Version classiqueVersion mobile

Médiatiser la science en bibliothèque

 | 
Justine Ancelin

Partie III. Au commencement étaient les collections : livres et sciences, livres de sciences

Les éditeurs de livres scientifiques et leur offre en direction des bibliothèques

Catherine Allais, Sophie Bancquart et Justine Ancelin

Texte intégral

Nous avons identifié deux secteurs de publications : les livres professionnels et universitaires et les livres grand public. C’est dans ce contexte que nous avons invité deux éditrices, Catherine Allais, des éditions Belin1 et Sophie Bancquart des éditions Le Pommier2, à répondre à quelques questions. Justine Ancelin

L’édition scientifique spécialisée et les outils pour l’appréhender en BU

1L’édition spécialisée rassemble les ouvrages destinés aux professionnels des sciences (chercheurs et praticiens) et aux étudiants. Les premiers sont plutôt en France le fait de maisons spécialisées et de taille modeste (comme Technip ou Quae), les seconds étant plutôt produits par des éditeurs plus importants comme Dunod, Eyrolles ou Vuibert, ainsi que, notamment sur le marché destiné aux chercheurs, par des géants internationaux comme Springer ou Elsevier, surtout connus pour leurs périodiques. Les institutions de recherche (CNRS, presses universitaires) jouent également un rôle éditorial de plus en plus important.

2Ces éditeurs recentrent actuellement leur production sur leurs domaines d’expertise (astronomie, astrophysique ou sciences de la vie pour Édition Diffusion Presses (EDP) Sciences, informatique pour Pearson France, agroalimentaire et chimie pour Lavoisier, énergies chez Technip, etc.). Le marché universitaire, assez sinistré par le rôle croissant joué par les périodiques (notamment du fait que, dans les pratiques actuelles de publish or perish, le facteur d’impact déterminant dans l’évaluation des chercheurs ne concerne que les revues), tend à se réduire, et à favoriser les recueils d’actes de colloques plutôt que les monographies. Certains éditeurs s’accrochent toutefois au livre, comme Dunod (gros manuels de référence pour le niveau licence) ou De Boeck. En parallèle, les éditeurs s’efforcent de gagner des marchés professionnels (Groupe France Agricole), en lien notamment avec les besoins croissants de formation continue, comme Dunod, qui a fait évoluer ses collections pour mieux répondre aux attentes des ingénieurs.

Justine Ancelin : Les éditions Belin, Pour la Science et Le Pommier forment ensemble le plus grand groupe d’édition scientifique français. Les éditions Belin ont été fondées en 1777, et proposent aujourd’hui quelques ouvrages universitaires ou de référence et beaucoup de livres de vulgarisation, certains en partenariat avec la revue Pour la Science, d’autres non. Comment cette maison s’adapte-t-elle au contexte éditorial scientifique ?

Catherine Allais : Du fait de sa vocation première d’éditeur scolaire, Belin a commencé, dans le domaine universitaire, par proposer des ouvrages scientifiques spécialisés pour les premier et deuxième cycles. Ce marché est probablement le plus difficile pour les éditeurs, car il y a très peu de prescription de la part des enseignants. Les étudiants ont surtout recours à des polycopiés, sans être encouragés à élargir leur horizon, ce qui n’est pas le cas dans d’autres pays.

Dès lors, nous avons préféré nous concentrer sur moins d’ouvrages mais d’un niveau plus élevé, à partir du Master 2, sur la recherche de pointe (avec la collection « Échelles »3 initiée par un ouvrage de Pierre-Gilles de Gennes, prix Nobel de physique) et quelques livres de référence, de longue durée de vie, comme la Classification phylogénétique du vivant ou Géosciences.

De manière générale, les éditeurs scientifiques français tendent à restreindre leur offre universitaire, en particulier parce que les aides publiques sont quasi absentes de ce créneau très onéreux (en raison notamment des frais de mise en page). Dans ces conditions, il est quasiment impossible de lutter contre les grandes maisons internationales, commercialement très puissantes et qui recrutent les chercheurs et universitaires français pour écrire directement en anglais, à destination d’un marché beaucoup plus vaste que le seul marché français. Quant au SNE, le groupe universitaire y est transdisciplinaire, ce qui empêche d’envisager les spécificités propres aux sciences.

J. A. : Y a-t-il des sujets scientifiques polémiques, pour lesquels les éditeurs doivent s’attacher à envisager plusieurs points de vue, ou au contraire peuvent-ils s’en emparer pour défendre une pensée militante, ce qui pourrait interpeller le lecteur comme l’acquéreur en bibliothèque ?

Catherine Allais : La dimension polémique est rarement abordée dans les ouvrages universitaires, elle l’est davantage dans les livres plus grand public traitant de questions de science et société par exemple. Pour nos livres universitaires ou de référence, nous recherchons surtout des auteurs capables de faire une synthèse pertinente d’un domaine. Les faits avancés s’appuient sur des travaux validés par des revues professionnelles, cela laisse souvent peu de place à la polémique. Le livre est une occasion de faire le point, de s’interroger sur la science en train de se faire et d’en expliquer les problèmes et les enjeux, alors que les résultats des travaux en cours se retrouvent plutôt dans les publications en série.

J. A. : Les périodiques sont de plus en plus souvent proposés sous forme électronique (96 % des titres). Qu’en est-il des livres ? En sciences plus que dans d’autres domaines, les e-books demandent à être agrémentés d’une grande valeur ajoutée (vidéos, animations…), ce qui réclame temps et investissement. Les catalogues de certains éditeurs comme Dunod ou Eyrolles sont à présent disponibles en version numérique, mais ces ventes ne représentent pour l’instant qu’une frange marginale. Belin va-t-il suivre cette tendance ?

Catherine Allais : Nous commençons déjà à proposer des versions numériques de nos ouvrages, en plus des versions papiers. Toutefois, il s’agit, comme pour les autres maisons d’édition, de versions non enrichies, pour des raisons économiques. Les possibilités du numérique sont importantes, mais en pratique, les seuls ouvrages enrichis que vous trouverez aujourd’hui sur le marché français sont les manuels scolaires. En revanche, dans le domaine universitaire, le numérique donne lieu à une nouvelle offre, celle de la vente par chapitre au lieu du livre entier, une offre qui se développe à l’international comme en France. C’est une évolution dont nous devrons tenir compte à l’avenir, en adaptant notre modèle économique.

J. A. : De nouvelles formes de diffusion ouverte de la connaissance scientifique comme le libre accès natif ou l’auto-archivage sont actuellement en plein essor. Voyez-vous cela comme une menace ?

Sophie Bancquart : Le rôle de l’éditeur ne se résume pas à la mise en forme, mais relève d’une réflexion de fond menée avec l’auteur. Il est donc naturel de le rémunérer, de même que l'auteur. Nos contrats interdisent toute diffusion libre des textes. Mais nous faisons de rares exceptions, notamment lorsque nous travaillons avec La Main à la pâte4. Nous autorisons alors la diffusion libre de certaines parties des modules pédagogiques, tout en conservant sous droits les parties plus rédigées. Toutefois, il nous arrive de négocier dès le départ une diffusion ouverte de nos textes, comme par exemple lorsque nous avons travaillé avec l’Académie des sciences pour leur rapport L’enfant et les écrans.

J. A. : La plupart des acquéreurs en BU scientifique n’ont pas de formation en sciences, et ont donc du mal à se rendre compte de la notoriété d’un auteur. Or, si un auteur n’est pas connu, on ne l’achètera pas, il sera donc encore moins connu, etc. Et vice-versa. Comment permettre aux bibliothécaires de découvrir de bons ouvrages scientifiques ?

Catherine Allais : La meilleure façon de s’assurer de la qualité d’un ouvrage, pour nous autres éditeurs qui ne sommes pas spécialistes des différents domaines traités dans nos livres, comme pour vous bibliothécaires, reste encore de poser la question à des universitaires autour de soi. Pour une part, nos auteurs ne sont pas connus du grand public, mais ils le sont de leurs pairs. C’est donc à eux qu’il faut s’adresser pour avoir un avis pertinent sur un livre.

L’offre de vulgarisation scientifique et les outils pour l’appréhender

3Les ouvrages scientifiques destinés au « grand public » sont de natures très diverses (essais, guides pratiques, traités théoriques, synthèses historiques ou thématiques, biographies, dictionnaires, etc.), et correspondent à plusieurs niveaux d’attente (initiation, approfondissement, perfectionnement). Les éditeurs généralistes, capables d’équilibrer les risques induits par cette production, se tournent de plus en plus volontiers vers la vulgarisation. Certains sont même des acteurs historiques du secteur, comme Le Seuil avec sa collection « Science ouverte », ou Flammarion, qui a débuté par la vulgarisation. Mais les maisons spécialisées aussi ont su prendre le tournant, notamment depuis une dizaine d’années. Certains éditeurs comme Dunod (collections « La science des petits riens » ou « Quai des sciences »), ou Belin, en ont fait une de leurs spécialités. D’autres sont nés pour se consacrer spécifiquement à ce créneau, tels Odile Jacob ou les éditions Le Pommier.

J. A. : Qu’entend-on exactement par « diffuser la culture scientifique et technique » ?

Sophie Bancquart : Il s'agit de mettre à la disposition d’un public, le plus large possible, la science telle qu’elle est en train de se faire, le plus fidèlement possible et de la façon la plus séduisante possible, par le biais d’ouvrages les plus variés possible.

Cela pose d’ailleurs problème, car le plus souvent, le classement en librairie inclut la vulgarisation scientifique dans la catégorie Sciences, techniques, médecine, gestion (STMG), qui rend toute visibilité impossible, notamment pour les ouvrages spéciaux (beaux livres, récits, biographies, science ludique, etc.). Les sous-rubriques littéraires ne sont pas appropriées non plus. Le groupe « Sciences pour tous » (au sein du SNE) a donc le souhait de sortir du groupe STMG pour proposer à la Commission de liaison interprofessionnelle du livre (CLIL) notre propre classification, sous l’intitulé « Sciences pour tous ».

Pour élaborer notre classification, qui est en cours, nous nous posons des questions que les bibliothécaires connaissent bien. Nous voudrions intégrer aussi bien des paramètres disciplinaires que des paramètres formels, en nous inspirant aussi d’autres classifications, comme Thema à l’international. Que faire par exemple de l’environnement ? Lui attribuer une entrée propre ? L’associer aux sciences de la terre ? Ces questions sont en lien avec le lecteur qui entre aujourd’hui dans une bibliothèque : va-t-il aller chercher son livre sur le climat ou la météo dans le rayon dédié à l’environnement ou dans celui sur la géologie ?

J. A. : Y a-t-il des domaines phares en matière de vulgarisation ?

Catherine Allais : Les mathématiques, par exemple, ont un public acquis, même pour les ouvrages de niveau relativement élevé. Toutefois, depuis 3-4 ans, la tendance est à la starisation des auteurs, peu importe le sujet. On voit se produire en science exactement la même chose qu’en littérature générale, soit une augmentation des best-sellers et une diminution des autres ouvrages. Pour le lecteur, le libraire ou le bibliothécaire, cela permet de se repérer plus facilement dans le foisonnement des publications. Mais la notoriété des auteurs ne peut être le seul critère de choix d’un livre. Notre rôle d’éditeur est aussi d’accompagner et de faire connaître des auteurs peu connus, ayant une pensée originale, plutôt que de publier le énième livre d’un auteur très médiatique lorsqu’il est tenté, cela arrive, de raconter plus ou moins la même chose d’un ouvrage à l’autre.

Quant aux sujets polémiques dont nous parlions, tous les plaidoyers sont acceptables, à condition qu'ils soient argumentés et fondés scientifiquement. Et contrairement aux contre-vérités, sur le climat par exemple, l’approximation en vulgarisation scientifique ne me semble pas gênante. Faire rêver les gens, comme le fait Hubert Reeves, est très important pour les amener à lire davantage de science.

J. A. : Quels sont les autres points à prendre en compte quand on analyse un ouvrage de vulgarisation ?

Sophie Bancquart : Les livres les plus difficiles, sur des sujets abstraits (en physique quantique ou en théorie de la relativité par exemple), marchent souvent très bien, car ils répondent aux attentes d’un public défini et très demandeur. Mais il faut savoir poser des limites, et c’est finalement plus facile quand on n’a pas de formation scientifique initiale. Le Pommier a lancé, il y a quelques années, une collection qui proposait plusieurs domaines scientifiques selon 4 niveaux de lecture différents. Nous avons dû nous arrêter au troisième, parce que sinon nous serions sortis de la vulgarisation.

Catherine Allais : Tout dépend aussi du type d’ouvrage. Une enquête, un essai, n’ont pas forcément besoin de comporter un glossaire ou des illustrations, contrairement à un livre qui se présente comme une synthèse sur un point précis. L’image est porteuse de sens, c’est un bon moyen de conduire un lecteur vers la connaissance scientifique, pour peu qu’elle ait été conçue avec autant d’attention que le texte, et en lien direct avec lui. L’une de nos collections phare (Bibliothèque scientifique) conjugue ainsi texte et illustrations explicatives. Récemment, nous sommes allés plus loin avec notre collection « InfoGraphies », en partenariat avec la Cité des sciences, qui offre, sur des questions de science et société, un concentré d’informations sous une forme très graphique, pour faire en sorte que l’info saute aux yeux du lecteur pressé. Quand on veut toucher un rêveur, la démarche est autre, on tente de lui raconter une histoire.

L’aspect du livre joue aussi un rôle important. Nous avons publié il y a quelque temps un ouvrage dans une collection classique d’essais, alors que le texte en lui-même était assez ludique, tout en étant sérieux. Nous l’avons réédité sous la forme d’un « objet » sympathique, attrayant, ce qui a permis de multiplier les ventes par trois en quelques mois. Pour les bibliothèques, peut-être que cela se traduira aussi par plus d’emprunts. Soigner la couverture et la maquette devient aussi important que de travailler le texte. Plus généralement, les approches ludiques, tout comme les livres d’expériences*, sont des entrées très prisées vers la science.

Sophie Bancquart : Nous avons essayé de vulgariser la science par la fiction, mais cela n’est pas facile. Les romans scientifiques sont rangés soit avec la littérature, où ils se retrouvent noyés car les auteurs ne sont pas connus et la critique littéraire ne s’y intéresse pas, soit avec les sciences, où ils sont tellement décalés qu’ils n’y trouvent pas naturellement leur place. Sauf exception, bien sûr ! Là encore, hélas, la réussite de l’ouvrage est liée à la renommée de l’auteur. Le roman scientifique est pourtant à mon avis un vecteur de vulgarisation idéal, contrairement à la science-fiction dans laquelle on ne sait jamais si c’est correct scientifiquement ou non, les auteurs pouvant tout se permettre. Notre nouvelle classification comprendra en tout cas une rubrique « récits et fictions », qui inclura par exemple l'excellent En cherchant Majorana d’Étienne Klein.

J. A. : Si vous travailliez en bibliothèque, où classeriez-vous ces livres de sciences pour tous ?

  • 5 La médiathèque Maurice-Genevoix à Blois propose ainsi une collection unifiée de vulgarisation scien (...)

Sophie Bancquart : Même s’ils gagnent à être rapprochés (mais non subordonnés) aux sciences humaines, j’ai un peu de mal à imaginer autre chose qu’un département spécial. Cela ne me choquerait pas que les collections scientifiques adultes et jeunesse y soient mélangées5. Nous avons constaté, notamment avec la collection des « Minipommes » (pour les enfants de 8 à 10 ans) que les parents la lisaient aussi !

  • 6 900 titres dans sa version papier (disponible au SNE) et 3 000 titres sur le site : < http://www.s (...)

J. A. : Pour se repérer dans cette offre foisonnante, il existe des catalogues critiques d'ouvrages, comme celui de l'association À Fond la Science ou de l'Association Sciences, techniques et société. Il existe également le catalogue Sciences pour tous6, première production du même nom, née pour accompagner le Plan national pour la diffusion de la culture scientifique et technique de 2004.

  • 7 Sophie Bancquart, entretien avec Jean-Yves Casgha, « Peut-on vulgariser la science avec des livres (...)

Sophie Bancquart : À l’origine, nous pensions opérer notre sélection entre peu d’éditeurs et beaucoup de livres7. En réalité, nous avons sélectionné environ 3 000 livres et énormément d’éditeurs, qui n’ont parfois produit qu’un ou deux titres, et qui ne se considèrent pas toujours comme des éditeurs de science… Cela prouve qu’un tel catalogue est indispensable aujourd’hui pour se repérer. Les notices sont faites par les éditeurs, qui expliquent ce qu’il y a dans leur livre, pourquoi ils l’ont fait, et quel est son niveau de vulgarisation. Nous allons tenter de restructurer le catalogue selon notre nouvelle classification Sciences pour tous. Ce sera un test décisif pour savoir si elle est applicable à plus grande échelle.

Ce n’est pas un catalogue critique, car Sciences pour tous est un outil promotionnel. Idéalement, il serait formidable que d’autres acteurs de la CST, des journalistes, des bibliothécaires, des libraires, partent de cette base pour enrichir nos notices, pourquoi pas proposer un wiki…

J. A. : Les opérations que vous menez avec des scolaires pourraient-elles être reproduites en bibliothèque, publique (avec des jeunes) ou universitaire (pour inciter des premiers cycles à médiatiser la science) ?

  • 8 Pour cette édition 2015 consacré au thème « La lumière pour voir le monde », le prix des lycéens a (...)

Sophie Bancquart : Au titre de Sciences pour tous, nous avons collaboré, avec les rectorats de Bordeaux et de Rouen au lancement d'un prix du livre de sciences destiné aux élèves de seconde (ex-prix Ligne de sciences) et de quatrième (ex-prix Sciences en toutes lettres). Des enseignants sélectionnent dix livres sur une thématique, à partir des propositions du groupe Sciences pour tous. Ces livres sont achetés par les rectorats et lus en classe, avec les professeurs de sciences et de lettres. Les élèves les lisent et en discutent, élisent leur préféré, puis présentent à leur façon le livre retenu en exposant les raisons pour lesquelles ils l’ont aimé. Cette année, pour la première fois, ce prix, renommé Prix du livre de sciences pour tous catégorie collège ou lycée, est national et remis officiellement par l'Académie des sciences8.

Au titre du Pommier, cette fois-ci, nous travaillons également avec des classes de CM1 pour mettre au point avec eux les livres de la collection des « Minipommes ». Ces opérations peuvent sûrement être prolongées par un travail en bibliothèque.

J. A. : Collaborez-vous avec des bibliothèques dans le cadre de la Fête de la Science ?

Sophie Bancquart : Le groupe Sciences pour tous propose, avec l’aide de la Société française des intérêts des auteurs de l’écrit (SOFIA) et de l’AMCSTI, des kiosques légers et démontables pour présenter des livres sélectionnés à partir du site et de l’animation des secteurs scientifiques, le tout en collaboration avec des libraires locaux. Un projet est en cours d’étude avec des bibliothèques.

Catherine Allais : Dans le cadre du club des Fous de sciences (proposé par Belin, Le Pommier et Pour la Science) nous accordons à certains libraires, qui s’engagent à travailler leur fonds scientifique, des avantages, comme celui de disposer d’une liste d’auteurs pour organiser des conférences. Il serait possible de faire de même avec des bibliothèques.

Sophie Bancquart : Mais il faudrait qu’elles fassent plus que prêter leurs locaux. La communication, notamment, est fondamentale pour ce genre d’opérations, car il faut pouvoir garantir aux auteurs un certain public. Cela permet de grands succès, comme à la Bibliothèque historique de la ville de Paris où est récemment intervenu Michel Serres.

J. A : Des conseils pour aider les bibliothèques à appréhender ce pan éditorial mal connu ?

Catherine Allais : Il suffit souvent d’essayer de médiatiser les sciences pour se rendre compte que le public est au rendez-vous.

Sophie Bancquart : La clé, c’est de trouver du plaisir à fréquenter les sciences et les scientifiques, des auteurs comme Pierre Léna, Étienne Klein, Francis Eustache ; et ce même – et surtout – quand on n’y connaît rien. Il faut favoriser les rencontres. Le plus souvent, les médiateurs comme les bibliothécaires ou les libraires sont finalement les premiers obstacles au développement de l'implantation des rayons de livres de science puisqu’eux-mêmes sont plutôt de formation littéraire ou de sciences humaines. Former les médiateurs est donc l'un des tout premiers objectifs du groupe Sciences pour tous, de même que leur fournir des outils faciles d’accès comme les kiosques, le site ou les catalogues.

Notes

1http://www.editions-belin.com/index.php >.

2http://www.editions-lepommier.fr/ >.

3 Collection Échelles : < http://www.editions-belin.com/ewb_pages/r/recherche-avancee.php?rech_go=1&collection=%C9chelles >.

4http://www.fondation-lamap.org/fr >.

5 La médiathèque Maurice-Genevoix à Blois propose ainsi une collection unifiée de vulgarisation scientifique, à partir de 8-9 ans [note de Justine Ancelin].

6 900 titres dans sa version papier (disponible au SNE) et 3 000 titres sur le site : < http://www.sciencespourtous.org/ >.

7 Sophie Bancquart, entretien avec Jean-Yves Casgha, « Peut-on vulgariser la science avec des livres ? », Autour de la question, Radio France International, 1er octobre 2012.

8 Pour cette édition 2015 consacré au thème « La lumière pour voir le monde », le prix des lycéens a été attribué à Le labo des sons et des lumières : nouvelles expériences de physique sur le son et la lumière, par Alain Schuhl (auteur) et Hélène Maurel (ill.), aux éditions Le Pommier. Le prix des collégiens a été attribué à Le Monde lumineux des océans, par Catherine Vadon, aux éditions Belin.

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search