Version classiqueVersion mobile

Repenser le fonds local et régional en bibliothèque

 | 
Bernard Huchet
, 
Claire Haquet

Partie 2. Questions transversales

Le signalement coopératif des fonds locaux

Agnès Babois

Texte intégral

  • 1 Voir Pascal Sanz (dir.), Guide de la coopération entre bibliothèques, Paris, Éditions du Cercle de (...)

1La coopération en matière de fonds locaux se développe la plupart du temps en parallèle d’actions plus spécifiquement patrimoniales. Les bibliothécaires, convaincus de longue date du bien-fondé de la coopération, initient des projets communs pour l'ensemble des pratiques de la bibliothéconomie, jusqu'à l'action culturelle et sociale1. Leurs premières tentatives portent sur la constitution de catalogues collectifs, tout d’abord de périodiques (1918), puis d’imprimés avec l’adoption d’un format unifié pour les fiches catalographiques (1950).

  • 2 Voir les décrets du 3 janvier 1994 portant création de la Bibliothèque nationale de France et du 9 (...)

2Dans le cadre de la politique de l’État, la BnF a notamment pour mission la coopération par la mise en commun des ressources documentaires des bibliothèques françaises2. Dans les années 1980, elle participe à la mise en œuvre du Catalogue collectif de France (CCFr) et prend en charge sa gestion à partir de 2001.

  • 3 Louis Desgraves, Le patrimoine des bibliothèques. Rapport à Monsieur le Directeur du livre et de l (...)

3Les années 1980 amorcent aussi un mouvement de coopération en région. La loi de décentralisation du 2 mars 1982 et la création des régions en tant que collectivités territoriales incitent l’IGB à formuler des recommandations pour la création de services régionaux décentralisés de coopération3. Des agences régionales de coopération sont créées à partir de 1984, afin que les bibliothèques puissent partager compétences, ressources et moyens, avec, entre autres missions, celle d’améliorer le signalement des fonds régionaux.

  • 4 Béatrice Pedot, « Les structures régionales pour le livre : évolution et tendances », Bulletin des (...)
  • 5www.fill.fr >.

4À partir de 1988, sous l’impulsion des élus régionaux, les missions de coopération entre les bibliothèques et celles liées à l’ensemble des métiers du livre – édition, librairie – sont confiées à un seul organisme dans chaque région4. De ce regroupement naissent les structures régionales du livre (SRL). Aujourd’hui au nombre de vingt-cinq, elles sont presque toutes regroupées au sein de la Fédération interrégionale pour le livre et la lecture (Fill)5. Leurs missions sont de protéger et de valoriser, à l’échelon régional, le patrimoine écrit et graphique, de développer la lecture, de promouvoir la vie littéraire et l’économie du livre et de former les professionnels du livre.

5Les fonds locaux, encore largement considérés par les établissements comme des fonds de conservation, se situent à la frontière du patrimoine et des collections de lecture publique. La toute récente Charte de la conservation dans les bibliothèques, publiée en 2014 par les deux ministères de tutelle, propose une définition renouvelée du patrimoine et réaffirme le caractère patrimonial des fonds locaux6. La coopération s’impose aux bibliothèques de manière plus évidente pour les fonds locaux car ils reflètent l'ancrage de l’établissement sur son territoire, ils constituent une spécialité de la bibliothèque et revêtent un caractère unique. Les lois de décentralisation des vingt dernières années n’ont cessé de renforcer la « culture » des territoires ainsi que la question de leur identité. C'est pourquoi le signalement, l’accès et la valorisation des fonds locaux sont une contribution nécessaire à cette identité territoriale. Les établissements affirment leur spécificité sur le territoire en offrant à leur public une connaissance des collections qui leur sont proches. Les fonds locaux des établissements se définissent de concert par une compréhension, à échelle géographique, du canton au département et à la région, et des régions, sur l’ensemble du territoire national.

Des bibliographies de fonds locaux aux catalogues collectifs régionaux : les années 1980-1990

6De ce besoin d’échanges entre établissements naissent à la fin des années 1980 et au cours des années 1990 une multitude d’actions collectives soutenues par les régions et l’État. Elles se structurent au sein des agences de coopération entre bibliothèques : les bibliothécaires veulent proposer au public un accès à leur documentation locale, jusque-là peu signalée et peu accessible. Les professionnels ont conscience que la dispersion des collections, amplifiée par l’hétérogénéité des catalogues, est l’un des obstacles majeurs à la recherche et à la communication des documents. Les bibliothèques, surtout les plus petites, n’ont pas individuellement les moyens de mettre en place des outils adaptés et unifiés de signalement des collections.

  • 7 Hélène Lorblanchet, « Catalogues collectifs et accès à l'information », Bulletin des bibliothèques (...)

7Les agences de coopération régionale des bibliothèques, de Basse-Normandie (1991-1996), de Rhône-Alpes (1992-1995), de Bourgogne (1990-1996) et de Languedoc-Roussillon (1996) ont chacune édité des bibliographies et catalogues régionaux7. Le recensement des fonds locaux s’est effectué à partir des catalogues d’imprimés de la fin du xixe siècle, des inventaires manuscrits, des fichiers manuels des établissements et des bibliographies régionales annuelles publiées par des sociétés savantes. C’est le cas de la Bibliographie bourguignonne publiée par la Société des Annales de Bourgogne depuis 1939 et de la Bibliographie normande publiée par la Société des Annales de Normandie depuis 1951. Ces bases bibliographiques préfigurent les catalogues collectifs, elles recensent chaque année toutes les publications sur une même région quels que soient leurs supports : imprimés, périodiques.

Fonctionnement des catalogues collectifs régionaux : les années 2000

8Sous l’impulsion des bibliothécaires, les agences de coopération régionales ont d’abord rassemblé cette documentation régionale sous forme de CD-ROM, en région Rhône-Alpes (1993) et en région Basse-Normandie (1994). Les CD-ROMs réalisés avec l’appui des principales bibliothèques des deux régions rassemblaient en Rhône-Alpes 150 000 notices de 22 bibliothèques de toutes tailles, et en Basse-Normandie 55 000 notices de 20 bibliothèques. Afin d’harmoniser les données catalographiques parfois composées de « notices maison », les informations proposées sont unifiées a minima : le nom de l’auteur, le titre, l’éditeur, la collection et l’année de publication. Un index propose une recherche sur ces mêmes champs, par sujet et par bibliothèque. Ces premières tentatives d’informatisation des données catalographiques ont été confortées dans les années 1990 par l’informatisation des bibliothèques avec l’acquisition d'un système intégré de gestion de bibliothèque (SIGB), et le lancement par l’Établissement public de la Bibliothèque de France (EPBF) de grandes opérations de conversion rétrospective des catalogues de fonds anciens des bibliothèques municipales. Dès lors, plusieurs régions se sont lancées dans la création et la diffusion de catalogues régionaux en ligne : en Bourgogne le Catalogue de la bibliothèque bourguignonne (2000), en Basse-Normandie le Catalogue collectif Normand (CCN - 2003), en Rhône-Alpes le portail Lectura des bibliothèques des villes-centres (2006), pour ne citer que ces trois exemples. Les modalités de participation des établissements et les modes de fonctionnement diffèrent selon les régions.

Trois modèles de catalogues collectifs

9Aujourd’hui, le Centre régional des lettres de Basse-Normandie centralise les notices versées par 22 établissements : bibliothèques, musées et services d’archives. L’ensemble est importé dans un même SIGB avec dédoublonnage des notices et intégration des différentes localisations du document dans une zone unique. Ce principe a pour avantage de proposer une seule notice pour un même document présent dans les principales bibliothèques de la région, y compris pour les plus petites d’entre elles. Cependant, les informations restent minimales sans aucune donnée d’exemplaires et leur mise à jour nécessite un contrôle a posteriori des bibliothèques participantes. La saisie dans une base unique des fonds régionaux de Basse-Normandie et de la Bibliographie normande crée une confusion pour le public. La Bibliographie normande tend vers l’exhaustivité de la production éditoriale régionale mais les acquisitions des établissements ne couvrent pas toute la production. Une des conséquences pour l’usager du catalogue est qu’il n’existe pas forcément, dans les bibliothèques de la région, d’exemplaire d’un document décrit.

10L'Arald anime et suit le site Lectura qui permet d'accéder simultanément aux catalogues et aux bases de données des 8 bibliothèques participantes. Le mode de gestion a pour avantage la mise à disposition d’informations directement saisies par les établissements et leur mise à jour en temps réel. Cependant, le catalogue peut proposer plusieurs versions d’une même notice et il est loin de signaler les fonds locaux des plus petits établissements.

11Le Catalogue de la bibliothèque bourguignonne repose sur un système mixte qui s’appuie sur le SIGB de la BM de Dijon ; son catalogue en ligne filtre ses propres notices régionales, d’une part, et d’autre part celles des autres établissements participants, rassemblées et versées par le Centre régional du livre de Bourgogne.

Les autorités

12À chacun de ces trois catalogues sont associées des notices d’autorité, auteurs et éditeurs. Elles sont créées pour le CCN lors de l’intégration des notices dans la base unifiée. Pour Lectura, elles sont issues directement des établissements participants au portail. En Bourgogne, les notices d’autorité permettent au public de découvrir les auteurs de la région dans une base biographique. Les notices auteur issues du répertoire de personnalités bourguignonnes dénommé R.a.b.u.t.in8, conçu à la BM de Dijon, est complété par le CRL de Bourgogne avec la contribution des bibliothèques participant à son réseau documentaire. Grâce à une forte mobilisation des professionnels de la région, plus de 3 200 personnalités locales ou régionales, contemporaines ou anciennes sont référencées. Une interface ingénieuse permet au public d’effectuer plusieurs types de recherche : par ordre alphabétique (patronyme) ; par bibliothèque pour consulter les personnalités dont les œuvres et/ou les études critiques sont susceptibles d’être conservées dans chaque établissement ; et par une grille multicritères : nom, prénom, qualité, lieu et date de naissance ou bibliothèque référente pour la conservation des œuvres d’une personnalité locale.

13Il est important de préciser qu'il s'agit d'outils de signalement et de localisation, et non de réservoir bibliographique permettant la dérivation de notices ou d'instruments de catalogage partagé. Ces catalogues ont été conçus pour porter à la connaissance du public des fonds peu connus et proposer aux chercheurs un repérage centralisé des références d’une même région. Les bibliographies proposent le dépouillement d’articles de périodiques, ce qui n’est pas le cas des réservoirs nationaux comme le Sudoc-PS9. S’ils n’ont pas été pensés comme des outils professionnels, il est assez courant qu’un bibliothécaire effectue une recherche dans un catalogue collectif afin de localiser d’autres exemplaires de sa région. Il est encore fréquent aujourd’hui que seul le catalogue collectif propose une notice d’un document local, même si elle est succincte.

Élargissement de la représent ation et de la participation des bibliothèques aux catalogues collectifs régionaux

14Aux cercles assez restreints d’établissements participant aux premières entreprises de catalogues régionaux se sont ajoutées de plus petites bibliothèques territoriales. L’informatisation des fonds anciens et locaux des premières bibliothèques reposait en partie sur les campagnes précoces de conversion rétrospective des catalogues, initiées dans la plupart des régions par l’EPBF. En 2004, le ministère de la Culture et de la Communication lance le Plan d’action pour le patrimoine écrit (PAPE), avec pour objectif de mieux connaître et d'améliorer les conditions de conservation, de signalement et de valorisation du patrimoine écrit en région10. De 2005 à 2007, une enquête nationale, menée en partenariat avec les DRAC a permis de dresser un état des lieux de ce patrimoine et d'identifier les principaux besoins. Des plans d'action régionaux ont été progressivement mis en place dans un grand nombre de régions afin de rassembler en vue d'objectifs communs les énergies des principaux acteurs. Le PAPE est devenu le cadre structurant de l'accompagnement de la politique patrimoniale de l’État en région. Les SRL participent pour partie à la mise en œuvre des plans.

15Au niveau national, la BnF est également impliquée afin d'accompagner les bibliothèques des collectivités territoriales dans la promotion de leur patrimoine. Elle crée en 2006 le dispositif des pôles associés régionaux qui associe des partenaires au niveau régional avec plus ou moins de variables : la DRAC, les bibliothèques municipales classées (BMC), les SCD, la SRL et les établissements en charge de fonds patrimoniaux. Les objectifs des pôles associés régionaux sont définis dans une convention-cadre aujourd’hui quinquennale, avec pour axes principaux le signalement (recensement, rétroconversion ou catalogage des fonds patrimoniaux, anciens, locaux et spécialisés), la valorisation par le biais d’opérations de numérisation, et l’enrichissement de bibliothèques numériques.

Les pôles associés

16Au sein du pôle associé, la SRL sert de relais pour l’organisation technique des actions de coopération. Des conventions bipartites entre SRL et bibliothèques intéressées fixent le cadre d’opérations de conversion rétrospective des catalogues, ou de numérisation. Elles précisent entre autres les modalités de réalisation des opérations et formalisent l’engagement de la collectivité à rendre accessibles ses catalogues informatisés via le CCfr, voire d’autres catalogues collectifs, pour la Basse-Normandie par exemple le CCN. La conversion rétrospective des catalogues de fonds locaux est l'un des moyens qui permet aux petites bibliothèques, souvent dépourvues de personnel en charge des fonds patrimoniaux et locaux, d’en proposer à leurs lecteurs un premier signalement dans leur propre catalogue et de les faire connaître par un signalement régional et national dans les catalogues collectifs. L’harmonisation avec les opérations nationales apporte de la cohérence aux projets. Les accords avec la BnF facilitent l’adhésion des collectivités au principe de versement des notices. Par ailleurs, les catalogues se sont enrichis d’autres notices et supports en élargissant les partenariats avec les bibliothèques désormais informatisées. Nombre d’entre elles ont procédé à des états de collections et au catalogage de leur fonds locaux, bien souvent considérés comme une priorité pour la mise à disposition du public. La principale difficulté consiste pour les établissements à extraire leurs notices de leur propre SIGB, mais depuis les années 2000, la généralisation de la norme Z3950 a permis l’ajout de nouveaux fonds locaux aux bases collectives.

Localisation

17Le CCFr permet aujourd'hui de localiser en France plus de 30 millions de documents imprimés et multimédia par l'interrogation simultanée du catalogue général de la BnF, du Sudoc, de la Base patrimoine ainsi que des catalogues de grandes bibliothèques municipales (Dijon, Limoges, Lyon, etc.) ainsi que ceux des bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris. Le CCFr est également le répertoire des ressources documentaires françaises. Il propose la consultation du Répertoire national des bibliothèques et fonds documentaires (RNBFD) rassemblant le descriptif complet des bibliothèques et centres de documentations français – près de 5 000 établissements –, ainsi que de leurs fonds (2 300). Chaque fonds, y compris les fonds régionaux, fait l’objet d’un descriptif détaillé. Il permet notamment de se faire une idée globale d’un fonds sans pour autant proposer de description pièce à pièce.

Nouveaux outils de coopération et extension des catalogues collectifs de fonds locaux

Moteurs de recherche et moissonnage

18Dotée de nouveaux outils, une toute dernière version du CCFr et de Gallica, la BnF accompagne les politiques des territoires11. En 2015, une quinzaine de pôles associés régionaux contribuent à la valorisation du patrimoine, selon des programmes et des actions adaptés à l’évolution du contexte technologique et documentaire. Les perspectives de coopération de la BnF offrent de nouvelles possibilités pour signaler et décrire le patrimoine des bibliothèques dans le catalogue fédéré qu’est le CCFr, mais aussi dans les catalogues régionaux. De nombreuses bibliothèques numériques et portails régionaux de valorisation du patrimoine local ont vu le jour ces dix dernières années12.

  • 13www.manioc.org . Voir la contribution d’Anne Pajard : « Héritages et patrimoine en devenir : réf (...)

19Les programmes coopératifs de numérisation de Gallica et les campagnes régionales mises en œuvre dans le cadre des pôles associés ont largement contribué à modifier le paysage du Net. La valorisation du patrimoine local passe aujourd’hui par la mise en ligne de documents numériques, les données catalographiques servent l’image en apportant les éléments descriptifs. Le portail Bibliothèque numérique Caraïbe Amazonie et Plateau des Guyanes : Manioc, créé en 2006, rassemble toutes les formes de la documentation régionale et fédère de multiples informations13. C’est une réponse collective exemplaire aux enjeux de préservation, de diffusion et de valorisation d’un patrimoine local.

20Plutôt que des catalogues collectifs centralisés, les portails ont développé l’accès simultané à plusieurs catalogues avec des fonctions de recherche géographique grâce à la géolocalisation. Cette nouvelle approche est particulièrement pertinente dans le cadre des portails documentaires régionaux, indissociables d’une approche territoriale du patrimoine et des ressources documentaires14. L’évolution la plus marquante des portails documentaires est le passage d’une logique de catalogue collectif à une logique de moteur de recherche et de moissonnage. Elle repose sur l’interopérabilité qui implique une indexation harmonisée et la standardisation des formats de métadonnées. Dès le début des années 2000, la Banque numérique du savoir d'Aquitaine (BNSA) a expérimenté pour la première fois en France, à cette échelle, le respect complet des vocabulaires métiers, l’appui sur les métadonnées en Dublin Core (DC) et la mutualisation par le moissonnage des entrepôts OAI15. Ce choix, alors pionnier, définit aujourd’hui le cadre dans lequel évoluent les portails, jusqu’au plus récent d’entre eux16.

Le portail des bibliothèques en Limousin

21Si les portails de valorisation du patrimoine local reposent aujourd’hui en partie sur l’image numérique, ils proposent des ensembles catalographiques. Le portail des bibliothèques en Limousin (BIBLIM) est le site portail commun à sept grandes bibliothèques de la région Limousin et à celles qui ont des fonds spécifiques et patrimoniaux17. BIBLIM offre un ensemble global de services au public : catalogue régional, actualités, bibliothèque numérique patrimoniale. BIBLIM18 est d'abord un catalogue régional qui permet de chercher et localiser des livres, CDs, DVDs et offres numériques dans toute la région. Pour chaque exemplaire trouvé, BIBLIM fournit adresse, horaires, contact de la bibliothèque concernée et précise en temps réel la disponibilité du document. BIBLIM est l'aboutissement d'un projet coopératif impulsé et suivi par les bibliothèques partenaires, la DRAC Limousin, la BnF et le CRL Limousin, et coordonné par la Bibliothèque francophone multimédia de Limoges (Bfm).

22Au-delà de l’investissement financier important que nécessite la mise en œuvre d’un portail régional, les difficultés majeures sont d’ordre fonctionnel. Le porteur de projet SRL ou bibliothèque municipale à vocation régionale (BMVR) est chargé du fonctionnement avec un impact sur les ressources humaines non négligeable. Il assume la gestion matérielle en interne ou en externe des logiciels catalographiques, de bibliothèques numériques et de portail et les rapports avec les sociétés prestataires. Les partenariats reposent sur des conventionnements complexes, avec les partenaires régionaux et les partenaires nationaux comme la BnF dans le cadre du moissonnage de Gallica. C’est le cas des portails Manioc, BNSA et BIBLIM. Ce fonctionnement est assumé par plusieurs personnes dans les équipes mais, rapporté en équivalent temps plein (ETP), le temps consacré n’est en réalité que de quelques heures par semaine.

  • 19 Sophie Aude, op. cit., p. 69, note 12.
  • 20 Ou fonctionnalités requises des notices bibliographiques. [En ligne] : < www.bnf.fr/fr/professionn (...)

23« Du point de vue de la coopération numérique, l’échelon régional apparaît comme un possible relais entre les niveaux local et national, répondant à la double nécessité de fédérer et de multiplier les accès aux ressources numérisées, dans un contexte où l’augmentation de l’offre accroît également les besoins de structuration et de visibilité. »19 Cependant, la recherche d’information par le public a profondément évolué. Les modes de recherche des internautes sont plus intuitifs et moins structurés. L’accès aux données se fait directement par des moteurs de recherche et pas spécialement dans des catalogues, dans la mesure où l’usager veut en priorité accéder directement au document. Dans ce domaine, l’évolution des catalogues avec l’arrivée de nouveaux modèles comme le Functional Requirements for Bibliographic Records (FRBR)20 permettra d’adapter l’information aux usages.

Notes

1 Voir Pascal Sanz (dir.), Guide de la coopération entre bibliothèques, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2009 (coll. Bibliothèques).

2 Voir les décrets du 3 janvier 1994 portant création de la Bibliothèque nationale de France et du 9 novembre 2006. [En ligne] : < http://www.bnf.fr/fr/la_bnf/missions_bnf.html >.

3 Louis Desgraves, Le patrimoine des bibliothèques. Rapport à Monsieur le Directeur du livre et de la lecture, Paris, Ministère de la Culture, 1982, 2 vols.

4 Béatrice Pedot, « Les structures régionales pour le livre : évolution et tendances », Bulletin des bibliothèques de France, 2003, n° 2, pp. 18-24. [En ligne] : < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2003-02-0018-004 >.

5www.fill.fr >.

6 Notamment les articles 5 et 146 de la Charte. [En ligne] : < www.patrimoineecrit.culture.gouv.fr/files/conservation_restauration/Charte%20de%20la%20conservation.pdf >.

7 Hélène Lorblanchet, « Catalogues collectifs et accès à l'information », Bulletin des bibliothèques de France, 1996, n° 5, pp. 110-112. [En ligne] : < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1996-05-0110-008 >. Serge Desgranges, « Les fonds anciens et locaux des bibliothèques de Basse-Normandie : un catalogue collectif sur cd-rom », Bulletin des bibliothèques de France, 1996, n° 3, pp. 50-53. [En ligne] : < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1996-03-0050-011 >.

8www.bm-dijon.fr/opacwebaloes/index.aspx?idpage=149 >.

9www.sudoc.abes.fr >.

10www.patrimoineecrit.culture.gouv.fr/pape.php >.

11www.bnf.fr/fr/professionnels/anx_poles_autres/a.ccfr_evolutions_interface.html >.

12 Sophie Aude, Les portails régionaux des bibliothèques, Mémoire d’étude de conservateur des bibliothèques, sous la direction de Thierry Claerr : Villeurbanne : Enssib, 2013. [En ligne] : < www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/61093-les-portails-regionaux-des-bibliotheques.pdf >.

13www.manioc.org >. Voir la contribution d’Anne Pajard : « Héritages et patrimoine en devenir : réflexions à partir de l’expérience de la bibliothèque numérique Manioc », p. 48.

14 Jean-François Sibers, « Banque numérique du savoir en Aquitaine : dix ans pour la confluence des ressources patrimoniales en région », Bulletin des bibliothèques de France, 2011, n° 4, pp. 50-56. [En ligne] : < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2011-04-0050-010 >.

15www.bnf.fr/fr/professionnels/formats_catalogage/a.f_dublin_core.html >. < www.bnf.fr/fr/professionnels/protocoles_echange_donnees/a.proto_oai.html >.

16 . Sophie Aude, op. cit., note 12.

17www.biblim.fr/exploitation/accueil-ermes.aspx >.

18 Il remplace MADUVIL (2006), le portail commun à la Bfm et au SCD de Limoges. Il a bénéficié de l'aide du ministère de la Culture dans le cadre du PAPE.

19 Sophie Aude, op. cit., p. 69, note 12.

20 Ou fonctionnalités requises des notices bibliographiques. [En ligne] : < www.bnf.fr/fr/professionnels/modelisation_ontologies/a.modele_FRBR.html >.

Auteur

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search