le signalement d’une œuvre alors qu’entrer dans une collection de photographies peut se faire par la technique utilisée, puis par thématique ;

- de la volumétrie du corpus : rendre lisible pour l’internaute l’organisation d’une collection (ou d’un fonds) doit se concevoir en fonction du nombre d’éléments. La mise en scène ne peut être identique lorsque 50 ou 5 000 pièces constituent l’ensemble.

> Une entrée bibliothéconomique, par thème

Comme dans un fonds local « physique », les documents numériques font l’objet d’une description en lien étroit avec le territoire et les thématiques qui le caractérisent. Les termes sélectionnés sont prétexte à entrer dans l’histoire de la commune.

> Une entrée chronologique, par frise

Elle cible les publics les plus intéressés par certaines périodes de l’histoire locale. Une réflexion est à mener pour que ces périodes soient pertinentes et explicites. L’approche décennale habituelle a été remplacée, à Roubaix, par des périodes marquantes de la grande histoire. Par exemple, à la période 1871-1914 succède la période 1914-1918.

> Une entrée géographique, par plan

Chaque usager peut aller repérer sur une carte la rue dans laquelle il vit ou a vécu, et essayer de retrouver la mémoire graphique et iconographique de son quartier, de son habitation. Ce mode de navigation touche le public de proximité. Un module cartographique très intéressant est utilisé à Limoges : chaque notice donne à voir sur une carte l’emplacement du document et la vue satellite du monument actuel lorsqu’il existe encore. Ainsi, la vue sur carte postale du pont Saint-Étienne hier est-elle posée en regard du même pont aujourd’hui, faisant fi des frontières temporelles.

Donner du rayonnement au travail des collègues

16Enfin, les collègues très attachés aux fonds locaux, parfois réticents face aux manipulations qu’impose la numérisation des originaux, voient, grâce à l’exposition des documents en ligne, deux motifs de reconnaissance :

  • les internautes portent un intérêt aux collections et prennent des contacts réguliers avec le personnel via la plate-forme ;
  • les collègues des autres services, dont les préoccupations sont souvent éloignées des problématiques des gestionnaires de fonds locaux, perçoivent mieux les enjeux et les intérêts de ces collections.

Pas de grand public mais un public réel

  • 5 Cette étude est l’œuvre d’une stagiaire de licence professionnelle « Métiers du livre », titulaire (...)

17En 2010, alors que la bibliothèque numérique de Roubaix a deux ans d’existence, une enquête sur les publics est menée, ayant pour but de faire un état des lieux de l’existant et de déterminer les pistes prioritaires de travail en vue d’objectifs réalistes. Cette analyse5, de qualité, montre que le profil de l’utilisateur-type est plutôt masculin, d’âge mûr, issu des classes sociales et professionnelles supérieures : soit le profil de l’homme qui fréquente nos salles d’études.

18Ce premier constat permet d’appuyer l’argument qui consiste à numériser les documents les plus consultés de nos salles d’études. C’est l’un des éléments à prendre en compte afin de satisfaire une demande à distance, qui, autrement, serait chronophage pour le personnel.

19De surcroît, l’enquête a permis d’identifier trois actions à mener pour développer les publics.

Encadré. Trois actions pour développer les publics

> Mettre en place un plan de communication à l’interne et à l’externe

- les meilleurs médiateurs de nos fonds, dans nos murs, sont nos collègues, et pourtant ils connaissent souvent mal le site. Une formation interne leur est nécessaire, sur les contenus et sur les modes de navigation, pour développer leurs capacités à utiliser les outils du Web ;

- être bien référencé ne suffit pas, le projet du site doit être explicité, accompagné, verbalisé ;

- adapter le discours au public-cible : les utilisateurs sont nos meilleurs relais. Les enseignants du second degré n’ont pas les mêmes besoins que ceux du premier degré, qui n’ont pas les mêmes que les lycéens, étudiants, habitants dont la culture numérique varie en fonction de l’âge, de leur histoire personnelle, de leur facilité d’accès à l’outil.

> Travailler à l’accompagnement de la connaissance de l’outil

Le numérique, même dans ses aspects les plus intuitifs et « autonomisants », nécessite d’être éclairé par des tutoriels, rédigés ou audiovisuels, et doit permettre d’entrer en contact avec un professionnel de l’information réactif et accueillant.

> Signaler, signaler, toujours mieux signaler

Le numérique a réduit les barrières spatio-temporelles pour donner une visibilité dans l’instant à nos fonds locaux. Le signalement est donc essentiel.

20Depuis 2010, la bibliothèque numérique de Roubaix est moissonnée par Gallica grâce à la mise en place de son serveur OAI-PMH. Cette collaboration, illustrée par une démonstration aux tutelles, donne du poids au travail fourni et permet une meilleure compréhension de l’intérêt du projet. Cette démarche est incontournable, puisque le site a gagné 25 % de visiteurs dès que ses contenus ont été accessibles via Gallica.

21En 2011, le partenariat avec Gallica se renforce. Le service de la coopération de la BnF propose à la ville d’établir en collaboration une liste de documents qui composeront un set « Roubaix ». Les axes sont choisis par la ville puis, en retour, une liste est proposée par la BnF. La ville valide son périmètre et son contenu. L’objectif est d’extraire une sélection de documents de Gallica pour le public intéressé par l’histoire de Roubaix.

22Le serveur OAI-PMH va également permettre un moissonnage facilité par le moteur de recherche sémantique Collections du ministère de la Culture, ainsi qu’un signalement dans Internet Archive. Chaque étape donne une nouvelle dimension à la visibilité du fonds local.

Quand l’accès aux documents numérisés réinvente et redéfinit le local

Le périmètre documentaire : corpus physique versus corpus en ligne

Pousser nos murs pour mieux servir l’internaute

23La portée documentaire et mémorielle des documents prime sur leur appartenance aux collections de l’établissement porteur du projet.

Pour alimenter la base de données

24Ainsi tout ensemble dispersé qui présente un intérêt pour le public curieux de l’histoire locale mérite un travail de rassemblement. Cette pratique, habituelle dans le cadre des expositions temporaires, est rendue pérenne par le biais du numérique. Les partenariats peuvent prendre de nombreuses formes.

Partager accès papier et accès numérique

25À titre d’exemple, une convention est signée en 2007 entre Roubaix et Wasquehal, où sont conservées les archives de Maxence Van der Meersch. Elle stipule que la Ville de Roubaix s’engage à classer les archives, à les numériser et à les mettre en ligne dans sa propre bibliothèque numérique alors que les fonds physiques restent consultables à la mairie de Wasquehal. Ainsi, le fonds local roubaisien s’étend-il au-delà de sa collection physique.

26Dans le même esprit, Lille, Roubaix et Tourcoing ont décidé de proposer un projet de diffusion, sur trois plates-formes, de documents autour de la période 1914-1918, issus des collections de six structures.

Rendre possible des opérations de numérisation d’ampleur

27La numérisation de la presse fait régulièrement l’objet de concertations sur les conditions de rassemblement des collections avant numérisation. L’objectif visé est la complétude des collections afin d’offrir, lors de la diffusion, une collection la moins lacunaire possible. Dans ce cas, l’appartenance physique des documents est transparente pour l’internaute.

Pour la création de discours construits qui donnent du sens à nos fonds

28Le numérique permet d’intégrer une dimension multimédia à nos fonds locaux et ce, quelle que soit la forme de la production finale : dossier thématique, exposition virtuelle, Web documentaire, expérience interactive, etc. Très consultées dans la phase de médiation, ces productions le sont moins en phase de maintien, excepté lorsque leur contenu n’est pas uniquement événementiel.

  • 6 Échange professionnel sur la question du rapport entre valorisation du fonds local et mise à dispo (...)

29Ces projets ont l’avantage d’impliquer les acteurs du territoire qui deviennent ensuite les relais de l’outil dans des réseaux qui ne sont pas nos usagers naturels : associations militantes, écoles spécialisées ou universités. Didier Travier, conservateur à la Bibliothèque de Nîmes, évoque l’intérêt des projets interservices6 mobilisant des acteurs tels que les services techniques ou le service communication d’une collectivité : « On sort de la logique d’institution, des “rabatteurs” nous signalent les fonds dont on ignore l’existence, on dépasse les frontières, y compris sur la connaissance scientifique. » Au-delà de l’échange d’informations dont le prétexte est la réalisation numérique, ces expériences, « permettent également de déterminer des axes de conservation partagée pour les documents physiques » et de rationaliser nos pratiques de conservation.

Valoriser l’histoire, la mémoire, la création

30La plupart des collectivités ayant entrepris la diffusion de leur fonds local en ligne ont fait le choix d’utiliser des documents du domaine public ou libres de droit. C’est la démarche adoptée pour les bibliothèques numériques de Besançon7, Orléans8, Rennes ou du Limousin, qui facilite le partage des données et protège la collectivité de toute poursuite éventuelle en cas de reproduction, d’exploitation commerciale ou non. La qualité des images et des sons accessibles en ligne dépend des termes juridiques choisis, en fonction d’impératifs politiques et déontologiques.

  • 9 Vu(es) d'ici : Les Bibliothèques de Grenoble soutiennent la création locale : découvrez en accès l (...)

31Mais le patrimoine local en construction nécessite d’aller au-delà du domaine public pour promouvoir la création. Les bibliothèques de la Ville de Grenoble font, dans ce sens, un gros travail de veille et de mise en valeur de la production cinématographique de proximité. Sur le site de l’établissement, les bibliothécaires mettent en accès libre via leur interface CineVOD les films de la création contemporaine locale dans une rubrique nommée Vu(es) d’ici9.

32À Roubaix, après avoir conventionné avec des particuliers pour donner à voir leurs documents personnels, nous mettons en place des partenariats avec des artistes locaux pour diffuser leurs photographies. Par ailleurs, le recueil de mémoires fait l’objet de réalisations multimédias en cours nécessitant l’accord des personnes impliquées dans ces projets.

Le rapport à l’utilisateur revu et corrigé

33La dimension participative du Web donne du sens à nos missions. Plusieurs degrés d’implication des internautes peuvent être envisagés.

Par la mise en place de services du plus simple au plus communautaire

34L’intégration par l’institution de collections particulières est possible dans la limite de l’exercice, le temps de l’administration n’étant pas celui du Web.

35Les compétences de l’internaute peuvent être sollicitées sur différents registres, puisqu’il peut s’agir de commenter un document, d’enrichir les notices, de proposer et déposer des contenus en les décrivant lui-même (à condition de répondre à une charte d’intégration cadrée), de participer à l’indexation des documents manuscrits, ou encore de corriger le texte des documents océrisés pour optimiser la reconnaissance de caractères réalisée de façon automatique.

Par l’utilisation des réseaux sociaux

36Sur la page Facebook de la bibliothèque, quelques posts réguliers de documents locaux présentant un caractère anecdotique et suscitant une approche participative entraînent déjà des réactions.

  • 10 Voir la contribution de Jocelyne Deschaux et Patrick Hernebring : « Les réseaux sociaux : le fonds (...)

37Mais certaines institutions mènent des expériences plus poussées. C’est le cas depuis 2008 de Toulouse qui a mis une partie du fonds photographique Trutat10 sur Flickr. C’est également un choix fait par la bibliothèque numérique du Limousin. Laure Fabry y anime de façon quotidienne un compte Twitter et alimente un compte Pinterest en plus de la rédaction d’une newsletter hebdomadaire. Ce travail très régulier est mené sur un ton tout à fait personnel qui répond aux codes de la communication sur Internet et donc aux attentes des internautes. Ces outils ont contribué à propulser la bibliothèque numérique. À l’Arald, Antoine Fauchié explique que les réseaux sociaux vont permettre de faire en sorte que le document local aille à la rencontre des gens, c’est une démarche inverse que permettent les technologies.

38La bibliothèque numérique offre donc une opportunité à nos fonds locaux, elle les rend vivants, reflets d’une histoire passée et en construction. Elle ouvre une porte qui offre un rayonnement optimisé et permet potentiellement de toucher le public à distance. Elle est l’occasion, par ricochet, de revoir le périmètre de nos collections physiques et redessine les corpus pertinents formés numériquement, en intégrant des documents de provenance très variée. Cependant, nous devons prendre en compte ses spécificités : évolutions techniques permanentes et rapides, nécessitant une veille, une formation et une adaptation en continu, lien particulier avec l’internaute à entretenir constamment pour trouver un retour sur investissement qui se traduit par un engouement pour l’histoire locale et un intérêt certain pour nos fonds, procurant au professionnel, en échange de ses efforts, une satisfaction certaine.

Notes

1http://www.bn-r.fr/ >.

2 Échange professionnel sur la question du rapport entre valorisation du fonds local et mise à disposition numérique sur l'expérience du site Mémoire et actualité en Rhône-Alpes. [En ligne] : < http://www.memoireetactualite.org/ >.

3 Échange professionnel sur la question du rapport entre valorisation du fonds local et mise à disposition numérique, suite à la mise en ligne des Tablettes rennaises. [En ligne] : < http://www.tablettes-rennaises.fr/ >.

4http://www.bn-limousin.fr/ >.

5 Cette étude est l’œuvre d’une stagiaire de licence professionnelle « Métiers du livre », titulaire d’un DEA de sociologie : Dorothée Bout, Analyse des données de l’enquête Les publics de la bn-r, rapport de stage, septembre 2010. [En ligne] : < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/49513-analyse-des-donnees-de-l-enquete-les-publics-de-la-bn-r-bibliotheque-numerique-de-roubaix.pdf >.

6 Échange professionnel sur la question du rapport entre valorisation du fonds local et mise à disposition numérique, suite à la réalisation du Webdocumentaire sur la Maison Carrée. [En ligne] : < http://www.maisoncarree.eu/ >.

7 Mémoire vive. [En ligne] : < http://memoirevive.besancon.fr/ >.

8 Aurélia. [En ligne] : < http://aurelia.orleans.fr/ >.

9 Vu(es) d'ici : Les Bibliothèques de Grenoble soutiennent la création locale : découvrez en accès libre des films et des réalisateurs qui représentent cette richesse et cette diversité. [En ligne] : < http://cinevod.bm-grenoble.fr/videos/category/7F972-kewego-import >.

10 Voir la contribution de Jocelyne Deschaux et Patrick Hernebring : « Les réseaux sociaux : le fonds Trutat de la Bibliothèque municipale de Toulouse sur Flickr », in Christelle di Pietro (dir.), Produire des contenus documentaires en ligne : quelles stratégies pour les bibliothèques ?, Villeurbanne, Presses de l’enssib (coll. La Boîte à outils ; 30), pp. 110-116.

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search