Version classiqueVersion mobile

Repenser le fonds local et régional en bibliothèque

 | 
Bernard Huchet
, 
Claire Haquet

Partie 2. Questions transversales

Les langues régionales : une politique documentaire en miroir ?

Jérôme Schweitzer

Texte intégral

  • 1 Dépôt d’un projet de loi constitutionnelle par François Hollande, en juin 2015.

1L’annonce récente1 du président de la République du dépôt d’un projet de loi constitutionnelle visant à ratifier la Charte européenne des langues régionales et minoritaires signée en 1992 par les États membres du Conseil de l’Europe, souligne les enjeux présentés par la diversité linguistique de la France. Les bibliothèques, établissements inscrits dans leurs territoires, reflètent les besoins de savoir exprimés par les populations qu’elles desservent. Dans le cas des langues régionales, leurs fonds expriment une quête de reconnaissance, d’apprentissage, de découverte ou de redécouverte de ce patrimoine propre aux différentes régions. Cependant, la littérature professionnelle dans ce domaine est assez rare alors que ces problématiques sont souvent spécifiques et suggèrent une nécessaire adaptation des politiques documentaires propres à chaque institution. Celles-ci ne peuvent se contenter d’appliquer pour ces fonds linguistiques le même type de démarche que pour les autres collections, elles doivent par conséquent s’adapter pour innover.

Les fonds de langues régionales : des spécificités

  • 2 Bernard Cerquiglini, Les langues de France : rapport aux ministres de l’Éducation nationale, de la (...)

2En 1999, pour préparer la ratification de la charte européenne, Bernard Cerquiglini a répertorié dans un rapport sur les langues de France2 75 langues, dont une vingtaine en France métropolitaine. Il constate que moins de dix de ces langues disposent d’une tradition écrite ancienne ; à ce nombre s’ajoutent les langues non territorialisées que sont le yiddish, les langues parlées par les Tsiganes, l’arménien occidental, le berbère ou l’arabe dialectal. La France est bien un pays multilingue où le français côtoie au quotidien des langues comme l’occitan, le basque, le breton, le corse ou l’alsacien.

3Néanmoins, les gouvernements successifs qui ont annoncé la ratification prochaine de la fameuse charte européenne, se sont, pour l’instant, toujours vu opposer l’article 2 de la Constitution qui précise : « la langue de la République est le français ». Pourtant, les langues régionales sont une réalité qui se concrétise dans l’oralité mais aussi dans l’écrit avec des fonds documentaires remontant parfois au Moyen Âge. Ces fonds se caractérisent d’ailleurs par divers éléments ayant une influence directe sur les politiques des bibliothèques :

  • une production éditoriale relativement réduite : à l’exception des langues transfrontalières comme le catalan ou le basque, la production éditoriale en langue régionale dépasse rarement la centaine de titres par an3, ce qui constitue un frein important au développement d’une véritable politique d’acquisition. Ces productions éditoriales peuvent également surreprésenter certains secteurs comme la littérature, la poésie ou les ouvrages d’apprentissage linguistique ;
  • être locuteur d’une langue régionale ne signifie pas forcément en être lecteur, d’autant moins que le passage de l’oral à l’écrit suppose une standardisation de la langue. Ce processus est nécessaire pour assurer une production écrite, mais il peut parfois être ressenti comme une menace pour la diversité linguistique ;
  • l’ensemble des professionnels des bibliothèques ne maîtrise pas toujours la langue régionale, même si dans la majorité des cas les personnes en charge de ces fonds sont motivées et soucieuses de les valoriser4.

4Face à ces enjeux, les bibliothèques doivent développer des stratégies afin d’adapter leur offre documentaire et être des acteurs de la diffusion et de la préservation des langues de France.

Assurer la visibilité des langues régionales

5Les situations sont contrastées en fonction des identités régionales, des moyens mis à disposition par l’État et les collectivités locales ou de la vivacité de chaque langue. Mais de manière générale, une action directe visant à assurer la diffusion, la promotion et la visibilité de ces langues est toujours envisageable. Pour assurer ces missions, les bibliothèques développent des portails permettant de recenser, parfois d’y accéder, non seulement le patrimoine écrit mais aussi le patrimoine oral ou des vidéos des différentes langues. Sous l’égide de la médiathèque de Bayonne, le portail Bilketa5 lancé en 2015 permet d’explorer les collections d’une vingtaine d’établissements du Pays basque. Le portail Occitanica6 entend créer des outils de connaissance et de développement de l’occitan dans le cadre des missions du Centre inter-régional de développement de l’occitan (CIRDOC)7. Ces deux exemples regroupent aussi bien des bibliothèques publiques, privées, que des associations. Soutenus tous les deux par la BnF dans le cadre de sa politique de pôles associés, ils se distinguent par une volonté conjointe de diffusion et de transmission, en recherchant des synergies autour des langues régionales. Les textes numérisés, l’histoire linguistique, l’iconographie, etc. sont mis en avant, et sont associés à des vidéos, des sons, des calendriers d’événements, incitant les internautes à explorer toutes les richesses mises à leur disposition mais aussi à accroître leur connaissance de la langue.

Accompagner les usagers et les professionnels

  • 8 Julie Le Mest, op. cit., pp. 67-68.

6Cette action inscrite dans des réseaux correspond à la réalité des pratiques d’une langue au sein d’un territoire. La concrétisation de ce travail en coordination peut se traduire par ce type de portail, mais ce besoin de visibilité peut également prendre une forme plus prosaïque par le biais d’une inscription de la langue régionale dans la signalétique de la bibliothèque : un contact quotidien et familier avec la langue constitue un facteur favorable à son assimilation par les publics. Ce lien direct peut également comprendre le port d’un badge par les agents maîtrisant la langue régionale, afin de favoriser le dialogue avec le public. La plupart des langues régionales n’étant plus des langues de communication, offrir cette possibilité dans les bibliothèques contribuerait à leur retour dans la sphère publique8.

  • 9 Ibid., p. 64.

7Cette inscription dans le quotidien invite à s’intéresser également à l’usage professionnel des langues régionales ; des formations spécifiques existent pour le breton, le basque ou l’occitan, par exemple. La maîtrise de la langue semble essentielle pour mieux appréhender ses enjeux. Les professionnels les plus militants peuvent par ailleurs favoriser l’émergence de partenariats par leur implication dans le milieu associatif, ou leur connaissance de l’histoire linguistique et littéraire. Sans être indispensable, la maîtrise de la langue est un atout pour assurer la gestion de fonds que pourrait compliquer une connaissance insuffisante de la langue et de la culture régionales, d’autant plus que les outils de référence font souvent défaut et que ces collections courent le risque d’une mise au second plan9. La maîtrise de la langue doit également permettre son signalement par des indexations linguistiques dans les catalogues des bibliothèques, le Sudoc ou le CCFr. Cette démarche vise à offrir une visibilité globale sur l’offre dans ce domaine et sur son évolution.

Valoriser un patrimoine plurilinguistique

8Outre ces actions favorisant la visibilité et la pratique quotidienne des langues régionales, les bibliothèques mettent en place des politiques de diffusion et de valorisation des fonds. En effet, les programmes de numérisation tiennent compte de ces éléments, le « critère des langues de France » est par exemple mentionné dans les programmes de numérisation concertée de la BnF. Cette politique s’étend aux formes d’expression de la culture régionale dans d’autres langues nationales : en Alsace, divers groupes d’écrivains ont utilisé indifféremment le français, l’allemand ou l’alsacien entre les années 1850 et nos jours. La numérisation et la mise en ligne ne sont cependant pas une fin en soi, l’action des bibliothèques doit s’accompagner d’une valorisation via des portails déjà évoqués, ou par le développement d’outils nouveaux. C’est l’ambition du projet Restaure qui a obtenu un financement de l’Agence nationale pour la recherche (ANR) afin de développer des logiciels d’océrisation de trois langues régionales : le picard, l’occitan et l’alsacien10. Trois laboratoires travaillent de concert sur ce programme, à Amiens, Toulouse et Strasbourg. Les bibliothèques sont un soutien intéressant pour ce projet : elles ouvrent l’accès aux sources qui permettront de tester et mettre au point l’outil en développement.

9Les documents numérisés peuvent également être des vecteurs de diffusion et d’animation du « fait local ». Dans le domaine linguistique, ces sources peuvent inspirer des associations de valorisation des langues régionales, soucieuses de faire redécouvrir des textes parfois oubliés. À Strasbourg, l’association Culture et bilinguisme s’appuie régulièrement sur des documents mis à disposition par la Bibliothèque nationale et universitaire (BNU) pour monter des soirées de lecture de textes d’écrivains régionaux comme René Schickele, Jean-Paul de Dadelsen ou Erckmann-Chatrian.

Éditeur régional

10Autre moyen de valorisation : une action concertée avec le monde de l’édition qui, dans le domaine de la langue régionale, peut faire face à un marché limité. En 2014, l’exposition de la BNU, 1914, la mort des poètes a mis à l’honneur Ernst Stadler, auteur de langue allemande né à Colmar. L’événement avait été suggéré par une maison d’édition qui a publié en parallèle la première traduction intégrale de l’œuvre majeure de ce poète expressionniste, Der Aufbruch11. La bibliothèque est alors devenue acteur de la culture locale en apportant un soutien concret à sa fabrique par la réalisation de cette exposition, accompagnée d’ateliers de création avec la Haute École des arts du Rhin, le Master édition de l’université de Strasbourg et les élèves de l’école du Théâtre national de Strasbourg12. La mise en valeur de la langue de ce poète traduit ainsi la volonté des bibliothèques de participer à la diffusion de toutes les formes d’expression des identités linguistiques.

11Ces divers exemples soulignent les problématiques spécifiques posées par les langues régionales. Public parfois restreint, marché de l’édition limité, auteurs oubliés, les bibliothèques doivent s’adapter à une situation démo-linguistique où les langues de France sont pour la plupart des « langues en danger ». Il s’agit d’innover pour favoriser la pratique de ces langues en les rendant visibles, audibles et présentes, aussi bien en ligne que sur les rayonnages ou dans les espaces des bibliothèques.

Notes

1 Dépôt d’un projet de loi constitutionnelle par François Hollande, en juin 2015.

2 Bernard Cerquiglini, Les langues de France : rapport aux ministres de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie, et de la Culture et de la Communication, 1999. [En ligne] : < http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/994000719/index.shtml >.

3 Julie Le Mest, La place des langues régionales en bibliothèque municipale, Mémoire d’étude de conservateur des bibliothèques, sous la direction de Michèle Coïc : Villeurbanne, Enssib, 2010, p. 31.

4 Ibid., p. 12.

5http://www.bilketa.eus >.

6http://occitanica.eu/ >.

7 Marie-Andrée Ouret, « La valorisation des fonds basques », in Bibliothèque nationale de France, Actes des 15es journées des pôles associés et de la coopération, « les nouveaux visages du patrimoine », 2014. [En ligne] : < http://www.bnf.fr/documents/JPAC2014_OURET_present.pdf > et Benjamin Assié, « Le patrimoine occitan », ibid. [En ligne] : < http://www.bnf.fr/documents/JPAC2014_ASSIE_present.pdf >.

8 Julie Le Mest, op. cit., pp. 67-68.

9 Ibid., p. 64.

10http://www.agence-nationale-recherche.fr/?Projet=ANR-14-CE24-0003 >.

11 Ernst Stadler, trad. Philippe Abry, Le départ, Paris, Arfuyen, 2014 (coll. Neige ; volume 29).

12http://www.bnu.fr/action-culturel/agenda/1914-la-mort-des-poetes >. Julien Collonges, Jérôme Schweitzer et Tatiana Victoroff (dir.), 1914, la mort des poètes, [catalogue d’exposition, Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, 22 novembre 2014-1er février 2015], Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, 2014.

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search