Version classiqueVersion mobile

Médiatiser la science en bibliothèque

 | 
Justine Ancelin

Partie IV. Faire de la science autrement en bibliothèque

Lettres, arts et sciences humaines : des médiateurs des sciences ?

Justine Ancelin

Texte intégral

Valoriser ses collections par une organisation transdisciplinaire ?

  • 1 Ainsi, par exemple, la nouvelle BU Sciences de l'université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.

1À l'instar de la BU de Lyon 1, plusieurs bibliothèques d'enseignement supérieur scientifiques intègrent en leur sein des fonds de loisirs, et notamment de mangas1. Mais au-delà d'une différence entre les sciences et les autres domaines de pensée, il semble que le clivage sépare surtout usages récréatifs et usages estudiantins/professionnels des collections. Le rapprochement des sciences avec d'autres univers thématiques est plus facilement envisagé en BU quand il s'agit de les associer à d'autres disciplines « sérieuses » enseignées dans l'établissement, et en BM quand la culture scientifique et technique est vue sous un angle littéraire ou artistique. Ces pratiques interrogent la vision que les professionnels des bibliothèques ont de la science et de son périmètre, et se matérialisent à travers l'organisation des collections en départements thématiques associant les sciences aux arts (médiathèque de Conflans-Sainte-Honorine), à la société (Bpi, médiathèques Lucie-Aubrac à Saint-Ouen et André-Malraux à Béziers) ou aux loisirs.

2Ces thématiques jouent un rôle de produit d'appel vers les sciences, et permettent aux usagers intimidés ou a priori peu intéressés d'élargir leurs horizons.

  • 2 Soit 1 152 étudiants sur 33 033 pour l’année 2013-2014 (hors STAPS). Chiffres issus du Recueil ann (...)

3En 2015, la participation à l'opération La Science se livre de l'université Paris Ouest Nanterre La Défense, établissement pluridisciplinaire mais dont seulement 3,5 % des étudiants se consacrent aux sciences et techniques2, a poussé la BU à proposer plusieurs tables de présentation et sélections bibliographiques consacrées au Vivant, thème de cette édition. Ces ouvrages de sciences, difficilement repérables au beau milieu de la salle de lecture consacrée aux sciences sociales, ont été présentés non pas suivant une organisation en thématiques « scientifiques » (« classement et espèces », « théorie de l'évolution », « de la cellule à l'organisme complexe », etc.), mais sous l'angle des disciplines non-scientifiques mieux connues des étudiants de Nanterre comme la littérature (science-fiction), le droit (bioéthique) ou la philosophie (épistémologie), ce qui a encouragé les étudiants à s'y intéresser et à les emprunter.

4Sans rapprocher de force deux univers qui n'auraient rien à voir, il semble donc que des thématiques « non-scientifiques » gagnent à être proposées comme points d'accès vers les sciences, et ce pour les publics comme pour les bibliothécaires, pour la plupart formés aux lettres ou sciences humaines.

Sciences et documentaires : grand angle sur les films

5Depuis 1986, la ville d'Oullins (Rhône) organise le festival cinéma et sciences À nous de voir3. Son but : sélectionner des films documentaires traitant des enjeux de science et société, et les projeter (dans certaines bibliothèques de l'agglomération lyonnaise par exemple) accompagnés d'animations et de débats, notamment autour de la construction du discours scientifique à travers un film.

6La participation des bibliothèques à ce festival, souvent traité en même temps que le Mois du film documentaire, est basée sur le volontariat et assurée par un coordinateur dans chaque établissement. Ces coordinateurs sont venus au documentaire scientifique par le cinéma ou par les sciences, même si les bibliothécaires titulaires d'une formation scientifique sont rares et que l'orientation actuelle de l'événement fait de plus en plus de place aux SHS.

7La participation des bibliothèques n'est pas liée à leurs fonds. L'événement n'a en effet pas eu une grande portée à la bibliothèque de la Part-Dieu, dont les collections sont les plus avancées dans ce domaine, et la médiathèque du Bachut, spécialisée en santé, n'y participe pas du tout, au contraire de la médiathèque de Vaise, spécialisée en Arts du spectacle. Car pour cet événement comme tant d'autres, l'implication d'un établissement repose avant tout sur la motivation d'un agent : ici, l’élément déclencheur a été la présence d’une bibliothécaire dans le comité organisateur du festival.

Encadré : Le festival À nous de voir : calendrier

- janvier-juin : sélection des films par les organisateurs du festival ;

- juin-juillet : projection (extraits) et présentation par les organisateurs des films restants aux établissements partenaires, qui choisissent chacun plusieurs films ;

- juillet : sélection des films par les bibliothécaires, après projection intégrale et concertation inter-établissements ;

- juillet-août : préparation des animations autour des films programmés (souvent difficile en raison des vacances d'été) ;

- septembre-octobre : organisation pratique (salle, matériel, techniciens), communication, proposition de sélections bibliographiques et tables de présentation ;

- novembre : projection et moment d'échange avec un invité, souvent le réalisateur du film.

8L'audience de ces projections (entre 18 et 50 personnes à la médiathèque de Vaise en 2014 par exemple) n'est en rien comparable aux auditoriums remplis à la Bibliothèque de la Part-Dieu par les conférences mathématiques de haut niveau. Elles semblent toutefois satisfaire une demande, y compris de la part d'un public qui fréquente peu les bibliothèques, même si on n'observe pas ou très peu de répercussions de ces projections sur les habitudes documentaires des usagers. Cela est probablement dû au fait qu’elles ont lieu en soirée, à un moment où les salles de lecture ne sont plus accessibles.

9La communication est le paramètre le plus délicat de cet événement. Les bibliothèques lyonnaises sont en effet tributaires d'un magazine commun (TOPO : le magazine des bibliothèques de Lyon), qui paraît tous les deux mois et contraint donc considérablement les délais d'élaboration des programmes. Il est arrivé que les projections liées au festival ne soient même pas incluses dans le calendrier du réseau. Et quand les bibliothèques proposent par ailleurs une immense offre culturelle, comme à la Part-Dieu, difficile de faire de la publicité pour un seul film de science, qui tend à disparaître dans la masse.

10Le fait que les films retenus par l'organisation du festival, parce que considérés comme les meilleurs, ne puissent être projetés par les bibliothèques pose également question, même si la grande sélection d'œuvres de qualité parmi lesquelles les bibliothécaires peuvent ensuite choisir (gratuitement, les droits de diffusion étant acquittés par le festival) permet à chacun de faire son miel.

  • 4 Une convention associe officiellement la BM de Lyon au festival pour la période 2013-2015, ce qui (...)

11Si organiser soi-même un événement d'ampleur comme le festival Science et Manga permet d'avoir la main sur tous ces paramètres (notamment temporels), participer à un événement extérieur en tant que structure officielle4 offre tout de même donc des avantages non négligeables, notamment à des établissements qui souhaiteraient se lancer dans l'aventure scientifique tout en ayant peur de ne pas assez s'y connaître.

Dépasser la science avec la fiction : à la rencontre du public

« La science-fiction n'est pas plus faite pour être lue par des scientifiques que les histoires de fantômes par des fantômes » Brian Aldiss5

  • 5 Écrivain anglais né en 1925 et auteur de nombreux livres de SF.
  • 6 Voir leur contribution : « Les éditeurs de livres scientifiques et leur offre en direction des bib (...)

12Associer qualité scientifique et qualité artistique est souvent difficile, au cinéma comme dans les romans scientifiques. Ce dernier genre littéraire, peu connu y compris des bibliothécaires et illustré entre autres par Jules Verne, a pour fonction de transmettre à un public large des savoirs scientifiques et techniques par le biais de la forme romanesque. Cette prouesse nécessite aussi bien de solides bases scientifiques qu'une vraie plume d'écrivain, deux aspects qui s'excluent souvent selon Sophie Bancquart et Catherine Allais6.

  • 7 Voir la contribution d'Olivier Las Vergnas : « Les bibliothèques, des passerelles scientifiques po (...)

13La science-fiction se distingue fondamentalement du roman scientifique en ce qu'elle n'a pas vocation à transmettre des connaissances scientifiques. Elle baigne toutefois dans une atmosphère scientifique, quand bien même celle-ci serait en contradiction avec les savoirs actuels. Ce genre est aujourd'hui en plein essor, et rencontre un vaste public : si tant est qu'il ne soit pas destiné aux scientifiques, ce qui reste à prouver, pourquoi ne pas s’en servir pour toucher des lecteurs qui se considèrent instinctivement, et peut-être à tort7, comme inaptes aux sciences et non intéressés par son univers ?

  • 8 Mentionnons l'exemple de la bibliothèque-médiathèque de Sèvres, par exemple lors du festival « Les (...)
  • 9 Ainsi, la Cité des sciences, en 2010-2011, dans son exposition « Sciences & Science-fiction ».
  • 10 Voir Roland Lehoucq, « Peut-on parler de science grâce à la fiction ? », Bibliothèque(s), 2013, n° (...)

14Cela pourrait d'autant plus facilement se faire que la science-fiction a toujours trouvé sa place en bibliothèque. Mais les BU cantonnent souvent ce genre au sein de leur fonds loisirs (Montpellier, UPMC…), et les établissements de lecture publique le rapprochent de la littérature générale, même quand elles lui consacrent un espace à part (bibliothèque Rainer-Maria-Rilke à Paris). Rares sont les bibliothèques qui utilisent cet outil pour mener les lecteurs vers la vulgarisation8, alors que ces initiatives ne sont pas rares du côté des centres de culture scientifique9 et que les scientifiques eux-mêmes reconnaissent l'utilité de ce genre de passerelles10. Mais comment s'y mettre ?

Rapprocher sciences et littérature, une Utopi(ales) ?

15Le festival des Utopiales, organisé depuis 2000 par la ville de Nantes et réunissant environ 55 000 visiteurs chaque année, s'efforce de replacer la science-fiction dans un contexte littéraire, mais aussi scientifique. Outre des sélections d'ouvrages et des récompenses, il propose des conférences de vulgarisation scientifique et des tables rondes dans lesquelles « sont croisés, à destination du grand public, les points de vue, parfois convergents, parfois opposés, des scientifiques et des auteurs, des artistes, de tous ceux qui, jour après jour, façonnent des mondes fabuleux à partir de fragments de réel, pour en faire, au-delà de l'évasion qu'ils promettent, de véritables “expériences de pensée”. »11

16Cette volonté d'embrasser tous les points de vue, de croiser les thématiques et de diversifier les supports proposés s'applique également parfaitement aux bibliothèques. Aussi le réseau des BM nantaises est-il partenaire du festival depuis 2005.

17C'est surtout dans sa dimension de fiction qu'y est abordée la SF. Un salon de lecture éphémère est ainsi installé par la bibliothèque pendant l'événement, et accueille bien plus de lecteurs de romans et BD que de documentaires. En outre, un comité de lecture (composé au maximum de 25 adhérents de la bibliothèque) se réunit tout au long de l'année pour échanger autour d'une sélection de bandes dessinées (jusqu'à 20 BD peuvent être choisies), et élire le meilleur album SF de l'année lors du festival. Ses critères de notation sont plutôt littéraires et artistiques (qualité du dessin, originalité du scénario et composition de l'œuvre), mais les bibliothécaires effectuent aussi un autre type de médiation lors du festival, sur la différence entre les courants de SF. Cela suppose de savoir évaluer la « probabilité scientifique » d'une œuvre, notamment pour des courants comme le steampunk (rétrofuturisme ou science alternative souvent d’inspiration victorienne) ou la hard science (science très présente et en cohérence avec l'état de la connaissance scientifique de l'époque d'écriture de l'œuvre). Ce travail a d'ailleurs donné naissance à une animation sous forme de jeu de sept familles, (une par courant), dans chacune desquelles il faut réunir un film, un roman et une BD.

18Transversalité des supports, des disciplines et des thématiques sont au cœur des Utopiales, mais aussi de nos établissements : de même que les bibliothèques ont commencé par proposer des livres avant de diversifier leur offre, elles sont à même d'utiliser la porte ouverte par la littérature pour conduire vers la science. L’initiative de la BM de Nantes pose un premier jalon sur ce chemin.

Notes

1 Ainsi, par exemple, la nouvelle BU Sciences de l'université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.

2 Soit 1 152 étudiants sur 33 033 pour l’année 2013-2014 (hors STAPS). Chiffres issus du Recueil annuel des indicateurs étudiants.

3http://anousdevoir.com >.

4 Une convention associe officiellement la BM de Lyon au festival pour la période 2013-2015, ce qui ne l'a toutefois pas empêchée d'y participer auparavant en dehors de tout cadre officiel.

5 Écrivain anglais né en 1925 et auteur de nombreux livres de SF.

6 Voir leur contribution : « Les éditeurs de livres scientifiques et leur offre en direction des bibliothèques : entretien avec Catherine Allais (Belin) et Sophie Bancquart (Le Pommier) ».

7 Voir la contribution d'Olivier Las Vergnas : « Les bibliothèques, des passerelles scientifiques pour le plus grand nombre ».

8 Mentionnons l'exemple de la bibliothèque-médiathèque de Sèvres, par exemple lors du festival « Les rencontres de l'imaginaire » organisé par la ville.

9 Ainsi, la Cité des sciences, en 2010-2011, dans son exposition « Sciences & Science-fiction ».

10 Voir Roland Lehoucq, « Peut-on parler de science grâce à la fiction ? », Bibliothèque(s), 2013, n° 69, pp. 22-24. [En ligne] : < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/64633-69-litteratures-de-l-imaginaire.pdf >.

11http://www.utopiales.org >.

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search