Version classiqueVersion mobile

Médiatiser la science en bibliothèque

 | 
Justine Ancelin

Partie II. Des bibliothèques différentes, des missions propres, des problématiques communes ?

La médiation par la collaboration et la formation des usagers en bibliothèque universitaire de sciences1

Claire Sonnefraud

Texte intégral

  • 1 À la mémoire de mon frère Yannick, scientifique enthousiaste et patient pédagogue.

1L’université est médiatrice de la science par nature : l’enseignement est la première façon de transmettre la science ; la recherche n’a pas d’impact sans médiation. La renommée de l’université dépend grandement de la réussite de la communication scientifique, que ce soit par les publications dans les revues de recherche ou dans les initiatives de médiation à direction du grand public comme la Fête de la Science. L’ensemble de la communauté universitaire s’occupe donc de la médiation de la science. Au quotidien, comment les BU s’intègrent-elles dans cet effort, en particulier dans une université de sciences exactes et appliquées ?

2La principale mission d’une BU est de fournir la documentation nécessaire à la formation et la recherche, ainsi que les espaces de travail et les services adaptés aux besoins du public universitaire. Le personnel n’ayant souvent pas de formation en sciences exactes et appliquées, on peut penser que la BU contribue surtout à la médiation des collections de sciences, par leur constitution et leur valorisation. Comment la BU peut-elle médiatiser la science ?

3L’exemple développé ici est celui de la BU Pierre et Marie Curie (BUPMC), SCD de l’université Pierre et Marie Curie à Paris, grande université de sciences et médecine. Très morcelé (en 2014, 10 sections sur le campus Jussieu et 7 sur les sites médicaux), le SCD est actuellement dans une dynamique de fusion de ses sections scientifiques, à l’occasion de la rénovation du campus.

  • 2 Et donc de la science, comme le souligne Olivier Las Vergnas dans cet ouvrage, « Les bibliothèques (...)

4L’exemple de la BUPMC, et en particulier de la nouvelle bibliothèque Biologie Chimie Physique recherche (BCPR), éclaire la façon dont la bibliothèque peut s’appuyer sur la communauté universitaire dans son rôle de médiatrice, en particulier pour la constitution des collections et de l’offre de services. Parmi ces services, la formation des usagers mérite d’être considérée plus particulièrement pour son importance dans le développement de l’esprit scientifique des étudiants2.

Quelle médiation en BU pour des personnels non spécialistes en sciences ?

Outils pour la constitution et la valorisation des collections en sciences

5La constitution d’une collection de niveau recherche en sciences peut sembler un défi en l’absence d’une formation initiale dans le domaine. Les outils classiques de la politique documentaire y sont pourtant tout à fait adaptés, à savoir la rédaction d’une charte documentaire et d’un plan de développement des collections à partir de l’analyse des collections, du contexte documentaire et surtout du public.

6En BCPR, ce travail sur la politique documentaire et le passage d’une partie des acquisitions au niveau national (Couperin, Initiative d’excellence de l’information scientifique et technique [ISTEX]) ont conduit à repenser entièrement l’offre documentaire sur place. Les périodiques sont progressivement passés au tout-électronique depuis 2009. Les monographies sont achetées en électronique dès que le choix au titre à titre est possible. Un grand désherbage a été réalisé. La BUPMC n’est pas bibliothèque de conservation dans les disciplines de la BCPR, elle s’est donc appuyée sur le réseau des Centres d’acquisition et de diffusion de l’information scientifique et technique (Cadist), en désherbant les documents obsolètes qui y étaient déjà disponibles et en leur proposant des dons complétant leurs collections. Les critères bibliothéconomiques ont guidé ces choix : la nature du public (nombre, niveau, disciplines et sous-disciplines, laboratoires concernés), le contexte documentaire (l’articulation avec les collections des Cadist), l’usage et la rareté. Pour les disciplines les plus importantes, la liste des titres analysés comportant ces informations a été soumise à l’expertise de membres des commissions scientifiques de la bibliothèque, qui se sont prononcés sur la valeur scientifique actuelle des documents.

7Ces commissions par discipline ont été créées ou réactivées lors du désherbage et elles dépassent le cadre d’une simple commission d’acquisition. Elles se réunissent une à deux fois par an pour échanger sur les projets de la bibliothèque et sur les besoins du public recherche. Les membres, chercheurs et enseignants-chercheurs, sont choisis sur la base du volontariat, sur sollicitation de la bibliothèque et avec l’appui des unités de formation et de recherche (UFR). Au-delà de leur participation aux réunions, ils communiquent les besoins documentaires de leurs collègues et étudiants, apportent leur expertise disciplinaire et transmettent les informations diffusées par la bibliothèque.

8En fonction des disciplines, la participation est plus ou moins régulière, mais les échanges sont toujours très utiles, même en petit comité. Ils ont, par exemple, conduit à certains choix dans l’organisation des collections (répartition des périodiques entre salle et magasin) et des espaces (espace presse scientifique qui met en valeur les revues « feuilletables », comme Nature ou Science, par opposition aux revues de recherche qui nécessitent une lecture plus attentive).

Utiliser les espaces comme appui à la transmission de la science

9La collaboration avec les commissions a permis de travailler sur un service à part entière de la bibliothèque : les espaces. La diminution des collections papier a libéré de l’espace pour offrir plus de places de travail. Par choix, la BCPR est une bibliothèque de recherche, mais ouverte à tous publics, car si les bibliothèques d’enseignement manquent parfois cruellement de places de travail, les bibliothèques de recherche sont désertées. Les besoins de ces deux publics, différents en termes d’espaces et de services, ont donc été pris en compte. L’espace de travail, principal service utilisé en bibliothèque par les étudiants, peut et doit être l’élément qui incitera les chercheurs à venir à la bibliothèque, car toute leur documentation ou presque est accessible depuis leur bureau. La BCPR propose donc beaucoup de types de places différentes, répondant à des besoins divers et permettant de contribuer par l’espace à la médiation de la science :

  • des salles de travail en groupe, très demandées par les étudiants qui doivent de plus en plus travailler sur des projets à plusieurs ;
  • des salles de travail individuelles, dont certaines équipées d’ordinateurs ;
  • des places séparées par des cloisons, pour le travail individuel silencieux ;
  • des fauteuils confortables et chauffeuses avec tablette permettant de travailler de façon plus informelle ;
  • un espace avec des tables de formes variées pour s’adapter aux différentes façons de travailler ;
  • deux espaces détente pour manger, boire, discuter ;
  • des espaces pour organiser des expositions et des rencontres (réunions, conférences) ;
  • deux salles de formation, dont une équipée pour favoriser le travail collaboratif en petit groupe.

10Ces choix correspondent aux usages constatés au contact du public, lors des échanges avec les commissions et via une enquête auprès du public avant déménagement. Des visites de bibliothèques en France et à l’étranger ont complété la réflexion, en particulier le modèle britannique de Learning Centre et son souci de diversification des espaces de travail et de confort des usagers.

11La fréquentation de la BCPR a été un succès pour ses premiers mois d’ouverture (entre 130 et 150 places occupées sur 180), puis a connu une nette baisse après les examens, prouvant que l’essentiel de cette fréquentation est dû aux étudiants. Les relevés de fréquentation montrent que tous les espaces sont utilisés, avec une préférence pour les places classiques, les salles de travail en groupe et individuel et les espaces de détente. Les chauffeuses un peu isolées et les places cloisonnées sont moins plébiscitées, probablement par manque de prises électriques.

12Le dialogue avec les lecteurs continue pour faire évoluer l’aménagement. Par exemple, le public de chercheurs a besoin de plus de tables à proximité des collections, afin de pouvoir mettre de côté les ouvrages sélectionnés tout en parcourant les rayonnages et revenir facilement aux collections pendant la lecture. L’ajout de tables est donc en cours d’étude.

Aller à la rencontre du public pour répondre à ses besoins de services

  • 3 Voir Pierre Carbone, Joëlle Claud, Charles Micol, Dominique Arot, Benoît Lecoq, Quels emplois dans (...)

13Les liens avec la communauté universitaire sont essentiels pour bien comprendre ses usages et besoins, que ce soit pour le développement des collections ou celui des services. La plupart des SCD s’orientent en effet vers une offre de services de plus en plus élaborée3. À la BUPMC, un pôle services aux usagers a été formalisé dans l’organigramme en septembre 2014, avec en particulier une réflexion sur deux services destinés à développer la médiation des ressources de la bibliothèque :

  • un service de type « rendez-vous avec un bibliothécaire », interface de contact destinée à l’expression des besoins des lecteurs. Il vise surtout les chercheurs, par exemple en proposant qu’un bibliothécaire se déplace dans les laboratoires pour faire des petites formations ou apporter une aide à la recherche documentaire avancée ;
  • des bibliothécaires mobiles allant à la rencontre des étudiants pour les aider à s’orienter. Un test a été réalisé en octobre 2014 dans la bibliothèque L1-L2. Le bilan a été positif : cela a fait connaître les services de la BUPMC (salles de lecture, catalogue, outils en ligne) et certains étudiants ont sollicité spontanément les personnes de permanence. Le test a cependant soulevé quelques difficultés : bien communiquer (trouver un nom pour le service, être bien identifié dans la bibliothèque), former les intervenants, gérer les refus, les moments creux et les déplacements.

14Par ailleurs, comme beaucoup de BU et surtout en sciences, la BUPMC soutient l’open access et la voie verte des archives ouvertes. La bibliothèque gère le portail HAL-UPMC et a mis en place une veille pour repérer les publications UPMC, afin de contacter les auteurs et leur proposer de déposer leur article sur HAL. La cellule HAL se développe, avec le recrutement d’une personne à temps plein à la rentrée 2015. La bibliothèque se positionne donc comme appui à la médiation scientifique par la communication scientifique directe.

15Conséquence de l’évolution des supports et des pratiques documentaires, la bibliothèque doit faire un effort particulier sur la communication sur ses services. Le circuit de décision des achats de documentation électronique, par exemple, n’est pas toujours bien connu. Il est donc important de former les usagers pour mieux faire connaître la bibliothèque et ses services.

La formation des usagers, contribution à la transmission de la méthode scientifique

La formation des usagers : quelles formations pour quelles compétences ?

16Parmi les services aux usagers, la BUPMC accorde une importance stratégique à la formation. Elle intervient auprès des usagers de tous les niveaux avec une offre inscrite dans les cursus et construite progressivement en fonction des opportunités de collaboration avec les enseignants et du développement stratégique des relations avec d’autres services de l’université :

  • Licence : la bibliothèque intervient dans le cadre de l’unité d’enseignement (UE) Méthodologie du travail universitaire ;
  • Master : des référents disciplinaires ont noué des collaborations avec les responsables des masters pour insérer des cours de maîtrise de l’information scientifique dans les cursus ;
  • Doctorants : l’offre de formation, montée avec l’Institut de formation doctorale (IFD), est intégrée dans le plan individuel de formation des doctorants ;
  • Chercheurs, enseignants-chercheurs et personnels : offre de formation en collaboration avec le Bureau de la formation du personnel, les Midis de la biblio.
  • 4 Voir les interventions de la BUPMC au colloque « Former aux compétences informationnelles à l'heure (...)
  • 5 UE bi-disciplinaire obligatoire du deuxième semestre de L1, qui vise à explorer un sujet en petit (...)
  • 6 Véronique Heurtematte, « Jussieu, Bienvenue à la “murder party” ! », Livres Hebdo, 2014, n° 1017. (...)
  • 7 Voir à ce sujet l’article de Myriam Gorsse et Cécile Swiatek, « Place au jeu ! Innovation et activ (...)

17En complément de cette offre, le pôle formation développe des séances à la demande (service-conseil), avec un souci de l’innovation pédagogique4. Par exemple, les bibliothécaires ont participé à certains ateliers de recherche encadrée (ARE)5, en adaptant le programme aux besoins et en introduisant une répartition des rôles inspirée des méthodes de gestion de projet. Au niveau recherche, des formations (notamment au logiciel de gestion bibliographique Zotero) ont été organisées dans les laboratoires en ayant fait la demande, ce qui a permis de répondre aux questions les plus pointues lors de séances sur-mesure. Depuis deux ans, à chaque rentrée, une Murder Party ludo-pédagogique6 a également été organisée afin de faire connaître les ressources de la bibliothèque dans le cadre d’un jeu sous forme d’enquête policière, où la résolution de l’énigme passe par la recherche de mots-clés, de documents dans le catalogue et sur les rayonnages et d’informations sur la propriété intellectuelle. En juin 2015, une game jam a posé les premières bases d’un jeu vidéo sérieux pour la formation des primo-arrivants sous une forme gamifiée visant à la co-construction pédagogique7. Cet événement a permis de développer différents types de jeux et scénarios qui seront ensuite précisés afin de candidater au financement d’un jeu dans le cadre d’un appel à projet pédagogique.

18Ces nouveaux formats peuvent ensuite s’intégrer dans le programme annuel. Leur succès est dû aux compétences des bibliothécaires formateurs, en particulier leur capacité à convaincre les enseignants de la pertinence des formations, la capacité d’innovation, l’adaptabilité et la mise à jour régulière des connaissances sur les outils et méthodes documentaires.

19Toutes les formations s’inscrivent dans le référentiel de compétences « Maîtrise de l’information scientifique et technique » établi en collaboration avec les bibliothèques partenaires de la Communauté d’universités et d’établissements (COMUE) Sorbonne Universités, décliné en six grandes thématiques :

  • identifier le besoin d’information ;
  • accéder à l’information ;
  • gérer et exploiter l’information ;
  • évaluer l’information ;
  • publier et valoriser l’information ;
  • favoriser l’information scientifique et technique des apprenants bloqués dans leur progression.

Pour les étudiants : l’UE Méthodologie et bibliographie du Master Santé

20Les formations dispensées par la bibliothèque s’adaptent aux besoins du public et aux contraintes horaires des cursus. Dans le cas du Master Santé, la collaboration avec l’enseignant de méthodologie a été particulièrement fructueuse et a permis la mise en place d’une UE Méthodologie et bibliographie de 6 ECTS, dont l’objectif est la rédaction d’un article scientifique à partir d’un mémoire ou d’un exposé fait précédemment. Les 15 séances de 2 heures, véritable laboratoire pédagogique, se répartissent entre 9 séances théoriques et 6 séances de tutorat pour la rédaction de l’article. À la fin du semestre, les bibliothécaires participent à la notation de l’article, en particulier sur l’articulation de la bibliographie à l’argumentation.

21Cette formation, très demandeuse en temps, est cependant appréciée par les formateurs en raison de la relation plus approfondie qu’elle permet d’avoir avec les étudiants, et par les étudiants qui sont intéressés par le travail de rédaction d’article. Certains étudiants ont même pu publier leur article dans des revues spécialisées.

22Dans cet exemple, les bibliothécaires travaillent très étroitement avec le corps enseignant. Il s’agit d’un travail plus proche de celui d’enseignant que d’un appui à la recherche et à l’enseignement. Cela demande beaucoup d’investissement de la part des bibliothécaires, mais l’augmentation du nombre d’agents travaillant au moins 50 % de leur temps sur la formation rend cela possible. Ces formations ambitieuses permettent de mettre en valeur les compétences pédagogiques des bibliothécaires et de positionner la bibliothèque comme réelle médiatrice de la science et de la méthodologie scientifique.

Pour les professionnels de l’université : Les Midis de la biblio

23L’offre de formation à destination des professionnels de l’université (chercheurs, enseignants-chercheurs, personnel des laboratoires et des services centraux) répond à un autre type de nécessité stratégique. En effet, grâce à l’accès distant à la documentation électronique, les chercheurs viennent de moins en moins à la bibliothèque. Cela peut fragiliser la place des bibliothécaires dans la communauté, les relations entre le public professionnel et la bibliothèque risquant de se distendre.

24Les Midis de la biblio ont été créés dans une logique d’offre, afin de rendre les compétences informationnelles des bibliothécaires plus visibles et de maximiser les possibilités de les transmettre à la communauté. Le public de chercheurs et enseignants-chercheurs étant particulièrement occupé et donc difficile à atteindre, le format a été adapté à leurs besoins spécifiques, en vertu de ces principes :

  • une grande souplesse : à l’heure du déjeuner, inscription rapide via un formulaire en ligne, un grand nombre de dates proposées, intervention de formateurs expérimentés pouvant s’adapter aux demandes. Les séances ont lieu à partir de 3 inscrits ;
  • un objectif : gagner du temps, comme en témoigne le slogan « Chercheurs et enseignants-chercheurs, gagnez du temps grâce aux Midis de la biblio ! » : sessions courtes, d’une à deux heures, sur des sujets précis (voir encadré) ;
  • une offre de formation bien identifiée, avec un logo, un slogan et une communication ciblée, par exemple par mailing à tous les chercheurs et enseignants-chercheurs ;
  • l’intégration dans le programme de formation continue du personnel de l’université.

25Les deux premières années (2012-2014), ces formations ont enregistré plus de 450 inscriptions pour 90 séances. Le profil des inscrits correspond bien à la cible puisqu’il y a 38 % d’enseignants-chercheurs, 36 % de chercheurs, 9 % de personnel hospitalier, 9 % de techniciens et 8 % d’autres personnels (dont bibliothécaires).

26La souplesse et la logique d’offre se matérialisent également dans la proposition de nouveautés chaque année, comme les formations à distance (peu sollicitées dans les faits) ou dans la possibilité d’intervenir directement dans les laboratoires ou en rendez-vous individuel.

Encadré. Les sujets des Midis de la biblio

- accéder à la documentation de la BUPMC avec les outils en ligne ;

- bibliométrie ;

- open access et archives ouvertes ;

- veille documentaire avec les fils RSS ;

- bases de données bibliographiques : Web of Science, SciFinder, PubMed, GeoRef ;

- Google Scholar ;

- ResearchGate, Researcher ID : quel(s) outil(s) pour les listes de publications en ligne ?

- Zotero ;

- la bibliographie mobile sur smartphones et tablettes.

27Dans un contexte en évolution rapide, les bibliothèques doivent innover pour renouveler leur mission d’appui à l’enseignement et la recherche. Les relations avec la communauté universitaire sont cruciales pour que les services soient bien adaptés aux besoins. Mais du point de vue des bibliothécaires, ces relations ont-elles un impact sur la culture professionnelle ? Font-elles évoluer le rapport à la science des bibliothécaires ? Parmi le personnel de la BUPMC, les réponses varient beaucoup selon le type de poste occupé. Globalement, il est normal de se tenir au courant de l’actualité du domaine, comme pour toute autre discipline, ce qui développe la culture scientifique. En bibliothèque d’enseignement, il est parfois difficile d’avoir des relations très nourries avec des enseignants-chercheurs, mais ce contact, parfois hors questions documentaires, est très enthousiasmant. En bibliothèque de recherche, les relations avec les commissions scientifiques sont plus régulières. Les bibliothécaires apprécient ce contact avec un monde très différent de leur formation initiale, qui élargit leur horizon et leur permet d’apprendre beaucoup. Pour les bibliothécaires formateurs, le contact avec les enseignants-chercheurs accroît la maîtrise de la méthodologie scientifique, mobilisée dans les formations aux usagers. Finalement, les relations avec la communauté donnent du sens au travail quotidien des bibliothécaires, mais elles sont également elles-mêmes médiatrices de la science.

Notes

1 À la mémoire de mon frère Yannick, scientifique enthousiaste et patient pédagogue.

2 Et donc de la science, comme le souligne Olivier Las Vergnas dans cet ouvrage, « Les bibliothèques, des passerelles scientifiques pour le plus grand nombre ».

3 Voir Pierre Carbone, Joëlle Claud, Charles Micol, Dominique Arot, Benoît Lecoq, Quels emplois dans les bibliothèques ? État des lieux et perspectives, Rapport de l’Inspection générale des bibliothèques n° 2012-020, 2013. [En ligne] : < http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/2013/20/3/Quels_emplois_dans_les_bibliotheques_Etat_des_lieux_et_perspectives_247203.pdf >.

4 Voir les interventions de la BUPMC au colloque « Former aux compétences informationnelles à l'heure du Web 2.0 et des discovery tools », (Gembloux - 18 mai 2015). [En ligne] : < http://infolit.be/ILIB15/?%23ILIB15 >.

5 UE bi-disciplinaire obligatoire du deuxième semestre de L1, qui vise à explorer un sujet en petit groupe pour s’approprier une thématique scientifique, mener un raisonnement dans le domaine et restituer le processus de réflexion et les conclusions qui en découlent.

6 Véronique Heurtematte, « Jussieu, Bienvenue à la “murder party” ! », Livres Hebdo, 2014, n° 1017. [En ligne] : < http://www.livreshebdo.fr/article/jussieu-bienvenue-la-murder-party > et « Les “Experts” à la BU parisienne de Jussieu », Livres Hebdo, 2015, n° 1053. [En ligne] : < http://www.livreshebdo.fr/article/les-experts-la-bu-parisienne-de-jussieu >.

7 Voir à ce sujet l’article de Myriam Gorsse et Cécile Swiatek, « Place au jeu ! Innovation et activités ludiques en bibliothèque », Bulletin des bibliothèques de France, 2015, n° 6, pp 124-136.

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Accès ouvert
Mode lecture
Chargement ePub
Chargement PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search