Version classiqueVersion mobile

Repenser le fonds local et régional en bibliothèque

 | 
Bernard Huchet
, 
Claire Haquet

Partie 2. Questions transversales

Les éphémères, un cas particulier

Séverine Montigny

Texte intégral

1Les fonds locaux et régionaux comportent souvent des éphémères, ces pièces ou feuilles volantes échappant aux catégories bibliothéconomiques classiques et, de ce fait, largement délaissées, en dépit même de leur intérêt documentaire. On reviendra ici sur leur définition et leur place au sein de la documentation locale et régionale avant de proposer des pistes pour leur assurer une meilleure visibilité.

Quelques éléments de définition

2Vieux papiers, occasionnels, bilboquets… Imprimeurs, collectionneurs ou bibliothécaires ont inventé un vocabulaire foisonnant pour désigner ces documents.

3Le terme d’éphémères permet d’embrasser une grande diversité de types documentaires tout en insistant sur leurs caractéristiques communes :

  • ils véhiculent une information vite obsolète au regard de leur caractère utilitaire ;
  • leur conservation n’est pas prévue au-delà de leur utilité immédiate. Ces objets du quotidien peuvent donc devenir rares, quel que soit le nombre initial d’exemplaires ;
  • ils sont diffusés gratuitement ou à faible prix, selon des circuits informels, en dehors des voies éditoriales classiques ou officielles. Beaucoup échappent donc aux circuits d’acquisition des bibliothèques, en particulier au dépôt légal, et des services d’archives ;
  • ce sont des imprimés1, même s’ils comportent parfois des éléments manuscrits. Leur essor est considérable à partir de la Révolution industrielle. En général, ils sont de forme modeste (qualité du support et de l’impression, dimensions), ce qui explique leur fragilité et contribue à leur rareté.

Typologies documentaires

4Bien que les besoins de la vie courante et les évolutions des techniques de l’information renouvellent la forme des éphémères et rendent difficile l’établissement d’une typologie complète, il en existe de plusieurs sortes.

5Signalons-en trois :

  • les imprimeurs utilisent des classifications reflétant la nature de leur clientèle, comme la « Nomenclature des principaux bilboquets » de Marius Audin, qui ne cite pas, faute d’en avoir imprimé, de documents associatifs2 ;
  • pour les besoins du traitement documentaire, les bibliothécaires ont également défini des catégories fondées sur la forme des objets. Les affiches, les cartes postales, les périodiques les plus occasionnels et certaines brochures, assimilables à des éphémères, sont souvent gérés par les départements iconographiques ou les services des imprimés. Pour le « reste », la nature de l’information délivrée (publicité, information, propagande, etc.)3 ou la fonction du document (didactique et impérative, juridique, etc.)4 peuvent aider au classement ;
  • enfin, on peut envisager une classification des éphémères, comme en archives, selon leur origine : particuliers (travaux de ville, pièces administratives, titres de transport, etc.), associations (programmes, tracts, etc.), commerces (papiers à en-tête, images publicitaires, etc.).

Un intérêt récent des chercheurs

6Désignés par des termes péjoratifs (paperasse, pubblicazioni minori en italien…), les éphémères ont longtemps été méprisés. Un document seul, non daté ou sans indication de provenance, peut n’apporter qu’une information médiocre à l’historien. En revanche, la masse d’un corpus permet comparaisons et observation de tendances.

  • 5 On désigne par ce nom l’ensemble des pièces imprimées, pamphlets, satires et libelles, en vers ou (...)
  • 6 John Grand-Carteret, Vieux papiers, vieilles images : cartons d’un collectionneur, Paris, A. Le Va (...)

7Les éphémères ont d’abord intéressé des amateurs. Dès l’Ancien Régime, des particuliers regroupent des pièces témoignant d’événements vécus, comme les mazarinades5. À partir du xixe siècle, des collectionneurs développent un goût pour ces petits documents, dont ils se font les spécialistes6. Aujourd’hui, il entre aussi une dimension affective dans la collecte de ces souvenirs d’un temps révolu, et les sociétés d’amateurs, le Vieux Papier ou The Ephemera Society, sont toujours très actives et leurs publications font référence.

  • 7 [En ligne] : < https://www.reading.ac.uk/typography/research/typ-researchcentres.aspx#ces >.

8La bibliographie révèle un intérêt pour les éphémères bien plus développé chez les Anglo-Saxons. Le centre de recherche de Reading en Grande-Bretagne7, dirigé par Mickaël Twymann, est reconnu internationalement.

  • 8 Par exemple : Nicolas Petit, L'éphémère, l'occasionnel et le non livre à la bibliothèque Sainte-Ge (...)

9En France, alors que les collections couvrent généralement les deux derniers siècles, les bibliothécaires et les chercheurs ont surtout étudié l’Ancien Régime8, soit que les corpus semblent plus maîtrisables, soit qu’ils permettent de traiter d’histoire événementielle, plus « noble ». L’histoire du livre est aussi très présente dans la bibliographie, souvent consacrée à des types documentaires (menus, faire-part…).

  • 9 Voir Curiosités et éphémères : un patrimoine de circonstance, Actes du colloque national de Chambé (...)

10Les faits du quotidien intéressent cependant de plus en plus. Ainsi, le Mois du Patrimoine écrit de 2004, « Curiosités et éphémères »9, fait sortir de l’ombre des fonds documentant des phénomènes plus modestes et locaux, tels que la collection Delloye à Cambrai, composée d’une bibliothèque et d’un ensemble documentaire sur la ville et sa région, principalement au xixe siècle.

  • 10 Voir les actes des journées d’étude tenues en 2014, « Éphémères, un patrimoine à construire ». [En (...)

11Récemment, on remarque également le projet Patrimonialisation des éphémères (PatrimEph), programme de recherche pluriannuel porté par plusieurs universités françaises (Cergy-Pontoise, Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Bourgogne) qui interroge la place des éphémères dans le patrimoine écrit10.

Les éphémères dans la documentation locale et régionale

De l’intérêt des éphémères pour l’histoire locale

  • 11 Marcel Poëte, « Rapport présenté par M. Marcel Poëte au nom de la commission de réorganisation de (...)

12Les éphémères sont des témoins parfois uniques de la vie quotidienne : une manifestation locale peut ne laisser d’autre trace qu’un programme ; une petite entreprise laisse rarement des archives, mais peut diffuser des prospectus… C’est en soulignant leur potentiel que Marcel Poëte justifie en 1906 le lancement de la collecte d’« actualités » par la Bibliothèque historique de la Ville de Paris (BHVP)11 : il s’agit d’ouvrir de nouveaux champs d’étude, sociaux, économiques ou culturels, et de constituer les matériaux de la recherche à venir.

  • 12 Dominique Genuer, Les dossiers documentaires à l’heure du numérique, Mont-Saint-Aignan, Éditions K (...)

13Les collections d’éphémères peuvent s’avérer très complémentaires des fonds d’archives, où l’on ne trouve que par incidence ce type de source. Leur collecte s’accompagne parfois de la constitution de dossiers documentaires sur des lieux, des personnalités ou des thématiques locales, comme à la BHVP, où Marcel Poëte lance une revue de presse à partir des journaux locaux. La numérisation de la presse régionale doit conduire à réévaluer cette pratique12, voire à s’interroger sur la conservation de certains dossiers, surtout lorsque sources primaires, éphémères rares et précieux, et sources secondaires, coupures de presse et extraits de monographies, y sont mêlées. Mais on apprécie encore souvent leur intérêt documentaire et la rapidité d’accès à l’information qu’ils assurent.

14Les éphémères présentent aussi de grands atouts pour la médiation de l’histoire locale auprès du grand public, en raison de leur esthétisme et de leur force d’évocation (ils renvoient à des réalités familières). En outre, il est aisé de numériser ou d’exposer de simples feuillets.

15La présence forte d’un type d’éphémère dans une bibliothèque, en raison d’un don ou d’une histoire particulière, renforcée par la définition d’une carte documentaire régionale ou plus large, peut contribuer à la construction d’une singularité. C’est ainsi que la BM de Dijon et son fonds gourmand font référence pour l’histoire de la gastronomie. Citons également la collection de catalogues de constructeurs automobiles au Mans.

L’origine des collections

  • 13 Anne-Laurence Mennessier, Le traitement des éphémères en bibliothèque : l’exemple de la collection (...)

16Les collectionneurs privés sont à l’origine d’ensembles remarquables. Personnalités impliquées dans les institutions ou les associations de leur ville, ils peuvent en recueillir la production et ont le souci d’en faire don à leur bibliothèque. Leurs collections sont maintenues dans leur état originel de fonds d’archives privées, comme celle d’Arthur Labbé de la Mauvignière13 à Poitiers, ou réparties dans des séries thématiques ou typologiques.

17Le pourvoyeur d’éphémères le plus important ou le plus régulier pour les grandes bibliothèques régionales est le DLI. Même s’il exclut certains types de documents (travaux de ville, de commerce et administratifs, documents électoraux) et qu’il est difficile d’obtenir un versement exhaustif de producteurs amateurs ou informels, il y fait affluer affiches, catalogues et autres prospectus.

18Enfin, les bibliothécaires peuvent effectuer une collecte volontaire, qu’elle soit ponctuelle, comme lors d’élections, ciblée, par exemple sur l’actualité culturelle, ou de grande ampleur, comme à la BHVP. Cet effort permet d’éviter de futures acquisitions onéreuses. Il ne faut pourtant pas s’en tenir à de l’accumulation documentaire, mais s’interroger sur la collecte à venir et sur son utilité, comme pour toute documentation.

Un problème de dénomination

19On repère peu de collections d’éphémères dans le Répertoire national des bibliothèques et des fonds documentaires (RNFBD), sans doute à cause d’un vocabulaire trop hétérogène : « ephemera » et « éphémères » sont rares ; « recueils » est trop flou. Parmi les fiches de fonds évoquant le DLI, seule celle de Nancy signale des « éphémères ». Pour les fonds d’archives susceptibles de comprendre des pièces d’intérêt local, elles se « cachent » souvent derrière le nom du producteur.

20Les pages de présentation des collections sur les sites des bibliothèques, peut-être davantage consultés par les chercheurs travaillant sur des thématiques locales, ne mentionnent guère ces ensembles.

21Cette relative invisibilité traduit les difficultés des bibliothèques à traiter ces documents : confrontées à une masse de petites pièces, elles semblent manquer de moyens pour engager leur signalement, voire leur classement et leur conditionnement. Enfin, la priorité donnée à la collecte et au renseignement des lecteurs maintient souvent les personnels chargés des dossiers documentaires et des éphémères dans un rôle de documentalistes, classant, mais signalant peu les documents.

Accroître la visibilité des éphémères

Diffuser une information simple

  • 14 Michael Dewe, Paul Drew, “The collection of printed ephemera in Australia at national, state and l (...)

22Il convient d’abord d’établir des fiches de fonds dans le RNFBD. À défaut d’un vocabulaire normalisé, le terme de « recueil », qui ressort de l’organisation des documents, semble devoir être au moins précisé (« recueils de pièces », « recueils de faire-part »…). Une indexation uniforme des fiches pourrait ensuite permettre de recenser les fonds en France, comme en Australie14.

23Localement, il paraît nécessaire de créer sur les sites web des bibliothèques des pages sur le fonds local et régional et, le cas échéant, le DLI. Les BM d’Orléans ou d’Épernay en donnent de bons exemples15.

Mettre en ligne le cadre de classement

24La publication du cadre de classement des éphémères de la bibliothèque, même inabouti, est également souhaitable. Ceux des bibliothèques de dépôt légal imprimeur (BDLI), revus par le groupe de travail sur les recueils réuni en 2004 par la BnF, peuvent servir de modèles16. On répartit souvent les documents selon leurs dimensions, pour leur bonne conservation, les affiches constituant des ensembles distincts ; les séries peuvent être organisées par typologie documentaire (étiquettes, calendriers…), thème (sport, tourisme…) ou portée géographique : cela permet notamment aux BDLI de regrouper les documents intéressants d’autres régions que la leur et de répondre au problème de la répartition du DLI. De manière générale, les informations géographiques sont capitales pour un fonds local ; elles permettront une valorisation cartographique des données.

Choisir un mode de traitement

25Devant la masse, il faut renoncer à un traitement à la pièce, sauf peut-être pour les pièces exceptionnelles. Le mieux est de choisir le niveau de description le plus adapté à la communication, généralement le dossier. Rassembler les documents par producteur permet de leur donner une place univoque.

  • 17 Sur ce point notamment, on se reportera avec profit au travail approfondi d’Anne-Laurence Mennessi (...)

26Deux solutions techniques s’offrent aux bibliothécaires17. On peut cataloguer les dossiers en recueils, en Unimarc. Pour cela, on suivra le guide de catalogage de la BnF, qui fournit des modèles de notices minimales, ainsi qu’une typologie documentaire pour les titres forgés. C’est l’option la plus accessible pour la plupart des établissements : on utilise un outil et des compétences préexistants. Par ailleurs, les usagers pourront trouver les références des recueils simultanément à d’autres types de documents et appréhender la diversité et la complémentarité des collections. Cela suppose néanmoins un soin particulier dans l’indexation. En outre, le risque de « bruit » dans les résultats d’une recherche, sur un type documentaire par exemple, est réel et l’ensemble dans lequel s’inscrit un dossier n’est pas perceptible.

27À ce traitement bibliothéconomique classique existe une alternative d’inspiration archivistique : l’inventaire en EAD. Tandis que l’Unimarc met sur le même plan toutes les notices, le format EAD permet de restituer le contexte de production des documents et de structurer l’information en niveaux hiérarchiques ; ainsi, le lecteur peut visualiser dans quelle collection se trouve un dossier, comment elle est classée et quels autres éléments proches pourraient l’intéresser. Un tel inventaire peut être publié à tous les stades de sa rédaction, du simple cadre de classement au catalogue détaillé des dossiers, voire des pièces, d’une série. Néanmoins, ce choix nécessite de former les bibliothécaires à l’utilisation d’un éditeur XML et de l’EAD. Pour les lecteurs, il induit un éclatement de la recherche dans une base distincte du catalogue, aux données peu interopérables : cet inconvénient paraît mineur dans le cas de collections très spécifiques d’intérêt local ou régional.

Choisir un mode de partage de l’information

28L’EAD offre de sérieux avantages pour la description d’éphémères, mais il pose la question de la diffusion des inventaires ainsi rédigés, à l’écart des catalogues traditionnels. Il est en effet difficile pour les établissements de se doter d’un deuxième outil de publication. Les catalogues collectifs, Calames ou le CCFr-Manuscrits, qui s’ouvrent à des types documentaires plus divers, offrent donc une première solution.

29En local, faute de mieux, chaque établissement peut cataloguer les inventaires sous forme de fichiers PDF dans le SIGB, en Unimarc. L’idéal est d’utiliser un logiciel de publication permettant une diffusion sur le site propre de l’établissement. La BmL propose ainsi trois catalogues pour ses fonds patrimoniaux : une base traditionnelle en Unimarc, un ensemble d’inventaires en EAD, dont la « collection d’éphémères d’intérêt régional », et une bibliothèque numérique18. Cet éclatement de l’information peut être réduit en intégrant des images aux inventaires en EAD comme à Dijon19.

30Mais il s’agit d’outils destinés avant tout aux chercheurs. Pour le grand public, on privilégie des bibliothèques numériques plus attractives, où l’image prime sur le texte, comme à Bordeaux20. Limités dans leurs moyens et leurs droits, ces ensembles sont parcellaires ; une politique de numérisation exhaustive implique d’effectuer un catalogage à la pièce, envisageable avec le partenariat d’un organisme de recherche ou la participation des internautes21. Un projet collaboratif engendre un travail d’administration non négligeable, mais peut être très fructueux pour des documents parfois peu parlants comme les éphémères.

31Masse documentaire, accroissement continu, variété typologique, fragilité rendent compliquée la gestion d’une collection d’éphémères. Mais il existe des modèles et des pratiques pour les classer et les signaler. À l’heure où la rétroconversion des imprimés et des manuscrits s’achève, en parallèle des fonds iconographiques auxquels ils sont parfois mêlés, il importe de révéler le potentiel de ces ensembles patrimoniaux originaux extrêmement riches pour l’histoire locale, et d’inventer des moyens de les valoriser.

Notes

1 Les premiers documents imprimés, les indulgences, sont d’ailleurs classés au rang des éphémères (L’éphémère, Revue de la Bibliothèque nationale de France, n° 10, 2002, p. 19).

2 Marius Audin, Alan Marshall, Bernadette Moglia, Ephemera : les imprimés de tous les jours, 1880-1939, Lyon, Musée de l’imprimerie, 2001.

3 Cette catégorisation est proposée par Madeleine Barnoud pour les recueils de la BnF en 1998 (document interne).

4 Marianne Carbonnier, « Les “feuilles volantes” et le service des sources de l’histoire de France », Bulletin d’informations de l’Association des bibliothécaires français, 1983, n° 121, 1983, pp. 15-17, ici p. 15. [En ligne] : < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/index-des-revues?id_article=41072 >.

5 On désigne par ce nom l’ensemble des pièces imprimées, pamphlets, satires et libelles, en vers ou en prose, visant le cardinal Mazarin pendant la Fronde (1648-1653), ainsi que les autres pièces produites en réponse par ses partisans. Leur corpus théorique s’établit entre 12 000 et 15 000 références.

6 John Grand-Carteret, Vieux papiers, vieilles images : cartons d’un collectionneur, Paris, A. Le Vasseur, 1896.

7 [En ligne] : < https://www.reading.ac.uk/typography/research/typ-researchcentres.aspx#ces >.

8 Par exemple : Nicolas Petit, L'éphémère, l'occasionnel et le non livre à la bibliothèque Sainte-Geneviève (xve-xviiie siècles), Paris, Klincksieck, 1997 (coll. Corpus iconographique de l'histoire du livre).

9 Voir Curiosités et éphémères : un patrimoine de circonstance, Actes du colloque national de Chambéry (2004), Arald, Fédération française de coopération entre bibliothèques, bibliothèque municipale de Chambéry, 2005. [En ligne] : < www.arald.org/telechargement/183/actes_colloque_mpe_2004.pdf >.

10 Voir les actes des journées d’étude tenues en 2014, « Éphémères, un patrimoine à construire ». [En ligne] : < http://www.fabula.org/colloques/sommaire2882.php >.

11 Marcel Poëte, « Rapport présenté par M. Marcel Poëte au nom de la commission de réorganisation de ce service », Bulletin de la Bibliothèque et des Travaux historiques de la Ville de Paris, 1906, n° 1, p. XIV-XVI.

12 Dominique Genuer, Les dossiers documentaires à l’heure du numérique, Mont-Saint-Aignan, Éditions Klog, 2012.

13 Anne-Laurence Mennessier, Le traitement des éphémères en bibliothèque : l’exemple de la collection Arthur Labbé de la Mauvinière à la médiathèque François-Mitterrand de Poitiers, Mémoire d’étude de conservateur des bibliothèques, sous la direction d’Anne Meyer : Villeurbanne, Enssib, 2005. [En ligne] : < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/1031-le-traitement-des-ephemeres-en-bibliotheque.pdf >.

14 Michael Dewe, Paul Drew, “The collection of printed ephemera in Australia at national, state and local levels”, International Information and Library Review, June 1993, n° 2, Vol. 25, pp. 123-140.

15 [En ligne] : < http://mediatheque.epernay.fr/opacwebaloes/index.aspx?IdPage=408# > et < http://mediatheque.epernay.fr/opacwebaloes/index.aspx?IdPage=408# >.

16 Voir celui de Lyon. [En ligne] : < http://pleade.bm-lyon.fr/toc.xsp?id=FR693836101_001DL&qid=sdx_q1&fmt=tab&idtoc=FR693836101_001DL-pleadetoc&base=fa&n=6&ss=true&as=true&ai=collection-cat >.

17 Sur ce point notamment, on se reportera avec profit au travail approfondi d’Anne-Laurence Mennessier, op. cit.

18 [En ligne] : < http://www.bm-lyon.fr/collections-patrimoniales-et-specialisees/chercher-un-document/ >.

19 [En ligne] : < http://patrimoine.bm-dijon.fr/pleade/ >.

20 [En ligne] : < http://bibliotheque.bordeaux.fr/le-patrimoine/bordeaux-et-laquitaine.dot?host_id=62909281-80c9-4bea-934d-e5034a95e7bc >.

21 Voir par exemple le projet Building Inspector de la New York Public Library. [En ligne] : < http://www.nypl.org/collections/labs >.

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search