Version classiqueVersion mobile

Médiatiser la science en bibliothèque

 | 
Justine Ancelin

Partie I. Les professionnels des bibliothèques, savants, scientifiques ou techniciens ? Transmettre la culture des sciences au même titre que la culture générale

Comment se familiariser avec les sciences quand on n’est pas scientifique ? Un panorama des offres de formations initiales et continues

Aurore Soares

Texte intégral

1Le goût pour la CSTI s’est développé en France grâce à la création de lieux d’exposition, à l’émergence d’événements comme la Fête de la Science ainsi qu’au développement du tourisme industriel. Même quand on n’est pas scientifique de formation initiale, avec de la curiosité et une envie de comprendre, il est maintenant facile de se familiariser avec les sciences. D’autant que de nombreuses institutions culturelles, dont les bibliothèques, soucieuses d’accompagner cet enthousiasme, développent de plus en plus d’actions de médiation scientifique : rencontres, expositions, sites web… Pour des bibliothécaires qui souhaitent s’engager dans ce type d’actions culturelles, une formation en médiation scientifique est-elle nécessaire, envisageable ?

2Un médiateur ou médiatrice scientifique ne peut jamais dominer tous les savoirs d’une discipline mais doit être capable de trouver l’information, d’en comprendre les enjeux et de les médiatiser, avec l’aide d’experts si nécessaire ; toutes missions qui forment le cœur du métier de bibliothécaire, quelle que soit la discipline concernée. S’il arrive qu’une autoformation suffise, une formation complémentaire permet de s’immerger rapidement au cœur de la CSTI, de (mieux) saisir les problématiques contemporaines liant sciences et société, d’apprendre en pratique à monter des actions de médiation scientifique – en tenant compte des dispositifs numériques disponibles et des nouveaux processus participatifs – et de favoriser la mise en relation, les partenariats avec d’autres professionnels de la CSTI.

Formations continues en sessions courtes

Formations professionnelles de l’Office de coopération et d’information muséales (OCIM)1

Lieux : institutions muséales, universitaires et de CSTI Durée : 1 jour (ateliers), 2 à 3 jours (stages avec hébergement). Accès : en fonction des places disponibles et du projet professionnel Nombre de participants : 20 par stage

3L’OCIM est un centre coopératif d’information et de ressources professionnelles dans les champs du patrimoine et de la culture scientifique et technique (muséographie, médiation, conservation…) et du secteur sciences et société. Il propose des formations avec des focus thématiques : la mise en place d’expositions, les différentes actions de médiation, etc. Les intervenants sont des professionnels des musées et/ou des chercheurs en SHS.

4La diversité recherchée des profils professionnels des participants, incluant des bibliothécaires, favorise les échanges de pratiques et l’inscription dans le réseau de la CSTI. Après le stage, les participants disposent d’une plate-forme numérique de ressources et d’échanges.

L’école de la médiation, ESTIM2 (ouverture prévue en 2016)

Lieux : Cité des sciences et de l’industrie, Espace Pierre-Gilles-de-Gennes (ESPGG), Paris Durée : 2 à 3 jours Accès : sur dossier Nombre de participants : 15 par stage

5L’école de la médiation du projet Égalité d’accès aux sciences, aux technologies, à l’innovation et au multimédia (ESTIM)* propose des formations à la pratique de la médiation scientifique dans les centres de CSTI*, les musées et aussi les bibliothèques. Grâce à un partenariat entre Universcience*, le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), l’OCIM, les universités Paris Diderot et Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines ainsi que les associations TRACES3, Les Petits débrouillards4 et Planète sciences5, ces formations sont profondément axées sur les réalités du métier de médiateur. Elles répondent aux besoins de compétences spécifiques (interaction avec les publics, gestion de projets de médiation…) à partir de travaux en sous-groupes et de mises en situation concrètes.

Les formations universitaires, du diplôme universitaire (DU) au Master

  • 6 Voir l’encadré à la fin de la contribution.

6De 60 jours à deux années, ces formations universitaires ne requièrent pas toutes le même investissement en temps. Le choix dépendra du parcours individuel, du projet professionnel, des attentes personnelles ainsi que des possibilités de financement6. Elles présentent toutes l’intérêt d’imposer des stages pratiques, à réaliser, pourquoi pas, dans une bibliothèque si un projet de médiation s’y prête.

Diplôme universitaire Médiation scientifique innovante7

Lieux : ESPGG et Centre de recherches interdisciplinaires (CRI), Paris Durée : 60 jours consécutifs (110 heures d’enseignements) Accès : sur dossier et entretien, aucune formation scientifique initiale exigée Première promotion en 2015 : 11 personnes

7Cette formation compacte est construite sur le principe « apprendre en faisant » avec l’objectif de fournir une boîte à outils orientée vers les dispositifs de médiation scientifique innovants/émergents, tout en stimulant une réflexion critique sur les pratiques de médiation et la communication des sciences et des techniques. Avec une attention forte portée aux problématiques contemporaines orientées science et société, les enseignements alternent cours magistraux, travaux dirigés, rencontres avec des professionnels et réalisation d’un projet collectif de médiation, librement choisi par le groupe. Les intervenants sont des professionnels inscrits dans le réseau de la CSTI, certains sont membres du groupe TRACES et travaillent aussi à l’ESPGG.

Magister Sciences et techniques dans la société : médiation, innovation, patrimoine8

Lieu : CNAM, Paris Durée : de septembre à juin (possibilité d’échelonner sur plusieurs années) Accès : sur dossier, bac +3 (toutes disciplines) ou Validation des acquis de l’expérience (VAE) Promotion : 25 auditeurs/suivi possible à distance

8Le magister s’adresse à des professionnels de tous milieux désireux de se former aux actions de médiation, de valorisation ou d'animation de débats sur la production des sciences, des techniques et des innovations. À partir d’enseignements théoriques et pratiques (dont un stage de trois mois à temps plein, ou équivalent), les auditeurs apprennent à concevoir, analyser, évaluer tout type d'action de médiation en CSTI. Le cursus se conclut par un mémoire de diplôme validé par un jury. La formation s'opère en collaboration étroite avec le Musée des arts et métiers qui est l'un des terrains privilégiés d'étude et de réalisation des projets.

Licence professionnelle Développement et protection du patrimoine culturel, option  Sciences, animation, culture et société9

Lieu : IUT, La Réunion Durée : une année universitaire Accès : bac +2 ou sur dossier avec une expérience professionnelle d’au moins trois ans dans les secteurs concernés

9Cette licence forme prioritairement des animateurs culturels, les rendant aptes à mettre en place des ateliers pédagogiques et des expositions afin de valoriser le patrimoine naturel, culturel, scientifique et industriel à destination d’un large public.

Master professionnel Médiations des sciences10

Lieu : Université Montaigne, Bordeaux Durée : 4 semestres universitaires (moins suivant le profil professionnel) Accès : bac +3 sciences, ou sur dossier et entretien en Validation des acquis professionnels et personnels (VAP) ou VAE Promotion : environ 25 étudiants

10La première année du cursus est dédiée aux enseignements théoriques dont l’histoire et la philosophie des sciences, les grands courants de la communication des sciences. La seconde année est centrée sur les apprentissages pratiques (trois projets collectifs et un stage professionnel obligatoire). Dans le cadre d’une pédagogie de projet, les étudiants répondent à des commandes réelles passées par l'équipe enseignante : organisation d'un cycle de conférences sciences-médias-société, réalisation d’un journal et mise en place d’une exposition. Ils travaillent alors avec des intervenants extérieurs, des professionnels associés à l'université ou des chargés de cours.

Master Événementiel, médiation des arts et des sciences et éducation à l’environnement11

Lieu : Université Saint-Quentin-en-Yvelines, Versailles Durée : 4 semestres universitaires Accès : bac +3 ou sur dossier par VAE ou VAP Promotion : 25 à 30 étudiants

11De nos jours, de nombreux projets culturels s’articulent autour des liens entre art et sciences. Les enjeux en termes de médiation sont différents, cette formation permet donc d’en aborder les spécificités. Elle s’adresse à des étudiants issus de formation scientifique ou artistique afin d’apprendre la conduite de projets culturels de médiation artistiques et/ou scientifiques. Les connaissances et compétences acquises antérieurement en ingénierie culturelle sont un plus pour l’accès à cette formation. Le cursus débute par des enseignements fondamentaux (savoirs théoriques et critiques, connaissance du milieu culturel, scientifique et technique) et de spécialité sur les bases de la médiation, les outils et techniques de la médiation. Les étudiants doivent ensuite mener des projets tutorés et assurer des réalisations collectives, avant de conclure par un stage obligatoire.

Master Journalisme, communication et culture scientifiques12

Lieu : Université Paris-7, Paris Durée : 4 semestres universitaires (voire 2, selon le parcours individuel) Accès en M1 : sur dossier et épreuves, bac +3 scientifique ou avec une formation initiale en lettres ou SHS et un projet professionnel en adéquation avec le master Accès en M2 : possible en formation continue, sur dossier, test et entretien, niveau bac +3 scientifique ou VAP Promotion : 15 étudiants

12Ce master forme des professionnels de la médiation des savoirs scientifiques, capables de contribuer au débat citoyen sur des questions qui impliquent expertise scientifique, choix politiques, pluralité des savoirs et des cultures. Il est en effet nécessaire de savoir faire le tri entre les discours scientifiques et techniques, et d’apprendre à les distinguer des discours de différents lobbys, afin de proposer des livres capables de permettre aux usagers de s’engager en tant que citoyens, ainsi que de monter des actions de médiation scientifique rigoureuses. L’accent est mis sur les relations entre sciences et société, en développant l’esprit critique et la rigueur d’analyse. La seconde année est dédiée à un parcours professionnalisant ou à un parcours de recherche. Les enseignements comprennent des cours théoriques et pratiques (journalisme radio et vidéo, réalisation d’un blog, projet éditorial), un atelier d’écriture, deux stages obligatoires et se concluent par la rédaction d’un mémoire avec une soutenance.

Les formations exigeant une formation scientifique initiale

Master Pro Information et communication, spécialité communication scientifique et technique, Grenoble13

13Ce master requiert une licence de sciences exactes ou en sciences humaines avec une bonne expérience du secteur concerné. Accès direct possible en deuxième année pour les professionnels en congé formation.

Master Sciences, communication scientifique : nouveaux dispositifs de médiation scientifique, Strasbourg14

14Cette formation s’adresse aux bac +3 scientifiques et aux salariés dans le domaine des sciences ou des techniques, afin de compléter leur formation initiale par des enseignements en SHS. De nos jours, les problématiques scientifiques et techniques relèvent aussi de problèmes de société. Les scientifiques n’ont aucune formation en SHS qui les aideraient à mieux comprendre les enjeux ; un avantage donc pour ceux qui ont déjà cette formation, comme les bibliothécaires ! Les cours magistraux alternent avec des ateliers de réflexion sur la médiation scientifique en lien avec un réseau de partenaires en CSTI.

Témoignage d’une bibliothécaire en BU sciences (extraits d’un entretien téléphonique)

« J’ai décidé de suivre une formation en médiation scientifique par envie d’enrichir ma pratique professionnelle. À l’époque, je travaillais dans une BU sciences engagée dans des actions de médiation scientifique et de valorisation des fonds anciens. En conséquence, j’ai facilement obtenu l’accord de suivre un master en une année, directement en M2. Je me suis formée à l’écriture journalistique, à la conception/réalisation d’expositions et aux stratégies de communication. »

« Grâce à cette formation, j’ai acquis des outils pratiques et une confiance dans mes propositions ; je me suis sentie plus légitime pour développer des actions de médiation afin de valoriser le patrimoine culturel. »

Autoformations en ligne

15Une formation en médiation scientifique peut débuter grâce aux ressources du Web, avec pour objectifs de :

  • développer sa propre culture scientifique et technique ;
  • s’initier aux différents outils de médiation ;
  • porter un regard critique sur les pratiques contemporaines et innovantes ;
  • enrichir son réseau professionnel pour des possibles collaborations ou partenariats.

16Même après une formation présentielle, l’autoformation est indispensable pour tout professionnel de la médiation qui doit continuer à s’interroger sur sa pratique professionnelle et maîtriser les sujets d’actualité. Ainsi, de nos jours, il est clair que les problématiques écologiques sont récurrentes, avec une nécessaire articulation entre écologie scientifique et écologie politique. De même, les grandes questions économiques d’actualité relèvent d’un débat entre une économie « mathématique » et une économie plus ouverte aux SHS, avec aussi en conséquence différents choix de société.

La curation de contenus comme support de médiation

17Le développement du Web a permis l’apparition d’outils d’agrégation de contenus (Scoop.it, Paper.li, Netvibes…) très faciles à utiliser et à partager. Ces curations allient veille documentaire en interne et partage des informations à destination des usagers, permettant de relayer l’actualité éditoriale en CSTI et les nouvelles de la recherche (CNRS, INSERM, INRA…). Selon les disponibilités des responsables de ces contenus, il conviendra peut-être de faire une veille plus ciblée, en rapport avec les fonds de la bibliothèque, les affinités et les liens développés avec des structures partenaires de proximité.

  • 15 Voir par exemple le tableau Scoop.it consacré aux MOOC, dans le sujet « Médiation scientifique et (...)

18Il est également possible de cibler les nouveautés en médiation scientifique en suivant certains tableaux de bord disponibles dans les applications citées ci-dessus15. Dans ce cadre, il est recommandé de s’abonner aux newsletters de l’Association des musées et centres pour le développement de la culture scientifique, technique et industrielle (AMSCTI) et de l’Association nationale des centres de culture scientifique, technique et industrielle (CCSTI), cette dernière proposant aussi des expositions clé en main pouvant enclencher/compléter une action de médiation dans une bibliothèque.

Twitter, un RSN pour la veille et les échanges professionnels

19Les réseaux sociaux numériques (RSN) sont de plus en plus utilisés par les institutions culturelles. Par sa souplesse d’utilisation, Twitter présente de nombreux intérêts pour qui veut suivre l’actualité des sciences et de la médiation des sciences. L’information est condensée à l’essentiel et renvoie en théorie vers des références bibliographiques rigoureuses. Les organismes de culture scientifique et les magazines scientifiques sont présents sur le réseau, leurs posts complètent les informations délivrées par leurs sites et newsletters.

20Les petites institutions culturelles choisissent parfois de valoriser leurs actions sur Twitter du fait de sa simplicité d’usage. De même, de nombreux bibliothécaires partagent leur propre veille. Ce réseau offre donc la possibilité de veille et d’échanges conviviaux de pratiques professionnelles, ce qui limite le sentiment de solitude parfois ressenti.

Quelques comptes intéressants à suivre en bibliothèque

@bibliothequeBSI : bibliothèque des sciences et de l’industrie (BSI), La Villette

@BibSciences : BU Sciences-STAPS, Caen

@Sciencepresse : agence de presse scientifique francophone

@cafe_sciences : communauté de blogs de science en français

@journalscience : le Journal de la science, actualités quotidiennes

@PourlaScience : magazine Pour la science

21Loin d’être exhaustif, ce rapide tour de France prouve toutefois qu’il existe une gamme très diverse de formations (souvent méconnues) à la médiation des sciences, qui pourraient sans peine trouver leur place au sein des parcours professionnels des bibliothécaires, suivant les disponibilités, professionnelles et personnelles, de chacun et la dynamique institutionnelle. Presque toutes basées sur le lien fondamental qui unit sciences et SHS, ces formations permettent avant tout de rassurer les professionnels du livre, qui craignent souvent de ne pas être légitimes pour diffuser la CST. L’enjeu actuel est donc, pour les organismes qui les dispensent comme pour ceux qui accueillent de potentiels élèves, de faire connaître la richesse de cette offre, et d’aménager les conditions nécessaires pour en profiter. Bonne(s) formation(s) !

Encadré Sigles des formations

Validation des acquis professionnels et personnels (VAPP ou VAP) : permet de reprendre une formation de l'enseignement supérieur sans avoir le titre requis, en justifiant au moins de deux années d'expérience professionnelle et personnelle.

Validation des acquis de l'expérience (VAE) : permet de faire valider les acquis de son expérience professionnelle en vue d’obtenir tout ou partie d’un diplôme de l’enseignement supérieur, en justifiant d’au moins trois années d’activité en relation directe avec le diplôme.

Congé individuel de formation (CIF) : congé, accordé sous certaines conditions, permettant à un salarié de suivre la formation de son choix. Une autorisation d'absence doit être demandée si la formation se déroule durant le temps de travail. Les frais de formation peuvent aussi être pris en charge et une rémunération peut être versée.

Droit individuel à la formation (DIF) : crédit annuel d'heures de formation professionnelle pour les agents de l'État.

Compte personnel formation (CPF) : depuis 2015 remplace le DIF pour les salariés de droit privé.

Auteur

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search