Version classiqueVersion mobile

Médiatiser la science en bibliothèque

 | 
Justine Ancelin

Partie II. Des bibliothèques différentes, des missions propres, des problématiques communes ?

Les bibliothèques nationales dans le paysage des bibliothèques scientifiques françaises

Justine Ancelin

Texte intégral

À bibliothèques exceptionnelles, science exceptionnelle ?

  • 1 Comme les appelle Philippe Raccah dans son article « Quelques questions à propos de trois grandes (...)

1Les « trois grandes dames parisiennes »1 que sont la Bibliothèque nationale de France (BnF), la Bibliothèque publique d’information (Bpi) et la Bibliothèque des sciences et de l’industrie (BSI) peuvent difficilement, du fait de leur vocation nationale, être assimilées aux bibliothèques de lecture publique ou de l’enseignement supérieur et de la recherche. Mais leur implication dans des réseaux nationaux ou internationaux les conduit depuis longtemps à partager leur expertise en sciences et techniques avec ces établissements.

2Ces institutions peuvent ainsi être prises pour modèles, sinon par l’ampleur de leurs fonds, du moins par les outils documentaires ou les services innovants qu’elles proposent, mais aussi par les interrogations qui se posent en leur sein, notamment du fait de la restructuration de deux d’entre elles (Bpi et BSI). Comment établir des passerelles entre science et société, entre science et culture ? Où placer le curseur entre ouvrages de vulgarisation et ouvrages spécialisés ? Comment organiser des collections multi-supports ? Comment s’adapter aux nouvelles pratiques des usagers des bibliothèques (travail sur place sans utilisation des fonds, consultation intégralement en ligne, bibliothèque troisième lieu etc.) ? Les réponses de la BnF, la Bpi et la BSI à ces questions, difficilement transposables telles quelles, peuvent cependant nourrir la réflexion des bibliothécaires en charge de départements scientifiques.

La Bibliothèque nationale de France, à la conquête de nouveaux publics pour les sciences

Statut : établissement public national, héritier des collections royales constituées depuis le Moyen Âge. Bibliothèque la plus importante de France et tête de réseau.

Mission :collecte (notamment par le biais du Dépôt légal), enrichissement, conservation et catalogage du patrimoine documentaire national ; tout en assurant l’accès du plus grand nombre aux collections. Coopération avec des pôles associés français et étrangers.

Offre :les collections encyclopédiques de la BnF reflètent la production éditoriale. Elles sont organisées en 14 départements, dont l’un regroupe les collections de sciences et techniques, implantées sur le site François-Mitterrand. On trouve également des documents scientifiques dans les départements spécialisés (Cartes et Plans, Manuscrits, etc.).

Publics : la bibliothèque d’étude de la BnF (Haut-de-jardin du site François-Mitterrand), ouverte à tous à partir de 16 ans, accueille principalement un public d’étudiants (70 %) et de lycéens (8 %). La salle C, dédiée aux sciences et techniques, est notamment fréquentée par des étudiants en médecine, des candidats aux écoles d’ingénieur, des élèves de lycées professionnels. La bibliothèque de recherche est accessible uniquement sur accréditation. Les salles R (Histoire des sciences, Sciences fondamentales) et S (Sciences de la vie, Sciences de l’ingénieur) du Rez-de-jardin attirent principalement des historiens des sciences, dans une moindre mesure des chercheurs en sciences exactes et appliquées.

3La Bibliothèque nationale a constitué jusqu’au début du xxe siècle des collections scientifiques françaises et étrangères de première importance. Les restrictions budgétaires imposées à partir de la première guerre mondiale la contraignent toutefois à concentrer ses acquisitions sur les lettres et les sciences humaines. Ce n’est que dans les années 1990, avec la création de la Bibliothèque François-Mitterrand, qu’est relancée une politique d’acquisition ambitieuse dans les disciplines scientifiques et techniques. Cette politique s’adapte aujourd’hui aux nécessités économiques et à l’évolution du paysage documentaire de l’Enseignement supérieur. L’offre documentaire de la BnF en sciences et techniques se recentre sur des collections de référence, en articulation avec les fonds d’autres établissements comme les BU. Les acquisitions pour le Haut-de-jardin s’arrêtent à la troisième année de licence. Celles de niveau recherche privilégient les monographies plutôt que les périodiques et délaissent volontairement les publications trop spécialisées, consultables en BU.

4Les chercheurs impliqués dans « la science en train de se faire » fréquentent peu la BnF. Aussi se concentre-t-elle principalement sur la valorisation et la médiation de la mémoire scientifique, en constituant pour les historiens, philosophes et sociologues des sciences le patrimoine de demain. Tandis que les BU proposent les collections les plus à jour possible, la BnF s’efforce d’acquérir des documents qui portent la marque de l’époque à laquelle ils ont été conçus (encyclopédies, ouvrages de synthèse, publications rendant compte de l’avancement de la science…). Les ressources électroniques sont concernées au premier chef par cette entreprise, par des politiques d’achat pérenne.

5Cette médiation des sciences dans une optique patrimoniale s’illustre également dans des animations culturelles telles le cycle de conférences « Un texte, un mathématicien », qui trouve son public depuis maintenant dix ans ; ou par la participation étroite et régulière du département Sciences et techniques à l’alimentation de la bibliothèque numérique Gallica, via des parcours de consultation dédiés à certaines thématiques comme l’hydrothérapie ou les jardins.

6C’est d’ailleurs principalement par son expertise aussi bien technique que scientifique (sur quels corpus se pencher, etc.) en matière de numérisation que la BnF joue aujourd’hui son rôle de tête de réseau en conseillant les établissements qui la sollicitent.

La Bibliothèque publique d’information : comprendre ou pratiquer les sciences ?

Statut : établissement public national implanté dans le Centre Georges-Pompidou, la Bpi est une bibliothèque de lecture publique ouverte à tous. Mission : bibliothèque « d’étude générale non spécialisée », destinée « à l’information plus qu’à la simple lecture »*. Ouverte à tous, en accès libre et gratuit. Offre : collections pluridisciplinaires d’information générale et d’actualité, dont une partie est consacrée aux sciences fondamentales (service Sciences et société) et aux sciences appliquées et médicales (service Savoirs pratiques). Ces collections sont multi-supports, entièrement en libre accès, et exclusivement consultables sur place. Publics : ouverte à tous. Conçue au départ comme un lieu de passage pour obtenir une information rapide, la Bpi tend à devenir une bibliothèque de travail, notamment pour des publics jeunes (lycéens et étudiants). * Jean-Pierre Seguin, premier directeur de la Bpi.

7Les sciences n’occupent pas une place centrale à la Bpi, dont les missions sont proches de celles des bibliothèques de lecture publique. Comme dans la plupart de ces établissements, les sciences et techniques représentaient en 2014 10 % de ses collections2, soit bien moins que les langues et littératures (29 %) ou les sciences humaines et sociales (18 %).

  • 3 Sur l'opposition Little Science et Big Science, voir la contribution d'Olivier Las Vergnas : « Les (...)

8Le projet d’établissement Lire le monde, défini en 2010, vise à faire de la Bpi une bibliothèque davantage orientée vers ses divers publics et leurs usages, notamment par le biais d’un nouvel organigramme revisitant les séparations disciplinaires classiques. Le département Vivre a ainsi été conçu comme un moteur, qui associerait plus étroitement certaines thématiques (tourisme, gestion, droit, économie…) à leur public, par le biais de la valorisation, de la pratique, et de la médiation en ateliers de proximité, davantage que par l’excellence théorique des collections. Il regroupe les services Autoformation et Savoirs pratiques, ce dernier incluant la médecine/santé, l’économie domestique et les technologies appliquées. Les sciences sont rattachées à un autre département appelé Comprendre, au sein d’un service qui intègre également des questions de Société. Un réaménagement des espaces lancé il y a peu va bientôt confirmer cette séparation sciences fondamentales/sciences appliquées en les redéployant sur des niveaux séparés. Mais c’est surtout sous l’angle de la complémentarité que doit s’envisager cette réorganisation, la Little Science pratiquée au sein du département Vivre trouvant son contrepoint dans l’approche Big Science3 du département Comprendre, et réciproquement.

9Le rapprochement sciences et société favorise en effet l’organisation de rencontres-débats transdisciplinaires comme le cycle « Habiter, rêver et lutter dans un monde en crise »4, consacré à l’écologie humaine. Il influe également sur la politique documentaire, y compris dans les services de la Bpi en charge des documents scientifiques autres que le livre (périodiques…) avec lesquels travaille le service Sciences et société pour toute opération de médiation. Le service Cinéma, responsable du Catalogue national des films documentaires, propose ainsi des films de science qui traitent en priorité le côté humain des thématiques abordées (interviews de scientifiques) et les problématiques en lien avec les grandes préoccupations sociétales et politiques (climat, etc.). De même, un certain nombre des événements de médiation culturelle de la Bpi comporte une dimension scientifique5, quoique la part des autres disciplines (SHS notamment) soit plus visible et proportionnellement plus importante que les manifestations explicitement consacrées aux sciences6.

10Le Plan national pour la diffusion de la culture scientifique, technique et industrielle de 2004 avait par ailleurs chargé la Bpi de mettre au point une bibliographie de référence (tous supports) à l’usage de toutes les bibliothèques publiques qui souhaiteraient une aide intellectuelle pour compléter leurs fonds. Cette demande n’a pas été suivie d’effets aujourd’hui, et ni le service Sciences et société ni la Délégation à la coopération nationale ne reçoivent de demandes de la part de leurs collègues bibliothécaires responsables de fonds scientifiques.

11Mais le service Sciences et société participe activement au webmagazine Balises, conçu pour « incarner le concept novateur de la bibliothèque comme média »7, par le biais de la rédaction de contenus aux formes très variées (reportages, dossiers d’actualité, bibliographies…) proposant une médiation des sciences personnalisée et novatrice. Cette action permet ainsi aux bibliothécaires de fournir à leurs collègues des outils pour se familiariser avec la science et sa médiation, tant en les informant sur l’actualité du domaine et les ressources disponibles, qu’en leur présentant de bonnes pratiques d’éditorialisation.

La Bibliothèque des sciences et de l’industrie, médiathèque publique, centre d’apprentissage ou Living Center ?

Statut : implantée au cœur de la Cité des sciences, la BSI se distingue toutefois des CCSTI* par son statut de bibliothèque nationale. Mission : « La BSI est une bibliothèque publique spécialisée dont la vocation est de permettre à tous ceux que les sciences et les techniques intéressent, passionnent, intriguent, interrogent, de mieux les appréhender »**. Ouverte à tous, en accès libre et gratuit. Offre : collections tous supports en sciences et techniques, dans le but de divertir, sensibiliser et documenter, dans une optique transdisciplinaire. Une part importante de l’offre est disponible sur le site web de la BSI (dossiers d’actualité, ebooks, notices bibliographiques, images, sélections documentaires, articles de vulgarisation, parcours d’autoformation, etc.). Un fonds patrimonial en histoire des sciences et des techniques est également à disposition des chercheurs et des amateurs. Publics : bien que le public visé soit très large (visiteurs de la Cité, étudiants, adultes actifs ou en recherche d’emploi, etc.), la BSI attire majoritairement un public jeune et de proximité, pour qui elle joue surtout le rôle d’un espace de travail plus que de consultation des collections.

* Des CCSTI comme La Turbine à Cran Gevrier ou le Forum départemental des sciences à Villeneuve-d’Ascq comportent d’importants centres de documentation.

** < http://www.cite-sciences.fr/​fr/​au-programme/​lieux-ressources/​bibliotheque/​acces-dedies/​bibliothecairesmediateurs/​ >.

12Le Plan national de 2004 préconisait d’« amplifier la diffusion des ouvrages scientifiques et techniques dans le réseau des bibliothèques publiques [par] la mise à disposition de l’expertise de la médiathèque de la Cité des sciences. » De fait, de nombreuses ressources ont été produites ou rassemblées et médiatisées par la BSI, notamment via le site web d’Universcience. La BSI participe également de près à l’alimentation de la nouvelle plate-forme < www.estim-science.fr >, où les professionnels de la culture scientifique échangent ressources, bons procédés et informations utiles, dans le cadre du projet retenu en 2011 au titre des investissements d’avenir du gouvernement.

13Sont en outre disponibles sur le site d'Universcience via un accès dédié aux bibliothécaires et aux médiateurs des outils bibliothéconomiques tels qu’un guide d’indexation et une présentation du plan de classement maison de la BSI, ainsi que les renseignements nécessaires à l’organisation de visites professionnelles.

  • 8 Des accords en ce sens avaient notamment été conclus avec l’Enssib et la Direction du livre et de (...)

14Par sa situation particulière de bibliothèque nationale, et son rapport à Universcience (qui fut un temps pilote de la gouvernance de la CST en France), la BSI n’a toutefois que peu en commun avec les bibliothèques municipales. La formation des personnels des bibliothèques n’est plus aujourd’hui au cœur de ses missions8, quoique la BSI de manière ponctuelle apporte un service d'aide en bibliothéconomie aux établissements qui le souhaitent. N’étant pas une bibliothèque universitaire, la BSI ne saurait non plus jouer le rôle d’un Learning Center, malgré la présence massive et récurrente d’un public jeune et studieux.

15C’est en tant que Living Center que la BSI souhaite médiatiser la science, moins comme coordinateur que comme soutien à la réalisation de projets scientifiques ou techniques. Une de ses forces vient des différents espaces de services qui lui sont associés, comme la Bibliothèque jeunesse, la Cité des métiers, la Cité de la santé ou le Carrefour numérique² (lire "au carré") et son Fab Lab. La BSI a fait le choix de considérer les ressources qu’elle propose non plus comme une fin en soi, mais comme appui à une politique de services appelés à se diversifier (nouveaux pôles Jeunesse, Étude et formation, Environnement, etc. à venir pour 2016). C’est donc sur des services spécialisés que mise la BSI pour les années à venir. Les collections documentaires, qui restent indispensables, seront ainsi rationnalisées en fonction des besoins de ses visiteurs et des services qui leur sont proposés.

16Dans cette démarche, la BSI souhaite favoriser l’émergence de projets de la part de ses visiteurs, dans une optique de co-construction des services de type bottom-up. Elle s’intégrera ainsi dans la tendance actuelle de transformation des bibliothèques en troisièmes lieux, espaces de participation et de création. Toutes les ressources produites par la BSI ont en outre vocation à être, à plus ou moins court terme, disséminées selon les principes de l’open data, dans un modèle try & learn. À défaut de coordonner les bibliothèques scientifiques en France, la BSI s’engage à tester des formes nouvelles de médiation de la science, à faire connaître les outils et méthodes utilisés pour cela (programmes, modes d’emploi, calendriers), et à rendre publics succès et échecs, afin de fournir à d’autres établissements des retours d’expérience exploitables.

Notes

1 Comme les appelle Philippe Raccah dans son article « Quelques questions à propos de trois grandes dames parisiennes », Bibliothèque(s), octobre 2007, n° 34/35, pp. 28-31.

2 Voir le rapport d’activité 2014 sur le site web de la Bpi : < http://www.bpi.fr/la-bibliotheque/missions-et-organisation/rapports-d-activite >.

3 Sur l'opposition Little Science et Big Science, voir la contribution d'Olivier Las Vergnas : « Les bibliothèques, des passerelles scientifiques pour le plus grand nombre ».

4https://www.centrepompidou.fr/cpv/resource/c76nXG/rEbMzM8 >.

5 Par exemple le festival Cinéma du réel, initié par la Bpi en 1978 : < http://www.cinemadureel.org/fr/qui-sommes-nous/le-festival >.

6 Comme le cycle Les mathématiques pour comprendre le monde.

7 Site web de la Bpi : < http://www.bpi.fr/sites/SiteInstitutionnel/home/la-bibliotheque/missions-et-organisation/projets.html >.

8 Des accords en ce sens avaient notamment été conclus avec l’Enssib et la Direction du livre et de la lecture en 2005 ou avec le Centre régional de formation aux carrières des bibliothèques (CRFCB) Médiadix en 2006, mais ils n’ont plus cours aujourd’hui.

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search